Corse

Ah la Corse, l’ile de Beauté, un joyaux de la méditerranée. Il y a tellement de superlatifs autour de la Corse qu’il fallait partir vérifier ça. Alors hop en route!

Pendant un séjour en Provence, hop on décide de pousser la voiture jusqu’au ferry pour passer 10 journées sur les routes Corse. Notre petit road-trip nous mènera le long de la côte ouest de l’ile jusqu’à l’extrémité sud, puis profiter des plages de l’est, faire de belles randonnées dans le centre. Un petit concentré de ce que la Corse peut nous offrir.

Jour 1 – Ile Rousse – Calvi – Porto – Calanques de Piana
corse porto calanques piana

Jour 2 – Porto – Capu d’Ortu
corse capu ortu

Jour 3 – Filitosa – Sartène – Rondinaracorse sartene

Jour 4 – Bonifacio – Iles Lavezzicorse bonifacio

Jour 5 – Rondinara – Tappa – Araghjucorse rondinara

Jour 6 – Porto Vecchio – Piscia di Gallo – Zonzacorse piscia di gallo

Jour 7 – Alta Rocca – Zonza – Quenzacorse zonza camping

Jour 8 – Bavellacorse bavella trou bombe

Jour 9 – Plateau du Coscione – Caldanecorse plateau coscione

Jour 10 – Ajaccio

Et vivement le prochain voyage pour découvrir la suite des merveilles cachées de Corse!

Séjour réalisé fin aout 2015

Jour 1 – Péninsule de Reykjanes

Jour 1 – Péninsule de Reykjanes

Atterrissage dans l’après midi à l’Aéroport Keflavik, voilà, on est en Islande! L’aéroport n’est pas très grand. Juste après avoir récupéré la valise, il y a un petit stand qui propose une dégustation de Vodka. « Hey, sympa l’accueil ! » 🙂 mais sachant que je dois prendre le volant juste après, je m’abstiens. 🙁
D’ailleurs j’en profite pour vous parler de la relation étrange qu’ont les islandais avec l’alcool dans cet autre article.

L’agence de location de voiture a envoyé quelqu’un nous attendre avec une petite pancarte, c’est gentil. « Ho on dirait un stagiaire collégien » … ah mais tiens, il conduit une voiture pour nous emmener  500 m plus loin au bureau de l’agence (on se regarde : « il a l’âge pour conduire tu crois? »). A l’intérieur de l’agence, c’est pareil, soit c’est la journée des jeunes stagiaires, soit … c’est quelque chose qui se vérifiera pendant le séjour : on trouve beaucoup de jeunes qui travaillent. (Quelques explications ici.)

Pour l’agence de location de voiture, c’est Blue Car Rental (après pas mal de recherches, les retours des clients sont très positifs et les tarifs très corrects) et tout se passe très bien (kilométrage illimité, assurances CDW, TP, GP et SCDW incluses). On récupère notre petite Jeep Suzuki Jimny, qui parait bien petite maintenant que nous la voyons…
Plus d’infos ici : https://www.bluecarrental.is/fr/

Et c’est parti !

Juste en sortant de la zone de l’aéroport faites un bref détour à Reykjanesbær, sur 2 ronds points le long de la Flugvallarvegur, il y a depuis 2013 la tour Eiffel (et une cabine téléphonique anglaise), c’est idiot mais ça fait toujours plaisir 🙂

tour eiffel en islande

Un petit peu plus loin, vous pouvez visiter le petit musée Viking World () https://www.vikingworld.is/

Au bout de quelques kilomètres nous croisons les premiers autochtones 🙂 on espère qu’ils nous souhaitent la bienvenue!

moutons islande

En descendant la route 43, on passe à côté de la Centrale géothermique de Svartsengi. Première rencontre avec ces fumées et ces tuyaux qu’on retrouvera un peu partout en Islande. Grâce à l’énergie géothermique, cette centrale produit 75MW d’électricité et 150MW d’énergie thermique pour le chauffage.

centrale Svartsengi en islande

Un puits à 2.000m de profondeur va chercher de l’eau sous pression à une température de 240 degrés. Une partie de cette eau refroidie et riche en silice sert à alimenter le célèbre le lagon du Blue Lagoon juste derrière. Ce lagon est une véritable « carte postale » qu’on retrouve sur toutes les publicités pour voyager en Islande. Il est artificiel, et très fréquenté, et comme nous ne sommes pas venus pour nous retrouver dans la foule, on fait l’impasse sur cette baignade. On lui préfèrera les bains naturels de Myvtan (plus petits, moins chers, moins de monde et surtout un panorama splendide).
Mais si le Blue Lagoon vous tente, plus d’infos ici : http://www.bluelagoon.com/
(les prix augmentent en mars 2018, à partir de 6990 ISK)

On continue la route vers la pointe de la péninsule et nous visitons les sources chaudes de Gunnuhver (classées à l’Unesco). Cette zone tire son nom de la sorcière Gunna. Il y a 400 ans, elle causait de gros problèmes dans la région et à sa mort, son fantôme revint hanter et tuer des habitants. Finalement deux fermiers et un prêtre réussirent à lui tendre un piège et son fantôme fut prisonnier d’un trou où l’eau jaillit a plus de 300 degrés! D’après la légende, suite à ça, la région est redevenu calme … enfin, il parait!

Gunnuhver en island
Il parait que le fantôme de Gunna réapparait parfois dans les brumes… et la zone reste instable et dangereuse, ne pas sortir de la piste!

Plus loin, on atteint le phare de Reykjanes, c’est le plus vieux phare d’Islande. Pourquoi n’est il pas juste sur la côte ? Car le premier phare qui lui était près de la côte a été tellement endommagé par les éléments naturels qu’il a finalement été détruit et qu’un autre a été construit ensuite sur cette petite colline en 1908.

Reykjanes Lighthouse

reykjnaes ile islande

Ici, le territoire est vraiment désolé : roche noire nue et dure à perte de vue! C’est assez saisissant, surtout avec ce temps gris et ce vent qui n’arrête pas de souffler.

A quelques minutes au nord, il y a le Bru Milli Heimsalfa, un pont métallique au dessus d’une petite crevasse qui est sensée être la ligne de démarcation entre la plaque continentale terrestre nord américaine et la plaque eurasienne. C’est purement symbolique, pas très beau et à vrai dire ça ne présente pas vraiment d’intérêt…

Nous reprenons vers l’est et l’arrêt suivant, c’est la source géothermale Krýsuvík qui est plutôt impressionnante, avec son odeur de soufre, ces mares de boues colorées, les fumerolles et les terres ocres.

Krisuvik islande

Krisuvik islande

Krisuvik islande

Et surtout ne marchez pas n’importe où! L’Islande est, malgré les apparences, dotée d’une nature TRÈS fragile. Il y a toujours un abruti qui se croit plus malin et veut prendre « la photo au plus près »… et bien son empreinte d’abruti reste marquée dans le sol pour des centaines d’années. Idem pour les plantes, c’est déjà un miracle quand elles arrivent à pousser ici, alors ne les cueillez pas 🙂

Puis, toujours sur la même route, qui d’ailleurs est devenu une piste entre temps, c’est le lac Kleifarvatn : des grandes plages de sables noirs, des roches déchiquetées. Une ancienne légende raconte qu’un serpent géant vivrait dans ce lac, qui est le plus profond d’Islande.

lac Kleifarvatn islande

Le paysage envoie du pâté comme on dit et ça fait à peine 5 minutes qu’on a atterrit. Ho bin non en fait, il fait plein jour mais il est déjà 21h! Vite on reprend la route, direction Þingvellir, en passant par Reykjavik, et on est déjà en retard!

route islande

poisson seche en islande

Le long de la route, il y a des séchoirs à poissons. D’ailleurs du poisson séché, on en trouve dans toutes les boutiques, tout le monde en mange façon grignotage, alors on fait pareil. C’est comestible, si si 🙂

Nous arrivons en vue du lac Pingvallavatn, enfin façon de parler car avec le brouillard, la pluie et le vent qui viennent de s’installer autour de nous, on ne voit plus rien! je finis par me garer un peu au hasard à côté d’un panneau, qui j’espère nous protègera un peu du vent. Il y a plein de petits cairns de pierres tout autour.

Pingvallavatn
Photo prise « de nuit » à 1h30

Il est tard, on est fatigué, il faut dormir. Hahaha, on s’était dit « on pourra dormir facilement dans un grand 4×4 et puis il fera pas si froid que ça ». Et bien c’est loupé!

C’est exiguë et on s’installe comme on peut. On enfile les polaires pour la nuit, on rentre dans les duvets chauds, on laisse tourner un peu le chauffage de la voiture « au cas où » et on essaye de fermer les yeux et dormir. Et puis on ne dort toujours pas, car il fait toujours jour dehors! Comme s’il était 6h du matin et que le soleil allait bientôt se lever. On a beau s’y attendre, on n’est pas vraiment préparé à ces nuits sans obscurité dans le nord du globe. Il faut donc prévoir une installation improvisée pour faire des « rideaux ». Cette première nuit est catastrophique, orage, pluie battante, froid, et le vent qui secoue régulièrement la voiture.

Mais bon près tout c’est l’Islande hein, on n’est pas venu passer des vacances aux Seychelles ! 🙂

>> Jour 2 – Pingvallavatn – Geysir – Gulfoss – Hekla

Val Gardena

– Allez, et si on allait skier à Val Gardena ?
– Attends c’est où ça ?
– En Italie! on passe par l’Autriche et on y est! C’est très beau il parait!
– Ca fait pas un peu loin quand même ? Ho et puis zut,
Allez hop! en route pour Val Gardena!

Des fois, on fait des choix étranges, et celui là en était surement un. Val Gardena pour aller skier, quelle drôle d’idée? « Oui mais on sera hors période scolaire française, trop bien! » Bon sauf qu’une fois sur place, c’était en pleines vacances scolaires italiennes 🙂

Déjà pour le trajet en voiture, à peu près 1000km et 10h de route. Hem. Mais on voit du pays : on passe par la Suisse, on traverse les longues vallées en Autriche, on fait une petite halte à Innsbruck et on voit  son impressionnant tremplin de saut à ski (Bergisel), pour finalement arriver dans les Dolomites, au nord de l’Italie, et enfin, à la petite ville d’Ortisei.

Skier dans les dolomites, en plus d’être dans un cadre splendide classé à l’Unesco, c’est faire parti de Superski Dolomiti, un immense domaine skiable avec plus de 1200km de pistes réparties en 12 zones! Mais ici on se limitera à Val Gardena qui permet tout de même de profiter de la célèbre et fameuse Sella Ronda.

La Sella Ronda ?

Val Gardena dans les dolomites en italie

On pourrait comparer ça à une sorte de grand périphérique de plus de 40km de long, qui fait le tour complet de l’imposant massif montagneux de Sella. Comme pour le périphérique parisien, il y a plusieurs « portes » d’accès qui permettent d’accéder aux pistes, depuis  les stations et villages alentours.

Val Gardena dans les dolomites en italie

Val Gardena dans les dolomites en italie

Faire la Sella Ronda dans la journée, c’est possible bien sûr, ça peut prendre entre 5 et 6 heures de ski et de remontées, et ça offre un total de pistes réelles de 26km.

Si on est plutôt bon skieur, on prend le « périphérique » dans le sens horaire, et pour les moins confiants, dans le sens anti-horaire.

Les pistes ne sont pas trop en altitude, on ne dépasse par les 2400m.

Val Gardena dans les dolomites en italie

La Sella Ronda a quand même un défaut, c’est que certaines portes de sortie sont plus demandées que d’autres, mais genre, beaucoup plus. Et on assiste parfois à de vrais embouteillages en fin de journée.

Val Gardena dans les dolomites en italie
Et si vous calculez mal votre coup et que vous êtes coincé de l’autre côté du massif à l’arrêt des téléphériques, bon courage pour le retour chez vous, ça n’a pas de prix haha 🙂

Val Gardena dans les dolomites en italie

Val Gardena dans les dolomites en italie

Val Gardena dans les dolomites en italie

En tout cas, la Sella Ronda est vraiment je pense un itinéraire à faire au moins une fois dans sa vie 🙂

Val Gardena dans les dolomites en italie

Et Ortisei ?

Le logement « bon marché » qu’on avait choisi, c’était chez Apartments Schmalzl. L’accueil est un peu « rugueux », l’hospitalité ortisienne ne restera pas dans les annales. Et on découvre très rapidement que peu de gens parlent Italien. Ici, on parle le ladin, très bien l’allemand et peut être un peu d’italien aussi.

Comme beaucoup de stations de ski qui accueillent des grandes évènements de coupe du monde et qui veulent être connues et reconnues internationalement, Ortisei a un côté bling-bling jet set assez prononcé, et beaucoup de russes viennent skier ici (ça fait cliché oui je sais).

De mon côté, je n’ai toujours pas trouvé où j’ai caché mes millions d’euros, alors du coup Ortisei, on n’en a pas réellement profité.

En tout cas si vous prenez un logement la-bas, pensez à vous mettre plutôt sur le versant nord de la vallée, celui qui reste ensoleillé. Car dans l’après-midi, l’autre versant se trouve très rapidement dans l’ombre et c’est moins sympa 🙂

Val Gardena dans les dolomites en italie

Val Gardena dans les dolomites en italie

Séjour réalisé en février 2015

Formentera

Formentera, qu’est-ce que c’est ? une petite île espagnole à 6km au sud de sa grande soeur Ibiza. Environ 11.000 habitants, 12 km de long sur 6 km de large.
Pourquoi Formentera ?
Car c’est une île préservée, il y a très peu d’urbanisation, du sable blanc, des eaux cristallines. La pureté de ses eaux est due à des grandes forêts sous marine de posidonie de méditerranée qui filtrent naturellement l’eau de mer.
Bon et si par dessus le marché une amie vous propose de l’accompagner car on lui offre un logement pour une semaine, ça ne se refuse pas 🙂 allez hop! en route pour Formentera !

Transport

Aerport Ibiza elvissaVol jusqu’à Ibiza. Le peu de temps passé à l’aéroport suffit pour savoir où on est, il suffit de regarder la majorité des gens autour de soit! Jetset clubbing c’est pas le genre de la maison, alors on se dépêche de trouver le bus qui nous amène jusqu’au port d’Eivissa et de là on achète un ticket de ferry pour une rapide traversée d’environ 30 minutes vers Formentera qui nous tend les bras. Le ticket peut s’acheter directement sur place mais pensez à vérifier les horaires et les disponibilités suivants les périodes, les ferry peuvent afficher complet.

L’arrivée se fait dans le port de La Savina, puis quelques minutes de taxi pour rejoindre notre logement à Es Pujols.Village es pujols

Pour se déplacer ensuite ? pas besoin de voiture, l’île est si petite que vous atteindrez l’extrémité avant d’avoir passé la 3e. Il vous reste le vélo, mais je vous conseille le scooter, de toute façon, il y en a partout et qui se louent en 5s pour un prix très abordable (par exemple chez Pujols Motor Rent, Carrer Punta Prima, qui était une connaissance).

Les plages

Plage es pujolsA Es Pujols, la petite plage qui donne sur l’illa de s’aigua dolça est la première que nous testons, à 20m de l’appartement, et c’est déjà magnifique, peu de gens et très photogénique. Un petit chemin de littoral aménagé permet de suivre la côte pour une petite balade à l’est.

Chemin a travers les dunes

A l’ouest on atteint la Playa de Levante.

Plage Illetas sable blanc

On continuant le long de la côté au nord ouest, il y a Playa de Illetas. Cette plage vaut largement le déplacement. C’est un long banc de sable blanc, avec l’eau turquoise à gauche et à droite : c’est magnifique.

Crique rocheuse eau pureLe reste de la côte nord est plutôt rocailleux et formé de minuscules criques, c’est aussi très beau et plus intéressant en snorkeling, par exemple à Calo de Sant Augusti.

Au sud la petite plage de Calo des Mort, enserrée dans une minuscule crique est un peu plus « difficile » d’accès, mais si vous avez la chance qu’il y ait peu de gens, c’est un paradis!

Plage mitjornPuis en longeant la côte sud vers l’Est, c’est la playa de Mitjorn, la plus grande de l’île (environ 4km de long). Elle est délimitée par quelques hotels à ses extrémités, et des sentiers aménagés pour préserver l’écosystème des dunes et leur fragiles végétations permettent de la parcourir intégralement, tout en rejoignant les bars et restaurants tout le long (comme le Blue Bar où tout est bleu, sauf les gens).
En me baignant sur cette plage, j’ai découvert 2 grands poissons d’une espèce inconnue et qui planaient lentement juste au dessus du fond sablonneux, avec de longues moustaches de poisson chat, des crinières de lézard et des nageoires en forme d’ailes pour se stabiliser, personne n’a voulu me croire et non ce n’est pas à cause du soleil ou des cocktails! (enfin je crois haha). Donc si jamais vous aussi vous apercevez ces poissons mystérieux, faites moi signe!

falaise cala saonaEt sur la côte ouest, comment ne pas parler de Cala Saona? Jolie plage tranquille, entourée de petites falaises qui se colorent en orange vif quand le soleil commence à se coucher, c’est sublime!

Bref, il y en a pour tous les goûts et vous trouverez forcément votre bonheur, l’essentiel est de retenir l’eau cristalline, le sable blanc, les poissons, le soleil, que du plaisir!

nudisme pas tres sexyAh oui une précision s’impose : le nudisme est autorisé à Formentera, donc ne vous étonnez pas si vous voyez des gens sans maillots à la plage … et vous aurez très probablement la (mauvaise?) expérience d’une plage parfaite où vous êtes les seuls à bronzer à 500m à la ronde, puis un couple de retraités allemands s’installent à côté de vous, se badigeonnent intégralement (!) de crème solaire et se jettent à l’eau.
J’avoue, ça m’a coupé l’envie de me baigner et j’ai changé de plage 🙂

A voir

Pour moi Formentera pourrait être renommée en « Farnientera ». Tout est rapide et facile d’accès et il faut très peu de temps pour faire l’île en long et en large, et le relief culminant à 81m ne donne pas des points vue époustouflants ou des randonnées vertigineuses, cependant on peut se régaler les yeux (et le reste) à divers endroits.

Panoramique de Formentera

Pensez à faire une halte à Es Calo pour voir les rampes en bois utilisées pour la mise à l’eau des barques de pêcheurs.

Es Calo rampe en bois pour pecheurs

Le marché « hippie » de Pillar de la Mola est réputé. Ensuite la lonnnngue ligne droite vous amène au phare de la Mola et ses falaises.

Phare de la mola

lezard au phare de la mola

L’autre phare, plus célèbre et celui de Barbaria. Il est sur l’affiche d’un très bon film espagnol d’ailleurs Lucia et le sexe . L’extrémité sud ouest de l’île, au cap Barbaria, au pied du phare, est LE spot à coucher de soleil. C’est un peu la course le soir sur la minuscule route pour arriver à temps et profiter du spectacle. En cherchant vous trouverez surement un rocher naturellement érodé en forme de petit canapé et dirigé plein ouest, c’est pas très confortable mais tellement agréable de se dire que mère nature nous a fabriqué une petite place exprès 🙂

Phare barbaria

coucher de soleil au phare c est le pied

Au nord de l’île il y a aussi les Salines qui sont protégées par l’Unesco.

les salines

Bref vous l’aurez compris la majorité de votre temps sera partagée entre choisir chaque jour une nouvelle plage magnifique où bronzer et se baigner dans une eau limpide et trouver les meilleurs endroits pour des couchers de soleil toujours plus impressionnants les uns que les autres! 🙂

coucher de soleil falaises

coucher de soleil sur la mer

Séjour réalisé début octobre 2010

Lisbonne

Bienvenidos a Lisboa! Hey nos amis à Lisbonne nous propose de venir leur rendre visite. Hmm réfléchissons 2 minutes, début novembre à Paris il fait pas très beau et là bas, 25°C ? allez hop! en route pour Lisbonne!

Ces quelques jours passés à Lisbonne et ses environs sont un excellent souvenir!

Et pour bien commencer ce voyage, une petite musique bien agréable 🙂

Arrivée à l’aéroport sans histoire, direction le métro, c’est simple aussi, 4 lignes, 4 couleurs easy même pour un daltonien. Nous arrivons rapidement dans le centre ville. Et sous un grand ciel bleu nous marchons en direction du quartier de l’Alfama, pour finalement arriver à la minuscule place de Sao Rafael qui sera notre camp de base pour les jours à venir.

Le lendemain, c’est parti pour la découverte de la ville, on hésite un peu à prendre un ticket de bus ou tram, mais au final c’est toujours à pieds qu’on voit le plus de choses, alors c’est parti.

Jour 1 – Lisbonne : Baixa et Bélem

Le quartier de Baixa, c’est le centre ville de Lisbonne. Ici les rues sont grandes et rectilignes, le terrain est plat, et tout a été reconstruit après le terrible tremblement de terre de 1755 qui a complètement détruit la ville et mis fin à l’âge d’or du Portugal. Le roi Joseph 1er voulait des rues larges (pour l’époque), car « un jour, elles seront petites ».

Place du commerce Lisbonne

On commence par la grande Place du Commerce, où trône la statue de Joseph 1er. Cette grande place donne directement sur le Tage, et c’est depuis cet embarcadère qu’étaient déchargées les richesses des colonies. Elle est entourée de Ministères, de restaurants et de terrasses, et d’ailleurs allez faire un tour sur celle qui fait l’angle, au Museu da Cerveja. Un espace dédié à la bière avec une super déco. De très bonnes bières, peut être un peu plus chère qu’ailleurs mais ça vaut le coup de venir jeter un oeil 🙂

Pavillon Belem

Puis on se balade en direction de la gare Cais do Sodre, pour prendre le tramway direction Belem. On visite le jardin de Belem, et un petit arrêt devant le Pavillon Princess Maha Chakri, cadeau de la Thailande inauguré en 2012 pour célébrer l’arrivée des portugais, les premiers européens à mettre le pied au royaume de Siam il y a plus de 500 ans.

Padrão dos Descobrimentos Lisbonne

Ensuite, c’est incontournable, le Padrão dos Descobrimentos, monument érigé en hommage à tous les grands navigateurs portugais. On aime ou on déteste. Ceux qui n’aiment pas le surnomme le « poussez pas derrière » 🙂 le personnage à l’extrémité, est Henri le Navigateur … qui n’a jamais navigué! mais qui a permis de financer ces grands voyages et ces grandes découvertes. Au sol une immense rose des vents en mosaïque retrace ces parcours.

Tour de Belem

Un peu plus loin en longeant le fleuve, c’est la fameuse Tour de Belem. C’est un peu une carte postale, un cliché obligé, mais la tour est vraiment belle, typique du style manuélin (mélange de romanesque, de gothique flamboyant et de style mauresque). La visite s’impose, c’est 6€ bien dépensés (on peut acheter un billet coupe-file, ou même acheter un billet combiné si on veut visiter aussi le Monastère des Hiéronymites).

Eglise Santa Maria de Belem Lisbonne

Ensuite on longe l’énorme complexe du Centre culturel de Belem, on fait l’impasse sur le Monastère des Hiéronymites et son célèbre cloître, pour aller visiter la splendide Eglise Santa Maria de Belem, où se trouve les tombeaux de plusieurs rois (et de Vasco de Gama).

Lardin tropical Belem

Jardin Tropical Belem

Ensuite direction l’agréable Jardin botanique tropical de Bélem (2€). Il n’y a pas beaucoup de fleurs à cette période, mais la visite est vraiment agréable.

Pasteis de Belem

Et bien sûr on ne peut pas partir de Bélem sans s’arrêter à Pasteis de Belem ( … pas compliqué à trouver), c’est the place to be. Une véritable institution, depuis 1837, date à laquelle les moines ont inventé la recette des pasteis et ont commencé à les vendre dans cette boutique. Les pasteis, c’est une sorte de petit flanc patissier assez sucré et qu’on peut saupoudrer de cannelle. Voilà, c’est tout simple et c’est super bon. Et ici c’est la recette authentique (sisi!). Partout ailleurs on mange des Pasteis de Nata, mais il n’y a qu’ici qu’on peut gouter les Pasteis de Belem 🙂 et d’ailleurs il y a beaucoup de monde qui fait la queue. Personnellement, on a préféré les manger tranqillement dehors sur la rive du Tage pour profiter du coucher de soleil.

coucher de soleil belem

coucher de soleil belem

Jour 2 – Lisbonne : quartier de l’Alfama

L’Alfama, c’est le quartier historique de Lisbonne, le plus ancien et le plus typique. C’est un dédale de petites ruelles, d’escaliers, de murs peints avec des couleurs vives, des azureos dans tous les coins, des petites boutiques improbables, des vieux bistrots perdus, des ruines, des immeubles réhabilités qui louent des lofts à prix d’or. L’Alfama, c’est aussi le quartier du Fado, c’est aussi un quartier où les touristes viennent en groupe et s’agglutinent. Difficile de trouver le bon équilibre, et la nuit, même si globalement il n’y a pas de réel insécurité, c’est un peu comme partout, il y a quelques bandes qui surveillent leurs territoires, et un touriste avec un gros appareil photo au cou ne devrait pas spécialement déambuler seul à 3h du mat’ … mais c’est en gros les mêmes consignes de sécurité que dans n’importe quelle grande ville et n’importe quel quartier populaire visité par les touristes.

Cathédrale de Sé

La Cathédrale de Sé est incontournable avec le célèbre tram de la ligne 15 qui passe juste devant le portail.

Alfama

Terrasse vue sur Lisbonne Alfama

En suivant le tram, juste après l’église Santa Lucia, il y a la Terrasse de l’Alfama, est une grande terrasse aménagée, un lieu où passer une fin d’après-midi au soleil sans être trop ennuyé et avoir une très belle vue. Ne venez pas vraiment pour la nourriture ou la qualité des cocktails, ici c’est la vue, le cadre et chiller 🙂

En grimpant la colline, n’hésitez pas à passer par le Patio de Dom Fradique, une zone de friche et ruines urbaines recouvertes de graffitis et tags. Suivant la saison, c’est plus ou moins photogénique 🙂

Ruelle rose Alfama

Chateau St Georges Lisbonne

Chateau st georges libsonne

Vue depuis le chateau lisbonne

Et en grimpant toujours vous atteignez enfin l’endroit que vous apercevez depuis n’importe quel endroit de Lisbonne : le Chateau St Georges et son parc. Ancien chateau fort, puis demeure royale, puis prison, on se retrouve plongé dans une toute nouvelle ambiance : ici c’est mé-dié-val. Profitez de la visite, des remparts et du panorama exceptionnel sur Lisbonne.

Pantheon Lisbonne

Poussez la balade jusqu’à l’église St Vincent et le Panthéon National, bref sortez un peu des grands chemins et perdez vous dans les dédales de ruelles et admirez les azulejos. Ces mosaïques de céramique en général de couleur bleu se retrouvent un peu partout à Lisbonne. Il y a même le musée national de l’azulejo si le sujet vous intéresse.

Azulejos a Lisbonne

Où manger et boire ?

Ginjinha da Se (

– Sur la petite place Sao Miguel, dans une petite ruelle accessible à pieds uniquement, dans une petite cour protégée par une pergola, il y a l’excellent Restaurante Santo António de Alfama (Beco São Miguel 7, 1100-538). Tenu par des acteurs, ce restaurant chaleureux tourne autour de l’univers du cinéma et de l’image. On y mange très bien, il faut penser à réserver absolument, ou alors choisir de prendre les grandes entrées, les petiscos, à partager à plusieurs autour de très bons verres de vin.

Chapitô à Mesa (). Au pied du Chateau St George. Depuis la rue, on ne dirait pas grand chose, on a même l’impression de s’être trompé d’adresse. Une fois dedans, le lieu est vraiment cool. Plein de petites salles boisées et chaleureuses, de la bonne musique, un espace associatif qui propose des cours de cirque, une grande terrasse, et à l’étage le restaurant avec une vue incroyable. On s’y sent bien, on mange bien, on est content d’être là 🙂 Oui, les prix ne sont pas bas, mais ils ne sont pas excessifs non plus. C’est un tout cas une adresse qui mérite largement le détour!

Bica do Sapato (Av. Infante Dom Henrique Armazém B, Cais da Pedra, Santa Apolónia, 1900-436), c’est à la fois une adresse hyper connue et inconnue. Et pourquoi ça ? et bien c’est le restaurant ouvert par John Malkovitch. En descendant de l’Alfama vers les quais, on se demande bien où il est? On ne voit que des hangars et aucun signe de bon restaurant à l’horizon. Alors il faut repérer un grand mur en béton foncé devant un hangar, sans aucune indication, faire le tour, pousser une grande porte en métal .. et là tout change, décoration désign impeccable, un très beau restaurant, qualité gastronomique mais avec des prix qui restent raisonnables. Une adresse à découvrir pour faire plaisir et se faire plaisir.

Ah et puis au passage, une adresse à éviter : Restaurante São Rafael (

Jour 3 – Lisbonne : Oriente, Parc des Nations

Direction le Parc des Nations, un quartier le long du Tage et très moderne, construit pour l’exposition internationale de Lisbonne en 1998.

Pavillon du Portugal Lisbonne

Le Pavillon du Portugal est vraiment impressionnant avec son immense feuille de béton ne reposant sur rien.

Tour vasco de gama Lisbonne

Vous ne pourrez pas louper la Tour Vasco de Gama, le batiment le plus haut de Lisbonne avec 145m, et il y a même un téléphérique 🙂

Oceanarium de Lisbonne

Mais ce qui nous intéresse aujourd’hui c’est l’Océanarium de Lisbonne. C’est le plus grand d’Europe, et le 3e plus grand au monde. Le batiment semble flotter sur l’eau. On y accède par une passerelle. Il est composé de 4 écosystèmes séparés : antarctique, océan indien, atlantique nord, pacifique tempéré.

otarie oceanarium lisbonne

merou oceanarium lisbonne

Oceanarium lisbonne
Et au centre de tout ça, se trouve un immense bassin de plus de 5.000m3, rempli de requins, de raies, et même d’un énorme poisson lune.
Il y a même la possibilité de dormir sur place pour « passer la nuit avec les requins »!

Oceanarium Lisbonne

C’est vraiment une visite à faire.
Plus d’infos ici : Océanarium (16.20€)

Jour 5 et 6 – Sintra

 

Le séjour à Sintra continue ici…

Jour 7 Lisbonne : Bairro Alto

C’est le « quartier haut » de la ville, et pour résumer : « Le jour c’est calme. La nuit c’est la fête. » C’est la zone où les lisboètes sortent faire la fête, c’est rempli de lieux alternatifs et de bars qui se remplissent le soir (vers 23h)

Bairro alto Lisbonne

Miradouro de São Pedro de Alcântara Lisbonne

Profitez du Miradouro de São Pedro de Alcântara et de sa grande terrasse panoramique pour prendre un bon café avec une vue splendide sur Lisbonne. Reposez vos pieds dans le jardin près de la fontaine, car à force, les rues pavés ça use 🙂

Calçada da Glória Lisbonne

Calçada da Glória

N’oubliez pas de prendre la rue en pente Calçada da Glória et la petite traversée Fala-So, c’est un bon spot pour graffitis. D’ailleurs le street art est omniprésent à Lisbonne.

Street art lisbonne

street art lisbonne

street art lisbonne

Les meilleurs mojitos pour débuter la soirée, sont à Mojito Company (Tv. da Queimada 4), la pinte de mojitos cubains à 6€. Et sinon vous n’aurez pas de mal à trouver le bar qui vous convient pour passer la soirée, c’est la zone étudiante, Erasmus règne en maître ici 🙂

Jour 8 Lisbonne : Cacilhas et Christ Roi

Après une bonne grasse matinée, direction l’embarcadère de Cais do Sodré, un billet de ferry en poche et on traverse le Tage vers Cacilhas. Ensuite on grimpe à travers les ruelles vers le Statue du Christ Roi. Le monument fait plus de 110m de haut et domine le pont du 25 avril et Lisbonne sur l’autre rive du Tage. Inauguré en 1959, il fait clairement penser à celui de Rio de Janeiro, et pour cause, un cardinal portugais de retour du Brésil peut après l’inauguration du premier Christ rédempteur a lancé l’idée d’avoir un monument similaire au Portugal, l’Eglise a validé, et voila.

Christ Roi Lisbonne

On peut visiter l’intérieur et évidemment prendre l’ascenseur pour aller au sommet. Évitez d’y aller par mauvais temps, il y a du vent, beaucoup de vent. Sinon la vue est magnifique 🙂

Pont du 25 avril Lisbonne

Pour éviter de reprendre le même chemin pour revenir à Lisbonne, je vous conseille d’aller au Miradouro Boca do Vento et de là, prendre l’escalier (non loin de l’ascenceur panoramique), et posez vous au Ponto Final, ou vous siroterez tranquillement un verre au bout du ponton en admirant le coucher de soleil qui illumine Lisbonne. Un très bon spot, vraiment 🙂

Ponto Final Lisbonne

ferry lisbonne

Et un dernier bon spot juste à côté du débarcadère, pour profiter d’un coucher de soleil avec le Crist Rei et le Pont du 25 avril, au calme, allongé dans des transats, sur la terrasse du Monte Mar Lisboa 🙂

coucher de soleil lisbonne