A la découverte de l’Ile de Bréhat

L’Ile de Bréhat, c’est un petit joyau sur la côte nord de la Bretagne. Située à l’extrémité ouest de la côte d’Émeraude, on l’appelle aussi l’île aux fleurs, l’île en couleur. C’est tout simplement un endroit qu’il faut absolument visiter! Alors on ne traîne pas, hop en route, on y va ! 🙂

Direction Paimpol et la pointe de l’Arcouest (sur la commune de Ploubazlanec). On se gare sur le parking de l’embarcadère (payant, à la journée : 6.50€), et on se dépêche de prendre les billets au guichet des Vedettes de Bréhat. Depuis 1905, cette compagnie assure la traversée qui dure une dizaine de minutes. Le tarif est de 10.30€, et vous pouvez prendre n’importe quel bateau à l’aller ou au retour. L’idée, c’est bien sûr de prendre celui de la première traversée (7h30) et le dernier pour le retour (18h). Comme ça, on peut profiter au maximum d’une belle et grande journée sur une belle et petite île 😉

A proprement parler d’ailleurs, Bréhat n’est pas vraiment une ile. C’est en fait un archipel de 86 ilots autour de deux iles principales (au nord et au sud) reliées par le Pont ar Prat. Avec tous ces petits ilots rocheux, la navigation autour de Bréhat est particulièrement périlleuse.

L’ile sud est la plus fleurie avec de nombreuses plantes du sud de la France. L’ile nord a un très beau paysage de landes et abrite un phare sur une côte de granit rose.

Bréhat ne compte officiellement que 378 habitants en 2015. Peu de chance de croiser des habitants, vous verrez principalement des gens de passage, comme vous. 71% des logements de l’ile sont des résidences secondaires. Qu’importe les nouveaux propriétaires étrangers à l’ile, les maisons portent le nom de la lignée qui y a vécut. Au moyen-âge, la vie n’était pas paisible à Bréhat car l’ile était régulièrement la cibles des pirates et des anglais (et souvent les deux étaient mélangés). Plus tard, de nombreux corsaires français qui faisaient la chasse aux anglais étaient originaires de Bréhat.

Lors de l’agrandissement du port de Paimpol au XIXe siècle, de nombreuses roches granitiques sont extraites à Bréhat. Les quelques intellectuels locaux font pression, et l’ile de Bréhat devient le premier site naturel classé en France, en 1907.

Vous débarquez sur l’ile, tout au sud, sur la jetée du Port Clos.

La bonne idée, c’est de louer un vélo pour la journée. Il y a plusieurs loueurs juste à côté de la jetée. Pas de risque de vols et pas de danger sur la route : que des piétons et quelques vélos 🙂 Les voitures sont interdites sur l’ile. En plus il n’y a pratiquement pas de relief, vous êtes tranquilles 😉

L’île Sud

L’ile de Bréhat bénéficie d’un microclimat assez particulier en Bretagne nord. Il ne gèle quasiment jamais et la température moyenne en hiver est de 6°C. Cet environnement permet aux habitants de faire pousser des plantes méditerranéennes et de nombreuses autres plantes qui s’épanouissent gaiement et ont donné à l’ile son surnom de l’île aux fleurs 🙂

Si vous venez sur Bréhat pour chercher une plage, il n’y en a qu’une seule, petite, tout au sud de l’ile. C’est la plage du Guerzido. On vient surtout à Bréhat pour se promener et en prendre plein les yeux ! 🙂

Près de la jetée, il y a une citadelle datant de 1862. Elle n’a jamais servi dans une bataille. En 1998, elle a été restaurée pour devenir un centre d’art et d’artisanat du verre, qui abrite les Verreries de Bréhat. Si vous voulez voir le travail des souffleurs de verre, plus d’infos ici.

Le bourg principal n’est pas loin. C’est l’occasion de faire quelques emplettes pour préparer votre un futur pique-nique, ou boire un verre tranquillement en terrasse autour de la place.

Immanquablement, votre promenade vous guidera vers le tertre rocheux où est bâtie la chapelle Saint-Michel. On la voit de loin avec ses murs blancs et sa toiture orange. Elle sert d’ailleurs de point de repère pour la navigation.

Jusqu’en 1820, il y avait un sémaphore à la place, mais il a été détruit par la foudre. La petite chapelle est reconstruite en 1860.

C’est le point culminant de l’ile à 33m au dessus du niveau de la mer.

Vous aurez un panorama exceptionnel sur tous les ilots composant l’archipel de Bréhat 🙂

Plus bas, il y a le Moulin à marée du Birlot. Un moulin à marée, comme son nom l’indique fonctionne grâce à la force de la marée. Celui-ci est construit en 1638. Il servait à produire de la farine jusqu’en 1920. Ensuite, il tombe en ruine et sera rénové en 1994 par « l’Association du Moulin du Birlot ».

Le moulin à marée de Bréhat triche un peu 😉 En fait la marée ne fait pas directement tourner la roue du moulin. Elle sert à remplir un étang. Quand la marée redescend, la roue est libre. En vidant l’eau de mer retenue dans l’étang, on peut la faire tourner pendant 6 heures, jusqu’à la prochaine marée montante.

Le Pont Ar Prat (pont de la prairie) relie les deux iles principales. On le surnomme le pont de Vauban même si ce n’est pas lui qui l’a construit, il l’a simplement consolidé.

L’île Nord

Je trouve personnellement que l’ile nord est beaucoup plus jolie. Tout d’abord il y a beaucoup moins d’habitations. Ensuite, on y trouve des endroits splendides. Comme ce point de vue superbe 🙂 Pour le trouver, juste après la traversée du pont, il faut longer la côte par la petite ruelle sur la gauche 😉

Au hasard de vos balades vous découvrirez plein de petits endroits magisque. Personnellement j’ai aimé m’engager au hasard dans le petit passage Ar Mez Quef.

Au bout du passage, c’est le lagon de Bréhat accessible à marée basse. Il y a beaucoup de rochers aux formes étranges. C’est un très bel endroit 🙂

En suivant toujours la « route principale » vers le nord de l’ile, vous passerez juste à côté de cette petite maison. Nichée tout au fond d’un magnifique jardin, elle a un charme fou ! 🙂

En traversant le paysage de landes qui recouvre une bonne partie de l’ile, vous pourrez découvrir les amers de Bréhat. Un amer, c’est un point de repère visuel facilement identifiable et utilisé par les marins pour se repérer.

L’extrémité nord de l’ile de Bréhat abrite le phare du Paon. Il date de 1860. Il est construit sur des gros rochers de granit rose.

Il sera dynamité par les nazis en 1944 et reconstruit à l’identique en 1952.

La côte à cet endroit est vraiment belle. Elle est sauvage et déchiquetée et en même temps, les gros blocs de granit rose prennent des teintes superbes en fin de journée 🙂

Toute cette zone est un terrain de jeux géant et vous y passerez de très bons moments j’en suis sûr !

Tout de même, ça donne envie d’y aller tout de suite quand on voit ça, non ? 😀

Hélas toutes les bonnes choses ont une fin, et il faut bien prendre garde aux horaires. Si vous loupez la dernière vedette, vous serez bon pour trouver un logement sur l’ile ! Ou peut-être tenter un bateau stop pour rejoindre le continent 😉

Une visite sur l’ile de Bréhat, c’est la garantie d’une belle journée réussie! Vous repartirez le sourire aux lèvres et avec des images plein la tête ! 🙂

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *