Seven Sisters

Les Seven Sisters, c’est un site naturel extraordinaire, sur la côte sud de l’Angleterre. Hop en route!

Pour arriver aux fameuses Seven Sisters, il faut rouler sur la route côtière A259 qui relie Brighton, Newhaven et Eastbourne. La campagne anglaise à cette endroit est vraiment très jolie 🙂

Plusieurs options d’approches sont possibles. Par exemple vous pouvez aller au National Trust Car Park de Birling Gap (Site), c’est le spot officiel à touristes avec un grand parking payant (3£ pour 2 heures). De toute façon, tous les parkings dans les environs sont payants! Sauf … une chouette alternative que je vous propose 🙂

Rendez vous au Cuckmere Inn Pub (Site officiel) qui est situé sur l’A259. Il y a un petit parking … qui est gratuit si vous consommez sur place. Il suffit de donner votre plaque d’immatriculation au bar, et d’aller vous boire une pinte ou deux. Et comme ils ont un superbe jardin aménagé, c’est un pur plaisir 🙂 Les plats ne sont pas mauvais non plus !

(Bon en fait, il y a un autre petit parking gratuit dans le coin. C’est le South Hill Barn Car Park, au sud est de Seaford, mais je trouve ça plus agréable d’avoir l’option bières et toilettes à disposition 😉 )

Une fois l’estomac bien rempli, vous êtes parés pour une petite balade digestive d’une vingtaine de minutes. Il suffit d’emprunter le sentier au niveau du parking, et c’est tout droit vers la mer, en suivant la petite rivière Cuckmere.

Le sentier vous conduit aux célèbre cottages des gardes côtes. C’est le spot pour la photo emblématique (et que j’ai magistralement foiré). Ils ont été construit en 1822 pour surveiller la grande plage de galets qui est utilisée par des contrebandiers depuis des siècles. A cause de l’érosion au pied des maisons, elles risquent de s’écrouler et des travaux de consolidations sont en cours (plus d’infos sur le site).

De là, on a une des plus belles vues sur les falaises des Seven Sisters. Les grandes falaises de craie blanche s’étendent devant vous. Chaque sommet correspond à une « sœur » et il y a en 7 qui font face à la mer depuis des millénaires. Voici leurs petits noms : Haven Brow (la première sur la photo, et la plus grande aussi, avec 77 m de haut), Short Brow, Rough Brow, Brass Point, Flat Hill, Baily’s Hill et Went Hill.

En descendant sur la plage ne manquez pas le bunker de la seconde guerre mondiale relooké.

Si ça vous tente, vous pouvez grimper en haut des falaises. Personnellement, je trouvais que c’était plus sympathique en bas 🙂

Pour revenir au parking, soit vous reprenez le même chemin, soit en prenant le sentier qui longe l’autre rive du Cuckmere et qui vous fait passer par une réserve biologique et des grands marais. La distance est quasiment identique.

C’est maintenant l’occasion d’aller visiter la très chouette ville de Brighton, pas loin d’ici.

Brighton

Vous avez envie de passer un chouette week-end dans la station balnéaire préférée des londoniens ? c’est à Brighton que ça se passe, sur la côte sud de l’Angleterre! A la fin du XVIIIe siècle, le futur roi Georges V vient passer son temps libre ici, et depuis la ville a le vent en poupe. On la surnomme « London-on-sea », et tout le monde vient profiter de son atmosphère cool et de sa grande plage. Allez, on va voir ça, hop en route ! 🙂

Il faut moins d’une heure en train depuis Londres, et si vous venez en voiture, votre plus grand challenge sera le parking. Il est presque impossible de se garer en centre ville et les prix des stationnements sont vraiment prohibitifs. Vous pouvez en général avoir des réductions sur les parkings via votre hotel. Pour le logement justement, je vous conseille l’hotel My Brighton (site officiel), très bien situé en centre ville (17 Jubilee St, Brighton BN1 1GE) avec des chambres au look très futuriste et d’immenses baies vitrées. Et pour le parking, vous pouvez aller au NCP Car Park du Brighton Theatre (site officiel), c’est à côté (Brighton Theatre, Church Street, BN1 1US). Ensuite, la visite du centre ville et de la plage se fait sans problèmes à pieds.

Brighton, côté ville

Brighton a une réputation de ville qui bouge, agréable, dynamique et cool. Une des rues qui reflète assez bien cette ambiance, c’est Gardner Street. Il n’y a que des successions de terrasses de bar et restos cools, de la steet food qui donne envie et des petites boutiques sympas. Vous y trouverez forcément votre bonheur 🙂

Pour manger, je vous conseille quelques adresses :

  • Las Iguanas Brighton (7-8 Jubilee St, Brighton BN1 1GE) : Une très bonne adresse pour manger des plats d’amérique latine et du Brésil. Bon rapport qualité prix. Service et accueil chaleureux, que demander de plus 🙂 (plus d’infos sur le site officiel)
  • Pompoko (110 Church St, Brighton BN1 1UD) : Comme son nom l’indique (ou pas), c’est unresto japonais, dans la vague street food. On vient ici pour prendre à emporter, ou manger sur place dans la petite salle à l’étage. C’est vraiment pas cher (et c’est bon)! (ils ne servent pas d’alcool). (Plus d’infos sur le site officiel)

Pour boire des bonnes bières en terrasses, vous trouverez facilement 🙂

Parmis les lieux célèbres du centre ville, on peut citer le Brighton Dome. (Plus d’infos sur le site officiel). Il a été construit à l’origine pour abriter les écuries du Prince Régent en 1806. Construit avec une architecture de style indienne, il a fait parler de lui a son inauguration car il avait un énorme dome en verre qui lui a donné son nom. Il fait 24m de diamètre et se trouve à 65m de hauteur. En 1866, les écuries sont transformées en salle de concert pour la ville de Brighton. L’intérieur est de style art déco. Pendant la première guerre mondiale, il a brièvement servis d’hopital pour les soldats indiens blessés … on pensait qu’ils iraient mieux dans un batiment au look indien 😐

Juste derrière le Brighton Dome se trouve le batiment le plus emblématique de Brighton, c’est le Royal Pavillon. C’était la résidence de bord de mer du futur roi Georges, car les médecins lui disaient que l’air marin lui ferait du bien. De la simplicité, de la simplicité! Construit en 1822, on est totalement dans le style anglo-indien, un savant mélange de n’importe quoi. Il n’en profitera pas longtemps, il meurt en 1830. Le batiment est vendu à la ville en 1845.

Pour visiter le musée du Royal Pavillon, plus d’infos ici.

En face du Royal Pavillon, il y a Old Steine Gardens. Ce grand square triangulaire n’est à vrai dire pas particulièrement joli. Il y a toutefois une grande fontaine, la Victoria Fountain. Elle fait presque 10m de haut et a été inaugurée en 1846 pour célébrer le 27e anniversaire de la reine Victoria. La fontaine est classée comme monument national.

A l’opposé du square, il y a une autre fontaine beaucoup plus discrète celle là, c’est le War Memorial.

Dans les ruelles près du square, on peut voir le Brighton Town Hall. Bon jusque là, c’est une mairie, certes un poil impressionnante, mais rien d’extraordinaire. Et pourtant, cette mairie abrite un musée insolite, celui des vieilles celulles de prison de la police de Brighton. Si, si, c’est possible. Pour le visiter, c’est farfelu, les infos sur le site officiel.

On déambule avec plaisir dans les petites ruelles de la ville.

Coincée entre deux immeuble sur West Street, on découvre l’église St Paul Parish Church. Mais surtout, au carrefour un peu plus loin, la « célèbre » Jubilee Clock Tower. Pour commémorer les 50 ans de règne de la Reine Victoria, le Jubilé d’Or, en 1887, de nombreuses villes anglaises érigent des horloges commémoratives.

Celle de Brighton est inaugurée en 1888 et fait 23m de haut. Le long de son mat, une grosse boule de cuivre coulisse lentement. Le système hydraulique à l’origine a été arrété au bout de quelques années seulement car il faisait trop de bruit! Le mécanisme n’a été remis en place que dans les années 2000.

Dans les parages, il y a un endroit insolite, allez au Marwood Coffee Shop
(52 Ship St, Brighton BN1 1AF ). Le bar est déjà cool ne serait-ce que pour sa déco excentrique (mention à la tête de requin), et dans la minuscule impasse, une énorme enclume pend dangeureusement au dessus de votre tête 😉

Brighton, côté mer

La ville de Brighton est devenu très rapidement l’endroit idéal pour fuir le smog recouvrant la région londonienne. Les anglais profitaient enfin de l’air pur des bords de mer.

On savait que l’air marin était bon pour la santé, mais les sorties en mer étaient trop compliquées ou trop onéreuses, alors les anglais trouvèrent une solution : les Piers. Un pier, c’est une grande jetée qui s’avance à plusieurs centaines de mètres en mer, et sur laquelle on pouvait poser des transats et se ressourcer avec un bon air marin. Il y en a de nombreuses sur la côte sud anglaise. Une des plus célèbre, c’est celle de Brighton.

Le Brighton Palace Pier c’est LE lieu à visiter lors de votre visite à Brighton.

Le Brighton Palace Pier est inauguré en 1899. Il fait 520m de long. Et c’est tout de suite un succès populaire. Les Piers coutent très chers a entretenir et de nombreux font faillites et sont finalement démolis. Son rôle térapeuthique est vite mis de côté pour faire place au divertissement. En 1911, une salle de spectacle est installée sur le Pier. Il sera gravement endommagé pendant une tempête en 1973 où un bateau vient percuter l’ouvrage et détruite en partie la salle de spectacle. Dans les années 80, on décide de le remplacer par une salle de jeux et d’arcade. Et dans la foulée, on installe un parc d’attraction à l’extrémité de la jetée. Malgré une bombe de l’IRA en 1994 et un incendie en 2003, le Brighton Palace Pier est toujours là. Il attire chaque années plus de 4 millions de visiteurs!

Les attractions sont toutes un peu désuettes, mais ça reste bon enfant, et c’est une promenade agréable. Et vous pouvez aussi tout simplement vous installer sur un transat et profiter de la vue et du bon air 😉

La plage de Brighton s’étend sur plusieurs kilomètres. Pas de sable fin, mais des petits galets. Le long de la plage, il y a plusieurs petits trucs sympas 🙂

La sculpture Afloat, surnommée le ‘Doughnut Groyne’. Cette grosse sculpture en bronze de près de 3m de haut est installée en 1998. Elle représente un globe terrestre tordu pour être sous forme de tore. Mais pour les gens, ça reste un dougnut, et ça suffit comme ça 🙂 C’est un spot à photos!

Un peu plus loin, on peut faire un tour sur un vieux manège historique.

Sur votre route, près des arcades, pensez à faire un petit tour au Brighton Fishing Museum. C’est un petit musée indépendant sur l’histoire de la pêche à Brighton. Ca peut être un plan intéressant pour se mettre à l’abri s’il pleut haha Entrée gratuite (et donations appréciées).

Il y a plein d’endroits pour se poser boire une bière, manger un sandwich, commander des huitres, etc … de quoi passer une bonne après-midi.

Vous verrez aussi cette carcasse métallique près de la plage. C’est tout ce qu’il reste du Brighton West Pier. Il a été construit en 1866. Au fil des ans, le succès n’est plus au rendez-vous et il est fermé au public en 1975. Faute d’entretien, il tombe en ruine et ne résiste pas aux tempêtes qui font s’effondrer une partie de l’armature. Ensuite, des incendies en 2003 finiront de l’achever.

Un projet a été à l’étude pour le reconstruire mais finalement abandonné, car beaucoup trop cher. Ca reste maintenant un point de vue bucolique pour les mouettes et les visiteurs.

Si vous avez de bons yeux (ou un zoom 😉 ) vous verrez au large la Rampion Wind Farm. C’est le plus gros site d’éoliennes offshore du Royaume Uni. L’installation est finalisée en 2018, avec 116 turbines installées à 13 km du rivage. Comme vous le voyez, on les voit à peine, et le Royaume Uni produit près de 20% de son électricité par éoliennes. En France, le parc éolien offshore est de … rien de rien du tout (en 2020! … on est lamentables).

Juste en face des ruines du West Pier, vous ne pouvez pas la louper, il y a la tour du British Airways i360. Cette attraction consiste en une tour de 162m de haut, et d’un bar panoramique circulaire qui monte et descend le long de la tour. La tour est inaugurée en 2016.

Il y a un départ toutes les 30 minutes. Au sommet, vous pouvez déguster du champaaaagne… ah non, c’est du Nyetimber, du ‘sparkling white wine’ qui est la tentative anglaise pour concurrencer le champagne français. Champagne ou non, le ticket pour l’attraction, c’est au minimum 15£ et il est fortement conseillé de réserver en avance via le site officiel.

Un peu plus loin, il y a la bizarre Upside Down House (plus d’infos ici). L’entrée n’est pas très chère. Pour 4.50£ vous pouvez vous amuser à faire plein de photos marrantes à l’intérieur. Enfin ça, c’est si vous n’avez pas une heure de queue avant de pouvoir rentrer, ce qui arrive de temps en temps. S’il n’y a personne, allez y vite fait pour le fun.

Le Brighton Beach Bandstand marque un peu la fin de la plage côté ouest. Cette élégante construction date de 1884. C’est un mignon kiosque à musique de style victorien. Le rez de chaussée où se trouvaient des toilettes héberge maintenant un petit café depuis 2003. Suivant la période de l’année, on y joue des concerts, ou on y fait des photos de mariage.

Et pour rester dans la musique, un petit bonus avec le très chouette morceau « Brighton rock » de Queen. Morceau peu connu, mais top, et super solo de Brian May. D’ailleurs je vous mets une version live, c’est cadeau!

Et comme on parle culture et musique, regardez le film Quadrophenia, sorti en 1979. Il est inspiré de l’opéra rock des Who, et qui met en scène la fameuse mode des ‘mods’ en Angleterre dans les années 60, avec leurs incroyables scooters customisés.

Enfin, si vous êtes à Brighton, il faut ABSOLUMENT aller voir les superbes falaises des Seven Sisters.

Stonehenge

Vous voulez visiter le site mégalithique le plus célèbre du monde ? Ca se passe ici, et c’est le célèbre site de Stonehenge, dans le sud ouest de l’Angleterre. On va voir ça, hop en route ! 🙂

Il faut commencer par vous rendre dans le comté du Wiltshire, à une dizaine de kilomètre au nord de Salisbury. Ou tout simplement rouler sur la nationale A303 qui passe à une dizaine de mètres du site en rase campagne. Et il faudra ouvrir l’œil car même si ce site est mondialement connu, on a vite fait de passer à côté sans s’en apercevoir 🙂 Il y a plusieurs options pour visiter le site :

Plan A – Stonehenge Visitor Center
C’est la solution officielle. Il faut compter près de 20£ par adulte, et 5£ de parking! C’est très cher ! Et il faut ensuite obligatoirement booker sa visiter sur le site internet pour permettre d’avoir un créneau horaire. Enfin, vous avez accès à un musée. Une navette vous transporte du musée jusqu’au site, à 1km de là. Avec ce Plan A, vous êtes au plus près des pierres.
Plus d’infos sur le site officiel.

Il y a d’autres astuces qui sont gratuites (et plus ou moins légales).

Plan B – Le sentier
Il y a un sentier qui croise l’A303 et passe à quelques dizaines de mètres de Stonhenge. On peut parfois l’emprunter et se garer un peu plus loin, près du site. Ce sentier est généralement barré aux deux extrémités, et ralentir sur l’A303 peut être assez dangereux s’il y a de la circulation … ce plan B reste donc un simple plan B, voir même une mauvaise idée…

Plan C – Fargo Road
Cherchez la petite route Fargo Road, au nord du site. Garez vous tranquillement le long de la route près des habitations. Ensuite vous rejoignez à pieds le premier site de Old King Barrow, puis vous coupez à travers champs, en suivant « l’Avenue », jusqu’à Stonehenge. Ça fait une chouette balade dans la nature (sauf s’il y a eu de la pluie juste avant, bonjour la gadoue!). De nombreux randonneurs et joggeurs passent ici. C’est tout à fait légal, gratuit, et vous arriverez juste à côté des pierres. Bon en réalité, vous arriverez un peu plus loin, mais c’est quasi pareil. Suivons ce plan, hop!

Notez bien qu’il faut prendre à droite après ce gros arbre, ce serait bête de se perdre dès le début 🙂

C’est le site de Old King Barrow. Très honnêtement, il n’y a rien à voir. Derrière les arbres sur la droite, se cachent d’anciens tumulus datant du néolithique et qui ont été fouillés depuis des siècles.

Ensuite, on marche sur l’Avenue. Concrètement il n’y a pas grand chose pour vous l’indiquer, mais vous y êtes. Il s’agit d’une sorte de chemin processionnel utilisé à l’époque. Il relie la rivière Avon (d’où étaient récupérées les pierres) et le site de Stonehenge. Suivez simplement les traces dans l’herbe, vous êtes dans la bonne direction. Ne faites pas attention aux diverses créatures mystérieuses que vous croiserez en chemin 🙂

Après une bonne vingtaine de minutes de marche, vous voyez les pierres à l’horizon. Et vous revivez ce que nos ancêtres du néolithique vivaient il y a plusieurs milliers d’années. Au milieu de nulle part, des grandes pierres levées!

Il n’y a plus qu’à enjamber une petite clôture et vous êtes sur le site de Stonehenge. Le nom vient du vieil anglais médiéval et signifie « pierres suspendues », voilà, c’est super original. On a retrouvé des traces d’activités humaines datant de l’an -8000!!! Les pierres ne sont arrivées que bien plus tard. Les historiens sont tous d’accord pour dire que le site s’est construit en plusieurs phases.

On peut le résumer comme ceci :
– Stonehenge I (-2800) : construction d’un talus, d’un fossé, et des trous sont creusés dans le sol pour des cérémonies. Quelques pierres de grès de Sarens (extraites à 40 km de là) sont levées.
– Stonehenge II (-2200) : L’avenue menant à la rivière Avon est tracée et des grandes « pierres bleues » venant d’une carrière au Pays de Galles, a plus de 200km de là (!!!!) sont érigées sur le site.
– Stonehenge III (-2000) : Les pierres bleues sont mises à l’écart. Des énormes monolithe de grès de Sarens sont installés. C’est ceux qu’on peut voir actuellement. Les pierres pèsent jusqu’à 50 tonnes ! Les pierres bleues, plus petites, sont réutilisées.

Vers -1000 le site est mystérieusement et définitivement abandonné …

Pour en savoir plus sur les significations des cercles de pierre, les différentes théories, je vous laisser chercher par vous même sur le net 🙂

Sachez au moins que chaque été au solstice, le soleil se lève exactement en suivant cette ligne au sol. Juste au dessus de cette pierre (qui sert presque de viseur) et apparaît ensuite dans la porte des grandes pierres derrière.

Ça donne quelque chose comme ça …

Pour assister à ce phénomène, les places sont rares, et il faut réserver longtemps à l’avance!

Pour tout vous dire, même si ce site est mondialement connu, il n’est pas très impressionnant. On ne peut plus circuler librement au milieu des pierres, et elles semblent petites et perdues au milieu de l’immense plaine. J’ai été un peu déçu je crois … Si vous voulez voir un site beaucoup moins connu, mais beaucoup plus incroyable (à mon sens), alors ça se passe pas très loin d’ici, à Avebury!

Le trajet pour rejoindre la voiture est limite plus intéressant que la visite du site en lui même 🙂

J’en profite pour rajouter cette photo qui est complètement hors sujet. C’est un panneau amusant qu’on aperçoit de temps en temps sur les routes de la région : « attention aux traversées de chars d’assauts » 😉

Avebury

Quand on parle site mégalithique en Angleterre, on a tous en tête le site de Stonehenge … et pourtant, pourtant, il y a un site beaucoup moins connu mais beaucoup plus grand! Ça se passe à Avebury, et c’est tout simplement le plus grand cercle mégalithique au monde. Allez, c’est parti on y va, hop en route! 🙂

Pour découvrir le lieu, il faut aller dans le petit village d’Avebury, dans le comté du Wiltshire, au sud ouest de l’Angleterre. Pour se garer sur place il n’y a pas beaucoup de choix : soit vous optez pour le National Trust Car Park et ça pique (7£ pour un parking terreux), soit vous avez de la chance et il reste une place sur la parking du Pub Red Lion en plein centre du village (« gratuit si on consomme »). Ensuite, on peut librement et gratuitement se promener à pieds sur tout le site.

On estime la création du site d’Avebury aux alentour de -2800 avant JC. Ce site est plus vieux que Stonehenge. Il y a tout d’abord un grand cercle formé par une grande levée de terre et d’un fossé, taillé dans la craie blanche. Son diamètre fait plus de 400 mètres.

Il faut imaginer que le fossé était bien plus impressionnant à l’époque. Il y a eu énormément d’érosion sur plusieurs milliers d’années, mais à l’origine il devait former un grand rempart d’un blanc éclatant!

Plus de 600 pierres se dressaient à l’intérieur de cette enceinte, sur plusieurs cercles. Un grand cercle extérieur, et deux cercles intérieur (un au nord et l’autre au sud). Le centre exact du grand cercle extérieur est maintenant occupée par une petite église.

Il ne reste plus aujourd’hui que 27 pierres encore debout. Ces pierres sont carrément impressionnantes. Certaines ont un poids estimé de plus de 60 tonnes!

Étrangement, il y a eu peu de fouilles archéologiques dignes de ce nom. On sait juste que le site a été occupé pendant tout le néolithique, puis subitement abandonné et totalement oublié pendant l’age du bronze. Durant le moyen âge le site a été peu utilisé, il n’y avait pas de village digne de ce nom. Il servait vraisemblablement de place fortifiée occasionnelle pour tenter de se protéger des invasions vikings.

C’est au XIVe siècle que la plus grande partie des pierres ont été détruites. Elles ont servies de matériaux de construction pour le village, et très probablement beaucoup ont été détruites aussi car considérées comme païennes. Sur place, des petites bornes en béton indiquent l’emplacement des pierres détruites.

Lors de la destruction des pierres par les villageois, une légende raconte qu’un homme serait mort écrasé par la chute d’une grande pierre. Ce drame aurait marqué la fin de la chute des pierres au moyen age. En 1938 on a justement retrouvé les reste d’un squelette à moitié écrasé sous une pierre enterrée et il a été ensuite daté aux alentours de l’an 1325. Peu après cet « accident », la population du village a quasi totalement disparue suite à la grande épidémie de peste noire …

Le site d’Avebury reste ensuite relativement inconnu des anglais jusqu’en 1663 quand le roi Charles II en entend parler et va le visiter. Au XVIIe et XVIIIe siècle, avec la montée du puritanisme en Angleterre, la destruction des pierres recommence. La méthode était plus facile : on faisait un grand feu tout autour, et ensuite on arrosait la pierre d’eau glacée, et le choc thermique la faisait se fracasser. Ce n’est que sous l’époque Victorienne que le site sera épargné. Plus tard en 1930, un archéologue, Alexander Keiller, ira même jusqu’à acheter tous les terrains, pour protéger les pierres. Il en profitera pour déterrer une partie des pierres que les habitants avaient cachés sous terre au fil des siècles, pour les dresser à nouveau.

En suivant la levée de terre, au nord ouest, il y a des « arbres sacrés ». Des grands chênes aux racines incroyables!

Je ne sais pas depuis combien de temps ils sont ici, mais ils paraissent incroyablement vieux.

De nombreux rubans de prières sont accrochés aux branches basses. Le lieu dégage pas mal de choses, et pour un peu on s’attendrait à voir surgir un elfe ou une fée entre les arbres. Ho, c’est pratiquement ce qui est arrivé sur ma photo 🙂

Il parait que JRR Tolkien aurait puisé quelques inspirations ici pour le Seigneur des Anneaux, avant de retourner à Oxford.

Les énormes pierres d’Avebury sont maintenant au calme dans des prairies. Elles ne sont dérangées que par les touristes et les moutons qui paissent paisiblement tout autour.

De quelle façon ces pierres ont été déplacées et érigées, ça reste un mystère! Mais je crois avoir trouvé la solution ! Hop un peu de potion magique et voilà ! c’est facile, easy ! 🙂 (garanti presque sans Photoshop 😉 )

Pour connaitre les nombreuses théories et secrets sur ces pierres, les lignes telluriques, les cérémonies païennes, les alignements des planètes, les chambres d’échos et tout ce qu’on peut lire sur Avebury … et bien je vous laisse faire vos propres recherches sur le net 🙂 En tout cas, je vous promets que la visite de ce minuscule village anglais, vaut VRAIMENT le coup! 🙂

En quittant le village, on retrouve d’autres menhirs le long de la route!

Et d’ailleurs, en prenant la route du sud-est, la B4003, on longe la West Kennet Avenue. C’est le nom qui a été donné à un long corridor de grands menhirs. A l’origine, il y avait au moins 100 paires de pierres, menant du site d’Avebury, jusqu’au Sanctuaire. Le fameux et mystérieux sanctuaire, c’est un petit cercle dans un champ (juste après le hameau de West Kennet en prenant l’A4 vers Marlborough). Il est tellement discret qu’on passe à côté sans le voir. Toutes les pierres ont disparues. Il y a juste quelques dalles dans le champ, à peine visibles, et qui marquent l’emplacement des anciennes pierres. Ce site est encore plus vieux que celui d’Avebury, et on ne sait quasiment rien sur son rôle … à part que ça devait être sacrément important pour planter autant de pierres levées jusqu’à Avebury à 2.5 km de là!

Mais revenons à la West Kennet Avenue 🙂 Pour la « visiter », il suffit de se garer au bord de la route le long du champ, d’enjamber la clôture, et vous y êtes!

Si vous en voulez encore, tout à côté, il y a West Kennet Long Barrow. C’est sur l’A4 à côté de West Kenneth, mais dans la direction opposée au Sanctuaire. C’est un long tumulus du néolithique d’au moins cent mètres de long. C’est le plus long tumulus d’Angleterre. On estime sa construction vers 3600 av JC (plus vieux que Stonehenge) et il était « utilisé » jusque vers 2500 av JC. Je dis « utilisé » car on a retrouvé au moins 46 restes de squelettes humains de cette époque, et tout le monde s’accorde pour dire que les ossements étaient « régulièrement » sortis du tumulus à l’occasion de probables rituels. Et maaaalheureusement, je l’ai vu seulement de loin et pas eu l’occasion d’y aller 🙁

Et encore une centaine de mètre plus loin, juste au bord de la route, il y a une petite colline. Ce n’est pas une colline comme les autres. C’est Silburry Hill. C’est simplement la colline artificielle la plus grande d’Europe. Elle mesure 40m de haut pour un diamètre de 167m. Elle est composée principalement de craie extraite dans les environs. En 2750 av JC, quand elle a été érigée, elle devait être d’un blanc éclatant et visible de loin! Maintenant on dirait juste une bête colline anonyme recouverte de gazon. Le tumulus a été fouillé de fond en comble (et fortement dégradé) depuis plusieurs siècles, et on sait qu’il ne renferme aucune tombe ni aucun trésor. On n’a aucune idée de son rôle, mais sa construction à l’époque a du nécessiter un effort incroyable!

Et maintenant que vous en avez fini avec Avebury, si ce n’est pas encore fait, vous pouvez aller au célèbre site de Stonhenge 🙂

Oxford

La ville d’Oxford est surtout célèbre pour son université. Elle se trouve à 90km au nord-ouest de Londres, dans le comté de l’Oxfordshire. Sa population d’environ 160.000 habitants compte au moins 32.000 étudiants! Est-ce que cette ville surnommée «the city of dreaming spires» (la ville aux clochers rêveurs) mérite la visite ? Bien sur ! On y va, allez, hop en route ! 🙂

Tout d’abord un rapide rappel historique : A l’origine le nom de la ville vient du vieux saxon ‘oxa’ (bœuf) et ‘ford’ (gué), le gué aux bœufs quoi. Voilà, c’est pas très sexy. La ville va acquérir un certain prestige en 1167, quand le roi Henri II va interdire aux étudiants anglais de suivre leurs études à l’Université de Paris. Ils reviennent tous en Angleterre et sont envoyés à Oxford, où on créé une université. L’organisation n’est pas au top, l’enseignement se fait dans des halls disséminées dans la ville, et la cohabitation entre les étudiants et le reste de la population ne fonctionnent pas trop. Les nombreuses soirées de beuveries et bagarres conduiront à des pendaisons d’étudiants. Le choc et le scandale sera à l’origine d’une scission en 1209, et des maitres et d’étudiants quittent la ville pour fonder l’Université de Cambridge, l’éternelle concurrente. Les premiers véritables collèges de la ville sont fondés en 1249. Les étudiants sont étroitement liés aux questions religieuses et politiques. La première constitution écrite anglaise, les Provisions d’Oxford, y voit le jour en 1258. L’université d’Oxford est maintenant composée de 38 collèges et c’est une des plus réputées au monde. De nombreuses célébrités sont passées sur les bancs d’Oxford, avec par exemple : Lewis Carrol, Oscar Wilde, JRR Tolkien, Lawrence d’Arabie, Winston Churchill, Margaret Thatcher, Tony Blair et même Bill Clinton.
Plus d’infos sur le site de l’Univesité d’Oxford .
Si on met l’université de côté (pas évident), la ville est aussi un bastion de l’industrie automobile, avec les usines Morris Motor jusque dans les années 1980, et maintenant la production de la Mini pour BMW.

Si vous venez à Oxford en voiture, l’option la plus économique pour se garer, c’est le grand parking Pear Tree Park & Ride au nord de la ville, avec un service de navettes pour rejoindre le centre ville. Si vous voulez vous garer près du centre, ce sera presque mission impossible et les prix sont chers (plus de 4£ l’heure!). Depuis quelques années, la ville veut rendre le centre ville aux piétons et aux vélos. Avec un peu de chance, vous trouverez peut-être des places au parking St Giles , qui est vraiment à deux pas du centre.

Juste à côté se trouve le Martyr’s Memorial. Il est dédié aux martyrs d’Oxford: trois évêques anglicans qui furent brulés dans la ville pour « hérésie » en 1555. Sous le règne de Marie Tudor, les protestants furent persécutés dans le royaume alors que la reine voulait remettre l’église sous la juridiction de Rome. L’emplacement exact de cette exécution est marqué par une croix sur Board street un peu plus loin.

Tout proche du mémorial, sur Beaumont Street, il y a le Ashmolean Museum. C’est le plus ancien musée universitaire du monde, fondé en 1683. Sa collection est très riche (trésors archéologiques grecs et égyptiens, plus grande collection au monde de dessins de Raphael, impressionistes, etc…) et comme beaucoup de musées en Angleterre, l’entrée est gratuite.
Plus d’infos sur le site officiel.

On arrive ensuite sur Broad Street, une des rues les plus animées de la ville. Sur la chaussée au milieu de la rue, si vous êtes attentifs, vous verrez une croix en pavés de granits. Cette croix marque le lieu de l’exécution des martyrs d’Oxford.

Depuis la rue on distingue le clocher de la chapelle de l’Exeter College , avec une statue flippante sur le toit devant. L’ancien élève le plus connu de de ce collège, c’est JRR Tolkien.

Le long de Broad Street, deux célèbres collèges rivaux sont voisins. Le Balliol College (fondé en 1263) et le Trinity College (créé en 1555 sur les fondations de l’ancien Durham College). Contrairement à de nombreux collèges d’Oxford, le Trinity College n’est pas entouré de murs mais de grilles. Il est plus ouvert et on peut voir les jolis jardins boisés depuis la rue.

Juste après le Trinity College, on trouve côte à côte deux lieux emblématiques :

La librairie Blackwell’s Bookshop (48-51 Broad St), fondée 1879. Cette librairie sur plusieurs étages et la plus grande d’Angleterre. C’est une véritable institution à Oxford. En 1966, une extension a été ouverte sous le Trinity College, la salle Norrington. Avec plus de 5km de rayonnages et 930m² de surface, c’est la plus grande salle de librairie du monde.

Le pub White Horse (52 Broad St). C’est un des plus vieux pubs de la ville, sa licence lui a été accordé en 1591! C’est aussi un des pubs les plus petits de la ville 🙂 Mais si vous voulez une bière dans un lieu chargé d’histoire, c’est ici! Le site web du pub.

On arrive ensuite devant le Sheldonian Theatre, inauguré en 1668. C’est l’œuvre de l’architecte Christopher Wren. Il sera surtout connu pour avoir redessiné les plans de Londres pour la reconstruction de la capitale après le grand incendie de 1666, et c’est lui qui réalisera la célèbre Cathédrale Saint Paul de Londres.

Le « théâtre » est surtout utilisé pour des représentations musicales et des cérémonies de remises de diplômes. La première pièce de théâtre n’y est jouée qu’en 2015!

L’entrée est payante (et possibilité de monter dans la coupole pour avoir une vue panoramique). Plus d’infos sur le site officiel.

A côté se trouve le Clarendon Building. Ce bâtiment néoclassique construit en 1715 abritait l’Oxford University Press, la plus importante maison d’édition universitaire du monde.

Ensuite on passe par l’entrée sous la tour des cinq ordres de l’architecture classique, pour pénétrer dans une cour richement décorée.

Une partie des batiments est occupée par la Divinity School. C’est une construction médiévale (1483) destinée à l’enseignement théologique. Le lieu est particulièrement connu pour sa salle de lecture qui a un plafond vouté incroyable. L’autre partie est occupée par la Bodleian Libray, fondée en 1602. C’est la deuxième plus grande bibliothèque du pays, juste après la British Library. Plus de 12 millions d’ouvrages sont à disposition pour les étudiants. Tout le monde l’appelle « the Bod ».

Plus d’infos pour organiser la visite sur le site officiel.

Devant l’entrée de la bibliothèque, il y a une statue, c’est William Herbert (3e comte de Pembroke). Ce politicien anglais est surtout connu pour avoir été un mécène des arts, et en particulier pour avoir financé William Shakespeare a ses débuts.

Derrière la Bodleian Library se trouve Radcliffe Camera. Ce bâtiment circulaire inauguré en 1749, est au cœur d’Oxford. Il sert d’annexe à la bibliothèque et n’est en général pas ouvert au public.

Plus d’infos sur le site officiel.

Le jour de ma visite, il y avait la cérémonie de Graduation, avec le traditionnel jeté de chapeaux après la remises des diplômes. Tous les étudiants venaient se faire prendre en photo en famille devant « Rad Cam ». C’était une chouette ambiance de mois de juillet (oui la météo anglaise était capricieuse …).

En face, se trouve l’Église universitaire Sainte-Marie-la-Vierge. C’est autour de cette église que la ville d’Oxford s’est bâtie. Elle a été reconstruite au XVIe siècle, mais la tour et son célèbre clocher sont toujours d’époque. Elle date de 1280. La visite de l’église est gratuite, mais pour monter au sommet de la tour, il faudra débourser 5£. Plus d’infos sur le site officiel.

Sur le bord du Radcliffe Square, se trouve All Souls College fondé en 1438. C’est un des collèges les plus riches d’Oxford et son examen d’entrée est réputé pour être un des plus durs au monde. Plus d’infos sur le site officiel.

En arrivant sur High Street, on longe les murs de l’University College, c’est le plus vieux collège d’Oxford, datant de 1249. Il y a un petit passage qui passe sous un pont reliant deux batiments, c’est Logic Lane. Ce chemin avec ses vieux pavés permet de rejoindre Merton Street .

Quand on arrive dans la vieille ruelle historique de Merton Street, on s’attend presque à voir des calèches surgir. On a un peu le sentiment d’être à une autre époque. Il y a très peu de place à la modernité. Des pavés, pas de lampadaires, pas de fils électriques, pas de voitures, et des vieilles pierres. Une belle rue à voir 🙂

A l’extrémité ouest de cette rue, c’est le Corpus Christi College fondé en 1352. En revenant vers l’est on longe le Merton College. C’est le deuxième plus vieux collège d’Oxford, il date de 1264. C’est un des établissements avec le meilleur taux de réussite. Plusieurs prix Nobel ont fait leurs études ici (ainsi que des membres de la famille royale du Japon). Entre les deux collège, un petit passage discret vous amène directement sur des grandes prairies cachées, là, juste derrière.

A l’ouest de la ville, on trouve le Magdalen College fondé en 1448. On ne peut pas le louper avec sa grande tour carrée. Prestigieux lui aussi, il possède des grands terrains et des prairies qui accueillent des daims.

En face du Magdalen College, c’est le Jardin Botanique d’Oxford. Il est créé en 1621 comme jardin d’herbes médicinales. C’est le plus ancien jardin botanique d’Angleterre, et un des plus vieux du monde. Il n’est pas très grand avec 1.8 hectares seulement. Le plus vieil arbre du parc est un if planté en 1645. L’entrée est payante, plus d’infos sur le site officiel.

Le long du jardin, coule la rivière Cherwell. C’est sur cette rivière, le temps d’une promenade en barque avec des amis et des petites filles que Lewis Carroll improvisa pour elles, les Aventures d’Alice aux pays des merveilles en 1865. La Cherwell passe sous le pont Magdalen Bridge et rejoint la Tamise un peu plus au sud de la ville.

Si vous aussi, vous voulez votre promenade en barque, c’est possible 🙂 Près du pont, il y a l’embarcadère. A la rame, en pédalo, ou carrément avec un « chauffeur » réservé et sa perche. On se croirait presque à Venise. Plus d’infos sur les tarifs (élevés) ici.

La petite rue Queen’s lane est agréable pour déambuler tranquillement et sans voitures. On passe à coté du Queen’s College (1341), un ancien élève connu ici, c’est Rowan Atkinson, le célèbre interprète de Mr Bean 🙂 et du New College (1379), et ici comme ancien élève célèbre, on peut citer un autre acteur, Hugh Grant.

Au bout de la rue, on arrive sous le Hertford Bridge. Il est plus connu sous le nom de Pont des Soupirs (bridge of sighs). Il relie les deux batiments du Hertford College. Pour l’original, il faut aller à Venise 🙂 En fait ce pont ressemble d’avantage au Pont du Rialto, mais bon hein, c’est moins vendeur. Sa construction est assez récente puisqu’il ne date que de 1914 (œuvre de l’architecte Thomas Graham Jackson).

Juste avant de passer sous le pont, il y a un minuscule passage entre deux maisons sur la droite. Soyez un peu curieux et allez donc y faire un tour. C’est St Helen’s passage, et c’est tellement étroit que vous ne pourrez même pas écarter les bras! Alors que le passage semble s’enfoncer vers nul part, il y a pourtant tout au bout, un lieu à visiter assurément, c’est le Turf Tavern. Il est vraiment caché. Il date de 1381 et se trouvait juste à l’extérieur des murailles d’Oxford pour pouvoir échapper aux règles de la ville. C’était le lieu de débauche des premiers étudiants, et depuis des siècles de nombreuses personnalités y ont levé le coude! Comme le futur premier ministre australien Bob Hawke qui a établi un record du monde en buvant un yard de bière (1.4 litres) en 11 secondes en 1963 🙂

Le pub le plus difficile à trouver d’Oxford, mais aussi celui avec une atmosphère des plus agréables 🙂

Si vous voulez un peu sortir de l’univers des collèges d’Oxford, en allant vers l’ouest la ville, vous pouvez faire une halte au Gloucester Green Market. Ça se trouve sur la droite de George Street en descendant la rue. Plein de délicieux stands de street food pour vous régaler, un petit marché aux puces sympa, une ambiance super agréable, bref un lieu ouvert et cool 🙂

A découvrir aussi, The Covered Market entre Market Street et High Street. C’est un marché couvert historique rempli de petites échoppes en bois. Il est ouvert tous les jours de la semaine depuis 1773. Vous pourrez y manger ou faire des achats, ou tout simplement découvrir les lieux.
Plus d’infos ici

Et si vous avez le temps, il y a Oxford Castle que je n’ai pas visité, et surement plein d’autres surprises à découvrir dans cette ville bien agréable.

Visite réalisée en juillet 2019

Vienne

Ah Vienne! 🙂 Je dois avouer que j’ai particulièrement aimé cette ville. Et pourtant c’était pas gagné … une ville classique de chez classique, bourgeoise, aristocratique, impériale même! Une ville très étendue où tout est grand : les avenues, les trottoirs, les façades. Une ville remplie de palais et de musées, une ville remplie de touristes aussi. Et pourtant, et pourtant … une ville très agréable. Et ce n’est pas pour rien qu’elle est régulièrement dans le top mondiale des villes où il fait bon vivre.

Le temps d’un grand week-end on se rend compte que la qualité de vie est top. On sent que les viennois sont très privilégiés (ce qui explique peut être aussi le repli sur soit et la politique très à droite…). Bref vous l’avez compris, Vienne c’est chouette, il faut y aller ! Hop en route ! 🙂

Pour ma part, venir à Vienne, ça s’est fait en bus depuis Budapest. C’est très facile, pour moins de 10 euros et 2h de route, vous faites le trajet entre la capitale de la Hongrie et la capitale autrichienne. Je trouve que c’est une très bonne option pour passer aussi quelques jours à Budapest 🙂 Sinon l’aéroport Wien-Schwechat à 18km du centre se rejoint facilement en RER S-Bahn 7 pour 4 euros.
Se loger à Vienne sera peut être le plus compliqué, car tout est terriblement cher! Pour éviter d’avoir un logement hors de prix, je vous conseille de cibler le quartier Leopoldstadt au nord de la ville, de l’autre côté du Danube. C’est beaucoup plus abordable et pas loin du centre.
Pour se déplacer vous pouvez opter pour le bus, métro ou tramway … mais le mieux, reste le vélo 🙂 Vienne est vraiment une ville idéale pour se promener en vélo. Il y a des bicyclettes en libre accès partout, et les pistes cyclables sont très larges.

Que visiter à Vienne ? Ah ça, ce sera dur de choisir, car cette ville est vraiment riche! Il y a énormément de choses à voir et je vous conseille les activités suivantes :

Marcher dans le vieux centre historique de Vienne. Il reste encore des ruelles de la Vienne à l’époque médiévale. Les lieux sont chargés d’histoire et le point culminant (dans tous les sens du terme) se fera au sommet de la Cathédrale Saint Étienne.

Vous marcherez sur les traces de Mozart, suivrez l’incroyable dynastie des Habsbourg (et aussi Sissi … il y a toujours des fans on dirait).

Faire le tour du Ring en vélo. Le Ring de Vienne, c’est une sorte de périphérique sur le tracé des anciens remparts de la ville. Mais rien à voir avec le périphérique parisien, on parle ici de belles et grandes avenues, larges, propres, boisées, et avec des batiments incroyables à chaque coups de pédales! 🙂

Partir à la découvert de Léopoldstadt. C’est un quartier un peu délaissé par les touristes et pourtant il y a des choses à voir. Et la prochaine fois que je viens, je file au Prater! 🙂

Visiter le Palais du Belvédère (et s’interroger sur le Belvédère 21 ? haha). Ce beau est grand palais renferme de très belles œuvres dont le célèbre Baiser de Klimt.

Si vous aimez la culture et l’art, je vous conseille de prendre votre temps au MuseumsQuartier pour explorer le Leopold Museum et le Mumok.

Et vraiment (vraiment!) je vous conseille de partir faire une balade dans les vignes sur les collines qui entourent Vienne. Vous y dégusterez du bon vin dans un Heuriger avec une vue imprenable. Un très très chouette souvenir (légèrement alcoolisé 😉 ).

Wilkommen in Wien 🙂

(Séjour réalisé en juillet 2018)

Vienne – Centre historique

Commençons la balade dans le centre historique de Vienne.

Direction le nord ouest de la ville, sur la paisible Concordiaplatz. Vous aurez une très belle vue sur l’Église Notre Dame du Rivage (Maria am Gestade). Elle doit son nom étrange car durant le moyen age son clocher servait de point de repère aux pécheurs qui remontaient le Danube. D’ailleurs, son clocher en pierres taillées est un chef d’œuvre du gothique. Il sera détruit en 1683 par les troupes ottomanes qui bombardent la ville, et sera reconstruit 5 ans plus tard.

C’est aussi l’église de la communauté tchèque de Vienne, car à l’intérieur se trouve les restes de Saint Clément Marie Hofbauer (d’origine tchèque), qui a eu une grande influence sur sur la vie religieuse en Europe Centrale à la fin du XVIIIe siècle.

En arrivant sur la place Hoher Markt, vous pourrez admirer une très belle horloge astronomique. Elle s’appelle Carillon Anker. Elle est située sur un « pont » qui relie les deux parties du bâtiment Anker-Hof. Elle a été conçut par Franz Matsh en 1914. A midi pile, il y a une animation spéciale 🙂

En vous baladant dans ce quartier (très touristique), un peu plus loin, vous arrivez face à la grande brasserie Lugeck. Même si c’est un peu l’usine à l’intérieur, il parait qu’elle est réputée (https://www.lugeck.com/en/).

Juste devant la brasserie, il y a la statue un peu anonyme de Gutenberg. L’inventeur de l’imprimerie n’a jamais mis les pieds à Vienne … donc bon … hein …

Si vous avez une petite faim, sur votre droite il y a un petit passage discret, le Wollzeile. Au numéro 5, c’est le restaurant « Figlmüller at Wollzeile ». C’est un peu une institution à Vienne pour déguster la meilleur Wiener Schnitzel de la ville (une grand escalope panée). Archi connu, archi réputé, et réservation archi indispensable : Figlmueller.at

Pour reprendre la balade, prenez à gauche de la statue Gutenberg, dans la rue Sonnenfelsgasse. Ensuite c’est encore à gauche sur Schönlaterngasse. C’est une vieille rue du moyen age. Elle est considérée comme la plus belle rue de Vienne. On y trouve le Heiligenkreuzerhof , le plus ancien immeuble d’appartements de Vienne (incluant une jolie chapelle et un marché de noël dans la grande cour intérieur en hiver). La nom de la rue veut dire « jolie lanterne ». La jolie lanterne en question, c’est celle qu’on peut voir accrochée sur la façade au numéro 6 (c’est une réplique, l’originale est au Musée de Vienne, et en plus elle est pas franchement si belle que ça non?). Ce qui est plus intéressant ici, c’est en face, la maison au numéro 7. Une fresque sur le mur célèbre une légende locale …

En 1212, en employé de la boulangerie qui se trouvait ici découvre qu’un basilic vit dans la petite fontaine de la cour (le Basilic dans cette légende c’est une créature fantastique hein, un monstre quoi, et pas une plante aromatique 😉 ) Il sait que son regard est fatal, et qu’on est changé en pierre si on voit ses yeux. Il court donc chercher un miroir et arrive à vaincre le monstre. Je me demande d’ailleurs si ce n’est pas le basilic transformé en pierre (et qui ressemble à un canard difforme) qu’on voit dans la niche creusée juste au dessus 😉
L’inscription sur le mur date de 1932, d’après le texte original de 1577.

Un peu plus loin dans la rue, prenez à droite sur la minuscule ruelle Jesuitengasse (fermée au public jusqu’en 1821).

Vous arrivez devant l’Église des Jésuites. Elle est bâtie en 1627. La grande façade baroque date de 1703, elle est très sobre et discrète, mais si vous rentrez à l’intérieur …

A l’intérieur, c’est riche, ça brille, c’est décoré partout! C’est le style baroque de la contre réforme, quand l’église doit en mettre plein la vue aux fidèles pour leur faire oublier le protestantisme. Des beaux piliers en marbre, des colonnes torsadées, et une grande coupole en trompe-l’œil au plafond. C’est une œuvre de Andrea Pozzo, un peintre jésuite italien célèbre pour sa grande maitrise des perspectives. La visite vaut vraiment le coup 🙂

Le bâtiment collé à l’église des jésuites, c’est la vieille université de Vienne. D’ailleurs on continue la balade en passant sous son arche, en prenant la rue Backerstasse.

Sur votre gauche, il y a une très belle église un peu discrète. C’est l’Église des dominicains de Vienne (Katholische Kirche Maria Rotunda, Postgasse 4). En 1226 l’ordre des dominicains s’installe à Vienne et une première église est construite près de la Stubentor (un des portes des murailles de la ville). En 1529 pendant le siège de la ville par les turcs, l’église est détruite pour récupérer des matériaux de construction et permettre de consolider les murailles de la cité. En 1634, c’est l’inauguration de la nouvelle église dans un style baroque commandé par l’empereur. C’est celle qu’on peut voir aujourd’hui.

A son ouverture, c’était la seconde plus grande église de la cité. Elle est richement décorée, il y a des très belle peintures au plafond et un magnifique orgue. Plus d’infos

On revient sur nos pas et on reprend la rue Backerstrasse, la rue des boulangers. Au numéro 12 de la rue, il reste une vieille fresque médiévale. On y voit une vache à lunettes jouer au backgammon avec un loup! 🙂

La vache représente le catholicisme et le loup (dont il ne reste que le museau) représente le protestantisme. Cette fresque donne une petite idée de ce à quoi devaient ressembler les façades peintes des maisons de la rue au XVIIe siècle.

En suivant le crottin de cheval dans les rues, on retrouve les calèches « tellement typiques » avec leurs cargaisons de « touristes perches à selfies » (comme en gondole à Venise quoi). Tout ça vous dirige immanquablement sur la Stephansplatz

Cathédrale Saint-Étienne de Vienne

La Cathédrale Saint-Étienne se dresse sur la place. Tous les viennois l’appellent Stephansdom. Les premières constructions remontent à 1137 où une première église est bâtie. Un siècle plus tard, elle est agrandie pour devenir une deuxième église, mais un terrible incendie qui a ravagé la ville en 1258 la détruit partiellement. En 1304 les travaux commencent pour bâtir une nouvelle grande église et cette fois en style gothique. La population de la ville s’accroit, et il faut plus de place pour les fidèles. En 1433, la grande tour sud est achevée, la Tour Saint-Etienne. Elle fait 136m de haut, et c’est la plus haute tour d’église d’Europe à l’époque.

Les travaux de la tour nord commencent en 1450, mais elle ne sera jamais totalement achevée. D’une part à cause de la grande crise apportée par la Réforme Protestante à travers l’Europe et d’autre part à cause de l’avancée des forces turques à l’Est. Les travaux s’arrêtent en 1511, et on décide de privilégier les fortifications de la ville. Une coupole est rajoutée sur la tour en 1578. En 1711 on installe sous la coupole, la Pummerin. C’est la plus grosse cloche d’Autriche, elle pèse 21 tonnes!

La grande et fière cathédrale Stephansdom va beaucoup souffrir ensuite. Tout d’abord en 1809, lors du siège de Vienne par Napoléon, la tour sud est touchée par les bombardements. Elle est reconstruite en 1864. Mais c’est surtout à la fin de 2nd guerre mondiale que les plus gros dégâts arrivent. En avril 1945, les alliés bombardent Vienne, les incendies font rages, et le toit s’embrase. La charpente part en fumée, la Pummerin se fracasse au sol, et une partie du toit s’écroule. La cathédrale est ravagée. On peut voir sur place des photos de l’époque ..

Le toit est reconstruit en 1950 avec une structure en acier, et une nouvelle Pummerin est installée en 1952 pour la réouverture de la cathédrale.

Les horaires et tarifs pour visiter la cathédrale, les tours (343 marches pour la tour sud, un ascenseur pour la tour nord) et les catacombes, c’est ici : http://www.stephanskirche.at/visitCathedral.php

Le toit est recouvert de plus de 230.000 tuiles colorées.

Au fond la bas, on aperçois les collines couvertes de vignes qui entourent Vienne. Je vous conseille vivement d’aller y faire un tour, sur la colline Khalenberg, une belle petite randonnée viticole 😉

Si vous voulez prendre la cathédrale en photo et en entier, bon courage ! Car il y a très peu d’espace devant la cathédrale, même avec un objectif grand angle, c’est galère! 🙂 Alors si vous en avez les moyens, vous pouvez aller dans l’immeuble moderne à l’architecture futuriste juste en face, le Haas Haus. Il abrite une boutique Zara et surtout le DO & CO Hotel, avec son Restaurant et le Onyx Bar qui possèdent d’énormes baies vitrées avec la plus belle vue possible! Si vous en avez les moyens … (https://www.docohotel.com/en/).

Construit en 1990, son architecture moderne face à la cathédrale fait toujours débat…

Une petite faim dans le quartier ? On a testé le Miznon
(Schulerstraße 4). C’est cool et pro. Pour manger des pains pitas garnis, des choux fleurs au four (la spécialité), et des bonnes bières. Ambiance très agréable, et possibilité de se poser en terrasse. C’est bon (mais un peu cher).
https://www.facebook.com/miznonvienna

Juste à côté, en suivant les touristes et les perches à selfies, il y a la Maison de Mozart à Vienne (Mozarthaus, Domgasse 5). Je n’ai pas visité, aucun intérêt selon moi. Il y a vécu seulement 3 ans (de 1784 à 1787) et à l’intérieur il n’y a aucun mobilier d’époque et les pièces présentées sont toutes des reproductions.

Si vous aimez Mozart : allez à un concert, regardez un bon documentaire, écoutez sa musique, mais la visite de cette maison, à mon avis … on peut s’en passer 🙂 Malgré tout, si vous voulez y aller, les infos sur le site officiel ici.

Allez hop en route, on continue d’explorer les rues 🙂

Face au Haas Haus, dans l’angle du bâtiment donnant sur la rue Karntner Strasse, vous allez voir un truc bizarre sous verre. C’est le Stock-im-Eisen.

Ce machin, c’est un vieux tronc d’arbre avec des centaines de clous rouillés plantés dessus. Est-ce que c’est un truc satanique tout droit sorti de la forêt de Blair Witch ?… En fait au moyen age, c’était une pratique courante de planter un clou dans un arbre, comme une offrande à un dieu ou une divinité, en échange d’une faveur ou en remerciement d’une action obtenue. Ce tronc insolite (et ses clous) date de 1400, et il est exposé en plein centre ville depuis 1575!

Maintenant on marche vers le sud en direction du Ring.

Il y a ici un lieu que je n’ai pas pu visiter (il y a tellement de choses à voir à Vienne … ) c’est la Crypte des Capucins (Tegetthoffstraße 2). C’est une crypte impériale qui se trouve sous l’église des Capucins. Les membres de la famille Habsbourg y sont enterrés depuis 1633. Les plus grands artistes ont réalisés des tombeaux splendides pour la famille qui a régné sur une bonne partie de l’Europe pendant plusieurs siècles.
Plus d’infos pour visiter ici.

On arrive ensuite sur l’Albertinaplatz. Sur la place se trouve le mémorial contre la guerre et le fascisme, installé en 1988. Avant la guerre, à cet endroit précis se trouvait le Philipphof. C’était un grand immeuble d’habitation avec un abri dans la cave pour la population pendant les bombardements alliés. Le 12 mars 1945 l’armée américaine effectue un terrible raid aérien sur Vienne. L’immeuble est détruit et les 300 personnes qui pensaient avoir trouvé refuge meurent ensevelis … En 1947, les ruines sont rasés et on décide de ne plus rien construire ici en hommage aux victimes.

La sculpture en bronze de l’homme à genou représente un juif obligé de nettoyer les rues des slogans anti-nazis après l’annexion de l’Autriche par le Reich allemand en 1938. Le sculpteur a rajouté plus tard des barbelés, car au début, les gens s’asseyaient sur son dos …

Albertina

Juste en face, il y a un bâtiment à visiter impérativement, c’est l’Albertina. La place Albertinaplatz porte d’ailleurs son nom. C’est un palais des Habsbourg, aménagé en 1801 pour le duc Albert de Saxe-Teschen afin d’abriter sa collection de dessins, estampes et aquarelles. La collection d’arts graphique de l’Albertina est maintenant une des plus riches du monde.

En 2003, le palais de l’Albertina est rénové, et on lui rajoute un avant-toit moderne, la « soravia wing », qui lui donne son look si particulier.

J’aime l’art et c’est toujours un plaisir de découvrir ce genre de musée. J’ai adoré celui-ci, et je vous présente rapidement en dessous une petite compilation des œuvres des grands artistes qu’on peut admirer à l’Albertina 🙂

Horaires, tarifs, planifier sa visite, plus d’infos sur le site officiel.

En sortant de l’Albertina, vous aurez surement un petit creux. Profitez en pour aller découvrir le kiosque à saucisses juste devant le musée. C’est un peu une institution à Vienne. On trouve beaucoup d’endroits de ce type pour manger une bonne würst à n’importe quelle heure de la journée (et même de la nuit). Bienvenue au Bitzinger Wurstelstand Albertina. Simple, pas cher et sans chichi … et gras ! miam 🙂

A 300m, se trouve la Josefsplatz. Au centre de la place, il y a la statue équestre de Joseph II (empereur de 1780 à 1790) et qui a essayé en vain à l’époque de réformer la monarchie et d’annuler beaucoup de privilèges de l’église et de la noblesse.

Derrière lui se trouve la Bibliothèque nationale autrichienne. La salle d’apparat (Prunksaal) est parait-il à visiter absolument! Elle fait 80m de longueur et 20m de haut, avec un magnifique plafond peint. Pour visiter, plus d’infos ici.

Juste à côté se trouve l’École d’équitation espagnole de Vienne (Spanische Hofreitschule Wien). C’est la plus ancienne école d’équitation encore existante au monde. Elle est reconnue internationalement. Tous les chevaux dressés sont des étalons lipizzans. Son nom « d’école espagnole » vient justement de ces chevaux. Le lipizzan est une race de cheval créé par les Habsbourg, lorsqu’il décident de créer en 1580 un hara impérial dans la localité de Lipizza en Slovénie. Les premiers chevaux utilisés pour faire des croisements sont des purs sangs espagnols.

Depuis 1918, le public peut assister aux représentations qui se déroulent dans le manège d’hiver (Winterreitschule). C’est un grand hall blanc et lumineux, 55m de long, 18m de large et 17m de hauteur. Ce spectacle est une des attractions les plus populaires de la capitale 🙂
Plus d’infos sur le site officiel.

On arrive ensuite sur Michaelerplatz. Cette place baroque dessinée en 1725 et une des plus belles de la ville. C’est principalement lié au fait qu’ici se trouve le Michaelertrakt, une aile de l’immense palais impérial des Habsbourg. Le palais en question, le Hofburg, ne cessant de s’agrandir, il fallait une grande façade majestueuse donnant sur la ville. Les travaux durent de 1889 à 1893.

Je vous assure que lorsqu’on se trouve à côté, on le sent le côté « majestueux et impérial ». On est minuscule, tout est colossal!

Face à cette entrée majestueuse, de l’autre côté de la place, il y a une église un peu discrète. C’est l’Église Saint-Michel. C’est un des seuls édifices d’art roman de Vienne et une des plus anciennes églises de la ville. Elle date de 1221. L’orgue à l’intérieur de l’église, datant de 1714, est le plus grand de Vienne. Le requiem de Mozart (seulement la partie existante puisqu’il est mort en l’écrivant) a été joué ici pour la première fois le 10 décembre 1791 pour une messe donnée après son décès.

L’église est aussi célèbre pour sa crypte. Au moyen-age, avant la généralisation des cimetières hors des murs des cités, il était de coutume d’enterrer les défunts dans les églises. La crypte de l’église St Michel de Vienne aurait une atmosphère spéciale qui empêche les corps de se décomposer et beaucoup se sont momifiés naturellement.

Pour continuer à découvrir Vienne :

Vienne – Balade sur le Ring

Le ring de Vienne, c’est un boulevard circulaire construit sur le tracé des anciennes fortifications de la ville. C’est un sorte de périphérique, mais en beaucoup plus chic! En 1857 l’empereur François-Joseph décide d’agrandir et de moderniser la ville. Pour ça hop, on enlève les remparts moyenâgeux, on ouvre, on aère, et on en profite pour installer un tramway dessus. Très rapidement, les plus riches familles de la ville viennent se pavaner sur ces nouvelles avenues et y font construire les plus beaux immeubles. Je vous conseille de prendre un vélo (on en trouve partout en libre service), car c’est super agréable, les pistes cyclables font la taille d’un boulevard 🙂 C’est parti, hop en route !

On commence notre balade sur le Ring au nord ouest de Vienne, au bord du Danube. Et là paf, on voit un énorme bâtiment en briques (270m de long sur 140m de large!), c’est Die Rossauer Kaserne. Petit rappel historique : En 1848, c’est la révolution à Vienne. Tout commence par un joyeux soutien populaire sur la demande d’indépendance de la population hongroises. Évidemment l’empereur lui, ne l’entend pas de la même façon et ordonnes à ses de partir mater les hongrois. A Vienne, très vite, tout part en vrille. En octobre, les manifestations pacifiques se transforment en barricades et des combats ont lieu dans les rues de la capitale. L’empereur Ferdinand 1er s’enfuit, et une grande partie de la bourgeoisie s’échappe aussi de la ville. A leur retour, les troupes autrichiennes écrasent la rébellion en bombardant la ville et en faisant plus de 2.000 morts dans la population. Pour éviter de perdre une nouvelle fois le contrôle de la capitale de l’empire, le nouvel empereur François 1er décide la construction d’une grande caserne en ville. Avec trois cours intérieures, elle peut loger 4.000 soldats et 400 chevaux. Elle rentre en service en 1870.

Gravement endommagée pendant la 2nde guerre mondiale, elle a faillit être détruite. Puis elle a servi de siège de la police, faillit être reconvertie en centre commercial et au final … C’est aujourd’hui le siège du Ministère de la Défense .. et des sports! Et oui, depuis 2009, c’est le ministère des armées qui est aussi compétent pour le sport en Autriche … hem …

En tournant la tête de l’autre côté, il y a un immeuble qu’on voit de loin, c’est le Ringturm. C’est le premier gratte ciel de la ville, construit en 1955. Il fait 93m de haut. Depuis bientôt 12 ans il est chaque année entièrement recouvert d’un voile peint.

En 2018, c’était l’œuvre du peintre Gottfried Helnwein : « J’ai vu ça », avec une fille pointant sa mitrailleuse sur une ville en flamme. Le but étant de montrer, selon l’artiste, que notre monde est au bord de la guerre.

On remontant le Ring, on passe à côté de l’Université de Vienne, puis on arrive dans des beaux quartiers chics …

C’est ici que se trouve le Rathaus. Cet énorme bâtiment néo-gothique, c’est la mairie de Vienne! C’est aussi le siège de l’état (landtag) de Vienne. Il est construit entre 1872 et 1883 sur un terrain où on organisait des grandes parades militaires. L’architecture de la mairie s’inspire de l’hôtel de ville de Bruxelles. Sa plus haute tour fait 98m de haut. Elle aurait pu être plus grande mais l’empereur avait interdit à l’architecte de faire une tour plus grande que celle de l’église votive à 300m de là et qui atteint elle 99m! Mais la tour de la mairie est plut haute dans un sens car à son sommet, l’architecte a installé le Rathausmann. C’est une statue en cuivre d’un homme en armure tenant un grand drapeau, s’inspirant de l’empereur Maximilien I. Quasi impossible à distinguer depuis le sol, le Rathausmann est pourtant un des emblèmes de la ville, et il fait 6 mètres de haut.

Le Rathaus fait 152m de long et 127m de large. Il est construit en briques avec un revêtement en pierre naturelle. Pendant l’Anschluss (quand l’Allemagne nazie annexe l’Autriche), un balcon en pierre est rajouté et sera utilisé par Hitler pour son discours d’arrivée à Vienne en 1938 … devant une foule en liesse … hem.. Il est possible de visiter gratuitement la mairie. La grande salle des fêtes (71m de long et 20m de large) est le clou de la visite.

Devant la mairie se trouve le Rathauspark. C’est un agréable jardin et il y a régulièrement des animations et festivités. Par exemple on peut voir le marché de Noël et la patinoire en hiver, le Life Ball en mai, et en juillet (quand nous y étions), c’est le festival du film avec des projections gratuites sur écran géant, des concerts, des stands de nourritures du monde entier. Un chouette esprit festif 🙂

De l’autre côté de ce parc, c’est le Burgtheater. Le théâtre de Vienne, inauguré en 1888 et considéré comme une des scènes les plus importantes d’Europe. Gravement endommagé pendant la guerre, il est rénové pendant dix ans et ouvre à nouveau en 1955.

Plus loin on arrive devant un grand jardin, le Volksgarten. Il faisait partie du palais Hofburg et il est ouvert au public en 1823. Ne pas confondre avec l’autre Volksgarten, une boite de nuit au fond du jardin (avec un toit ouvrant!) 🙂 (Site officiel)

Sur une parcelle du Volksgarten, il y a aussi le Rosengarten, le jardin des roses.

Au centre du Volksgarten, on trouve un temple classique, le temple de Thésée. C’est une réplique en taille réduite du temple d’Hephaestues d’Athènes. Il devait servir à abriter la statue de « Thésée luttant contre le Centaure » du sculpteur Canova.

La statue a finalement été déplacée au musée d’art de Vienne, et maintenant le Temple de Thésée sert de centre d’exposition d’art moderne.

Ensuite on arrive sur Heldenplatz (la place des héros). C’est un gigantesque espace vert. Il a été dessiné pour ouvrir le palais impérial Hofburg sur la nouvelle Vienne qui se construit le long du Ring. Il devait servir de grand « forum impérial » à la gloire de la dynastie des Habsbourg. Mais en 1918 c’est la fin de l’empire et les travaux ne seront jamais achevés.

Le nom Heldenplatz (place des héros) est créé en 1878 en l’honneur des 2 grandes statues équestres qui sont installées sur la place. Le premier héros c’est l’Archiduc Charles Louis d’Autriche. Le tout jeune prince de 21 ans dirige l’avant garde de l’armée autrichienne contre l’armée révolutionnaire française, et c’est un succès. Quelques années plus tard il affrontera Napoléon avec plus ou moins de succès, et Bonaparte lui fera même part de son admiration. C’est le symbole du renouveau militaire autrichien. Sa statue est difficile de réalisation techniquement parlant, car seulement les 2 pattes arrières du cheval touchent le socle.

Le deuxième héros, c’est le Prince Eugène de Savoie. Il est considéré comme le plus grand général de son époque. Il a grandit à la cour de Louis XIV. Chétif, son futur est déjà tracé : il aura une carrière ecclésiastique. A Versailles on le surnomme d’ailleurs le « petit abbé ». A 19 ans, surprise générale, il demande au roi le commandement d’une compagnie militaire, la réponse est un non tranchant et méprisant. Humilié et rabaissé, il ne se laisse pas faire et part en secret pour l’Autriche en 1683. Il offre ses services à l’empereur Leopold Ier dans sa guerre contre les turcs de l’empire ottoman qui assiègent Vienne. Il est immédiatement enrôlé, fait rapidement ses preuves, et obtient le commandement d’une compagnie qui s’appelle désormais les « dragons de Savoie ». Il enchaine les succès, et monte vite en grade.

Désormais général des armées impériales autrichiennes, il repousse les turcs, affronte les troupes du roi de France en Savoie, part combattre en Espagne, en Pologne, etc … Partout il enchaine les victoire, c’est le plus grand stratège militaire de l’époque. Un talent qui aurait pu s’exprimer en France si le roi avait été un peu plus malin!

L’immense façade qui donne sur la Heldenplatz, c’est le Neue Burg. Cet énorme bâtiment n’est pourtant qu’une aile supplémentaire rajoutée au complexe palais impérial Hofburg, selon la volonté de l’empereur François-Joseph. Si le projet de Kaiserforum était arrivé à son terme, il y aurait eu l’exacte réplique à l’autre extrémité des jardins ! Sa construction a été énormément couteuse car il y avait d’anciennes douves sur le site choisi et les fondations ont représentées un gigantesque travail. Sa construction a duré de 1881 à 1923.

Le Neue Burg devait initialement servir de nouveaux appartements d’hiver pour la famille impériale. Maintenant le Neue Burg abrite de nombreux musées (Je n’en parle pas plus car je ne l’ai pas visité, mais clairement à mon prochain passage à Vienne, j’y vais ! 🙂 )

C’est sur le balcon du Neue Burg faisant face à l’Heldenplatz qu’Hitler a fait son discours le 15 mars 1938 proclamant officiellement l’Anschluss devant plus de 250.000 viennois en délire, l’acclamant sur la place …

Un nouveau grand espace vert se situe juste de l’autre côté du Ring, c’est la Maria-Theresien Platz. En son centre trône l’imposante statue de l’archiduchesse Marie-Thérèse d’Autriche. Elle n’a pas officiellement le titre d’impératrice, mais pendant 40 ans, c’est bien elle qui gérera les affaires autrichiennes. Elle permettra de redresser et consolider l’empire après sa longue guerre contre les ottomans. Elle aura 16 enfants (dont deux futurs empereurs, Joseph II et Leopold II, et une fille future reine de France, Marie Antoinette). Sa statue fait 20m de haut et date de 1888.

De chaque côté de cette place, deux grands batiments jumeaux se font face.
Le Naturhistorisches Museum Wien (le musée d’histoire naturelle) : construit en 1889 il abrite de riches collections (minéraux, botanique, insectes, etc ..). Sa galerie de météorites est la plus riche du monde.
Le Kunsthistorisches Museum (musée des beaux arts) : il date de 1891 et réunis des œuvres d’arts depuis l’antiquité jusqu’au XVIIIe siècle. Là aussi, ce musée est clairement un des plus importants au monde dans l’art ancien. Et je regrette énormément de ne pas avoir eu le temps de le visiter… la prochaine fois !! 🙂

Si vous avez encore faim de musées (encore encore et encore), au fond du jardin on arrive au Museum Quartier et j’en parle sur cette page.

Et si vous avez faim tout court 🙂 Vous pouvez faire une petite halte saucisses juste à côté du Volkstheater. Ici il y a le Alt Wiener Würstelstand (Burggasse 1070) et il a été élu plusieurs fois meilleur stand à saucisses par les viennois 😉

En reprenant la balade le long du Ring, juste derrière le Neue Burg, on arrive au Burggarten. Ce joli parc à l’anglaise était à sa création en 1819 le petit jardin privatif de l’empereur François Ier. Il n’est ouvert au public que depuis 1919. Ce parc est vraiment agréable 🙂 et il y a quelques belles statues : un grand monument à Mozart, une statue de Goethe, etc …

Au fond du parc, on voit la Palmenhaus. Cette serre abrite des palmiers depuis sa construction en 1826. On peut la visiter et profiter de la brasserie café avec sa grande terrasse, ou s’installer à l’intérieur avec les palmiers sous les verrières. ( https://www.palmenhaus.at/ )

L’étape suivante sur le Ring est incontournable à Vienne : c’est le Wiener Staatsoper. C’est le grand opéra de Vienne. Il est construit en 1868, c’est d’ailleurs le premier établissement public sur le Ring, et il s’appelle à ce moment là, le Hofoper (l’opéra de la Cour). L’inauguration de la salle de 2260 places se fait avec la représentation du Don Giovanni de Mozart. C’est grâce à l’arrivée à la direction du compositeur autrichien Gustav Mahler en 1897 que l’opéra de Vienne obtiendra ses véritables lettres de noblesses. De confession juive, il se converti au christianisme pour avoir le poste. Autrement à cause de l’antisémitisme latent dans la Vienne de l’époque il n’aurait jamais pu diriger l’opéra. Il bouleverse les codes : le chef d’orchestre est maintenant dos au public, on éteint les lumières pendant les représentations et surtout le public n’a plus le droit de rentrer ou sortir en cours de spectacle ! Fini les rendez-vous mondains, l’opéra devient du sérieux ! 🙂

C’est l’une des plus grandes institutions lyriques au monde, et d’après les spécialistes, probablement un des meilleurs orchestre dans sa fosse, le Wiener Philarmonike. Pour les mélomanes, la saison débute en septembre et dure jusqu’à fin juin. Elle permet de voir une cinquantaine d’œuvres chaque année (avec six ou sept nouvelles productions).

Pour réserver une place et visiter, plus d’infos sur le site officiel : https://www.wiener-staatsoper.at/en/

Attention : tout autour de l’opéra, vous verrez des dizaines de personnes déguisées en Mozart et qui viennent vous vendre des places d’opéra « pas cher pas cher my friend ». Comme l’explique une affiche placardée juste à côté de ce trafic (lol), c’est de l’arnaque. Seul le guichet officiel vous garantie l’entrée ! 🙂

Sur le côté de l’opéra donnant sur l’entrée du métro Oper-Karlsplatz, vous pourrez voir au sol les étoiles d’un « walk of fame » local. A vous de chercher votre compositeur préféré ! 🙂

A 2 minutes de là, en s’éloignant un tout petit peu du Ring, il y a un lieu très sympa à découvrir 🙂 C’est le Naschmarkt. Il est sur le cour Wienzeile, qui recouvre la rivière Wien. Sur un kilomètre et demi de long, c’est une succession de petits étals de charcuterie, fruits et légumes et cuisines du monde. Le rendez-vous des gourmands ! 🙂 Le début est très sympa, presque chic même. Plus on avance et plus ça devient cheap. Il y a les interminables stands d’épices et d’olives, et ensuite ça devient de plus en plus populaire et sans réel intérêt touristique, mais ça change aussi 🙂

Si la visite d’un marché ça ne vous intéresse pas, il y a tout de même deux beaux immeubles à voir, le Musenhaus et Majolikahaus (sur la droite en remontant le marché). De très belles façades colorées, style art nouveau sécession viennoise, voilà c’est dit!

Pour info, le samedi, le Nachsmarkt se prolonge par un marché aux puces, et c’est pas très glamour haha 🙂

Plus d’infos ici : https://www.naschmarkt-vienna.com/

En revenant en direction du Ring, ne manquez pas sur votre gauche le Palais de la Sécession (Wiener Secessionsgebäude –
Friedrichstraße 12)
. Mais de quoi s’agit-il ? Quelle sécession ? A la fin du XIXe siècle, l’Art Nouveau se répand en Europe. Et malgré l’ultra classicisme de la ville et de sa bourgeoisie étriquée, des artistes peintres et plasticiens autrichiens (Olbrich, Hoffmann, Klimt) se regroupent et décident de proclamer leur liberté artistique, c’est la Sécession! Et comme il leur faut un endroit où exposer leurs œuvres, et bien il suffit de le construire! C’est le Palais de la Sécession en 1898, par l’architecte Olbrich, sur un terrain mis à disposition par la ville. Sa coupole de feuilles dorées fera beaucoup parler d’elle! La devise du bâtiment : « A chaque époque son art, à l’art sa liberté »

La célèbre Frise Beethoven de Gustav Klimt est exposée ici, ainsi que de nombreuses autres œuvres. Pour la visite, tarifs et horaires, plus d’infos ici : https://www.secession.at/en/

En revenant vers le Ring, on passe par Karlsplatz. Autour de cette grande place, il y a encore le choix en monuments et batiments à voir : Künstlerhaus Wien (le grand bâtiment d’exposition de la société des artistes Autrichiens), Musikverein (une salle de concert réputée pour son acoustique, et qui est simplement une des plus belles salles du monde), TU Wien (la grande université de technologie datant de 1815) ….

Et il y aussi l’Église Saint-Charles Borromée (Karlskirche). C’est une des plus belle église baroque d’Europe Centrale. Elle est ouverte en 1737. Elle est dédiée à Charles Borromée, un évêque italien qui a notamment porté secours aux habitants de Milan pendant la peste de 1576 (d’ailleurs si vous voulez visiter Milan, sans la peste, c’est ici 🙂 ). Les deux grandes colonnes sur la façade sont les symboles de la grandeur impériale de Vienne (les aigles des Habsbourg veillent au sommet).

Pour les visites, horaires, et vue panoramique, plus d’infos ici : http://www.karlskirche.at/

En reprenant le ring, sur votre droite, il y a une grande place (Schwarzenbergplatz) avec une énorme fontaine au centre. C’est Der Hochstrahlbrunnen . La fontaine est créée en 1873 (pour célébrer la première conduite d’eau de source de la ville, on fête ce qu’on peut hein). Attention tenez vous bien : il y a un grand jet au centre (représentant l’année), 4 autours (les saisons), et 365 jets sur le bord de la fontaine pour les jours de l’année. Et comme si ça ne suffisait pas, d’autres jets ont été rajoutés ensuite pour les jours de la semaine, les mois, les jours du mois et les heures!! Bref un joyeux bordel de jets d’eau. Franchement quand tu es à côté, si t’as pas l’explication, tu découvriras jamais 😀 La fontaine est illuminée la nuit et change de couleurs.

Derrière la fontaine, la grande colonne avec un soldat au sommet, c’est le monument érigé en l’honneur de l’Armée rouge qui a libéré la ville des nazis en 1945. Sur le côté de la place, il y a un joli bâtiment romantique et un peu isolé, c’est l’ambassade de France 🙂

L’étape suivante le long du Ring, c’est le Stadtpark. C’est le plus grand parc de la ville. Il est inauguré en 1862. C’est un grand et beau jardin à l’anglaise de plus de 65 000 mètre carrés. La rivière Vienne coule d’ailleurs au milieu. C’est un vrai bol de nature dans la ville.

Le parc est connu pour abriter le mémorial au compositeur Johan Strauss fils, avec cette belle statue en bronze doré datant de 1921. Surnommé le « roi de la valse », il est l’auteur du célèbre « Le beau Danube bleu » et il est responsable de la grande mode de la valse à Vienne et en Europe au XIXe siècle.

Il y a plein de petits monuments disséminés dans le parc, prenez le temps de vous perdre 🙂

Le grand bâtiment de style renaissance à une extrémité du parc, c’est le Kursalon. Inauguré en 1867 pour effectuer des traitements d’hydrothérapie il en fait très vite utilisé depuis pour l’organisation de grands concerts et bals. Impossible d’empêcher les viennois de valser!

Pour visiter le Kursalon, c’est ici.

A proximité du parc, vers le centre historique, il y d’autres beaux batiments à voir comme le Palais Coburg et le Palais Erzherzog.

En sortant du parc, vous pouvez aussi voir les restes de la Alte Stadtmauer Stubentor. Des fouilles archéologiques lors de la construction du métro dans les années 80 ont permis de retrouver une partie du mur d’enceinte médiévale et de sa plus vieille porte fortifiée, la Stubentor.

Ensuite, c’est la fin du Ring, on rejoint le Danube en suivant la rivière Vienne (Wienfluss, 34km de long). A la fin du XIXe siècle, la ville décide de construire un canal en béton pour essayer de contrôler le débit de la rivière. En temps de pluie, le petit ruisseau peut se transformer très rapidement en un véritable torrent. Par temps calme, c’est le paradis des carpes 🙂

Sur la droite du canal, c’est le quartier moderne des ministères, avec en particulier le grand ensemble du ministère des finances.

Ça vaut le coup d’aller y jeter un œil, ne serait-ce que pour cette monumentale sculpture 🙂

Et enfin on arrive sur les berges du Canal du Danube, c’est la fin du tour sur le Ring 🙂 allez, il reste encore plein de choses à découvrir à Vienne, hop en route ! et ça se passe ici :

Vienne – Leopoldstadt

Le quartier de Leopoldstadt se trouve au nord de Vienne. Il est situé entre le Danube et le Canal du Danube. Son peuplement s’est fait assez tardivement car toute cette zone était régulièrement submergée par les crues du fleuve. Pendant longtemps, c’était simplement une moche zone marécageuse aux portes de la belle ville impériale. Plus tard, Leopoldstadt a commencé à abriter une grande partie de la population juive de Vienne. Maintenant, c’est un quartier des classes moyennes avec un taux de migrants plus élevé que dans le centre.

Ce quartier n’est pas souvent mis en avant, et pourtant, on y est bien 🙂 Notre logement airbnb durant le séjour s’y trouvait. Ça avait l’avantage d’être pas trop cher, car les logements à Vienne sont hors de prix. En plus le quartier est super calme et agréable, il n’y a pas la foule des touristes.

Je vous partage quelques bonnes adresses, hop en route ! 😉

  • PAiM Espressobar (Kleine Pfarrgasse 3/1) : Si vous cherchez un endroit où prendre un bon petit déjeuner (avec un excellent café!) avant une journée de vadrouille, c’est ici. Accueil aux petits soins, ambiance zen et cool. Une petite terrasse sur une rue tranquille pour ce petit café de quartier 🙂 (Page Facebook)
  • Skopik & Lohn (Leopoldsgasse 17) : Dans un style branché (sans être excessif) et chaleureux, ce restaurant propose de la belle cuisine travaillée. Il y a une petite terrasse abritée de la rue par une rangée de verdure. Il y a toujours du monde, ça sent bon, et tout le monde y est content 🙂 ( http://www.skopikundlohn.at/ )
  • Schöne Perle (Große Pfarrgasse 2) : Brasserie de quartier cool et sans chichis, avec un très bon rapport qualité prix. Des grandes tables, esprit cantine. Que des locaux à l’intérieur. Allez-y vous ne serez pas déçus! ( https://schoene-perle.at/ )
  • Tachles (Karmeliterpl. 1) : Petit coup de cœur pour ce resto de quartier tenu par des polonais 🙂 Ambiance cool et chaleureuse. Une grande terrasse qui s’étend sur la Karmeliterplatz, et qui est super agréable et calme le soir pour prendre un verre. Service sympa et plats simples. Plutôt adapté pour un bon apéro, et pour déguster leurs spécialités de pierogis (raviolis polonais) ( https://cafe-tachles.at/ )
  • Veganista IV (Taborstraße 15) : Pour les gourmand(e)s, ne passez pas à côté de cette adresse, c’est les meilleures glaces de la ville ! 😉 et des glaces végan en plus! ( https://www.veganista.at/ )

A Leopoldstadt, vous trouverez le grand parc Autgarten. Il occupe une zone importante du quartier. Il est ouvert au public en 1775. L’empereur a fait construite un grand mur tout autour pour le protéger des crues ! On y trouve le palais Autgarten qui servait pour des fêtes impériales et pour les concerts de Mozart. Le parc n’est pas spécialement joli (de mon point de vue) : des grandes pelouses et des arbres .. et c’est tout. Mais il vaut le déplacement pour voir les Flakturm.

Une flakturm, c’est une énorme tour en béton armé, construite sur ordre d’Hitler pour tenter de protéger les villes des bombardements alliés. Des tours de ce genre existent seulement à Berlin, Hambourg et Vienne. Celle-ci, la G-Turm, fait 55m de hauteur. Les murs font plus de trois mètres d’épaisseur, et des milliers de personnes pouvaient s’y réfugier. Il y avait des plateformes mobiles et des canons pouvant arroser le ciel sans s’arrêter. Le tout était protégé par un toit renforcé en métal. Après la fin de la guerre, les tours sont restées intactes, car quasiment indestructibles! 70 ans plus tard, elles sont toujours vides et la ville ne sait toujours pas quoi en faire. En attendant, elles servent de pigeonniers géants!

Dans un coin du parc on trouve un centre cinématographique qui organise un festival en plein air chaque été, il y a aussi le MuTh, une nouvelle salle de concert et des résidences d’artistes. Le parc est mélangé entre le classicisme impériale, la brutalité de la guerre, et le moderne … et le social, avec un grand projet de ferme urbaine géré par les habitants du quartier et qui se prolonge jusque sur le boulevard 🙂

Plus à l’est, il y a le grand Parc d’attraction du Prater : c’est une fête foraine permanente, qui dure toute l’année donc, oui oui vous avez bien lu! 🙂 On y trouve plein d’attractions et de manèges. Et il y la fameuse Grande Roue de Vienne, construite en 1897. Jusqu’en 1985 c’était la plus haute grande roue du monde!

Aller à Leopolstadt, c’est aussi l’occasion de traverser le Danube. Ce célèbre fleuve sert de frontière entre ce quartier et le reste de la capitale autrichienne. Est-ce que le beau Danube bleu est si chouette que ça ? allons-voir ça 🙂

Tout d’abord il faut savoir que le fleuve qu’on traverse à cet endroit s’appelle le « Canal du Danube » mais ce n’est pas vraiment un canal 🙂 C’est bien le lit originel du fleuve au moyen age. Mais, au fil des siècles et des crues successives, il s’est déplacé plus loin, au niveau du « vrai » Danube actuel. Le Canal du Danube, c’est maintenant un simple bras du fleuve. Il a été aménagé dans les années 1890 pour essayer de contenir les inondations chroniques.

Les rives du fleuve ont été copieusement bombardées pendant la guerre, et il n’y a que des batiments modernes sur les berges. C’est donc loupé pour la visite historique. En revanche, si vous aimez le street art, c’est ici qu’il faut venir. C’est peut être un des seuls endroits à Vienne où vous verrez des tags et graffitis, tellement la ville est clean! Le plus cool, c’est d’enfourcher son vélo et parcourir les quais.

Depuis le pont Friedensbrücke, les 3 km de quai sont presque entièrement recouvert de tags. Un vrai musée à ciel ouvert 🙂

Comme vous le verrez le soir venu, les quais sur le Canal du Danube, c’est le lieu de rendez-vous pour faire la fête, prendre l’apéro et s’amuser avec ses potes. La ville est tellement bourgeoise et « propre » qu’on a l’impression d’être au seul endroit où les gens peuvent se lâcher un peu! Il y a de nombreux bars où se poser, et des clubs. L’un d’eux et très connu : le Flex, installé dans une bouche de métro désaffectée. C’est le cœur de la scène électro viennoise depuis 1995.

Cette charmante petite guinguette bondée, c’est là où j’ai vécu la finale de la coupe du monde 2018, France – Croatie, yeah! Allez les bleus ! 🙂

Et si vous cherchez un lieu un peu plus insolite, poussez jusqu’à Strandbar Herrmann (Herrmannpark, 1030). C’est une véritable plage de sable fin installée sur les bords du Danube! Si vous cherchez un bon spot avec de la bonne musique, pour siroter votre verre face au coucher de soleil et les doigts de pieds dans le sable, ça se passe la-bas 😉
Pour en savoir plus sur les évènements, c’est ici : https://www.strandbarherrmann.at/

Pour continuer à découvrir Vienne :

Vienne – Randonnée dans les vignes

Vous avez envie de sortir un peu de Vienne? Je vous propose une petite balade vraiment sympathique à quelques kilomètres du centre historique 🙂 Les collines qui entourent la ville sont couvertes de vignes, et c’est justement là où je vous emmène! Il faut savoir que dans la métropole de Vienne, il y a plus de 700 hectares de vigne, une cinquantaine de domaines, et une production de 2,4 millions de litres de vin par an! Ca change des quelques malheureux pieds de vignes de Paris à Montmartre haha. Le vin viennois, c’est principalement du vin blanc. Et la spécialité ici depuis des siècles, c’est le « Wiener Gemischter Satz ». En gros, sur les parcelles de vignes, on cultive jusqu’à 20 cépages différents, et ils sont ensuite pressés et vinifiés ensemble. Le but est d’avoir un vin constant et minimiser les risques d’une mauvaise récolte.

Il y a de nombreux chemins de randonnées dans les collines, et vous pouvez avoir plus de détails ici. Je vous propose d’user vos chaussures et d’affuter vos papilles, en suivant une variante du circuit Stadtwanderweg 1 – Kahlenberg. Une petite dizaine de kilomètres vous attendent, et rassurez vous, il y a plusieurs endroits pour se poser, profiter du paysage, et bien sur pour déguster du vin 😉

Pour commencer, il faut prendre le tramway D, et aller jusqu’à son terminus au nord de Vienne, à l’arrêt « Nußdorf, Beethovengang ».

Ensuite, c’est simple, il n’y a plus qu’a suivre le panneau
Stadtwanderweg 1. Le début de la ballade se déroule le long d’un petit ruisseau dans ce charmant village viennois.

Juste après le cimetière, les premières vignes apparaissent, voilà, on est dans la nature, dans des grands espaces, et ça fait du bien 🙂

Certains pieds de vigne sont même sponsorisés par les plus grandes célébrités de la planète, ça rigole pas ! 😉

Quand le chemin rentre dans la forêt , vous avez le choix. Soit vous voulez raccourcir la marche et vous prenez le chemin qui monte sur votre droite. Soit vous avez envie de vous balader et de profiter de cette belle forêt, alors vous continuez votre route le long du ruisseau 🙂 Même l’arbre avec la marque jaune du sentier semble être partagé entre ces deux choix, ou alors c’est qu’il à trop bu 😉

Pour info, si vous prenez le « raccourci » vous louperez un site insolite qui se cache dans la forêt! C’est une maison d’artiste, isolée et perdue au milieu des bois. On peut la voir de l’autre côté du ruisseau.

C’est super coloré, ça a l’air trop cool, mais malheureusement je n’ai pas trouvé plus d’infos sur ce lieu. Si ça vous parle, je suis preneur 🙂

Ensuite, on continue de profiter de cette belle nature 🙂

Après une bonne montée, le chemin sort enfin de la forêt et on se retrouve face à une route. Il faut la traverser, et continuer de grimper la colline en suivant le sentier sur la gauche de la route. Un peu plus loin, il faut prendre la passerelle qui enjambe la route et retourner dans les bois.

Vous arrivez ensuite au pied de la Stephaniewarte. C’est une tour de guet construite en 1887 au sommet de la colline que vous venez de gravir, le
Kahlenberg (484m de haut). La tour fait 22m de haut et servait à surveiller le trafic sur le chemin de fer à crémaillère. Mais de quoi on parle, il est où ce chemin de fer ? on ne voit rien! Et bien en 1873, en vue de l’Exposition Universelle, la ville de Vienne décide de construire un chemin de fer à crémaillère (comme en Suisse), et qui servira d’attraction pour emmener les visiteurs au sommet de la colline. Le petit train fonctionnera tranquillement jusqu’en 1914. Après la guerre, le charbon se fait rare, des vols de traverse de rails ont lieu, et le dernier voyage du train a lieu en 1921. Depuis, l’itinéraire suivi par le petit train a été remplacé par la route que vous venez de longer.

Maintenant, il ne reste que cette tour … et ses toilettes publiques historiques ! 🙂 La dame pipi qui gère l’entrée vous tiendra à l’œil, attention !! 😉

Un peu plus loin il y a un grand banc en pierre semi circulaire, en hommage à la Kaiserin Elisabeth … qui est plus connue sous le nom de Sissi 🙂

Le chemin sort de la forêt et un monument commémoratif vous accueille. C’est ici, en 1683, qu’est arrivée l’armée de secours qui a permis de libérer la ville de Vienne qui était assiégée par les Turcs. Cette bataille où 200.000 hommes s’affrontent marquera la fin de la politique d’expansion des armées ottomanes.

Si l’histoire ne vous passionne pas trop, vous pouvez simplement traverser la place, et slalomer entre les touristes. Car hélas, oui, il y a un grand parking rempli de voitures et d’autobus. Tous viennent s’agglutiner sur la terrasse d’un restaurant ultra bondé.

Il faut bien avouer que la vue sur Vienne est formidable! 🙂

Comme il y a vraiment beaucoup trop de monde ici, je vous propose d’aller un peu plus loin pour faire une véritable halte. Ça se passe à Josefinenhütte. C’est un restaurant très bien situé en lisière de forêt, avec des grandes terrasses dehors. L’ambiance y est très agréable et reposante 🙂 (le site web ).

Attention, je vous conseille de ne pas manger ici (même si c’est surement très bon), mais plutôt de vous rafraichir avec un petit verre (ou deux), avant de rejoindre le lieu où vous pourrez vraiment vous rassasier 🙂

Pour ça il faut traverser le terrain d’accrobranche (juste à côté du restaurant) et reprendre le sentier à travers la forêt. Au premier croisement, prendre à droite.

Quand vous sortez de la forêt, il faut prendre à gauche sur la petite route en direction de Heuriger Hirt.

Un Heuriger, c’est un lieu incontournable de votre séjour viennois. C’est le nom de l’endroit tenu par des vignerons et qui permet de gouter les vins locaux tout en dégustant des spécialités. Il y a de nombreux Heuriger. J’ai beaucoup aimé celui là. Ne serait-ce que pour la vue déjà. Ensuite le buffet était plutôt bien garni, et c’était très bon et vraiment pas cher. Le service peut paraitre un peu rude, mais en fait très sympathique dès qu’on sort en sourire. On y a passé un très bon moment, et je recommande vraiment 🙂

Heuriger Hirt (Eisernenhandgasse 165) : Leur site web

Une fois que vous avez fini de cuver … ou de faire la sieste sur les transats, il est temps de reprendre le chemin. C’est tout de suite plus facile, ça descend ! (et avec un peu de vin dans le sang, la fatigue, on l’oublie vite 🙂 )

La route vous conduit au charmant petit village de Kahlenbergerdorf (avec sa jolie église).

Je vous conseille ensuite de passer sous le pont ….

Et ainsi rejoindre les berges du Danube. Ensuite, il suffit de longer tranquillement ce grand fleuve et passer à côté de nombreuses guinguettes animées 🙂

On arrive enfin au niveau des écluses de Nussdorf qui servent à réguler le débit du canal du Danube qui va vers le centre de la ville.

C’est ici que cette longue ballade s’achève. Il faut prendre le petit tunnel et rejoindre la gare Wien Nussdorf Bahnhof. Et de là, hop un petit tour de train pour rejoindre le centre ville (ou reprendre le tramway D si vous n’êtes pas trop pressé).

Pour continuer à découvrir Vienne :

Vienne – Palais du Belvédère

Parmi les nombreux palais à visiter à Vienne, je vous emmène faire un tour au Palais du Belvédère. Il n’est pas aussi imposant que le Château de Schönbrunn mais il mérite tout de même une visite. Allons voir ça, hop en route!

Le palais de style baroque est construit de 1714 à 1723 pour le Prince Eugène (pour rappel, le Prince Eugène, c’est Eugène de Savoie, que le roi Louis XIV n’a pas voulu écouter, et qui est allé se mettre au service de l’Autriche pour combattre les turcs. Il deviendra ensuite le plus grand général de son temps. C’est un peu Napoléon avant l’heure. Bref, c’est Eugène quoi). Comme son nom l’indique c’est un belvédère. Il y a donc une partie surélevée, le Belvédère Supérieur (plutôt destiné aux réceptions et à la fête), puis le parc façon jardin à la française, et ensuite le Belvédère Inférieur (destiné à l’habitation). Eugène n’en profitera pas longtemps, il meurt en 1736. Le palais est alors acheté par les Hasbourg. Les jardins sont ouverts au public en 1894, et le palais est transformé en musée.

Je vous conseille de commencer la visite par la partie haute, le Belvédère Supérieur. Comme ça, il n’y a plus qu’à descendre ensuite 🙂
Prix des billets, horaires : Plus d’infos sur le site officiel.

La première salle qu’on visite sur la droite, c’est la Salle Carlone, du nom du peintre italien qui a peint une grande fresque au plafond. Il y a de nombreuses peintures en trompe l’œil sur les murs, mais au final les visiteurs passent totalement à côté, car c’est ici qu’on installe régulièrement une œuvre d’art contemporaine qui peut poser débat. Et en l’occurrence, celle qui était là lors de notre passage … euh … comment dire … 😛

Je vous laisse juge hein … l’art tout ça tout ça …

La plus grande pièce du palais, c’est la Salle des marbres.

Un musée réserve toujours son lot de surprises 🙂 Et je dois dire que c’est deux tableaux font partie de mon « best of du pire » 😉

Heureusement, il y a plein plein de belles choses à voir!

Ici un tableau de Léopold Carl Muller, surnommé « Muller l’égyptien ». C’est le plus important peintre orientaliste autrichien.

« Marché au Caire » (Léopold Carl Muller)

J’ai aussi adoré ce tableau de Eybl. C’est un des maître autrichiens des portraits miniatures. Et sur ce tableau, tout est tellement fin, c’est assez bluffant, on distingue presque chaque cheveux. Très beau 🙂 Membre permanent de l’académie des arts de Vienne, il décède au Belvédère en 1880 dans son appartement de service.

« Jeune fille lisant » (1850 – Franz Eybl)
« Werke » (Franz Lerch)

Il y a aussi une collection des œuvres de Gustav Klimt. Si vous voulez en voir d’avantage, je vous conseille d’aller au MuseumsQuartier. Le plus célèbre des tableaux de Klimt est au Belvédère, c’est le Baiser. Ce tableau est un des symboles de l’art nouveau, c’est un hymne à l’amour et le point d’orgue de sa période dorée. On suppose que le tableau représente Klimt et sa compagne Emilie Flöge.

« Le Baiser » (1908 – Gustav Klimt)

Ici, c’est un peu comme au Louvre avec Mona Lisa, il y a la foule! … tout le monde se presse devant, tout le monde veut sa photo en faisant un baiser devant le baiser, tout le monde sort sa perche à selfie. Bref c’est un moment qui peut vite devenir assez désagréable haha

On trouve aussi la version de Klimt du célèbre épisode biblique de Judith décapitant Holofrene. Il change radicalement de ce qu’on peut voir d’habitude. D’ailleurs on voit à peine la tête tranchée du général. Ici Judith est voluptueuse et perverse à la fois, sexy et séductrice. Le modèle serait une amie du peintre, Adele Bloch-Bauer.

« Judith et Holofernes » (1901 – Gustav Klimt)

On trouve plein d’autres grands artistes, voici une rapide sélection.

« The Artist’s family » (1928 – Anton Kolig)
Claude Monet

Sur le tableau suivant, à gauche, on voit Sissi, si si! oui à gauche c’est bien Sissi. Officiellement c’est « le portrait de l’impératrice Élisabeth » par Anton Romako. Le tableau n’est pas apprécié à l’époque en 1883, car il montre le côté excentrique et s’éloigne de la beauté classique. En face, c’est notre célèbre Napoléon franchissant le col du grand St Bernard (Jacques-Louis David, 1801).

Dans une salle, il y a une belle collection des figures grimaçantes du sculpteur autrichien Franz Xaver Messerschmidt. Il sculptait les têtes de l’aristocratie mais après sa mort, on découvre dans son atelier 69 têtes, dont il n’avait parlé à presque personne. Aussi appelées « têtes de caractères », on ne sait pas grand chose sur leurs origines et leurs modèles. Mais elles tranchent carrément avec le classicisme habituel. On se marre bien en prenant les mêmes poses à côté 😉

Les grands jardins du Palais du Belvédère sont à la française. Personnellement, je n’aime pas, c’est grand et interminable, bonne marche à vous !

On arrive ensuite au Belvédère Intérieur et à l’Orangerie.

J’avoue que la visite du Belvédère inférieur et de l’Orangerie a été un peu abrégée, mal aux pieds à force de faire du sur place 🙂

Un autre célèbre tableau de Gustav Klimt, le tournesol. Il était dans une collection privée et a été offert au Belvédère en 2010 seulement.

« Tournesol » (1907 – Gustav Klimt)

Il y a aussi des peintre tchèques exposés.

« Milenci » (Jan Zrzavy)

Pour la petite anecdote, Josef Capek qui a peint le tableau ci-dessous, c’est aussi un écrivain et poète. C’est lui qui invente le mot « robot » en 1920 pour une pièce de théâtre.

Josef Capek
« Der Letzte Mensch » (Anton Hanak)

Le tableau suivant est considéré comme la plus importante représentation du style expressionnisme en Croatie. C’est un auto portrait du peintre Vilko Gecan lisant le journal expressionniste « Der Sturm ».

« Cinik » (1921 – Vilko Gecan)

Quelques coups de cœur avec les tableaux suivants du peintre polonais Franz Sedlacek.

Franz Sedlacek

Franz Sedlacek

Belvédère 21

Vous entendrez probablement parler du Belvédère 21 (Arsenalstraße 1). C’est un bâtiment (moche) construit en 1958 comme pavillon de l’Autriche pour l’exposition universelle. Depuis il sert de musée d’art contemporain.

L’art contemporain, comme souvent … ça peut vite devenir très austère, et on voit que le succès n’est pas franchement au rendez vous au niveau du public. Au moins, vous serez tranquilles dans le musée !

Mais est-ce que vous avez réellement envie de voir ça ? Posez vous bien la question avant de faire le détour jusqu’ici ! 😀

Comme vous le voyez, au Belvédère 21, c’est la grosse ambiance ! A mon avis, à moins d’être particulièrement amateur d’art contemporain, on peut faire l’impasse sur cette visite sans trop de regrets 😉

En revanche, à l’extérieur du musée, il y a le parc Schweizer Garten avec plein de sculptures modernes, mais cette fois, il y a de la nature autour et c’est de suite plus sympa. Mais si! Allez y faire un tour 🙂

Avant de quitter le quartier je vous propose une petite découverte insolite …

Il faut aller à l’Hotel Daniel (Landstraßer Gürtel 5). Et sur le toit, non vous ne rêvez pas, il y a un voilier fondu ! C’est une œuvre de l’artiste autrichien Erwin Wurm, et le bateau s’est échoué ici en 2010 😉

Pour continuer à découvrir Vienne :

Vienne – MuseumsQuartier

Le MuseumsQuartier de Vienne, aussi appelé MQ, c’est un endroit où il faut absolument aller. Tout commence en 1713 quand l’empereur Charles VI ordonne la construction de grandes écuries impériales à proximité du château des Habsbourg. En 1725, plus de 600 chevaux sont dans les écuries, derrière la plus longue façade baroque de Vienne. Après la chute des Habsbourg en 1918, le site est utilisé pour accueillir la grande foire commerciale autrichienne Wiener Messe. Dans les années 1980, l’idée germe d’en faire un centre culturel. Trois musées sont rajoutés et le MuseumsQuartier est né. C’est un des plus grands centres culturels du monde.

L’entrée dans l’enceinte du MQ est gratuite et libre. C’est un lieu de culture, de rencontres et de vie. Des cafés et restaurant et boutiques culturels sont là aussi. Plus d’infos sur les expo et la programmations, sur le site officiel.

Musée Léopold

Le musée Léopold se base principalement sur la collection de Rudolf Leopold. Cet ophtalmologue autrichien a commencé à acheter des œuvres dans les 1950 et en particulier celles d’Egon Schiele, dont il est devenu un des spécialistes. Sa collection est rachetée par la ville de Vienne, et se trouve maintenant dans le musée portant son nom.

On commence donc avec Egon Schiele. Un peintre que j’aime beaucoup. Rapide topo : son père travaille dans les chemins de fer, devient fou et meurt alors qu’Egon a 15 ans. Passionné de dessin et peinture, il rentre à l’académie des beaux arts de Vienne. A 17 ans, il fait connaissance de Gustav Klimt qui est âgé de 45 ans. Klimt devient son maitre spirituel et l’admiration est réciproque entre les deux artistes. Trois ans plus tard, Egon claque la porte des beaux arts avec d’autres étudiants qui ne supportent plus l’enseignement académique. Ils forment ensemble le Neukunstgruppe (Groupe pour le nouvel art) en 1909, et organisent des expositions. Klimt lui donnera un coup de pouce en lui présentant des modèles, mécènes, et en lui achetant des dessins.

Son style est très sombre, glauque, à la limite du morbide. Les doigts sont toujours cadavériques et décharnés. Son œuvre est aussi caractérisée par de l’érotisme à la limite de la pornographie.

En 1911 il rencontre Wally Neuzil. C’est alors la muse de Gustav Klimt. Elle devient son modèle et sa compagne. Ensemble, ils s’installent dans une ville de bohème qui les invite pour créer des œuvres. Quelques mois plus tard ils sont expulsés : vie dissolue, mœurs douteuses, beaucoup de jeunes jeunes femmes comme modèles …

« Portrait de Wally Neuzil  » (1912 – Egon Schiele)

Le couple s’installe alors à Vienne et l’accueil n’est pas très chaleureux non plus … les nombreux dessins érotiques et les soupçons de détournement de mineurs le mènent devant le tribunal. Il est finalement condamné pour exposition de documents pornographiques à des mineurs (mais innocenté pour l’accusation de détournement de mineurs). Il fait 24 jours de prison.

« Arbre d’automne dans le vent » (1912 – Egon Schiele)

« Les ermites » (1912 – Egon Schiele)

Egon quitte ensuite Wally pour se marier avec Edit Harms en 1915, issue d’une famille bourgeoise. Il cherche à se ranger un peu … mais rapidement il demandera à Adèle, la sœur de sa femme, de poser pour lui. Et leur relation ira un peu plus loin que ça…

« Maison avec toiture » (1915 – Egon Schiele)
« Mère avec deux enfants » (1915 – Egon Schiele)

Pendant la guerre, il est stationné à Vienne comme soldat de garde, et pourra continuer de peindre. En 1918, alors que sa femme est enceinte, l’épidémie de grippe espagnole ravage l’Europe. Sa femme est emportée par la maladie, et Egon meurt trois jours plus tard, il a 28 ans …

On passe maintenant à Gustav Klimt. C’est la star de la peinture autrichienne. Il né en 1862 dans la banlieue de Vienne dans une famille nombreuse. A 14 ans il rentre à l’école des Arts Décoratifs de Vienne et sera rejoint plus tard par son frère. Ensemble ils créent un atelier de décoration en 1880. Ils réalisent entre autre le plafond du grand escalier du Burgtheatrer et du Kunshistorisches Museum. Il est reconnu pour son travail, mais ce n’est pas du tout ce qu’il a vraiment envie de peindre …

« Portrait de Marie Breunig » (1894 – Gustav Klimt)

Ses peintures sont encore classiques, mais le changement a déjà commencé. En 1895, lors d’une exposition à Vienne, il découvre les œuvres de Liebermann, de Felicien Rops, mais aussi de Klinger, Bocklin et Rodin. L’Art Nouveau commence à faire parler en France. En 1897, avec dix neuf autres artistes, il participe à l’Union des Artistes Figuratifs, c’est ce qu’on appelle la Sécession. Ils veulent ensemble changer la vie artistique de l’époque et s’éloigner de l’art académique

On lui commande de peindre les plafonds du hall d’accueil de l’Université de Vienne. Les premières toiles qu’il expose « La philosophie », suivi de « La médecine » et « La jurisprudence », déchainent les critiques. On s’interroge sur sa santé mentale, et ses peintures sont jugées trop érotiques. Bref, ça réveille les gens! Sa commande est annulée (à la demande des députés vers le ministre de l’éducation), mais malgré la critique il continue sur cette voie. (La philosophie sera détruite par les nazis en 1945).

En 1902-1903, c’est le « cycle d’or ». Il utilise de la peinture dorée dans toutes ses œuvres. Le baiser (1906) est son tableau le plus célèbre, on peut le voir au musée du Belvédère. En 1908, il quitte la Sécession, qui n’évolue plus selon lui. En 1910, les mentalités ont un peu évoluées dans le pays et il retrouve le succès du grand public viennois et la reconnaissance des autorités du pays.

« La mort et la vie » (1910 – Gustav Klimt)
« La mariée » (1918 – Gustav Klimt)

Il meurt en 1918 d’une hémorragie cérébrale, à l’âge de 55 ans.

Le MUMOK Vienne

Derrière ce nom barbare de MUMOK se cache le MUseum MOderner Kunst Ludwig Wien (ouf!). Le MUMOK est inauguré en 1962, mais c’est seulement en 2001 qu’il s’installe dans l’enceinte du MuseumsQuartier, à l’intérieur d’un bâtiment cubique en roche volcanique. C’est de l’art contemporain … aie aie … Est-ce que ça vaut la visite ? on va voir ça ensemble 😉
Infos pratiques, horaires, tarifs : sur le site officiel.

Malgré les craintes qu’on pourrait avoir dès qu’on pénètre dans un musée d’art contemporain … car bon, une banane scotchée sur un mur ou un point noir sur un fond blanc … est-ce que ça mérite vraiment de payer un billet d’entrée ? et bien il n’y a pas trop ce genre de choses au MUMOK, et c’est plutôt des grands « classiques » de la peinture moderne. Du lourd !

Jean-Michel Basquiat

Yves Klein et l’utilisation de son fameux International Klein Blue, son produit bleu (pigment + liant) breveté. J’étais assez agréablement surpris de voir un de ses portraits moulages 🙂

Andy Warhol

Marc Chagall

René Magritte

Lucio Fontana, et ses « fameux » monochromes lacérés …

Georg Baselitz

Emil Nolde. Je ne connaissais pas du tout. Et j’aime beaucoup! Bon après, j’ai découvert que c’était un antisémite notoire et qu’il était nazi à fond! … Est-ce qu’on peut différencier l’homme de l’œuvre ? le débat reste ouvert …

Pour résumer, le MuseumsQuartier, c’est vraiment agréable, c’est beau, on s’y sent bien, et il y a des belles choses à voir. Viendez les gens ! 🙂

Pour continuer à découvrir Vienne :