Le Pont du Gard, une merveille antique à visiter

Le Pont du Gard, c’est sans doute le plus beau et le plus grand monument antique en France. Alors si on est de passage dans le sud du pays, c’est une étape obligatoire. Il faut y aller au moins une fois dans sa vie, alors hop en route! 🙂

Comment aller au Pont du Gard ?

Comme son nom l’indique, le Pont du Gard, se situe dans le département du Gard 🙂 Il enjambe la rivière du Gard (ou Gardon) et se situe entre Nîmes et Avignon. Si vous arrivez par l’autoroute A9, prenez la sortie 23 – Remoulins. Tout est bien indiqué, vous n’avez qu’à suivre les panneaux. Il y un parking rive gauche, et un rive droite. Rive gauche, c’est le plus grand parking (avec restaurant boutiques souvenirs etc). Rive droite, le chemin d’accès est plus court et il y a les espaces pour se baigner ou pique-niquer.

Le tarif est de 9.50€ par adulte (gratuit pour les enfants jusqu’à 18 ans ou pour les habitants du Gard). Vous pouvez réserver les billets en ligne sur le site officiel du Pont du Gard. En bonus, vous avez un accès à un musée (très anecdotique). Renseignez vous bien sur le site pour les tarifs et le parking, ça change « régulièrement » (et c’est toujours un scandale).

Si vous le souhaitez, il existe une alternative gratuite 🙂 Il faudra simplement marcher un peu plus. Des chemins de randonnées mènent au site. Il faut aller côté rive droite par exemple dans le village de Saint-Bonnet-du-Gard. Une fois garé, vous ferez une balade d’environ une heure le long d’un sentier dans la garrigue 🙂

L’histoire du Pont du Gard

Sa construction par les romains remonte entre 40 et 50 av JC. Ça fait donc plus de deux mille ans que cette incroyable construction se tient ici et résiste au passage du temps! Le Pont du Gard mesure 48m de haut et 275m de long. Ce pont monumental fait parti d’un aqueduc de 52km de long. C’est le plus grand pont aqueduc romain du monde. Il permettait de transporter l’eau depuis les sources de Fontaine d’Eure (près du village d’Uzès) jusqu’à la ville de Nîmes. Cette réalisation est incroyable, car entre le point de départ et le point d’arrivée, il y a seulement 12.6m de dénivelé. Les romains ont réussi à garder une pente de 24.8cm par km sur tout le long du parcours vallonné et avec en particulier cette traversée du Gardon. Bref, c’est un exploit !

Pendant plusieurs siècles, l’eau a circulé paisiblement au 3e étage du pont dans un canal couvert et rendu étanche par un enduit spécial. Il fallait environ une journée de trajet avant que l’eau puisse jaillir des fontaines nîmoises. Vers le IVe et Ve siècle, la présence romaine en Gaulle est de moins en moins forte et l’entretien des canalisations n’est plus réalisé correctement. Des dépôts de calcaires obstruent de plus en plus le passage (il fallait mettre du Calgon!). Après l’invasion des Francs et des Wisigoths au VIe siècle, l’aqueduc cesse définitivement de fonctionner.

Laissé à l’abandon, durant le moyen-âge le Pont du Gard subit des dégradations. Des arches du 3e étages sont détruites et les pierres sont utilisées comme matériaux de construction dans la région. Les arches du second étage sont creusées pour laisser plus de place à la traversée du pont pour les chariots. Ce n’est que sous Louis XIV que les véritables premiers travaux de rénovation sont lancés en 1704. En 1743, un pont routier est collé à l’aqueduc! C’est le pont Pitot. C’est celui qu’on emprunte quand on traverse le pont à pieds. On voit bien sur les photos des grandes arches qu’il y a bien deux ponts collés. Plus tard sous Napoléon III en 1859 auront lieu les plus gros travaux. Depuis, cette incroyable antiquité romaine vit des jours tranquilles.

Le Pont du Gard résiste au temps et aux crues du Gardon et reste un des monuments touristiques les plus visités de France avec au moins 1.5 millions de visiteurs chaque année! 🙂

Pour la petite histoire, on pourrait croire que le Pont du Gard est représenté sur le billet de 5 euros, mais non 😉 Comme vous pouvez le voir, les arches du deuxième étage ne correspondent pas. Le pont du billet n’existe pas, c’est simplement l’illustration théorique d’un aqueduc de type romain.

Près du pont …

Sur la rive gauche, le bâtiment littéralement agrippé aux rochers et dominant le Gardon, c’est le Vieux Moulin. C’est un ancien moulin du XVIIe siècle, transformé en hôtel restaurant et laissé à l’abandon depuis plusieurs années. Sur la rive droite, à 200m du pont, on trouve la grotte préhistorique de la Salpétrière.

Vous verrez aussi de nombreux canoës naviguer paisiblement entre les arches du Pont du Gard.

C’est justement la bonne occasion pour découvrir le Pont du Gard sous un autre angle 🙂 Si ça vous tente, la plupart des locations de canoës vous permettant de pagayer dans les Gorges du Gardon se trouvent au village de Collias. En temps normal, le Gardon est une rivière très calme et vous pouvez y aller en famille sans aucun souci 😉 (si le mistral souffle fort, vous allez devoir forcer à certains endroits ! Et en cas d’orages et de grosses pluies, c’est tout simplement non car le Gardon peut avoir des crues dévastatrices)

Le départ depuis Collias est le trajet le plus court. Pour vraiment profiter des paysages, je vous conseille de prendre le trajet qui démarre depuis le pont de Russan.

La nature sauvage s’offrira à vous. De nombreux aigles de Bonelli nichent dans les gorges. Vous découvrirez aussi la falaise abritant la célèbre grotte de la Baume 🙂

Alors, vous attendez quoi pour y aller ? hop hop hop, hop en route!

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *