lac myvatn islande

Jour 7 – Myvatn – Krafla – Godafoss – Akureyri

Jour 7 – Myvatn – Krafla – Godafoss – Akureyri

Encore une nuit agitée, une tempête et des bourrasques pendant des heures, mais au moins ce matin au réveil, un grand ciel bleu et ensoleillé nous attend!

Allez hop, en route! direction la Centrale géothermique de Krafla. Construite en 1977, c’est la première véritable centrale géothermique islandaise permettant de produire de l’électricité (une première centrale avait été testée en 1969 pour vérifier la faisabilité de cette source d’énergie). Après quelques incidents pour la mise en marche des turbines et une éruption du volcan Krafla en 1984, la centrale peut enfin fonctionner normalement, et elle produit maintenant 60MW d’électricité.

centrale krafla islande

Une anecdote intéressante sur le site, c’est qu’après un forage de 2.1km de profondeur, les islandais ont atteint la chambre magmatique du volcan Krafla. Bon c’est un peu compliqué mais si le sujet vous intéresse il s’agit du Deep Drilling Project (IDDP) et vous pourrez trouver plus d’infos ici par exemple.  Du coup toute cette région est un important champ hydrothermal.

centrale krafla mario islande
Forcément on pense à Mario 🙂

Un peu plus loin, on arrive au Leirhnjúkur. C’est un petit volcan actif. Pour rejoindre la zone, il faut traverser un grand champ de neige. C’est assez chouette tout ça, on est à la fin du mois de mai, il fait grand soleil, et on traverse de la neige pour rejoindre un volcan actif, et tout autour de nous on voit des fumerolles et on sait qu’il y a encore des champs de laves à peine refroidies. Sacré mélange! 🙂

Leirhnjukur islande

Une fois sur place, il y a des couleurs assez incroyables dans l’eau et la terre et qui sont le résultat des différents gaz et acides liées à l’activité volcanique. Il y a un énorme contraste avec le reste du paysage. Et bien sur on retrouve partout cette odeur d’œuf pourri typique des émanations de soufre, mais ça en Islande on commence à avoir l’habitude maintenant.

Leirhnjukur islande

Leirhnjukur islande

Leirhnjukur islande

On peut aussi marcher sur le champ de lave de Krafla. Il fait plus de 19km de long et environ 8m d’épaisseur. On peut voir les différentes éruptions grâce à la différence de couleurs des coulées de laves refroidies…

champ lave krafla islande

lave krafla islande

Et encore refroidies … pas partout! Certaines zone sont encore vraiment chaudes. Il faut faire attention où on marche, les semelles de chaussures, ça peut fondre. Et il peut y avoir des ponts de lave ou des tunnels de lave avec des parois qui peuvent s’effondrer. Ne vous frotter pas trop à la lave refroidie, c’est assez corrosif 🙂

krafla lave chaude islande

Et au milieu de ces champs de lave où toute vie parait impossible, et bien justement Mère Nature essaye de refaire naitre la vie et on voit des plantes tenter courageusement de recoloniser le terrain! Big up les plantes! 🙂

lave nature islande

Ce lieu est assez magique et on peut facilement y rester des heures à vouloir explorer les moindres recoins et j’ai encore des tonnes de photos que je voudrais partager ici, mais il faut bien que je me limite à un moment 🙂 En tout cas cette ballade est incontournable.

champ lave krafla islande

Un peu plus loin on peut grimper au sommet du cratère Viti du volcan Krafla. C’est grand!

cratere viti krafla islande

A regrets, on dit au revoir à la zone de Krafla et on revient vers la route 1 …

panorama krafla islande

Et Krafla nous dit lui aussi au revoir à sa manière, avec un petit clin d’œil du ciel, pendant quelques minutes il y avait un Concorde en nuage, rien que pour nous, merci le ciel islandais, cocorico! (mais si! c’est le Concorde voyons, allez)

concorde nuage islande

J’en profite aussi pour laisser une photo des anciennes bornes en pierre qui s’étalent sur tout le plateau des hautes terres et qui étaient utilisées avant la construction de la route 1 pour suivre le cap et ne pas se perdre. Sacré boulot!

islande bornes pierre

Et maintenant, direction Hverarönd qui signifie ‘sources chaudes des canards’ … j’avoue que des canards on n’en a pas vu un seul, et si on en avait vu un, il serait probablement trop cuit! 🙂 C’est juste au pied de la petite montagne Námafjall (qui a servi entre autre d’exploitation minière de soufre pour faire de la poudre à canon).
Sur le site de Hverarönd c’est toute la panoplie des activités géothermales : des sources chaudes, des fumerolles, des mares de boue et des solfatares très actives.
En 1977 un petit forage géothermique dans cette zone a produit par accident une éruption de lave de 3 tonnes (soit 1.2m3), la plus petite éruption volcanique connue 🙂
« J’ai pas fais exprès chef! »

Hverarond islande

Hverarond islande

Hverarond islande

Hverarond islande

C’est beau-ti-ful !

Et malheureusement comme souvent, quand c’est trop beau, il y a toujours un monsieur crétin pour tout gâcher, alors l’empreinte de monsieur crétin elle est ici. Alors si vous voyez un monsieur crétin dans ce genre, poussez le discrètement dans une mare de boue en ébullition, juste comme ça hein, sans faire exprès!

Hverarond islande

Bon allez, on arrête de râler, on reprend la route, et comme il fait un temps superbe, yeah, si on allait déjeuner tranquillement au bord du lac Mývatn pour en profiter?
Mouahaha, grossière erreur! Car à ce moment, on se souvient que ce lac est surnommé « le lac des mouches ». Il y en a vraiment tant que ça ? ho, à peine, jugez par vous même.

myvatn mouches islande

Alors on fait quoi ? et bien on commence par fermer sa bouche pour ne pas gober des mouches, et on se réfugie dans le Gamli Bærinn (plus d’infos ici). C’est un bistrot pub, avec une chouette décoration et une équipe très sympathique, en plus la nourriture est pas chère et le burger à l’agneau est très bon!

Et pourquoi tant de mouches au fait ?
Alors déjà ce sont précisément des Chironomidae et le bon point, c’est qu’elles ne piquent pas et ne cherchent pas spécialement le contact avec la nourriture. Elles pullulent ici car ce lac est extrêmement riche en matière organique.
Ça fait aussi le bonheur des poissons, et des canards, qui l’été viennent dans le secteur pour se faire des festins de mouches.

Allez, un petit bonus, pour montrer jusqu’où ça peut aller, quand on croise un nuage de mouches sur le lac 🙂

On continue notre circuit autour du lac, direction la célèbre grotte de Grjótagjá. Mais si vous savez, « you know nothing John Snow! », c’était ici 🙂

Grjotagja islande

Cette grotte se situe le long d’une grande faille d’origine volcanique et elle abrite un petit lac d’une profondeur de 4m. Il a souvent été utilisé pour se baigner, car il y a une source chaude ici. Pendant l’éruption du Krafla, il était impossible de s’approcher. Maintenant la température a un peu baissée mais avoisine tout de même les 50 degrés et la baignade n’est pas vraiment recommandée.

Un petit aperçu de la faille qui est véritablement immense!

myvatn faille

Un peu plus loin, il y a un gros cratère, alors évidemment, hop en route, il faut absolument grimper à son sommet. C’est le volcan Hverfjall (« montagne de la source chaude ») et ses 250m de cendres à gravir sur une pente bien raide. Il fait un diamètre de 1200m, c’est un beau bébé.

cratere Hverfjall islande

cratere Hverfjall islande

En repartant du cratère on passe par une petite ferme, s’il n’y avait pas ces mouches, ce coin serait un petit paradis, en tout cas c’est déjà une oasis de vie et c’est pas mal 🙂

islande champetre

Hélas il est temps de quitter cette région, la route nous appelle !

volcan islande

Un dernier regard et allez hop en route! On reprend la 1 plein ouest.

La prochaine étape s’appelle Godafoss. C’est tout simplement la « Chute des dieux ». Ça en jette hein? C’était ici où Thor et Odin faisait trempette? Et bien oui et non à la fois.
Quand lors de la réunion annuelle du Parlement islandais à Thingvellir en l’an 1000, l’Islande adopte le christianisme, le diseur de loi Þorgeir Þorkelsson vient montrer l’exemple ici, en jetant dans la chute toutes les anciennes idoles et les statues des anciens dieux islandais. D’où le nom. Ces dimensions sont plutôt modestes par rapports aux monstrueuses cascades qu’on a déjà rencontré, « seulement » 12m de haut et 30m de large.

godafoss islande

godafoss islande

Personnellement je pense que les dieux sont toujours là, incrustés dans les falaises.

godafoss islande

On fini par s’arracher à cette contemplation, car on doit rejoindre notre logement du soir, et on a un peu de route à faire. Et encore une fois, elle est superbe.

route islaned

Notre destination se trouve à Akureyri. Cette ville de 18.000 habitants sur la rive ouest du fjord Eyjafjörður, c’est un peu la capitale du nord. On est à 50km du cercle polaire ici.
Le logement donc, c’est à la Súlur Guesthouse, accueil cool, chambre impeccable et moderne.
Plus d’infos ici : https://sulurguesthouse.is/en

Ensuite on part à la découverte de cette jolie petite ville, on traverse rapidement le jardin botanique .. car très honnêtement il n’est pas très grand et il n’y a pas grand chose à voir, mais c’est tellement étrange de retrouver de la verdure et des plantes en Islande ! Puis on passe devant la grande église Akureyrarkirkja.

eglise akureyri

Ensuite on cherche un endroit où boire un verre et manger. Sans grande inspiration on finit dans la rue commerçante principale, au Bláa kannan café avec sa grande façade bleue. Très sympa. Plus d’infos ici : https://www.facebook.com/blaakannan/

On poursuit notre petite visite d’Akureyri by night 🙂

Akureyri islande

Spéciale dédicace à la maisonnette à curry!

Akureyri islande

Certains noms d’enseignes passent assez mal en français !!! 😀

<< Jour 6 – Hengifoss – Dettifoss – Myvatn
>> Jour 8 – Akureyri – Stykkishólmur

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *