Jour 9 – Pitlochry – Blair Castle – Edimbourg

Jour 9 – Pitlochry – Blair Castle – Édimbourg

Réveil difficile au Faskally Caravan Park après une nuit catastrophique. Vite on part d’ici et on décide d’aller se promener un peu dans le petit village voisin, Pitlochry.

Pitlochry

C’est un petit village d’environ 3.000 habitants. En 1842, la reine Victoria, qui était en déplacement dans la région fit un avis très favorable sur ce petit village. Il n’en fallait pas plus, tout le monde devait venir ici. Une gare est construite en 1863, et le village devient une destination touristique appréciée pendant l’époque victorienne. Les petites ruelles sont assez pittoresques et on passe un peu de temps à faire quelques emplettes cadeaux souvenirs, cartes postales et petit déjeuner pancakes.
Plus d’infos sur le site officiel du village.

Ce village est aussi connu pour ses 2 distilleries de whisky,  Edradour (qui est la plus petite distillerie d’Écosse) et Blair Athol Distillery. Les deux peuvent se visiter. Mais ce matin, nous partons visiter l’autre attraction locale : l’échelle à saumons!

ecosse pitlochry fish ladder

En 1947 un barrage a été construit sur la rivière Tummel pour apporter de l’électricité à la région. Mais ce barrage posait un problème pour les nombreux saumons qui remontaient cette rivière, alors en même temps que le barrage est construit, une « échelle à saumons » est bâtie. Elle est inaugurée en 1952. C’est en fait une succession de 34 petit bassins, chacun situé 50cm plus haut que le précédent et avec des ouvertures sous l’eau permettant de relier chaque bassin. Grâce à ce systême, les saumons peuvent remonter tranquillement la rivière et poursuivre leur route. Il y a un compteur automatique qui détecte chaque passage de saumon. Depuis son ouverture, plus de 250.000 saumons ont fait un Bip au compteur.
Le barrage a aussi son petit musée : http://www.pitlochrydam.com/

Une fois cette petite visite achevée, nous reprenons la route A9 mais en faisant demi-tour, car à 12 kilomètres de là, il y a un château qu’on tient absolument à visiter. Il était trop tard pour le faire la veille.

Blair Castle

L’entrée du parc du Blair Castle est assez monumentale, et une fois franchi l’énorme portail, il y a une longue allée bordée d’arbres majestueux. Tout au bout, il y a un grand parking, face au château.
En chemin, on se rend compte que dans le parc du château il y a un immense camping qui a l’air formidable et on regrette vraiment de ne pas s’être arrêter ici! Si vous avez l’occasion de le tester, il s’agit du Blair Castle Caravan Park.
Plus d’infos ici.

ecosse blair castle

Ce beau château d’une blancheur immaculée a été construit au XIII siècle mais a été agrandi à plusieurs reprises au fil des siècles. Il a longtemps été une place forte stratégique car il permettait de garder un des accès menant aux Highlands. C’est la propriété des ducs Blair d’Atholl, qui forme le Clan Murray. En 1936, le château est ouvert aux visiteurs. L’actuel Duc d’Atholl ne vient que très rarement dans sa propriété car il vit en Afrique du Sud! Vous aurez une chance de le voir en mai, quand son armée privée (un privilège accordée par la reine, et c’est d’ailleurs la seule armée privée légale d’Europe) composée d’une centaine d’Atholl Highlanders défile devant le château.
Dans le grand hall d’entrée du château il y a une incroyable collection d’armes. Dans les différentes salles il y a une profusion de tableaux, de porcelaines et d’objets historiques. La visite est assez riche et on passe pas mal de temps à l’intérieur 🙂
Plus d’infos sur le site officiel.

ecosse blair castle

En sortant, prenez le temps d’aller saluer les cerfs dans le grand enclos à quelques dizaines de mètres du château.

ecosse blair castle

Enfin il y a une petite balade à faire dans les grands jardins du château, appelés le jardin d’Hercule.

ecosse blair castle

ecosse blair castle

Petit bonus : il y a un petit restaurant ouvert au public dans le château, le Tullibardine Restaurant. La salle est lumineuse est agréable, et en plus c’est pas mauvais 🙂

Édimbourg

Après cette visite culturelle, on entame notre retour vers Édimbourg. Et c’est parti pour une longue route de 140km. On passe à côté de Perth et on suit la M90 pour emprunter le Forth Road Bridge qui franchit l’estuaire de la Forth River et permet de rejoindre la capitale écossaise. Ce grand pont est ouvert à la circulation en 1964. Il mesure 2 512 mètres de long et voit passer près de 70 000 véhicules par jour et jusqu’en 2008 il y avait un péage, la traversée est maintenant gratuite. Lors de sa construction c’était le plus long pont suspendu d’Europe! Depuis il connait a priori un entretien assez problématique et des défauts de structures apparaissent. Mais pour nous tout se passe bien.

On avait prévu après cette longue route de visiter la célèbre Roslyn Chapel à une dizaine de kilomètres au sud d’Édimbourg. Mais pas de chance pour nous, on se retrouve coincés dans d’interminables embouteillages 🙁 Quand on arrive enfin sur place, les portes du sites viennent de fermer il y a quelques minutes et il n’y a plus de visites possibles. Du coup on fait simplement le tour du site à pieds.

ecosse roslyn chapel

ecosse roslyn chapel

Allez, c’est pas grave, on part à la recherche d’un camping pour cette dernière nuit. C’est le Mortonhall Caravan & Camping Park. J’appréhendais un peu ce camping excentré dans la banlieue d’Édimbourg. Et en fait c’était vraiment une très bonne surprise. Il y a énormément de places, il est bien agencé, bien équipé, l’accueil sympa, et il est collé à un golf et loin des routes. Franchement très agréable, on recommande 🙂
http://www.meadowhead.co.uk/Mortonhall-Home

Une fois la tente installée, il nous reste encore un peu de temps avant le coucher de soleil, alors hop en route pour profiter du plus beau coucher de soleil sur Édimbourg!
On reprend la voiture et en quelques minutes on rejoint le centre ville et la rue Queen’s Dr et un parking gratuit près du Palace of Holyroodhouse. Il reste de la place pour se garer,  parfait. Ensuite il suffit d’escalader les 251m de la colline pour rejoindre le célèbre Arthur’s Seat. C’est un ancien volcan. La montée se fait un peu au pas de course, ce serait dommage de louper le coucher de soleil à quelques minutes près.

ecosse arthur seat edimbourg

ecosse arthur seat edimbourg

Au sommet, le vent souffle fort mais le spectacle est juste fantastique. Enjoy! 🙂

ecosse arthur seat edimbourg

ecosse arthur seat edimbourg

Comme le réveil le lendemain matin sera très matinal, on décide de ne pas passer le reste de la soirée dans les rues d’Édimbourg, et à la place on rentre au camping, et on va dans un pub juste à côté : The Stable Bar. Et bien c’est un très bon choix! Service impeccable et attentionné, ambiance chaleureuse et feu de bois dans la cheminée, et bonne bouffe. Testé et validé 🙂
http://www.stablebarmortonhall.co.uk/

ecosse arthur seat edimbourg

Pour plus de détails sur Édimbourg et comment passer un bon week-end dans cette belle ville, il suffit de lire l’article sur la capitale de l’Écosse.

<< Jour 8 – Loch Ness – Glen Affric – Cairngorms – Pitlochry
>> Édimbourg

Jour 8 – Loch Ness – Glen Affric – Cairngorms – Pitlochry

Jour 8 – Loch Ness – Glen Affric – Cairngorms – Pitlochry

Réveil au Bught Park Caravan Park & Campsite d’Inverness. La nuit n’a pas été très bonne à cause d’un local électrique de l’autre côté du camping qui faisait pas mal de bruit. Bon au moins au réveil il y a un petit côté champêtre avec des petits lapins qui gambadent sur la pelouse, c’est déjà ça. Allez hop en route, on part d’ici!

Loch Ness

A quelques minutes à peine d’Inverness en prenant l’A82 vers le sud, on arrive au célèbre Loch Ness. Il fait 39km de long et de 1 à 3km de large. En taille, c’est le 2e plus grand Loch derrière le Loch Lomond. Mais comme le Loch Ness atteint une profondeur de 272m, en volume, c’est le plus grand d’Écosse. Mais disons le tout de suite, c’est loin d’être le plus beau. Les collines autour sont plus petites, la vue est souvent bouchée par la végétation. Si vous roulez le long du Loch, préférez la rive ouest et l’A82, certes c’est la plus fréquentée, mais c’est aussi la plus rapide. La rive est en face, c’est une petite route, la B852.

ecosse loch ness
Si vous voulez visiter le château, il faut prendre l’A82. Ne vous trompez pas de rive sinon ça fera un sacré détour 😉

Évidemment le Loch Ness est surtout mondialement connu pour son monstre, le fameux Nessie.

ecosse nessie

Tant de choses ont été dites à ce sujet.
Les croyants vous diront qu’il s’agit d’un plésiosaure, un dinosaure marin qui aurait survécu depuis tout ce temps dans des grottes situées au fond du loch et qui pourraient communiquer avec les autres Loch ou la mer.
Les sceptiques vous diront que c’est une illusion provoquée par la couche thermique d’inversion entre les eaux chaudes et froides du loch qui provoquent parfois des mirages. Ou alors parfois quand ces couches d’eau s’inversent ça créé des courant à la surface du lac suffisamment forts pour faire avancer un tronc d’arbre qui laisse un sillage derrière lui. Ou alors il s’agit d’une grande loutre, ou d’une grande anguille de mer, et comme il n’y a pas de repères visuels on ne peut pas vraiment estimer la taille.
Si ça vous intéresse vous pouvez rendre visite à Steve Feltham. Il est presque aussi connu que le monstre. En 1991, il décide de tout quitter pour s’installer avec un camping-car au bord du loch et depuis il passe son temps à scruter le Loch pour apporter la preuve indiscutable que le monstre existe réellement! On peut le prendre pour un illuminé, mais au moins il va au bout de son truc 🙂 Vous pouvez aller le voir en suivant la B852. Au village de Dores, prenez le parking du The Dores Inn, et il est juste derrière sur une petite plage, et pour arrondir les fins de mois et passer le temps quand il n’est pas accroché à ses jumelles, il vend des petits objets pour les touristes. Son site Nessie Hunter.

Château d’Urquhart

En suivant l’A82, vous tomberez forcément dessus, et sinon il suffit de suivre les bus touristiques, car ils finissent tous la-bas. Ce château, ou plutôt les ruines du château d’Urquhart sont sur une petite colline dominant le loch.

ecosse loch ness urquhart

Il a été construit vers 1230, puis agrandi au XVIe siècle. Au cours des siècles il changera de mains à de nombreuses reprises, entre la couronne anglaise et les indépendantistes écossais. Et c’est justement durant un des nombreux conflits Jacobites que le château fut détruit. Il était alors occupé par les Grant et sa garnison de soldat. Ils défendaient le château contre les forces Jacobites. Le parlement anglais, jugeant que cette défense demandait trop de ressources et mobilisait trop de soldats, trouva un moyen pour arrêter ça et aussi empêcher que les jacobites s’emparent de cette place forte. Les anglais demandèrent à Grant de faire exploser le château et ils lui promirent des terres et de l’argent en réparation. En 1692, Grant met donc le feu aux réserves de poudre et Boum! le château est détruit. Ah oui pour la petite histoire, il ne verra jamais la couleur de l’argent qu’on lui avait promis …

ecosse loch ness urquhart

De nos jours, il y a eu de gros investissements pour restaurer les ruines et offrir une visite la plus agréable possible. Il faut d’abord passer par un énorme visitor center, qui ressemble presque d’avantage à un supermarché, tellement la boutique à souvenirs prend tout l’espace. Il y a un petit musée intéressant dans un coin. Ne manquez pas la projection du petit film d’une dizaine de minutes, et à l’ouverture du rideau à la fin du film, c’est showtime! 🙂
Plus d’infos sur le site officiel.

La visite des ruines n’est pas plus intéressante que ça, et surtout très rapidement on a vu arriver des hordes de touristes en sandalettes et shorts, une foule compacte et bruyante avec des perches à selfie. C’était tellement insupportable qu’on a rapidement écourter la visite. Sans regrets on a fuit les ruines. C’est sans doute le pire endroit à visiter en Écosse! 🙂

ecosse loch ness urquhart

Hop, on repart sur la route, et on prend l’A831 pour aller vers l’ouest à nouveau en direction de Glen Affric.

Glen Affric – Dog Falls

Le Glen Affric est considéré comme le plus beau glen écossais par sa variété de paysages. Il faut d’abord rejoindre le petit village de Cannich (ouaf ouaf) et ensuite prendre à gauche et remonter la River Affric. La route est agréable et on se retrouve dans une jolie campagne vallonnée. Au bout de quelques kilomètres on arrive à un parking sur la gauche de la petite route. C’est le point de départ de la randonnée autour des Dog Falls.

ecosse glen affric dog falls

C’est une agréable balade dans une forêt de pins calédoniens. Pas de difficulté particulière si ce n’est gravir les collines. Comptez 1 à 2h.

ecosse glen affric dog falls

ecosse glen affric dog falls

ecosse glen affric dog falls

Les chutes de Dog Falls ne sont pas réellement impressionnantes, il s’agit plus de rapides que de réelles chutes d’eau. Mais le cadre est beau. Le hasard fait bien les choses, au moment où on arrive devant les chutes, une randonneuse avec un énorme lévrier quittait justement les lieu. Les Dog Falls portent bien leur nom.

ecosse glen affric dog falls

Évidemment en comparaison avec les randonnées des jours précédents c’est beaucoup moins impressionnant. Même si le Glen Affric est très joli, ça ne vaut pas la grandeur des paysages qu’on peut admirer au nord des Highlands.

Si vous avez le temps, pas très loin d’ici, dans le petit hameau de Tomich, il y a une curiosité locale. La maison de Stuart Grant qui a construit au fond de son jardin une véritable maison de hobbit! Plus de photos ici. Il parait qu’il adore recevoir des visiteurs!

ecosse tomich hobbit

On reprend la voiture, et on remonte le long du Loch Ness pour manger rapidement à Inverness. Pendant qu’un gros orage passe, on mange un simple fish & ships au Lorimers Family Restaurant. Ensuite, c’est la grande route, la A9, direction le sud. On passe par le village de Aviemore (qui ne semble composé que de boutiques de trekking) et on tourne à gauche sur la B970. Au bout d’une vingtaine de minutes on arrive à destination, on se gare dans un petit parking sous les pins, et une nouvelle grosse averse nous tombe dessus!

Loch Morlich

Très rapidement (entre plusieurs bourrasques de vent et les gouttes de pluie dans la figure) on remarque quelque chose de bizarre … du sable sous nos pieds ? Et oui, surprise! le Loch Morlich qui est un grand lac d’eau douce (à 300m d’altitude) possède aussi une immense plage de sable. Et déjà rien que pour ça, au cœur de l’Écosse, ça vaut le déplacement!

ecosse loch morlich

Il est situé aux pieds des Cairngorms et la vue est magnifique, enfin quand il n’y a pas d’orage évidemment 🙂

ecosse loch morlich

Si vous avez envie de faire du kayak ou de la planche à voile, il suffit de suivre l’arc-en-ciel 🙂 et rendez vous au Loch Morlich Watersports.

ecosse loch morlich

Pour la petite histoire, avant de devenir ce centre de sports aquatiques, le Loch Morlich a servi de centre d’entrainement durant la seconde guerre mondiale à la Novergian Independant Company 1. Une troupe de commando norvégiens servant dans l’armée anglaise et qui s’entrainait ici car le décor ressemblait à leur patrie et c’est d’ici qu’ils prépareront les raids contre les positions nazies en Norvège.

ecosse loch morlich

On repart vers Aviemore et avant d’atteindre le village, on tourne à gauche au panneau ‘Tullochgrue Black Park’. Et on continue cette petite route étroite jusqu’à son terminus au parking.

Loch An Eilein

Le petit parking est en principe payant mais nous arrivons vers 17h et nous croisons la personne qui s’en occupe et qui rentre chez lui en vélo, il nous fait signe de passer sans payer et nous souhaite une bonne balade. Et c’est exactement ce que nous venons faire ici. Le Loch An Eilein est un petit lac situé au milieu de la forêt de Rothiemurchus. Il y a un sentier qui en fait le tour et qui est assez populaire, mais nous sommes les seuls en arrivant. Pour faire le tour du Loch comptez environ 2 heures.

ecosse loch an eilein

La balade dans cette forêt de grands pins est réputée car on peut y voir de nombreuses espèces d’oiseaux et d’animaux sauvages (les écureuils roux en particulier). Pour nous, à part quelques canards, on n’a rien vu!

ecosse loch an eilein

Il y a une petite ile sur le lac où il reste les ruines d’un petit château du XIIIe siècle. A l’origine on pouvait atteindre l’ile à pieds jusqu’à ce que la hauteur du niveau de l’eau dans le loch augmente en 1800.

ecosse loch an eilein

ecosse loch an eilein

ecosse loch an eilein

Après cette balade, il est temps de reprendre la route vers le sud et commencer à réfléchir à l’endroit où nous dormirons ce soir.  La route A9 passe à côté de la célèbre distillerie de whisky Dalwhinnie et s’engage ensuite dans une longue vallée et le paysage est vraiment beau, mais pas le temps de s’arrêter pour prendre des photos.

Finalement, juste avant d’arriver à Pitlochry nous repérons un grand camping, le Faskally Caravan Park. C’est LE grand camping familial par excellence. Des rangées de bungalows immuables, des grands camping cars, et tout au fond une zone pour les tentes.  Une grande supérette est à disposition. Le camping possède son propre pub-restaurant (qui est franchement plus que correct), et avec piscine! Par contre la nuit sera vraiment catastrophique avec des familles écossaises qui ont hurlé en faisant la fête unebonne  partie de la nuit, et l’autre point négatif : c’est la route A9 qui est en fait juste à quelques mètre derrière les arbres. On vous confirme qu’on entend bien la circulation… Ce camping avait tout pour plaire, mais ça n’a pas du tout marché!
http://www.faskally.com/

<< Jour 7 – Assynt – Inverness
>> Jour 9 – Pitlochry – Blair Castle – Edimbourg

Jour 7 – Assynt – Inverness

Jour 7 – Assynt – Inverness

Réveil au Broomfield Holiday Park d’Ullapool. On quitte ce chouette camping pour aller siroter un bon café dans le village et flâner au marché pour récupérer quelques provisions, car nous avons plusieurs petites randonnées prévues aujourd’hui. Nous sommes dans la région de Assynt, le sud ouest des Sutherlands, et cette région est connue pour ses nombreuses petites montagnes. Alors hop en route!

On commence par prendre l’A835 au nord et à Drumrunie on prend à gauche sur la petite route étroite qui longe le Loch Lurgain et au loin une petite montagne isolée nous attend.

ecosse pollaidh

8km plus loin on s’arrête à un petit parking sur la gauche.

Stac Pollaidh

C’est ici le point de départ de la randonnée qui grimpe au sommet du Stac Pollaidh. Le parking ainsi que le début de la randonnée est infesté de midges, n’oubliez pas vos protections. Le Stac Pollaidh, c’est une montagne qui culmine à 612m. Comptez environs 3 heures de randonnées.

ecosse stac pollaidh

Plus on grimpe et plus le paysage est magnifique. Mais plus on aperçoit les nuages gris et pluvieux qui se rapprochent. Suspense! Qui arrivera au sommet en premier ?

ecosse stac pollaidh

ecosse stac pollaidh

Pas de chance, les nuages nous prennent de vitesse et arrivent avant nous. Donc le sommet où on a en un principe un formidable panorama se résume à un brouillard où on ne voit pas plus loin que son bras. Tant pis, on pique nique sur les rochers en imaginant ce qu’on pourrait voir derrière le brouillard et on entame la descente dans la pluie et le vent et sans voir grand chose 🙂 On a au moins eu la chance de faire la montée sous le soleil, car on croise pas mal d’autres randonneurs qui ne connaitront que ce brouillard humide du début à la fin de leurs parcours.

ecosse stac pollaidh

Un dernier regard en arrière, et non, le sommet n’est toujours pas dégagé.

ecosse stac pollaidh

ecosse stac pollaidh

A ce moment là, on se dit que même s’il fait souvent une météo bien pourrie en Écosse, lorsque ça se découvre un peu et qu’on a ce spectacle devant soit, c’est juste magique 🙂

ecosse stac pollaidh

ecosse stac pollaidh

La lumière est très belle, une espèce de lumière argentée. C’est difficile à expliquer, mais c’était beau et ça reste mon souvenir de randonnée préféré en Écosse.

Retour à la voiture, on rejoint l’A835 direction le nord et on s’arrête à nouveau quelques kilomètres plus loin.

Knockan Crag

Si vous aimez la géologie, Knockan Crag est une visite obligatoire à faire. Toute la zone autour fait partie de la Moine Thrust Belt qui traverse les Highlands. Cette grande ligne géologique représente le résultat de la rencontre entre 2 plaques terrestres. Sa découverte en 1907 a permis de mettre en évidence le phénomène de la tectonique des plaques. Une des problématiques sur ce site, c’est qu’à certains endroits, les strates de roches au dessus sont plus âgées que des strates rocheuses en dessous, ce qui logiquement devrait l’inverse. A l’époque il y a eu une grande controverse entre plusieurs spécialistes à ce sujet, et ce sont Ben Peach et John Horne qui auront le dernier mot. Le visitor center est bien fait et explique en détail toute cette histoire.

ecosse knockan

Une petite balade permet ensuite d’aller jusqu’à ces fameuses strates, et tout le long quelques sculptures en pierres agrémentent le chemin. Comptez une petite heure sur place.

On continue la route vers le nord pour rejoindre le Loch Assynt.

Ardvreck Castle

Sur les rives du Loch Assynt se trouve le château Ardvreck. En fait ce sont plutôt les ruines du château qu’on trouve ici. Il aurait été construit en 1590 par le clan MacLeod. En 1672 il est attaqué et capturé par le clan MacKenzie. En 1726 le propriétaire des lieux fait construire un manoir plus moderne pour sa famille à quelques centaines de mètres de la. Il brule mystérieusement en 1737. Les 2 bâtiments sont en ruines, et on dit qu’ils sont hantés. Il faut dire que la zone est particulièrement sinistre et isolée et on a du mal à croire que des gens ont vécut ici.

ecosse ardvreck castle

Et cet endroit marque le point le plus au nord de l’Écosse pour notre roadtrip, maintenant, c’est retour vers le sud! D’ailleurs en roulant vers le sud, à 6km d’ici en suivant l’A837, vous verrez un petit parking sur votre gauche. Garez vous ici.

The Bone Caves

En partant de ce point, on va remonter le cour de la rivière Allt nan Uamh jusqu’à sa source, et un peu plus loin encore, jusqu’au Bones Caves. Il faut compter au moins 2h pour cette randonnée. Dès le début du sentier, on croise une belle petite cascade.

ecosse bone caves

On marche ensuite dans le lit de la rivière et tout au fond de la vallée, on commence à apercevoir les falaises rocheuses où se trouvent les grottes qu’on doit atteindre.

ecosse bone caves

Cette photo n’a l’air de rien, mais quand on est devant il y a comme un mystère. La rivière qu’on suit depuis un moment démarre à cette petite mare où se jette une minuscule cascade. Et comment le débit de cette minuscule cascade peut il correspondre au débit de la rivière quelques mètres plus loin. Ça ne colle pas! Et au bout d’un moment, en observant le fond de la petite mare, on se rend compte qu’en fait la source jaillit ici. Le sable au fond de la « mare » est constamment soulevé par la source d’eau qui jaillit du sol et alimente la rivière. Mystère résolu! 🙂

ecosse bone caves

Plus loin on commence l’ascension.

ecosse bone caves

On arrive enfin aux Bones Caves. Ces grottes ont été fouillées en 1889 par nos deux compères Peach et Horne (souvenez vous, les géologues et la tectonique des plaques). Ils y ont trouvé beaucoup d’ossements d’animaux, entre autres des lynx et des ours et on pense que ces grottes ont servies d’abris à des animaux ainsi qu’aux hommes qui les chassaient.

ecosse bone caves

ecosse bone caves

ecosse bone caves

Retour à la voiture. Après nos deux randonnées et un frugal pique nique, la fatigue commence à se faire sentir et il nous reste encore près de 130 km à parcourir avant de rejoindre Inverness. Allez en route … Avant de partir, la météo nous fait un dernier clin d’œil.

ecosse rayon soleil

Inverness

Après une longue route, on arrive en début de soirée à Inverness. Avec ses 62.000 habitants, c’est un peu la capitale des Highlands. Et ça fait vraiment bizarre de se retrouver en ville après une semaine passée dans la nature et où on a croise finalement que très peu de gens. Là, il y a du monde, de la circulation, on avait presque oublié à quoi ressemblait une ville 🙂

On file directement au camping, Bught Park Caravan Park & Campsite. Franchement, pas terrible. Un peu gris et sans âme, coincé entre des terrains de foot, une salle de spectacle et une patinoire, il ne nous laissera pas un grand souvenir. Au moins la personne à l’accueil avait un bon sens de l’humour et on a bien rigolé. Tentez votre chance, et parlez lui de son père qui est un ancien agent secret du MI5, mais chut c’est un secret! 🙂
Plus d’infos ici.

ecosse inverness

Il fait déjà nuit et part à pieds en direction du centre ville pour trouver endroit où manger. On longe la rivière du Ness (oui c’est celle qui coule depuis le Loch Ness) et finalement sans trop d’inspiration (et aussi car on était assez fatigué) on s’arrête à un des premiers restaurants, un italien, Riva, pour manger une pizza. Ce restaurant ne restera pas dans les annales, mais au moins, on a une belle vue sur le château d’Inverness. A part ça on ne verra pas grand chose de plus d’Inverness pour cette soirée là.

ecosse inverness

Retour et camping et dodo!

<< Jour 6 – Loch Maree – Inverewe – Ullapool
>> Jour 8 – Loch Ness – Glen Affric – Cairngorms – Pitlochry

Jour 6 – Loch Maree – Inverewe – Ullapool

Jour 6 – Loch Maree – Inverewe – Ullapool

Réveil matinal à Shieldaig, la descente de la colline pour atteindre les commodités au bord du Loch se fait sous la bruine. Mais se brosser les dents à la fraiche au petit matin face à un Loch d’Écosse, franchement, c’est pas si mal. Par contre il manque la douche chaude … ce sera pour ce soir. Allez, on replie la tente et hop! en route!

On continue sur l’A896, on a le ventre vide, mais on se nourrit du paysage, ô que c’est beau.

ecosse torridon

ecosse torridon

Juste après Torridon, la route s’engage dans une vallée étroite et sur les pentes on distingue encore des restes de zones enneigées! Même avec ce mauvais temps, c’est vraiment beau.

ecosse torridon

ecosse torridon

On a beau se nourrir de la beauté du paysage, on commence à avoir un peu faim. Et la gentille fée des voyageurs nous fait passer au croisement à Kinlochewe, et d’un coup de baguette magique nous arrête devant une façade colorée d’un vert qu’on ne peut pas louper 🙂 et on se dit que c’est l’endroit idéal pour prendre un bon petit déjeuner, le Whistle Stop Café. A cette heure très matinale le café vient à peine d’ouvrir ses portes, les cuisiniers sont encore en train de se mettre en tenue, on est seuls, on se dirige directement au fond pour s’installer dans des grands canapés en cuir bien moelleux et juste à côté du poêle à bois 🙂 Il ne manque plus qu’un plaid et on piquerait bien une nouvelle petite sieste 😉 La décoration sur les murs est très artistique. On commande un excellent et énorme petit déjeuner écossais avec l’intégrale (saucisse, fromage, boudin, etc …). Très bon et pas cher, ça vaut vraiment le coup!
Et si vous avez lu le roman de Fannie Flagg « Beignets de Tomates Vertes » ou si vous avez vu le film qui en a été inspiré, n’hésitez pas à en parler à la patronne! C’est son film préféré et elle a appelée le café en hommage « Fried Green Tomatoes at the Whistle Stop Cafe » 🙂
Plus d’infos sur leur page Facebook.

Le ventre plein, on prend l’A832 vers le nord ouest, c’est la région du Wester Ross.

Loch Maree

On arrive rapidement au Loch Maree, et sous le soleil messieurs dames! On s’arrête sur une petite aire de stationnement sur la droite pour ensuite partir se balader dans la Beinn Eighe National Nature Reserve. En plus du soleil, on a droit à un arc-en-ciel matinal qui se jette dans le loch. Décidément la gentille fée des voyageurs est bien bonne avec nous aujourd’hui!

ecosse loch maree

Il y a plusieurs chemins de trails possibles et nous choisissons le woodland trail, même si j’avoue que le mountain trail avait l’air bien plus intéressant mais il nous aurait pris une bonne partie de la journée (il faut compter au moins 4h), aaaah des choix, toujours des choix ! Mais le woodland trail, la balade dans la forêt, vous prendra un peu plus d’une heure, et sincèrement, il est bien 🙂

ecosse loch maree

ecosse loch maree

Cette forêt appelée Coille na Glas Letire « le bois de la pente grise » est là depuis 8.000 ans. C’est une des seules forêts britanniques réellement sauvage et la préservation de ce patrimoine végétal est une des raisons qui fait que toute la zone est classée réserve nationale depuis 1950. Quelques années avant, pendant la guerre, des grands arbres ont été abattus ici pour faire des boites à munitions …

ecosse loch maree
Durant la balade vous trouverez un point de vue avec une petite tour en pierre où on peut monter dessus pour voir le Loch. Prenez le temps de regarder les pierres de plus près, il y en a de trois sortes. La base est composée de Gneiss (la plus vieille pierre d’Europe datant de 1200 -1600 millions d’années), au dessus de la Torridonian (800 – 1000 millions d’années) et la dernière couche est en quartzite (600 millions d’années). Ces pierres se retrouvent dans les paysages alentours.

ecosse loch maree

Cette balade au soleil et sous les arbres et vraiment agréable, d’autant plus que des arbres en Écosse, on n’en voit pas beaucoup. Le sol est pauvre et la tourbe ne permet pas toujours une pousse facile, et des siècles de coupes plus ou moins réglementées ont décimées une grande partie des forêts.
Plus d’infos sur le site officiel de la réserve nationale.

Le Loch Maree face à nous est le 4e plus grand loch du pays. Il est souvent considéré comme le plus beau Loch d’Écosse, et très honnêtement, on pense la même chose! Pour info ce loch aurait lui aussi un monstre, le Muc-sheilch. Mais des mauvaises langues disent que ce serait en réalité une grande anguille de mer. Le loch est aussi réputé pour les nombreux saumons qui viennent se reproduire ici.

Un peu plus loin le long du Loch Maree, ne loupez pas sur votre gauche la petite route qui mène aux Victoria Falls. Bon, il ne faut pas les confondre avec les autres Victoria Falls, les chutes d’eau gigantesques qui sont en Zambie (en Afrique!). En Écosse c’est un peu plus modeste. Elles ont été nommées ainsi suite à la visite de la reine Victoria en 1877 et qui a trouvée cette cascade « fort jolie », et nous on pense « de même ».

ecosse victoria falls

ecosse victoria falls

ecosse victoria falls

Ensuite la route quitte le Loch Maree et rejoint la mer à Gairloch. Il y a ici une grande plage de sable, profitez en si vos pouvez, nous on a oublié!

Après une large boucle, la route permet de voir le Loch Maree dans le sens de la longueur, et j’ai trouvé cette vue vraiment splendide.

ecosse loch maree

ecosse loch maree

ecosse loch maree

Inverewe

Juste aprè,s nous nous arrêtons pour visiter le célèbre jardin d’Inverewe. Le jardin a été créé en 1862 par Osgood Mackenzie. Sur 20 hectares il y a plus de 2500 plantes et fleurs exotiques. Et ça parait incroyable de retrouver ce genre d’espèces ici, au fin fond des Highlands, dans le nord ouest de l’Europe. C’est grâce aux courants chauds du Gulf stream! Il ne gèle que très rarement ici.

ecosse inverewe

ecosse inverewe

ecosse inverewe

Une des fiertés de ce jardin, en plus de sa collection de rhododendrons, ce sont les 8 arbres  de Wollemia. C’est une nouvelle espèce d’arbre qui  n’a été découverte qu’en 1994 dans un canyon perdu dans le bush en Australie. Il n’y aurait qu’une centaines d’exemplaires connus alors le lieu du canyon est tenu secret.

Il y a aussi des feuilles de rhubarbe géante originaires du Brésil, c’est pratique pour s’abriter de la pluie si on a oublié son parapluie!

ecosse inverewe rubharbe

ecosse inverewe

ecosse inverewe

Le jardin est beau, mais l’entrée est un peu chère (10.50£) et très honnêtement, on a vu des jardins bien plus beaux (le festival des jardins de Chaumont sur Loire par exemple, ou à La Réunion). En tout cas ne boudez pas votre plaisir, ça reste une belle visite et un bol d’air reposant. Par « chance » pour nous, il pleuvait et il n’y avait pas de midges pour gâcher la visite, mais vu toute la panoplie de protections en vente dans la boutique à l’entrée du jardin, j’imagine que ça doit être une vraie plaie certains jours.

ecosse inverewe

On reprend la route le long de l’A832, on en profite pour faire une petite halte sur une petite zone aménagée (on a découvert plus tard qu’ici il y avait une fausse station service pour le tournage du film « Shell ») pour admirer la vue sur le Little Loch Broom et le Loch Broom plus loin. Ça tombe bien, notre destination, c’est tout là bas.

ecosse loch broom

Mais malheureusement, notre route doit contourner ces Loch et elle nous emmène plutôt dans cette direction. Là où se déverse des tonnes et des tonnes d’eau de pluie … youpi …

ecosse loch broom
Ces 2 photos sont prises du même dans deux directions et dans la même minute. C’est ça la magie du climat écossais!

The falls Of Measach

On continuant la route vers la pluie, on arrive aux gorges de Corrieshalloch, au croisement de la route A832 avec la route A835. Elles font 1.5 km de longueur et sont profondes de 60m, et tout au fond coule la rivière Droma. Elles se sont formées à la fin de la période glaciaire suite à la fonte des glaces et à la forte érosion que ça a créé. Et ici on peut admirer The Falls of Measach, des chutes d’une hauteur de 46m et qui sont formidables!
Enfin ça c’est en théorie, car quand nous y sommes passés, évidemment c’était sous des trombes d’eau, et le pont en fer qui enjambe les gorges et permet ensuite de rejoindre un promontoire juste au dessus de la cascade, et bien ce pont était fermé pour cause de travaux, raaaah! On a juste profité d’une marche le long du ravin et une vue sur les gorges, et c’est déjà pas mal 🙂

ecosse gorges

ecosse gorges

Les derniers 20km à parcourir sur l’A835 sont un véritable enfer! Des torrents d’eau et de boues qui coulent depuis la forêt traversent la route en forte pente, la voiture fait de l’aquaplaning, bref, c’est conduite en mode stress « activé »!

Ullapool

Heureusement, la gentille fée des voyageurs ne nous a pas complètement abandonnée car notre arrivée à Ullapool en fin de journée se fait presque sous le soleil.

ecosse ullapool

Ullapool, c’est une petite ville de 1300 habitants, et pourtant c’est la plus grande localité de la région. Elle a été fondée en 1788 pour lancer la pêche aux harengs dans le secteur.
Ullapool, j’ai beaucoup aimé, déjà rien que le nom de la ville est bien! Ullapool ça rime avec Cool! 🙂
Plus d’infos ici, Welcome Ullapool.

Fin septembre il y a le festival rock Loopallu, près du camping.
http://www.loopallu.co.uk/
Début octobre, c’est un autre festival de musique qui a lieu ici, le Ullapool Guitar Festival.
http://ullapoolguitarfestival.com/wp/

Et c’est justement là où nous dormons au camping d’Ullapool, le Broomfield Holiday Park. Ce camping est très grand, très plat, bien aménagé, ouvert sur le Loch Broom, et à 5 minutes à pieds du centre village. On a trouvé l’endroit vraiment chouette.
http://www.broomfieldhp.com/

ecosse ullapool camping chat

Notre copain le gros chat du camping est du même avis 🙂

Pour la soirée, on part se poser au principal pub du coin, The Seaforth, face à l’embarcadère du ferry. Grande salle chaleureuse, grande terrasse, service cool et jeune (et en kilt), une grande cheminée, des canapés, et de la viande qui peut être commandée saignante (incroyable)! Et chaque soir une programmation musicale, ce soir là, c’était soirée Johnny Cash.
Plus d’infos sur le site officiel.

ullapool seaforth

Une très bonne soirée, good night Ullapool 🙂

ecosse ullapool

<< Jour 5 – Isle of Skye – Shieldaig
>> Jour 7 – Assynt – Inverness

Jour 5 – Isle of Skye – Shieldaig

Jour 5 – Isle of Skye – Shieldaig

Petit réveil tranquille au Kinloch Campsite de Dunvegan, on étudie la carte : il reste tant de choses à faire et à voir sur l’ile de Skye, mais il y aussi le reste des Highlands à explorer. Voyager c’est hélas aussi une affaire de choix. On sait qu’on quittera l’ile de Skye aujourd’hui et beaucoup de route m’attend.

Alors ne perdons pas de temps, hop en route!

Dunvegan

Depuis le camping on distingue sur une petite colline vers Dunvegan, quelque chose qui donne envie d’y aller voir de plus près. C’est bien mystérieux tout ça 🙂 Juste à la sortie du village, on grimpe la route A850 sur quelques centaines de mètres et on arrive aux ruines de l’église St Mary et on emprunte un petit sentier plus ou moins marécageux par moment et qui nous conduit au sommet de la colline.

ecosse dunvegan

ecosse dunvegan

ecosse dunvegan

Au sommet se dresse ce menhir de près de 5m de haut et pesant plus de 5 tonnes. Un bel héritage de la préhistoire? Et bien non! Il a été dressé par les habitants de Dunvegan eux mêmes en l’an 2000, sans machines, à la main et avec des cordes, et en essayant d’utiliser les mêmes techniques qu’à l’époque. Beau boulot les gars 🙂

Le mystère est résolu! On peut reprendre la route, pour aller juste un peu plus loin. On a une visite de château écossais au programme.

Le Château de Dunvegan

Le château de Dunvegan est le fief du clan MacLeod depuis le XIIIe siècle. Les murs recouverts de ciments à l’extérieur ne sont pas du plus bel effet. A l’intérieur la visite retrace une partie de la vie des MacLeod et de l’histoire de l’Écosse ces derniers siècles. C’est le 25e chef du clan qui a ouvert le château aux visites en 1933.

ecosse dunvegan castle

Entre autres joyeusetés, vous découvrirez la grande collection de cornes à tabac, des peintures des membres du clan, la généalogie des MacLeod, etc …

Les trois objets les plus connus dans ce château et qui représentent le véritable trésor des MacLeod transmis de générations en générations sont :
The Dunvegan Cup : c’est une coupe en argent finement ciselé qui date de 1493
The Fairy Flag : c’est un drapeau étendard qui daterait du IVe ou VIIe siècle et dont l’origine est incertaine. Il y a plusieurs légendes : on dit que ce serait Titania la reine des fées qui aurait offert ce drapeau au clan, une autre dit que ce serait lors des croisades qu’un chef du clan aurait affronté et vaincu une femme démon qui lui aurait alors donné sa robe et dit d’en faire un drapeau avec. Quelque soit la source, le drapeau est réputé magique et il permet de protéger le clan s’il est déroulé au combat. Mais attention, il perdra tous ses pouvoirs à la troisième utilisation. Seul le plus âgé et le plus sage du clan avait le droit de dérouler le drapeau. Il a été utilisé une première fois à la bataille de Bloody Bay en 1480 et la deuxième fois à la bataille de Glendale en 1490. Depuis, personne n’a osé l’utiliser une troisième fois, et il trône dans le grand salon, et il est plutôt en mauvais état.
Sir Rory Mor’s Horn : la aussi les origines sont incertaines, un chef de clan aurait tranché la corne d’un taureau qui semait la terreur dans une région et devant son courage la femme du chef de clan des Fraser aurait quitté son mari pour les MacLeod créant un début de conflit, ou un chef de clan aurait sauvé un de ses hommes condamnée à mort par le clan Campbell à être embroché par un taureau et aurait sauté dans l’arène, tué le taureau et gardé la corne en trophée. Toujours est-il que la tradition veut que cette corne de taureau est maintenant utilisée pour introniser chaque nouveau chef de clan. L’épreuve consiste à la remplir de vin et à tout boire en une seule fois (et ne pas s’écrouler). La corne contient tout de même 2.27 litres! Et la dernière fois, John MacLeod a réussi l’épreuve en 1 minute et 57 secondes en 1956. A la tienne John! Hips!

ecosse dunvegan castle

Il y a de nombreux jardins autour du château, et la balade est plutôt sympathique (même sous la pluie). On a particulièrement aimé la petite serre tropicale.

Au pied du château qui donne sur le Loch Dunvegan, il est en principe possible de faire une courte promenade en barque et rendre visite à une petite colonie de phoques qui vit à côté.

ecosse dunvegan castle

Plus d’infos sur le site officiel.

Après cette petite pause culturelle, on reprend la route, le temps reste bien gris et pluvieux. Direction le nord de l’île pour rejoindre une petite vallée enchantée 🙂

The Fairy Glen

Pour y arriver, il faut passer par Uig sur l’A87, et prendre une petite route partant sur la droite. Au bout de quelques kilomètres on atteint la zone enchantée. Attention, il n’y a pas de parking, il faut se garer proprement le long de la route et gêner le moins possible les accès aux fermes ni bloquer une passing place. The Fairy Glen est une petite zone couverte de minuscules collines formées suite à des glissements de terrain. Enfin … ça c’est la version officielle. Car on sait tous qu’en vrai, c’est les maisons des elfes !

ecosse fairy glen

La balade au milieu de ces petites collines aux formes bizarres est assez amusante et il y a des cercles de pierres et des petits cairns un peu partout.

ecosse fairy glen

ecosse fairy glen

ecosse fairy glen

On vous dira que c’est les petites fées qui les fabriquent. Personnellement je pense que c’est l’œuvre des moutons qui habitent les lieux, histoire d’attirer des voyageurs, les coincer dans un coin perdu du vallon et les dévorer ensuite! Allez savoir 😉

ecosse fairy glen

Plus sérieusement, ce sont les voyageurs et les touristes de passage qui, au fil des années, ont créés ces cercles de pierres. Plus ou moins régulièrement, les locaux essaient de les enlever pour garder au site son aspect naturel. Soyez cools, ne participez pas à ces jeux de pierres, profitez des lieux et du paysage, respectez l’environnement 🙂

Pour la suite du voyage, en principe on aurait du couper à travers la péninsule nord et prendre la petite route qui serpente au milieu des Quiraing et nous arrêter au parking situé au col pour faire une petite randonnée sur les sommets et avoir une vue incroyaaaaable … mais il suffit de lever le nez pour voir qu’avec la météo du jour, les sommets sont complètement noyés dans les nuages et que ça ne risque pas de changer. Alors à contre cœur on tire un trait sur ce parcours de rêve et on applique le plan B : faire le tour de la péninsule par la route le long de la côte.
Alors oui c’est sûr, c’est moins incroyaaaaable, et on n’a pas un panorama de ouffff et on fait encore moins une randonnée au sommet … Mais on a croisé des vaches.
Voilà, c’est formidable 🙂

ecosse vache

D’ailleurs j’en profile pour passe un petit coup de gueule au sujet des vaches. Pendant tout ce voyage, on n’aura pas vu une seule vache écossaise, une Highland, celle qu’on voit partout en photo, avec les longues mèches entre les cornes. C’est un scandale! Mais où sont elles??? C’est vrai quoi mince … bon ok j’arrête de râler, et je retourne au volant, vroum vroum, l’Écosse, la route, la pluie .. hmmm ok c’est reparti.

Une fois qu’on a franchi la pointe nord de l’ile de Skye, c’est le déluge qui reprend dehors.

Kilt Rock (Mealt Falls)

On arrive au petit parking donnant sur les fameuses falaises de Kilt Rock. Elles portent ce nom car les parois des falaises sont plissées, comme le tissu des kilts écossais. Il y a ici de nombreux cars de touristes, ainsi qu’une Porsche avec un couple en short qui en descend (je crois qu’ils se sont perdus au croisement, entre le panneau Miami et Scotland), des filles asiatiques en petites sandalettes qui courent après leurs parapluies qui s’envolent, bref tout une faune étrange et qui n’a pas trop l’air à sa place ici. Hé ho! il pleut! 🙂 D’ailleurs un peu plus loin, tout le monde s’agglutine sous l’auvent d’un foodtruck garé ici. La bonne occasion pour prendre un chocolat chaud. En arrivant sur le petit promontoire qui donne sur les falaises, on peut admirer la célèbre Mealt Falls, haute de 55m. Mine de rien, des grandes chutes d’eau comme celle là et qui se jettent directement dans la mer, c’est assez rare, il y en a très peu dans le monde.

ecosse kilt rock

ecosse kilt rock

Malgré la pluie et le vent, on reste un moment ici pour regarder la mer et les motifs qui se forment à la surface.

ecosse kilt rock

Et c’est ici que s’achève notre périple sur l’ile de Skye. On aurait aimé une météo un peu plus clémente et explorer d’autres endroits et faire d’avantages de randonnées, mais c’est ainsi, il faut aller de l’avant. On reviendra surement un jour 🙂

Sans rancunes, en plus l’ile de Skye nous offre sur la route un petit arc-en-ciel pour nous dire au revoir.

ecosse skye rainbow

On reprend donc le pont de l’ile de Skye, on ne retourne finalement pas au Eilean Donan Castle et on continue vers le nord. On traverse des gros orages, le soleil va bientôt se coucher et on ne sait toujours pas où on dormira ce soir. On fait l’impasse aussi sur la célèbre route Bealach na Ba Viewpoint, qui est parait-il une des plus belles du pays. Là encore, à cause du mauvais temps, ça ne servirait à rien, et il n’y aurait pas de viewpoint du tout.

Mais la nature réserve parfois des belles surprises. A un moment, l’orage et la pluie s’arrêtent, le soleil commence à se coucher derrière nous, et devant nous au fond de la vallée, les nuages sont éclairés d’une mystérieuse lueur bleue venue de nul part … puisque le soleil n’est pas du tout dans cette direction?! C’est totalement irréel et c’est beau-ti-ful.

ecosse lumiere nuages

On continue sur l’A896 …

Shieldaig

On arrive au petit village de Shieldaig, fondé en 1800 pour entrainer les marins en vue des guerres contre Napoléon. Ensuite le village se reconverti dans la pêche. Il y a d’ailleurs un fumoir à saumons, le Loch Torridon Smokehouse. Leur excellente production peut être goutée dans le restaurant juste à côté. Le Shieldaig Bar & Coastal Kitchen. Un excellent petit pub restaurant. Ambiance fléchettes, pintes de bières, les habitants qui viennent discuter, les chiens qui se réchauffent devant le feu de cheminée, bonne bouffe (et véritables pizzas au feu de bois). Le bon plan du village! 🙂
Plus d’infos sur le site officiel.

ecosse shieldaig

Pour dormir, il n’y a pas de camping, mais une petite aire de repos sur les hauteurs où on peut planter sa tente gratuitement. Pas de douches mais il y a des sanitaires en bas de la colline, face au Loch. La vue est plutôt pas mal. Allez bonne nuit 🙂

<< Jour 4 – Isle of Skye
>> Jour 6 – Loch Maree – Inverewe – Ullapool

Jour 4 – Isle of Skye

Jour 4 – Isle of Skye

Premier réveil sur l’ile de Skye, et ho surprise, il pleut, ça change !…  Mais au moins il fait jour et on en profite pour découvrir un peu les lieux autour du camping, ce qu’on n’avait pas vraiment pu faire la veille en arrivant dans la nuit.

Sligachan

Tout d’abord, face au camping, on ne peut pas la louper, c’est Glamaig. Il s’agit d’une petite montagne de 775m de haut, sombre et quasiment parfaitement conique. C’est un des deux Corbett de l’ile. Pour rappel, les écossais donnent des petits noms aux montagnes. Si elle fait entre 762m et 914m c’est un Corbett.

ecosse glamaig skye

En 1889, un gurkha (une ethnie népalaise renommée pour leur bravoure aux combats et incorporée dans les forces armées britanniques) du nom de Harkabir Tharpa a réussi à faire l’ascension (aller-retour) en courant, depuis la porte d’entée du bar, en 55 minutes! Et le record a tenu plus d’un siècle! Yeah!

A côté du pub Semua’s Bar qu’on a testé la veille au soir, il y a le Sligachan Hotel, construit en 1830 pour les randonneurs qui souhaitent gravir les Cullin Mountains. Il y a même une microbrasserie adjacente à l’hôtel, la Cuillin Brewery. L’eau pour la bière vient directement de la rivière et 4 sortes de bières sont produites ici.
Plus d’infos sur cette brasserie sur le site officiel.

En parlant de la rivière, ne partez pas de Sligachan sans contempler le vieux pont. Il y a deux  légendes au sujet de la rivière Sligachan qui coule en dessous.

ecosse sligachan pont

La première légende
Il y a très longtemps, vivait ici un être surnaturel, à la fois une sorcière et une grande guerrière, son nom était Scathach. Sa renommée était telle, qu’un jour, le plus grand guerrier irlandais, Cuchulainn, décida de partir l’affronter pour prouver à tous qu’il n’y avait pas meilleur que lui. L’affrontement eu lieu, et il dura longtemps et fut terrible. A un moment, Uatah, la fille de Scathach, courut jusqu’à la rivière en pleurant car elle ne voyait pas comment sa mère pourrait gagner. Dans les eaux vivaient des fées qui répondirent à son appel, et lui dirent de laver son visage dans la rivière pour trouver comment arrêter ce combat. C’est ce qu’elle fit.
Ensuite en rentrant à sa maison, elle récupéra des herbes en chemin et les jeta au feu, ce qui créa une grande fumée dans la vallée, et les deux adversaires se rendirent compte qu’ils combattaient depuis si longtemps qu’ils étaient affamés et éreintés. Ils décidèrent de faire une pause, déposèrent les armes et se rendirent dans la maison de Scathach. Sa fille leur servit un bon repas à tous les deux, et comme Cuchulainn se retrouvait à manger dans sa maison, il était maintenant l’invité de Scathach, et selon les lois de l’hospitalité, il ne pouvait donc plus la combattre. L’histoire raconte qu’ensuite Scathach l’initiera aux pouvoirs magiques et lui donnera le gae bolga, le javelot-foudre, sa terrible arme magique, et il se mariera avec sa fille.

ecosse sligachan pont

La deuxième légende dit que les mêmes fées qui vivent dans la rivière peuvent vous donner la beauté éternelle. Mais attention, il faut s’allonger pour tremper son visage dans l’eau pendant 7 secondes (et si vous amenez l’eau de la rivière à vous, ou dans vos mains, ça ne marchera pas). Votre visage doit naturellement s’immerger dans la rivière et voilà, c’est fait, vous avez la beauté éternelle !

ecosse sligachan pont

Que l’on croit à ces légendes ou non, depuis le vieux pont, on a une très belle vue sur les Cullin Mountains, et ça vaut bien une histoire 🙂

Allez fini de rêvasser, on n’a toujours pas pris de petit déjeuner, alors hop en route à la recherche d’un bon café! On reprend la route principale, l’A87, vers le nord, direction la « capitale » de l’ile de Skye.

Portree

Avec 2500 habitants, Portree est la plus grande ville de l’ile de Skye. Une fois garé sur la place principale, on part en direction d’un café qui est souvent cité, le Café Arriba (Gladstone Buildings Quay Brae, Portree IV51 9DB). La déco est très colorée, et la vue sur le port est top! Mais pour le reste, j’ai trouvé ça correct sans plus, et voir même un peu cher.
Plus d’infos sur le site officiel.

ecosse portree

C’est la seule adresse qu’on testera à Portree, mais en tout cas le café est avalé, alors hop! En route! Direction l’un des lieux les plus emblématiques de l’ile de Skye.

Old Man of Storr

ecosse loch leathan

On longe le poissonneux Loch Leathan en direction du nord de l’île, et en chemin on traverse une grande averse, une de plus. Le long de la route on repère une file de voitures garées, nous sommes arrivés.

Devant nous, il y a la petite formation montagneuse de Storr qui culmine à 754 mètres (et qui est riche en gyrolite, si vous aimez les pierres vous êtes servis), mais tout le monde vient ici pour faire la randonnée autour du Old Man of Storr. Il s’agit d’un grand monolithe rocheux de 55m de haut, qui est le résultat de l’érosion de la montagne.

ecosse old man storr

ecosse old man storr

On y arrive en suivant un sentier emprunté chaque année par des milliers de touristes, c’est un peu comme la Tour Eiffel à Paris, c’est incontournable sur l’ile de Skye, et en plus, ça en vaut vraiment la peine 🙂 Vous verrez surement des troncs d’arbres morts pendant la montée. Il y avait une grande forêt de conifères qui a été rasée récemment, le but est de planter à nouveau, mais des espèces d’arbres locales. Au fur et à mesure qu’on gravit la pente, la vue sur l’ile de Raasay et Applecross est de plus en plus grandiose. Comptez au moins 2h sur place, en prenant votre temps.

ecosse old mann storr

Près des grandes falaises, il y a d’énormes éboulis rocheux partout, c’est un véritable chaos minéral. On ne se rend pas vraiment compte des dimensions sur les photos, mais on se sent tout petit. Et il faut faire attention où on met les pieds, les roches sont très glissantes, et comme une averse tombe un peu toutes les 15 minutes …

ecosse old man storr

ecosse old man storr

ecosse old man storr

The Old Man of Storr a été escaladé pour la première fois en 1955 par Don Whillans et d’après lui « la roche est comme du porridge ».

N’hésitez pas à continuer le chemin un peu plus loin le long de la falaise. Il y a une petite clôture à enjamber et de l’autre côté il y a un sacré panorama à ne pas louper. Et en plus il n’y a personne ici, tout le monde fait demi tour avant, quel dommage 🙂

ecosse old man storr

La météo est réellement très changeante, on passe en quelques minutes d’un presque soleil-ciel bleu à un début de tempête-brouillard-bourrasque de vent-pluie et visibilité zéro. Aaaah l’Écosse et son climat enchanteur 🙂

ecosse old man storr

ecosse old man storr

Après ce bon bol d’air bien rafraichissant, on reprend la route et on retourne dans le sud de l’ile, jusqu’à Sligachan puis on prend à l’ouest sur l’A863, et toujours sous la pluie. Miracle, dès qu’on arrive sur la côte ouest de l’ile, le soleil est là! On en profite pour faire un chouette pique nique avec vue sur le Loch Harport.

ecosse loch harport

Talisker

On arrive ensuite à la petite localité de Carbost. Ici, on ne peut pas la louper, il y a la distillerie Talisker. C’est la seule distillerie sur l’ile de Skye. Fondée en 1830, elle produit un single malt très typique au goût fumé, qui vient de la tourbe brulée lors du maltage. L’eau utilisée ne vient pas de la rivière qui coule juste à côté mais de 21 sources souterraines filtrées par la tourbe.
Si vous appréciez l’écrivain Robert Louis Stevenson, welcome, c’était son whisky préféré!
Plus d’infos sur le site officiel.

ecosse talisker distillery
Talisker, ‘Made by the Sea’

Le whisky ça attire, car la distillerie est pleine d’alcooliques de curieux et d’amateurs (bonne chance pour trouver une place de libre sur le parking). Il est possible de faire des visites, mais le temps d’attente était trop long. Alors of course, on en profite pour faire nos petites emplettes, et il y a (en principe) des bouteilles qu’on ne peut acheter qu’ici car difficilement trouvables à l’export, et je ne parle pas des bouteilles sous vitrine à plusieurs centaines d’euros! Une fois le coffre remplit, on reprend la route.

En réalité on fait demi-tour et on prend la petite route qui mène au sud en direction de Glenbrittle, et en cours de route …

The Fairy Pools

Une fois avoir traversé une petite forêt vous trouverez des dizaines de voitures garées le long de la route. C’est ici le point de départ pour rejoindre The Fairy Pools. Cette ballade est elle aussi un grand classique de l’ile de Skye. Pour y aller, il suffit de suivre un petit sentier le long de la rivière Brittle en direction des montagnes, il n’y aucune difficulté. A la limite le seul challenge sera de sauter entre deux rochers et résister à la tentation d’aller se baigner. Soyez prévenus, il y aura du monde, ce sentier est très populaire. On vient même ici se prendre en photo de mariage !

ecosse fairy pools

Les Fairy Pools, c’est une succession de petites cascades et de bassins rocheux, on dirait de petites piscines aux eaux transparentes (et un peu froides il faut l’avouer). Je n’ai pas pris beaucoup de photos, alors qu’il y a des dizaines de fontaines et cascades, des arches rocheuses etc … il y avait trop de monde à mon goût, et toujours des gens partout en train de se prendre en photo avec une perche à selfie 🙂 Comptez environ 1h30 de petite balade en prenant votre temps.

ecosse fairy pools

Au fond de la vallée, il y a une petite montagne à l’aspect lugubre avec une grosse balafre, c’est le menaçant sommet du Sgurr an Fheadain, dressé devant nous. Il n’a été escaladé qu’en 1871.

Sur la route du retour, vers le nord, on repasse devant le croisement menant à Carbost, et on s’attarde un peu plus devant cet étrange « chose ».

En se renseignant un peu j’apprends que c’est lié au Tattie Bogal Scarecrow Festival. Tattie Bogal est le nom écossais pour dire épouvantail. Et ce qui a commencé comme un petit truc fun dans une petite communauté locale prend un peu plus d’importance sur l’ile et rejoint un concours international d’épouvantails (ce qui nous a fait pensé à ceux qu’on a croisés à Madère).
Plus d’infos ici et sur la page Facebook.

Ensuite on prend la direction du nord ouest.

ecosse skye mouton

Le but est d’arriver à la pointe de Neist, le point le plus à l’ouest de l’île.

Neist Point

La route pour rejoindre Neist Point n’est pas très large, et heureusement on a rencontré peu de voitures et les passing place n’ont pas été un problème. Une fois arrivé sur le petit parking au bout de la route, on peut prendre une petite soupe ou un café chaud dans une petite bicoque perdue au bout du monde, c’est sympa 🙂 et ensuite on entame la descente des nombreuses nombreuses nombreuses marches. Tellement nombreuses qu’on a le temps de penser à se demander si on n’appellera pas un hélicoptère à la rescousse pour ne pas avoir à les grimper au retour 🙂

ecosse neist point

On dépasse ensuite l’arrivée d’un petit téléphérique rouillé qui permet d’apporter du matériel au phare. Autour de nous on admire les grandes falaises battues par les vagues, avec les moutons qui paissent paisiblement.
Plusieurs scènes de Breaking the waves de Lars von Trier on été tournées ici.

ecosse neist point

ecosse neist point

On continue le chemin en direction de An t-Aigeach, qui signifie la « tête de l’étalon » … la ressemblance n’est pas vraiment frappante.

ecosse neist point

Et tout au bout, on arrive au petit phare de Neist Point. Construit en 1909, il mesure 19m de haut. Il est fermé au public. Cette zone de l’île est réputée pour être un spot d’observation des dauphins et baleines en été. Pas une nageoire à l’horizon pour nous ce jour là, mais le paysage est magnifique 🙂

ecosse neist point

Dunvegan

Dans la soirée, on rejoint le petit village de Dunvegan, et nous dormirons au Kinloch Campsite. Il est un peu éloigné du village, mais l’accueil est sympathique et le cadre est splendide au bord du Loch Dunvegan, avec vue sur les Macleod’s Tables et pas un midge à l’horizon. Top!
Plus d’infos ici.

Pour diner, on reprend la voiture. On voulait tester le Old Schoold Restaurant, celui qui est conseillé par tout le monde, mais il était complet et il y avait trop d’attente. Du coup on cherche un autre endroit ouvert … et il n’y a pas grand chose. On a faillit s’arrêter au Dunvegan Hotel, mais non, franchement non. Désolé pour cet établissement, mais de nuit, ça ressemblait vraiment au vieil hôtel désuet et miteux qu’on retrouve dans tous les films de psychopathes, mouahahah. Depuis la route, on sentait la détresse dans le regard des quelques malheureux voyageurs pris au piège dans la petite salle du restaurant.
On se dit que c’est mal parti et qu’on ne trouvera rien d’autre … et en passant à nouveau devant la station service, il y a une enseigne allumée : le Waterside Café Bistro. On est un peu sceptique, ça va être un endroit nul qui va servir les pires sandwichs. Mais comme on a faim, on n’a plus le choix, on rentre. Et au final, ce petit restaurant était bien agréable, le personnel sympa et cuisine simple et bonne. Une belle petite surprise 🙂

Le ventre bien rempli, hop au lit! 🙂

<< Jour 3 – Glencoe – Glenfinnan – Isle of Skye
>> Jour 5 – Isle of Skye – Shieldaig

Jour 3 – Glencoe – Glenfinnan – Isle of Skye

Jour 3 – Glencoe – Glenfinnan – Isle of Skye

Ce matin, le réveil est agréable après une bonne nuit passée au Glen Nevis Caravan & Camping Park. Il suffit d’ouvrir la tente et on aperçoit le Ben Nevis (ou presque, en tout cas il est juste en face). Le Ben Nevis, c’est le plus haut sommet des iles britanniques avec 1344 mètres. La première ascension officielle date de 1771 et pendant de nombreuses années, il y a eu un observatoire météorologique au sommet. C’est comme ça qu’on s’est rendu compte que le climat la haut est vraiment dur : une température moyenne de -0.5°C, 260 tempêtes de force 8 ou plus par an, et plus de 4 350 millimètres de précipitations. Mais tout ça n’empêche pas d’en faire une des randonnées les plus populaires de la région. Il y a même chaque année une course (14km) qui part du terrain de football de Fort William pour atteindre le sommet. Le record est de 1h25, avis aux amateurs!

ecosse camping ben nevis

L’escalade du Ben Nevis ne sera pas pour nous ce jour là, en effet, on décide de repartir à Glencoe pour faire une autre randonnée.

Glencoe

ecosse glencoe valley

Nous repassons par Glencoe et nous continuons via la A82 à travers la vallée de Glencoe. C’est un lieu incroyablement photogénique. Nous nous arrêtons devant Beinn Fhada, Gearr Aonach and Aonach Dubh. Ces 3 crêtes rocheuses sont nommées The Three Sisters of Glencoe.

ecosse glencoe three sisters

Il y a un petit parking pour profiter de la vue et il y a de bonnes chances d’y trouver un joueur de cornemuse. Les clichés ont la vie dure. L’idée ici n’est pas vraiment de profiter de sa musique ou d’aller voir ce qu’il y a sous son kilt, mais d’emprunter un petit sentier pour faire la randonnée qui nous emmènera vers Coire Gabhail.

Il s’agit de la « Vallée Perdue ». Comptez au minimum 2-3 heures pour cette randonnée. Une fois qu’on a traversé la profonde ravine sur une petite passerelle métallique, au dessus de la rivière Coe, on commence la montée vers la vallée.

ecosse lost valley

Dès qu’on sort de la végétation, la vue est splendide, le kif!! 🙂

ecosse glencoe

ecosse glencoe lost valley

Il faut traverser le petit ruisseau (ou le torrent suivant les endroits) à plusieurs reprises. Suivant la météo, prévoyez un passage à gué plus ou moins arrosé. Pour nous, la pluie nous a accompagné pendant toute la montée, donc je vous laisse imaginer le résultat.

ecosse glencoe lost valley

Les dernières marches, bien glissantes et dans une pente bien raide, mais on y est presque !

ecosse glencoe lost valley

Et voici donc la Hidden Valley de Coire Gabhail. C’est surement bien différent quand le soleil est là 🙂 mais on n’était pas mécontent de « contempler » le spectacle. C’est ici que le clan MacDonald venait cacher le bétail volé. Du coup à cause de la visibilité réduite on n’a pas trop poussé l’exploration de la vallée. Le retour se fait par le même chemin. C’est vraiment une très chouette randonnée qu’on vous conseille 🙂

ecosse glencoe lost valley

Une fois de retour au parking, on slalome entre les joueurs de cornemuses, les groupes de touristes et les autobus. On remonte en voiture et on continue un peu plus loin sur l’A82 pour encore profiter des magnifiques paysages qu’offrent cette vallée.

ecosse glencoe viewpoint

Et ça tombe bien, car un peu plus loin, il y a une petite aire de parking et depuis le monticule situé juste à côté, vous avez le Glencoe Valley Viewpoint. Franchement ça en jette! Tout le monde prend la même photo, mais c’est sans importance, quand c’est beau, ça vaut le coup.

ecosse glencoe viewpoint

ecosse glencoe viewpoint

A regrets, on s’arrache à la contemplation et hop en route! on fait demi-tour et on reprend l’A82 direction Glencoe et Fort William (et oui, encore), et cette fois on bifurque à l’ouest sur l’A830, le long du Loch Eil. La route est loin d’être déplaisante 🙂

ecosse loch eil

ecosse loch eil

Puis on arrive à destination…

Glenfinnan

Nous voici donc à Glenfinnan, c’est une toute petite localité, tout au bout du Loch Shiel.
La première chose qu’on voit, c’est le Glenfinnan Monument. C’est une tour de 18m de haut avec un highlander en kilt au sommet. Elle est construite en 1812.

ecosse glenfinnan monument

Ce monument a été érigé en souvenir du débarquement de Charles Édouard Stuart (surnommé Bonnie Prince Charlie) le19 aout 1745. C’est donc ici que ce jeune prince de 25 ans tente de rallier à lui tous les clans des Highlands pour pouvoir former une armée suffisamment forte pour mettre une raclée aux anglais, et rendre le trône d’Écosse et d’Angleterre à son père. En effet, son père Jacques François Stuart s’est livré à une guerre de succession pour récupérer le trône de son père Jacques II (qui abdique à la Glorieuse Révolution de 1668), car c’est sa sœur, Marie II qui s’est emparée du pouvoir avec son mari Guillaume! (oui c’est compliqué comme histoire). Donc, le jeune prince enthousiaste et aventureux se retrouve rapidement à la tête d’une armée de quelques milliers de highlanders restés fidèles à son père et aux Stuart et qui sont prêts à se battre avec lui contre les anglais. Au début, les choses tournent bien, Édimbourg se rend rapidement, et ils poursuivent leur progression jusqu’à ce qu’ils arrivent un peu trop près de Londres. Et là, c’est la contre attaque anglaise, et c’est la déroute. Le prince sera obligé de fuir en cachette et misérablement pendant des semaines, et il devra renoncer à offrir le trône à son père. C’est une des dernières rébellions jacobites qui agita l’histoire écossaise et anglaise pour le retour du roi Jacques.

Il y a beaucoup (beaucoup) de touristes, alors je vous conseille de ne pas vous arrêter au Visitor Center, mais plutôt de continuer un peu plus loin et prendre à droite vers le Glenfinnan Station Museum. C’est un minuscule musée autour des chemins de fer dans les Highlands. Il y a un petit parking juste avant, vous vous garez ici, et ensuite à pieds vous rejoignez la gare. Profitez en pour admirer la locomotive perce-neige.

glenfinnan snowpiercer

Puis vous contournez le wagon restaurant (on n’a pas testé, mais il était rempli de clients et de tasses de thé), et vous empruntez un petit sentier. En 30-40 min d’une balade agréable vous arrivez en vue du Viaduc de Glenfinnan. Il est connu des fans d’Harry Potter car c’est dessus que passe le Poudlard Express. Et sinon, il y a effectivement encore un train qui y le traverse régulièrement. Et si vous loupez son passage, vous profiterez tout de même des immanquables arcs-en-ciels en fin d’après-midi 🙂
(c’est l’avantage en Écosse, malgré la pluie, il y a souvent des arcs en ciel)

ecosse glenfinnan viaduc

Pour la petite info, le viaduc fait 380m de long et il est entièrement réalisé en béton. Il a été construit pour la ligne de chemin de fer West Highland Line en 1900. 

On a tellement profité du paysage qu’on n’a encore une fois pas vu le temps passer, alors vite retour en voiture, on est en retard! Ce soir on dort sur l’île de Skye et comme on n’a absolument pas planifié aucun trajet en ferry, c’est un peu hasardeux de continuer jusqu’à Mullaig, alors on doit faire le grand tour par la route! (en repassant à nouveau par Fort William)

Eilean Donan Castle

Après un bon moment, alors que le soleil commence à se coucher, on arrive près d’un des symboles de l’Écosse, probablement le château le plus photographié!

ecosse eilean donan castle

Vous l’avez surement vu dans le film « Highlander ». Mais pas de chance pour nous, il est trop tard, tout est fermé, pas de visites possibles et comme le soleil se couche derrière, il est en contre-jour ahah 🙂 Du coup on a sans doute la pire photo de Eilean Donan Castle!

ecosse eilean donan castle

Il a été construit au XIIIe siècle sur une petite ile au carrefour de 3 lochs afin d’aider à lutter contre les nombreux raids vikings à l’époque. Il sera modifié à plusieurs reprises jusqu’en 1719 où il est pris d’assaut et bombardé durant 3 jours pendant la rébellion jacobite. Il est laissé à l’état de ruine jusqu’en 1911 où il est racheté et restauré.

Tant pis pour la visite, en plus il parait qu’elle est de qualité, mais on se dit qu’on pourra repasser ici quand nous repartirons de l’ile de Skye.
Plus d’infos sur le site officiel

Sligachan (Ile de Skye)

En partant du château, il nous reste encore près de 60km à parcourir avant d’arriver à notre camping sur l’ile de Skye. Pour atteindre l’ile, nous empruntons le grand pont de l’ile de Skye. Il mesure 500m de long et il inauguré en 1995. Il permet de franchir le Loch Alsh. Jusqu’en 2004 il y avait un péage car le pont était détenu par une compagnie privée, ensuite il a été racheté par le gouvernement écossais et maintenant la traversée est gratuite. Avant sa construction, le seul moyen de rejoindre l’ile était d’utiliser les lignes de ferry depuis Mullaig principalement.

Nos premiers kilomètres sur l’ile de Skye se font dans l’obscurité. A la lumière des phares, on arrive enfin à Sligachan (le bourg se limite à quelques maisons à peine) et on s’installe au camping sans avoir aucune idée du paysage autour de nous. Le camping est plutôt austère et il est situé juste à côté de l’A87, la principale route de l’île, donc autant vous dire que vous entendrez surement passer quelques voitures. Mais avec un peu de chance, le temps sera tellement horrible que le vent et la pluie couvriront le bruit de la route! haha 🙂

La route ça creuse, alors on enchaîne directement en allant à l’incontournable pub local! Ici il est simplement de l’autre côté de la route, c’est le Seumas’ Bar. Attention, si vous voulez manger pensez à y aller tôt, les cuisines ferment à 21h. Ce pub est assez grand et on ne s’attend pas à voir autant de monde alors que les alentours semblaient plutôt déserts. Ambiance cool, bons choix au bar (il y a d’ailleurs de la bière brassée localement, très localement même, puisque la brasserie est à 10m de là). Il y a aussi régulièrement des concerts.
Pour vous faire une idée des lieux, la page Facebook du Seuma’s Bar.

Légèrement imbibés au whisky, nous rentrons au camping en titubant, et la pluie recommence à tomber… mais à ce moment là, on s’en moque un peu. Rappelez vous : « La pluie d’aujourd’hui, c’est le whisky de demain! » hips!

Et ne manquez pas le site officiel de Sligachan 🙂

<< Jour 2 – Loch Lomond – Oban – Glencoe – Fort William
>> Jour 4 – Isle of Skye

Jour 2 – Loch Lomond – Oban – Glencoe – Fort William

Jour 2 – Loch Lomond – Oban – Glencoe – Fort William

Le réveil au Cashel Campsite sur les rives du Loch Lomond est un peu surréaliste. En jetant un coup d’œil en dehors de la tente, on se retrouve nez à bec avec des canards! 🙂 Il y a limite une mare qui s’est formée pendant la nuit à cause de la pluie! Je dirais presque un mini-loch en formation, mais j’exagère peut être un peu… Pendant le café matinal à la supérette du camping, il faut se faire une raison, la météo ne s’est pas du tout améliorée, les nuages bas couvrent tout, il n’y aura aucune visibilité dans les hauteurs, alors à regret on décide de faire l’impasse sur les randonnées qu’on avait prévue de faire autour du Loch. On replie la tente, on dit au revoir aux canards. C’est évidemment une grosse déception car le Parc national du Loch Lomond et des Trossachs a tant à offrir! et la fameuse vue depuis le sommet du Ben Lomond à 974 m d’altitude qui avait l’air si prometteuse. Tant pis pour ces belles randonnées. Allez hop, en route!

On longe à nouveau le Loch Lomond. Avec 37 km de long sur 8 km de large et une profondeur moyenne de 37m, c’est le plus grand loch de Grande Bretagne, et le 2ème en volume après le Loch Ness (qu’on verra plus tard).

Inveruglas

Le long de l’A82, on s’arrête au petit hameau de Inveruglas pour plusieurs raisons :

C’est le point d’arrivée de la Cowal Way aussi connue sous le nom de « l’Ecosse en 57 miles ». C’est un long chemin de randonnée de 90km qui part de la péninsule de Cowal (à Portavadie) pour finir ici, à Inveruglas.
Plus d’infos sur le site officiel
Et une petite idée de ce que ça peut donner en une journée en VTT

On peut aussi voir l’usine hydro-électrique de Loch Sloy inaugurée en 1950 et qui utilise l’énergie de l’eau retenue par le barrage du Loch Sloy à 3km de là.

Enfin il y a la pyramide de An Ceann Mòr. C’est une des installations d’art moderne qui fait partie du projet Loch Lomond Scenic route viewpoints lancé par le gouvernement écossais et dont le but est de proposer des aménagements le long des routes écossaises pour inciter les gens à s’arrêter et à profiter de la beauté des paysages. Malheureusement pour nous, toujours grosse pluie et visibilité limitée, tant pis pour le super panorama sur le Loch.
Plus d’infos sur les autres installations autour du Loch Lomond

ecosse an ceann mor loch lomond

ecosse an ceann mor loch lomond

Falls of Falloch

Une fois fini de longer la rive du Loch Lomond, ne loupez pas les Falls of Falloch, qui se trouvent juste après. Elles sont très facilement accessibles au bord de la route A82 après quelques minutes à pieds. D’une modeste hauteur de 10m dans un écrin de verdure, cette cascade est vraiment belle.

ecosse falls falloch

ecosse falls falloch

C’est franchement une micro-ballade mais qui vaut vraiment le coup.

Un peu plus loin, on quitte l’A82 pour prendre l’A85 et on décide d’aller visiter les ruines d’un château écossais.

Château de Kilchurn

Attention, il n’y a pas vraiment de panneau pour l’indiquer (ce que je trouve assez bizarre d’ailleurs), donc sur l’A85, un peu après le golf de Dalmally et avant de prendre le pont pour traverser la rivière Orchy, il faut prendre une toute petite route sur la gauche, et se garer un peu plus loin au parking. Ensuite il y a un sentier qui emmène au château, à 2km d’ici.

Ce panneau a tendance scatologique sur le bord du chemin nous a bien fait sourire 🙂

ecosse chateau kilchurn panneau

A ce moment là, je me suis vraiment senti en Écosse comme dans les films, il ne manquait qu’une cornemuse et quelques lutins dans les fougères et c’était parfait!

ecosse chateau kilchurn chemin

Les ruines du château de Kilchurn datent du XVe siècle. A l’origine, le château était sur un îlot à l’extrémité du Loch Awe. Il est maintenant rattaché à la terre ferme et on traverse des pâturages (qui ressemblaient à ce moment là d’avantage à des marécages) pour le rejoindre (attention, midges!).

ecosse chateau kilchurn ruines

Il est construit en 1450 et c’est la maison ancestrale des Campbell de Glenorchy. A la suite d’une alliance lors d’un mariage au siècle suivant, c’est le clan Mac Gregor qui occupe le château. Puis il revient aux Campbell un siècle plus tard. Il sert ensuite de garnison pour des soldats et lors d’une grande tempête en 1760 il est gravement endommagé. Il y a d’ailleurs les restes d’une tour d’angle écroulée au milieu du gazon dans la cour intérieure. On peut grimper dans les étages et jusqu’au tourelles pour profiter du point de vue sur le loch Awe (enfin ça, c’est s’il fait beau. Ça ne se voit pas trop sur les photos mais il pleut sacrément).
(visite gratuite)

ecosse chateau kilchurn

ecosse chateau kilchurn

Une fois cette petite visite terminée, on est toujours bien trempés. Nous reprenons la voiture et nous roulons le long de l’A85. Et il faut bien l’avouer, les paysages sont beaux 🙂

ecosse paysage

ecosse paysage

Au bout d’une quarantaine de minutes, nous arrivons à destination, au bout de l’A85. Nous arrivons à Oban.

Oban

Son nom vient du gaélique qui signifie « petite baie ». Cette petite ville de 8.600 habitants et la plus grande localité de toute cette partie de la côte, jusqu’à Fort William. Oban a plusieurs surnoms, comme la Seafood capital ou Gate to the isles. On se promène le long du front de mer, remplis de boutiques colorées, de bars et de restaurants.

ecosse oban

En ce qui concerne la capitale des fruits de mer, c’est ce qu’on vérifie rapidement, en allant déjeuner sur le port au restaurant Eeusk. On arrive en fin de service et sans réservation, mais pas de soucis, accueil impeccable. A l’abri derrière les grandes baies vitrées de la salle, on déguste un bon verre de vin blanc et on choisit nos fruits de mers et les plats de poisson. Tout est péché localement et vient du port, d’ailleurs on voit depuis les fenêtre des pécheurs débarquer leurs prises de la matinée. Tout est bon! On se rempli copieusement le ventre. Et comble du bonheur, on aperçoit un peu de ciel bleu. On avait presque oublié que le soleil pouvait exister ici! En tout cas, vous l’avez compris, Eeusk à Oban, c’est un restaurant qu’on recommande vivement 🙂
Plus d’infos sur le site officiel.

ecosse oban baie

Juste en face d’Oban se trouve l’île de Kerrera qui permet de protéger la baie des tempêtes venu de l’Atlantique.  Les eaux dans la baie sont réputées très poissonneuses et ont peut assister au ballet des bateaux de pêches. Il y aussi le va et vient des grands ferrys, car Oban c’est aussi un point de départ des lignes qui mènent à l’île de Mull et aux Hébrides. Même la reine Victoria a trouvé que la ville valait le coup. Je cite : « one of the finest spots we have seen ».
Plus d’infos sur le site officiel de la ville.

Une partie de la ville s’est organisée autour de la célèbre distillerie Oban créée en 1794. C’est d’ailleurs l’une des seules distilleries d’Écosse située en plein centre ville. Les distilleries ont la fâcheuse tendance à prendre feu ou à exploser, et d’ailleurs celle-ci a pris feu en 1890, ainsi que quelques maisons autour. Mais comme c’était le principal employeur de la ville, on ne lui en voulut pas trop, et la distillerie resta là. Pour les amateurs, la distillerie se visite, avec dégustation de whisky 🙂
Plus d’infos ici.

ecosse oban distillerie

Sur la colline, au dessus de la grande cheminée de la distillerie, on distingue une curieuse construction. Il s’agit de la McCaig’s Tower. Son histoire est assez particulière. Au XIXe siècle, John Stuart McCaig, un banquier écossais philanthrope (déjà on croit à de la science fiction!) a une brillante idée : construire un grand édifice en hommage à sa famille et fournir du travail aux tailleurs de pierre de la région pendant les mois d’hiver (la période creuse pour eux) et ça pendant de nombreuses années. Super idée! Et comme ce brave homme est aussi un passionné d’architecture, il donne les plans pour construire une réplique (en modèle réduit) du Colisée de Rome. Les travaux commencent en 1897 et continueront jusqu’à sa mort en 1902. Ensuite, sans financements, les travaux s’arrêtent et il ne reste plus que cette structure en arche. Si la construction était allée jusqu’au bout, il y aurait eu en plus un musée, une galerie d’art, et une grande tour centrale où aurait trôné une grande statue de McCaig. Bon, finalement c’est peut être bien que ça se soit arrêté un peu avant 🙂

En grimpant le long de la colline, on passe à côté de superbes maisons bourgeoises avec des jardins incroyablement fleuris, on sent qu’ici les hivers ne sont jamais rudes grâce aux courants chauds du Gulf stream.

ecosse oban

ecosse oban

Dans le joli parc au milieu de la construction, c’est ambiance détente, bronzette et pique nique. Vraiment un chouette endroit 🙂

ecosse oban

Depuis la colline, on a une superbe vue sur Oban et sa baie.

ecosse oban

ecosse oban

Pour redescendre de la colline je vous conseille de suivre la rue Terrace et de prendre les petits escaliers sur la droite. On a l’impression d’emprunter un passage secret connu seulement des initiés, et des jeunes qui veulent s’embrasser en cachette haha.

Il fait beau, il fait (presque) chaud, et on ne voit pas le temps passer. Et oui, nous sommes tombés sous le charme d’Oban 🙂 Il est temps de filer! Bye bye Oban!

On reprend la route plein nord, direction Fort William.

Avec ce beau temps, la côte écossaise nous fait d’avantage penser à la méditerranée, il manque juste les cigales  🙂

ecosse oban cote

En arrivant au pont en fer de Connel (1903), jetez un œil sur le loch Etive juste en dessous. Si vous avez de la chance et que vous arrivez au bon moment, vous pourrez voir les Falls of Lora. Il ne s’agit pas vraiment de chutes d’eau mais c’est une curiosité locale. Au niveau du pont, l’embouchure du fleuve est très étroite, 150m, et au moment des marées hautes et basses, il se forme d’impressionnants rapides au dessus d’un fond rocheux. Ils sont suffisamment puissants pour être pratiqués par des kayakistes d’eau vive, et encore, des confirmés, cette zone est potentiellement dangereuse!

ecosse pont connel

Plus loin, le long de la route A828 vers le nord, ne loupez pas un autre arrêt.

Château de Stalker

Il y a le long de la côte, un lieu très connu et à la fois très discret, il s’agit du Château de Stalker. C’est en réalité plus proche d’une maison-tour (à 4 étages) qu’un véritable château. Il est juché sur un minuscule îlot accessible (difficilement) à pieds à marée basse uniquement.

ecosse chateau stalker

Lui aussi, comme le château de Doune, est présent dans le film Sacré Graal des Monty Python, c’est le fameux « castle of aaaaargh ». On le voit aussi dans le film Highlander, et sur des millions de cartes postales.

Pourquoi il est discret? car il est difficilement visible. Depuis les hauteurs de l’A828, il faut s’arrêter au Castle Stalker View Cafe où on le distingue d’assez loin. L’autre solution consiste à prendre la minuscule route sur la gauche dans le bourg de Portnacroish et qui amène à petit chemin côtier. Attention, il est normalement interdit de se garer en voiture ici. « Normalement » … En tout cas, en marchant quelques minutes à pieds, vous pouvez voir le château de plus près 🙂
Pour la petite histoire, ce château a été construit vers 1320, et il a changé de mains à de nombreuses reprises au cours de son histoire entre le clan MacDougalls et le clan Campbell. Depuis 1908, c’est une propriété privée mais il est toutefois possible de le visiter en réservant sur le site officiel.

Fort William

On continue sur la route vers le nord, on longe le Loch Linnhe, et les couleurs sont vraiment chouettes.

ecosse loch linnhe

On arrive enfin à Fort William. A vrai dire on ne voit pas grand chose de la ville, car on continue un peu plus loin jusqu’au Glen Nevis Caravan & Camping Park. Et je pense que c’est un des plus beaux camping que nous ayons vu. Si vous êtes dans le coin, ne cherchez pas plus loin, venez ici 🙂 Le cadre est formidable et vous êtes aux pieds du Ben Nevis.
Plus d’infos sur le site officiel.

Une fois la tente installée (sur du gazon sec! incroyable!) on se rend compte qu’il nous reste encore au moins 1h30-2h avant le coucher du soleil, alors vite, hop en route! à 30km d’ici une belle petite balade nous attend ! Vroum!

Glencoe

Glencoe est un petit village de 2800 habitants, et en plus de son calme et de sa beauté, il est aussi tristement célèbre à cause du massacre de Glencoe. En effet le 13 février 1692, le clan MacDonald de Glencoe est massacré par le clan Campbell a qui il avait pourtant offert l’hospitalité. Cette histoire a d’ailleurs inspiré « les noces pourpres » de Games of Thrones (Plus de détails sur cette tragédie ici).
Plus d’infos sur le site officiel de Glencoe.

Notre arrivée à Glencoe a un but bien plus agréable, il s’agit de parcourir le Glencoe Lochan trails. En quelques kilomètres, cette petite randonnée (qui prend environ 1h30) vous proposera un sentier qui gravit la pente au milieu de grands arbres, une forêt riche et traversée par de petites cascades, et un lac aux eaux calmes où se reflète le paysage. Ça fait un peu « too much » comme description, mais très honnêtement, c’est vraiment une balade très agréable, vraiment 🙂

ecosse glencoe lochan trails

ecosse glencoe lochan trails

ecosse glencoe lochan trails

ecosse glencoe lochan trails

Faire cette balade en fin d’après midi est vraiment une bonne idée car le paysage est magnifiquement coloré.

ecosse glencoe lochan trails

ecosse glencoe lochan trails

ecosse glencoe lochan trails

ecosse glencoe lochan trails

Cette très belle forêt a été plantée dans les  années 1890 par Lord Strathcona.  C’est un écossais qui a fait fortune au Canada avec la Canadian Pacific Railways. Une fois de retour et installé en Écosse avec sa petite famille,  sa femme Anna (canadienne) a le mal du pays. Alors le lord se dit qu’en recréant un paysage qui rappellerait à sa femme les grandes forêts de la région des grands lacs canadiens, ça lui remonterait surement le moral. Hélas ça ne fonctionne pas et ils retourneront au Canada, en laissant derrière eux ce lieux magique. Ils laissent aussi leur imposante maison, la Glencoe House. Un temps convertie en hôpital, c’est maintenant un hôtel de luxe.

ecosse glencoe lochan trails

Yep, c’est un cadre idyllique, mais attention zone à midges, pensez à prendre vos précautions et vos protections!

Le retour à Fort William se fait tranquillement et on profite du coucher de soleil.

ecosse sunset

Pour le diner, ça se passe au Glen Nevis Restaurant and Bar. Il est situé à 10 minutes à pieds du camping. C’est un grand pub un peu désert ce soir là, et la nourriture est plus que correcte, et mention spéciale pour l’énorme planche de fromages! 🙂
Plus d’infos sur le site officiel.

<< Jour 1 – Edimbourg – Stirling – Loch Lomond
>> Jour 3 – Glencoe – Glenfinnan – Isle of Skye

Jour 1 – Edimbourg – Stirling – Loch Lomond

Jour 1 – Édimbourg – Stirling – Loch Lomond

Premier jour de ce roadtrip en Écosse, et qui dit roadtrip dit voiture. Après avoir lu beaucoup de commentaires sur les différents loueurs et les nombreuses arnaques  rencontrées à l’aéroport d’Edinburgh, mon choix s’est porté sur Arnold Clark Car & Van Rental. Et sincèrement que des bonnes choses! Ok, leur parking n’est pas directement à l’aéroport mais ça se passe très bien. Déjà la réservation sur internet se réalise sans soucis et avec une vraie personne qui répond rapidement aux questions. Une fois arrivé, il suffit de contacter l’agence Arnold Clark au téléphone pour les prévenir que vous êtes là. Un minibus arrive illico 5 minutes plus tard pour vous chercher sur un petit parking à 100m du terminal d’arrivée de l’aéroport. Ensuite vous êtes déposé à peine 1km plus loin à l’agence. Le personnel est vraiment sympa (et ils venaient juste de recevoir leurs nouveaux vestons à motif tartan écossais 😉 ) et au passage, je leur donne un petit coup de main en faisant la traduction au téléphone pour expliquer comment venir à une famille française perdue à l’aéroport et qui ne parlait pas du tout anglais 🙂
On hérite d’une voiture impeccable et neuve (en location depuis 10 jours seulement). Évidemment on a un petit stress car on se dit que la moindre rayure se verra comme le nez au milieu de la figure. Mais on oublie vite, la voiture est belle, on discute et on plaisante un peu et c’est parti, hop en route en Écosse!
(pour info le retour se passera exactement dans les mêmes conditions. Aucun problème, même si la voiture n’était pas vraiment propre et même s’il y avait peut être quelques petits trucs ici et là hem … mais aucun souci. Sans hésiter on reprendra 🙂 )
Plus d’infos sur Anorld Clark Card & Van Rental

Falkirk

On prend directement la M9 et on fait un premier petit détour par la ville de Falkirk. Il y a ici la célèbre Roue de Falkirk.

De quoi s’agit-il donc ? Et bien c’est un ascenseur à bateau rotatif, rien que ça! Il permet de relier le Forth and Clyde Canal à l’Union Canal. Le souci c’est qu’entre ces 2 canaux, il y a 35 mètres de dénivelé, et la jonction se faisait jusque dans les années 30 en utilisant un système d’écluses en escalier. Il y en avait 11, et les franchir prenaient plus d’une journée. Le système finit par être abandonné et il n’y a plus de liens entre les canaux. En 1997 un projet est relancé pour lier à nouveau les canaux et il faut que la réalisation soit moderne et marquante pour le changement de millénaire. En 2002, la roue est inaugurée par la reine.

ecosse falkirk wheel

A chaque rotation, elle soulève un grand caisson qui contient 250.000 litres d’eau, plus un bateau, plus la nacelle elle-même, et c’est environ 500 tonnes qui se retrouvent 24m plus haut en 5 minutes. (Si vous avez bien compté, il reste encore au moins 10m de dénivelé … qui sont franchis sur 2 autres écluses un peu plus loin).

Le site reçoit environ 400.000 visiteurs chaque année, inclut parking et visitor center. Très honnêtement le site vaut le coup principalement pour la photo et la prouesse technologique, mais ne vous arrêtez pas pour faire « la sortie en bateau sur la roue » qui est proposée, ça ne présente visiblement aucun intérêt à part perdre son temps peut être 🙂 Et si vous avez en poche un billet de 50 pounds de la Bank of Scotland, vous verrez la roue au dos du billet.

Stirling

On reprend la route et prochain arrêt : la ville de Stirling. Elle a été pendant longtemps la capitale du Royaume d’Écosse. Elle est considérée comme la porte d’entrée des Highlands et elle a longtemps été un lieu stratégique.

Son château est construit sur une colline d’origine volcanique et il domine la ville. Il est entouré de falaises. Pour les armées qui partaient à la conquête de l’Écosse ou qui au contraire voulaient défendre l’Écosse, être les maitres de ce château était indispensable. Il aura connu une existence tumultueuse dans son histoire, en étant assiégé, capturé, en partie détruit, reconstruit, fortifié, assiégé à nouveau, entre 1304 et 1746. Il passera régulièrement des écossais aux anglais et inversement durant ces siècles de conflits.

ecosse stirling chateau

Le château qu’on peut voir actuellement date principalement du XV et XVIe siècle. Il est considéré comme un des plus grands châteaux d’Écosse. Malheureusement comme on a pas mal de route de prévu, on fait l’impasse sur sa visite.
Plus d’infos sur le site officiel

En plus de ce château, cette ville est principalement célèbre pour la fameuse Bataille du Pont de Stirling. Déjà, voici le pont en question … qui n’est d’ailleurs pas exactement celui de la bataille qui a eu lieu le 11 septembre 1297.

ecosse stirling pont

Pour résumer : à l’époque William Wallace (et avec lui une partie de l’Écosse) est en rébellion contre le royaume anglais et réclame entre autre l’indépendance du royame. Les anglais, fins diplomates, arrivent en force pour mater cette rébellion et ils se retrouvent à Stirling. Il y a plus de 7.000 soldats anglais contre à peine 3.000 pour les écossais. Mais les anglais sont trop confiants et traversent le pont (qui a l’époque est un vieux pont en bois et pas très large) pour affronter les écossais qui les attendent de l’autre côté. Une fois que la moitié de l’armée anglaise à traversé, les écossais attaquent! La cavalerie anglaise est embourbée dans le terrain marécageux et n’arrive pas à profiter de son impact et de sa vitesse, et le pont qui avait été saboté au préalable par les écossais s’écroule et englouti avec lui le reste de l’armée anglaise. C’est une grande victoire pour les écossais!

Pendant plus d’un siècle, aucun autre pont n’a été construit et la traversée du fleuve Forth dans cette vallée ne pouvait se faire qu’en bateau. En 1415 un nouveau pont en bois est construit, mais à nouveau détruit durant d’autres conflits. Il est finalement reconstruit en pierre (c’est celui de la photo) entre le XV et le XVIe siècle. Enfin en 1831 le vieux pont en pierre prend sa retraite et il devient un simple pont piéton … et aussi un monument historique  🙂

Sur la colline en face, de l’autre côté du pont, c’est le William Wallace Monument. Construit en 1869 au sommet de la colline, il ne passe pas inaperçu dans la région, et cette haute tour néogothique de 67m de haut est là pour rappeler à tout le monde la victoire sur les anglais ainsi que le destin tragique du héros national écossais.
Pour les visites, plus d’infos sur le site officiel

ecosse stirling wallace monument

Il y a entre autre dans ce monument l’épée de William Wallace qui mesure 1.63m (l’épée, pas William hein). Et c’est très grand pour une épée! Il y a d’ailleurs des rumeurs qui disent qu’elle ne serait en fait un assemblage de plusieurs lames, histoire de la rallonger un peu. Car qui dit grande épée, dit grand héros!

Et en parlant de William Wallace, tout le monde (ou presque) a vu Braveheart, ce « grand » film réalisé par Mel Gibson en 1995. Il a au moins eu le mérite de faire connaître au plus grand nombre ce héros écossais et son histoire. Pour le film en lui même, il y a quelques approximations : la bataille du pont de Stirling par exemple, où il n’y a pas de pont … et bien d’autres. Un petit résumé dans cette vidéo sympa des 25 erreurs historiques de Braveheart 🙂

« Pour la libertéééééééééééé !!!! » 🙂

Doune

Un peu après Stirling, en roulant sur l’A84 vers l’ouest, nous arrivons à Doune. Quel joli petit nom de village, Doune! La vie doit y être douce et il doit y faire chaud, à doux Doune 🙂 … hem … Donc je disais, oui, Doune, et bien ici il y a 2 choses célèbres.

La première, c’est le château de Doune. Construit au XIVe siècle et d’une hauteur de 30m, il est paisiblement installé sur une petite butte couverte de gazon, le long de la rivière Teith. L’intérieur est plutôt dépouillé. Il ne paye pas vraiment de mine comme ça et pourtant!  Regardez le mieux, vous l’avez probablement déjà vu quelque part…

ecosse doune chateau

Ce château a servi dans le film le Sacré Graal des Monty Pythons en 1974 🙂 Il a aussi servi pour des scènes de Games of Thrones pour représenter Winterfell, ainsi que dans la série Outlander.

La deuxième chose qui a donné sa célébrité à Doune, ce sont les pistolets de Doune. Ils étaient réputés au XVIe siècle dans toute l’Europe pour leurs robustesses et aussi leurs raffinements carils étaient entièrement gravés et décorés. Une arme et un bijou à la fois. Pendant longtemps ils faisaient partie de la panoplie obligatoire de tout officier écossais, et les armuriers copiaient le style de la fameuse armurerie Christie & Murdoch de Doune.

Callander

On reprend l’A84 et on arrive au village de Callander. Nous sommes au bord du Parc national du Loch Lomond et des Trossachs et la rue principale est pleine de boutiques, de touristes sur les trottoirs et de restaurants en tout genre, et ça tombe bien, on a faim! Après un rapide tour des lieux on s’arrête au Callander Meadows (24 Main Street). Ce restaurant fait aussi hôtel, mais on vient surtout pour le restaurant et c’est vraiment une bonne pioche. La salle du restaurant est certes assez petite, et la déco peut paraître un peu vieillotte mais le repas était vraiment bon, il y avait vraiment de la cuisine derrière. Testé, validé, et recommandé! 🙂
http://callandermeadows.co.uk/restaurant

Ensuite, direction les Bracklinn Falls, sur la colline juste à côté, après le terrain de golf, et rejoindre un petit parking. C’est ici que commence notre première sortie dans la nature écossaise, et j’en avais besoin. Et c’est ici aussi que commence les premières pluies écossaises, ou plutôt les douches! Ça fait rire un couple d’écossais qui rentrent de balade « S’il n’y avait pas de pluie, ce ne serait pas l’Écosse! » haha … tu parles! Je suis sûr qu’avec du soleil aussi, l’Écosse resterait l’Écosse! c’est une formule qui pourrait fonctionner, mais je n’ai pas voulu les froisser. Mais avec flegmme et mon merveilleux french accent, je réponds « La pluie d’aujourd’hui est le whisky de demain! ». J’ai marqué un point 🙂
Du coup direction les Bracklinn Falls, sous la pluie.

ecosse Bracklinn Falls

Après une courte balade on arrive près d’un spectaculaire pont en bois construit en 2010 pour remplacer le vieux pont (en fonte) construit en 1870 pour la visite de la reine Victoria mais qui a été emporté par une crue en 2004. Pas de photos du pont non, car comme il avait la bonne idée d’être couvert, et comme il pleuvait énormément, on en a profité pour se mettre à l’abri profiter du paysage 🙂 En tout cas le pont a reçu une récompense aux International Footbridge Awards.

ecosse Bracklinn Falls

Le nom des chutes Bracklinn Falls vient du gaélique Breac qui signifie taché ou fauve, en référence à la couleur de l’eau sombre teintée de tourbe. En tout cas la cascade est assez particulière, on dirait presque qu’elle est artificielle et que la roche a été taillée artificiellement pour créer une marche aussi nette.

Loch Lomond

Après cette balade, on se réchauffe dans la voiture et on file vers le sud pour rejoindre l’A811 et la rive est du Loch Lomond pour ensuite installer notre tente dans un camping. Mais la météo ne s’arrange vraiment pas. C’est le déluge! Et juste après le petit bourg de Balmaha, la route n’est vraiment pas large et on croise plein de camping cars. Évidemment c’est le stress car je ne vois même pas comment les croiser sans finir dans le fossé et il faut en plus éviter d’écraser les nombreux randonneurs qui marchent sur la route sous leurs capes de pluies. Séquence stress pour éviter l’accident! Lentement mais surement, on arrive enfin au Cashel Campsite et on installe difficilement notre tente au milieu d’un champ de boue gazon très humide.

L’idée était d’enchainer sur une autre petite randonnée à proximité avant la nuit, car le Loch Lomond sans randonnée, ça n’a pas vraiment d’intérêt. D’autant plus qu’on est ici sur la West Highland Way, le grand chemin de randonnée qui relie Glasgow à Fort Williams. Mais pas de chance, la météo est tellement mauvaise, et la visibilité tellement réduite que même si on grimpait au sommet du Ben Lomond, on serait perdus dans les nuages gris.
On est un peu déçus, car on s’attendait à avoir une vue magnifique sur les montagnes se reflétant dans le loch lisse comme un miroir, et bien c’est loupé! à la place, tout est gris, sous des trombes d’eau, on est trempés et on a froid 🙂 On pour la fin de journée de quitter le camping et d’aller sur la rive opposée, à quelques kilomètres à vol d’oiseau en face du camping, au village de Luss. Mais quelques kilomètres à vol d’oiseau, ici ça représente un sacré détour en voiture, mais des fois on fait des choix pas trop logiques dans la vie, c’est comme ça. Alors hop en route pour Luss avant qu’il ne fasse nuit.

Et la vue sur le Loch Lomond au fait, ça donne quoi? … et bien ce qu’on a pu avoir de mieux pendant une brève accalmie, ça donne ça :

ecosse loch lomond

Luss

Le petit village de Luss est très connu en Écosse car une série télé très populaire ‘Take the High Road’ a été tournée ici de 1980 à 2003. Luss est donc très touristique, avec sa plage de sable donnant sur le Loch, ses petites boutiques, ses pavillons pittoresques … mais ça c’est quand il fait beau! Ce jour là, c’est le désert. On se dirige vers l’église de Luss mais pas de chance, elle est fermée. C’est dommage, c’est le principale point d’intérêt touristique du village avec près de 750.000 visiteurs par an! Cette petite église qui date de 1875 est connu pour son plafond en bois rappelant une coque de bateau inversée. Cependant dans le cimetière il y a un autre point d’intérêt : la pierre tombale viking. On estime quelle daterait de 1263 suite à des raids vikings qui avaient dévastés et pillés la région.

ecosse luss viking tombe

A noter que ce style de pierre tombale viking n’existe que dans les zones britanniques colonisées par les vikings, on n’en retrouve pas de cette forme en Scandinavie.

Comme le village est traversé par des foules nombreuses chaque année (sauf ce jour là), la majorité des petits cottages sont très fleuris, colorés et il y a une sorte compétition pour avoir le jardin décoré de la manière la plus … euh …  je vous laisse juger 🙂

ecosse luss cottage

ecosse luss cottage

Comme les boutiques sont fermées, ils ne restent plus qu’une chose à faire, se mettre au chaud, boire un verre et grignoter un peu, car il commence à faire trop sombre dehors pour se balader ailleurs.

En passant devant le café-bistrot The Village Rest, de l’extérieur ça a l’air tout coloré, intimiste, jeune et cool, et on se dit bingo! Voilà un bon petit coin sympa. En fait mauvaise pioche. A l’intérieur c’est beaucoup plus grand, et on sent que c’est un peu une cantine à touristes. C’est un peu péjoratif je sais, avec il y a un choix au menu beaucoup trop grand pour être réellement cuisiné, et du coup ça se ressent, c’est franchement pas très bon. Ce sera sans doute notre pire repas du séjour. A la limite ça vaut le coup pour boire une bière ou on bon chocolat chaud.
Plus d’infos sur leur site

En fait en repartant, on se dit qu’on aurait du tester le Loch Lomond Arms qui est 50m plus loin … car il y avait un bon feu de bois dans une cheminée à l’intérieur!

Un peu sur notre faim (c’est le cas de le dire!) on reprend la route pour retrouver notre tente au Cashel Campsite, et sur les derniers kilomètres j’ai droit à la totale : nuit noire, pluie, vent, des moutons qui traversent la route dans un virage, un gros 4×4 qui prend toute la route et au moment de me rabattre juste après son passage je manque de m’encastrer dans sa remorque qui tirait un voilier!

Et la nuit n’est pas vraiment meilleure avec la tente martelée par les gouttes de pluie probablement grosses comme des pastèques!
(en tout cas, ce camping était très correct avec une petite supérette et des sanitaires impeccables et bien chauffées)

 

On se dit que ça commence pas très bien ce roadtrip, météo et bouffe franchement pas top, est-ce que c’est réellement ça l’Écosse, est-ce que ça va être comme ça tous les jours ?
Heureusement, demain est un autre jour, et heureusement après la pluie vient le soleil ! 🙂

>> Jour 2 – Loch Lomond – Oban – Glencoe – Fort William

Roadtrip en Ecosse

Ce roadtrip de 10 jours en Écosse est un excellent souvenir. Et pourtant au départ je n’étais pas très enthousiasmé, je m’attendais principalement à voir du gris et de la pluie. Et c’est en partie vrai, mais c’est aussi bien plus que ça!

Voici notre itinéraire d’une dizaine de jours en Écosse, avec beaucoup de randonnées, et quelques visites.

Jour 1 – Edimbourg – Stirling – Loch Lomond
Jour 2 – Loch Lomond – Oban – Glencoe – Fort William
Jour 3 – Glencoe – Glenfinnan – Isle of Skye
Jour 4 – Isle of Skye
Jour 5 – Isle of Skye – Shieldaig
Jour 6 – Loch Maree – Inverewe – Ullapool
Jour 7 – Assynt – Inverness
Jour 8 – Loch Ness – Glen Affric – Cairngorms – Pitlochry
Jour 9 – Pitlochry – Blair Castle – Edimbourg
Jour 10 – Edimbourg

Et un petit best-of en photos

ecosse oban

ecosse glencoe lochan trails

ecosse glencoe viewpoint

ecosse sligachan pont

ecosse old man storr

ecosse dunvegan castle

ecosse loch maree

ecosse assynt

ecosse arthur seat edimbourg

Et quelques infos pratiques
La voiture

Qui dit roadtrip, dit forcément voiture. Pour la location, on est passé par Arnold Clark Car & Van Rental et tout s’est très bien passé. 🙂 On vous conseille vraiment cette agence qu’on retrouve un peu partout en Écosse.
https://www.arnoldclark.com/
Plus de détail dans cet article.
La conduite à gauche, évidemment c’est un peu stressant au début. On a toujours l’impression que les voitures en face vont nous rentrer dedans, du coup on a tendance à serrer d’avantage sur la gauche et on se retrouve les premiers jours à avoir la roue avant gauche qui a tape contre un bord de trottoir ou dans le gazon. Mais ça s’arrange vite. On arrête ensuite de se répéter à chaque rond point et carrefour « je roule à gauche, je roule à gauche » 🙂
Pour la radio en voiture, c’est un peu la galère, au fin fond des Highlands, on ne capte pas grand chose et on se retrouve vite à n’avoir le choix qu’entre les radios BBC ou en gaélique et avoir sans cesse les mêmes chansons qui tournent en boucle. Pensez à emporter votre musique avec vous.
Le GPS ? pas indispensable car il n’y a pas tant de route que ça et tout est généralement bien indiqué. Pour ma part j’utilise constamment une application sur le smartphone hyper pratique : City Maps 2Go. Cartes téléchargées hors ligne, on place ses centres d’intérêts et ses favoris. On suit sa position sur le GPS et c’est gratuit!
La route ? Généralement bien entretenues. Les limitations de vitesse sont simples : 30 miles en ville, 60 miles sur les routes, et 70 miles sur les autoroutes. Vous irez rarement aussi vite car vous serez généralement en train d’admirer le paysage et à vouloir vous arrêter toutes les 5 minutes pour prendre une photo.

Les midges

De son petit nom Culicoides impunctatus, les midges sont le fléau de l’Ecosse. C’est un petit moustique qui vit dans les tourbières, et dès que vous êtes en milieu humide et qu’il ne pleut pas trop et qu’il n’y a pas trop de vent, vous avez de bonnes chances d’en croiser. Et ensuite c’est l’enfer, ils piquent ils piquent ils piquent. Heureusement on peut généralement s’éloigner rapidement d’un petit essaim … jusqu’à en croiser un autre. Il n’y a pas vraiment de protection contre ces bestioles. Soit vous assumez avoir la face toute rouge pleine de minuscule piqures, soit vous emmenez toujours avec vous une casquette avec son filet anti-moustique, qu’on trouve facilement dans les boutiques sport rayon chasse. C’est pas très glamour mais c’est efficace. Et même les locaux en porte. Pas de honte 🙂

La météo

Pas la peine de rêver, en Ecosse vous découvrirez sans aucun doute les joies de la douche écossaise. Des pluies qui arrivent d’on ne sait où et vous arrose copieusement pendant un bon quart d’heure. Donc impérativement des chaussures et des vêtements étanches. Voir même la cape de pluie.

Les randonnées

Partir en Ecosse sans faire de randonnées, c’est un non-sens. Il y en a tant, qu’en choisir sera un art délicat. En tout cas je vous conseille cet excellent site WalkHighlands qui détaille un nombre impressionnant de randonnées et donne toutes les infos utiles, les cartes, etc …
https://www.walkhighlands.co.uk/

 

Bon voyage 🙂

Autour d’Édimbourg

Même si Édimbourg est une ville très agréable, prendre un peu le large et respirer le grand air ça fait toujours du bien. Voici quelques idées de ballades et visites qu’on peut facilement faire autour d’Édimbourg.

  • Cramond Beach
  • The Pentland Hills

Cramond Beach

En avion si vous êtes attentifs lors du passage au dessus de l’estuaire du Forth, vous apercevrez peut être une petite presqu’ile. C’est la petite ile de Cramond et c’est une très chouette balade à faire. Pour y aller, il faut prendre le bus Lothian n°41 et vous y êtes en 45 minutes en descendant à Cramond Glebe Road. Ensuite il suffit de descendre la petite rue du même nom, bordée de maisons assez bourgeoises.
Et vous arrivez en quelques minutes à la plage de Cramond (et son camion de glaces!).

edimbourg cramond beach

Et devant vous il y a la jetée qui mène jusqu’à la petite ile de Cramond. Cette chaussée fait 1.2km de long et on peut la traverser à marée basse pour rejoindre l’ile.

edimbourg cramond beach

Très honnêtement il n’y a pas grand chose à voir sur l’ile, à part quelques restes de fortifications de la dernière guerre mondiale. Mais la balade sur la jetée est agréable et prévoyez vraiment le temps pour revenir car quand la marée remonte, l’eau peut très rapidement recouvrir la chaussée et piéger les gens sur l’ile. C’est déjà arrivé plusieurs fois et personne ne viendra vous chercher il faudra attendre la prochaine marée basse. Des gros panneaux d’avertissement sont là un peu partout pour vous le rappeler 🙂

edimbourg cramond beach

edimbourg cramond beach

N’hésitez pas à prolonger votre balade en remontant la rivière Almond qui se jette dans l’estuaire juste à côté de la chaussée, au centre nautique. Au bout d’un kilomètre vous atteignez the Cramond Falls. Bon en fait c’est plus un déversoir qu’une réelle chute d’eau, mais ça reste agréable à voir 🙂

cramond almond

cramond almond

cramond almond

En revenant sur vos pas, faites comme tout le monde et arrêtez-vous pour prendre un bon café ou chocolat chaud au Cramond Falls Café.

cramond almond

The Pentland Hills

Quand on atterrit à Édimbourg, on voit ces grandes collines au sud de la ville. Ce sont les Pentland Hills et un parc régional de 96km² protège cette zone depuis 1996. Pour y aller, vous pouvez prendre le bus Lothian n°4 qui vous emmènera en 45min jusqu’à Hillend, où vous verrez un panneau pour le Snowports Centre. Et oui vous avez bien lu, il y a ici une mini station de ski à la vertigineuse altitude de 450m! Pour le moment contentez vous seulement d’aller dans cette direction et prenez le petit sentier qui longe la route sur la gauche, direction Caerketton Hill. Pas vraiment besoin de plan, on ne risque pas de se perdre 🙂

Ensuite, et bien ça grimpe doucement à travers des bosquets …

edimbourg pentlands hills

Un premier plateau vous permet d’avoir une belle vue sur la campagne autour d’Édimbourg.

edimbourg pentlands hills

Ensuite, ça monte, genre avec de la vraie pente qui fait mal aux cuisses! Et vous verrez probablement des trailers faire le même trajet en courant, sans souffler, et limite en moonwalk, alors on serre les dents on grimpe et on ne se plaint pas ! 🙂

edimbourg pentlands hills

edimbourg pentlands hills

Du sommet tout l’estuaire du Forth s’offre à vous et vous pouvez même apercevoir la silhouette très particulière de la petite ile de Bass Rock, à 50km de là!

edimbourg bass rock

Ensuite vous pouvez partir pour une longue balade à travers cette chaine de hautes collines qui s’etend sur 32km de long. Ou redescendre et passer à côté des pistes de ski du Midlothian Snowsports Centre.
Si jamais vous êtes intéressé pour chausser les spatules sur ces 2 pistes artificielles (350m et 450m de long), plus d’infos sur le site officiel.

edimbourg pentlands hills

edimbourg pentlands hills

En descendant la colline vous rejoignez le petit village de Swanston, un joli hameau de maisons aux murs blancs, et où à vécut quelques années Robert Louis Stevenson qui a d’ailleurs écris une nouvelle qui se passe ici, St Yves, les aventures d’un prisonnier français évadé d’Édimbourg. Plus vous longez le golf (attention aux balles perdues!) pour revenir à votre point de départ. Comptez 2 petites heures pour cette balade qui procure un bon bol d’air et permet de sortir un peu de la ville.

Et comme une bonne marche ça ouvre l’appétit, entrez à The Steading. C’est un très bon pub familial situé juste à côté de l’arrêt de bus. Accueil souriant, décoration chaleureuse, feu de cheminée, bon fish & chips et bière fraiche. Top 🙂
http://www.thesteadingedinburgh.co.uk/

Edimbourg

Édimbourg, la capitale de l’écosse. C’est une ville chargée d’histoire et de mystères. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Et bien j’ai adoré!  🙂
Et j’espère que vous aussi! Alors hop! En route!

Une fois arrivé à l’aéroport, le plus simple pour se rendre en ville, c’est de prendre le bus. 2 choix s’offrent à vous, soit le Airlink Bus (4.50£) rapide et qui vous amène en plein centre sur la place au dessus de la gare de Waverley, soit le petit bus rouge n°35 de la compagnie Lothian (1.60£), qui met un peu plus de temps, qui passe par le Royal Mile et va jusqu’à Ocean Terminal à Leith. On a choisi le petit bus rouge, c’est plus sympa 🙂 Par contre prévoyez la monnaie exacte, sinon pas de ticket! et n’oubliez pas de faire la queue en prenant le bus, ici c’est vraiment respecté.

Le centre d’Édimbourg se découvre principalement autour de 3 quartiers :
– Old Town
– New Town
– Leith
Il y a bien sûr plein de choses à voir dans d’autres quartiers et un peu plus loin autour de la ville. En un grand week-end on se focalise en général sur ces 3 quartiers.

Old Town

Difficile de passer à côté quand on est à Édimbourg. Le Château d’Édimbourg trône au milieu de la ville sur un promontoire rocheux qui est en fait le vestige d’un ancien volcan. Le site est occupé depuis des millénaires et le château a été construit au XIIe siècle mais tellement remanié au fil du temps que la majeure partie visible actuellement date du XVIe siècle. Son histoire a aussi été très mouvementée, tout comme l’histoire écossaise, et il a de nombreuses fois été assiégé, endommagé et capturé.

edimbourg chateau
Comme il est entouré de falaises, on y accède par une grande esplanade, sur laquelle se déroule chaque année le Edinburgh Tattoo Festival. Attention ce n’est pas un festival de tatouages mais un énorme festival de fanfares militaires! 🙂 (https://www.edintattoo.co.uk/ ).
Et bien ce grand château donc, on ne l’a pas visité, hop! Donc je ne vous en parlerais pas d’avantage 🙂

Autour du château, se trouvait à l’époque des douves plus ou moins nauséabondes et qui formaient une espèce de petit lac, le Nor Loch. Il était de sinistre réputation et il a été asséché en 1820. Maintenant on trouve à sa place un grand parc public, les Princes Street Gardens. S’il y a assez de fleurs ne manquez pas l’horloge florale à l’angle de Princes Street et The Mound.
Bizarrement en cas de forte pluie le parc a naturellement tendance à vouloir redevenir un lac! 🙂

edimbourg nor loch

On y rencontre parfois des bêtes étranges!

edimbourg ours

Les jardins permettent une autre vue du château, comme depuis la jolie Fontaine de Ross.

edimbourg fontaine

Revenons à l’esplanade devant le château. Dans son prolongement, c’est l’artère principale de la vieille ville, le célèbre et fameux Royal Mile. 1814 mètres de long, soit la longueur d’un mile écossais, cette rue abrite une quantité de boutiques, monuments, pubs, restaurants, et ruelles à découvrir! Les ruelles adjacentes s’appellent les Closes, et elles mènent parfois à des cours intérieurs, les Courts.

Dans le sens de la descente, il y a le fameux Camera Obscura, rempli d’attractions et d’illusions optiques et qui a ses origines en 1853, mais beaucoup trop remplis de touristes, on fait l’impasse. Idem pour The Scotch Whisky Experience (et tant qu’à faire autant partir visiter de véritables distilleries de whisky dans les Highlands!).

Vous passez à côté d’un énorme édifice, The Hub, construit en 1845. Il ressemble à une église mais n’en est pas vraiment une. Il a servi à la fois d’église, de grand hall, de salle de réunion, et il est longtemps resté à l’abandon. C’est maintenant la billetterie et le cœur du Edinburgh International Festival qui a lieu en aout et qui est un gigantesque festival de musique théâtre et arts de rue.
Plus de détails sur le site officiel.

edimbourg hub

Sur votre gauche, le Laidy Stair’s Close vous emmène dans une grande cour intérieur où vous pouvez aller visiter The Writers’ Museum où sont célébrés entre autres Robert Burns, Robert Louis Stevenson, et surtout Sir Walter Scott.
Plus d’infos sur le site officiel. (entrée gratuite)

Un peu plus bas, devant le grand bâtiment de la Cour Suprême se trouve la statue de David Hume, mort en 1776. C’est un philosophe et penseur écossais considéré comme un des plus brillants esprits des Lumières. Allez savoir pourquoi, tout le monde caresse son gros orteil qui dépasse, soit pour gagner un peu de son savoir, pour porter chance, ou pour vérifier qu’il n’a pas besoin de pédicure, on ne sait même plus!

edimbourg david hume statue

Dans la série superstitions, quelques dizaines de mètres plus loin vous verrez peut être des gens cracher par terre à un endroit précis. Au milieu des pavés à cet endroit se trouve un cœur en mosaïque, c’est The Heart of Midlothian. Pendant 400 ans à cet endroit se tenait une prison et les hommes étaient parfois pendus devant. La prison était surnommée le cœur de Midhlothian, et c’est aussi le titre d’une des œuvres les plus célèbres de Walter Scott. (Midhlotian est le nom d’un comté dans la banlieue d’Édimbourg). Les gens maintenant crachent dessus pour conjurer le mauvais sort, ou pour n’importe quelle raison, les superstitions, c’est comme ça.

edimbourg coeur

Juste à côté se trouve la Cathédrale Saint-Gilles, c’est la grande église historique de la ville, et l’église mère du presbytérianisme. C’est ici aussi un des points de départ de la Guerre des Évêques, qui amènera à la Guerre des Trois Royaumes et à la Révolution Anglaise.

edimbourg st gilles cathedrale

edimbourg st gilles cathedrale

edimbourg st gilles cathedrale

Ensuite sur la gauche il y a The Real Mary King’s Close, une attraction touristique qui permet de visiter une partie des ruelles souterraines où étaient reclus les plus pauvres et les pestiférés. La visite (guidée et costumée) dure environ une heure, et pensez à réserver, il y a foule et peu de places. Plus d’infos ici.

Dans la cour intérieur juste après, parmi les empreintes de mains au sol, les fans de Harry Potter reconnaitront peut être quelqu’un.

edimbourg j k rowling

Plus bas sur la droite, la petite église Tron fermée dans les années 50 et reconvertie maintenant en marché de créateurs et d’artisans locaux, c’est le Royal Mile Market. Plutôt étonnant, ça mérite le détour.

Plus bas encore, un pub avec un nom qui ne laisse pas indifférent, The World’s End. Car à ce croisement se trouvait les anciennes murailles qui délimitaient la ville à l’époque médiévale et c’était une des seules grandes portes d’entrées. Les voyageurs venant de l’extérieur et qui ne pouvaient pas payer la taxe d’entrée restaient aux pieds des remparts et c’était la fin du monde pour eux. Sinon, le pub est sympathique mais un peu trop ‘touriste’.
Plus d’infos ici
.

Enfin tout en bas du Royal Mile se trouve le Palais de Holyrood qui est régulièrement utilisé par la famille royale quand elle est de passage en Écosse.

Sur la droite il y a une grande colline qu’on ne peut pas louper,  c’est Arthur’s Seat. C’est le top d’Édimbourg! Cette colline est d’origine volcanique, elle est visible d’un peu partout et c’est un lieu vraiment unique, habité depuis des millénaires. C’est the place to be pour voir le coucher de soleil. Il suffit d’escalader les 251m de la colline. La montée est un peu raide.

ecosse arthur seat edimbourg

ecosse arthur seat edimbourg

Le spectacle est juste fantastique. Enjoy! 🙂

ecosse arthur seat edimbourg

ecosse arthur seat edimbourg

Ne manquez pas non plus le cimetière de Greyfiars qui est réputé comme le plus hanté d’Écosse. On y trouve même des grilles par dessus des tombes, mais ce n’est pas pour empêcher les morts de sortir mais plutôt pour empêcher les vivants de déterrer les morts pour les expériences de médecine comme c’était le cas illégalement au XIXe Siècle. Il parait aussi que JK Rowling s’est inspirée de nombreux noms sur les stèles pour créer les noms des personnages dans Harry Potter.

edimbourg greyfiars

A l’entrée du cimetière vous trouverez le chien le plus célèbre d’Écosse. A la mort d’un jeune policier en 1855, son chien Bobby, a gardé sa tombe pendant 14 ans. En hommage à l’amour de ce chien pour son maître, les habitants du quartier ont fait ériger cette statue.

deimbourg bobby

Enfin une visite vraiment agréable (et pas seulement s’il pleut), c’est le National Museum of Scotland. La photo peut paraitre un peu austère mais ce musée est vraiment excellent! C’est ludique, c’est plein de surprises, ça touche tous les domaines et c’est vraiment intéressant. Il y avait tellement de choses à voir et on y était tellement bien qu’on a bien faillit oublier de prendre notre avion! Vraiment, on vous le conseille!
Plus d’infos sur le site officiel. Et en plus, c’est gratuit! 🙂

edimbourg national museum

New Town

Le quartier de New Town est dominé par Calton Hill. Cette colline est classée au patrimoine mondial de l’Unesco pour son intérêt culturel. Il y a plusieurs monuments au sommet.
Le Nelson Monument, une tour commémorative de 32m de haut qui date de 1815, sur le point le plus élevé de la colline, en souvenir de l’Amiral Nelson qui a battu la flotte française à la bataille de Trafalgar dix ans plus tôt en 1805. En haut de la tour, il y a une grosse boule noire en bois et en zinc et qui est actionnée par un mécanisme. Juste avant 13h elle est levée et tombe à 13h pile en faisant un grand TAC! Elle permettait aux bateaux de pouvoir régler leurs horloges de bord avant de partir en mer. La commande se faisait depuis l’observatoire astronomique à quelques dizaines de mètres de là.
Juste à côté se trouve le National Monument. Il est construit en 1829 pour rendre hommage aux soldats morts pendant les guerres napoléoniennes. Il reprend le modèle du célèbre Parthénon d’Athènes, mais faute d’argent il reste inachevé.

edimbourg national monument
Il y a aussi le Dugal Stewart Monument construit en 1831 en hommage au philosophe écossais du même nom.

ecosse edimbourg dugal

Depuis le sommet de la colline on a une très belle vue vers le château d’Édimbourg mais aussi vers Leith et l’estuaire du Forth.

calton hill panorama

En descendant de la colline vous pouvez visiter le petit cimetière de Old Calton qui renferme les tombes et mausolées des familles nobles d’Édimbourg jusqu’en 1869.

ecosse edimbourg old calton

Deux monuments sont particulièrement visibles. Celui commémoratif de 1894 pour les écossais morts au combat durant la guerre de sécession aux états-unis. L’autre monument est un grand obélisque construit en 1844 en hommage aux membres de The Friends of the People, un dangereux groupe révolutionnaire qui voulait en 1793 que le suffrage universel soit mis en place en Écosse. Ils ont été persécutés et bannis en Australie pour ça.

edimbourg old calton memorial

Par temps gris et humide, c’est l’ambiance glauque assurée.

En remontant vers la gare, il y a un grand bâtiment qu’on ne peut pas louper, c’est The Balmoral. Un grand hôtel de luxe construit en 1902. Pensez à jeter un œil à l’heure sur la grosse horloge au sommet de la tour de 58m de hauteur. Elle a 3 minutes d’avance et c’est voulu, c’est pour que les voyageurs soient en avance et ne loupent pas leur train. Et c’est comme ça depuis plus d’un siècle.

ecosse edimbourg balmoral

Et justement la gare d’Édimbourg-Waverley est juste à côté mais quasiment invisible, car elle est plus bas, installée dans la petite vallée qui traverse la ville. C’est la 2ème plus grande gare du pays après celle de Waterloo à Londres. Elle est située sur un axe est-ouest et marque la limite entre la vieille et la nouvelle ville et elle date de 1842. Lui aussi en sous-sol, c’est le centre commercial Waverley Mall, attaché à la gare.
Sur la place au dessus, c’est un lieu animé où il y a régulièrement des installations temporaires : bar d’été, fête foraine, etc … Il y aura toujours du monde ici.

ecosse edimbourg night

Un peu plus loin en longeant Princes Street, il y a l’immanquable Scott Monument. Il est assez énorme, 61m de haut, en style néo-gothique, construit en 1840, tout ça en hommage au célèbre écrivain Sir Walter Scott, né à Édimbourg et mort en 1832. C’est le plus grand monument au monde dédié à un écrivain.

edimbourg scott monument

edimbourg scott monument

Ensuite vous pouvez visiter la National Gallery of Scotland et la Royal Scottish Academy. Le premier musée rassemblent des œuvres de la renaissance au post-impressionniste, le second, des œuvres d’arts contemporains. Tous les deux sont gratuits.

edimbourg gallery

S’il y a une rue à parcourir en soirée en soirée quand vous cherchez un endroit pour boire où manger, c’est Rose Street. Même si initialement cette rue devait avant tout être une rue pour accéder aux entrées de services des grandes maisons et grands magasins de Princes Street, il y a maintenant de nombreux bars et restaurants.

Parmi eux, on vous conseille :

The Black Cat
Petits concerts live régulièrement, bonne ambiance, on y est bien.
168 Rose St. Plus sur leur site ou leur page Facebook.

edimbourg black cat

Dirty Dicks
Chaleureux, du bric à brac dans tous les coins, et on est bien tout au fond, comme dans une petite grotte. Il faut juste échapper à l’odeur de friture en sortant du bar 🙂
159 Rose St. Plus d’infos sur la page Facebook.

edimbourg dirty dicks

edimbourg dirty dicks

On valide aussi l’humour 🙂

edimbourg dont judge

Juste à côté dans la rue vous verrez sur les fenêtres l’œuvre de l’artiste Astrid Jaekel, en hommage aux nombreux poètes écossais qui passaient leur temps de bar en bar dans cette rue, et dont l’un d’eux George Mackay Brown à écrit un célèbre poème ‘Beachcomber‘. (http://www.astridjaekel.com/Beachcomber)

Miros Cantina Mexicana
Et oui un restaurant mexicain, et pourquoi pas? Décoration chaleureuse et colorée et surtout la nourriture est très bonne, miam!
184 Rose St. Plus d’infos sur leur site.

Ne manquez pas le long de la rue piétonne les 8 fleurs en mosaïques.

edimbourg rose street

D’autres petites curiosités by night, en remontant la Calton Road depuis le bas de la rue.

Graffiti Wall, une long mur où le graffiti est autorisé (enfin en discutant d’abord avec les gens de la boutique Spectrum Arts à 2 min de là et qui essaient de réguler le truc).

edimbourg graffiti wall

De nuit, quand la Calton Road passe sous The Regent Bridge, on peut profiter de l’installation lumineuse qui date du Edinburgh Art Festival de 2012.

edimbourg regent bridge

Et juste après sur votre gauche, c’est St Ninian’s Row. Sans doute la rue la plus claustro-phobique du monde! Une perspective réellement bizarre quand on passe devant 🙂

edimbourg st ninian

Ne manquez pas de prendre ensuite la direction de Leith Walk pour passer devant The Edinburgh Playhouse. Un grand bâtiment construit en 1929 avec une salle de plus de 3.000 places et qui propose non stop des concerts et du théâtre mais surtout des comédies musicales et encore des comédies musicales. Si vous aimez le genre, c’est un arrêt obligatoire.
Juste à côté il y a aussi l’Omni Centre. Un grand centre commercial, avec cinémas, salle de sport, restos, etc … et 2 girafes bien sûr! Martha & Gilbert, installées ici depuis 2005 avec un poème à leurs pieds.

edimbourg girafes

Leith

C’est le quartier au nord d’Édimbourg et où se jette la Water of Leith, le petit fleuve qui traverse la ville. Le quartier s’ouvre sur le port et l’estuaire. C’est un quartier avec une image plutôt populaire.
Et avant d’entamer votre descente vers le port, un très bon plan resto, c’est The Black Fox. Très chouette resto, excellente déco, accueil parfait, service souriant, bons cocktails, bons burgers & haggis. What else ? on recommande ! 🙂
17 Albert Place. The BlackFow website.

Ensuite vous descendez tranquillement le long de Leith Walk, et ses nombreuses petites boutiques aux façades colorées, puis Constituion Street. Sur votre gauche il y a la South Leith Parish Church qui a eu une histoire mouvementée à l’époque où Leith était occupée par les français catholiques contre les anglais protestant et elle a été endommagée à de nombreuses reprises avant d’être rénovée. Dans le cimetière il y a entre autre la tombe de John Pew, un marin aveugle qui a servi de modèle à R.L.Stevenson pour son personnage du terrible pirate aveugle de l’Ile au Trésor.

South Leith Parish Church

Et si au passage quelqu’un peut m’expliquer si cette étrange croix cloutée a une signification particulière ?

leith parish church

Si vous avez le temps et si vous êtes courageux, une des façons les plus insolites de traverser Édimbourg jusqu’à Leith, c’est de marcher le long du fleuve Leith justement. Et c’est possible, sur plus de 11km et il faut bien compter 4-5 heures. Attention, certaines zones sont parfois en travaux de rénovation et oblige à sortir du circuit, mais c’est un vrai chemin vert au bord de l’eau et assez improbable au cœur de la ville.
Si ça vous tente, plus d’infos ici.

Pour manger ou boire à Leith, il y a par exemple au fond de la petite impasse de Dock Place, Teuchers Landing et A room in Leith en face l’un de l’autre. Le premier est un petit bar avec une terrasse flottante, le second est un restaurant avec une belle terrasse. Même maison, 2 ambiances, à vous de choisir
Plus de d’infos ici.

edimbourg leith
évidemment il faut imaginer avec du soleil

Mais en fait le bon plan à faire ici, c’est d’aller à côté au Leith Farmers Market, ouvert le samedi. Sur cette place en plein air, plein de petits stands remplis de spécialités du monde, cuisinées avec amour avec des produits frais et bons, et puis c’est cool quoi! 🙂 A déguster sur place avec une bonne bière 🙂 Spécial vegan le premier samedi du mois.

Et bien sûr n’oubliez pas la petite photo à l’entrée de Commercial Quay 😉 Toute cette zone a subit un grand plan de rénovation et de modernisation au début des années 2000.

edimbourg leith fish boat

Une fois que vous avez longé Victoria Quay et le grand bâtiment du Gouvernement Écossais, vous atteignez Ocean Terminal, le grand centre commercial de Leith.
Quoi? Tout ça pour finir dans un vulgaire centre commercial ??
Et oui! Mais non!
Car le centre commercial (qui est aussi un terminus de bus que vous utiliserez sans doute), c’est en passant ici que vous pourrez faire la visite du Britannia.
Et puis, il n’est pas si laid que ça ce centre commercial 🙂
( https://www.oceanterminal.com/ )

edimbourg ocean terminal

Et donc la visite du Britannia ? C’est vrai qu’à première vue, visiter le dernier yacht royal britannique de la Reine Elizabeth II, qui a navigué autour du monde de 1953 à 1997, c’est pas spécialement notre tasse de thé (ho ho). Et bien détrompez vous, cette visite est assez intéressante, audioguide inclus, et en plus, marrante. Et ce long bateau de 127 mètres de long amarré ici est devenu en quelques années l’un des lieux les plus visité du pays, avec plus de 300.000 visiteurs par an! Ne boudez pas votre plaisir, allez-y aussi (et en vrai, c’est le HMY Britannia hein… Her Majesty Royal Britannia .. ça ne rigole pas!)
Le site officiel. C’est la visite parfaite à faire s’il pleut!

edimbourg britannia

edimbourg britannia rolls
Une petite rolls royce à bord, of course!
britannia chambre reine
la chambre de la reine, pas de chichi
britannia salon
grand salon et petit salon royal, classe
edimbourg britannia
quand on vous dit qu’on s’amuse sur le Britannia!

Et si jamais vous vous ennuyez et que vous trouvez la ville trop petite ?

Et bien Hop! En route! Il suffit d’aller un peu plus loin! 🙂
– Autour d’Édimbourg
– Faire un road trip en Écosse