Jour 9 – Gili Air

Indonésie – Jour 9 – Gili Air

La nuit n’est pas au top, il y a eu une coupure de courant jusqu’au petit matin (ça arrive souvent sur l’ile qui fonctionne sur générateurs), et du coup plus de clim ni de ventilo, on meurt de chaud, et au matin les hauts parleurs de la mosquée sont là pour rappeler à tout le monde qu’il est heure de se lever! haha 🙂

Petit déjeuner tranquilou au Turtle Garden et ensuite rendez-vous devant la petite boutique où on a booké la veille notre journée snorkeling autour des iles Gili. On découvre nos compagnons de la journée et tout le monde choisi des masques et tubas (en plus ou moins bon état). Nous ça va, on est équipé. On attend ensuite sur la plage qu’un bateau vienne nous chercher. Comme ils sont tous mutualisés et qu’on nous demande de monter sur un bateau déjà rempli à ras bord, on fait semblant de ne pas entendre pour monter dans un prochain qu’on espère moins rempli. Mais le suivant est lui aussi quasi complet, alors tant pis on embarque ! 🙂 le rafiot tangue beaucoup et aucun gilet de sauvetage, mais on ne part pas en haute mer, allez hop en route !

indonesie gili air snorkeling tour

On ira plonger autour des trois iles, Gili Air, Gili Trawangan et Gili Meno. L’eau est carrément transparente, et comme le tour promet « turtle guaranteed » ça tient toutes ses promesses! Dès la première plongée, bim! une tortue de mer qui passe tranquillement par ici. C’est tout de suite l’euphorie, on nage à côté d’une tortue de mer dans son milieu naturel, c’est pas commun, alors on est un peu tout fou 🙂

indonesie gili air snorkeling tour turtle tortue

Bon après quand j’y repense et qu’on voit l’envers du décor, ça fait quand même moins rêver : c’est un troupeau de paparazzis qui harcèle une pauvre petite tortue qui n’avait rien demandé à personne … au moins, tout le monde était « respectueux » et personne ne s’est amusé à lui tenir les nageoires ou autres conneries, c’est déjà ça 🙂

indonesie gili air snorkeling tour turtle tortue

On croisera de nombreuses tortues (on est presque blasés à force ahah 😉 ) et c’est assez incroyable de voir avec quelle facilité notre équipage les repère en un coup d’œil à 10m de fond. Et c’est encore plus incroyable de les voir plonger sans problème à cette profondeur pour inciter la tortue à nager un peu (bon j’avoue c’est pas cool pour la tortue qui prenait son casse croute tranquillement au fond de l’eau).

indonesie gili air snorkeling tour turtle tortue

indonesie gili air snorkeling tour turtle tortue

indonesie gili air snorkeling tour turtle tortue

indonesie gili air snorkeling tour turtle tortue

Ce n’est pas forcément le meilleur côté de la tortue sur cette photo haha 😉

indonesie gili air snorkeling tour turtle tortue

Mais c’est celui qu’on voit le plus souvent car à ma grande surprise, ça nage assez vite une tortue. Même si les mouvements paraissent lents, ils sont sacrément efficaces! Et elle trouve très rapidement les courants pour l’entrainer et on peut très facilement se retrouver embarquer avec elle et réaliser au bout de 10 secondes que le reste du groupe est déjà 100 m derrière! Toujours penser à checker où se trouve le bateau 🙂

Bon il n’y avait pas que des tortues, voici quelques copains poissons.

gili air snorkeling tour poissons

Pour la pause déjeuner on débarque tous sur une plage de Gili Meno, au nord est de l’ile. C’est un autre spot à tortues. Mais en attendant c’est un spot à touristes, car tous les bateaux partis pour le même tour de snorkeling arrivent au même endroit.

gili air snorkeling tour meno

On est tous au Ana Warung, un petit resto sans prétention, de toute façon on n’est pas venu pour la gastronomie, un nasi goreng, une bintang et c’est reparti! 🙂 Mais c’est aussi le moment de discuter avec nos compagnons de bateaux et faire des chouettes rencontres!

gili air snorkeling tour meno

Après cette petite pause on repart nager avec les poissons 🙂

gili air snorkeling tour poissons

On fait aussi des drôles de rencontres sous l’eau, à l’ouest de l’ile. Il s’agit de Bask Nest, une œuvre de l’artiste sculpteur Jason DeCaires Taylor. 48 statues au fond de l’eau. Les statues sont avec un pH neutre et conçues pour être rapidement recouvertes de corail.

gili air snorkeling tour statues bask nest

gili air snorkeling tour statues bask nest

Pas loin de là se trouve aussi le Gili Meno Wall, un autre spot de plongée. Et on retrouve toujours nos copines les tortues ! 🙂

gili air snorkeling tour tortue turtle

Et hop fin de la petite journée snorkeling, on revient à l’embarcadère de Gili Air vers 15h. Franchement si vous êtes sur les iles Gili, ne vous privez pas de cette sortie, c’est tranquille et super agréable, et turtle guaranteed ! 😉

gili air snorkeling tour meno

Bon maintenant on se demande ce qu’on va faire, on sent que les iles Gili c’est sympa, mais passer encore des journées à ne quasi rien faire et boire des cocktails sur la plage, ça devient vite lassant (pour nous en tout cas). On décide de partir le lendemain, alors direction les bureaux de Blue Water Express pour réserver, mais aaaaah tout est complet! C’est à ce moment qu’on nous parle d’une toute nouvelle compagnie (même pas un mois d’existence) qui propose le retour à Bali en fast boat : Wan Gobel Express. 650K Rp par personne et transport inclu jusqu’à notre hôtel à Bali (qu’on n’a toujours pas réservé d’ailleurs). Ça semble honnête, et puis de toute façon on n’a pas trop le choix et on se dit qu’une nouvelle compagnie qui fournit des jolis tenues blanches et orange fluo à ses employés a surement du miser aussi un peu sur la sécurité et l’équipement pour se démarquer de ses concurrents. Allez, on prend les billets, on verra bien demain!

indonesie gili air

La fin de journée est tout peinarde, on lézarde en tong, on shopping, on se ballade le long des plages de l’ile. Il y a des constructions de bungalows, villas et resorts un peu partout. Certains lieux sont d’ailleurs assez flippants dans la démesure et le désign comme le Pink Coco, et puis il y a de la musique lounge partout, et des spots à #maplusbellephoto #instagram #jem’aime tous les 10m. On sent que ça va vite devenir un peu n’importe quoi Gili Air!

indonesie gili air instagram balancoire plage beach

Heureusement on trouve un petit havre de paix : Island View Bar. Des petites tables avec canapés et coussins sous les arbres, des lampions, du reggae, des bons cocktails et un super barbecue, yeah, on se pose ! bon on a juste oublié d’avoir assez d’argent sur nous pour commander une autre tournée et c’est parti pour la recherche d’un ATM (il y en a 5 sur l’ile je crois), alors on part en expédition en s’éclairant au portable et on a faillit écraser notre petit pote le gecko!

indonesie gili air night gecko

Mission réussie, quelques centaines de mètres plus loin, un ATM et de l’argent liquide! on revient vite vers nos coussins douillets et on se fait péter la panse à coup de barbecue de poissons grillés. Simple et bon 🙂

indonesie gili air by night

De retour à l’hôtel, avant de ronfler dormir, j’ai quand même le réflexe de réserver une chambre pour demain (toujours via Agoda), quand on sera à Bali. D’ailleurs où serons nous à Bali, je vous le demande ? Et bien nous verrons ça demain 🙂

<< Jour 8 – Gili Air
>> Jour 10 – Gili Air – Bali – Ubud

Jour 8 – Gili Air

Indonésie – Jour 8 – Gili Air

On se réveille après une excellente nuit passée au Bejy Bay Resort de Padangbai. La  grande chambre, la moustiquaire, la clim, et la salle de bain tout était ok. On profite aussi un peu de la petite piscine car après tout s’il y a piscine, il faut se baigner hein 🙂 On n’est pas trop pressé, l’embarquement sur le fastboat est à 11h. On se fait aussi plaisir avec un bon petit déjeuner au milieu du grand jardin tropical de l’hôtel. J’en profite pour réserver rapidement un chambre sur Gili Air (via Agoda). Ce sera le Turtle Garden. Sans se presser on se dirige vers les compagnies de fastboats, et pour éviter le harcèlement des revendeurs on explique qu’on est déjà booké.  On se pose tranquillement au Warung Alola. Et pour une fois, je trouve que le café est vraiment bon! (L’Indonésie est un des plus grands producteurs de café au monde, mais jusqu’à présent, le café vietnamien reste en tête dans mon classement personnel 😉 ). Le lieu est plutôt chouette (si on fait abstraction de tous les posters sexistes sur les murs) et on se marre à voir dehors les touristes et leurs grosses valises poursuivis par des hordes de revendeurs.

indonesie padangbai fastboat blue water express embarcadere

Hop c’est l’heure, on va au bureau de Blue Water Express, on fait le check-in et on nous offre une bouteille d’eau, des mentos, et des pilules contre le mal de mer (les sacs à vomis seront fournis dans le bateau haha). Effectivement on avait bien fait de réserver la veille car le bateau affiche complet! Le fastboat va d’abord relier l’ile de Gili Trawangan, puis Teluk Kode (sur Lombok) et enfin l’ile de Gili Air. Le trajet de Padangbai à Gili Air prend environ 2h. Même si la météo est encore idéale aujourd’hui ça secoue dans le bateau. Malgré tout, certains passagers décident d’aller s’installer sur le toit du fastboat. Je trouve que c’est kamikaze, car je suis persuadé qu’on doit en perdre la bonne moitié en route avec toutes ces secousses ! Dix minutes plus tard, ils redescendent complètement trempés mouahaha! Pour agrémenter le trajet et si votre estomac vous le permet, il est possible de commander des bières à bord 🙂

On arrive sur l’ile de Gili Air! On récupère les sacs dans la soute du bateau et on dit bye bye à Frank & Anne (nos amis néerlandais de la veille). Il y a donc 3 minuscules iles à quelques kilomètres de Lombok : Gili Air, Gili Meno et Gili Trawangan. Gili Trawangan est plutôt réputée pour être l’ile des fêtards (musique et beuveries), Gili Meno plutôt très tranquille, et Gili Air un mélange de tout ça. On a donc choisi Gili Air. On découvre ce qui fait le charme de cette petite ile : aucun véhicule à moteur, on se déplace à pieds, à vélo, et il y a de nombreuses petites voitures à cheval (des cimodo) avec leurs clochettes et grelots. Des petites ruelles et sentiers, et tous les chemins mènent à des belles plages 🙂

indonesie gili air rue street

On découvre notre hôtel Turtle Garden, et c’est vraiment un excellent choix ! Bien au calme, des petits bungalows privés avec terrasses, grande chambre en bois sombre, clim, moustiquaire, petit frigo, coffre etc .. et une super salle de bain semi ouverte. Et aussi une piscine. Le tout au milieu d’un jardin bien entretenu. Sincèrement, je vous le recommande 🙂 on en profite pour laisser notre linge sale à l’accueil (25K Rp/ 1kg).

indonesie gili air turtle garden hotel

Il est déjà tard et on cherche un endroit où manger, on choisit le Ruby’s Cafe. Le petit resto tout ouvert dégage une bonne ambiance zen et relax, le service est vraiment souriant, et le vin blanc était très bon. On a un peu moins accroché sur les plats, mais en tout cas il a bonne réputation, vous pouvez y aller sans vous poser de questions 🙂 Par hasard, alors qu’on est tranquillement posé en terrasse on voit passer dans la rue nos amis néerlandais, l’île est vraiment petite! Retour à l’hôtel pour une bonne douche et on repart vers l’ouest de l’ile pour assister au coucher de soleil (à 17h45, il faut se presser).

indonesie gili air centre center

On marche au hasard des ruelles et sentiers, et on découvre le centre de l’ile où habite la population locale (qui travaille en majeur partie dans tous les établissement touristiques qui envahissent l’ile). Ici, c’est ambiance vieilles cabanes en bois sur pilotis, chemins de terre, et les poulets poursuivis par les petits enfants tous nus. On sent que c’est pauvre et ça fait quand même un drôle de contraste avec la débauche de moyen pour les touristes (dont on fait partie) sur tout le reste de l’ile … On découvre aussi la grande mosquée Central Masjid en travaux (elle doit être terminée depuis).

indonesie gili air central masjid mosquee

Les appels à la prières à plein volumes à 5h du matin, vous les entendrez de partout sur l’ile. Et c’est normal, on est dans le plus grand pays musulman du monde, la population a une mosquée et va prier, où est le problème ? quand je lis tous les commentaires de touristes énervés car ça « gâche leur expérience de Gili », ça me donne envie de leur mettre des claques tellement c’est stupide comme réflexion! … bref

Impossible de se perdre sur l’ile, tous les chemins mènent forcément à la plage 🙂

indonesie gili air rue street plage beach

Et sur les plages, c’est une infinité de transats, canapés et poufs en tout genre qui attendent tous ceux qui veulent profiter du coucher de soleil. On choisit le bar de plage le Lucky’s et encore une fois, on découvre que nos néerlandais sont comme par hasard à quelques mètres de là!! On le fait pourtant pas exprès ! on est presque gêné de toujours se retrouver, mais bon, hop c’est parti pour une nouvelle soirée à coups de cocktails 😉 Les boissons sont bonnes, l’ambiance est franchement agréable. Allez mon seul regret c’est qu’à marée basse, la vue est un peu moins jolie 😉

indonesie gili air plage sunset coucher soleil

Le soleil se couche sur les deux autres iles Gili et sur les volcans de Bali, là-bas au loin.

indonesie gili air plage sunset coucher soleil

indonesie gili air plage sunset coucher soleil

Quand la nuit commence à tomber, les lumières s’allument un peu partout sur la plage et c’est vraiment joli 🙂 Il y a des feus et des barbecues et ça ouvre l’appétit, il est temps d’aller manger!

indonesie gili air plage sunset coucher soleil

En déambulant le long de la plage on trouve un grand bac d’eau de mer avec des bébés tortues à l’intérieur et un petit panneau demandant de l’argent pour leur protection. Personne autour, impossible de savoir si c’était un vrai programme de protection ou du fake et de la mendicité-tortue. On passe aussi devant une multitude de grands resorts et on se dit que la sérénité de Gili Air c’était probablement il y a quelques années, mais désormais c’est une ile remplie d’hôtels (et on se dit qu’on aurait peut être du aller sur Gili Meno).

indonesie gili air by night

On décide finalement de se poser au Scally Wags ( https://scallywagsresort.com/beach-club/ ). C’est le restaurant du grand hôtel juste derrière. Large choix de grillades (poissons et viandes) et très bon buffet de salades à volonté. Le tout servi sur des tables de restaurants sur la plage avec les doigts de pieds dans le sable, franchement, on apprécie 🙂

En revenant vers notre hôtel, on passe par la rue principale de l’ile et on en profite pour réserver une sortie snorkeling pour le lendemain. Comme d’habitude, toutes les échoppes proposent grosso modo les mêmes tours, et les bateaux et équipages sont mutualisés, donc ne vous prenez pas trop la tête. Hop c’est réservé pour 100k Rp par personne, allez au lit !

<< Jour 7 – Labuan Bajo – Bali – Padangbai
>> Jour 9 – Gili Air

Jour 7 – Labuan Bajo – Bali – Padangbai

Indonésie – Jour 7 – Labuan Bajo – Bali – Padangbai

Réveil tranquille à la Bohème à Labuan Bajo. Même si une mosquée est juste à côté on n’a pas été dérangé par l’appel à la prière. A la limite c’est plutôt la PS4 dans la salle à côté qui nous a posé problème quand trois hollandais bourrés sont venus y jouer en pleine nuit, mais finalement ça s’est bien arrangé. Ce matin on ne se presse pas, notre vol est à 12h55. J’ai choisi Garuda Indonésia pour être certain de bien pouvoir décoller, la compagnie est réputée plutôt fiable dans ses horaires (ce qui n’est pas le cas de toutes les autres compagnies aériennes en Indonésie, il faut bien prendre ça en compte). Le trajet jusqu’à Bali Denpasar coûte 1.400.000 Rp par personne, c’est un peu cher mais au moins on a la tranquillité.

On déguste paisiblement nos pancakes maison et on discute avec Nathalie, une française qui gère le lieu et nous raconte son quotidien en Indonésie et les joies et les galères qu’elle rencontre. Encore une fois, elle est très sympa, tout comme ce lieu que je recommande à nouveau, il mérite d’être connu! 🙂

indonesie labuan bajo boheme auberge jeunesse

Je profite du wifi pour réserver rapidement une nuit d’hôtel à Padangbai. Car en arrivant à Bali – Denpasar à 14h30, si on rajoute 2-3 h de taxi, il sera de toute façon trop tard pour prendre un bateau pour les iles Gili. Et dans la foulée on s’arrange avec Nathalie pour utiliser un vieux pickup tout pourri pour nous conduire à l’aéroport de Labuan Bajo. Sincèrement, la camionnette tenait avec du scotch et des bouts de ficelles, on a bien rigolé 🙂 (et on laisse un petit 30K Rp de pourboire au conducteur)

L’embarquement et le vol de Florès à Bali avec Garuda Indonésia se passe sans soucis, la météo est toujours nickel.

indonesie avion ile

Une fois arrivés à l’aéroport de Bali Denpasar, il faut maintenant rejoindre Padangbai, et pour ça il faut trouver un taxi … on passe par hasard devant le bureau de la compagnie Blue Bird Taxi dans l’aéroport. C’est la compagnie de taxi la plus « sûre » de Bali (sûre, veut dire plus cher mais pas d’embrouilles sur le prix). Justement, il y a un couple de néerlandais qui est en train de négocier un trajet pour Padang Bai. On leur propose de partager le taxi, et hop, affaire réglée. Ce sera 300K Rp par couple. Pour gagner un peu de temps, on demande au chauffeur de prendre l’autoroute suspendue à la sortie de l’aéroport (il faut rajouter 11.000 Rp de péage). Le trajet prend environ 2h30 et on discute avec nos nouveaux amis (un médecin et une biologiste). On se fait même une petite pause pour s’acheter des bonnes glaces et des gâteaux qu’on partage avec notre chauffeur 🙂

On arrive à Padangbai vers 17h. C’est un petit village de pêcheurs niché dans une crique au nord est de Bali et c’est un des points de départ pour prendre un bateau vers Lombok ou les iles Gili. On file directement vers les  bureaux de la compagnie Blue Water Express ( https://bluewater-express.com/ ). On sait que la traversée de Bali à Lombock / Gili peut être très mouvementée, voir dangereuse. Le détroit de Lombock est souvent agité par une forte houle et il y a énormément de courant. On ne compte plus les anecdotes sur les traversées infernales avec des fastboats qui ressemblent d’avantage à des épaves. Donc pour éviter ça (et car on eu le même genre d’expérience au Vietnam 😉 ) on choisit Blue Water Express. C’est une compagnie un peu plus chère que les autres, mais avec qui on ne risque pas sa vie haha 🙂 Leurs bureaux ferment à 18h alors on se dépêche, d’autant plus que demain c’est dimanche et d’après le chauffeur de taxi il vaut mieux réserver maintenant que risquer de ne pas avoir de places demain matin. Toutes les compagnies ont leurs bureaux au même endroit, et c’est clairement la guerre, toutes les 10 secondes un rabatteur essaie de nous prendre par le bras pour nous emmener chez un concurrent ! Finalement on trouve les bureaux et on négocie péniblement un aller simple vers Gili Air à 700K Rp par personne.

indonesie bali padang bai plage bateaux

Maintenant, direction notre hôtel, le Bejy Bai Resort (250K Rp au lieu de 700K en passant par Agoda). Tout au bout de la plage, il donne bonne impression. Grande allée donnant dans un superbe jardin, accueil au top avec petit cocktail de bienvenue. La chambre est spacieuse et la salle de bain parfaitement nickel. On est vraiment satisfait, même si l’hôtel donne l’impression d’avoir connu son âge d’or il y a une dizaine d’années et qu’il faudrait faire un peu d’entretien. Mais bon on s’en fout, on est juste là pour une nuit 🙂

indonesie bali padang bai bejy bay resort

indonesie bali padang bai bejy bay resort

On part retrouver nos amis néerlandais du taxi au Sunshine Bar. C’est un tout petit bar, pas loin des bureaux des compagnies de fastboat. L’ambiance est assez sympa, les serveurs sont souriants et après quelques bières on fait la connaissance d’une belge qui joue de la guitare et qui nous explique qu’elle revient souvent ici voir ses potes qui tiennent le bar et que c’est l’endroit le plus cool du coin. On la laisse à sa musique et on part chercher un endroit où manger. Le long de la plage c’est plutôt désert et on s’arrête au restaurant du Puri Rai. En gros c’est le seul resto ouvert avec du monde. C’est clairement un endroit à touristes (avec pizza, pasta et burger au menu). On commande local et même ça, c’est très moyen. Et en prime je prends un verre de vin rouge, dégueu. La soirée reste cool, on s’amuse bien 🙂

En rentrant à l’hôtel en titubant un peu, on aperçoit de nombreux chiens errants sur la plage, dont certains plus ou moins estropiés et se comportant bizarrement. On se demande s’il y a la rage dans le coin alors on se dépêche un peu, et d’autant plus que les moustiques sont de sorties! Hop au dodo!

<< Jour 6 – Pulau Padar – Kanawa – Labuan Bajo
>> Jour 8 – Gili Air

Jour 6 – Pulau Padar – Kanawa – Labuan Bajo

Indonésie – Jour 6 – Pulau Padar – Kanawa – Labuan Bajo

La nuit à la belle étoile dans le bateau n’a pas été de tout repos, je me suis réveillé durant la nuit car ça tanguait méchamment ! (j’ai même cru que mon sac était passé par dessus bord!) mais visiblement autour de moi tout le monde dormait paisiblement, et j’ai un peu lutté contre le mal de mer et le bateau s’est mis en route pour trouver un endroit plus calme où finir la nuit. L’avantage d’être réveillé tôt c’est que j’ai pu profiter du très beau lever de soleil 🙂

indonesie komodo bateau mer sunset aurore lever soleil

indonesie komodo bateau mer sunset aurore lever soleil

Le petit déjeuner à peine terminé, on nous débarque sur une île, sans trop savoir ce qu’il y a ici. Bon on suit les gens, il y a un chemin qui grimpe, hop en route ! (et il fait déjà incroyablement chaud !!!!!). On est sur l’ile de Pulau Padar, située entre Rinca et Komodo, et je dois vous dire que très vite, la petite balade devient waouw! Les couleurs au matin sont incroyables et tout le paysage est beau 🙂

indonesie pulau padar ile

En grimpant (et avec la chaleur croyez moi, cette petite montée fait mal au réveil) on découvre un panorama époustouflant avec une vue sur plusieurs plages. C’est l’endroit idéal pour prendre vos plus belles photos! C’est d’ailleurs un spot réputé pour les photos de robe de mariée 😉

indonesie pulau padar ile

Le chemin du bout du monde !

indonesie pulau padar ile

indonesie pulau padar ile

Je le répète encore une fois, j’ai trouvé cette matinée sur l’ile de Padar vraiment magique! Un superbe souvenir 🙂

indonesie pulau padar ile

En redescendant j’ai de la peine pour des ouvriers qui font des allers retours dans le sentier pentu. Ils montent des lourdes pierres sur leurs dos pour fabriquer des belles marches pour que les prochains visiteurs en tongs puissent monter plus facilement … On achète une petite noix de coco aux vendeurs ambulants sur la plage (et parmi eux je reconnais notre guide de la veille sur l’ile de Komodo! obligé de cumuler les jobs) et retour au bateau. On a tellement chaud alors qu’on improvise un concours de plongeons dans la mer depuis le toit du bateau! super fun et rafraichissant 🙂

indnosie mer rocher

On reprend la mer en direction du fameux Manta Point. Il se situe près des petits atolls de Karangan, au nord-est de Komodo. C’est une zone où très régulièrement des gigantesques raies mantas viennent nager à quelques mètres seulement des plongeurs! Ça fait rêver et a tous envie de voir ce spectacle ! Mais hélas, le rêve se transforme en catastrophe. Une fois sur la zone, on quadrille la surface à la recherche des raies mais on ne trouve rien, et d’autres bateaux nous rejoignent et cherchent eux aussi. Et je crois bien qu’à un moment, notre équipage nous a envoyé à l’eau, juste pour lancer le truc, même s’il n’y avait rien à voir. Et c’est super périlleux, car à cet endroit le courant est vraiment très fort. Il suffit de quelques secondes pour se retrouver à plusieurs dizaines de mètres du bateau et on s’épuise très vite. Sans accompagnement c’est même carrément dangereux. Et finalement notre gentille petite session de plongée se transforme en mission de sauvetage où le petit bateau à moteur essaie de récupérer tous les nageurs partis à la dérive en leur jetant des bouées et en les tirant avec des cordes, haha. C’est un gros loupé!

Dans la catégorie loupé, il y a aussi l’ile des chauves souris, Kalong island. D’après notre équipage, la population de chauves souris a migré récemment vers une autre ile et c’est beaucoup trop long pour y aller (ou alors simplement notre équipage était pressé de rentrer …). En tout cas, si vous en avez l’occasion, il parait qu’au coucher du soleil, on peut voir des milliers de chauves souris géantes s’envoler depuis la mangrove. Ça doit valoir le coup!

Bon, tout n’est pas loupé non plus hein 🙂 ne gâchons pas notre plaisir, et nous reprenons la route vers Kanawa island.

indonesie komodo kanawa island ile

La petite ile de Kanawa est située à environ 1 heure de bateau face à Labuan Bajo et c’est un peu le délire façon petite ile paradisiaque perdue. Un italien a acheté l’ile il y a plusieurs années et y a fait construire des petits bungalows, un restaurant, et il y a un unique ponton qui permet aux bateaux de s’approcher. Il n’y a pas d’eau douce sur l’ile, elle est livrée par bateau. Il y a très peu de monde, le sable est blanc, l’eau transparente, et il y a du corail et des poissons partout !

indonesie komodo kanawa island ile beach plage

Par contre pour y passer la nuit, ça n’a pas l’air génial, les bungalows et les infrastructures ont l’air de tomber doucement en ruine 😉 et on doit s’y sentir rapidement à l’étroit sur cette ile, c’est franchement pas grand …. mais pour y passer une demi-journée, ça vaut carrément le coup! (il y a juste un billet à donner pour permettre l’appontage, c’est l’équipage qui paye, c’est inclus dans notre tour).

Et comme c’est un bon spot pour sortir masque tubas et palmes, c’est parti !

indonesie komodo kanawa snorkeling corail poissons

indonesie komodo kanawa snorkeling corail poissons

indonesie komodo kanawa snorkeling corail poissons

indonesie komodo kanawa snorkeling corail poissons

indonesie komodo kanawa snorkeling corail poissons

indonesie komodo kanawa snorkeling corail poissons

indonesie komodo kanawa snorkeling corail poissons

indonesie komodo kanawa snorkeling corail poissons

indonesie komodo kanawa snorkeling corail poissons

indonesie komodo kanawa snorkeling corail poissons

C’est simple, on a l’impression de se baigner dans un aquarium tropical géant, sauf qu’ici c’est vraiment la réalité 🙂

Ensuite, c’est le retour à Labuan Bajo. Pour descendre du bateau, c’est encore un exercice périlleux, on enjambe le bastingage, on saute dans un cargo et une fois la cale traversée, on essaie comme on peut de sauter sur le quai sans se tordre la cheville ou tomber dans l’eau. Bonne galère avec les sacs sur le dos!

Au final je conseille carrément cette petite excursion 🙂

indonesie komodo labuan bajo sunset

On repasse rapidement récupérer nos sacs à l’accueil du L Bajo Hotel pour partir s’installer à La Bohème comme promis.

indonesie labuan bajo boheme auberge jeunesse

Puis on part retrouver nos compagnons de Komodo au bar Pirates pour se boire quelques cocktails (vive le Rusty Anchor!) et à la fin d’une soirée bien arrosée, retour à la Bohème. On check rapidement la suite du voyage … traverser toute l’ile de Florès en voiture pour rejoindre Maumere et faire les excursions volcans au passage ? ou prendre un vol pour Maumere et ensuite en prendre un autre pour revenir ? finalement, planning oblige, on décide de zapper Florès et à la place on réserve un vol pour Bali avec pour prochaine destination : les iles de Gili.

<< Jour 5 – Labuan Bajo
>> Jour 7 – Labuan Bajo – Bali – Padang Bai

Jour 5 – Rinca – Komodo

Indonésie – Jour 5 – Rinca – Komodo

Nouveau réveil à Labuan Bajo sur l’ile de Florès. Aujourd’hui on se dépêche car on va à la rencontre des dragons de Komodo! On laisse nos gros sacs à l’accueil de l’hôtel et à 7h30 on est devant la minuscule boutique qui nous a vendu le tour. On est toujours un peu stressés de découvrir si on s’est fait arnaquer ou pas. Le jeune est là et on descend avec lui à pieds jusqu’au port (il faut payer 2.000 Rp pour rentrer dans la zone portuaire … prévoir le petit billet).

Ensuite ça sent la galère, on suit notre « guide » au milieu des containers, dans une zone où clairement on n’a rien à faire. Le stress et l’agacement augmentent mais finalement au bout d’un moment on arrive enfin à lui faire cracher le morceau : il ne sait pas où est le bateau ! Après plus de 30 minutes de recherches, plusieurs coups de fils et des renseignements pris avec des pêcheurs, on trouve enfin notre bateau! En fait il est là, mais bien caché, amarré derrière trois autres bateaux ! On enjambe comme on peu les bastingages des navires sans se casser la figure, on traverse des ponts avec des équipages que ça n’étonne visiblement pas du tout! Enfin on est sur notre fier navire, le « Tomas » (du nom du capitaine, très fier lui aussi 🙂 ). On choisit notre matelas à l’arrière, on pose en vrac nos affaires dessus (on dormira à la belle étoile). Hop en route ! Direction les dragons !

indonesie rinca komodo croisiere

Pendant la traversée on a le temps de faire connaissance avec le reste des voyageurs qui nous accompagnent : une famille de polonais globetrotteurs, un couple d’anglais, un couple de néerlandais, un vieux tchèque qui gravit les volcans aux quatre coins du monde, un couple d’indonésiens en lune de miel, un couple venant de Porto Rico, une belge, une canadienne, un australien, et enfin un couple de russes avec une blonde qui nous fera bien rire (Instagram girl power haha 😀 )

indonesie rinca komodo croisiere instagram

La traversée est calme, la météo est magnifique, c’est splendide. L’océan est d’un bleu profond et toutes les iles autour de nous ont cet aspect vraiment caractéristique.

indonesie rinca komodo croisiere

Ici on passe à côté de la petite ile de Kukusan où vit une minorité musulmane de 54 familles installées ici depuis 5 générations. Ils font partie de la communauté des Bajau, les gitans de la mer, qu’on retrouve dans les petites iles indonésiennes et malaisiennes.  Ils vivent principalement de la pêche. Ils sont aussi réputés pour être d’excellents apnéistes. Labuanbajo signifie d’ailleurs le port des Bajau.

indonesie rinca komodo croisiere

Ile de Rinca

Notre bateau arrive sur l’ile de Rinca, tout le monde descend. Il y a parait-il des crocodiles marins dans la baie mais on n’a rien vu. Rinca fait partie du Parc National de Komodo créé en 1980. Il regroupe les iles de Komodo, Rinca, Padar et d’autres iles plus petites.

indonesie rinca komodo crocodile

En passant sous le portail d’entrée du parc on a hâte de voir les dragons autrement qu’en statues.

indonesie rinca komodo

Les rangers de l’ile vivent à l’entrée du parc dans quelques baraquements et attendent la nouvelle tournée de visiteurs assis à l’ombre. Il faut payer à nouveau : 250.000 Rp / personne pour visiter Rinca et Komodo dans la journée, plus un supplément de 30.000 Rp pour le ranger qui nous accompagne. En fait ils sont trois à nous accompagner, ça dépend de la taille du groupe, et ils ont tous un long bâton pour tenir à distance les dragons (si jamais on en croise).

indonesie rinca komodo gardien rangers

Et c’est justement à ce moment là que notre premier dragon de komodo passe tranquillement devant nous, comme s’il revenait des toilettes ! 🙂

indonesie rinca komodo dragon

Il rejoint ses potes qui sont tous là, allongés derrière une maison à 10m de nous. On nous explique qu’ici se trouvent les cuisines  et que les dragons sont attirés par l’odeur (et par les restes de nourriture qu’ils doivent probablement recevoir de temps en temps). Bon au moins on est rassuré sur un point : on ne repartira pas bredouilles, on voit des dragons de Komodo en liberté, à seulement quelques mètre de nous et les bestioles sont sacrément imposantes!

indonesie rinca komodo dragon

C’est le plus grand lézard du monde et il mesure en moyenne 2 à 3 mètres de long pour 70kg. Et quand il vous regarde comme ça, on se dit qu’il est déjà en train de vous imaginer dans son estomac ! Très vite on apprend plein de choses : les mâles ont le museau plus large que les femelles, ils ont des tendances cannibales et les jeunes dragons partent se réfugier dans les arbres, ils ne voient pas très bien mais ont un sens olfactif incroyable grâce à leur langues.

indonesie rinca komodo dragon

La morsure est redoutable (venin, nécrose, bactéries) est peut être mortelle si elle n’est pas immédiatement traitée à grands coups d’antibiotiques. Autant dire que les cerfs, buffles et chèvres qui se font mordre n’ont aucune chance, et il ne reste plus au dragon qu’à suivre sa proie blessée pendant plusieurs jours et attendre qu’il soit trop faible pour pouvoir enfin l’achever. Sa queue lui sert aussi d’arme, il peut la faire claquer comme un fouet (on l’a vu et ça surprend!). Et il peut enfin piquer des petits sprints à 20-30 km/h (il parait qu’il faut s’enfuir en zigzag si on est coursé par un dragon).

Bref, il vaut mieux rester sur ses gardes 🙂 Ah et le comble, si vous pensez vous réfugier dans l’eau, sachez qu’il est aussi capable de nager ! haha

indonesie rinca komodo dragon

C’est parti pour la balade dans le parc. Il y a le « grand »  et le « petit » tour. Les rangers insistent lourdement pour qu’on fasse le petit tour. Il fait très très chaud et en fait la randonnée consiste principalement en une balade dans les hauteurs de l’ile. On se retrouve en pleine savane (il n’y a quasiment jamais de dragons ici).

indonesie rinca komodo savane

C’est un chouette dépaysement, top 🙂 (on jette juste de temps en temps un regard inquiet autour de soi pour vérifier qu’il n’y a quand même pas un dragon perdu ou en embuscade)

indonesie rinca komodo savane

La vue sur la baie où se trouve notre bateau  🙂

indonesie rinca komodo baie

En redescendant on fait connaissance avec les autres habitants de l’ile : la réserve alimentaire des dragons.

indonesie rinca komodo dragon buffle

indonesie rinca komodo savane cerf

indonesie rinca komodo savane singe

Voilà, on a survécu à Rinca, quelle aventure ! ahahah

indonesie rinca komodo savane

Il parait que les 900 dragons qu’on trouve sur cette île sont les plus excités. On n’a pas du tout senti ça, mais je crois que comme tout le monde, ils étaient écrasés par la chaleur. En tout cas, ne vous posez pas de questions, allez à Rinca 🙂

Retour au bateau, déjeune et sieste et on reprend la navigation en direction de l’ile de Komodo.

indonesie rinca komodo mer bateau

indonesie rinca komodo ile

En longeant le rivage on a la chance de croiser deux dauphins en balades. C’était ma première rencontre (de loin) avec des dauphins dans la nature, j’étais tout excité 🙂

indonesie rinca komodo mer dauphins

Le relief de l’ile de Komodo est incroyable et si ça vous fait penser à un film, ce n’est pas un hasard. Moi j’ai directement pensé à King Kong … et ensuite j’ai découvert que ça a réellement servi d’inspiration au film de 1933. En 1926 il y a eu à Komodo l’expédition de Burden, un jeune et riche américain fraichement diplômé de Harvard, qui est parti à la découverte des monstres mystérieux vivants sur cette île. Il est accompagné dans cette aventure par sa jeune femme blonde. Ils ramèneront aux USA quelques spécimens qui feront fortes impression. Le récit de son voyage et de ses aventures impressionneront beaucoup un des ses amis, Cooper, producteur de cinéma et qui s’en inspirera pour le film King Kong 🙂

indonesie rinca komodo ile

On fait halte à la Pink Beach de Komodo. Ici le sable est rose! En réalité, c’est grâce aux foraminifères (des animaux microscopiques) qui produisent un pigment rouge qui se mélange au blanc du sable et hop, le sable devient rose.

komodo pink beach plage sable rose

En plus de faire une pause bronzette sur la plage, on en profite à nouveau pour explorer les fonds sous marins et ça fait bien plaisir 🙂

komodo pink beach plage sable rose snorkeling

komodo pink beach plage sable rose snorkeling

komodo pink beach plage sable rose snorkeling

komodo pink beach plage sable rose snorkeling

komodo pink beach plage sable rose snorkeling

Fin de la petite pause baignade, on reprend la navigation …

komodo pink beach plage sable rose

Ile de Komodo

En fin d’après midi on débarque enfin pour de bon sur l’ile, et on arrive devant le portail du parc. On se croirait dans Jurassik Parc cette fois 🙂

indonesie komodo

L’ile de Komodo est beaucoup plus grande que Rinca et abrite d’avantage de dragons (environ 3.000). Là encore, il y a plusieurs boucles de randonnées proposées. On est les derniers visiteurs de la journée, l’ile est déserte et on se balade tranquillement. On a cette fois la chance de rencontrer des dragons en liberté dans la forêt.

indonesie komodo dragon

Et en particulier ce gros spécimen qui est arrivé sans faire de bruit juste derrière notre groupe pendant qu’on s’extasiait sur le petit dragon de l’autre côté. Il faut vraiment avoir l’œil partout 🙂

indonesie komodo dragon

En revenant à la plage on a la chance de voir un autre dragon se promener au bord de la mer. Difficile de le trouver dangereux avec sa démarche ridicule … et pourtant, en le suivant …

indonesie komodo dragon

Il semble nous avoir déjà oublié et il se dirige vers un endroit bien précis ….

indonesie komodo dragon

Mais où donc sa marche implacable le conduit-il ? nous sommes tous en train de le suivre quand soudain …

indonesie komodo dragon

A une centaine de mètres de là, un cerf se repose paisiblement … et il lui tourne le dos !!! erreur fatale !!

indonesie komodo dragon

La scène horrible de l’attaque fulgurante du dragon et la mise à mort du cerf va avoir lieu juste là, sous nos yeux!! on a envie de prévenir le cerf et on aussi envie de laisser le prédateur à l’œuvre, quel dilemme !!

indonesie komodo dragon

Et en fait … c’est le gros fail !! 🙂 trop lent le dragon, le cerf le repère facilement (il est possible qu’avec tous les « ho my god » qu’il a entendu, il a senti qu’un truc louche se préparait dans son dos 😉 ).

indonesie komodo dragon

On repart de l’ile en mode joyeuse troupe indisciplinée, limite en train de se faire éjecter par les rangers qui veulent se débarrasser de nous, et il y a l’équipage du bateau qui crie de se dépêcher depuis une bonne demi-heure au moins, et tout le monde s’en fout, haha 🙂

indonesie komodo

Le soleil se couche derrière les montagnes de l’ile de Komodo …

indonesie komodo sunset

Notre bateau navigue un peu pour trouver une baie paisible et on passe une excellente soirée. On lance la musique, on blague, on rit, on chante, on ouvre les bières et je pêche du poisson à la ligne sous les étoiles avec mon pote indonésien et sa jeune épouse 🙂

indonesie komodo croisiere sunset

Good night les dragons, une très belle journée passée en votre compagnie 🙂

<< Jour 4 – Labuan Bajo
>> Jour 6 – Pulau Padar – Kanawa – Labuan Bajo

Jour 4 – Labuan Bajo

Indonésie – Jour 4 – Labuan Bajo

Après plusieurs journées avec des réveils très matinaux, aujourd’hui on se fait plaisir avec une petit grasse mat’ histoire de bien se reposer. Au réveil, il fait déjà très chaud à Labuan Bajo. On repasse à Avrilia Adventure pour leur donner les numéros de passeport (pour finaliser notre réservation pour notre trip sur Komodo) mais il n’y a personne (et le bureau est grand ouvert). On décide de faire un petit tour en ville en attendant. Labuan Bajo c’est tout petit et ça se fait facilement à pieds. Il y a toujours des travaux partout et on sent que cette petite ville va bientôt devenir un véritable pole touristique dans la région. Juste après le vieux port il y a même un Marina Center ultra moderne en cours de construction. Mais pour le reste, il n’y a pas grand chose à visiter …

indonesie labuan bajo

On retrouve finalement un des jeunes pour les numéros de passeports, mais il est beaucoup moins sympa que la veille et nous demande l’intégralité de l’argent. Je refuse toujours, et je commence à me demander si on n’est pas tombé sur une arnaque … on verra bien demain. Maintenant il faut trouver comment remplir notre journée. Comme on voit pas mal d’agences de plongées, on tente notre chance, mais en très grande majorité les excursions commencent tôt le matin et il est déjà trop tard. Alors qu’on essuie un nouveau refus, un français visiblement pote du patron de l’agence vient nous parler. C’est François, le patron du La Bohème Bajo, une auberge de jeunesse.

On discute pas mal avec lui de son activité et des difficultés à monter son business ici : le manque de formation du personnel (aucune école d’hôtellerie dans les environs et la difficulté à savoir parler anglais), la pollution et la notion d’écologie totalement absente, la gestion des déchets, la radicalisation d’une partie de la population avec des imams financés par l’Arabie Saoudite, l’administration très compliquée à gérer, etc … Bref les choses n’ont pas l’air simples mais l’endroit qu’il a lancé nous intrigue. L’accès n’est pas évident à pieds, on serpente dans des minuscules ruelles, on enjambe un vieux pont au dessus d’une rivière (pleine de déchets), on longe une mosquée et on arrive … et c’est génial! Je fais vraiment la promo, car La Bohème c’est vraiment un lieu très cool ! on s’y sent tout de suite à l’aise et tout est bien fait, il y a de l’effort pour faire simple et bien 🙂
Allez y!!

indonesie labuan bajo boheme auberge jeunesse

Il y a de la pâte à pancake à disposition, on voit des livreurs apporter un véritable billard (on se demande par où ils sont passés vu le chemin qu’on a pris pour venir ici), on discute déco (les portes trouvées à Bali, les tabourets réalisés à partir d’épaves de barques, les céramiques venant d’un artisan local, etc …). On grignote un truc sur place (simple et bon), on sirote une bière et on s’inscrit pour l’excursion snorkeling (30.000 Rp, c’était même gratuit avant, simplement il fallait laisser un petit pourboire au capitaine du petit bateau … mais comme les voyageurs ne jouaient pas le jeu, c’est devenu payant mais hyper abordable, c’est le prix d’une bonne bière!).

Hop c’est parti pour la balade. Dès qu’on sort du La Bohème, sur le front de mer, c’est tout de suite ghetto à côté. On sent que les voisins vivent vraiment dans une très grande misère. Notre bateau arrive, on escalades les rochers et on embarque. On est seuls, c’est le top! 🙂

indonesie labuan bajo ile

La côte est vraiment belle et les couleurs sont magnifiques, c’est trop cool 🙂

indonesie labuan bajo ile

Après quelques minutes de navigation on arrive sur la petite ile de Palau Bidadari (l’ile des anges). C’est en fait une petite ile privée de 15 hectares avec 3 plages, entourée de récifs corallien et le tout est en zone protégée. Il y a un petit resort très classe à quelques dizaines de mètres de là ( https://www.angelisleflores.com/ ) caché par la végétation, et quand on arrive il n’y a personne! La grande plage est pour nous seuls ! 🙂

indonesie labuan bajo palau bidadari

indonesie labuan bajo palau bidadari

Allez hop, c’est parti pour 2 bonnes heures de snorkeling au milieu du corail et des poissons multicolores! 🙂

indonesie palau bidadari angel island snorkeling

Une petite compilation des rencontres sympas que vous pouvez faire sous l’eau à quelques mètres de la plage 🙂

indonesie palau bidadari angel island snorkeling

indonesie palau bidadari angel island snorkeling

indonesie palau bidadari angel island snorkeling

indonesie palau bidadari angel island snorkeling

indonesie palau bidadari angel island snorkeling

indonesie palau bidadari angel island snorkeling

indonesie palau bidadari angel island snorkeling

indonesie palau bidadari angel island snorkeling

indonesie palau bidadari angel island snorkeling

On a franchement adoré cette sortie et cette impression de nager dans un aquarium tropical, alors qu’en fait, on est réellement dans une mer tropicale 🙂

indonesie palau bidadari angel island snorkeling

Notre bateau revient en fin d’après midi, et pendant le retour on voit des singes sauvages jouer sur la plage d’une autre ile, le ciel est en partie couvert, et c’est très beau!

indonesie labuan bajo ile

Même si vous avez déjà payé un peu pour la traversée, un petit pourboire dans la tipbox du bateau ne fait pas de mal 😉

indonesie labuan bajo ile

indonesie labuan bajo ile

En revenant à terre, on longe à nouveau le quartier très pauvre en direction de l’auberge de jeunesse. Sur la plage pendant le snorkeling, j’avais trouvé un petit collier de perles en plastique. Je l’offre à une petite fille qui était en train de griller du poisson avec ses parents et qui me faisait un sourire accompagné d’un « helloooo ». Elle est toute surprise et juste après c’est le big smile et la fierté du « hé j’ai un collier ». Les femmes voilées autour font aussi des sourires des signes de la tête pour nous remercier, sourires partagés, un instant vraiment anecdotique mais qui fait plaisir 🙂

indonesie labuan bajo sunset

Après une douche à notre hôtel, on décide d’aller manger au restaurant « gastronomique » de Labuan Bajo. Il y a la pub dès l’arrivée à l’aéroport, c’est le Made in Italy. En fait Marco (le chef italien) a ouvert son premier restaurant en 2010 dans le port de Labuan Bajo avant de le déplacer un peu à l’écart du centre (10 minutes à pieds) sur la rue

Good night Labuan Bajo 🙂

<< Jour 3 – Yogyakarta – Denpasar – Labuan Bajo
>> Jour 5 – Rinca – Komodo

Jour 3 – Yogyakarta – Denpasar – Labuan Bajo

Indonésie – Jour 3 – Yogyakarta – Denpasar – Labuan Bajo

Cette troisième journée indonésienne est d’avantage une journée de transit pour parcourir 1300km en 2 vols.

On se lève à 5h du matin à Yogyakarta, et on trouve très rapidement un taxi qui nous amène au petit aéroport. Notre vol Air Asia décolle à 8h (on a préféré être large niveau horaire). Et j’avoue qu’à ce moment là on est un peu dégoutés car il fait un temps magnifique! (et c’était justement en partie à cause du mauvais temps qu’on part d’ici haha). On se dit que pour ceux qui sont partis voir le lever de soleil sur Borobudur ce matin, le spectacle devait être  incroyable, tant pis pour nous. Juste après le décollage, on découvre enfin le Merapi! C’est le volcan à 30km de Yogyakarta mais qu’on n’avait jamais pu voir jusqu’ici car il était tout le temps caché par la brume.

indonesie yogyakarta merapi volcan

Le Merapi est considéré comme le volcan le plus actif et le plus dangereux d’Indonésie! Il culmine à 2900m et on recense 49 éruptions explosives entre 1548 et 2010. Merapi signifie « montagne de feu » en javanais. Depuis 2010 il a causé la mort d’au moins 350 personnes.

Il était d’ailleurs rentré en éruption à peine quelques semaines avant notre arrivée …

Depuis l’avion on peut même voir 4 grands volcans indonésiens en même temps! De gauche à droite : le Sumbing (3371m, dernière éruption 1730), le Sundoro (3136m, dernière éruption 1971), le Merapi (2900m, dernière éruption 2018), le Merbabu (3145m, dernière éruption 1797). Si vous avez le temps, certains volcans s’escaladent assez facilement en mode randonnée, comme le Merbabu par exemple. Pour nous, on se contentera  de cette belle vue depuis les airs.

indonesie yogyakarta merapi volcan

indonesie yogyakarta merapi volcan

Le survol de l’ile de Java se fait dans de très bonnes conditions, la météo est excellente, on profite du paysage 🙂

indonesie volcan

Ici sur la photo c’est le parc national de Alas Purwo, le point le plus à l’est de l’île de Java.

indonesie avion ile

On atterrit à 10h30 à l’aéroport de Denpasar sur l’ile de Bali, et dès la sortie de l’avion, on se dit tout de suite que le climat est très agréable ici. Chaud, doux, super agréable 🙂 Et tout de suite on voit qu’il y a énormément de touristes. Comme il y a un autre vol de la compagnie Garuda qui part à 11h pour Labuan Bajo, je cours au comptoir de la compagnie pour tenter de faire un échange (notre vol est à 14h), mais l’enregistrement est déjà fini, trop tard. Il nous reste donc à patienter 3h à l’aéroport dans la zone des vols intérieurs (qui est complètement différente de celles des vols internationaux qu’on prendra pour notre retour en France). On se pose à la terrasse d’un petit café local et on regarde passer les touristes poursuivis par les hordes de chauffeurs de taxi. D’ailleurs entre deux bières je vais discuter un peu avec eux et ils essaient tous de négocier un trajet avec moi, jusqu’à ce que je demande « ok mais lequel de vous va m’emmener à Labuan Bajo? » ahah le trajet en taxi sur une autre ile, ça les a bien fait rigoler 🙂

Enfin notre vol arrive, on a cette fois un petit avion à hélices. On survole l’ile de Lombok, puis les Petites iles de la Sonde Occidentale (Nusa Tenggara) et enfin on arrive en vue de l’ile de Florès. Vu du ciel, les iles ici ont vraiment un aspect et une couleur très caractéristique.

indonesie avion ile

Atterrissage à 16h30 à Labuan Bajo sur l’ile de Florès. L’aéroport est minuscule, c’est d’avantage un hangar. Et il fait terriblement chaud et humide! Ici les chauffeurs de taxis sont vraiment insistants, pour ne pas dire bien reulou. On pensait voir une navette de notre hôtel qui n’est jamais arrivée, et on fini par prendre un taxi à 40.000 Rp pour faire les 5 minutes de voiture jusqu’à notre destination.

indonesie labuan bajo

On avait réservé à l’arrache la veille au soir via Booking.com pour le L Bajo Hotel à 475.000 Rp la nuit alors que directement sur place on avait moyen de réserver à 425.000. Au moins la chambre est immense et propre. Il y a aussi la clim’ et une belle vue sur le coucher de soleil 🙂 (wifi à l’accueil uniquement, et petit dej minimaliste).

indonesie labuan bajo

Allez hop, on descend dans la rue pour se promener dans le centre … et c’est moche ! De la poussière partout, c’est sale et il y a une odeur de merde dans l’air … bon en fait ça s’explique car il y a de gros travaux de « modernisation » avec la création de jolis trottoirs .. mais en attendant, il n’y a pas de trottoir, et les égouts sont à ciel ouvert avec les odeurs des déjections de la ville … pas terrible comme première impression. Et toutes les 5 secondes on nous demande si on veut un taxi, un tour operator ou un hôtel, c’est un peu fatiguant à la longue.

Notre idée en venant ici, c’est évidemment d’aller à la rencontre des dragons de Komodo, et la meilleure option à mon avis c’est de faire un trip de 2 jours / 1 nuit sur un bateau au départ de Labuan Bajo. Et TOUT le monde propose ce genre de sortie. On rentre dans la première boutique (4 planches une table et quelques vieux posters usés), on explique qu’on va quand même checker la concurrence, on prend les renseignements. Le prix annoncé est à 800.000 Rp pour 2 personnes, et on le descend à 700.000 Rp. On prend une option pour un départ demain matin, et les deux jeunes avec qui on discute sont sympas (et essor du tourisme oblige, ils essaient d’apprendre le français sur internet et on leur donne quelques conseils de prononciation). En descendant la rue, on se rend compte que globalement tout le monde propose à peu près la même chose aux mêmes prix.

Dans la rue principale c’est un étrange mélange : des enfants jouent à la guerre en criant « allah akbar », des poules traversent la route au milieu des mobylettes, les hauts parleurs des mosquées hurlent, puis entre deux boutiques façon taudis, on voit un bar à vin, puis une crêperie, un resto italien, une galerie d’art, puis des taudis à nouveau. On sent vraiment que la petite ville est en pleine mutation.

On s’arrête boire un cocktail au bar Pirate. Un super endroit, belle ambiance déco et bons cocktails (et des touristes partout mais bon hein). On vous conseille vraiment 🙂
https://lepirate.com/labuan-bajo/

On retourne à notre première boutique Avrila Adventure pour leur dire « Allez banco! on vous a choisi les gars, trop cool » … et BIM! en arrivant ils nous expliquent que c’est trop tard, tout est déjà bouclé pour demain! Ils nous expliquent un peu le principe : il y a un certain nombre de bateaux et de capitaines qui fournissent tous exactement le même genre de voyage et de prestations. Les boutiques servent principalement à booker et remplir les bateaux au fur et à mesure. Tout est mutualisé. Si c’est plein chez eux, ce sera plein partout. Tant pis, on reporte notre petit trip d’une journée et on réserve pour le jour suivant. On paye seulement la moitié pour réserver et on insiste pour donner l’autre moitié ensuite, histoire d’éviter les arnaques.

On décide d’aller manger mexicain au Bajo Taco. Et c’est franchement une très bonne adresse, c’est frais, c’est bon et on a une super vue sur la mer. Très bonne ambiance (malgré les 2 coupures d’électricité) 🙂

Ensuite retour à l’hôtel avec l’estomac bien rempli et c’est parti pour une très bonne nuit!

<< Jour 2 – Yogyakarta – Borobudur – Prambanan
>> Jour 4 – Labuan Bajo

Jour 2 – Yogyakarta – Borobudur – Prambanan

Indonésie – Jour 2 – Yogyakarta – Borobudur – Prambanan

Cette deuxième journée en Indonésie commence par un réveil à 3h du matin, c’est assez brutal et la douche froide (il n’y a jamais d’eau chaude) n’arrange rien. Pour le réveil en douceur, on verra ça un autre jour 🙂 Le veilleur de nuit de l’hôtel Andrea dort sur un canapé et notre chauffeur nous attend dehors sous la terrasse. Il ne parle quasiment pas un mot d’anglais et on a le même niveau en indonésien, nickel personne ne peut se comprendre c’est parti, hop en route! 🙂

Notre destination se trouve à environ 40km d’ici et notre chauffeur roule comme un dingue (j’ai vu une pointe à 150km/h sur le compteur … de nuit sur les petites routes de campagnes … avec des scooters parfois sans éclairages et de temps en temps des animaux qui traversent.. la routine quoi!)

Borobudur

Pour visiter Borobudur, en gros il y a 2 options :
– y aller très tôt pour le lever de soleil
– y aller vers la fermeture pour le coucher de soleil
. C’est à ce moment là qu’il y a le moins de monde et que la lumière est la plus belle.
On a opté pour le lever de soleil (question de timing). Et là aussi 2 options :
– payer un peu plus cher, et être directement sur le site avant l’ouverture officielle.
– voir le lever de soleil depuis une colline, avec vue sur le temple et la jungle en prime, avec les volcans, bref, magique quoi!
C’est celle là qu’on a choisit 🙂
Pour ça donc, la voiture s’engage dans un petit chemin en lacets qui grimpe la colline Puthuk Setumbu (et vu le nombre de voitures devant et derrière nous, on sait qu’on est pas les seuls à avoir eu la même idée ce matin).

Puthuk Setumbu borobudur temple nirwana sunrise

Une fois sur le parking du Nirwana Sunrise, pas trop d’explications, mais on comprend où il faut aller, on paye 30.000 Rp par personne et on grimpe un sentier. L’ambiance est assez mystique je trouve. Il fait nuit noire, il y a quelques flambeaux qui éclairent les marches en bois, il y a les bruits de la jungle qui se réveille autour de nous et on entend aussi au loin des chants et de prières, bref, on est vraiment ailleurs 🙂 Quand il n’y a plus de flambeaux, les employés du site qui balayent les marches pour enlever les feuilles nous indiquent le chemin à suivre à la lampe torche et tout le monde a un grand sourire 🙂

Puthuk Setumbu borobudur temple nirwana sunrise

En haut de la colline, on arrive au spot d’observation. Il y a même une petite plateforme dans un arbre, mais c’est un « endroit vip pour 4 personnes » haha, il faut payer un supplément et c’est complètement idiot 🙂

Et maintenant c’est parti pour une bonne heure d’attente avant de voir le soleil pointer le bout du nez …

Puthuk Setumbu borobudur temple nirwana sunrise

Et là , c’est le drame! 🙂 Il y a eu beaucoup de pluies les jours précédents et pendant la nuit aussi, le temps est encore couvert ce matin et dès que la température augmente un peu, l’épaisse brume qui se lève de la jungle recouvre absolument tout! on est en plein brouillard et on ne voit rien !!! D’ailleurs on ne sait même pas vraiment si le soleil est réellement sorti 😉

Puthuk Setumbu borobudur temple nirwana sunrise

Bonne déception pour ce lever de soleil complètement loupé, mais si vous vous demandez si ça vaut le coup, en temps normal, ça ressemble à ça il parait! (la photo n’est pas de moi vous le devinez). C’est pratiquement pareil non ?

Puthuk Setumbu borobudur temple nirwana sunrise

En descendant vers le parking, il y a des compatriotes devant nous … et les éternels français sont toujours en train de râler « non mais quelle arnaque, 30.000 pour voir des nuages! ». Hey, il faut relativiser hein, ceux qui ont payé plein pot pour être dans le temple, c’est encore pire 🙂 et puis personnellement j’ai bien apprécié l’ambiance dans la jungle.

Puthuk Setumbu borobudur temple nirwana sunrise

Bonus : Gereja Ayam, l’église poulet !!!

Oui c’est une petite parenthèse « bonus », si vous avez le temps, pas très loin d’ici il y a Gereja Ayam, l’église poulet ! En 1989, Daniel Alamsjah, reçoit une illumination sur cette colline, Dieu lui ordonne de construire une église. Tout seul et contre l’hostilité des autres habitants, il érige cette église en forme de colombe (mais  tout le monde y voit un poulet 😉 ).

Gereja Ayam indonesie eglise poulet church chicken

Le lieu est ouvert à toutes les religions et sert aussi de centre pour jeunes en difficulté. Mais en l’an 2000, il n’a plus de sous et le site est laissé à l’abandon. Sauf qu’avec l’afflux des touristes, le site retrouve une nouvelle vie est il commence à être restauré, il y a un petit café, etc … bref une belle visite insolite 😉

Assez de poulet, revenons à nos moutons (hoho). Allons voir le temple de Borobudur de plus près. Le chauffeur nous dépose sur un immense parking (heureusement encore désert à cette heure là) et on s’installe tranquillement dans un petit warung pour manger quelques crêpes et boire un mauvais café (désolé mes chers amis indonésiens mais vous ne savez pas faire le café :-)). On se dirige ensuite vers l’entrée avec une file pour les indonésiens et une file pour les touristes. On le sent venir de loin le tarif x 10 spécial occidentaux 😉 On est dans les premiers visiteurs. On prend un billet combiné pour le temple de Borobudur et le temple de Prambanan. Cette offre est plus avantageuse, mais c’est tout de même 560.000 Rp … ça consomme pas mal de billets, et visiblement chaque année les prix augmentent!

On passe les portiques de sécurité (pour rappel, il y a déjà eu une attaque terroriste sur le site en 1985) et après quelques minutes de marche nous arrivons devant le temple. Sur la photo ça ne parait pas impressionnant mais sur place c’est très massif. C’est tout simplement le plus grand temple bouddhique du monde et c’est aussi le lieu le plus visité d’Indonésie avec près de 4 millions de visiteurs en 2016!

indonesie borobudur temple statue

Même si le temple est immense, on ne sait au final pas grand chose à son sujet! Il aurait été construit vers l’an 800. On ne sait pas exactement d’où proviennent toutes les pierres. Et sans qu’on sache non plus vraiment pourquoi, le temple est tombé dans l’oubli pendant des siècles (guerres, éruptions volcaniques, conversion à l’islam? mystère) et il finit par être totalement recouvert par la végétation et n’est plus qu’une colline perdue dans la jungle. Ce n’est qu’au XIXe siècle que des administrateurs néerlandais de la région entendent parler d’un ancien temple caché dans la jungle. Ils défrichent et font creuser le site et peu à peu le temple surgit du passé et le monde redécouvre cette merveille … qui est en très mauvais état. Les néerlandais ont même hésité à le démonter et à envoyer les morceaux dans des musées, mais finalement ils ont vu qu’il pouvait encore tenir debout. De nombreux travaux de rénovations ont eu lieu, et en particulier entre 1975 et 1982 où le temple a été intégralement démonté pierre par pierre! Une fondation en béton à été coulée et un système de drainage efficace mis en place pour évacuer les eaux de pluies.

indonesie borobudur temple statue

Le temple a une base carré de 118 m de côté et il possède 9 plateformes. Les 6 premières sont carrés, les 3 dernières sont circulaires. Au sommet il y a un grand stupa (vide) entouré de 72 stupas contenant des bouddhas. Sur 1460 panneaux narratifs, des scènes sculptées racontent la vie de Boudha, prince Sidharta, et la route vers l’éveil de Sudhana. C’est un immense livre à ciel ouvert pour ceux qui savent le lire. Pour les autres (comme moi haha) ça reste un bâtiment assez incroyable, un mandala géant qui vous amènera peut être vous aussi vers l’illumination ! 🙂 (il faut le parcourir dans le sens des aiguilles d’une montre, sinon c’est foutu pour l’illumination!)

indonesie borobudur temple statue

indonesie borobudur temple statue

indonesie borobudur temple statue

indonesie borobudur temple statue

Au sommet du temple, c’est en général là où vous finirez par devenir une attraction pour les visiteurs indonésiens. Préparez-vous pour ce moment de gloire, on viendra forcément se faire prendre en photo à côté de vous, c’est le côté exotique de l’occidental en Indonésie ! 🙂

En tout cas on vous conseille vraiment de faire cette visite très tôt le matin, ne serait-ce que pour éviter les fortes chaleurs et la foule.

indonesie borobudur temple statue

Comme on n’a pas réussi à atteindre l’illumination, il est temps de descendre du temple. Ah tiens au passage, un bon point pour le site : le survol en drone est interdit, ouf!

indonesie borobudur temple statue

Et après le paradis du temple de l’illumination, c’est parti pour l’enfer du passage obligé dans le labyrinthe des boutiques de souvenirs! un véritable dédale, et aucune autre issue, ça peut vitre devenir un calvaire! Et les vendeurs à la sauvette qui lancent des « hey my friend, a stupa for you, very cheap, only 10 » … et la bonne blague, c’est pas 10.000 Rp non, mais 10 dollars ! hahaha juste un prix énorme pour une statuette en résine made in china, on se marre 🙂 et sur le parking, ensuite c’est l’ultra galère pour retrouver le warung avec notre chauffeur, il y en a au moins 100 et ils se ressemblent tous! par miracle on le retrouve en train de piquer tranquillement un roupillon sur un banc  🙂

Comme le temple de Prambanan est à l’opposé, après Yogyakarta, on devrait en toute logique reprendre grosso modo le même chemin qu’à l’aller. Mais pourtant, pendant plusieurs kilomètres on suit une piste de terre toute défoncée où il y a à peine la largeur pour la voiture, sans explications (et de toute façon impossible de communiquer avec le chauffeur, alors un peu de  stress arrive et je check le gps du téléphone pour vérifier qu’on va au moins dans la bonne direction et que c’est pas forcément un kidnapping ahah). On rejoint enfin la route … et c’est parti pour un nouveau sprint à 120 km/h dans la circulation (au lieu de 60 hein), klaxon à fond, à slalomer entre les voitures et les scooters en grillant feux rouges et panneaux stop …

Prambanan

L’arrivée sur le site de Prambanan se fait là aussi dans un parking désert. C’est peut être l’effet Ramadan, en tout cas on savoure déjà le calme 🙂 En fait il faut parler de l’ensemble de Prambanan car il comprend le temple de Prambanan (aussi appelé Loro Jonggrang, c’est le temple principal), le temple de Sewu, le temple de Bubrah et le temple de Lumbung. Le temple de Prambanan lui-même est un ensemble de 240 temples. C’est le plus grand temple au monde dédié à Shiva, un des dieux principaux de l’hindouisme. Même si le site en lui même est beaucoup plus vaste que Borobudur, les monuments sont moins riches et se visitent en moins de temps. Comptez 1h30 sur place, sauf si vous tenez vraiment à tout visiter (vous pouvez même louer une voiturette de golf pour ça haha).

indonesie temple prambanan statue

Ces temples ont été bâtis au IXe siècle sous la dynastie Sanjaya. Chaque temple reprend un schéma identique, avec un premier escalier menant à une enceinte ornée de statues et de panneaux décoratifs, puis un nouvel escalier permettant d’atteindre une petite salle où se trouve la statue de la divinité hébergée par le temple.

indonesie temple prambanan statue

Comme pour Borobudur, le site de Prambanan n’a réellement été redécouvert qu’au XVIIe siècle par les hollandais. Entre temps, il était retombé dans l’oubli, les temples avait subis beaucoup de dégâts à cause des siècles, de la végétation, des guerres de religions et des tremblements de terre.

indonesie temple prambanan statue

Le temple de Shiva est le plus impressionnant et il mesure 47m de haut. On a vraiment l’impression d’être à côté de quelque chose de vraiment massif! C’est une véritable montagne de pierres.

indonesie temple prambanan statue

indonesie temple prambanan statue

Il y a des centaines de statues finement taillées.

indonesie temple prambanan statue

indonesie temple prambanan statue

A l’intérieur des grands temples on retrouve les principales divinités, ici Brahma et Vishnou (je n’ai pas mis Shiva car même si l’ensemble est principalement dédié à cette divinité, je trouvais que sa statue était moche! haha désolé Shiva, m’en veut pas hein)

indonesie temple prambanan statue brahma vishnou

Mon préféré reste toujours Ganesh, le dieu à tête d’éléphant (le fils de Shiva et Parvati, et je vous laisse chercher l’histoire qui raconte pourquoi il a une tête d’éléphant).

indonesie temple prambanan statue

Et cette figure sculptée … ça ne vous rappelle rien ? 🙂

indonesie temple prambanan statue

indonesie chat alice

Allez encore une petite compilation de statues et de scènes assez insolites 🙂

indonesie prambanan statues insolite

indonesie prambanan statues insolite

Très honnêtement à un moment on a un peu pété les plombs : trop de chaleur, trop de fatigue et surtout trop de musique indonésienne traditionnelle (le Gamelan) qui tourne en boucle dans tous les hauts parleurs du site, on craque, vite la sortie !!! Une nouvelle fois, pour rejoindre le parking, il faut obligatoirement traverser un dédale de petites boutiques à souvenirs.

indonesie temple prambanan statue

Retour à l’hôtel Andréa, hop une rapide douche et sieste. Ensuite on cherche un endroit où manger et encore à cause du Ramadan, il y a très peu de resto ou de warung ouverts … alors on se rabat au hasard en prenant quasiment le seul ouvert dans le secteur (et pas forcément le meilleur) : Rumah Makan Racik Biyung (rue ) et on grignote du poulet. Ensuite on se décide pour partir à la découverte du Palais du Sultan (Keraton) et du Château d’eau (Taman Sari). Pas de chance! Toujours à cause du Ramadan les horaires d’ouvertures sont modifiés et on apprend que c’est déjà fermé! De toute façon, dans la foulée un véritable déluge nous tombe dessus. On se réfugie dans le marché de Beringharjo. C’est un dédale de petites boutiques sur plusieurs étages, une véritable fourmilière pour acheter des vêtements, du tissus, de la nourriture, des épices, bref tout ce que vous voulez. C’est principalement utilisé par les locaux.

indonesie yogyakarta pluie

Comme il pleut toujours encore et encore, on va voir l’exact opposé de ce marché local, à l’autre bout de l’avenue Malioboro, c’est le Mal Malioboro ( http://www.malmalioboro.co.id/ ). Ici c’est la véritable galerie marchande occidentale flambant neuve, avec escalators et sol qui brille. Alors qu’on débattait pour savoir ce qu’on allait faire de notre après midi, un vieux monsieur indonésien nous aborde, il parle français. On discute, sa sœur vit à Montpellier blabla et on est content d’avoir une véritable discussion fluide avec un habitant, on raconte nos premières impressions, et à un moment il lâche le fameux « et au fait, vous avez acheté des souvenirs ? » ah … oui mais non, le Batik ne m’intéresse pas du tout », et après quelques minutes, alors qu’on pensait vraiment à une discussion totalement désintéressée, il nous propose de venir voir sa boutique d’art, « c’est juste à côté, entrer ça veut pas forcément dire acheter hein, c’est dommage de partir sans rien, etc etc … « .  Et bien non mon cher monsieur, et c’est un peu dommage de forcément tout ramener au commerce, on lui dit au revoir et on rentre à l’hôtel sous la pluie et on commence à se demander ce qu’on fait ici à Yogyakarta …

Allez, on ne baisse pas les bras, changement de programme! Comme c’est Ramadan et que tout est fermé, qu’il y a de la pluie tous les jours, alors hop en route, allons voir ailleurs s’il fait meilleur! En sirotant notre Bintang quotidienne à la terrasse de l’hôtel, on réserve à l’improviste pour le lendemain matin un vol (compagnie Air Asia) pour Bali (Denpasar) et de là on prendra un autre vol (compagnie Garuda) pour rejoindre la ville de Labuan Bajo sur l’ile Florès, tout à l’est de l’Indonésie loin la-bas. Hop, une réservation sur booking pour notre hôtel demain soir et voilà c’est bouclé. C’est quand même bien pratique internet ! 🙂 Évidemment on fait une croix sur tout un tas de choses qu’on aurait adoré faire à Jakarta, mais des fois, il faut savoir changer de plan!

Le temps d’une accalmie, on repart se balader dans les rues en mode street-art explorer. Il y a d’ailleurs un gros spot à graffitis sur le grand mur qui fait le tour du stade Kridosono (on tourne d’ailleurs autour en taxi en allant vers l’aéroport).

indonesie yogyakarta street art

indonesie yogyakarta street art

indonesie yogyakarta street art

Mine de rien, on est quand même bien fatigué avec ce réveil à 3h du matin dès le lendemain de notre arrivée en Indonésie et comme notre vol du lendemain nous oblige à se lever à 5h, on décide de ne pas aller trop loin, et pour manger on s’arrête à un petit resto à côté de l’hôtel : le Bedhot (http://www.bedhots.com/resto). On pensait que ce serait tout pourri (car sur le menu il y a aussi des pizzas, des burgers, des pâtes, etc …) mais en fait non, chouette repas (si vous commandez de la nourriture indonésienne en général, il n’y a jamais de réelle mauvaise surprise, par contre si vous voulez une pizza … haha mauvais choix!).

Retour à la chambre, on boucle les valises et good night Yogyakarta!

<< Jour 1 – Yogyakarta
>> Jour 3 – Yogyakarta – Denpasar – Labuan Bajo

Jour 1 – Yogyakarta

Indonésie – Jour 1 – Yogyakarta

Les sacs à dos sont bouclés et les vaccins plus ou moins à jour, alors c’est parti, hop en route! Le premier vol en direction de l’Indonésie se fait avec la compagnie Singapore Airlines avec une escale de quelques heures à Singapour. Ensuite on embarque avec Air Asia (low cost asiatique) pour enfin arriver sur l’ile de Jakarta, à Yogyakarta en début d’après-midi. L’aéroport n’est vraiment pas très grand et dès la sortie on se retrouve dans une situation qui se produit très très très souvent en Indonésie : une horde de chauffeurs de taxis qui ne vous lâchent pas d’une semelle. On commence par récupérer des billets au distributeur, et on se familiarise avec ces liasses énormes qui nous remplissent les poches et et qui ne valent pas grand chose, c’est la roupie indonésienne (Rp ou IDR). On est fatigué alors on tire au sort notre taxi, pif paf pouf ce sera toi notre chauffeur. Le trajet en ville nous coûte 100.000 Rp (il y a surement moyen de négocier mieux, mais là on a juste envie de se reposer un peu).

Nous avons pris une chambre au Andrea Hotel (Sosrowijayan Wetan GT I/140 – https://andreahoteljogja.wordpress.com ). C’est un tout petit hôtel, mais il a l’avantage d’être très près de la gare, c’est super pratique si on doit prendre un train tôt. L’autre avantage, c’est qu’il est dans une minuscule rue piétonne, donc au calme et sans bruit de circulation. Le tarif est carrément abordable (310.000 Rp pour deux nuits) mais à ce prix là il ne faut pas s’attendre au grand luxe. La chambre est très simple, la fenêtre minuscule, et on a un peu l’impression d’être dans une cave humide et surchauffée. Il y a une petite télé qui ne fonctionne pas, et un ventilateur au dessus de la porte qui heureusement lui fonctionne. Pour récupérer de la fatigue du vol on fait une petite sieste.

Après un peu de repos on commence l’exploration de la ville un peu au hasard dans les rues. Il pleut, le ciel est gris, le voyage commence bien! Ah une précision importante, on est en pleine période de Ramadan, dans le plus grand pays musulman du monde et sur l’ile de Jakarta à majorité musulmane donc. Ça a son importance, car de nombreux restaurants et bars sont fermés.

Yogyakarta a servi de capitale temporaire (à la place de Jakarta) entre 1946 et 1949 à la fin du conflit avec les colonisateurs hollandais. Depuis, elle garde un status particulier. Elle est aussi réputée pour être la capitale de l’art javanais et en particulier du Bakit, on y reviendra plus tard.

La balade est plutôt mitigée, car nos premières rues ressemblent un peu à ça, c’est pas très glamour 🙂 Au moins l’avantage, c’est que c’est très coloré, il y a des graffitis un peu partout. Si vous aimez le street art vous allez être servis.

Le hasard nous amène devant ce monument devant lequel de nombreux indonésiens se font prendre en photo. Alors c’est parti pour la petite page historique : ce monument commémore l’attaque générale surprise du 1er mars 1949.

A l’époque, alors que le conflit fait toujours rage entre les colonisateurs hollandais et les indonésiens, et que l’ONU essaye de calmer le jeu, les militaires indonésiens décident de lancer une attaque surprise pour reprendre le contrôle de la ville. De bon matin, et pendant plusieurs heures, les troupes indonésiennes s’infiltrent et combattent en mode guérilla dans les rues. Six heures durant, la ville sera aux mains des indonésiens … mais avec l’arrivée des renforts, les hollandais reprennent la ville dans la journée. Succès mitigé donc ? … mais gros succès diplomatique : le monde a la preuve que l’armée indonésienne existe toujours et qu’elle peut toujours se battre. Le moral des troupes hollandaises est affecté, et cette offensive sert d’inspiration à des résistants indonésiens dans tout le pays.

Si l’histoire vous intéresse, juste derrière le monument se trouve le Fort Vredeburg, une ancienne forteresse militaire hollandaise, reconvertie en musée.
http://vredeburg.id/id/

On a quand même réussi à trouver au moins un bâtiment neuf et « joli » dans la ville, c’est celui de la Bank Indonésia. On apprend un peu plus tard que de nombreux batiments dans la ville ont subis des dégâts après le terrible tremblement de terre de 2006 qui a secoué toute la région.

On décide de remonter l’avenue Jalan Jendral Ahmad Yani qui devient ensuite l’avenue Malioboro. C’est l’avenue principale de la ville, et le sultan paradait ici pour rejoindre son palais, c’est un peu l’équivalent des Champs-Élysées quoi. Tout le monde semble s’y retrouver le soir, et pour les resto, boutiques, centres commerciaux, c’est ici qu’il faut aller.  Lors de notre passage il y avait beaucoup de travaux pour en faire une avenue moderne, beaucoup plus adaptée aux piétons avec des grands trottoirs neufs, des lampadaires designs, etc ..

Le clou du spectacle en haut de l’avenue, c’est cette grosse statue de lion en métal.

L’avenue Malioboro a aussi des inconvénients : toutes les 5 minutes on vous propose d’aller visiter une boutique pour acheter du Batik. Alors le Batik, c’est une étoffe colorée typique fabriquée en utilisant une sorte de système de pochoir à la cire qui permet de protéger des zones de tissus pendant qu’on le trempe dans un bain colorant. On réalise l’opération plusieurs fois, on retire la cire, et hop on a un beau Batik. Personnellement, les étoffes et le tissu tout ça, ça ne m’intéresse vraiment pas. Et comme ici, c’est LE truc qu’il faut acheter, et TOUT le monde essaie de vous le vendre, c’est assez lourd. Certaines boutiques valent probablement le coup, d’autres sont probablement de pures arnaques. Il suffit de répondre poliment que vous en avez déjà acheté 2 pour votre grand mère et c’est en principe réglé … jusqu’au prochain démarcheur haha 🙂

On décide de s’éloigner de Malioboro pour ne plus être harcelé et on cherche un coin sympa pour boire un verre … sauf que Ramadan oblige, la ville est un peu désertée par les touristes et les locaux ne sont pas trop en train de boire des verres. Du coup les quelques bonnes adresses que j’avais noté sont fermées ou complètement désertes et sans ambiance 🙁 (le pub Oxen Free par exemple avec sa cour intérieur et ses concerts live) … Alors un peu au hasard, on se retrouve à la terrasse du Lucifer et ses pentacles, à l’angle de la rue Sosrowijayan et  Gandekan. Drôle de nom pour un bar, surtout en face d’une mosquée, mais bon, on avait soif et les lumières étaient sympas … et on était désespérément seuls !

Visiblement dans ce bar le reste de l’année d’après les vidéos diffusées sur les télés à l’intérieur, c’est une toute autre ambiance : grosse fiesta, musique live à fond, mais ce soir là, c’était un peu « on est ouvert mais on se la joue discret car c’est le ramadan ». On commande une bière et là on découvre LA bière indonésienne, la Bintang.

indonesie bintang biere beer

La brasserie Bintang est issue d’une filière de Heineken, et la bouteille, les couleurs, le logo, et le gout, c’est tout comme de la Heineken. Petite surprise pour la ‘large bintang’, les bouteilles font 620 ml, ça surprend un tout petit peu la première fois 🙂

Une fois l’apéro fini et les anti moustiques utilisés (ces sales bêtes sont partout), on rentre prendre une douche à l’hôtel (douche froide … ah oui, il y a très rarement de l’eau chaude dans les douches en Indonésie, il ne faut pas crier, c’est comme ça et puis c’est tout).

On décide d’aller manger à côté de l’hôtel au restaurant Superman (No.17, Sosromenduran) … Superman, Lucifer, on enchaine ! C’est clairement un lieu pour touristes mais la salle est sympa sous une grande charpente en bois, sans murs, ouverte de tous les côtés. D’ailleurs derrière une tenture, c’est un espace de prière pour les femmes et les filles, tandis que les hommes et les garçons sont juste de l’autre côté de la rue dans une mosquée. Ambiance détendue, avec les prières mélangées aux rires des enfants, la famille qui fait la cuisine et qui ne s’attendait absolument pas à avoir des clients ce soir, des petits rats qui gambadent le long du mur et de temps en temps une poule qui pointe le bout de son bec au milieu des tables. En tout cas, on a bien rigolé et on a pas trop mal mangé 🙂

En rentrant a l’hôtel, on a toujours la fatigue du décalage horaire, mais pas de temps à perdre, on discute avec la personne à l’accueil et on réserve un « package visite des temples Borobudur et  Prambanan avec chauffeur » (150.000 Rp pour le chauffeur) pour le lendemain. Réveil à 3h du mat’, ça va piquer !!!!! 🙂

>> Jour 2 – Yogyakarta – Borobudur – Prambanan

Amsterdam – Oud west , Quartier des musées

Amsterdam – Oud west et Quartier des musées

Le quartier de Oud west, comme son nom semble l’indiquer, se situe au sud ouest de la ville. C’est d’ailleurs ici que se trouvait notre logement (Airbnb dans la rue Witte de Withstraat). Allez on part se promener dans le coin, hop en route!

Si vous êtes dans le secteur, profitez-en pour aller emprunter la petite rue Slatuinenweg. La première raison, c’est déjà que cette rue a une jolie gueule 🙂 des petites maisonnettes mignonnes, qui ressemblent presque à des maisons de poupées. Pas une ne dépasse un étage et c’est assez rare à Amsterdam. (une petite maisonnette ici, ça vaut quand même 600.000 eur … pour se donner un ordre de valeur hein …)

amsterdam rue slatuinenweg maisons

La seconde raison c’est que dans cette rue se cache une surprise cachée. Au n°45 de la rue, il y a un portail avec écrit Natuurtuin Slatuinen dessus. Ce portail est ouvert les jeudi et dimanche après-midi. A l’intérieur on découvre un jardin caché, une oasis de nature en pleine ville. Depuis plus de 25 ans les habitants du quartier ont décidé de reprendre en main un parc laissé à l’abandon par la municipalité pour en fait un véritable écosystème : petit lac, marais, prairie, plantes à fleurs, oiseaux. Un joli coin caché 🙂

En continuant la ballade vers le sud, direction vers d’anciens entrepôts de tramway. En 2014 ils ont été rénovés et à l’intérieur s’est installé Foodhallen (Bellamyplein 51). Il s’agit du premier indoor street food market d’Amsterdam. Le concept est simple : bien au chaud à l’abri et réuni dans un immense hangar, on retrouve un condensé de la street food mondiale, à toutes les sauces et issue de tous les pays. C’est destiné aux locaux comme aux touristes, c’est un peu plus cher qu’ailleurs, ça se la pète un peu, mais ça reste sympa (si on aime le concept d’être dans un lieu super trendy instagramé à outrance et où les selfies sont rois). A voir ou pas donc, en tout cas, ça a au mois le mérite de n’être pas mauvais! 🙂

amsterdam foodhallen street food resto

Plus d’infos ici : http://foodhallen.nl/foodhallen/

Toujours en continuant vers le sud vous arrivez presque immanquablement dans le quartier de Wilhelmina Gasthuis terrein. Cette zone de 12 hectares a pendant longtemps abrité les malades, les pestiférés, les asiles de fous et tout ce que la métropole essayait de soigner (et cacher) loin du centre ville. Avec le temps il est devenu un véritable centre hospitalier tout en gardant un esprit « village ». Quand en 1994 la ville déménage tout le monde dans un nouveau centre hospitalier, il y a des grands débats pour décider l’avenir du quartier. Les squatteurs, artistes, associations de quartiers auront raison de la municipalité et un accord est trouvé pour un faire un quartier artistique, social et associatif. C’est assez étonnant de voir maintenant ces grands espaces au milieu d’une zone très dense et urbanisée. N’hésitez pas à vous y promener au hasard 🙂

A quelques minutes à pieds de là, se trouve l’église de Vondelkerk. En fait elle abrite maintenant des bureaux et des conférences, car elle a été vendu en 1977 pour 1 florin symbolique. Ce genre de reconversion de bâtiment religieux et je trouve toujours assez surprenant, car on n’a pas trop l’occasion de voir ce genre de cas en France.

amsterdam Vondelkerk eglise church

On arrive maintenant au Vondelpark. C’est le plus grand parc urbain d’Amsterdam. Son nom vient de Joost Van den Vondel (sa statue se trouve au milieu du parc). C’est un des plus grands poètes néerlandais, un peu l’équivalent de notre Molière ou de Victor Hugo. C’est un grand parc (48 ha) à l’anglaise. Bon j’avoue en hiver, il n’a pas trop de charme, et on l’a trouvé plutôt triste.

amsterdam parc vondelpark statue

Si vous voulez faire votre footing, faire un foot, un pique nique, ou vous roulez dans l’herbe avec votre chien (pourquoi pas hein), et bien c’est l’endroit idéal.
Sinon durant votre ballade, jetez un œil aux maisons qui se trouvent au sud et qui bordent le parc, on est loin, très loin, de petits cabanons de smicards, des véritables manoirs! 🙂

amsterdam parc vondelpark

En allant vers la sortie (ou l’entrée) principale du parc à l’est, on passe sous un pont, et là hop il faut s’arrêter et regarder à gauche! lieu insolite et caché! D’ailleurs tellement bien caché que si vous ne le connaissez pas, vous ne risquez pas de tomber dessus par hasard. Il s’agit du Vondelbunker. A l’origine lors de la construction du pont juste au dessus en 1940, un bunker pour servir d’abri en cas d’attaque aérienne est aménagé. Dans les années 60 le lieu est utilisé comme club (le Line 3 puis le Studio 7) et ferme à la fin des années 70.

amsterdam vondelbunker salle concert parc park underground

Depuis 2011, une association de bénévoles fait vivre le lieu. C’est à l’arrache, c’est sans argent, et le but c’est juste de faire simple et bien et sans prise de tête. Entrée gratuite, fonctionne grâce aux dons. Ce n’est pas un squat même si ça en a un peu l’air. Bref, à découvrir 🙂
Plus d’infos sur les soirées prévues : https://vondelbunker.nl/

Une fois sortie du parc, il suffit d’aller sur la droite, et hop on arrive sur le Quartier des Musées. Le quartier porte ce nom grâce aux nombreux musées qui se trouvent autour de la grande place gazonnée Museumplein et le plus célèbre est le Rijksmuseum. On y trouve aussi en vrac : le Stedelijk Museum, le Musée Van Gogh et le musée d’art moderne Moco Museum. Cette concentration de musées au même endroit me fait beaucoup penser à Berlin et son ile des musées.

S’il n’y en a qu’un à voir durant votre visite, c’est le Rijksmuseum (l’équivalent du Louvre). C’est le plus grand musée des Pays Bas. Il ouvre ses portes en 1895. Il est entièrement rénové et repensé de 2003 à 2013 (dix ans!) mais à sa réouverture, ça vaut le coup, un musée qu’il est beau! 🙂

amsterdam rijksmuseum musee museum

Le prix d’entrée est un peu cher (17.50€) et attention le musée ferme à 17h! On se laisse facilement dépasser par le temps et après c’est la course pour tout voir avant de se faire choper par les gardiens qui veulent nous mettre dehors 🙂

amsterdam rijksmuseum musee museum

Plus d’infos ici : https://www.rijksmuseum.nl/fr/service-visiteur (et je tiens à signaler que le personnel est vraiment cool, on a retrouvé sans problème une veste perdue dans le dédale de couloirs 🙂 )

Il y a une salle avec d’impressionnantes maquettes de navires, et énormément de pièces liées à l’age d’or de la marine néerlandaise. Il y en a même un peu trop, car j’avoue que les collections de porcelaines et les dentelles, ça m’a franchement laissé de marbre.

amsterdam rijksmuseum musee museum maquettes bateaux

Bon et sinon, il y a tout de même de très grands noms de la peinture. Et c’était vraiment chouette de découvrir « en vrai » ces œuvres. Par exemple Vermeer avec sa célèbre laitière. Mais personnellement c’est la femme en bleue que je préfère. Une touche très moderne pour un tableau du XVIIe siècle, j’achète! ça ira bien dans mon salon ! 🙂

amsterdam rijksmuseum musee museum vermeer laitiere femme bleue courrier

Un petit coup de cœur aussi pour cette rivière au clair de lune de Aernout van der Neer.

amsterdam rijksmuseum musee museum aernoudt neer rivier de nuit

Évidemment il y a aussi du Rembrandt, l’un des plus importants peintres de l’École hollandaise du XVIIe siècle, avec par exemple ces célèbres autoportraits.

amsterdam rijksmuseum musee museum rembrandt autoportrait

La pièce principale du musée, c’est la Ronde de Nuit de Rembrandt. En fait la scène se passe de jour mais le bitume utilisé comme liant dans sa peinture a tendance à s’encrasser et brunir au fil des ans. Ce tableau devenant de plus en plus sombre a pris le titre de Ronde de Nuit.
amsterdam rijksmuseum musee museum rembrandt ronde de nuit
Il y a sincèrement énormément de choses à voir et je ne vais pas vous embêter avec trop de photos, mais c’est clairement un musée testé et validé 🙂
Une fois dehors, une statue nous indique le chemin à suivre, un autre musée?  ok, c’est tout droit ? merci, on y va!
 
amsterdam rijksmuseum musee museum statue

 

Et bien hop, juste en face donc, il y a cette bâtisse avec écrit Moco dessus, c’est justement là qu’on va. C’est le Modern Contemporary Amsterdam Museum. Il est ouvert depuis 2016 dans une belle maison d’architecte qui date de 1904. J’avoue que le contemporain c’est pas toujours ce que je préfère, mais la, expo sur Banksy, alors je me dis banco, on y va illico!

amsterdam moco museum

Et effectivement il y en a du Banksy. Et il y a aussi beaucoup, beaucoup, beaucoup de monde. Comme le musée n’est pas très grand, ça devient vite la bousculade, et on se croirait un peu dans la ligne 13 du métro à Paris de bon matin (pour les connaisseurs).

amsterdam moco museum banksy

Et puis (c’est un avis personnel) très rapidement, je trouve que du street art dans un musée, et d’autant plus du street art dénonçant l’art, le fric et les institutions … dans un musée donc, ça perd tout son sens et c’est chiant. Et d’autant plus quand tout le monde se prend en selfie devant. Le street art, c’est dans la rue et puis c’est tout!

amsterdam moco museum banksy

Bref j’aime Bansky mais je n’aime pas ce musée. Il y a un côté trop « disneyland » … ah bin tiens, justement quand on en parle …

amsterdam moco museum banksy

amsterdam moco museum mickey

Il y avait à ce moment là aussi une rétrospective sur Roy Lichtenstein. Et si vous aimez Andy Warhol, il y en a aussi. A vous de voir si ça vaut le coup de passer cette visite dans votre balade …

amsterdam moco museum roy lichtenstein van gogh

Plus d’infos ici : https://mocomuseum.com/

Et pour fumer ?

– Le Coffeeshop Club Media (). Peut être pas le meilleur de la ville, mais un personnel vraiment très sympa.
Site web

La suite des autres quartiers d’Amsterdam 🙂

Amsterdam – Westerpark

Westerpark

 Westerpak, c’est le nom du secteur au nord ouest de la ville. Il tire son nom du grand parc moderne qui s’y trouve.
Pour commencer la balade, on se dirige vers Zoutkeetsgracht. Derrière ce nom barbare se cache le nom d’un canal qui borde un quartier où pendant longtemps se trouvaient d’immenses entrepôts pour stocker le sel. Maintenant, les environs de Zoutkeetsgracht sont peuplés de résidents, c’est calme et ambiance village, loin de la foule et des touristes qu’on peut croiser dans le centre d’Amsterdam.
On continuant la ballade on arrive dans le quartier de Zeeheldenbuurt, qui a longtemps était synonyme de quartier ouvrier. Et c’est ici, en bas de la rue Hembrugstraat que se trouve le Het Schip (surnommé le navire). C’est un énorme complexe (102 appartements ouvriers) conçut par l’architecte Michel de Klerk en 1919. C’est un des exemples les plus aboutis de l’école d’Amsterdam. Le but de ces architectes imprégnés du socialisme naissant était d’améliorer la condition de vie des ouvriers et d’offrir des logements modernes et décents. En utilisant principalement la brique, ils ont construit de nombreux bâtiments abritant des logements sociaux. Le Het Schip contient d’ailleurs un musée de l’architecture dans l’ancienne poste qui se situe à « sa proue ».
asmterdam architecture het schip museum
Plus d’infos ici : https://www.hetschip.nl/
On suit la rue Zaanstraat, on prend à droite en passant sous les rails de chemins de fer et on arrive à l’entrée de Westerpark. Il a été aménagé en 1890 pour remplacer une ancienne station de chemin de fer. Ne vous fiez pas trop à mes photos, ce jour là il faisait moche et forcément c’est tout gris ça ne donne pas trop envie d’y aller. Mais il y a plein de trucs trop bien. La Westergasfabriek par exemple, c’est une ancienne usine à gaz, et les bâtiments ont été complètement rénovés et reconvertis en espace culturel.  Des restos et des bars sympas, en veux tu en voila, comme avec le yéti du Pacific Bar qui vous invite à venir!
amsterdam westerpark statue pacific
Il y a aussi le grand Gashouder qui abrite des concerts, expos, soirées technos et pleins d’autres évènements, le tout dans un énorme silo à gaz qui date de 1902 (le plus grand d’Europe à l’époque). Pour plus d’infos sur les dates vraiment trop cools pour quand vous y serez, c’est ici : http://www.westergasfabriek.nl/en/
Fin mai, il y aussi le grand festival de foodtruck : http://rollendekeukens.amsterdam/en/
Bref, il y aura forcément un truc qui vaut le coup 🙂
A quelques centaines de mètres de là, au bord de la route Haarlemmerweg on croise un grand moulin, c’est le De Bloem, un ancien moulin à blé datant de1786. Si vous aimez les moulins, encore un peu plus loin dans cette direction, il y a le De 1200 Roe qui date de 1632 et qui servait à assécher un polder, il est maintenant reconverti en maison privée.
Les moulins quoi, c’est un peu le cliché qu’on doit avoir aux Pays-Bas 🙂
amsterdam moulin de bloem
Vous en voulez encore ? allez, alors on revient un peu sur nos pas et on part vers le sud le long de la rue Van Hallstraat jusqu’à rejoindre un canal, et en continuant le long du quai, on le voit en face. C’est le moulin De Otter, qui date de 1631, celui là c’est un moulin à bois (il permettait de scier des planches quoi) et il était encore utilisé jusque dans les années 1920! Il a été rénové en 1997 mais depuis il y a une guerre juridique sur on avenir et il est laissé à l’abandon.
amsterdam moulin de otter canal
En principe, là vous devez être sur la petite passerelle piétonne de Buysbrug, et vous pouvez admirer un grand mur à perte de vue. A quoi sert ce rempart ? Il y a une prison derrière ? et bien non, c’est le Centrale Markt Amsterdam. C’est un peu l’équivalent de Rungis pour Paris. C’est une zone de commerce en gros pour la nourriture, c’est le grand marché qui alimente toute la capitale (interdit au public).
amsterdam oostelijk marktkanaal
Et juste à côté il y a une dernière curiosité, de toute façon, vous ne pouvez pas passer à côté tellement on ne voit que ça, c’est The Marcanti Island. Il s’agit de 2 grands immeubles d’appartements construits dans les années 70 en formes de pyramides imbriquées. Ça se passe sur Jan van Galenstraat, à voir ! 🙂
La suite des autres quartiers d’Amsterdam 🙂

Amsterdam – Jordaan et Grands canaux

Jordaan et Grands Canaux

Pendant l’âge d’or de la ville au XVIIe siècle,  quatre grands canaux ont été creusés à l’ouest de Centrum. Ils forment le quartier des Grands Canaux et de Jordaan.
Le premier grand canal est le Singel, qui correspond aux anciennes douves des vieilles fortifications médiévales de la ville.  Ensuite c’est le Herengracht, le canal des praticiens. La partie de ce canal au sud de la ville, entre les rues  Leidsestraat et Vijzelstraat, est d’ailleurs un des quartiers les plus prestigieux de la capitale. C’est ici que les plus riches familles se sont installées, et de là vient son surnom la Courbure d’Or (Gouden Bocht).  Le grand canal suivant est le Keizersgracht, Canal de l’empereur (en l’honneur de l’empereur du Saint Empire Romain Germanique Maximilien Ier). Et enfin, il y a le Prinsengracht, Canal du Prince (en l’honneur de Guillaume Ier d’Orange-Nassau).

Allez on enfourche son plus beau vélo et hop en route, c’est parti pour la ballade! 🙂

amsterdam canal velo

On va découvrir le quartier en allant du nord au sud. Le point de départ, c’est le quartier de Brouwersgracht (qui a d’ailleurs son propre canal du même nom). C’est l’ancien quartier des brasseurs et il est souvent oublié dans les visites d’Amsterdam, alors qu’en fait, il est vraiment très cool. Au hasard des ruelles, des petits commerces, des terrasses de bars et resto sympas, on peut voir les grandes maisons qui ressemblent à des hangars. A une époque, boire de la bière était même moins risqué que de boire de l’eau, les habitants ont vite fait le bon choix! 😉 Il y avait en effet de nombreuses brasseries le long du canal et la production de bière était une importante source de richesse pour la ville.  Le destin le plus célèbre est celui de Gerard Heineken qui rachète une brasserie à Amsterdam en 1864 et fondera ensuite un des plus grands empires de la bière mais c’est une autre histoire 🙂

amsterdam facades maisons

Si vous faites attention, comme sur le fronton de cette maison en photo, vous verrez souvent le symbole XXX à Amsterdam. Rien à voir avec l’industrie du porno! Ces trois X font parties du blason d’Amsterdam, inspiré des armoiries du chevalier Persijn, le premier seigneur de la ville, et qui reprend la croix de St André, saint patron des pêcheurs, les tout premiers habitants d’Amsterdam.

Si au hasard de vos balades vous passez près de l’Amsterdam Cheese Museum, passez votre chemin, une boutique attrape touriste (et puis de toute façon les meilleurs fromages sont en France c’est bien connu! 😉 ) . Le quartier de Jordaan est assez bobo je trouve, et ce qui m’a le plus marqué, ce sont vraiment les grandes fenêtres des habitations, sans rideaux, et qui donnent directement sur les intérieurs des maisons. Cette absence d’intimité me parait toujours incroyable. Voir un type manger seul à table chez lui, collé à sa fenêtre et être dans la rue à 20 cm de lui et il fait un signe de tête « salut ça va ». Voir deux mecs mater un film vautrés dans leur canapé. Voir, voir, voir … On passe son temps à voir chez les gens, c’est assez perturbant. Je me demande presque si en fait ce ne sont pas des acteurs payés par la ville pour faire « genre c’est comme ça les Pays-Bas » 🙂

En descendant vers le sud on repère forcément à un moment le plus haut clocher d’Amsterdam (85 m de haut). C’est la Westerkerk (l’église de l’ouest). Amsterdam possédait des églises catholiques qui ont ensuite étaient récupérées par les protestants. Mais la Westerkerk est la première grande église construite pour les protestants. Au XVIIe siècle, tout le quartier Jordaan est en pleine expansion. Les réfugiés des campagnes, les riches exilés d’Europe, tout le monde afflue aux Pays-Bas. Pour satisfaire cette population qui multiplie le nombre d’habitants de la ville par dix en moins d’un siècle, la Westerkerk est bâtie en 1631. Pendant longtemps, on enterrait à l’intérieur des églises, et la tombe de Rembrandt se trouve ici.
amsterdam westerkerk eglise canal nuit clocher tour
Collée à l’église se trouve la statue en souvenir d’Anne Franck, qui est photographiée non stop par tout le monde (moi y compris) et la maison qui est derrière est donc la plus photographiée d’Amsterdam, mais elle n’a rien à voir avec Anne Franck, c’est celle du sacristain de l’église 🙂
La maison d’Anne Franck, se trouve au 263 Prinsengracht. Et en fait je ne connaissais pas vraiment son histoire, et c’est presque par hasard, quelques semaines avant de partir à Amsterdam, que j’ai lu cette très belle BD le « Journal d’Anne Frank » (Nadji Scelsi) et que je vous conseille d’ailleurs. J’ai donc découvert un peu plus précisément son histoire. Cette fille de 13 ans, d’une famille réfugiée juive allemande à Amsterdam et qui notera dans son journal intime les 2 ans vécut cachés dans une maison pour échapper aux nazis. La famille sera finalement dénoncée un peu avant la fin de la guerre et Anne Franck meurt du typhus dans un camp de concentration. Son père, le seul survivant de toute la famille, découvre le journal intime de sa fille et décide de le publier comme un témoignage poignant. Depuis, le journal d’Anne Franck a été publié plus de 30 millions de fois et traduit en 70 langues.
amsterdam anne frank maison statue juive
Et la maison d’Anne Franck alors ? et bien on ne l’a pas visité. Trop de monde en mode pizzas soda selfies, pile dans l’ambiance quoi. Mais il parait que la visite est intéressante.
Pour préparer votre découverte du musée, c’est ici : https://www.annefrank.org/en/
Toujours à côté de la Westerkerk se trouve un petit monument assez discret en forme de grand triangle rose débordant sur le canal, c’est le Homomonument. Il est en hommage à toutes les victimes dans le monde à cause de leur homosexualité. Il est inauguré en 1984.
amsterdam homosexuel homo gay monument

Et pour manger et boire un verre au fait ?

– Je vous conseille un très chouette restaurant, le Moeders (Rozengracht 251). Plutôt dans le genre plats typiques de la gastronomie néerlandaise (oui ça peut faire peur haha), mais on a très bien mangé, décoration très chouette et service agréable. Testé et validé 🙂
http://www.moeders.com/nl/thuis

– Le Café ‘t Smalle (Egelantiersgracht 12) est pas mal non plus, ambiance boisé, posé et tranquille, on s’y sent bien.
http://www.t-smalle.nl/

Et pour fumer ?

– Le coffee-shop Amnesia (), tranquillement posé au bord du canal Herengracht est réellement un spot très agréable 🙂
Page facebook
Si on traverse les canaux en direction du centre, sur un petite place aménagée sur un pont au dessus du canal Singel, il y a la statue de Multatuli. Très honnêtement, je n’avais aucune idée de qui il s’agit, mais je me suis dit « une grande statue = un grand homme ». Après quelques recherches, voici donc l’histoire : Eduard Douwes Dekker, dit Multatuli (du latin multa tuli : « J’ai beaucoup supporté »), était fonctionnaire aux Indes Néerlandaises, à l’ouest de l’ile de Java. Ce qui est maintenant l’Indonésie était alors occupée par les néerlandais qui en avait fait leur colonie et toutes les richesses du pays étaient pillées allègrement et les habitants étaient une main d’œuvre proche de l’esclavagisme. Ecoeuré par ce système, Eduard donne sa démission en 1856, et en 1860 il publie un roman quasi autobiographique appelé « Max Havelaar« .
amsterdam statue multatuli
Ce roman raconte le sort très dur réservé aux indonésiens dans les plantations de café (qui était l’or noir de l’Indonésie), la corruption et l’inaction totale de toutes les voies hiérarchiques face à ce drame. Le roman aura un énorme retentissement aux Pays-Bas et permettra de rétablir un peu d’éthique dans les colonies. Depuis, une célèbre association a repris le nom du héros, et voilà. La prochaine fois que vous boirez du café Max Havelaar vous aurez une pensée pour Eduard Douwes Dekker (si en tout cas vous vous rappelez de son nom!).
A une centaine de mètres de là se trouve une rue assez particulière, c’est la Raadhuisstraat. En 1895, il y a des travaux de réaménagement dans la ville, un canal voisin est bouché pour permettre la circulation et ouvrir une grande avenue jusqu’au Palais, mais il y a un souci avec deux rues à rejoindre mais qui ne sont pas alignées. Le résultat, c’est plusieurs pâtés de maisons démolies et à la fin on a la Raadhuisstraat, avec sa grande courbe et sa très belle galerie couverte 🙂
amsterdam rue boutiques

Un peu plus au sud, sur la place d’Elandsgracht se trouve plusieurs statues de musiciens. Des grands compositeurs classiques ? Est-ce que Mozart a vécu ici ? et bien non, ce sont d’illustres inconnus pour nous mais ils sont assez célèbres dans la culture populaire des Pays-Bas, comme le fameux duo Johnny Jordaan & Tante Leen. Vous n’êtes pas obligé de faire un détour pour les voir 😉

amsterdam elandsgracht statues musiciens

Dans la série « statue insolite« , allez à la station Bloemgracht sur Tweede Marnixplantsoen. Avec un peu de chance dans le petit square, vous verrez peut être cette statue de l’homme invisible avec un violon. Pourquoi « avec un peu de chance » ? et bien car cette statue, est anonyme, et elle apparu mystérieusement ici, une nuit en 1982.  Personne ne sait qui l’a sculptée et ce qu’elle fait là. La municipalité a décidé de la laisser en place. Puis quelques années plus tard, elle a tout aussi mystérieusement disparu pour réapparaitre peinte en bleue.
amsterdam statue homme invisible violon
Aux dernières nouvelles, il semblerait que l’homme invisible se soit encore fait la malle.
Si vous voulez en savoir plus sur les statues mystérieuses d’Amsterdam.

Il faut toujours avoir l’œil ouvert à Amsterdam pour profiter des curiosités qu’on découvre au hasard des rues 🙂

amsterdam insolite rue jordaan

En continuant la balade, le long du canal Singel, et à proximité du clocher de la Munttoren (la Tour de la monnaie), se trouve le célèbre Bloemenmarkt. C’est LE marché aux fleurs d’Amsterdam. Il est permanent depuis 1883 et est ouvert toute l’année (sauf le dimanche). A l’origine les vendeurs de tulipes venaient en barques et s’amarraient le long du canal. Maintenant les barques sont remplacées par des petites échoppes mais le tout reste flottant, fidèle à la tradition.
amsterdam bloemenmarkt marche fleurs
Concrètement, il n’y a pas beaucoup d’intérêt. Les boutiques sont de plus en plus remplies de babioles et souvenirs made in China. Il y a de moins en moins de fleurs et de tulipes. Et c’est principalement des bulbes qu’on peut acheter ici, et pas forcément de la meilleure qualité d’ailleurs. Si vous voulez acheter un cadeau « made in Amsterdam made in China » à votre grand mère, et bien c’est ici!
amsterdam bloemenmarkt marche fleurs
Ah et les photos sont interdites il parait 🙂
On continue la balade, et il y a toujours un peu de romantisme à la Venise ici.
amsterdam canal peniche
En continuant vers l’Est, jusqu’à l’extrémité des grands canaux, on arrive à la Place Rembrandt (Rembrandtplein). Ici, en plus d’un petit marché d’artisans et des boutiques éphémères le week-end, il y a au beau milieu de la place sur un piédestal, la statue de Rembrandt. Elle date de 1852, en hommage au peinte le plus illustre de l’age d’or néerlandais. Et aux pieds du peintre, il y a tout un tas d’autres personnages. Ils proviennent tous d’un des tableaux les plus célèbres de Rembrandt, qu’on peut voir au Rijksmuseum d’ailleurs, c’est la Ronde de Nuit.
amsterdam rembrandt monument statues
En allant un peu au sud le long de l’avenue Vijzelstraat, il y a sur la droite un gros édifice à l’architecture très particulière, c’est le De Bazel (un exemple de brick expresionnism). Sa porte d’entrée est assez particulière si on y jette un œil. D’un côté une statue qui cache pudiquement sa poitrine et de l’autre côté la statue nous montre ses seins d’un air presque amusé. C’est une boite de striptease géante alors ici ? Et bien non, il s’agit du bâtiment de la très sérieuse Société de commerce néerlandaise (Nederlandsche HandelMaatschappij). Depuis, cet énorme bâtiment des années 20 abrite aussi les archives municipales, des centres de conférences, etc …
amsterdam Nederlandsche Handel-Maatschappij
Juste à côté du De Bazel, se trouve un musée très intéressant, c’est le FOAM. De son vrai nom FOtografiemuseum AMsterdam, c’est un musée de la photo. Mélange d’expo temporaires et permanentes. L’extérieur ne paye pas de mine, mais l’intérieur vaut vraiment le coup.
amsterdam foam musee photo
On a eu la chance de tomber sur une impressionnante expo sur Jacob Riis. Qui sait ce que le sort vous réservera 🙂
amsterdam foam musee photo
amsterdam foam musee photo
Plus d’infos ici : https://www.foam.org/francais
Si par hasard vous passez au square de Frederiksplein, juste en face de l’immeuble de la banque nationale (DNB / De Nederlandsche Bank), il y a un grand square, et un arbre mort par terre. En fait il s’agit plutôt d’une statue d’arbre mort. Mais qu’est-ce que ça signifie ?
amsterdam Walraven van Hall statue arbre memorial banque
Il y a une petite plaque en hommage à Walraven van Hall. Ce nom complètement inconnu est un héros national. Alors qu’il travaille comme trader à la banque néerlandaise, en 1940 le pays est envahi par l’armée allemande et les nazis prennent le contrôle. Rapidement il s’engage du côté de la résistance, et avec l’accord des dirigeants néerlandais en exil à Londres, il lance une énorme opération. Pendant plusieurs années, il va voler de l’argent à la banque et financer tous les réseaux de résistants du pays. C’est pratiquement l’équivalent de 500 millions d’euros qu’il parvient à faire sortir de la banque sous le nez de ses supérieurs et des nazis. Surnommé le banquier de la résistance (il était aussi considéré comme le coordinateur de tous les groupes de résistants du pays), il est dénoncé et arrêté juste avant la fin de la guerre et fusillé par les nazis. L’arbre mort, représente « le géant tombé à terre ». Il y a un film sorti récemment sur cette histoire : The Resistance Banker.
Et il y a encore plein de secrets et de lieux insolites à découvrir le long des canaux, alors on ne perd pas de temps, on ouvre grand les yeux et hop en route! 🙂
amsterdam museumbrug canal
La suite des autres quartiers d’Amsterdam 🙂