Monténégro roadtrip jour 4

Kolasin – Canyon Mrtvica – Podgorica

Après une excellente nuit à l’hôtel Dream House à Kolasin on est paré pour ce quatrième jour au Monténégro. Une fois le petit déjeuner avalé, on monte dans la voiture, l’objectif de la journée c’est une randonnée très réputée : le canyon de Mrtvica. Hop en route ! 🙂

Juste à la sortie de Kolasin on prend la route E65 en direction de Podgorica. Vingt kilomètres plus loin, juste au bord de la route, se trouve un site culturel et religieux très connu : c’est le monastère de Morača . Il est fondé en 1252 près de la rivière Morača. C’est un lieu de pèlerinage et on y vient depuis tout le Monténégro. Il abrite des grandes fresques murales et des icônes religieuses « exceptionnelles ». C’est juste sur le chemin, on a hésité à s’y arrêter, mais quand on a vu qu’il y avait déjà de nombreux bus de touristes garés, on a décidé de tracer la route, hop.

Le point de départ de notre randonnée se situe 6 km plus loin, à peu près à ces coordonnées : 42°43′ N 19°22′ E. En gros, quand vous voyez le paysage se dégager sur votre droite, c’est le canyon de Mrtvica, et c’est ici qu’il faut s’arrêter 🙂 Je me suis garé le long de la route, mais il y a moyen de s’aventurer en prenant un chemin un peu plus bas et en se garant dans un pré (qui sert aussi de camping).

Pas vraiment besoin de carte pour cette randonnée, il suffit de suivre la rivière Mrtvica tout le long du canyon, au début sur la rive gauche, puis la rive droite, jusqu’à ce qu’on décide de faire demi-tour. Simple! Si vous ne faites pas demi-tour, vous arriverez au bout d’une longue marche au hameau de Velje Duboko qui est probablement le village le plus difficile d’accès du Monténégro! Et vous allez voir, cette randonnée est un régal. Prévoyez 6 à 7 heures de marche, avec pause pique-nique et nombreuses pauses photos 😉

Tout commence avec ce premier pont qui enjambe la Morača, et juste après il y a un espace de camping dans un pré où il est possible de se garer (enfin je crois …).

On utilise ensuite un autre petit pont, qui cette fois passe au dessus de la rivière Mrtvica. Les deux rivières se rejoignent juste là.

Le début de la balade le long de la rivière se passe sur une petite route goudronnée et champêtre.

… avec ses curiosités locales 🙂

A un moment, il faut quitter la route et descendre sur la droite pour rejoindre Danilov Most (le pont Danilo). Bon, je ne pense pas avoir pris forcément le meilleur sentier à ce moment là, car il était assez pentu et pas vraiment évident .. hem .. cela dit on arrive plus ou moins intact devant ce vieux pont construit en 1859 par le prince Danilo Petrovic en hommage à sa mère. Un bien joli pont!

La rivière Mrtvica qui coule en dessous est juste superbe, les eaux sont transparentes, on voit des truites joyeuses et la nature est heureuse, si si !

Ensuite on crapahute un peu pour prendre de la hauteur et on suit un sentier à l’abri du soleil sous les arbres, c’est super agréable.

Une très belle vue sur le canyon de Mrtvica 🙂 C’est beau le Monténégro hein ?

Après un passage au milieu des champs fleuris et des vergers pleins d’arbres fruitiers, on longe une minuscule ferme perdue avec une gentille mamie qui vend des citronnades home-made au bord du chemin 🙂 Elle avait l’air très gentille, mais j’avoue que sur le moment j’ai eu plus confiance dans l’eau de ma bouteille en plastique, je sais c’est con 😐

La petite maisonnette suivante est complètement abandonnée, et le chemin, il n’existe plus. Il faut s’avancer dans le verger pour retrouver ce qui ressemble à un sentier 🙂 Comme le chemin passe par des propriétés privées, il parait que parfois les habitants installent des barrières et demandent un petit droit de passage, genre 2 ou 3 euros. Ne vous étonnez pas si ça arrive.

Il y a partout des trucs trop jolis à voir, tiens par exemple, au hasard ça, hop! 🙂

A un moment durant votre marche vous allez voir de la mousse sur tous les arbres autour de vous. C’est d’ailleurs le seul endroit où on voit ça. Attention tenez vous sur vos gardes …

Car ici, il ne faut pas louper LE TRUC A VOIR de la randonnée. C’est un petit chemin qui s’éloigne vers la rivière, et ce serait franchement dommage de passer à côté. C’est Kapija Zelja (c’est d’ailleurs écrit sur le panneau) : la Porte des Souhaits. Ce lieu est vraiment magique. C’est assez fou comment parfois la nature peut faire une mise en scène aussi réussie.

C’est le seul endroit du canyon où les arbres sont couverts de mousse, et c’est comme par hasard à cet endroit où deux rochers semblent se toucher le front pour former une porte qui donne sur la rivière cristalline. Naturel et incroyable! Il parait que si on jette une pierre à travers la porte en faisant un souhait, une fée de la montagne viendra l’exaucer.

La pente est assez raide pour descendre à la rivière et on voit tous les cailloux jetés par les gens, les fées ont du beaucoup travailler!

Il y a possibilité de se pique-niquer sur des rochers sur la gauche de la porte, avec une belle vue sur la rivière, mais on a trouvé un meilleur spot plus loin 🙂

Quand on arrive ici, on se dit que c’est vraiment l’endroit idéal pour s’arrêter manger au bord de la rivière et mettre les pieds dans l’eau.

Tout se déroule exactement comme ça, sauf pour les pieds dans l’eau. La température de l’eau doit être d’au moins 2 ou 3 degrés pas plus. J’exagère à peine, c’est glacial! Au bout de 20 secondes je ne sentais plus mes orteils! 🙂 Ce point là mis à part, on profite carrément de ce moment de détente, à peine troublé par le passage de quelques randonneurs.

Après ce passage, le canyon se fait beaucoup plus étroit et le chemin est carrément creusé dans la paroi rocheuse.

Plus on avance et plus ça devient étroit et hasardeux. Il y a de nombreuses traces d’éboulements. D’ailleurs un truc est peint sur la paroi, je ne sais pas ce que ça veut dire, mais je l’ai interprété comme « ça devient dangereux et puis il faut faire tout le chemin dans l’autre sens maintenant et en plus c’est moi qui conduit la voiture après pff ». Ma traduction doit être à peu près correcte! En continuant le chemin au péril de notre vie, on aurait sans doute atteint un tunnel permettant de rejoindre un peu plus loin le village perdu de Velje Duboko. Tant pis, ce sera pour une autre fois 😉

Le chemin du retour est le même qu’à l’aller et c’est toujours aussi enchanteur 🙂

Petite nouveauté au retour : à un moment, il faudra bifurquer sur la droite pour prendre ce petit pont de bois. Déjà le lieu est joli, et ensuite, ça vous fait rentrer par un autre chemin un peu plus rapide. Histoire de varier les plaisirs!

Cette superbe randonnée est finie. Coup de chance, la voiture est toujours au bord de la route et il n’y a pas eu de vol ! 🙂 Maintenant, direction 40 km plus au sud, vers Podgorica, la capitale du Monténégro. On a encore trouvé quelques heures plus tôt un airbnb bien placé près du centre ville, dans le quartier Nova Varos (downtown) : un studio pour 23 Eur la nuit, une fortune ! 😉

Le temps de trouver l’adresse, de prendre une bonne douche et un peu de repos, il fait déjà nuit. Sur les conseils de notre logeuse, direction la Pizzeria Calabria (57 Miljana Vukova) vraiment pas loin de l’appart. C’est une petite pizzeria de quartier avec un accueil un peu rugueux au début mais qui se détend très rapidement. Pizza très honnête, repas sympa et encore une fois arrosé de vin Monténégrin qui cogne 😉

On part ensuite un peu au hasard dans les rues de la capitale. Autant vous le dire tout de suite, la ville n’est pas particulièrement jolie. Elle a pratiquement était rasée par les bombardements pendant la seconde guerre mondiale, et sa reconstruction a eu lieu sous l’ère de la Yougoslavie communiste de Tito. Elle s’appelait d’ailleurs Titograd jusqu’en 1992. L’architecture générale est plutôt du genre ‘moderne communiste moche’. On fini sur la Place de la République avec sa grande fontaine et quelques oeuvres d’art urbain. Il y a un grand centre commercial moderne, et en face, l’Assemblée Municipale de Podgorica.

Les rues adjacentes (Bokeška, Njegoševa et Slobode) sont remplies de bars et les terrasses sont bondées. La jeunesse plutot aisée a ses habitudes ici et on a l’impression d’être les seuls touristes de la ville. Comme on n’a plus trop envie de marcher, on restera un bon petit moment à boire des verres en terrasse 🙂

Et hop au dodo, car demain une nouvelle super journée nous attend!
Le jour 5 du road trip, et sinon relire le jour 3.

Monténégro roadtrip jour 3

Zabljak – Savin Kuk – Durdevica – Dobrilovina – Kolasin

Cette troisième journée au Monténégro marque nos adieux avec le parc du Durmitor et le nord ouest du pays. En effet, la météo s’annonce mauvaise dans les jours qui viennent, alors il est temps d’aller vers d’autres régions inexplorées. En attendant, on sitote le café sur la grande terrasse de l’Hotel Žabljak. et on jette un oeil au programme de la matinée : une bonne petite balade qui va nous en mettre plein la vue 🙂

C’est parti pour la ballade vers le point de vue de Curevac 🙂 Il est évidemment possible de faire cette petite randonnée en partant depuis le centre de Zabljak, mais par manque de temps, on joue la facilité et on s’avance en voiture 🙂 Il faut prendre la petite route qui monte au nord de Zabljak, et s’arrêter dans la forêt dès qu’on peut (quelque part vers ces coordonnées 43.19, 19.09). Sinon, un ou deux kilomètres plus loin il y a un petit parking payant. Mais revenons sur la première solution.

Depuis ces coordonnées dans la forêt, le chemin est assez simple, c’est tout droit vers le nord. On suit le sentier au milieu de hautes herbes, avec des forêts de pins noirs autour, et au loin la chaîne de montagne. Encore une fois, le Monténégro c’est très beau! (je l’ai déjà dit ça ?)

Après avoir enjambé une clôture et fait coucou à une vache perdue en pleine forêt, on grimpe une pente aussi raide que raide. Et à un moment, on sort de la forêt, ça se dégage, on avance encore un peu et … BIM !!

Vous voila arrivé au point de vue de Curevac, et il n’y a pas à dire, ça envoie du lourd dans tous les directions. On est surtout impressionné par l’énorme falaise à pic qui donne sur l’immense canyon. Et immense, je pèse mes mots. Avec 82 km de long et une profondeur pouvant atteindre 1300 m, c’est le deuxième plus grand canyon du monde après le Grand Canyon américain. Tout en bas, loin loin, on peut apercevoir la rivière Tara qui fait une courbe.

Vers l’est, le canyon s’étend encore sur des kilomètres. C’est hyper impressionnant. Cet endroit est réputé aussi pour ses magnifiques couchers de soleil. Pour nous, la balade s’écourte car très rapidement, des gros nuages recouvrent le ciel, et il commence à pleuvoir. Le retour dans les bois se fait au pas de course 🙂

Alors que des trombes d’eau s’abattent sur le nord du Parc du Durmitor, je file vers le sud pour tenter d’avoir une accalmie et pour profiter d’une autre attraction locale : le télésiège de Savin Kuk. En hiver, quand il y a de la neige, on peut faire du ski sur le mont Savin Kuk et profiter des 6 petites pistes ouvertes. Le domaine skiable est ridiculement petit, mais bon hein, on n’est pas la pour critiquer. En été, le télésiège, c’est la solution de facilité pour accéder au sommet d’une montagne du Durmitor 🙂

Sauf qu’avec ce mauvais temps, pas de chance, il est à l’arrêt! On nous annonce qu’il y a trop de vent et de pluie au sommet et qu’on ne sait pas s’il se mettra en marche … En attendant dans le ciel, c’est assez cataclysmique. Il y a même un truc assez bizarre, une sorte de zizi de nuage … bref, la situation ne s’annonce pas pour le mieux!

Il en faut plus pour nous abattre ! On s’installe donc au restaurant Durmitorsko Sijelo situé juste à côté et on se commande un grand plat bien copieux et bien arrosé. Et miracle de la bouffe, le temps de digérer avec un petit rakija, la météo semble se calmer un peu. Second miracle, le télésiège se met en marche et on est dans les premiers à monter dedans 🙂 (alors qu’on a vu telllllement de gens arriver et repartir déçus, sans prendre le temps d’attendre un peu).

On est donc tout fiers dans notre télésiège! Sauf qu’à la première halte, moment de changer de télésiège, le type dans sa cabine fait la grimace avec son talkie walkie, il nous montre le ciel du doigt et il dit pas plus de 15 minutes ! ou 30 minutes ? ou 45 minutes … difficile à comprendre avec l’accent 😉 Bref on prend le second télésiège et on monte. Au sommet on tombe sur cette jolie fontaine! Elle a l’air un peu ridicule comme ça, mais c’est la source Savina Voda. C’est assez rare en fait d’avoir une source comme ça à 2270 m d’altitude. Elle a été baptisée du nom du saint préféré des balkans, St Sava. Les jeunes filles y viennent lors de la fête de St Jean dans l’espoir de se marier dans l’année, et les gens en général y jettent de l’argent… car ils sont idiots.

Le Savin Kuk qui culmine à 2312 m est probablement le sommet le plus visité du parc du Durmitor. Cette montagne offre une très jolie vue sur l’est de la région qui s’étend jusqu’à l’horizon avec des petites collines.

De l’autre côté, c’est la vue sur les sommets chaotiques et photogéniques du parc du Durmitor … et aussi sur les gros nuages, d’où jaillissent régulièrement des éclairs (ça ne se voit pas sur les photos, ne cherchez pas).

Pour profiter pleinement de votre venue au Savin Kuk, il faut prendre le petit sentier qui grimpe au sommet.

De là, on peut voir le Lac Noir et Zabjlak un peu plus loin. C’est magnifique!

Mais ce jour là on est hyper, avec l’orage qui explose tout autour de nous. Il y a des bourrasques de vents et les éclairs sont de plus en plus proches. Il est temps de rebrousser chemin!

On sera finalement resté une petite heure au sommet, et on serait volontiers resté plus longtemps.

A notre retour en bas, ils étaient déjà en train d’annoncer qu’ils faisaient descendre tout le monde et qu’ils arrêtaient pour la journée. On a eu un timing parfait ! 🙂

On remonte en voiture et on reprend le même chemin que la veille, c’est-a-dire, tourner au croisement de la route P5 au niveau du restaurant Izvor et suivre la petite route qui passe à côté du site de Bogumilski stećci.

Deux kilomètres plus loin, il y a un autre site historique avec une nouvelle nécropoles de vieilles tombes médiévales, les stećci . Ces tombes sont typiques de la région des balkans entre le XII et XIVe siècle.

Elles restent mystérieuses et on les rattache à la pratique du Bogomilisme. Que cache ce nom barbare ? Et bien c’est un peu l’ancêtre du Catharisme. En gros cette branche de la religion chrétienne croit que le monde est divisé entre le bien et le mal. L’église appartient au domaine terrestre et donc on rejette son autorité car elle est corrompue. La pratique de la prière est une affaire personnelle, on ne suit pas de chef. Evidemment tout ça sera réprimé dans le sang par l’Eglise de Rome, et comme pour les Cathares plus tard, on brûlera toute trace de leur existence et croyances … Il reste seulement ces tombes, disséminées dans tous les balkans.

Encore une fois, dans ce décor et avec cette météo, toute la région baigne dans une atmosphère mystique du plus bel effet!

En continuant la route, autant vous prévenir, c’est tout pourri. Il y a des nids de poules un peu partout et on est presque à se demander si cette route est vraiment utilisée … surtout à ce moment où j’ai le sentiment de rentrer dans la sinistre vallée de la mort 😐

C’est tellement sinistre que même ce pylône électrique est laissé à l’abandon, seul au milieu de nul part! Pas de câbles, pas d’autres pylônes, la désolation totale!

On découvre des maisons abandonnées perdues dans les bois. Cet endroit est décidément vraiment charmant. On imagine aisément les chouettes soirées d’hiver qu’on doit y passer à jouer au scrabble ou à décapiter des voyageurs perdus ! 😐

Il semblerait que ce village perdu et sinistre, s’appelle Njegovuđa et compterait 200 morts vivants .. oups, habitants.

On y trouve de splendides magasins délabrés et des maisons en ruines.

Il y aussi cette formidable construction qui doit être euh … l’hôtel de l’enfer je pense, ou un truc dans le genre. On a même eu droit à un chien squelettique hurlant à un croisement ! La totale haha

Ce village a surement plein d’atouts bien cachés que je n’ai pas su voir, mais tout de même, je pense que ce petit détour vaut le coup pour son originalité !! 🙂

Retour à la civilisation un peu plus loin, on retrouve la grande route P5! Quelques virages en lacets et on s’enfonce dans le canyon de Tara, on arrive devant le célèbre pont Durdevica. Il est construit entre 1937 et 1940. La légende raconte qu’il n’y aurait eu qu’un seul ouvrier mort pendant la construction, une fierté locale! Avec 365 m de long et un tablier à 172 m au dessus de la rivière Tara, c’est au moment de sa construction le plus haut pont routier d’Europe. Alors que le béton est à peine sec, en 1942 il est dynamité par la résistance pour lutter contre l’avancée des forces italiennes, alliées des nazis. Il sera reconstruit en 1946.

Ce pont, c’est l’attraction touristique du coin. Il y a des bus de touristes, des boutiques de touristes, des restaurants de touristes, et des animations pour touristes. Et l’animation phare, c’est la Zipline au dessus du canyon!

Ça a l’air génial comme ça. Mais à lire les témoignages des gens, les sensations ne sont pas incroyables … Sur place vous aurez l’embarras du choix, une zipline tous les dix mètres!

Nous on reprend la route, direction Mojkovac, c’est facile, il suffit de regarder sur le panneau 😀 (pour info ce sont des petits autocollant laissés par les motards, pour dire « je suis passé ici », c’est plus hygiénique que faire pipi pour laisser sa trace 😉 )

La route au fond du canyon longe la rivière Tara et offre décor sensationnel. C’est très encaissé, il y a des falaises énormes de chaque côté, et c’est très beau. Je vous l’ai déjà dit que le Monténégro c’est beau ?

Quelques kilomètres après le pont il y a une aire de parking sur la route. Elle permet de venir se dégourdir les jambes au bord de cette jolie rivière Tara. En plein été, le niveau de la rivière est assez bas et le rafting (qui est l’activité reine) est plutôt tranquille. En revanche de mars à fin mai, pendant la fonte des neiges, c’est une toute autre histoire! Cette rivière a déjà accueillit des championnats du monde de rafting. Un parcours qui se fait en 3-4 heures l’été (en pagayant pour avancer) se fait en moins de 45 minutes à cette période! C’est vous dire le niveau de cette rivière qui devient une des plus réputées au monde à ce moment là!

A un moment durant votre trajet en voiture vers l’est, le canyon s’ouvre sur votre droite, et la route fait une courbe dans la vallée. Il faut vous arrêter ici. Déjà, le lieu est superbe et dégage plein de magie. On est isolé de tout.

Ensuite, la route fait cette courbe pour contourner le monastère de Dobrilovina. On ne sait pas exactement de quand date sa construction. Les premières mentions du hameau de Dobrilovina datent de 1252. Plus tard, le monastère orthodoxe dédié à St Georges est évoqué par les ottomans qui autorisent les villageois à reconstruire le monastère pillé et détruit pendant la guerre. Il date d’au moins 1593. Il sera pillé à de nombreuses reprises durant des siècles de conflits dans la région. Sa version actuelle date de sa rénovation en 1905.

Des religieuses occupent les lieu et il est possible de le visiter gratuitement, en faisant attention aux gros chiens qui montent la garde!

C’est aussi l’occasion de se dégourdir les jambes et faire une balade dans la forêt jusqu’à la rivière Tara et emprunter le vieux pont suspendu en fer, rouillé et qui craque de partout.

Avec un peu de chance vous pourrez voir des bateaux de raftings passer en dessous et leur jeter des cacahuètes 🙂 mais il était trop tard ce jour là, il n’y avait plus que nous, les oiseaux et les bruits bizarres dans les bois.

C’est beau hein ? (j’ai l’impression de me répéter 😉 )

On remonte en voiture et on fait une halte à Mojkovac. C’est la ville du coin, avec ses 4000 habitants. Elle n’a pas trop de charme. C’était une cité minière (plomb et zinc) et un peu plus loin on peut visiter les mines de
Brskovo, exploitées depuis le XIIIe siècle. C’est aussi dans cette ville que l’armée monténégrine a remporté une importante victoire en 1916 face à l’armée austro-hongroise. Il y a d’ailleurs un massif monument aux morts à l’entrée de la ville en commémoration. Bon … à vrai dire, moi je me suis juste arrêté ici pour faire le plein d’essence hein 😀

On a prévu de passer la nuit à Kolasin, 20 km plus au sud. Le contact airbnb ne donne pas signe de vie, on annule et on improvisera sur place. Justement nous voici à destination, dans la petite ville de Kolasin. Elle est au calme, à proximité du parc national de Biogradska Gora. L’hiver elle se transforme en station de ski, il y a des pistes quelques kilomètres plus loin. C’est aussi un bon endroit pour y passer quelques jours et faire les nombreuses randonnées possibles dans la région.

Par hasard on trouve sur Booking un hôtel qui s’appelle Dream House, et qui a l’air super bien mais dont personne ne parle et qui n’a pas d’avis … On est intrigué, on va voir. Il est franchement pas évident à trouver, au sud de la ville au bout d’un petit chemin. Et c’est la surprise, l’hôtel est TOP! En fait ça faisait quelques semaines à peine qu’il était ouvert 🙂 On craque notre budget, 50 Eur la nuit (oulala!). On a une super chambre, tout est moderne, neuf et propre partout, les gens sont sympas. Vraiment je vous recommande ce lieu 🙂
http://www.dreamhousehotel.me/me/

On rejoint ensuite le centre ville à pieds. Le centre ville se résume à la grande place centrale 🙂 Pour le restaurant, on opte pour le Konoba qui semble apprécié. (Plus d’infos ici). On mange de la nourriture locale rustique dans le charme d’un vieux chalet rustique, avec des chats rustiques qui se faufilent parfois entre nos jambes, et des enfants rustiques qui jouent à la guerre sur la petite place non loin. Est-ce que c’est à cause de l’abus de vin rustique, je ne sais pas, mais en tout cas je garde un bon souvenir de ce restaurant 😉

La suite du road trip, jour 4
Et pour lire le jour 2

Crno Jezero – Lac Noir

Le Crno Jezero (aussi appelé Lac Noir) est probablement le plus beau lac du Monténégro. En tout cas il est ultra photogénique et très populaire. C’est un lac glaciaire à 1416 m d’altitude. En réalité il s’agit de deux lacs (Veliko et Malo) reliés par un minuscule passage. Le Crno Jezero est entouré de grandes forêts de sapins, et derrière lui, les sommets du parc Durmitor trônent majestueusement. Un superbe écrin de mère nature pour un lac qui se découvre comme un trésor 🙂

Il est à 3 km environ de Zabljak. Vous pouvez donc venir à pieds. En voiture il faudra vous garer le long de l’unique route qui y mène. Si vous avez de la chance comme nous, vous pourrez même trouver miraculeusement une place à quelques mètres du guichet. Il faut en effet acheter un ticket (3 Eur) qui vous autorise à pénétrer dans le parc du Durmitor. Après une petite vingtaine de minutes de marche (et une succession interminable de stands proposant fruits rouges, confitures, champignons, miel, liqueurs et autres produits locaux) le chemin débouche sur ça!

Il y a évidemment un peu de monde, c’est un spot facile d’accès où tout la famille peut venir. Mais ne boudons pas notre plaisir, le lieu est carrément superbe!

Un sentier permet de faire le tour du lac (ou plutôt des lacs). La grande boucle fait environ 7 km. C’est l’occasion de s’arrêter régulièrement pour imprégner ses rétines de belles images 🙂

Le passage étroit entre les deux étendues d’eau est parfois à sec (surtout en été) et permet de faire seulement le tour du premier lac si on le souhaite. Le premier lac, Veliko, est le plus grand en surface. Mais comme le second lac, Melo, est plus profond, c’est le petit lac qui a le plus grand volume d’eau.

La légende raconte que la formation des deux lacs serait l’oeuvre de Saint Sava (un saint Serbe très connu du XIIe siècle). De passage dans la région et accusé à tort de vol par les villageois, il ordonna aux rivières de la montagne de punir les habitants. Les villageois coururent vers la montagne pour se réfugier et d’autres s’enfuirent dans la forêt. Dans les deux cas, l’eau les a recouvert et a formé les deux lacs.

Le sentier à l’abri du soleil dans les bois est facile à suivre, impossible de se perdre. Il parait que près du lac, on peut rejoindre une grotte où le futur maréchal Tito a vécut quelques temps en 1942 pendant sa période de résistance face aux nazis. Je n’ai pas vu de panneau ni cette fameuse grotte historique.

La deuxième lac a des eaux entre le turquoise et le vert émeraude en fonction de la lumière. Il est vraiment magnifique. Il est aussi beaucoup plus calme car il y a moins de personnes qui viennent jusqu’ici.

Pour profiter encore plus des lieux, il est possible de louer des canoës 🙂

En été la température de l’eau dans le lac est d’environ 20 degrés. Baignade possible donc, mais pas pour les frileux 😉

Le Crno Jezero sert aussi pour des événements culturels comme le Wild Beauty Art festival par exemple. C’est un petit festival de musique, au bord du lac. C’est magistral comme décor, et c’est gratuit 🙂 Plus d’infos ici.

Il y a aussi le Green Montenegro Film Fest qui se déroule l’été : un petit festival autour des films sur la nature et l’écologie. Plus d’infos ici.

Après cette balade, si vous avez faim ou soif, vous pouvez faire une halte au restaurant Nacionalni restoran Crno jezero qui donne directement sur le lac. C’est l’endroit idéal pour boire un petit verre en fin de journée et en regardant le soleil se coucher derrière les montages du Durmitor. Je n’ai testé que le mode apéro et je ne sais pas ce que vaut la cuisine. D’après les avis que j’ai pu recueillir ils ont parfois tendance à se faire plaisir sur les additions (vérifiez bien).

Pour information, il y a de nombreux sentiers de randonnées qui partent du lac noir, et vous pouvez par exemple en profiter pour aller jusqu’au lac Zminje Jezero (lac des serpents) ou encore un peu plus loin au lac Jablan Jezero.

Pour revenir à Zabjlak, et pour la suite du road trip jour 2

Seven Sisters

Les Seven Sisters, c’est un site naturel extraordinaire, sur la côte sud de l’Angleterre. Hop en route!

Pour arriver aux fameuses Seven Sisters, il faut rouler sur la route côtière A259 qui relie Brighton, Newhaven et Eastbourne. La campagne anglaise à cette endroit est vraiment très jolie 🙂

Plusieurs options d’approches sont possibles. Par exemple vous pouvez aller au National Trust Car Park de Birling Gap (Site), c’est le spot officiel à touristes avec un grand parking payant (3£ pour 2 heures). De toute façon, tous les parkings dans les environs sont payants! Sauf … une chouette alternative que je vous propose 🙂

Rendez vous au Cuckmere Inn Pub (Site officiel) qui est situé sur l’A259. Il y a un petit parking … qui est gratuit si vous consommez sur place. Il suffit de donner votre plaque d’immatriculation au bar, et d’aller vous boire une pinte ou deux. Et comme ils ont un superbe jardin aménagé, c’est un pur plaisir 🙂 Les plats ne sont pas mauvais non plus !

(Bon en fait, il y a un autre petit parking gratuit dans le coin. C’est le South Hill Barn Car Park, au sud est de Seaford, mais je trouve ça plus agréable d’avoir l’option bières et toilettes à disposition 😉 )

Une fois l’estomac bien rempli, vous êtes parés pour une petite balade digestive d’une vingtaine de minutes. Il suffit d’emprunter le sentier au niveau du parking, et c’est tout droit vers la mer, en suivant la petite rivière Cuckmere.

Le sentier vous conduit aux célèbre cottages des gardes côtes. C’est le spot pour la photo emblématique (et que j’ai magistralement foiré). Ils ont été construit en 1822 pour surveiller la grande plage de galets qui est utilisée par des contrebandiers depuis des siècles. A cause de l’érosion au pied des maisons, elles risquent de s’écrouler et des travaux de consolidations sont en cours (plus d’infos sur le site).

De là, on a une des plus belles vues sur les falaises des Seven Sisters. Les grandes falaises de craie blanche s’étendent devant vous. Chaque sommet correspond à une « sœur » et il y a en 7 qui font face à la mer depuis des millénaires. Voici leurs petits noms : Haven Brow (la première sur la photo, et la plus grande aussi, avec 77 m de haut), Short Brow, Rough Brow, Brass Point, Flat Hill, Baily’s Hill et Went Hill.

En descendant sur la plage ne manquez pas le bunker de la seconde guerre mondiale relooké.

Si ça vous tente, vous pouvez grimper en haut des falaises. Personnellement, je trouvais que c’était plus sympathique en bas 🙂

Pour revenir au parking, soit vous reprenez le même chemin, soit en prenant le sentier qui longe l’autre rive du Cuckmere et qui vous fait passer par une réserve biologique et des grands marais. La distance est quasiment identique.

C’est maintenant l’occasion d’aller visiter la très chouette ville de Brighton, pas loin d’ici.

Vienne – Randonnée dans les vignes

Vous avez envie de sortir un peu de Vienne? Je vous propose une petite balade vraiment sympathique à quelques kilomètres du centre historique 🙂 Les collines qui entourent la ville sont couvertes de vignes, et c’est justement là où je vous emmène! Il faut savoir que dans la métropole de Vienne, il y a plus de 700 hectares de vigne, une cinquantaine de domaines, et une production de 2,4 millions de litres de vin par an! Ca change des quelques malheureux pieds de vignes de Paris à Montmartre haha. Le vin viennois, c’est principalement du vin blanc. Et la spécialité ici depuis des siècles, c’est le « Wiener Gemischter Satz ». En gros, sur les parcelles de vignes, on cultive jusqu’à 20 cépages différents, et ils sont ensuite pressés et vinifiés ensemble. Le but est d’avoir un vin constant et minimiser les risques d’une mauvaise récolte.

Il y a de nombreux chemins de randonnées dans les collines, et vous pouvez avoir plus de détails ici. Je vous propose d’user vos chaussures et d’affuter vos papilles, en suivant une variante du circuit Stadtwanderweg 1 – Kahlenberg. Une petite dizaine de kilomètres vous attendent, et rassurez vous, il y a plusieurs endroits pour se poser, profiter du paysage, et bien sur pour déguster du vin 😉

Pour commencer, il faut prendre le tramway D, et aller jusqu’à son terminus au nord de Vienne, à l’arrêt « Nußdorf, Beethovengang ».

Ensuite, c’est simple, il n’y a plus qu’a suivre le panneau
Stadtwanderweg 1. Le début de la ballade se déroule le long d’un petit ruisseau dans ce charmant village viennois.

Juste après le cimetière, les premières vignes apparaissent, voilà, on est dans la nature, dans des grands espaces, et ça fait du bien 🙂

Certains pieds de vigne sont même sponsorisés par les plus grandes célébrités de la planète, ça rigole pas ! 😉

Quand le chemin rentre dans la forêt , vous avez le choix. Soit vous voulez raccourcir la marche et vous prenez le chemin qui monte sur votre droite. Soit vous avez envie de vous balader et de profiter de cette belle forêt, alors vous continuez votre route le long du ruisseau 🙂 Même l’arbre avec la marque jaune du sentier semble être partagé entre ces deux choix, ou alors c’est qu’il à trop bu 😉

Pour info, si vous prenez le « raccourci » vous louperez un site insolite qui se cache dans la forêt! C’est une maison d’artiste, isolée et perdue au milieu des bois. On peut la voir de l’autre côté du ruisseau.

C’est super coloré, ça a l’air trop cool, mais malheureusement je n’ai pas trouvé plus d’infos sur ce lieu. Si ça vous parle, je suis preneur 🙂

Ensuite, on continue de profiter de cette belle nature 🙂

Après une bonne montée, le chemin sort enfin de la forêt et on se retrouve face à une route. Il faut la traverser, et continuer de grimper la colline en suivant le sentier sur la gauche de la route. Un peu plus loin, il faut prendre la passerelle qui enjambe la route et retourner dans les bois.

Vous arrivez ensuite au pied de la Stephaniewarte. C’est une tour de guet construite en 1887 au sommet de la colline que vous venez de gravir, le
Kahlenberg (484m de haut). La tour fait 22m de haut et servait à surveiller le trafic sur le chemin de fer à crémaillère. Mais de quoi on parle, il est où ce chemin de fer ? on ne voit rien! Et bien en 1873, en vue de l’Exposition Universelle, la ville de Vienne décide de construire un chemin de fer à crémaillère (comme en Suisse), et qui servira d’attraction pour emmener les visiteurs au sommet de la colline. Le petit train fonctionnera tranquillement jusqu’en 1914. Après la guerre, le charbon se fait rare, des vols de traverse de rails ont lieu, et le dernier voyage du train a lieu en 1921. Depuis, l’itinéraire suivi par le petit train a été remplacé par la route que vous venez de longer.

Maintenant, il ne reste que cette tour … et ses toilettes publiques historiques ! 🙂 La dame pipi qui gère l’entrée vous tiendra à l’œil, attention !! 😉

Un peu plus loin il y a un grand banc en pierre semi circulaire, en hommage à la Kaiserin Elisabeth … qui est plus connue sous le nom de Sissi 🙂

Le chemin sort de la forêt et un monument commémoratif vous accueille. C’est ici, en 1683, qu’est arrivée l’armée de secours qui a permis de libérer la ville de Vienne qui était assiégée par les Turcs. Cette bataille où 200.000 hommes s’affrontent marquera la fin de la politique d’expansion des armées ottomanes.

Si l’histoire ne vous passionne pas trop, vous pouvez simplement traverser la place, et slalomer entre les touristes. Car hélas, oui, il y a un grand parking rempli de voitures et d’autobus. Tous viennent s’agglutiner sur la terrasse d’un restaurant ultra bondé.

Il faut bien avouer que la vue sur Vienne est formidable! 🙂

Comme il y a vraiment beaucoup trop de monde ici, je vous propose d’aller un peu plus loin pour faire une véritable halte. Ça se passe à Josefinenhütte. C’est un restaurant très bien situé en lisière de forêt, avec des grandes terrasses dehors. L’ambiance y est très agréable et reposante 🙂 (le site web ).

Attention, je vous conseille de ne pas manger ici (même si c’est surement très bon), mais plutôt de vous rafraichir avec un petit verre (ou deux), avant de rejoindre le lieu où vous pourrez vraiment vous rassasier 🙂

Pour ça il faut traverser le terrain d’accrobranche (juste à côté du restaurant) et reprendre le sentier à travers la forêt. Au premier croisement, prendre à droite.

Quand vous sortez de la forêt, il faut prendre à gauche sur la petite route en direction de Heuriger Hirt.

Un Heuriger, c’est un lieu incontournable de votre séjour viennois. C’est le nom de l’endroit tenu par des vignerons et qui permet de gouter les vins locaux tout en dégustant des spécialités. Il y a de nombreux Heuriger. J’ai beaucoup aimé celui là. Ne serait-ce que pour la vue déjà. Ensuite le buffet était plutôt bien garni, et c’était très bon et vraiment pas cher. Le service peut paraitre un peu rude, mais en fait très sympathique dès qu’on sort en sourire. On y a passé un très bon moment, et je recommande vraiment 🙂

Heuriger Hirt (Eisernenhandgasse 165) : Leur site web

Une fois que vous avez fini de cuver … ou de faire la sieste sur les transats, il est temps de reprendre le chemin. C’est tout de suite plus facile, ça descend ! (et avec un peu de vin dans le sang, la fatigue, on l’oublie vite 🙂 )

La route vous conduit au charmant petit village de Kahlenbergerdorf (avec sa jolie église).

Je vous conseille ensuite de passer sous le pont ….

Et ainsi rejoindre les berges du Danube. Ensuite, il suffit de longer tranquillement ce grand fleuve et passer à côté de nombreuses guinguettes animées 🙂

On arrive enfin au niveau des écluses de Nussdorf qui servent à réguler le débit du canal du Danube qui va vers le centre de la ville.

C’est ici que cette longue ballade s’achève. Il faut prendre le petit tunnel et rejoindre la gare Wien Nussdorf Bahnhof. Et de là, hop un petit tour de train pour rejoindre le centre ville (ou reprendre le tramway D si vous n’êtes pas trop pressé).

Pour continuer à découvrir Vienne :

Gran Canaria – Roque Nublo

Le Roque Nublo, c’est le symbole emblématique de l’ile de Gran Canaria. On pourrait presque le comparer à Uluru en Australie. C’est un énorme rocher, quasiment situé au centre exact de l’ile. Et depuis toujours, il était utilisé comme un lieu de culte par les Guanches. Pour y aller, c’est simple, vous roulez vers les montagnes. Vous trouverez obligatoirement à un moment un panneau vous indiquant la direction de Roque Nublo sur la GC-600. Sur place, il y a un petit parking où vous devriez trouver de la place facilement. Ensuite, on marche.

gran canaria canaries roque nublo nature paysage nature balade rando

Le trajet fait environ 5km aller / retour (par le même chemin). Le sentier est bien pavé au début. Il n’y a pratiquement pas de zone d’ombre sur le site, prenez vos précautions. Personnellement, je vous conseille d’y venir en fin d’après midi. Il y a moins de monde, il fait plus frais, les couleurs sont plus belles, et vous pourrez enchainer avec une magnifique coucher de soleil depuis le Pico de las Nieves. Évidemment, vérifiez la météo avant de partir! S’il y a des nuages, allez ailleurs sur l’ile, car vous ne verrez rien!

gran canaria canaries roque nublo nature paysage nature balade rando

Les paysages aux alentours sont magnifiques. Toute la zone est protégée depuis 1987.

gran canaria canaries roque nublo nature paysage nature balade rando

En rentrant dans une petite forêt de pins, le sentier devient plus pentu et sinueux.

gran canaria canaries roque nublo nature paysage nature balade rando
gran canaria canaries roque nublo nature paysage nature balade rando

A la sortie de la forêt il faut escalader un petit plateau rocheux. Le chemin n’est pas indiqué, mais c’est pas très compliqué, il suffit de grimper, on ne peut pas se tromper 🙂

Ensuite, bim !! On se retrouve sur un plateau rocheux désertique, avec au fond, l’énorme masse de Roque Nublo, et à ses côtés le rocher de la Rana (la grenouille). La mise en scène est tellement parfaite qu’on a du mal à imaginer que c’est l’œuvre de la nature. Le Roque Nublo, c’est un gros monolithe de basalte qui fait 80m de haut! Il serait vieux d’au moins 4 millions d’années. C’est un des rochers naturels les plus grands du monde. Ça ne se voit pas trop sur la photo, mais on est vraiment tout petit à côté.

gran canaria canaries roque nublo nature paysage nature balade rando

En contournant le rocher, on peut profiter d’un panorama de dingue sur toute la partie ouest de l’ile et au loin, l’ile de Ténérife avec son grand volcan Teide.

gran canaria canaries roque nublo nature paysage nature balade rando

Rien que pour cette vue là, cette balade au Roque Nublo est un incontournable de votre séjour à Gran Canaria! 🙂

gran canaria canaries roque nublo nature paysage nature balade rando

La suite du programme sur l’ile de Gran Canaria ? c’est ici !

Las Palmas
Le Nord
L’ouest
L’est
Le sud
Le centre

Gran Canaria – Barranco de los Cernicalos

Il y a plein de belles randonnées à faire à Gran Canaria, je vous en propose une très agréable : c’est la randonnée du Barranco de los Cernicalos. Elle a plusieurs avantages : Elle est accessible a toute la famille, il n’y aucune difficulté particulière. Une bonne partie de la marche se fait à l’ombre. On suit un des seuls cours d’eau de l’ile. Bref, c’est facile 🙂 Le trajet fait environ 8km aller-retour (on revient par le même chemin) et se fait en 4h environ (pauses photos & pique nique inclus).

Le plus difficile sera peut être de trouver le point de départ 🙂 Pas de panique. Vous pouvez tenter de rentrer « Merenderos de Arenales » ou 27°58’49.6″N 15°28’23.4″W dans votre GPS. Sinon, vous allez à Telde, puis vous prenez la route GC-130 vers Pico de las nieves. A un moment il faudra prendre la route GC-131 à droite vers Lomo Magullo, et juste avant d’arriver au village il y aura un sacré virage à prendre à gauche sur la GC-132. Quelques centaines de mètres plus loin, il y a une aire de pique nique avec un petit parking, vous êtes arrivés 🙂

gran canaria canaries barranco de los cernicalos randonnée rando trekk balade nature

La randonné se passe dans la réserve naturelle de Los Marteles. Toute la zone est protégée. Vous ne pouvez pas vous tromper de chemin, c’est toujours tout droit, il suffit de suivre le cours d’eau dans la gorge.

gran canaria canaries barranco de los cernicalos randonnée rando trekk balade nature

Au tout début, c’est amusant, on suit une sorte de Levada, ce qui m’a rappelé les formidables randonnées qu’on peut faire sur l’ile de Madère. Et je vous encourage vraiment d’aller y faire un tour !!! 🙂

gran canaria canaries barranco de los cernicalos randonnée rando trekk balade nature levada

Vous croiserez des impressionnants oliviers sauvages ! Et même des forêts de bambous!

gran canaria canaries barranco de los cernicalos randonnée rando trekk balade nature olivier
gran canaria canaries barranco de los cernicalos randonnée rando trekk balade nature

Voici le clou du spectacle! Ce n’est pas incroyablement impressionnant, on a déjà tous vu des cascades bien plus majestueuses, mais je vous promet que cette balade vaut le coup 🙂

gran canaria canaries barranco de los cernicalos randonnée rando trekk balade nature cascade
gran canaria canaries barranco de los cernicalos randonnée rando trekk balade nature cascade
gran canaria canaries barranco de los cernicalos randonnée rando trekk balade nature
gran canaria canaries barranco de los cernicalos randonnée rando trekk balade nature

La suite du programme sur l’ile de Gran Canaria ? c’est ici !

Las Palmas
Le Nord
L’ouest
L’est
Le sud
Le centre

Gran Canaria – Centre

Pour découvrir le centre de l’ile de Gran Canaria, il faudra s’engager dans le massif montagneux de Cumbre. J’espère que votre voiture de location en a dans le moteur! Il y a tellement de lieux et de paysages incroyables à découvrir, ça me donne déjà envie d’y retourner. Hop en route!

(petite conseil évident mais qui peut vous éviter bien des ennuis : vérifiez bien la météo avant de partir ! Les nuages ont tendances à s’agglutiner sur la montagne. Si c’est couvert, allez ailleurs! sinon vous passerez votre journée dans la brume et ce serait dommage ;-))

Teror

Teror est considéré comme le plus beau village de l’ile. Il est situé à mi hauteur dans les montagnes, à une vingtaines de kilomètres de Las Palmas. Il faut dire qu’il ne manque pas de charme avec ses rues pavées, sa belle architecture canarienne et ses maisons à balcons en bois de « tea » (pin canarien).

canaries gran canaria teror village basilique eglise notre dame pin pino vierge

Le point central du village, c’est la Plaza de Teror, et la basilique Notre Dame du Pin. Elle date du XVIIe siècle. A l’intérieur se trouve une statue de la sainte patronne de l’ile, la Virgen del Pino. Le 8 septembre il y a une grande fête religieuse traditionnelle où tout le village (et le reste de l’ile) est en effervescence.

La légende raconte que la Vierge est apparu aux habitants de l’ile en 1481, devant un grand pin. D’où son nom de Vierge du Pin. Le pin fut détruit par la foudre en 1684 et à sa place se trouve maintenant une petite colonne surmontée d’une croix.

canaries gran canaria teror village basilique eglise notre dame pin pino vierge

En vous baladant dans les ruelles vous pourrez découvrir la Plaza Teresa de Bolivar. Teresa était la petite fille du Marquis de Teror, et aussi l’épouse de Simon Bolivar le « libérateur » (il y a d’ailleurs une statue de lui ici). C’est un peu étrange quand on sait qu’il a combattu pour l’indépendance des pays d’Amérique du sud face à la couronne d’Espagne, et qu’il n’a pas hésité à faire fusiller des milliers d ‘espagnols et de canariens durant ses guerres.

La rue Calle Real de la Plaza est très belle et évidemment très touristique. Les belles façades ont toutes été rajoutées récemment pour donner du cachet comme on dit. Si on fait abstraction des boutiques à touristes avec les produits locaux made in China, la rue reste très agréable.
Teror est aussi connu pour son eau. Vous retrouverez les bouteilles d’eau Aguas de Teror sur toute l’ile.

canaries gran canaria teror village basilique eglise notre dame pin pino vierge rue street balade

Info pratique : il y a un parking gratuit à l’entrée du village, près de la station de bus.

En prenant un peu plus d’altitude on a ce genre de végétation et de paysages. On est bien loin de la plage et des dunes de Maspalomas. Dépaysement et sourire aux lèvres garanti 🙂

canaries gran canaria montagne nature paysage
canaries gran canaria montagne nature paysage
canaries gran canaria montagne nature paysage foret fleurs
Ballade incroyable au milieu des fleurs … et des milliers d’abeilles qui butinaient!
Petit coup de stress 😛

Si vous grimpez vers le centre de l’ile en venant depuis Telde, vous roulez donc sur la GC-130. Vous pouvez en profiter pour faire une très belle randonnée, celle de Barranco De Los Cernícalos.

Caldera de Los Marteles

N’oubliez pas non plus de vous arrêter à la Caldera de Los Marteles. Cette cuvette d’origine volcanique fait 80m de profondeur et 550m de diamètre. De nombreux chemins de randonnées sillonnent la région classée Réserve de biosphère par l’Unesco depuis 2005.

canaries gran canarie caldera los marteles caldeira nature paysage

De l’autre côté de la route, le mirador Caldera de Los Marteles offre ce paysage … c’est juste trop beau !! 😀

canaries gran canarie caldera los marteles caldeira nature paysage

Roque Nublo

Roque Nublo, c’est un peu l’emblème de Gran Canaria. Une énorme monolithe de basalte de 80m de haut se dresse sur un sommet dégagé. C’est presque trop beau pour être vrai!

canaries gran canarie roque nublo nature paysage

Plus d’infos et de photos ici 🙂

Si vous avez une petite faim durant votre périple sur les routes montagneuses du centre de l’ile au milieu des pin, il n’y a pas beaucoup de choix qui s’offrent à vous … nous on a fait halte au Restaurante Grill La Cumbre. Je pense que pour une bière / glace en terrasse à côté du jardin, ça vaut le coup. Pour le reste, les avis ne sont pas géniaux (il y a mêmes des histoires de vols sur le parking du resto). Personnellement j’ai trouvé le lieu cool (l’effet de la bière sans doute haha).

Pico De Las Nieves

Le Pico de las Nieves (pic des neiges) est le 2e plus haut sommet de l’ile avec une altitude de 1949m. On peut le rejoindre facilement en voiture en suivant la route GC-130. Le parking n’est pas très grand mais avec un peu de chance vous devriez avoir de la place pour le clou du spectacle : un coucher de soleil fabuleux avec le Roque Nublo en arrière plan!

gran canaria canaries pico las nieves paysage panorama sunset

En attendant le coucher de soleil, et si vous n’êtes pas plongé dans un apéro sur le mirador, il y a de petites balades possibles pour aller voir les bizarreries rocheuses du coin (le Roque del Señor Champiñon et Ventana de Morro par exemple, je vous laisse chercher 😉 )

gran canaria canaries pico las nieves paysage panorama sunset

Au sommet, il y a aussi une installation de radars et de télécommunications des forces armées espagnoles. Zone interdite.

gran canaria canaries pico las nieves paysage panorama sunset radar

Et voici pourquoi il faut venir ici : un coucher de soleil de dingue sur le Roque Nublo et l’ile de Tenerife au loin. C’est pas un truc de malade ça ? Raaaah la nature fait des choses vraiment incroyables des fois 🙂 Pas d’excuses pour louper ce spectacle!!

gran canaria canaries pico las nieves paysage panorama sunset

On a l’impression que l’ile de Tenerife flotte sur une mer de nuages … j’en ai presque la larme à l’œil ! 🙂

gran canaria canaries pico las nieves paysage panorama sunset
gran canaria canaries pico las nieves paysage panorama sunset
gran canaria canaries pico las nieves paysage panorama sunset
Oui j’ai mis beaucoup de photos du coucher de soleil … Et encore, je me suis retenu!
gran canaria canaries pico las nieves paysage panorama sunset nuit night

Si vous rejoignez le centre de l’ile en venant de Playa de Mogan, alors préparez vous à en prendre plein la vue! Au début la route GC-200 monte tranquillement dans la montagne, et ensuite, prenez la GC-605 direction Tejeda. Là vous pénétrez dans un paysage qui envoie du lourd!

Les Gorges de Mogan

La route GC-605 est assez étroite, il y les ravins juste à côté, plein de virages, et on prie pour ne pas croiser une seule voiture! Mais ça vaut vraiment le coup de stresser un peu au volant, car le paysage est fantastique!

gran canaria canaries gc-605 route panorama paysage montagnes gorge nature

Halte obligée au Mirador el Mulato pour profiter de la vue sur les gorges.

gran canaria canaries gc-605 route panorama paysage montagnes gorge nature

Peu après il y a un petit lac surgit de nul part, Presa del Mulato. C’est en fait un lac artificiel, il y a un petit barrage.

gran canaria canaries gc-605 route panorama paysage montagnes gorge nature lac barrage

Plus loin sur la route se trouve un autre lac de barrage, Presa de las Ninas.

gran canaria canaries gc-605 route panorama paysage montagnes gorge nature lac barrage

Ici le paysage est presque désertique. Des cailloux, de la pierre, et encore des cailloux!

gran canaria canaries gc-605 route panorama paysage montagnes gorge nature desert

Enfin, après un long périple dans une montagne sauvage et désertique, la petite route GC-605 rejoint le petit village perdu de Ayacata. De là, on peut repartir vers le sud en suivant la GC-60.

San Bartolomé de Tirajana

Le village de San Bartolomé de Tirajana est tout petit, mais en terme de superficie, c’est la plus « grande » commune de l’ile. Son territoire descend jusqu’au dune de Maspalomas!

gran canaria canaries san bartolome tirajana village
gran canaria canaries san bartolome tirajana village
La grande entrée du cimetière, perché sur la colline qui domine le village.

J’avoue que la visite du village ne faisait pas particulièrement pas partie de notre objectif ce jour là. En effet, ce que je cherchais se trouvait un peu plus loin vers le sud … Notez tout de même que tout le long de la route, mince, c’est beau quoi !!

gran canaria canaries route montagne paysage panorama nature
gran canaria canaries route montagne paysage panorama nature

Degollada de La Yegua

Ce que je cherchais, c’était Degollada de la Yegua. Derrière ce nom barbare se trouve un mirador de plus aux Canaries ? que nenni! un putain de mirador avec une vue de dingue à couper le souffle ! J’étais personnellement scotché, je ne m’attendais pas à aussi grand, aussi majestueux. On ne se rend pas bien compte de la dimension du canyon sur les photos, mais réellement, la route sinueuse qui y mène mérite amplement le temps qu’on y passera

gran canaria canaries route montagne paysage panorama nature degollada de la yegua canyon fatage

On a une vue incroyable sur le ravin de Fatage, un canyon de 15 kilomètres de long.

gran canaria canaries route montagne paysage panorama nature degollada de la yegua canyon fatage

J’aurais vraiment adoré pouvoir rester plus longtemps jusqu’au coucher de soleil, mais on ne peut pas avoir tout ce qu’on veut dans la vie 🙂 En tout cas, je vous recommande ce lieu à 100% !!

gran canaria canaries route montagne paysage panorama nature degollada de la yegua canyon fatage

Ensuite, la route GC-60 vous emmène jusqu’à la banlieue nord de Maspalomas, à quelques kilomètres seulement.

gran canaria canaries route montagne paysage panorama nature

La suite du programme sur l’ile de Gran Canaria ? c’est ici !

Las Palmas
Le Nord
L’ouest
L’est
Le sud

Lanzarote – Nord-ouest

Commençons la découverte de la région au nord ouest de Lanzarote, vous êtes prêts ? Allez, hop en route, préparez vous à en prendre plein les yeux !! 🙂

Mirador del Rio

Direction le point de vue le plus célèbre de l’ile: le Mirador del Rio. Il n’est pas compliqué à trouver, il y a toujours un panneau pour indiquer sa direction. C’est à la pointe nord de l’ile, au bout de la cordillère de Famara (Famara risco) formée par les laves du volcan Corona, qui se finissent en d’immenses falaises érodées depuis des milliers d’années.

Ce promontoire rocheux domine l’océan à 479m de hauteur. Il y a ici un bâtiment totalement intégré dans le paysage, d’ailleurs on ne le remarque même pas sur la photo, c’est le Mirador del Rio (tout a le même nom ici lol). Il a été construit par Jesus Soto sous la direction de Cesar Manrique. Ce bâtiment inauguré en 1974 est invisible depuis l’extérieur, et c’est le but recherché. Il abrite pourtant un bar avec une grande terrasse vitrée panoramique. C’est très stylé et c’est un spot à photo Instagram pour se la péter un peu. L’entrée est payante (4.75 eur).

canaries lanzarote mirador del rio falaises

Si vous ne voulez pas payer l’entrée, ou si vous n’arrivez pas à la trouver tellement il est bien caché, aucun problème! il suffit de regarder tout autour de vous, le panorama est à couper le souffle, et c’est gratuit ! 🙂

Sous votre nez en face, c’est l’ile de Graciosa. Cette petite ile (8km de long sur 4km de large) fait partie du Parc Naturel de l’Archipel Chinijo.

canaries lanzarote ile island graciosa

Caleta del Sobo est l’unique village de cette ile qui n’abrite que 700 habitants. La population s’agrandit chaque jour de centaines de touristes qui viennent en ferry depuis Orzola (environ 20 Eur aller/retour). Il n’y a pas de route, pas de bitume et pas de voitures! On se déplace à pieds et à vélo (en essayant de ne pas s’enliser dans le sable). Il n’y a pas d’eau potable non plus, sa livraison se fait depuis Lanzarote. Les plages sont préservées et désertiques, et les spots de plongées sont renommés.

Le Mirador del Rio, c’est vraiment un endroit magique, n’hésitez pas à y revenir plusieurs fois durant votre séjour à différents moments de la journée. Le soir, c’est désert, et c’est un endroit idéal pour admirer un coucher de soleil derrière l’ile de Graciosa tout en profitant des falaises qui se colorent.

canaries lanzarote mirador del rio falaises sunset coucher soleil
canaries lanzarote mirador del rio falaises sunset coucher soleil

N’hésitez pas à prendre la petite route qui serpente le long de la falaise, c’est le kif!

canaries lanzarote ile island graciosa sunset
canaries lanzarote ile island graciosa sunset

Conseil du jour : pensez à bien vous couvrir car le soir, il y a encore plus de vent, et il fait vite très frais ! 😛

Volcan de la Corona

En descendant du Mirador del Rio, il y a le petit village de ( yeah!! 🙂 ). Et une montagne qu’on aperçoit à des kilomètres à la ronde : le volcan de la Corona. C’est l’occasion d’aller au sommet! On se gare à proximité de l’église du village, on enfile ses chaussures de rando et hop c’est parti!

canaries lanzarote ye eglise church volcan corona volcano

Le chemin qui mène au sommet du volcan est bien indiqué, il traverse un paysage de vignes protégées du vent par des murets. On traverse ensuite une zone de bruyères et de lichens.

La montée n’est pas trop difficile (le volcan culmine à 600m) mais offre de très beaux paysages 🙂 Tout en bas on distingue la petite église de Yé, point de départ de cette randonnée.

canaries lanzarote volcan volcano corona caldera cratere

Le volcan Corona est rentré en éruption il y a plus de 26.000 ans et il est responsable de l’énorme champ de lave qui recouvre tout le nord de l’ile. Sa dernière éruption remonte à 3.000 ans et depuis il dort tranquillement. L’arrivée face à la gueule béante du volcan est vraiment impressionnante! On se sent tout petit!

canaries lanzarote volcan volcano corona caldera cratere
canaries lanzarote volcan volcano corona caldera cratere

Après cette randonnée, je vous conseille très vivement le Restaurante Grill Volcan de la Corona (Calle Malpaís, 8, 35541 Ye ). Un excellent restaurant grill avec de très bonnes viandes! 🙂

Mirador de Guinate

De puis le village de Yé, il faut suivre la route LZ-201, et on arrive au petit village de Guinate. L’attraction locale, c’est le Parque Tropical, un petit zoo local. Enfin c’était : il a fermé. A priori c’est plutôt une bonne nouvelle, car les avis étaient à peu près unanimes pour dénoncer les conditions de vie des animaux. Des « bons zoos », c’est rare (et j’en profite pour faire la pub pour le superbe zoo de Beauval que vous pouvez visiter ici 🙂 ). L’autre attraction du village (la seule maintenant haha), c’est le Mirador de Guinate. Un petit parking et hop un nouveau point de vue incroyable, on en prend plein les mirettes!

canaries lanzarote mirador guinate

Mirador Caldera

On reprend la LZ-201 pour arriver au village de Maguez, et là on prend tout de suite à droite sur une route minuscule, la Calle la Caldera. La petite route serpente vers les hauteurs en direction des falaises.

canaries lanzarote calleta caldera

Il n’y a pas un chat sur la route, à part deux palmiers complètement perdus! On trouve bien quelques panneaux destinés à expliquer les environs, mais totalement illisibles car l’encre et le papier sont brulés par le soleil et la chaleur. En revanche je suis allé jeté un coup d’œil dans des grottes … avec des os de je ne sais pas quoi, ambiance Blair Witch!

canaries lanzarote calleta caldera

Il faut continuer la montée, et quand le bitume s’arrête, il faut encore rouler sur la piste. Après quelques minutes on se gare un peu où on veut, c’est désert. On prend le petit sentier en direction l’océan, et on a droit à ça, bim !!

canaries lanzarote mirador caldera falaises panorama ile

Sur un petit kilomètre, on peut suivre un petit sentier sur la crête de la falaise, et franchement, cette balade est vraiment top!

canaries lanzarote mirador caldera falaises panorama ile

Il faut juste ne pas trop avoir le vertige!

canaries lanzarote mirador vallee caldera falaises panorama ile

Rien que pour ce spectacle, le déplacement vaut le coup!

canaries lanzarote mirador caldera falaises panorama ile

Haria

On reprend la voiture, et on arrive au village suivant : Haria. Ce charmant endroit est surnommée le « village aux mille palmiers », j’ai compté, c’est à peu près ça 🙂

canaries lanzarote haria palmiers cesar manrique village vallee

C’est ici qu’est né le fameux César Manrique, sa tombe est d’ailleurs au cimetière du village. On peut aussi visiter sa « maison de la palmeraie ». Il avait acheté cette maison dans le village pour y vivre au calme. Elle est depuis transformée en musée (10 Eur)

Un autre intérêt de ce village, c’est son point de vue, le Mirador Rincón de Haría. Pour ça, il faut suivre la petite rue (qui devient sentier) Calle Rincón de Aganada. Encore une fois, ça vaut vraiment le détour 🙂

canaries lanzarote mirador rincon haria

On continue vers le sud sur la LZ-10, et juste après le restaurant Los Hechelos, on prend la petite route sur la droite, qui passe à côté du dôme du radar.

canaries lanzarote radar militaire
« zone interdite »!

Enfin, on arrive au Mirador de Ermita de las Nieves. Il y a un grand parking à côté de la petite église perdue au bord de la falaise.

canaries lanzarote mirador ermita las nieves falaise eglise

Difficile d’être blasé quand c’est aussi beau ! 🙂

canaries lanzarote mirador ermita las nieves falaise eglise

La suite de Lanzarote c’est ici 🙂
Nord est
Centre
Parc de Timanfaya
Parc des volcans
Les plages du sud

Lanzarote – Parc Naturel des volcans (Los Volcanes)

Le Parc Naturel des Volcans (Los Volcanes) a été créé en 1987 pour étendre la zone protégée des volcans qui fait partie des endroits à visiter obligatoirement quand on est à Lanzarote! Son accès est libre est gratuit. Il englobe le parc de Timanfaya (où là, c’est payant), qu’on peut découvrir ici (et ça vaut le coup!). On retrouve des immenses mers de lave refroidies, jusqu’à l’horizon, et qui sont infranchissables. On les appelle les Malpais.

canaries lanzarote los volcanes

Pour commencer, allons voir des volcans de plus près! Il faut par exemple rejoindre la route LZ-56. En arrivant depuis le sud, le premier arrêt se fait sur une petite aire de parking à gauche.

Volcan El Cuervo

canaries lanzarote los volcanes volcan cratere el cuervo

Ce volcan, El Cuervo (le corbeau) a une importance particulière, car il a été le point de départ des 6 années d’éruptions qui ont radicalement changées l’ile de Lanzarote. Dans la nuit du 1er septembre 1730, le cratère du volcan explose et libère le passage à un véritable raz de marée de lave qui va couler vers le nord-ouest de l’ile, en recouvrant les fermes, les hameaux, les champs, tout ce qui se trouvait sur son passage. Comme de nombreux volcans sur l’ile, il a ensuite été utilisé pour servir de mine afin de récupérer des matériaux de construction et aussi pour chercher de l’olivine. Toutes ces activités ont maintenant cessées et un chemin a été aménagé pour le préserver. Il est interdit de grimper au sommet (et tant mieux, la surface du cratère est impeccablement lisse).

canaries lanzarote los volcanes volcan cratere el cuervo

On voit un énorme bloc rocheux dans le champ de lave sur la droite : c’est un morceau du cratère du volcan, propulsé ici lors de l’éruption!

L’entrée dans le cratère du volcan est assez saisissante.

canaries lanzarote los volcanes volcan cratere el cuervo
canaries lanzarote los volcanes volcan cratere el cuervo
canaries lanzarote los volcanes volcan cratere el cuervo

Montana Negra

De l’autre côté de la route, en face, se trouve la Montana Negra (à droite sur la photo). C’est un bon exemple de la complexité de l’histoire volcanique de l’ile. Car s’il se situe au milieu des volcans ayant émergés en 1730, alors que lui est vieux, beaucoup plus vieux! Il date de plusieurs milliers d’années! Les différences d’age entre vieux et jeunes volcan sont difficiles à voir, car ils ont été recouverts par de telles quantités de cendres lors des récentes éruptions, qu’ils ont tous subis un lifting, et se ressemblent avec une silhouette propre et nette.

canaries lanzarote los volcanes volcan cratere montana negra

Le volcan fait 518 m de haut. Il n’y a pas de parking facile d’accès.

Caldera Colorada

Un peu plus loin sur la route LZ-56, il y a une petite aire de parking sur la droite. D’ici, on peut emprunter un petit chemin de 4km de long qui permet de faire facilement le tour de la Caldera Colorada.

canaries lanzarote los volcanes volcan cratere caldera colorada

Le long du chemin, une quinzaine de panneaux donne des informations sur le volcan et la région. Le nom de « montagne colorée » est due à sa couleur rouge, qui est le résultat de l’oxydation de sa roche volcanique riche en fer. Ce volcan est assez « récent », c’est un des derniers en activité en 1736. Son sommet est à 459m (et il est en principe défendu d’y grimper).

canaries lanzarote los volcanes volcan cratere caldera colorada

On découvre une énorme bombe volcanique de plusieurs mètres. Il s’agit d’une grosse quantité de lave projetées dans les airs pendant l’éruption et qui a le temps de refroidir avant de revenir s’écraser au sol, comme une bombe.

canaries lanzarote los volcanes volcan cratere caldera colorada

On voit ici la coulée refroidie provenant du lac de lave du cratère quand celui-ci a débordé.

canaries lanzarote los volcanes volcan cratere caldera colorada

Si vous avez le temps et l’opportunité de le faire, il y a une randonnée qui vaut son pesant d’or : c’est grimper au sommet de la caldera Montana Blanca. On peut y accéder depuis le village de Mancha Blanca. C’est un immense cratère en partie recouvert de chaux blanchâtre (d’où son nom) et très bien conservé. Une randonnée spectaculaire que je n’ai malheureusement pas pu faire aaaaaaaaaaah! 😛

Direction maintenant la côte ouest de l’ile, là où les flots de lave ont fini par se jeter dans l’océan. La route LZ-704 qui y mène est magnifique ! 🙂

canaries lanzarote los volcanes route lz 704
canaries lanzarote los volcanes cote ouest

On arrive au petit village de Golfo (175 habitants), isolé et situé dans un cadre splendide. C’est traditionnellement un village de pêcheurs.

canaries lanzarote golfo village plage cote
canaries lanzarote golfo village plage cote
canaries lanzarote golfo village plage cote

C’est aussi un très bon spot pour admirer les couchers de soleil sur l’océan 🙂

canaries lanzarote sunset coucher soleil golfo

Laguna Verde

Un site exceptionnel à visiter se trouve juste à côté!

canaries lanzarote golfo village plage cote

Ici se trouvait un volcan, El Golfo, qui était aussi en éruption en 1730-1736. Le cratère du volcan, en parti sous-marin, a fini par être détruit. Il n’en reste plus qu’une moitié, qui forme un grand arc de cercle. Au fond de ce reste de cratère se trouve une lagune verte, aussi appelée Charco (flaque). Cette lagune est séparée de l’océan par une plage et son eau est très salée (encore plus que celle de la Mer Morte). Sa couleur verte est du en partie à cette salinité et à la présence en très grande quantité d’une petite algue marine, la Ruppia maritima. La couleur est plus prononcée en fin de journée, mais le lieu mérite bien d’y revenir plusieurs fois pendant votre séjour, pour varier les ambiances suivant l’heure de la journée.

canaries lanzarote laguna verde el golfo plage

Il est interdit de se baigner dans la lagune. Idem pour l’océan, car le courant est très fort le long de la plage. La taille de la lagune est en train de se réduire petit à petit à cause de l’évaporation, car il semblerait que depuis quelques années, les infiltrations d’eau de mer qui l’alimentaient ne passent plus… Ce petit bijou de la nature est donc en train de s’effacer petit à petit. Pour la petite histoire, la Laguna Verde apparait dans le film « 1 millions d’années avant JC ».

Playa Montana Bermeja

Juste en sortant de Golfo, il faut prendre la petite route côtière LZ-703. Au bout de quelques minutes, on arrive à la Playa Montana Bermeja. Il y a une petite zone de parking. La plage de sable noir est magnifique! Il y a beaucoup de vagues et parfois des surfeurs viennent se faire plaisir ici.

canaries lanzarote playa montana bermeja plage sable noir volcan
canaries lanzarote playa montana bermeja plage sable noir volcan

Entre la plage et la route, il y a aussi une petite lagune (charco). Interdit de s’y baigner.

canaries lanzarote playa montana bermeja plage sable noir volcan

Et derrière la route, côté parking, c’est la Montana Bermeja, qui est très colorée grâce à la teneur en fer de sa roche.

canaries lanzarote playa montana bermeja plage sable noir volcan

Pour info : il y a une étendue de terrain épargnée par les coulées de lave juste derrière la Montana Bermeja et il est tentant d’y aller, mais c’est une zone interdite : c’est un terrain militaire qui sert comme champ de tir!

Quelques centaines de mètres plus loin, toujours le long de la route côtière LZ-703, on arrive au parking permettant de découvrir des falaises.

canaries lanzarote los hervideros falaise ocean mer vague ecume

Los Hervideros

Bienvenue aux falaises de Los Hervideros. Ça signifie en gros « sources bouillonnantes », et pour cause, les vagues de l’océan viennent s’écraser en gerbes contre les falaises basaltique, le vestige des éruptions passées. Et c’est un festival de bruit, de fracas et d’écumes ! 🙂

canaries lanzarote los hervideros falaise ocean mer vague ecume
canaries lanzarote los hervideros falaise ocean mer vague ecume

L’assaut des vagues dans ces falaises de 15m de haut a fini par creuser des grottes où ça bouillonne sévère à chaque ressac. Des petits sentiers sont aménagés et permettent de profiter du spectacle au plus près. C’est super impressionnant, on a l’impression qu’un train passe sous nos pieds car le sol vibre sous la violence des vagues!

canaries lanzarote los hervideros falaise ocean mer vague ecume
canaries lanzarote los hervideros falaise ocean mer vague ecume

Un tout petit peu plus loin sur la route, juste avant le virage donnant sur les salines, il y a un petit écart sur la route à droite, arrêtez vous ici, et approchez vous des falaises. Ici c’est un nouveau spectacle de la nature, avec cette fois, une grande arche de roche! Croyez-moi ça vaut le coup d’œil 🙂 Il faut faire un peu attention : site non protégé, beaucoup de vent, et on a vite envie d’être au plus près de la nature déchainée

canaries lanzarote falaises ocean arche

Ensuite c’est le retour à « l’ile normale », on quitte les coulées de lave et le parc de Los Volcanes, et on part à la découverte du sud de Lanzarote, et ça se passe ici, allez, hop en route! 🙂

canaries lanzarote falaises ocean


La suite de Lanzarote c’est ici 🙂
Nord ouest
Nord est
Centre
Parc de Timanfaya
Les plages du sud

Lanzarote – Parc National de Timanfaya

Le Parc National de Timanfaya recouvre toute la zone qui a été ravagée par des terribles éruptions volcaniques au XVIII et XIXe siècle. Ces terres étaient les plus fertiles de l’ile, et en 1730, un volcan entre en éruption et commence à déverser des torrents de lave. Et pendant 6 ans, sans interruption (!!), c’est plus de 30 volcans qui rentrent en activité dans cette zone et qui crachent tout ce qu’ils ont dans le ventre! Une bonne partie de l’ile est alors recouverte par des cendres volcaniques, et toute la région se transforme littéralement en océan de lave. Par rapport à la quantité de matériaux volcaniques expulsés, c’est une des plus importantes éruptions connues au monde (seulement battue par le volcan Laki en Islande, c’est très beau d’ailleurs l’Islande 😉 ). Un siècle plus tard, en 1824, une nouvelle grande éruption déverse recouvre de lave toute la région. L’Espagne décide en 1974 de préserver cette zone et d’en faire un atout touristique pour Lanzarote. Le Parc National de Timanfaya est né. Il s’étend sur 51km² (sur les 182km² réellement concernés par ces éruptions). C’est le 2e parc national le plus visité d’Espagne.

canaries lanzarote volcan cratere corazoncillo
Le cratère très coloré du Corazoncillo
canaries lanzarote volcan lave cratere  timanfaya

Si vous venez en voiture, faites attention, car toutes les routes du parc sont limitées à 50km/h. Il y a d’ailleurs quelques radars automatiques qui se repèrent facilement avec leurs panneaux solaires, mais bon, il y a aussi beaucoup de gens (vous y compris je pense) qui roulent au pas pour prendre des photos en voiture, donc prudence 🙂 Ça mis à part, les routes sont comme sur le reste de l’ile : en excellent état.

canaries lanzarote route lz-67 timanfaya volcans

La visite du parc se fait obligatoirement en groupe et par bus (climatisé). L’avantage, c’est que les pentes des volcans sont vierges de traces de pas, et c’est franchement beau, c’est propre, c’est lisse! Évidemment, l’inconvénient c’est qu’on peut se retrouver au milieu d’un troupeau de touristes beuglant mais il y a moyen d’éviter la foule (voir plus bas).
A savoir : il est possible de visiter aussi le parc à pieds, en petit groupe, avec un guide (obligatoire, et pas en français). Ces randonnées se réservent des semaines à l’avance. Plus d’infos ici : Reservas Parques Nacionales
Enfin, ne faites surtout pas la balade à dromadaires, totalement idiot. A la limite une photo pour le côté exotique, mais franchement, non quoi! 😛

canaries lanzarote dromadaire timanfaya volcan

Le trajet en bus se fait sur une petite route sinueuse de 14km. C’est encore une fois César Manrique qui en a fait le tracé. Pendant la balade, vous aurez la possibilité de voir des choses qui ressemblent aux photos suivantes 🙂 Elles ne sont pas toutes au top, car on ne peut pas descendre du bus, il s’arrête rarement, et il faut prendre les photos derrière les vitres en évitant les reflets. Déjà les vitres sont propres, ne nous plaignons pas trop 😉

canaries lanzarote volcan lave cratere timanfaya
canaries lanzarote volcan lave cratere timanfaya bus
canaries lanzarote volcan lave cratere timanfaya
canaries lanzarote volcan lave cratere timanfaya
canaries lanzarote volcan lave cratere timanfaya
canaries lanzarote volcan lave cratere timanfaya

A la fin du parcours, ne loupez pas les attractions qui vous sont proposées autour du restaurant El Diablo.

canaries lanzarote timanfaya restaurant el diablo
  • Le foin qui s’enflamme au contact des roches brûlantes du volcan
canaries lanzarote timanfaya foin feu
  • Le geyser d’eau qui sort du tuyau
canaries lanzarote timanfaya geyser
  • Le puits où l’air brulant venant des entrailles du volcan sert à cuire les grillades du restaurant! (il ferme à 16h le restaurant, au cas où).
canaries lanzarote diablo grill timanfaya

Ça parait idiot comme attractions, mais il y a une raison. Le restaurant El Diablo (construit d’après les plans de Manrique, toujours), tout comme le parking des bus pour le circuit dans le parc, sont construit sur Islote de Hilario. D’après la légende, un ermite (Hilaire) aurait vécut ici 50 ans avec un chameau et un figuier qui n’a jamais donné de fruits. Mais surtout, c’est l’endroit le plus chaud du parc, la faute a une chambre magmatique infernale située à 4km de profondeur. En grattant le sol sur plusieurs dizaines de centimètres, on arrive vite à des températures de 100 degrés. Plus profond, à 6m c’est 400 degrés, et près de 600 degrés à 12m! Chaud devant!! Cet endroit surnommé le « Mont de l’Enfer » mérite bien son nom.

canaries lanzarote volcan lave cratere timanfaya

Cette visite en bus, arnaque ou pas ?

Non ce n’est pas une arnaque. 40 minutes de bus (avec explications plus ou moins dans toutes les langues mais pas trop de français en fait), une visite de la grillade volcanique, du resto et petites animations en fin de parcours, pour 9 euros, franchement ça va. Vous mangerez probablement une mauvaise pizza dans la soirée qui vous coûtera plus cher ahah ! Sincèrement, ne vous prenez pas la tête, oui c’est « en groupe », mais oui, c’est à faire 🙂
Attention : pour le paiement à l’entrée du parc (si vous venez en voiture), ils ne prennent pas la carte bancaire, pensez à la monnaie!

Quand visiter le parc ?

Il y a plusieurs options pour éviter les embouteillages et les heures d’attentes interminables. Y aller dès l’ouverture (9h), car cette excursion est souvent proposée aux touristes des grands complexes hôteliers pour des départs vers 10-11h. Y aller le dimanche matin, car ce jour là en général les troupeaux de touristes sont en train de visiter les marchés locaux. Ou y aller dans l’après-midi, 16h par exemple. Pour ma part, c’était cette option. Pas d’embouteillages, pas d’attentes, et on croise les derniers touristes qui partent. Pas de bousculade pour grimper dans le bus, et en plus la lumière est belle.

Où se placer dans le bus ?

J’ai lu que beaucoup conseillent de se placer à droite dans le bus. Personnellement, je pense qu’il n’y a pas vraiment de meilleur place. A droite la vue parait un peu plus dégagée, mais rien de flagrant, et côté gauche, il y a la superbe vue lors de l’arrêt au bord d’un immense cratère. Et comme de toute façon la route serpente dans tous les sens, vous verrez de tout. Pas la peine de vous battre pour une place à droite, et au pire, vous vous levez pour vous coller à la fenêtre de vos voisins à gauche, et c’est l’occasion de faire connaissance 🙂

Bonus : Le Centre des Visiteurs (Centro de Visitantes e Interpretación de Mancha Blanca). Il est à quelques kilomètres de là, sur la route LZ-67, près de Mancha Blanca, et ce n’est pas très bien indiqué … C’est un musée (gratuit!) qui vous explique tout ce qu’il y a à connaitre sur l’activité volcanique de l’ile.

Bonus again! Si vraiment, vous ne voulez pas faire ce tour en bus (allergies aux tours organisées?), pas besoin de partir en dépression. Il est toujours possible de faire des chouettes balade juste à côté du parc Timanfaya, mais toujours dans cette même zone. C’est le Parc Naturel des Volcans (Parc de Los Volcanes). Il a été créé en 1987 pour étendre la zone protégée et il entoure le parc de Timanfaya. Ici, vous pourrez librement faire le tour des volcans à pieds, les escalader et même descendre dans des cratères. Ça reste un parc naturel et protégé (!!) et de toute façon vu l’état des champs de lave, vous verrez vite qu’il n’y a nul part d’autre ou aller que suivre les sentiers déjà tracés 😉 On va voir ça ici !

canaries lanzarote route lz-67 timanfaya volcans

La suite de Lanzarote c’est ici 🙂
Nord ouest
Nord est
Centre
Parc des volcans
Les plages du sud

Jour 12 – Bali – Mont Batur – Ubud

Indonésie – Jour 12 – Bali – Mont Batur – Ubud

Aujourd’hui le réveil est particulièrement difficile à Sayong House Ubud! On a dormi 2 heures à peine. On a mis la sonnerie à 1h30 pour être au rendez-vous avec notre chauffeur dans la rue à 2h du matin. D’ailleurs première mauvaise surprise, on n’a plus d’eau dans la salle de bain. Deuxième mauvaise surprise, une fois les chaussures de rando aux pieds et dans la rue en pleine nuit … il n’y a pas de chauffeur! Au bout de 15 min une voiture se gare, un type sort, ah enfin … et non, en fait c’est pas notre chauffeur, mais il va lui aussi au même endroit et doit récupérer d’autres passagers. En gros à cette heure là, tout le monde fait le même trajet Ubud <=> Batur, c’est l’attraction du nord de l’ile. Le type est sympa et on discute un moment avant que ses clients arrivent. Ensuite on attend encore 20 minutes et notre chauffeur arrive enfin. Il y a déjà une brésilienne et une néo-zélandaise dans la voiture, et un peu plus loin on récupère un couple d’allemands. Allez, cette fois c’est la bonne, hop en route pour le volcan! 🙂

Le volcan Batur se situe environ 40km plus loin au nord. En chemin, on s’arrête à Pineh Colada Bali Coffee Organic Plantation. Et des dizaines ed voitures se garent au même endroit. En gros, tout le monde bosse plus ou moins avec l’agence http://www.pinehbalitours.com/ qui propose ce genre de trek sur le mont Batur, et au passage tous les passagers font un arrêt dans la plantation de café liée à l’agence. Là, il fait froid et on nous offre les classiques pancakes bananes et du café (un peu meilleur que d’habitude). Ça réchauffe et ça laisse le temps de faire connaissance avec tous les autres passagers aussi peu réveillés que nous haha l’ambiance est bonne en tout cas!

Un peu plus loin on arrive au grand parking qui est le point de départ de l’excursion. J’ai lu qu’il était en théorie possible de monter le volcan tout seul mais qu’il y a une sorte de « mafia des guides » qui peuvent même se montrer très agressifs si on ne fait pas appel à leurs services. J’ai surtout vu qu’il y a beaucoup de touristes et que c’est plutôt bien organisé : chaque chauffeur contacte un guide qui gère chacun un groupe. Ça rapporte de l’argent à tout le monde et tout le monde est content. Notre guide, c’est Erika (je remarque d’ailleurs beaucoup de guides femmes). Elle nous distribue des lampes et c’est parti! En discutant un peu avec elle, on apprend qu’elle fait cette randonnée tous les jours, et elle se couche ensuite vers 13h.

indonesie bali trek trekking rando mont volcan batur agung sunrise lever soleil

Notre groupe est plutôt sportif, on marche vite et on dépasse des groupes parfois composés d’au moins 20 personnes. On est quand même mieux juste tous les 6 avec notre guide 🙂 Après une montée tranquille dans une forêt humide et une zone sèche et très caillouteuse, on entame la véritable montée et ça devient vite très raide comme pente avec beaucoup de sable et de cendres, ça glisse, et les lampes sont bien utiles pour ne pas se casser la figure. On fait des petites haltes de temps en temps pour vérifier qu’on n’a perdu personne en chemin et on repart. C’est un peu physique mais franchement rien d’insurmontable 🙂

On arrive au sommet du volcan Batur, à 1717m d’altitude. C’est pas très haut, mais il fait bien froid (pensez à emporter une polaire avec vous au minimum). Le volcan est encore actif, sa dernière éruption date de l’année 2000. Il y a encore un impressionnant champ de lave noire sur le flanc sud du volcan. Face à nous se dresse un autre volcan, de l’autre côté de la caldeira, c’est le mont Abang qui culmine à 2152m. Et encore plus loin derrière, un autre volcan, le mont Agung, le point culminant de l’ile à plus de 3000m d’altitude.

indonesie bali trek trekking rando mont volcan batur agung sunrise lever soleil

Au sommet on pourrait croire qu’on est dans le calme le plus total, en pleine harmonie avec la nature devant cette mer de nuages et …. bien non. Il y a beaucoup de monde, on doit être plusieurs centaines (voir plus) et juste pour trouver un endroit sympa où s’asseoir c’est pas aussi facile que ça! pire qu’au Starbuck! Et en plus, c’est forcément à ce moment là que tout le monde sort son drone, et dans les c’est le ballet des objets qui font brrrrrrrrrrrrrr Vraiment insupportable 😐 brrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr

indonesie bali trek trekking rando mont volcan batur agung sunrise lever soleil

En attendant l’arrivée du soleil, Erika part préparer une petite collation avec d’autres guides dans une petite cabane. Au menu : œuf dur, tartines à la confiture, et thé ou café en bonus! L’arrivée de la nourriture marque aussi l’arrivée des chiens errants au sommet du volcan. Pas bêtes les chiens, ils viennent choper les restes de nourritures au milieu des voyageurs et se battent aussi un peu entre eux, pas super zen comme ambiance tout ça 🙂

Ensuite, le soleil se lève au-dessus d’une mer de nuages avec les volcans en arrière plan. C’est beauuuuuuuuu 🙂

indonesie bali trek trekking rando mont volcan batur agung sunrise lever soleil

indonesie bali trek trekking rando mont volcan batur agung sunrise lever soleil

Une fois que le soleil est là, il se passe un truc assez curieux. Plein de singes sortent de nul part et envahissent le sommet du volcan! Et eux aussi en profitent pour chaparder tout ce qui peut se manger ou même juste tout ce qui traine alors faites attention à vos affaires 🙂

indonesie bali trek trekking rando mont volcan batur agung sunrise lever soleil singe monkey

indonesie bali trek trekking rando mont volcan batur agung sunrise lever soleil

Il y a possibilité de faire le tour complet du cratère du mont Batur par un petit sentier sur la crête, au bord des falaises. Mais visiblement c’est pas prévu pour nous (et à vrai dire je ne savais même pas vraiment qu’on pouvait le faire … c’est en descendant qu’on a vu du monde sur les hauteurs, mais il était déjà trop tard pour réclamer).

indonesie bali trek trekking rando mont volcan batur agung sunrise lever soleil

On aura quand même l’occasion de s’approcher au plus près du cratère et voir des fumerolles ici et là qui montrent bien que le Batur est toujours actif. Il est temps de faire nos adieux à ce magnifique paysage, on doit redescendre et s’enfoncer dans la brume. On ne suit pas le même chemin qu’à l’aller et on zigzag dans la pampa. On découvre qu’il y a plein de types en motocross qui proposent un service « on vous ramène à la maison en moto ». Vu la tronche des sentiers (super étroits et en méga pente), je sais pas si beaucoup de gens utilisent le service mais c’est assez dingue je trouve 🙂

indonesie bali trek trekking rando mont volcan batur agung sunrise lever soleil

On découvre la petite forêt sous une lueur un peu fantomatique, noyée dans la brume, c’est un peu glauque et il y a d’énormes araignées partout! Il y a aussi plein de cultures maraichères (tomates, choux, piments, poireaux) et quelques cabanes d’agriculteurs avec des habitants qui ont l’air vraiment très pauvres …

indonesie bali trek trekking rando mont volcan batur agung sunrise lever soleil

On rejoint enfin le grand parking où tous les chauffeurs attendent leurs passagers. On laisse tous un petit pourboire à Erika, on fait une petite photo souvenir et on lui souhaite plein de bonnes choses pour la suite!

Avant de quitter la caldeira, le chauffeur s’arrête sur le Kintari viewpoint. Depuis la crête en regardant d’où on vient, et bien on découvre notre petit mont Batur à gauche (et les traces des dernières coulées de lave) à droite un grand lac qu’on n’avait même pas remarqué, car il était noyé sous les nuages ce matin. C’est franchement dommage, la photo ne rend rien, mais ce panoramique était vraiment un truc de folie. Des nuages flottaient au ras de l’eau sur le lac Batur, tout était étincelant et irréel, magique ! 🙂

indonesie bali trek trekking rando mont volcan batur agung sunrise lever soleil

Au retour on a droit à un nouvel arrêt au Pineh Colada Bali Coffee Organic Plantation pour une sympathique dégustation de 7 sortes de cafés, avec option achat à la fin. Personnellement, j’adhère toujours pas au café Indonésien. En fait c’est surtout la façon de le préparer : limite juste du café au fond de la tasse et de l’eau chaude dessus et hop, c’est tout pâteux à la fin.  Heureusement je me gave de très bon beignets de bananes qui étaient aussi servis 🙂

On arrive à Ubud en fin de matinée. On s’est levé tellement tôt qu’on a l’impression d’être parti depuis une journée entière au mons.

Après une rapide sieste, on part à la recherche d’un resto que j’avais repéré, le Fussy Bird Bali (Jl. Tirta Tawar No.32), à l’est de la ville. « Natural, healthy and delicious food made with love » bon on voit ça sur tous les écriteaux de tous les restaurants à Ubud et ça devient même souvent ridicule. C’est le concours de celui qui fera la liste la plus longue avec des mots bio-yoa-vegan-gluten-free-juicy-healthy, etc etc … mais ici, c’était vraiment bien, tranquille, et franchement très bon!
http://fussybirdbali.weebly.com/

Mention spéciale pour les lasagnes au tempeh. Et là j’ai vraiment découvert le tempeh, j’étais un peu passé à côté depuis mon arrivée en Indonésie. Le tempeh c’est un aliment de base, presque un aliment de pauvre. C’est en gros des grains de soja cuits qu’on fait fermenter avec des champignons, et ça donne une sorte de pâte compacte et qui peut être cuisinée de toutes les façons possibles, et qui a bon gout (et riche en protéines et pauvre en lipides, le rêve des végétariens!). Vive le Tempeh !

Le reste de la journée, c’est glande et shopping. On retrouve notre ami Serge à la terrasse de son appart à la Sayong House et on lui demande s’il connait un chauffeur qu’on pourrait réserver pour se balader à Bali demain. On n’est pas trop scooter, et l’option voiture, et bien c’est confortable et pas si cher alors après tout pourquoi pas hein 🙂 Il nous conseille un ami à lui, Karma, pour 450K Rp la journée. On ne se prend pas la tête, un coup de fil et c’est réglé. Il nous conseille aussi d’autres bons restaurants à Ubud. Ensuite on file profiter de la jolie petite piscine du Sayong House 🙂

Pour le dîner, on va au Warung Citta Ovest , un petit resto italien et qui est sincèrement très bon, vraiment vraiment 🙂
http://warungcitta.com/

Ensuite on est tellement nazes qu’on se couche assez tôt …

Ah au fait, on a élucidé l’affaire du caca mystérieux sur la terrasse!! Avant de me coucher j’ai vu qu’il y avait des énormes trucs qui volaient en rond dans le ciel … et c’est tout simplement des énormes chauves souris géantes … et la nuit elle viennent bouffer leurs fruits et chier sur notre terrasse! J’avoue que vu la taille des bestioles, j’irais pas les embêter cette nuit si elles grattent à la porte haha 🙂

<< Jour 11 – Bali – Ubud
>> Jour 13 – Bali