corse golfe girolata

Corse – Ile Rousse – Calvi – Porto – Calanques de Piana

Jour 1 – Ile Rousse – Calvi – Porto – Calanques de Piana

Départ du port de Nice dans la soirée, on embarque avec Corsica Ferries direction l’Ile Rousse. La traversée va se faire de nuit, alors on a opté pour le confort : cabine et douche! Sachant qu’on enchainera des nuits en camping, on se permet ce grand luxe 🙂 D’ailleurs quand la nuit arrive, une fois que les passagers sortent des restaurants (pas très bons) et des bars, le pont se vide et tous ceux qui n’ont pas de cabines dorment un peu là où ils peuvent, les canapés des salons sont pris d’assaut.

corse corsica ferries

Réveil à 5h, on approche de la côte Corse. Sur le pont du ferry, les yeux encore fatigués, on profite tout de même de ce lever de soleil. Il ne faut pas trop s’attarder car quand sonne l’heure de retourner aux voitures dans la cale, c’est la guerre, plus de pitié, tout le monde se bouscule. Et au moment du débarquement si une voiture ne démarre pas, c’est la crise car elle bloque tout le monde, haha ambiance! 🙂

corse corsica ferries

Pour nous tout va bien, on débarque au petit matin à l’Ile Rousse. Avec seulement 3.000 habitants, l’Ile Rousse détient le 3e port de commerce de Corse derrière Bastia et Ajaccio. Cette petite ville est fondée en 1758 par Pascal Paoli, le père de la Nation Corse indépendante. On prend pas le temps de visiter la presqu’ile de Pietra et sa tour génoise, ni le petit centre ville, car on part directement jusqu’à Calvi en prenant la route T30.

L’arrivée à Calvi se fait sous un soleil radieux. Une fois garé près de la citadelle, on descend sur le port pour prendre le petit déjeuner. On se pose à l’Escale Café et on sirote tranquillement notre café en regardant le golfe de Calvi s’éclairer petit à petit. Il n’y a quasiment personne, c’est calme, on est bien 🙂
Un petit topo de la ville : avec un peu plus de 5.000 habitants, Calvi est la capitale économique et touristique de la région Balagne. Pour éviter l’engorgement de la ville les grands ferrys débarquent à l’Ile Rousse. Le site est occupé depuis l’antiquité et même Ptolémée au IIème siècle citait Calvi comme le port le plus important de Corse. Calvi est coupée en deux, la haute-ville d’un côté, la basse-ville de l’autre. Alliée des Génois, la haute-ville est fortifiée au moyen-âge, et il semblerait que Christophe Colomb soit né ici, mais tout le monde n’est pas du même avis 🙂

corse calvi

L’accès à la citadelle se fait par une unique porte d’entrée, aux pieds des imposants remparts. La visite est agréable dans la fraicheur du matin. Il est possible de suivre un parcours historique, mais à vrai dire, à ce moment là, on préfère déambuler au hasard des petites ruelles.

corse citadelle calvi
Oratoire Saint-Antoine

corse citadelle calvi

Il n’y a absolument personne, à croire que la citadelle n’est qu’à nous. Pas un chat dans les rues! Ah si en fait 🙂

corse calvi chat

Au passage, on découvre la terrasse du petit restaurant A Candella. On n’en profitera pas, mais je pense qu’en soirée ça doit être le lieu idéal pour dîner avec une vue juste exceptionnelle!

corse calvi a candella

Il est temps de quitter Calvi et prendre la petite route qui longe la côte, et très rapidement on rencontre ce premier panneau nous rappelant qu’en Corse, et bien … c’est la Corse 🙂

corse panneau

Allez hop en route le long de la petite départementale D81B! Évidemment on sait qu’on ne fera pas de pointes de vitesses, la route est étroite et serpente le long de la côte et épouse le relief. On n’est pas pressé alors on en profite, comme avec cette jolie vue sur la Pointe de la Revellata par exemple (tout au bout au niveau du petit phare, c’est le point de l’ile le plus proche du continent).

corse calvi punta rossa

Quelques minutes avant d’arriver en vue de la Baie de Crovani vous ne pourrez pas manquer sur votre gauche les ruines d’un château visibles de loin. C’est ce qu’il reste du château du Prince Pierre-Napoléon (il est un des fils de Lucien Bonaparte, un des frêres de Napoléon Bonaparte) qu’il fait bâtir après 1848, quand il est élu député de Corse et qu’il découvre l’ile. La propriété est ensuite restée inoccupée pendant de longues années et un projet de site touristique privé à échoué. Depuis elle est à l’abandon et elle risque bientôt de disparaitre du paysage.

corse chateau prince pierre

Au bout d’une trentaine de kilomètres, on traverse le pont des 5 arcades au dessus du Fango (pour info il y a une petite station service à 200m à gauche) et on décide d’aller voir la petite commune de Galéria. On part immédiatement se poser sur la plage pour faire un peu bronzette. Alors qu’on est en train de rêvasser allongés sur le sable, on entend un bruit bizarre. Des vaches traversent tranquillement le littoral et slaloment entre les gens. Petit moment d’appréhension quand même quand les sabots et les cornes nous frôlent. Des vaches sur la plage, tout va bien, Bienvenue à Galéria ! 🙂

corse galeria vaches
On poursuit notre route le long de la D81. Le paysage tout autour de cette petite route est magnifique, ok on ne roule pas vite, mais franchement on s’en fout complètement, c’est splendide 🙂 Il y a plusieurs petites aires de stationnements aménagées pour bien profiter des différents points de vue.

corse galeria d81

corse galeria d81

Quand on arrive en vue du Golfe de Girolata, c’est presque la fracture de la rétine tellement c’est beau! Ça fait à peine quelques heures qu’on est en Corse et on confirme, c’est vraiment l’Ile de Beauté!

corse golfe girolata
Encore quelques kilomètres sur cette petite route qui serpente pour arriver à Porto.
On file planter la tente au Camping les Oliviers et ensuite direction la plage!!!!

Le site est exceptionnel. Le petit fleuve côté Porto traverse une petite marine toute en longueur et il est enjambé par une petite passerelle avant de finir dans le Golfe de Porto. Une tour génoise du XVIe siècle garde l’embouchure, et des falaises majestueuses couvertes de forêts entourent le site. Difficile de faire mieux! 🙂
Et bien sûr il y a une belle plage et on peut tranquillement se baigner dans les eaux cristallines, longer les falaises et voir les poissons près des rochers.

Toute cette zone est classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.

corse porto

corse porto
Tour génoise de Porto

En fin d’après-midi, c’est le moment idéal pour aller voir les Calanques de Piana toutes proches. La meilleure solution à mon avis c’est de les traverser en voiture (attention, la route D81 devient vite un véritable capharnaüm puisque tout le monde s’arrête n’importe comment pour prendre des photos, les bus touristiques n’arrivent pas à se croiser dans les virages et il faut faire attentions aux marcheurs le long de la route) et se garer un peu plus loin sur la gauche au parking de la tête de chien près du terrain de sport.

De là vous pourrez voir le fameux Rocher du Lion. Mais si ça se voit bien quoi, un lion, en Corse, bin oui! Un peu d’imagination quoi.

corse porto lion

A ce moment là, le terrain de sport servait aussi de zone d’atterrissage pour un hélicoptère de tourisme qui propose de faire le survol de la région.

corse porto helico

Mais allez on se réveille, on n’est pas venu en Corse pour rester à regarder des hélicoptères décoller! Allez, direction les calanques de Piana. Il s’agit d’un massif de roches plutoniques, qui sont le résultat d’un magma qui a refroidit lentement. Voilà, ça c’est pour l’aspect géologique. Pour l’aspect visuel, c’est juste incroyablement beau!

Et le bon plan en fin d’après-midi donc, c’est de faire le Sentier des Muletiers. C’est le sentier que devaient emprunter les muletiers au XIXe siècle pour arriver à Porto avant la construction de la route. Avec le soleil qui commence à descendre dans le ciel, les roches prennent une teinte rouge orangée de plus en plus prononcée.

corse porto calanques piana

Pile à ce moment, j’avais l’impression d’être dans le plus bel endroit du monde! 🙂

corse porto calanques piana

Le sentier permet d’avoir une vue plongeante sur les calanques et on aperçoit un bout de la route D81 qui la traverse, un petit morceau de virage tout en bas avec deux minuscules voitures, cherchez bien.

corse calanques piana

Les rochers tout autour de nous ont des formes tellement étranges qu’on passe notre temps à dire « hé regarde celui là il ressemble à … » et on ne marche pas très vite pour en profiter 🙂

corse calanques piana

Le sentier des muletiers rejoint ensuite la D81 et vous pouvez repartir le long de la route en direction du parking (et en faisant attention aux voitures, il n’y a pas de trottoirs, on marche sur la route).

corse calanques piana

Un des rochers les plus connus des Calanques de Piana, c’est le cœur des amoureux (ou des amants pétrifiés). A chacun sa légende pour cette formation rocheuse. La plus connue raconte que Satan était tombé sous le charme d’une bergère qui était déjà amoureuse de quelqu’un d’autre. Quand Satant lui déclare sa flamme et qu’elle le rejette, il est tellement furieux qu’il pétrifie les deux amoureux sous la forme de rochers. Mais les deux amants s’aiment tellement qu’ils restent unis malgré la malédiction et un cœur apparait pour continuer de narguer Satan.

corse calanques piana

En revenant vers Porto en voiture, garez vous au virage de la Tête du Chien. Un petit panneau marque l’emplacement et de toute façon, il y aura surement d’autres voitures garées pour vous montrer que vous êtes au bon endroit. Bon, il y a dès le départ un rocher en forme de tête de chien, mais il y avait tellement de monde autour que je n’ai pas pris de photos, et puis il n’était pas spécialement beau. J’ai préféré tous les autres rochers aux formes tordues qu’on croise en suivant le chemin qui mène jusqu’au Château, qui est simplement un gros rocher plat.

corse calanques piana

D’ici vous avez un belvédère naturel qui vous offre une vue splendide sur le Golfe de Porto, et c’est juste un plaisir de rester là et de regarder le coucher soleil dans la méditerranée et voir les rochers tout autour se colorer de plus en plus.

corse calanques piana
Ensuite retour au camping et on profite du petit restaurant qui en fait partie, et on en n’en revient toujours pas de cette première journée passée en Corse!

SPLEN-DIDE ! 🙂

Jour 2 – Porto – Capu d’Ortu
Jour 3 – Filitosa – Sartène – Rondinara
Jour 4 – Bonifacio – Iles Lavezzi
Jour 5 – Rondinara – Tappa – Araghju
Jour 6 – Porto Vecchio – Piscia di Gallo – Zonza
Jour 7 – Alta Rocca – Zonza – Quenza
Jour 8 – Bavella
Jour 9 – Plateau du Coscione – Caldane
Jour 10 – Ajaccio

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *