reykjnaes islande

Jour 1 – Péninsule de Reykjanes

Jour 1 – Péninsule de Reykjanes

Atterrissage dans l’après midi à l’Aéroport Keflavik, voilà, on est en Islande! L’aéroport n’est pas très grand. Juste après avoir récupéré la valise, il y a un petit stand qui propose une dégustation de Vodka. « Hey, sympa l’accueil ! » 🙂 mais sachant que je dois prendre le volant juste après, je m’abstiens. 🙁
D’ailleurs j’en profite pour vous parler de la relation étrange qu’ont les islandais avec l’alcool dans cet autre article.

L’agence de location de voiture a envoyé quelqu’un nous attendre avec une petite pancarte, c’est gentil. « Ho on dirait un stagiaire collégien » … ah mais tiens, il conduit une voiture pour nous emmener  500 m plus loin au bureau de l’agence (on se regarde : « il a l’âge pour conduire tu crois? »). A l’intérieur de l’agence, c’est pareil, soit c’est la journée des jeunes stagiaires, soit … c’est quelque chose qui se vérifiera pendant le séjour : on trouve beaucoup de jeunes qui travaillent. (Quelques explications ici.)

Pour l’agence de location de voiture, c’est Blue Car Rental (après pas mal de recherches, les retours des clients sont très positifs et les tarifs très corrects) et tout se passe très bien (kilométrage illimité, assurances CDW, TP, GP et SCDW incluses). On récupère notre petite Jeep Suzuki Jimny, qui parait bien petite maintenant que nous la voyons…
Plus d’infos ici : https://www.bluecarrental.is/fr/

Et c’est parti !

Juste en sortant de la zone de l’aéroport faites un bref détour à Reykjanesbær, sur 2 ronds points le long de la Flugvallarvegur, il y a depuis 2013 la tour Eiffel (et une cabine téléphonique anglaise), c’est idiot mais ça fait toujours plaisir 🙂

tour eiffel en islande

Un petit peu plus loin, vous pouvez visiter le petit musée Viking World () https://www.vikingworld.is/

Au bout de quelques kilomètres nous croisons les premiers autochtones 🙂 on espère qu’ils nous souhaitent la bienvenue!

moutons islande

En descendant la route 43, on passe à côté de la Centrale géothermique de Svartsengi. Première rencontre avec ces fumées et ces tuyaux qu’on retrouvera un peu partout en Islande. Grâce à l’énergie géothermique, cette centrale produit 75MW d’électricité et 150MW d’énergie thermique pour le chauffage.

centrale Svartsengi en islande

Un puits à 2.000m de profondeur va chercher de l’eau sous pression à une température de 240 degrés. Une partie de cette eau refroidie et riche en silice sert à alimenter le célèbre le lagon du Blue Lagoon juste derrière. Ce lagon est une véritable « carte postale » qu’on retrouve sur toutes les publicités pour voyager en Islande. Il est artificiel, et très fréquenté, et comme nous ne sommes pas venus pour nous retrouver dans la foule, on fait l’impasse sur cette baignade. On lui préfèrera les bains naturels de Myvtan (plus petits, moins chers, moins de monde et surtout un panorama splendide).
Mais si le Blue Lagoon vous tente, plus d’infos ici : http://www.bluelagoon.com/
(les prix augmentent en mars 2018, à partir de 6990 ISK)

On continue la route vers la pointe de la péninsule et nous visitons les sources chaudes de Gunnuhver (classées à l’Unesco). Cette zone tire son nom de la sorcière Gunna. Il y a 400 ans, elle causait de gros problèmes dans la région et à sa mort, son fantôme revint hanter et tuer des habitants. Finalement deux fermiers et un prêtre réussirent à lui tendre un piège et son fantôme fut prisonnier d’un trou où l’eau jaillit a plus de 300 degrés! D’après la légende, suite à ça, la région est redevenu calme … enfin, il parait!

Gunnuhver en island
Il parait que le fantôme de Gunna réapparait parfois dans les brumes… et la zone reste instable et dangereuse, ne pas sortir de la piste!

Plus loin, on atteint le phare de Reykjanes, c’est le plus vieux phare d’Islande. Pourquoi n’est il pas juste sur la côte ? Car le premier phare qui lui était près de la côte a été tellement endommagé par les éléments naturels qu’il a finalement été détruit et qu’un autre a été construit ensuite sur cette petite colline en 1908.

Reykjanes Lighthouse

reykjnaes ile islande

Ici, le territoire est vraiment désolé : roche noire nue et dure à perte de vue! C’est assez saisissant, surtout avec ce temps gris et ce vent qui n’arrête pas de souffler.

A quelques minutes au nord, il y a le Bru Milli Heimsalfa, un pont métallique au dessus d’une petite crevasse qui est sensée être la ligne de démarcation entre la plaque continentale terrestre nord américaine et la plaque eurasienne. C’est purement symbolique, pas très beau et à vrai dire ça ne présente pas vraiment d’intérêt…

Nous reprenons vers l’est et l’arrêt suivant, c’est la source géothermale Krýsuvík qui est plutôt impressionnante, avec son odeur de soufre, ces mares de boues colorées, les fumerolles et les terres ocres.

Krisuvik islande

Krisuvik islande

Krisuvik islande

Et surtout ne marchez pas n’importe où! L’Islande est, malgré les apparences, dotée d’une nature TRÈS fragile. Il y a toujours un abruti qui se croit plus malin et veut prendre « la photo au plus près »… et bien son empreinte d’abruti reste marquée dans le sol pour des centaines d’années. Idem pour les plantes, c’est déjà un miracle quand elles arrivent à pousser ici, alors ne les cueillez pas 🙂

Puis, toujours sur la même route, qui d’ailleurs est devenu une piste entre temps, c’est le lac Kleifarvatn : des grandes plages de sables noirs, des roches déchiquetées. Une ancienne légende raconte qu’un serpent géant vivrait dans ce lac, qui est le plus profond d’Islande.

lac Kleifarvatn islande

Le paysage envoie du pâté comme on dit et ça fait à peine 5 minutes qu’on a atterrit. Ho bin non en fait, il fait plein jour mais il est déjà 21h! Vite on reprend la route, direction Þingvellir, en passant par Reykjavik, et on est déjà en retard!

route islande

poisson seche en islande

Le long de la route, il y a des séchoirs à poissons. D’ailleurs du poisson séché, on en trouve dans toutes les boutiques, tout le monde en mange façon grignotage, alors on fait pareil. C’est comestible, si si 🙂

Nous arrivons en vue du lac Pingvallavatn, enfin façon de parler car avec le brouillard, la pluie et le vent qui viennent de s’installer autour de nous, on ne voit plus rien! je finis par me garer un peu au hasard à côté d’un panneau, qui j’espère nous protègera un peu du vent. Il y a plein de petits cairns de pierres tout autour.

Pingvallavatn
Photo prise « de nuit » à 1h30

Il est tard, on est fatigué, il faut dormir. Hahaha, on s’était dit « on pourra dormir facilement dans un grand 4×4 et puis il fera pas si froid que ça ». Et bien c’est loupé!

C’est exiguë et on s’installe comme on peut. On enfile les polaires pour la nuit, on rentre dans les duvets chauds, on laisse tourner un peu le chauffage de la voiture « au cas où » et on essaye de fermer les yeux et dormir. Et puis on ne dort toujours pas, car il fait toujours jour dehors! Comme s’il était 6h du matin et que le soleil allait bientôt se lever. On a beau s’y attendre, on n’est pas vraiment préparé à ces nuits sans obscurité dans le nord du globe. Il faut donc prévoir une installation improvisée pour faire des « rideaux ». Cette première nuit est catastrophique, orage, pluie battante, froid, et le vent qui secoue régulièrement la voiture.

Mais bon près tout c’est l’Islande hein, on n’est pas venu passer des vacances aux Seychelles ! 🙂

>> Jour 2 – Pingvallavatn – Geysir – Gulfoss – Hekla

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *