Geysir islande

Jour 2 – Pingvallavatn – Geysir – Gulfoss – Hekla

Jour 2 – Pingvallavatn – Geysir – Gulfoss – Hekla

Notre première nuit en Islande fut loin d’être confortable, et le réveil est encore pire. Dehors c’est les ténèbres, et il suffit de rajouter la pluie, le vent, et les nuages lourds noirs et pesants et le tableau est complet! On sait qu’en Islande, le temps peut changer toutes les 20 minutes. Il peut y avoir une tempête de neige un matin, et un grand ciel bleu l’après-midi. Pour nous pas de chance ce matin là, ça ne change pas. C’est tellement catastrophique qu’on fait l’impasse sur tout ce qu’on voulait voir à Thingvellir.

Thingvellir

De toute façon, c’est certain, je reviendrais un jour, ne serait-ce que pour aller plonger dans la faille de Silfrugjá, une fissure d’une centaine de mètres de long, une profondeur pouvant atteindre 60m, et surtout une des eaux les plus pures du monde, ce qui donne une visibilité incroyable et sûrement des sensations de folie (si on est bien protégé de l’eau à 4°C of course).

Un peu à regret, on se décide donc à partir, et on contourne le lac Pingvallavatn (lac des plaines du parlement), c’est le plus grand lac naturel d’Islande.

Pingvallavatn

On profite d’une brève accalmie de la météo pour visiter une des nombreuses failles qu’on trouve dans le secteur. Ces grandes fissures une des conséquence de la dorsale qui traverse l’île, et les tremblements de terre sont parait-il fréquents.

Thingvellir fissure islande

Heureusement, la pluie s’arrête et le vent se calme un peu. Ce n’est pas encore le ciel bleu, mais on croise les doigts très fort.

Et à force de croiser les doigts, quelque chose d’inattendu arrive, un éclair blanc sur la droite, hop photo! mais c’est quoi?

renard polaire islande

On dirait bien qu’il s’agit d’un renard polaire, et lui aussi était surement en train de chercher un abri contre la pluie. En tout cas, c’était une chouette surprise, on ne s’y attendait vraiment pas, car a priori, c’est assez difficile de pouvoir en observer.

Plus loin, on rencontre nos premiers poneys islandais. En fait on dit « poney » car il n’est pas grand, mais pour un islandais, c’est un vrai cheval. Et pas n’importe quel cheval, c’est l’Islandais! C’est une fierté et un trésor national. Il y en a 80.000 sur l’île et ils sont isolés du reste du monde depuis l’an 982. Aucun autre cheval n’a le droit de pénétrer sur l’ile. Le matériel hippique qui est importé doit être stérilisé. Aucun croisement n’est permis avec une espèce étrangère. Si un poney islandais quitte l’île il ne peut plus jamais revenir. Ces règles strictes ont permis de préserver cette race particulière, robuste, résistante aux hivers islandais, et qui possède une allure unique en plus du pas, du trot et du galop, c’est le Tölt, et c’est inné pour un poney islandais. C’est une sorte de pas rapide à ce qu’il parait, mais personnellement, je n’y connais pas grand chose 🙂

poney islandais

En tout cas ils étaient bien sympa, et on leur a promis de revenir les voir pour faire une chouette randonnée avec eux un de ces jours ! 🙂

Arrivée à Geysir. C’est un peu comme Paris et la Tour Eiffel, ça parait incontournable. C’est au cœur d’un champ géothermique que se trouve le fameux Geysir, qui a donné son nom à tous les autres geysers de la terre. Il atteint les 70m de haut, et quelques fois, suite à un tremblement de terre, il aurait dépassé les 120m de hauteur! Mais en fait actuellement, le Geysir est plutôt calme et ne jaillit que 2 à 3 fois par jour et des fois pas du tout. Autant dire que vous aurez peu de chance de le voir en action et vous ne contemplerez qu’une grande mare frémissante et dont il vaut mieux ne pas s’approcher trop près.

Geysir islande

Du coup c’est un remplaçant qui lui vole la vedette : le geyser Strokkur, qui jaillit toutes les 10 minutes environ à une hauteur d’au moins 20m.

Geyser strokkur a geysir islande
Strokkur en action
bulle geyser strokkur islande
Bulle de gaz du geyser juste avant l’explosion

Petit conseil : pensez à regarder la zone mouillée au sol avant de vous mettre en attente pour le spectacle. Il suffit d’un peu de vent et des dizaines de personnes se retrouvent trempées 🙂

Strokkur geyser islande

Mais tandis que la vieille star Geysir sommeille tranquillement, et que le Strokkur donne tout ce qu’il a en véritable showman, heureusement pour l’Islande, la relève est déjà là, avec Litli Geysir! 🙂

little geysir islande

Comme ce site fait partie des incontournables et qu’il n’est pas très éloigné de la capitale : c’est rempli de gens et ça fait assez bizarre, car depuis notre arrivée en Islande on était un peu seuls au monde sur l’île.

Vous pouvez passer par la presque incontournable boutique à touristes, où il y a un article qui a retenu mon attention 🙂

ice fresh air island

Si vous avez une petite faim ou même ne serait-ce que pour prendre une bonne boisson chaude, n’hésitez pas à rentrer dans le restaurant Geysir Glima, la décoration est vraiment belle et on y est très bien 🙂

Sur le site de Geysir on rencontre aussi nos premiers gros 4×4, et pas franchement la même catégorie que le notre. Là, c’est les 4×4 bodybuildés pour les excursions de folie, qui escaladent les montagnes et franchissent les torrents, c’est limite s’ils ne roulent pas sur la lave, ils sont immenses. Mais c’est pas la taille qui compte il parait 🙂

4x4 islande

Allez hop! On reprend la route, direction Gulfoss. Là,c’est du lourd ! Elle est surnommée « la chute d’or » à cause de l’arc en ciel qu’on voit souvent au dessus … bon ça c’est dans le cas où il y a un minium de soleil, et si vous avez suivi jusqu’ici, vous devinez qu’on n’a pas vu la moindre trace d’arc en ciel haha.

gulfoss islande

Gulfoss, c’est une succession de deux énormes chutes sur la rivière Hvita, qui est elle-même le résultat de la fonte de l’énorme glacier Langjökull. Et c’est donc au cœur d’un imposant canyon creusé par cette rivière que se trouve cette impressionnante chute d’une hauteur de 32m et d’une largeur de 70m.

gulfoss islande

On a encore de la brume plein les yeux, mais il faut reprendre la route, et le ciel se charge brutalement de nuages lourds et sombres en quelques minutes seulement, c’est assez incroyable, mais je prie pour ne pas avoir à déclencher les essuies-glaces à nouveau!

nuages islande

On reprend la route le long de la 30 puis de la 32 vers Hjálparfoss. Évidemment en comparaison à avec celle qu’on vient de quitter, cette « minuscule » double chute d’eau fait pâle figure. Son nom viendrait du fait qu’il y a bien longtemps, quand les islandais des régions du nord traversaient l’ile vers le sud, ils avaient beaucoup de mal à trouver des pâturages pour leurs chevaux, et c’est dans les environs de cette chute qu’ils trouvaient des grands herbages et ça leur était d’une grande aide. Et donc aide = hjalp = help. Et hop!

chute Hjalparfoss islande

Personnellement je l’aurais baptisée Oursfoss! Car j’y vois plutôt un gros ours en basalte pétrifié qui garde les chutes pour une raison mystérieuse. Et je vous en dirai plus quand j’aurais fini d’écrire cette légende et que je l’aurais transmis officiellement au gouvernement islandais pour qu’ils changent le nom 🙂

Nous reprenons la route, et au bout d’un moment, le doute commence à s’installer, car là c’est vraiment désert de chez désert, genre désertique, et à perte de vue!

route desert islande

On tente d’aller vers le grand lac du réservoir Sultartangalón mais on rebrousse chemin, notre petit 4×4 atteint ses limites dans des pistes beaucoup trop caillouteuses pour lui. On reprend la 26 vers le sud, qui elle aussi se transforme vite en petite piste caillouteuse et chaotique, mais tout de même pratiquable. Et jusqu’à l’infini il n’ya toujours pas le moindre signe de vie. Ok, on a assez d’essence (enfin je fais le conducteur confiant « t’inquiète on est laaarge » .. hem pas tant que ça en fait mais chut!) et je me dis que s’il nous arrivait une panne mécanique quelconque, on serait bien embêtés (et pas de réseau of course).
Au bout d’un long moment, une lumière à l’horizon! Les phares d’une voiture! J’imagine un gros 4×4 fonçant à toute allure. Je suis content de croiser quelqu’un mais en même temps je suis déjà en train de serrer les dents en pensant aux cailloux arrachés par ses énormes pneus et qui vont fissurer le pare-brise nickel de mon petit 4×4 de location!

route 26 en islande

Et en fait non, c’était une minuscule petite Micra! mais qui roulait à fond. Et c’est là que je me suis rendu compte que pour ne pas être secoué, en fait il fallait rouler vite et que les suspensions feraient le reste, après tout un 4×4 c’est fait pour ça hein 🙂

A un moment, une petite piste part sur la droite, ne la loupez pas! car elle mène à l’une des plus belles chutes d’Islande (dans mon classement personnel).

 C’est la chute de Þjófafoss . A vrai dire ce n’est pas vraiment la chute en elle même qui est magique, mais l’ensemble, le paysage, avec ce décor lunaire et ravagé et le petit volcan Búrfell de 670m juste derrière. Top!

chute bjofafoss islande

Il parait que dans cette cascade, on jetait les voleurs qui étaient condamnés! A priori c’était efficace, aucun n’est jamais revenu! Il arrive parfois que cette cascade puisse être à sec, car la rivière qui l’alimente est maintenant contrôlée par Landsvirkjun (le fournisseur d’électricité islandais, l’EDF local) qui gère le débit de la rivière en amont au barrage.

4x4 islande

La fatigue commence à se faire sentir, mais ce soir on dormira très bien, car on s’arrête dans un petit hôtel, le Leirubakki le long de la 26. Accueil très sympathique, chambre nickel. Belle vue sur le mont Hekla (sous les nuages). Le restaurant, et bien il était excellent, superbe agneau et du bon vin, réellement, ça nous a surpris 🙂 Et cerise sur le gâteau, il y a la vikingpool, un bain chaud à ciel ouvert!
Plus d’infos ici : http://www.leirubakki.is/www.leirubakki.is/index.html

De quoi vous détendre et passer une très belle nuit 🙂

<< Jour 1 – Péninsule de Reykjanes
>> Jour 3 – Seljalandsfoss – Skógafoss – Sólheimajökull – Kirkjufjara

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *