Vienne – Balade sur le Ring

Le ring de Vienne, c’est un boulevard circulaire construit sur le tracé des anciennes fortifications de la ville. C’est un sorte de périphérique, mais en beaucoup plus chic! En 1857 l’empereur François-Joseph décide d’agrandir et de moderniser la ville. Pour ça hop, on enlève les remparts moyenâgeux, on ouvre, on aère, et on en profite pour installer un tramway dessus. Très rapidement, les plus riches familles de la ville viennent se pavaner sur ces nouvelles avenues et y font construire les plus beaux immeubles. Je vous conseille de prendre un vélo (on en trouve partout en libre service), car c’est super agréable, les pistes cyclables font la taille d’un boulevard 🙂 C’est parti, hop en route !

On commence notre balade sur le Ring au nord ouest de Vienne, au bord du Danube. Et là paf, on voit un énorme bâtiment en briques (270m de long sur 140m de large!), c’est Die Rossauer Kaserne. Petit rappel historique : En 1848, c’est la révolution à Vienne. Tout commence par un joyeux soutien populaire sur la demande d’indépendance de la population hongroises. Évidemment l’empereur lui, ne l’entend pas de la même façon et ordonnes à ses de partir mater les hongrois. A Vienne, très vite, tout part en vrille. En octobre, les manifestations pacifiques se transforment en barricades et des combats ont lieu dans les rues de la capitale. L’empereur Ferdinand 1er s’enfuit, et une grande partie de la bourgeoisie s’échappe aussi de la ville. A leur retour, les troupes autrichiennes écrasent la rébellion en bombardant la ville et en faisant plus de 2.000 morts dans la population. Pour éviter de perdre une nouvelle fois le contrôle de la capitale de l’empire, le nouvel empereur François 1er décide la construction d’une grande caserne en ville. Avec trois cours intérieures, elle peut loger 4.000 soldats et 400 chevaux. Elle rentre en service en 1870.

Gravement endommagée pendant la 2nde guerre mondiale, elle a faillit être détruite. Puis elle a servi de siège de la police, faillit être reconvertie en centre commercial et au final … C’est aujourd’hui le siège du Ministère de la Défense .. et des sports! Et oui, depuis 2009, c’est le ministère des armées qui est aussi compétent pour le sport en Autriche … hem …

En tournant la tête de l’autre côté, il y a un immeuble qu’on voit de loin, c’est le Ringturm. C’est le premier gratte ciel de la ville, construit en 1955. Il fait 93m de haut. Depuis bientôt 12 ans il est chaque année entièrement recouvert d’un voile peint.

En 2018, c’était l’œuvre du peintre Gottfried Helnwein : « J’ai vu ça », avec une fille pointant sa mitrailleuse sur une ville en flamme. Le but étant de montrer, selon l’artiste, que notre monde est au bord de la guerre.

On remontant le Ring, on passe à côté de l’Université de Vienne, puis on arrive dans des beaux quartiers chics …

C’est ici que se trouve le Rathaus. Cet énorme bâtiment néo-gothique, c’est la mairie de Vienne! C’est aussi le siège de l’état (landtag) de Vienne. Il est construit entre 1872 et 1883 sur un terrain où on organisait des grandes parades militaires. L’architecture de la mairie s’inspire de l’hôtel de ville de Bruxelles. Sa plus haute tour fait 98m de haut. Elle aurait pu être plus grande mais l’empereur avait interdit à l’architecte de faire une tour plus grande que celle de l’église votive à 300m de là et qui atteint elle 99m! Mais la tour de la mairie est plut haute dans un sens car à son sommet, l’architecte a installé le Rathausmann. C’est une statue en cuivre d’un homme en armure tenant un grand drapeau, s’inspirant de l’empereur Maximilien I. Quasi impossible à distinguer depuis le sol, le Rathausmann est pourtant un des emblèmes de la ville, et il fait 6 mètres de haut.

Le Rathaus fait 152m de long et 127m de large. Il est construit en briques avec un revêtement en pierre naturelle. Pendant l’Anschluss (quand l’Allemagne nazie annexe l’Autriche), un balcon en pierre est rajouté et sera utilisé par Hitler pour son discours d’arrivée à Vienne en 1938 … devant une foule en liesse … hem.. Il est possible de visiter gratuitement la mairie. La grande salle des fêtes (71m de long et 20m de large) est le clou de la visite.

Devant la mairie se trouve le Rathauspark. C’est un agréable jardin et il y a régulièrement des animations et festivités. Par exemple on peut voir le marché de Noël et la patinoire en hiver, le Life Ball en mai, et en juillet (quand nous y étions), c’est le festival du film avec des projections gratuites sur écran géant, des concerts, des stands de nourritures du monde entier. Un chouette esprit festif 🙂

De l’autre côté de ce parc, c’est le Burgtheater. Le théâtre de Vienne, inauguré en 1888 et considéré comme une des scènes les plus importantes d’Europe. Gravement endommagé pendant la guerre, il est rénové pendant dix ans et ouvre à nouveau en 1955.

Plus loin on arrive devant un grand jardin, le Volksgarten. Il faisait partie du palais Hofburg et il est ouvert au public en 1823. Ne pas confondre avec l’autre Volksgarten, une boite de nuit au fond du jardin (avec un toit ouvrant!) 🙂 (Site officiel)

Sur une parcelle du Volksgarten, il y a aussi le Rosengarten, le jardin des roses.

Au centre du Volksgarten, on trouve un temple classique, le temple de Thésée. C’est une réplique en taille réduite du temple d’Hephaestues d’Athènes. Il devait servir à abriter la statue de « Thésée luttant contre le Centaure » du sculpteur Canova.

La statue a finalement été déplacée au musée d’art de Vienne, et maintenant le Temple de Thésée sert de centre d’exposition d’art moderne.

Ensuite on arrive sur Heldenplatz (la place des héros). C’est un gigantesque espace vert. Il a été dessiné pour ouvrir le palais impérial Hofburg sur la nouvelle Vienne qui se construit le long du Ring. Il devait servir de grand « forum impérial » à la gloire de la dynastie des Habsbourg. Mais en 1918 c’est la fin de l’empire et les travaux ne seront jamais achevés.

Le nom Heldenplatz (place des héros) est créé en 1878 en l’honneur des 2 grandes statues équestres qui sont installées sur la place. Le premier héros c’est l’Archiduc Charles Louis d’Autriche. Le tout jeune prince de 21 ans dirige l’avant garde de l’armée autrichienne contre l’armée révolutionnaire française, et c’est un succès. Quelques années plus tard il affrontera Napoléon avec plus ou moins de succès, et Bonaparte lui fera même part de son admiration. C’est le symbole du renouveau militaire autrichien. Sa statue est difficile de réalisation techniquement parlant, car seulement les 2 pattes arrières du cheval touchent le socle.

Le deuxième héros, c’est le Prince Eugène de Savoie. Il est considéré comme le plus grand général de son époque. Il a grandit à la cour de Louis XIV. Chétif, son futur est déjà tracé : il aura une carrière ecclésiastique. A Versailles on le surnomme d’ailleurs le « petit abbé ». A 19 ans, surprise générale, il demande au roi le commandement d’une compagnie militaire, la réponse est un non tranchant et méprisant. Humilié et rabaissé, il ne se laisse pas faire et part en secret pour l’Autriche en 1683. Il offre ses services à l’empereur Leopold Ier dans sa guerre contre les turcs de l’empire ottoman qui assiègent Vienne. Il est immédiatement enrôlé, fait rapidement ses preuves, et obtient le commandement d’une compagnie qui s’appelle désormais les « dragons de Savoie ». Il enchaine les succès, et monte vite en grade.

Désormais général des armées impériales autrichiennes, il repousse les turcs, affronte les troupes du roi de France en Savoie, part combattre en Espagne, en Pologne, etc … Partout il enchaine les victoire, c’est le plus grand stratège militaire de l’époque. Un talent qui aurait pu s’exprimer en France si le roi avait été un peu plus malin!

L’immense façade qui donne sur la Heldenplatz, c’est le Neue Burg. Cet énorme bâtiment n’est pourtant qu’une aile supplémentaire rajoutée au complexe palais impérial Hofburg, selon la volonté de l’empereur François-Joseph. Si le projet de Kaiserforum était arrivé à son terme, il y aurait eu l’exacte réplique à l’autre extrémité des jardins ! Sa construction a été énormément couteuse car il y avait d’anciennes douves sur le site choisi et les fondations ont représentées un gigantesque travail. Sa construction a duré de 1881 à 1923.

Le Neue Burg devait initialement servir de nouveaux appartements d’hiver pour la famille impériale. Maintenant le Neue Burg abrite de nombreux musées (Je n’en parle pas plus car je ne l’ai pas visité, mais clairement à mon prochain passage à Vienne, j’y vais ! 🙂 )

C’est sur le balcon du Neue Burg faisant face à l’Heldenplatz qu’Hitler a fait son discours le 15 mars 1938 proclamant officiellement l’Anschluss devant plus de 250.000 viennois en délire, l’acclamant sur la place …

Un nouveau grand espace vert se situe juste de l’autre côté du Ring, c’est la Maria-Theresien Platz. En son centre trône l’imposante statue de l’archiduchesse Marie-Thérèse d’Autriche. Elle n’a pas officiellement le titre d’impératrice, mais pendant 40 ans, c’est bien elle qui gérera les affaires autrichiennes. Elle permettra de redresser et consolider l’empire après sa longue guerre contre les ottomans. Elle aura 16 enfants (dont deux futurs empereurs, Joseph II et Leopold II, et une fille future reine de France, Marie Antoinette). Sa statue fait 20m de haut et date de 1888.

De chaque côté de cette place, deux grands batiments jumeaux se font face.
Le Naturhistorisches Museum Wien (le musée d’histoire naturelle) : construit en 1889 il abrite de riches collections (minéraux, botanique, insectes, etc ..). Sa galerie de météorites est la plus riche du monde.
Le Kunsthistorisches Museum (musée des beaux arts) : il date de 1891 et réunis des œuvres d’arts depuis l’antiquité jusqu’au XVIIIe siècle. Là aussi, ce musée est clairement un des plus importants au monde dans l’art ancien. Et je regrette énormément de ne pas avoir eu le temps de le visiter… la prochaine fois !! 🙂

Si vous avez encore faim de musées (encore encore et encore), au fond du jardin on arrive au Museum Quartier et j’en parle sur cette page.

Et si vous avez faim tout court 🙂 Vous pouvez faire une petite halte saucisses juste à côté du Volkstheater. Ici il y a le Alt Wiener Würstelstand (Burggasse 1070) et il a été élu plusieurs fois meilleur stand à saucisses par les viennois 😉

En reprenant la balade le long du Ring, juste derrière le Neue Burg, on arrive au Burggarten. Ce joli parc à l’anglaise était à sa création en 1819 le petit jardin privatif de l’empereur François Ier. Il n’est ouvert au public que depuis 1919. Ce parc est vraiment agréable 🙂 et il y a quelques belles statues : un grand monument à Mozart, une statue de Goethe, etc …

Au fond du parc, on voit la Palmenhaus. Cette serre abrite des palmiers depuis sa construction en 1826. On peut la visiter et profiter de la brasserie café avec sa grande terrasse, ou s’installer à l’intérieur avec les palmiers sous les verrières. ( https://www.palmenhaus.at/ )

L’étape suivante sur le Ring est incontournable à Vienne : c’est le Wiener Staatsoper. C’est le grand opéra de Vienne. Il est construit en 1868, c’est d’ailleurs le premier établissement public sur le Ring, et il s’appelle à ce moment là, le Hofoper (l’opéra de la Cour). L’inauguration de la salle de 2260 places se fait avec la représentation du Don Giovanni de Mozart. C’est grâce à l’arrivée à la direction du compositeur autrichien Gustav Mahler en 1897 que l’opéra de Vienne obtiendra ses véritables lettres de noblesses. De confession juive, il se converti au christianisme pour avoir le poste. Autrement à cause de l’antisémitisme latent dans la Vienne de l’époque il n’aurait jamais pu diriger l’opéra. Il bouleverse les codes : le chef d’orchestre est maintenant dos au public, on éteint les lumières pendant les représentations et surtout le public n’a plus le droit de rentrer ou sortir en cours de spectacle ! Fini les rendez-vous mondains, l’opéra devient du sérieux ! 🙂

C’est l’une des plus grandes institutions lyriques au monde, et d’après les spécialistes, probablement un des meilleurs orchestre dans sa fosse, le Wiener Philarmonike. Pour les mélomanes, la saison débute en septembre et dure jusqu’à fin juin. Elle permet de voir une cinquantaine d’œuvres chaque année (avec six ou sept nouvelles productions).

Pour réserver une place et visiter, plus d’infos sur le site officiel : https://www.wiener-staatsoper.at/en/

Attention : tout autour de l’opéra, vous verrez des dizaines de personnes déguisées en Mozart et qui viennent vous vendre des places d’opéra « pas cher pas cher my friend ». Comme l’explique une affiche placardée juste à côté de ce trafic (lol), c’est de l’arnaque. Seul le guichet officiel vous garantie l’entrée ! 🙂

Sur le côté de l’opéra donnant sur l’entrée du métro Oper-Karlsplatz, vous pourrez voir au sol les étoiles d’un « walk of fame » local. A vous de chercher votre compositeur préféré ! 🙂

A 2 minutes de là, en s’éloignant un tout petit peu du Ring, il y a un lieu très sympa à découvrir 🙂 C’est le Naschmarkt. Il est sur le cour Wienzeile, qui recouvre la rivière Wien. Sur un kilomètre et demi de long, c’est une succession de petits étals de charcuterie, fruits et légumes et cuisines du monde. Le rendez-vous des gourmands ! 🙂 Le début est très sympa, presque chic même. Plus on avance et plus ça devient cheap. Il y a les interminables stands d’épices et d’olives, et ensuite ça devient de plus en plus populaire et sans réel intérêt touristique, mais ça change aussi 🙂

Si la visite d’un marché ça ne vous intéresse pas, il y a tout de même deux beaux immeubles à voir, le Musenhaus et Majolikahaus (sur la droite en remontant le marché). De très belles façades colorées, style art nouveau sécession viennoise, voilà c’est dit!

Pour info, le samedi, le Nachsmarkt se prolonge par un marché aux puces, et c’est pas très glamour haha 🙂

Plus d’infos ici : https://www.naschmarkt-vienna.com/

En revenant en direction du Ring, ne manquez pas sur votre gauche le Palais de la Sécession (Wiener Secessionsgebäude –
Friedrichstraße 12)
. Mais de quoi s’agit-il ? Quelle sécession ? A la fin du XIXe siècle, l’Art Nouveau se répand en Europe. Et malgré l’ultra classicisme de la ville et de sa bourgeoisie étriquée, des artistes peintres et plasticiens autrichiens (Olbrich, Hoffmann, Klimt) se regroupent et décident de proclamer leur liberté artistique, c’est la Sécession! Et comme il leur faut un endroit où exposer leurs œuvres, et bien il suffit de le construire! C’est le Palais de la Sécession en 1898, par l’architecte Olbrich, sur un terrain mis à disposition par la ville. Sa coupole de feuilles dorées fera beaucoup parler d’elle! La devise du bâtiment : « A chaque époque son art, à l’art sa liberté »

La célèbre Frise Beethoven de Gustav Klimt est exposée ici, ainsi que de nombreuses autres œuvres. Pour la visite, tarifs et horaires, plus d’infos ici : https://www.secession.at/en/

En revenant vers le Ring, on passe par Karlsplatz. Autour de cette grande place, il y a encore le choix en monuments et batiments à voir : Künstlerhaus Wien (le grand bâtiment d’exposition de la société des artistes Autrichiens), Musikverein (une salle de concert réputée pour son acoustique, et qui est simplement une des plus belles salles du monde), TU Wien (la grande université de technologie datant de 1815) ….

Et il y aussi l’Église Saint-Charles Borromée (Karlskirche). C’est une des plus belle église baroque d’Europe Centrale. Elle est ouverte en 1737. Elle est dédiée à Charles Borromée, un évêque italien qui a notamment porté secours aux habitants de Milan pendant la peste de 1576 (d’ailleurs si vous voulez visiter Milan, sans la peste, c’est ici 🙂 ). Les deux grandes colonnes sur la façade sont les symboles de la grandeur impériale de Vienne (les aigles des Habsbourg veillent au sommet).

Pour les visites, horaires, et vue panoramique, plus d’infos ici : http://www.karlskirche.at/

En reprenant le ring, sur votre droite, il y a une grande place (Schwarzenbergplatz) avec une énorme fontaine au centre. C’est Der Hochstrahlbrunnen . La fontaine est créée en 1873 (pour célébrer la première conduite d’eau de source de la ville, on fête ce qu’on peut hein). Attention tenez vous bien : il y a un grand jet au centre (représentant l’année), 4 autours (les saisons), et 365 jets sur le bord de la fontaine pour les jours de l’année. Et comme si ça ne suffisait pas, d’autres jets ont été rajoutés ensuite pour les jours de la semaine, les mois, les jours du mois et les heures!! Bref un joyeux bordel de jets d’eau. Franchement quand tu es à côté, si t’as pas l’explication, tu découvriras jamais 😀 La fontaine est illuminée la nuit et change de couleurs.

Derrière la fontaine, la grande colonne avec un soldat au sommet, c’est le monument érigé en l’honneur de l’Armée rouge qui a libéré la ville des nazis en 1945. Sur le côté de la place, il y a un joli bâtiment romantique et un peu isolé, c’est l’ambassade de France 🙂

L’étape suivante le long du Ring, c’est le Stadtpark. C’est le plus grand parc de la ville. Il est inauguré en 1862. C’est un grand et beau jardin à l’anglaise de plus de 65 000 mètre carrés. La rivière Vienne coule d’ailleurs au milieu. C’est un vrai bol de nature dans la ville.

Le parc est connu pour abriter le mémorial au compositeur Johan Strauss fils, avec cette belle statue en bronze doré datant de 1921. Surnommé le « roi de la valse », il est l’auteur du célèbre « Le beau Danube bleu » et il est responsable de la grande mode de la valse à Vienne et en Europe au XIXe siècle.

Il y a plein de petits monuments disséminés dans le parc, prenez le temps de vous perdre 🙂

Le grand bâtiment de style renaissance à une extrémité du parc, c’est le Kursalon. Inauguré en 1867 pour effectuer des traitements d’hydrothérapie il en fait très vite utilisé depuis pour l’organisation de grands concerts et bals. Impossible d’empêcher les viennois de valser!

Pour visiter le Kursalon, c’est ici.

A proximité du parc, vers le centre historique, il y d’autres beaux batiments à voir comme le Palais Coburg et le Palais Erzherzog.

En sortant du parc, vous pouvez aussi voir les restes de la Alte Stadtmauer Stubentor. Des fouilles archéologiques lors de la construction du métro dans les années 80 ont permis de retrouver une partie du mur d’enceinte médiévale et de sa plus vieille porte fortifiée, la Stubentor.

Ensuite, c’est la fin du Ring, on rejoint le Danube en suivant la rivière Vienne (Wienfluss, 34km de long). A la fin du XIXe siècle, la ville décide de construire un canal en béton pour essayer de contrôler le débit de la rivière. En temps de pluie, le petit ruisseau peut se transformer très rapidement en un véritable torrent. Par temps calme, c’est le paradis des carpes 🙂

Sur la droite du canal, c’est le quartier moderne des ministères, avec en particulier le grand ensemble du ministère des finances.

Ça vaut le coup d’aller y jeter un œil, ne serait-ce que pour cette monumentale sculpture 🙂

Et enfin on arrive sur les berges du Canal du Danube, c’est la fin du tour sur le Ring 🙂 allez, il reste encore plein de choses à découvrir à Vienne, hop en route ! et ça se passe ici :

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *