La Réunion – Le Piton des Neiges

Le Piton des Neiges

C’est le point culminant de l’île de la Réunion. On dit parfois que c’est le plus haut sommet de l’océan indien (même s’il y a des volcans en Indonésie qui sont un peu plus grands, enfin ça dépend comment on mesure, mais on est chauvin alors pas de discussion, c’est le plus haut! yeah ;-)). Dans tous les cas avec une hauteur de 3070m, il est loin d’être ridicule, et arriver à son sommet, ça se mérite.
On ne sait pas trop pourquoi il porte ce nom, car il n’y a jamais de neiges au sommet. Et s’il y en a, c’est qu’il y fait tellement mauvais temps qu’en principe on ne devrait pas les voir. Il semblerait que ce nom daterait de 1775 quand des neiges auraient été aperçues au sommet. Avant ça, c’était le Mont des Trois Salazes.
Le Piton des Neiges, c’est ce qu’il reste de l’énorme volcan qui a créé l’île il y a des millions d’années. Suite à des éruptions massives il y a 20.000 ans, il y a eu des écroulements de terrain cataclysmiques qui ont donné naissance aux trois cirques de Cilaos, Mafate, et Salazie. Et tout au dessus d’eux, ce qui reste du volcan écroulé (on suppose qu’il devait dépasser les 4.500m avant ces évènements), le Piton des Neiges.
C’est une des zones de reproduction et d’habitat des Pétrels de Barau, oiseau en voie de disparition à la Réunion.

Et pour aller au sommet ?

Il va falloir commencer par se lever tôt! Et il va falloir conduire. Il y a plusieurs options. Les trois principales sont :
– Depuis la Plaine des Cafres, mais ce chemin sur le versant Est est réputé long et humide car plus exposé à la pluie. On passe par Mare à boue, qui porte bien son nom.
– Depuis le cirque de Salazie en démarrant à Hell-bourg.
– Depuis le cirque de Cilaos. C’est cette option qu’on choisit, la plus rapide mais aussi la plus raide.

Il faut prévoir au moins 7h aller-retour, mais si vous prenez des photos, une pause pique-nique et que vous voulez profitez un peu du paysage sans faire trop la course, misez plutôt sur 8h (voir 9!). Mais ça reste intense! Le trajet aller-retour, c’est environ 16km, et 1730m de dénivelé. Il y a un refuge, le gîte du Piton des Neiges, qui permet de faire l’ascension sur deux jours et qui permet surtout de pouvoir être au sommet avant le lever du soleil, et profiter d’un moment magique. Mais si vous n’avez pas le temps d’y passer deux jours, ça peut très bien se faire dans la journée. Et le lendemain vous irez vous reposer à la plage 🙂

route cilaos matin

Donc au petit matin, direction le Cirque de Cilaos, puis on traverse Cilaos. Derrière l’Eglise notre dame des neiges à Cilaos, notre destination, le Piton des Neiges ne semble pas si loin maintenant, ça parait easy!

reunion eglise cilaos

Un peu plus loin on atteint le point de départ de la randonnée, le petit parking du Bloc, à l’entrée de la forêt du Grand Matarum, composée de cèdres du Japon qu’on appelle aussi le sapin créole (cryptomerias). Cette espèce de conifère a été introduite sur l’ile à la fin du XIXe siècle pour aider au reboisement et aussi car il s’adapte très bien au climat et au sol volcanique.

La première partie de la montée, c’est une succession de marches et de lacets dans une pente très raide. De temps en temps on peut profiter des superbes points de vue sur le cirque de Cilaos qui commence à recevoir les premiers rayons du soleil.

reunion cilaos

D’ailleurs, sur la corniche à l’est, en même temps que les premiers rayons de soleil, c’est toute la brume et une véritable vague de nuages qui glisse par dessus la crête pour descendre dans la vallée. C’est magnifique 🙂 mais du coup on sait qu’on va devoir encore faire la course contre les nuages. Hop hop hop !

nuages piton des neiges cilaos

Rapidement la végétation change et la montée se fait maintenant au milieu des barbes de Jupiter (Usnea barbata). Cette plante de la famille des lichens absorbe l’humidité et les sels minéraux qui peuvent être présent dans les milieux humides, dans le brouillard, etc … C’est aussi une plante très sensible à la pollution,  donc moralité, si vous voyez des barbes blanches tout autour de vous, c’est que tout va bien 🙂

sentier piton des neiges

reunion sentier piton neiges

On arrive ensuite à une portion moins raide, ça soulage les jambes, c’est le plateau du petit Matarum, avec un petit abri près d’un point d’eau.  En sortant du plateau, l’ascension reprend, toujours une succession de lacets et de marches sous la végétation, au milieu de la mousse et des barbes. Le col est proche, le soleil nous montre le chemin 🙂

reunion sentier piton neiges

Une fois arrivé au col, le plus dur est fait. On en profite pour regarder le super panorama : le cirque de Cilaos devant nous, et au fond à droite, le piton des neiges qui nous attend!

panorama sentier piton des neiges

A cet endroit on croise le sentier qui vient depuis Bourg Murat et on continue vers le gîte du Piton des Neiges. Il a une capacité de 48 lits en dortoir, avec possibilité de manger sur place mais il vaut mieux réserver avant. Dans tous les cas, ça reste une bonne occasion de boire une dodoléla (comme s’il fallait trouver une raison pour ça 😉 ).

gite piton neiges

De toute façon, nous, on a décidé de faire l’aller / retour dans la journée alors on ne s’attarde pas trop et les nuages commencent eux aussi à grimper vers le sommet. Il ne reste plus que 600m de dénivelé à grimper mais il faut bien compter 1h15 avant d’atteindre le sommet. Qui arrivera en premier, les nuages ou nous ?? suspense !!

reunion piton des neiges

Finalement on arrive avant, yeah 🙂 On suit les marques blanches au sol, même si là on n’a pas vraiment de problèmes pour se repérer et s’orienter.
On profite du spectacle, 3070 mètres d’altitude, le sommet de l’île, le sommet de l’océan indien, et on est seuls!
Pas un randonneur à l’horizon, pas un bruit, pas de cris d’oiseaux, juste le spectacle de la roche nue et désertique, et la lente danse des nuages en dessous de nous et qui se rapprochent inexorablement. Forcément pour le panorama détaillé sur l’île, la vue est un peu bouchée, mais on distingue l’océan indien tout autour de nous à l’horizon.

reunion piton des neiges

reunion piton des neiges

piton des neiges nuages

On en profite tranquillement jusqu’à ce que le vent se lève un peu et que les nuages finissent par nous engloutir.
A ce moment, deux randonneurs nous rejoignent. Ils ont prévu de camper au sommet, dans les petits enclos de pierres prévus à cet effet. On leur souhaite bon courage, car la soirée et la nuit va surement être fraiche pour eux. Pour nous, c’est la descente dans la brume, en sautant de rochers en rochers. On profite d’une petite éclaircie en arrivant vers le gîte pour faire une courte pause, car ensuite ça va être la descente infernale par les mêmes lacets et les mêmes marches qu’à la montée.

reunion sentier piton neiges

Dans la brume, le chemin prend une allure complètement différente.

reunion snetier piton neiges

Ambiance fantomatique garantie! 🙂

reunion sentier piton neiges

reunion sentier piton neiges

Enfin on arrive aux dernières marches. C’est paradoxal, mais c’est la descente qui est vraiment la plus fatigante. Les marches sont hyper glissantes et ça tape fort dans les genoux.

reunion sentier piton des neiges

Enfin le parking, il va bientôt faire nuit, et maintenant il faut conduire, mais on a le sourire aux lèvres, mission remplie 🙂

La suite du programme :

La Réunion – La côte sous le vent

La côte sous le vent, la côte ouest

C’est la côte la plus habitée et la plus touristique. C’est vrai que la situation parait privilégiée : le relief est moins accidenté que sur le reste de l’ile, on est loin du volcan et des ses possibles éruptions, les lagons et les plages sont ici. Personnellement, ce n’est pas ma partie préférée de la Réunion, mais c’est toujours agréable de venir se baigner en fin de journée ou passer une journée de repos après une dure journée de randonnée dans les hauteurs.

Logement

Pour notre semaine destinée à visiter le nord et l’ouest de l’île nous avons opté pour un petit chalet via Airbnb sur les hauteurs de Saint Leu. Peut être pas toujours le choix approprié car les petits lacets en voiture le soir pour y arriver, c’est pas toujours de tout repos. Mais le logement était impeccable, l’accueil chaleureux et on a eu le plaisir de passer une très bonne soirée autour d’un chouette diner avec nos hôtes Hélène et Thierry et leurs amis.

Saint Paul

A Saint Paul, il y a la base ULM de Cambaie, et c’est justement là où nous avons pris rendez vous avec O’Passagers du Vent pour un petit survol de l’île. Ils ont 20 ans d’expérience dans le métier sont très sérieux. Même si les locaux et les avions peuvent paraître un peu roots, on sent qu’on a affaire à des professionnels et que la sécurité prime avant tout. Ce n’est pas l’usine à touristes avec des décollages à la chaine sans temps de repos pour les pilotes, comme certains concurrents « pourraient » le faire.
Pour un petit aperçu profitez de cette vidéo réalisée lors de notre vol 🙂

On recommande! et en plus c’est vraiment une chouette expérience si par hasard vous n’avez jamais mis les pieds dans un ULM.
Plus d’infos ici.

reunion ulm

Le Piton du Maïdo

C’est probablement un des lieux les plus visités sur l’île de la Réunion. Depuis Saint Paul il faut prendre une longue route qui passe par une forêt de tamarins,  et qui vous fait grimper jusqu’au Piton du Maïdo à 2200 mètres d’altitude (il faut compter environ 45 minutes de voiture depuis la côte). Sur place un belvédère vous offre un panorama incroyable sur le Cirque de Mafate.
Le site est protégé par une barrière sur plusieurs centaines de mètres, car mine de rien, juste devant vous, c’est le vide, il y a près de 1.000 mètres de falaises !

reunion piton maido

Encore une fois, comme toute excursion sur les hauteurs de l’île, il vaut mieux y aller le matin, sinon vous risquez de vous retrouver la tête dans les nuages et avec une visibilité réduite à néant, ce serait vraiment dommage de louper ce spectacle.

reunion maido

Et en se tournant de l’autre côté on peut apercevoir la côte ouest de l’île et l’océan indien.

reunion maido

Le Maïdo c’est aussi le point de départ des grandes descentes de vtt et on peut même y faire de la luge d’été (pas testé).

Kélonia

Kélonia , « L’observatoire des tortues marines », c’est à la fois un musée, un aquarium, un centre de recherches et de soins pour les tortues marines. C’est assez paradoxal car sur ce site à partir de 1977, il y a une ferme qui élève des tortues mais pour vendre la chair en conserve et commercialiser les écailles. Et ça marche plutôt bien! jusqu’à ce que la législation se modifie, ensuite c’est un élevage de poissons et puis ça s’arrête. Mais pendant plus d’une dizaine d’années il y a aura des batailles juridiques pour savoir si la Réunion peut avoir une dérogation pour commercialiser à nouveau de la viande de tortue. Finalement la tortue est protégée et on décide réhabilite le lieu, et ça devient Kélonia, inauguré en 2006.

reunion kelonia tortue

tortue kelonia reunion

Depuis, Kélonia est fortement impliqué dans la surveillance, la protection et le comptage des tortues marines dans cette région de l’océan indien.
Il y a 1500m3 de bassins remplis d’eau de mer, et des terrains extérieurs pour les tortues terrestres.

kelonia aquarium

reunion tortue kelonia

Il y a aussi un atelier qui présente tout le travail artisanal autour des écailles de tortues. Les écailles utilisées sont celles de tortues « prélevées » avant 1984 (date du changement de la loi). Salle vidéo, mur de verre pour l’aquarium, bornes interactives, etc … la visite est franchement agréable et le musée bien fait.
On valide, et vive les tortues ! 🙂
Plus d’infos ici (7 Eur)

Saint-Leu

La plage de Saint-Leu durant notre séjour, c’est la plage la plus proche de notre logement, ce n’est peut être pas la plus belle de l’ile (et encore, ça dépend des gouts), mais en tout cas il y a un lagon rempli de poissons et pas d’énorme complexe touristique juste à côté. Si vous pouvez venir le matin avec un peu de pain dans la main, les poissons afflueront. Bonne baignade 🙂

reunion plage saint leu

Pour les couchers de soleil, c’est pas mal aussi !

reunion sunset

Le Conservatoire botanique national de Mascarin

Sur les hauteurs de Saint Leu, on peut visiter le Conservatoire botanique national de Mascarin. Il a été créé en 1986 au cœur d’un ancien domaine agricole créole. Sa mission principale est « la sauvegarde du patrimoine naturel réunionnais, à savoir la conservation et la préservation de la flore et ses habitats ».
Privilégiez si possible une visite guidée, car dans les jardins il n’y a pas beaucoup d’explications et on n’apprend pas grand chose.

Dans ce parc on cultive le bois d’ortie (ou figue marron) qui est une plante urticante quasi en voie d’extinction sur l’île car elle est utilisée pour la médecine traditionnelle et des « rituels ». Cette plante est aussi la seule source de nourriture du papillon Salamide d’Augustine, qui du coup a quasiment lui aussi disparu de l’île. On espère en revoir dans le parc un jour …
Plus d’infos ici.

reunion conservatoire botanique mascarin

reunion conservatoire botanique mascarin

reunion conservatoire botanique mascarin

reunion conservatoire botanique mascarin

reunion conservatoire botanique mascarin

Il y a évidemment tous les autres lagons, Boucan Canot, l‘Hermitage, Salines. A vous de tester et vous faire votre propre avis.

reunion coucher de soleil plage

La suite du programme :

La Réunion – Le volcan du Piton de la Fournaise

Le volcan du Piton de la Fournaise

Une des premières choses à laquelle on pense quand on entend parler de l’Ile de la Réunion, c’est son volcan, le Piton de la Fournaise. Il fait régulièrement parler de lui pour ses éruptions (la dernière en date en juillet 2017), et ne pas aller à la rencontre du volcan à la Réunion, c’est comme ne pas aller à la Tour Eiffel si on est à Paris. Évidemment, on pourrait s’en passer, mais ce serait tout de même dommage. Alors hop en route pour le volcan!

Et pour ça il faut se lever tôt. Car à la Réunion, en règle général les nuages et la vapeur d’eau ont tendances à grimper vers les hauteurs de l’île durant la journée, et très souvent l’après-midi, on voit que les sommets de l’ile sont sous les nuages. On plutôt, on ne les voit plus! Autant dire zéro visibilité et très peu d’intérêt. Moralité, même si on est en vacances, il faut se lever tôt et se dépêcher d’arriver à destination avant les nuages. Donc vérifiez bien la météo avant de partir, si c’est déjà couvert le matin, laissez tomber.

route volcan

Ensuite il faut compter presque 2h de voiture. Les lacets dans la montée à travers la forêt de la plaine du volcan sont un enfer pour notre voiture peu puissante.
Ensuite c’est la traversée de la Plaine des Sables. Un grand plateau désertique à l’aspect lunaire, on est loin de l’ambiance tropicale!

route volcan

reunion plaine sables

route volcan

Les brumes matinales finissent d’être chassées par le vent et le soleil pointe enfin le bout de ses rayons. On est heureux d’être là.
Il faut un peu slalomer sur la piste en terre battue entre les pierres et les trous, mais on en profite quand même pour admirer le paysage! D’ailleurs si on avait un peu plus de temps on partirait bien explorer le secteur.

reunion plaine sables

On arrive enfin au parking du Pas de Bellecombe. C’est la limite de l’Enclos Fouqué, le nom donné à la caldeira du volcan. C’est une énorme surface en forme de fer à cheval de 13km de long et 9km de large, entourée de falaises verticales de plus de 100m. C’est le résultat de l’effondrement du terrain sur la chambre magmatique en partie vidée après une éruption : ça crée une énorme dépression. Et ici, on pense que ça s’est produit il y a 4700 ans, et c’est réellement impressionnant, on se croirait devant un gigantesque mur, genre Games of Thrones, vous voyez ?

Le passage pour aller vers le volcan et pour permettre de descendre ce rempart de Bellecombe a été découvert en 1768 lors d’une expédition avec le gouverneur de l’île de l’époque, M. Bellecombe. Croyant ce rempart infranchissable il a fait demi tour! mais il en a quand même profité pour baptiser le lieu à son nom. On n’est jamais mieux servi que par soi même. Et c’est donc un des esclaves faisant partie de cette expédition qui trouve le fameux passage permettant de descendre la falaise et d’atteindre la caldeira.

reunion porte volcan

On prend donc le même chemin et on arrive à l’entrée du passage. Il est maintenant fermé (ou non) par une porte métallique (pour empêcher les curieux de pénétrer dans la zone quand le volcan est en éruption par exemple).

reunion volcan piton fournaise

Et ensuite on en prend plein les yeux dans la descente en lacets … Le Piton de la Fournaise nous attend, là-bas, presque à portée de main.

Il n’y a pas vraiment de sentier ou de chemin, il faut suivre des tâches de peinture blanche sur le sol (d’ailleurs si vous faites la rando de nuit, il arrive qu’on parte dans la mauvaise direction en allant vers une tâche blanche et se rendre compte qu’on l’a confondu avec le marquage au sol). Ces marques servent à baliser une zone de marche sécurisée. Car comme vous le découvrez rapidement, le sol composé de lave refroidie reste dangereux. Ce n’est pas à cause de la chaleur, ici c’est refroidi depuis un moment, mais à cause des parois des tunnel sde lave (invisibles en surface) et qui peuvent s’écrouler sous votre poids, et aussi la lave refroidie est très rugueuse, elle crisse comme le verre et abîme tout. N’y allez pas en sandalette!
Comptez 1h30 – 2h pour l’ascension vers le sommet, suivant vos pauses photos 🙂

Le long du chemin vous verrez un petit monticule sur votre droite, c’est le Formica Leo, un petit cône volcanique qui s’est formé en 1753. On peut le grimper, mais il n’y a pas grand chose de plus à voir à son sommet.
Plus loin, sur la gauche, c’est une formation magmatique, la « Chapelle de Rosemont ».

reunion chapelle rosemont

reunion chapelle rosemont

Ensuite on commence à grimper le volcan en partant sur la gauche, au milieu des coulées de lave de toutes les formes. Prévoyez la crème solaire, on est tout de même en altitude et en plus, sous les tropiques… et il n’y a pas une seule zone d’ombre disponible. Pour atteindre le sommet du volcan, il n’y a pas de grosses difficultés mais ça monte sans cesse, et c’est la course si les nuages sont déjà derrière vous.

piton fournaise

Il y a deux cratères au sommet du volcan. A l’origine il n’y avait que le petit cratère Brory découvert durant l’expédition de 1768. Mais en 1791 il y eu une éruption et une énorme explosion et une nouvelle expédition permit de découvrir qu’un immense nouveau cratère était apparu : un kilomètre de longueur sur 750m de large et 350m de profondeur. Il est baptisé le cratère Dolomieu.
Pendant plus de 216 ans le cratèreDolomieu était rempli de lave refroidit. En 2007 il y a eut une grande éruption qui provoqua de grande coulées de laves. La chambre magmatique s’étant en partie vidée, tout l’intérieur du cratère s’effondra sous son poids, et c’est ce qu’on peut voir maintenant en arrivant au sommet.

cratere piton fournaise

Enfin on atteint le sommet, à 2632m d’altitude. Le cratère Dolomieu est vraiment énorme. Tout à l’air très calme, c’est à peine si on distingue quelques fumerolles au fond. On a du mal à croire que ce volcan est un des plus actifs du monde. Il y a presque une éruption par an! Il faut se méfier des bords du cratère, car malgré les apparences, la zone n’est pas sûre, et régulièrement des blocs se détachent pour finir au fond du cratère. Surveillez les zones balisées, ce serait dommage de finir vos vacances au fond du trou …

Et quand on vous dit qu’il faut faire la course contre les nuages, voici le même endroit en photo, 15 minutes plus tard … visibilité quasi nulle !

cratere piton fournaise

Durant la descente au milieu du brouillard il ne faut pas perdre de vue les tâches blanches, pas toujours évident, blanc sur blanc, tout fout le camp! 🙂 enfin on sort sous le plafond nuageux et en s’éloignant du cratère on rencontre les premiers signes de colonisation végétale. Green power!

piton fournaise

tamarin des hauts

On repasse à travers la petite forêt de tamarins des hauts, au pied de la falaise du rempart de Bellecombe, alias LE MUR!

reunion pas bellecombe

En tout petit, au milieu de la photo, on distingue vaguement un chemin qui zigzague et un petit point blanc, en tout petit. C’est le sentier qui grimpe et les voyageurs qui l’empruntent, ça donne une idée de l’échelle!

Hélas il est temps de faire nos adieux au Piton de la Fournaise, on se reverra peut-être un jour, avec un peu plus fournaise la prochaine fois, qui sait ? 🙂

On reprend la voiture, et le long de la route qui part du volcan, on s’arrête pour aller au bord du Cratère Cormesson.

cratere cormesson

C’est dur de rendre l’impression de grandeur sur les photos, mais ce gouffre m’a paru réellement immense. Plusieurs centaines de mètres de large et 200m de profondeur, quand on est sur la petite plateforme aménagée au dessus du vide, on se sent tout petit.

reunion cratere cormesson

Et là aussi, difficile de croire que dans ce cratère il y a put y avoir une éruption il y a 2000 ans.

cratere cormesson

On fait aussi la rencontre avec nos premiers tec-tec 🙂 (tarier de la réunion, de son vrai nom). On l’appelle tec-tec à cause de son petit cri répété, tec tec. C’est un petit oiseau endémique de la Réunion, on le reconnait grâce à son petit sourcil blanc.  C’est une espèce protégée et il n’a pas peur de l’homme.

reunion oiseau tec tec

A chaque randonnée, vous en verrez qui vont vous accompagner sur des kilomètres. Forcément, avec son petit côté sympa on a envie de lui donner quelques miettes au tec-tec. Mais c’est mal! m’voyez ?

reunion oiseau tec tec

Toujours sur le chemin du retour, on fait un peu plus attention au paysage et on se rend compte qu’il change rapidement.

route volcan nuages

Bizarrement, on ne se sent plus du tout à la Réunion, mais d’avantage en Auvergne. C’est la plaine des cafres. Son nom vient des cafres, le nom donné aux esclaves noirs en fuites et qui venaient s’y cacher. Sur ce plateau à 1600m, le climat est frais et il arrive même de voir parfois du givre en hiver!

reunion plaine cafres

plaine cafres

La suite du programme :

La Réunion – La côte sauvage

La côte sud, la côte sauvage

Tout le long de la côte sud de l’ile de la Réunion, on découvre des endroits d’exception. On l’appelle la côte sauvage, car le littoral est principalement constitué de falaises basaltiques sur lesquelles s’écrasent des vagues portées par une forte houle. La zone est relativement préservée, déjà en partie à cause des risques liés à l’activité volcanique, et aussi grâce au « 50 pas du roi ». L’idée il y a plusieurs siècles était de prévoir un espace pour des fortifications éventuelles sans avoir à dédommager des particuliers, et éviter les querelles entre habitants en donnant un accès libre à la mer. Ça permettait aussi aux marins de pouvoir venir couper du bois sur cette petite zone de terre, et pour loger les petites baraques provisoires des artisans nécessaires au développement des colonies. Cette loi est officiellement décrite dans une ordonnance royale de 1825, elle représente une bande de 81.25m. Dans les années 50 il y a de nombreuses « exceptions » qui ont permis de construire dans cette zone protégée. En 1996, la nouvelle loi « Littoral des DOM » est sensée régler ce problème, mais les exceptions continuent et petit à petit le littoral se construit. Néanmoins, dans le sud de l’île, c’est généralement sauvage et c’est un vrai plaisir 🙂

Logement

Notre camp de base dans le sud pour une semaine, c’est entre Saint Pierre et Saint Joseph, à Petite Ile exactement, dans une superbe villa avec piscine (bin oui hein) juste à côté de Grand Anse. Via Airbnb encore une fois. Super accueil, super endroit, merci Jean-Pierre 🙂
Et pour manger, on vous conseille un petit restaurant, Les Badamiers (22 chemin neuf). Aspect rustique, tôle, éclairage au néon, mais une terrasse avec vue sur l’océan, et surtout c’est bon et pas cher!

Allez hop en route ! c’est parti, à la découverte de ce qu’on vous conseille tout le long de la côte sauvage (liste non exhaustive)

La Saga du Rhum

Tout près de Saint Pierre se trouve un musée dédié à l’histoire du Rhum et à la relation avec l’île de la Réunion. C’est la Saga du Rhum, créé par les 3 distilleries de rhum en activité, et il est hébergé sur le site de la distillerie Isaultier (fondée en 1845). Les deux autres distilleries sont  Savanna (d’avantage destinée aux professionnels et à l’exportation), et Rivière du Mat (principalement destinée à l’exportation).
Et le rhum Charrette ? C’est le rhum le plus connu et le plus consommé sur l’île. Il né en 1972 avec la création du Groupement d’intérêt économique « Rhums Réunion » qui permet aux distilleries de commercialiser du rhum directement en bouteille sans passer par les services des douanes. 80% de la production sur plus de 2 millions de bouteilles serait consommées à la Réunion. On vous laisse faire le calcul!

Et le musée alors ? Réellement intéressant et didactique, et c’est au milieu des effluves d’alcool qu’on fini la visite par une chouette dégustation de plusieurs types de rhums. 10 Eur. Rentable 😉
Plus d’infos ici.

saga rhum

Il n’y a pas si longtemps, l’entrée du musée était gratuite pour les habitants de St Pierre. Mais comme la visite se termine par des dégustations offertes, il y avait un peu trop de visiteurs habitués 😉

Grande Anse

Voici la plage de Grande Anse. Ça fait rêver hein? Ici la baignade est non surveillée, les courants sont forts et il y a la présence des requins, donc une trempette dans l’eau peut vite devenir une expérience tragique. Mais pas de panique, même sans se baigner, c’est un lieu super agréable et tout le monde vient pique niquer ici, ambiance familiale et tranquille. La plage est confortablement abritée par une anse naturelle, et une fois garé au parking, vous pouvez profiter des petits snacks ou vous installer pour le pique nique sur les grandes étendues de gazon sous les palmiers, les vacoas et filaos.

reunion plage grand-anse

Malgré les avertissements que je vous ai donné, il y a tout de même possibilité de se baigner car à l’extrémité de la plage, il y a une « piscine naturelle », c’est à dire, une zone délimitée par des rochers, à l’abri des vagues et des requins 🙂 (bon il faut quand même faire attention à la hauteur des vagues, elles peuvent être violentes, et il y a des oursins dans le bassin).

reunion plage grand-anse

reunion plage grand-anse

Langevin
Cascade de Grand Galet (ou Cascade de Langevin)

Pour beaucoup de personnes c’est une des plus belles cascades de la Réunion. Elle est sur la rivière Langevin et on y accède après une route sinueuse et raide. Elle fait 90m de haut, et c’est un endroit fréquenté par les adeptes du canyoning.

reunion cascade grand galet langevin

Ça tombe bien on va justement descendre le Langevin en canyoning. Descentes en rappel, toboggans, sauts, tyroliennes, de quoi passer quelques heures très agréables et au frais dans l’eau 🙂

reunion canyoning langevin cascade grande galet

Le reste de la rivière n’est pas mal non plus, il y a plein d’autres petites cascades et des bassins où il fait bon se baigner.

reunion riviere langevin

Ne pas oublier en redescendant la route de s’arrêter à la belle Cascade du trou noir.

reunion langevin cascade trou noir

Et pour se remplir le ventre après cette sortie, toujours sur la rue de la passerelle, arrêtez vous au petit restaurant sur le bord de la route Chez Malet 🙂

Coté littoral

Il faut descendre à la petite marine de Langevin où les barques attendent d’être mises à l’eau. En partant d’ici il y a une très jolie balade sur un sentier agréable pour profiter tranquillement du bord de mer. Le chemin est souvent à l’abri sous des filaos et leur tapis d’épine qui recouvre le sol.

reunion langevin chemin boucle

Le chemin est régulièrement bordé de rochers déchiquetés où s’écrasent les vagues mais où les pécheurs s’accrochent. Il y a aussi de grandes zones couvertes de maniocs marron le tout sous les embruns si le vent est assez fort.

cote langevin

cote sud langevin

Tranquille, beau et agréable, what else ? 🙂

Cap Jaune

Depuis la marine de Vincendo, il y a une autre très agréable ballade à faire le long du littoral. Il faut prévoir de 1 à 2h pour les pauses photos et profiter tranquillement du paysage 🙂 On commence par faire un petit salut à la statue de la Vierge sur le parking et on emprunte ensuite un chemin très agréable.

reunion cap jaune

Là encore, une superbe vue sur la côte sauvage, sa végétation luxuriante et son rivage fouetté par les vagues.

reunion cap jaune

reunion cap jaune

On croise même des caméléons. Ici on l’appelle l’endormi. Il a été introduit sur l’île en 1830 par des navigateurs, tout d’abord aux alentours de Saint Paul uniquement, et puis aidé par les humains, il s’est reproduit sur toute l’île.

reunion cap jaune

reunion cameleon endormi

reunion cap jaune

Le but de cette ballade, c’est le Cap Jaune. C’est une falaise de 50 mètres de haut qui se jette dans la mer et qui a une couleur vraiment particulière. Cette couleur ocre – jaune est due à la présence de hyaloclastites. C’est une roche d’origine volcanique qui se forme quand la lave se refroidit et explose au contact de l’eau de mer et que les éclats se consolident. Voilà, c’était la séquence « mais amies les pierres ».

reunion cap jaune

Il y a un petit sentier assez raide qui descend au pied de la falaise, faites attention ça glisse…

reunion cap jaune

reunion cap jaune

Cap Méchant

Entre Vincendo et Saint Philippe, il y a le Cap Méchant. Méchant car c’était un repaire de pirates et aussi car les falaises de lave qui se sont arrêtées dans l’océan sont continuellement attaquées par les vagues féroces.

cap mechant

Il y a une petite forêt de vacoas « bord de mer » qui sont typiques avec leurs racines hors du sol,  encore du du manioc marron, et le sol est particulier car il est recouvert de gazon des Mascareignes (Zoysia tenuifolia), une sorte d’herbe très dense et typique de l’archipel Réunion / Maurice / Rodrigues.

cap mechant

cap mechant vacoa

Sur le site se trouve le puits des français (à ne pas confondre avec le puits des anglais qu’on trouve plus loin sur la côte, près de la Piscine du Baril).

puit francais cap mechant

Et dans les airs vous devriez voir les pailles-en-queue (Phaethon), c’est l’oiseau emblématique de l’île. Il vole surtout près des ravines et des falaises. Il est magnifique, blanc et noir avec une longue queue.

reunion paille en queue

Un autre oiseau célèbre de la Réunion, c’est le Pétrel. Oiseau plutôt discret et nocturne, il a tendance à venir s’écraser contre les lampadaires ou sur les terrains de foot éclairés la nuit, car on suppose qu’il pense y trouver des calamars bioluminescents (sa nourriture classique). Et comme cet oiseau ne peut décoller qu’en se jetant d’une falaise, il ne peut jamais redécoller depuis le sol et fini généralement mort de faim ou dans l’estomac d’un chat.

reunion petrel

Donc pour aider à sa préservation, chaque année, il y a « Les Nuits sans lumières », c’est une opération qui prend de plus en plus d’ampleur et qui incite les municipalités à éteindre les éclairages publics la nuit. C’est chouette pour les oiseaux et pour l’observation des étoiles. Ne vous étonnez pas s’il fait tout noir donc 🙂

Et si vous ne voyez rien de tout ça, vous ne pourrez pas louper la folle du Cap Méchant, ou plutôt c’est elle qui ne vous loupera pas. Tout le monde la connait dans le sud, car inlassablement, depuis des années, elle arpente le cap méchant pour propager la bonne parole et combattre le mal. Elle est devenue une « célébrité » mondialement connue avec internet et des vidéos où elle  a été filmée par les touristes. Pour la petite histoire, elle s’appelle Élise, et il y a une petite interview intéressante et « presque laïque » ici 🙂

Le Sentier Botanique de Mare Longue

Ce sentier botanique se situe dans la forêt primaire de Mare-Longue, sur une ancienne coulée de lave d’au moins 400 ans. Ce site est classé réserve biologique depuis 1958. C’est un enchevêtrement de racines dans des roches basaltiques, des mousses, des orchidées, des fougères et des espèces endémiques. C’est le dernier exemple de forêt primaire de l’ile. Au temps des premiers colons, c’est une forêt de ce type qui recouvrait l’île. Elle reste la forêt tropicale la plus riche de la Réunion.

foret mare longue

Plusieurs boucles de randonnées sont proposées et il y a de nombreux panneaux pour donner des informations sur les différentes essences d’arbres rencontrés.

foret mare longue

Le Jardin des Parfums et des Épices

Situé un peu plus bas, c’est un jardin privé sur une coulée de lave de 800 ans et qui a ouvert ses portes au public en 1989. L’entrée est à 6 eur et mieux vaut venir lors d’une visite guidée (à 10h30 et 14h30) car il n’y a pas vraiment de panneaux ou d’indications dans le jardin et vous n’apprendrez pas grand chose. Par contre si vous avez la chance de vous retrouver dans un petit groupe, c’est franchement sympa. La visite prend environ 1h30 et évidemment on vous fait passer à la fin par l’inévitable boutique pour acheter les produits du jardin ou issu de l’artisanat local, ça sent l’attrape touriste … mais il n’empêche que la visite est agréable.
Plus d’infos ici : https://www.jardin-parfums-epices.com/

reunion jardin arbre a pain
Arbre à pain

Dans le jardin vous découvrirez plus de 1500 espèces dont certaines endémiques, et au programme vous verrez entre autres des plantes à parfums, telles que le vétiver, l’Ylang-ylang… Celles à épices : le giroflier, la cardamone, la vanille… Mais également des fougères, des orchidées, des palmiers et beaucoup d’autres…, sans oublier les arbres fruitiers.

reunion jardin parfums epices

reunion jardin parfums epices

reunion arbre jardin parfums epices

Et les lapins des propriétaires ! 🙂

jardin parfum epices lapin reunion

La Mer Cassée

Bon ok, c’est juste un petit restaurant « La mer cassée » (99-105 Route Nationale 2 Mare Longue) au bord de la route RN2 et qui ne paye pas vraiment de mine, mais très honnêtement, c’est un grand kif! 🙂
Car vous choisissez votre plat et après vous vous installez confortablement à votre table, à l’ombre des vacoas, les doigts de pieds dans le gazon, juste au bord des falaises et des vagues. La plus belle terrasse de la Réunion, sans hésiter ! En plus service sympa et pas cher 🙂

reunion restaurant la mer cassee

La Pointe de la table

Entre Saint Philippe et Bois Blanc, on entre dans la zone des coulées de lave du Piton de la Fournaise. Les principales (récentes) sont les coulées de 1977, 1986, et 2007. Et justement on peut voir le résultat de la coulée de 1986 en allant à la Pointe de la table.

reunion pointe table

reunion pointe table

reunion pointe table

reunion pointe table

L’Atelier Vanille

Atelier Vanille – Escale bleue, c’est une entreprise artisanale spécialisée dans la production et la préparation de vanille.

A l’origine la vanille ne se trouvait qu’en Amérique Centrale, et pendant des siècles le Mexique avait le monopole du commerce de la vanille. Toutes les tentatives pour la cultiver hors de sa région d’origine échouaient, et pourtant l’Europe était de plus en plus en demande. C’est Louis XIV qui tente la culture sur l’île Bourbon mais là aussi, un échec. Et c’est finalement en 1841 qu’un jeune esclave de 12 ans, Edmond Albius, découvre la méthode pour polliniser manuellement la plante. Car jusque là on l’ignorait mais c’est un insecte particulier qui jouait ce rôle et qui ne se trouvait pas ailleurs qu’en Amérique centrale. Après cette découverte, la Réunion devient l’un des plus gros exportateur mondial de vanille et qui devient son « or noir ». Mais ensuite la culture s’est propagée et développée à Madagascar qui produit 60% de la production de vanille dans le monde.

reunion vanille

Il y a une petite visite guidée sympathique et très instructive. Une boutique où évidemment on ne repart pas les mains vides et avec de la vanille de qualité!
Plus d’infos ici.

Les tunnels de lave

On ne peut pas passer dans le sud sans rouler le long de la N2 au milieu des grandes coulées de lave qui ont dévalées la montagne depuis le Piton de la Fournaise pour finir dans l’océan. Chaque coulée a son millésime, sa couleur.

coulee lave

coulee lave

Et on peut en profiter pour visiter des tunnels de lave. Lors d’une éruption, la surface d’une coulée de lave peut refroidir et former une croute, mais le cœur de la coulée lui reste très chaud et fluide et continue de couler, et quand l’éruption s’arrête, le tunnel se « vide » petit à petit et devient creux.

Cette visite peut évidemment se faire sans guide et gratuitement. Les lieux ne sont pas spécialement tenus secrets et l’accès est libre. Mais en faisant ça vous vous privez des explications et des anecdotes de quelqu’un qui sait réellement de quoi il parle et de l’interactivité qu’on peut avoir avec lui, et vous passez à côté de plein de choses. En plus, sans guide, les gens ont tendances à faire n’importe quoi, comme arracher des stalactites de lave ou dégrader des formations rocheuses. Vous êtes libres, mais respectez les lieux svp 🙂

tunnel lave reunion

tunnel lave reunion

A l’intérieur, casques et genouillères recommandées, et on avance à la lampe torche dans le sombre tunnel de lave. On découvre les différences de texture de lave, les drapés, les stalactites et les formes bizarres (et fragiles) que la lave refroidie a formé.

reunion tunnel lave

reunion tunnel lave

Personnellement sur ces deux formations de lave je vois une tortue-goéland échouée sur un rocher et un dodo ! Hey !! le dodo lé la ! 🙂

tunnel lave reunion

Pour cette visite, on a utilisé les services de Rando-Volcan, et on recommande 🙂
Plus d’infos ici.

La suite du programme :

Ile de la Réunion

L’île de la Réunion, l’île Intense, l’île Verte. Un joyaux de l’Océan Indien qui mérite largement de la visiter, encore et encore! 🙂

Alors Hop, en route pour la Réunion!

Commençons par le nom, pourquoi La Réunion ?

Et bien l’île a eu plusieurs noms dans son histoire, au temps des premiers navigateurs arabes et plus tard des pirates qui osaient s’aventurer dans cette zone de l’océan indien. Mais c’est en 1642 que la France, en venant de Madagascar, prend officiellement possession de l’Ile et l’appelle Ile Bourbon, en hommage à la dynastie régnante, les Bourbons. En 1793, après la Révolution Française, on change le nom en Ile de la Réunion, en souvenir de la journée où les troupes révolutionnaires se sont réunies pour s’emparer du Palais des Tuileries et mettre fin à la dynastie des Bourbons … alors on ne pouvait pas garder ce nom sur cette île évidemment. Plus tard, de 1806 à 1810, elle prend le nom de l’empereur et s’appelle l’Ile Bonaparte. Mais après sa chute face aux anglais elle retrouve le nom de Bourbon pour finalement redevenir la Réunion en 1848. Ouf, on espère que ça ne changera plus 🙂

On fait quoi alors en 2 semaines à la réunion ?

On met de la crème solaire, on met de l’anti moustique, on chausse ses chaussures de randonnées, on enfile son maillot de bain, on mange et on boit 🙂

Au programme

Quelques petites infos pratiques

Pour y aller, la compagnie  Corsair. Après 11h de vol sans escale et 9200km, nous voici arrivés, et dès la sortie de l’Aéroport Rolland-Garros, nous entrons dans une vague de chaleur tropicale de fin d’après-midi. Vacances!

La voiture

Sans voiture, la vie sur place risque d’être compliquée, alors en sortant de l’aéroport, sur le parking à droite, vous trouverez plusieurs agences de location de voitures. Nous avons choisis Au Bas Prix. Pas de soucis, la voiture n’était pas toute neuve mais ça nous convenait largement, elle manquait un peu de puissance dans certaines montées, mais aucun souci, prix bas, et voiture rendue sans problèmes.
Plus d’infos ici.

Faites attention sur la route, surtout dans le sud, il y a des chiens errants (parfois), les camions transportant la canne à sucre qu’on appelle aussi « les cachalots » (et là c’est pas de chance pour vous, opération escargot), des personnes qui font leur jogging le soir sur la route, et les caniveaux très profonds pour pouvoir évacuer les pluies torrentielles, ne vous approchez pas trop près du bord …

Si vous arrivez dans la période Avril-Mai et que vous roulez de nuit, il y a de bonnes chances que tout soit noir, j’entends par là, qu’il n’y a pas d’éclairage publics, pas de lampadaires, etc .. C’est en effet le moment où les jeunes Pétrels de Barau s’envolent pour la première fois des sommets de l’île et pour éviter qu’ils s’écrasent tous au sol ou contre des lampadaires, il y a durant cette période, les « Nuits sans lumières », où la majorité des éclairages publics sont éteints. Il faut donc être très prudent si vous roulez de nuit.

Et la première chose à faire dans la voiture, ce n’est pas régler le clim’, non non, c’est allumer l’autoradio et chercher la fréquence 97.4 (ho ho! clin d’œil la réunion département 974), et là, vous découvrez Radio Freedom. Cette radio fait partie intégrante de l’ile de la réunion. Créée en 1981, elle fait plus de 35% d’audience et ce n’est pas qu’une radio. C’est presque un service public, un lien social, un espace d’expression, les infos trafics, les news locales en temps réel, et l’émission pour adulte « Chaleur Tropicale » ;-). De la bonne humeur et on apprend plein de choses sur la vie locale. Bref ne cherchez pas, à la Réunion, vous n’écoutez qu’une radio, et c’est Radio Freedom, point 🙂

radio freedom

♪♫ « Radio Freedooooom, je t’aime pour la viiiiiiiiiiie » ♪♫

Randonnées

La Réunion c’est l’île des randonnées incroyables, alors pour organiser vos randonnées, je vous conseille cet excellent site, très bien réalisé : RandoPitons.

reunion crete deux-fesses

Avant de partir, en plus des prévisions météo, pensez à vérifier que les sentiers sont toujours ouverts! Avec les intempéries, les éboulements et qui sait les éruptions, on ne sait jamais.
Consultez le site de l’ONF qui liste les sentiers temporairement fermés

La Dodo Lé La

La bière Bourbon c’est la bière de la Réunion. Tout comme le rhum charrette, elle fait partie intégrante de la vie locale. On la trouve partout, vous verrez immanquablement les banderoles la dodo lé la.

reunion la dodo lé la

On la boit partout, et vous trouverez des bouteilles vides partout. Ne vous mettez pas à râler, et au contraire faites pareil! Il y a en fait tout une activité autour du ramassage des bouteilles vides. Des centaines de familles de la Réunion vivent de ces petits boulots, où des « chasseurs de bouteilles » les récupèrent dans les rues et les rapportent à la Brasserie Bourbon où ils sont payés en échange.  Mine de rien ça représente pas loin de 40 millions de bouteilles recyclées par an.
Plus d’infos ici

Boire une dodo lé la, et laisser trainer sa bouteille, c’est (presque) un geste citoyen!

Les requins

C’est le débat que vous entendrez partout. Pour ou contre les requins ?  Le principal incriminé est le requin bouledogue. Certains vous diront qu’il faut les pêcher pour qu’ils comprennent que la côte de la Réunion n’est pas un endroit sûr pour eux. Certains diront que la viande est comestible, d’autres qu’elle est toxique. On vous parlera peut être de « la pêche au chien ». On vous dira que le requin est une espère protégée et qu’elle tue moins que bien d’autres choses dans le monde. On vous dira que la réserve naturelle près de l’île est une bénédiction pour la pêche et la préservation de la diversité de la faune marine … mais que c’est aussi un garde manger pour les requins. Vous entendrez tout et son contraire…

reunion requins

Difficile de se faire réellement une opinion objective. En tout cas le surf n’est plus possible, des jeunes surfers se font dévorer dans les vagues, et il arrive même (rarement) qu’un requin puisse pénétrer dans un lagon. Les filets, la protection en corail des lagons, les zones surveillées, rien n’est sûr à 100%.

Voici une carte des attaques de requins depuis 2011 (du site Habiter la Réunion). Mais il faut « relativiser » car vous avez beaucoup plus de « chance » d’être victime d’un accident de la route à la Réunion que finir dans un remake des dents de la mer (49 morts sur les routes en 2016, contre 9 attaques mortelles de requins depuis 2011).

Guide papier

Évidemment on a toujours un incontournable Routard ou autre dans la poche, mais on a découvert un autre petit guide, local et indépendant, et je dois dire qu’on a kiffé, fun et sympa, essayez de trouver le petit guide « Réunion mon amour! », le guide de voyage non-officiel et sans langue de bois sur la réunion avec des vrais infos et un ton décalé. 5 Eur ou gratuit suivant les endroits, il est édité par la marque de fringues Pardon! qui est parfois un peu borderline, mais qui sort du lot. Et ça vaut vraiment la peine de mettre la main dessus 🙂
https://www.pardon.re/

Saint Expédit

Vous trouverez souvent des petits autels anonymes,  parfois dans des endroits improbables. Il s’agit du culte voué à Saint Expédit. A l’origine il s’agit d’un commandant romain Arménien converti au christianisme et décapité pour cette raison en 303.

reunion saint expedit

Mais alors pourquoi particulièrement ce culte à la Réunion ?  Saint Expédit, que l’on surnomme le Pt’i Bon Dieu a la réputation d’exaucer les vœux.

Selon « la légende », en 1930 une riche réunionnaise était coincée en métropole à Marseille et attendait désespérément de trouver un billet et un bateau pour retourner à la Réunion. Mais hélas pour elle, le mauvais temps et les bateaux complets rendaient la chose quasi impossible. Comme elle était très croyante, dans une église de Marseille elle pria devant une statue de Saint Expédit en faisant le souhait de pouvoir rentrer chez elle, et trois jours plus tard elle avait son billet pour le retour en bateau. Arrivée à la Réunion, elle va voir le curé de l’Église Notre Dame de la Délivrance à Saint Denis, lui raconte son histoire et le persuade d’accueillir une statue du saint.

Depuis on prie ce saint pour lui demander une faveur : avoir du travail, gagner de l’argent, retrouver son bétail, guérir, etc… la liste est longue. Il n’y a pas vraiment de statistiques sur les pratiquants de ce culte car il est socialement dévalorisé puisque ce sont majoritairement les pauvres et les délaissés qui font appel à Saint Expédit. Les autels sont fleuris et décorés incognitos souvent la nuit. L’église s’éloigne de plus en plus de ces autels car ils ont tendances à se mélanger avec des croyances magiques ou de sorcellerie.

reunion saint-expedit

Allez hop, en route et profitez à fond ! 🙂

reunion plage vague grand anse

Cotentin

La péninsule du Cotentin, il y a quoi à faire la-bas ? Allons le découvrir, et puis la mer ça fait toujours du bien tu vas voir.
Allez hop en route pour le Cotentin!

Clin d’oeil à Valognes, chez des amis, puis direction le Phare de Gatteville à la pointe de Barfleur.

Ce lieu est d’ailleurs célèbre à cause du naufrage de la Blanche-Nef en 1120. Quand le roi d’Angleterre Henri embarque de Barfleur pour traverser la Manche. Un autre navire, la blanche-Nef, est proposé au roi pour embarquer 140 hauts barons, dix-huit femmes de haute naissance, filles, sœurs, nièces ou épouses de rois et de comtes … ainsi que le prince Guillaume Adelin, fils du roi, et seul héritier mâle du trône d’Angleterre. Et ce bateau trop chargé a croisé trop près de la point de Barfleur et à coulé en laissant un seul survivant, mais l’héritier du trône est mort. Ce naufrage sera la cause d’une guerre civile pour la succession du trônes en Angleterre, et c’est aussi le point de départ du célèbre roman les Piliers de la Terre de Ken Follett. Bref, c’était ici.

pointe barfleur

phare gatteville

C’est donc à cause des forts courants et des nombreux rochers dans la zone qu’un premier phare est construit en 1774. Mais à la longue il s’avère trop petit et inadapté. Un nouveau phare est construite et inauguré en 1835.  D’une hauteur de 75m c’est le 2e plus haut phare d’Europe.

Détails amusants, le phare compte autant de marches que de jours dans l’année, autant de fenêtre que de semaines et autant d’étages que de mois 🙂

Pour la modique somme de 3€ vous pouvez monter au sommet. Attention par mauvais temps l’accès au public est fermé.

etang gatteville

oiseaux de mer

Ensuite, longez la côte vers l’ouest, saluez les pêcheurs qui luttent contre les vagues sur les rochers du Coin du Role et prenez ensuite un petit chemin pour une balade le long de l’étang de Gattemare.1 km de long, 59 hectares, avec une faune composée de hérons cendrés, d’aigrettes blanches et de cormorans huppés, il protégé par le conservatoire du littoral depuis 30 ans.

st vaast

On peut faire une petite halte au port de Saint Vaast la Hougue et en profiter pour faire le plein d’huitres, mais pas n’importe lesquelles, les huitres hélie, excellentes ( http://www.huitres-st-vaast.com/ ) et médaille d’or au salon de l’agriculture 2017.

Un lieu de passage obligé pour tous les gourmands : La Maison du Biscuit (Le Hameau Costard, 50270 Sortosville-en-Beaumont) . Depuis 1903, 5 générations de biscuitiers se suivent dans la famille Burnouf et la Maison du Biscuit proprement dite est fondée en 1980 et ne fonctionne que par vente directe, et le produit de ces recettes familiales s’arrachent comme des petits pains! ou plutôt comme des petits biscuits 🙂

maison du biscuit
Le lieu s’est élargit et propose un peu tout ce qui se mange et se boit, et c’est toujours délicieux et on ne repart jamais les mains vides. Pensez vraiment à y faire une halte. Même le lieu en lui même vaut le coup d’œil !
Plus d’infos pratiques ici : http://www.maisondubiscuit.fr/fr/

plage carteret

Et puis faire du cerf-volant sur la plage à marée basse à Carteret sur la plage de la Potinière. Ensuite partez vous aventurer dans les rochers au niveau du Cap de Carteret et si vous êtes rattrapés par la marée ne tentez pas le diable et rejoignez le chemin des Douaniers pour rentrer tranquillement les pieds au sec.

cerf volant plage carteret

cerf volant plage carteret

Ho et puis si on allait faire du surf ? Ca tombe bien il y a un spot bien connu dans la région, la Plage de Siouville, entre Flamanville et La Hague. Évidemment la combinaison néoprène est obligatoire. Personnellement je suis nul en surf et j’ai à peine pu rester plus de 5 secondes accroupi sur la planche, mais on a un pote qui se débrouille plus que bien 🙂
Pour avoir une petite idée de ce que le site peut vous offrir dans les conditions optimales, faites un petit tour ici : https://www.cotentinsurfclub.com/le-spot/

surf siouville

A très vite le Cotentin, on est content quand on en revient 🙂

Randos et balades en Ile de France

Quand on habite Paris, on aspire qu’à une chose, en partir et prendre un bonne dose de nature le week-end ! en tout cas, nous on aime ça 🙂 Du coup je vous propose une petite liste des randonnées les plus sympas, des idées de balades, de quoi vous faire plaisir tout en restant en Ile de France

Arcades de Buc

Il y a une très belle balade à faire autour des Arcades de Buc entre Buc et Jouy.

Arcades de Buc

St Rémy les Chevreuses

Au sud ouest de Paris, en Yvelines, se trouve St Rémy les Chevreuses. C’est déjà exotique en soit car c’est le terminus de la ligne B du RER ! Quelque chose qu’on ne voit jamais, et on a presque du mal à croire que ça existe 😉 Mais cette commune, c’est aussi la porte d’entrée de la Haute Vallée de Chevreuse.

De la gare RER vous partez en balade à pieds vers Chevreuse, en longeant l’Yvette. C’est très champêtre, les canaux sont jolis à voir et of course, vous grimpez la colline jusqu’au Chateau de la Madeleine pour avoir un chouette point de vue sur la vallée!

Bon et puis je ne résiste pas à vous partager cette vidéo 🙂

 

Honfleur

Et si on allait à la plage ? En Normandie ? Allez hop en route direction Honfleur, qui est une destination ultra-visitée, et pourquoi ça ? et bien car c’est joli quand même non ? 🙂

(pour se garer, hop le long du boulevard Charles V, c’est parfois un peu éloigné mais on trouve vite une place)

Place du marche devant le clocher de l eglise sainte catherine a honfleur

L’église Ste Catherine (la plus grande église en bois de France) et son clocher séparé sont à voir.

Le vieux centre et rempli de ruelles pavées et de maisons centenaires frôlant parfois la ruine.

statue vierge honfleursculpture en bois peint dans les rues de honfleur

 

 

 

 

 

 

 

Ne manquez pas de passer au 25 rue de la Foulerie, à La Forge, un lieu un peu fou dédié à la création en tout genre 🙂 (vérifiez bien pour les visites, c’est souvent fermé)

lieu de creation la forge a honfleur

Le port est bien sur LE passage obligé. Toutes les façades sont colorées et c’est surement plus sympa à voir que sur cette photo où ça manquait un peu de ciel bleu.

couleurs au port de honfleur

Le Jardin des Personnalités permet de faire une balade sympa un peu à l’écart du flot de touristes agglutinés autour du port.estuaire honfleur avec vue sur le havre

Un chemin le long de l’estuaire permet d’offrir une jolie perspective sur le Pont de Normandie.vue sur le pont de normandie depuis honfleur

Le mauvais temps a un grand avantage, c’est qu’on assiste parfois à de très beaux spectacles, juste après une averse 🙂plage du butin a honfleur

Il suffit de pousser un peu plus loin à la plage du Butin, avec le Manoir des Impressionnistes qui profite du coucher de soleil comme vous.

Le Havre en face vous invite (ou pas) à venir la visiter.

Etretat

Un petit week-end au bord de la mer, ça fait toujours plaisir, et les falaises c’est toujours impressionnant! Allez hop, en route pour Etretat !

Les falaises d’Etretat font partie des joyaux de la France et il faut vraiment y aller au moins une fois. Qu’importe la météo, c’est beau! et c’est peut être même encore plus beau quand les éléments se liguent contre vous.

Il pleut? c’est simple, vous êtes déjà mouillés de toute façon, alors autant aller se baigner!

baignade etretat sous la pluie

Si vous avez un mot du médecin et que vous ne pouvez pas vous baigner quand il fait 12°C le plan B consiste à se réfugier dans l’huitrière … mais de quoi parle-t’il ?

Mais du restaurant panoramique (et pas si cher), et où le repas qui s’achève à coups de calva vous mettra d’aplomb (ou presque) pour explorer les environs.

restaurant l huitriere etretat

Le sentier le long des falaises peut s’avérer dangereux, gardez la tête froide et faites attention, vous êtes surveillés.

mouette sur la falaise etretat

Le parc à huitres creusé par M. Belvert  pour Marie-Antoinette en 1777.

parc huitres etretat

Le trou de serrure

Si vous êtes en jambe ou si vous êtes coincés par la marée, tentez l’échelle … bon courage !

echelle etretat

Et surtout, profitez du spectacle !

etretat falaises

falaises d etretat

plage galets etretat

 

Zoo de Beauval

Le zoo de Beauval mérite bien un article a lui seul. Il est régulièrement classé dans le Top 10 des zoo dans le monde et sans conteste le numéro 1 en France.

Créé en 1980, il est dirigé par la même famille depuis les débuts, et ne cesse de s’agrandir. A l’heure actuelle il couvre plus de 35 hectares et héberge 3.000 animaux répartis sur plus de 600 espèces. Et parmi elles, des espèces que vous verrez difficilement ailleurs. Et une moyenne d’un million de visiteurs par an. Voila, c’est du lourd ! 🙂

Pour y aller c’est facile, dans le Loir-et-Cher vous trouverez un peu partout des panneaux indiquant la direction. Sinon, c’est au sud de Saint-Aignan.

Tous les environnements sont présentés : la serre des grands singes, le vivarium des reptiles, la grande serre des oiseaux, la serre tropicale des gorilles et des lamentins, la plaine africaine, la bassin des otaries, la serre australasienne, la plaine des éléphants, la plaine asiatique, les hauteurs de chine, le théatre naturel pour le show des rapaces, etc …

rhinoceros au zoo de beauval

tigres blancs au zoo de beauval

ratons laveurs au zoo de beauval

grue au zoo de beauval

Évidemment la star actuelle, c’est le bébé panda (et les parents bien sur). Les pandas sont propriétés de l’état chinois et sont seulement « prêtés  » au zoo.

panda au zoo de beauval

Panda et bambous au zoo de Beauval

Une chose qui marque dans ce zoo, c’est l’espace et l’impression d’environnement naturel. De nombreuses personnes qui sont pourtant contre l’idée de zoo repartent avec un bon souvenir de Beauval. Ce n’est pas pour rien que ce zoo participe activement à des programmes de repeuplement d’espèces en danger, car la reproduction est facilité quand les animaux se sentent bien.

elephant au zoo de beauval

flamants rose au zoo de beauval

Et bizarrement, l’espèce animale qui est la plus couteuse pour le zoo, ce ne sont pas les pandas, ni les éléphants … mais les koalas ! car leur régime alimentaire en eucalyptus coute visiblement une fortune.

pelican au zoo de beauval

varan au zoo de beauval

iguane au zoo de beauval

panda roux au zoo de beauval

autruche au zoo de beauval

savane au zoo de beauval

Si vous ne devez voir qu’un zoo en France, c’est Beauval 🙂

Toutes les infos pratiques sur le site officiel : https://www.zoobeauval.com/

La demeure du Chaos

La demeure du Chaos, alias le Musée de l’Organe est un lieu à part. A quelques kilomètres au nord de Lyon, à St Romain au mont d’or.

C’est un musée d’art contemporain à ciel ouvert. Sur 9.000m² plus de 5400 œuvres sont accessibles. Évidemment le style ne plait pas tout le monde et cet endroit est menacé de fermeture depuis des années à cause de procédures judiciaires interminables entre Thierry Ehrmann l’actuel propriétaire, et la mairie de l’autre côté avec l’appui de la justice.
Et pourtant avec plus de 120.000 visiteurs par an, c’est un acteur majeur de l’expression culturelle et artistique de la région!

On y retrouve comme principales thématiques : la liberté d’expression, la lutte contre l’oppression de toute sorte, la religion et l’obscurantisme, la philosophie, l’ésotérisme,  la politique, etc …

Ce lieu est ouvert au public les Weekends et jours fériés, et c’est gratuit.

Mais ça ressemble à quoi ? et bien voyons plus bas, allez hop! en route pour la demeure du chaos!

demeure du chaos

demeure du chaos

demeure du chaos

demeure du chaos

demeure du chaos

demeure du chaos

demeure du chaos

demeure du chaos

demeure du chaos

demeure du chaos

demeure du chaos

demeure du chaos

demeure du chaos

demeure du chaos

demeure du chaos

demeure du chaos

Le mot de la fin pour Stéphane Hessel, ce grand homme :

Indignez-vous!

demeure du chaos

Morvan

Le Morvan, moi qui ne connaissait pas, ça sonnait bien mystérieusement. Et bien le Morvan, en fait c’est pas si loin de Paris, et il semblerait même que ce soit très sympa.
Une petite idée week-end?
Allez hop, en route au Morvan!

Et on va où ? Direction Lormes, à 3h de Paris en voiture.

Sur place, on s’installe pour une nuit au Camping Etang du Goulot dans un cadre sympa au bord du petit étang et avec une plage messieurs dames!

camping etang goulot a lormes

En ensuite ? Direction les Gorges de Narvau pas très loin d’ici. La bas une chouette petite balade, qui fait passer à côté de la Cascade de Narvau et de gros blocs de granit.

gorges narvau a lormes

Et pourquoi la-bas ? pour faire un peu d’escalade facile en pleine nature.

escalade narvau

Et sur la route, il faut aussi passer aux Grottes de Champ Retard. D’anciennes  carrières de pierres couvertes en activité jusque dans les années 30, et maintenant c’est une zone d’activité pour un parcours sensation à 15m du sol, avec une équipe sympathique. Et en prime hop! on fait un saut pendulaire.

grottes retard

grottes retard

saut pendulaire
Dans ces « grottes » il y a aussi des concerts et d’autres animations. Renseignez-vous 🙂

Et puis on passe par Vézélay aussi.

brasserie vezelay
Déjà pour sa brasserie de plus en plus réputée qui produit 15 bières. « Elles sont sans sucre, sans colorant, sans additif, non filtrées et non pasteurisées. Elles sont brassées dans le scrupuleux respect du Reinheitsgebot ou « décret sur la pureté de la bière » pris en 1516 en Bavière et qui précise les seuls ingrédients autorisés :
l’eau, le malt et le houblon (il n’était pas fait mention des levures, à l’époque inconnues). »
Visites et dégustations, plus d’infos ici

Vézélay c’est surtout un village sur le sommet d’une colline face aux monts du Morvan. C’est un haut lieu religieux du moyen-âge. En 882 les reliques de Marie Madeleine sont ramenées de Provence à Vézélay. La grande basilique Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay est construite en leur honneur entre 1120 et 1150. Elle réputée comme un chef d’œuvre de l’art roman.

basilique vezelay

L‘appel pour la 2e croisade en 1146 par l’abbé Bernard de Clairvaux a lieu ici. Et c’est aussi depuis Vézélay que les armées de Richard coeur de lion et de Philipe Auguste partent pour la 3e croisade en 1190. En 1267 le roi St Louis reprend les reliques pour les transférer à l’abbaye de St Maximim en Provence. C’est le début du déclin et après la Révolution elle sera utilisée comme carrière de pierres et sera quasiment détruite. En 1840 elle est entièrement rénovée par Eugène Viollet-le-Duc. En 1876, le pape Martin IV rend des reliques de Marie Madeleine à Vézélay. Elles sont volées en 1898 et retrouvées « miraculeusement » à Noel. En 1920, le Vatican fait de cette abbaye une Basilique et les pèlerinages peuvent officiellement reprendre. Depuis le monument est classé à l’Unesco et c’est le lieu le plus visité de Bourgogne avec plus de 800.000 visiteurs par an.
Si vous y allez au solstice d’été à midi, vous assisterez à un autre miracle. Les rayons de soleils à travers les fenêtres Sud créent des flaques de lumières régulières et parfaitement alignées au sol dans l’axe de la Basilique.

interieur basilique vezelay

Et par dessus le marché vous avez une vue magnifique sur la région depuis ces hauteurs.

panorama morvan vezelay

Voilà, le Morvan, c’est pas pour les morveux! (ok cette blague est complètement pourrie mais je n’arrive pas à m’en débarrasser, elle revient systématiquement). En tout cas ça donne bien envie d’y retourner pour découvrir d’autres trésors!