Vienne – Centre historique

Commençons la balade dans le centre historique de Vienne.

Direction le nord ouest de la ville, sur la paisible Concordiaplatz. Vous aurez une très belle vue sur l’Église Notre Dame du Rivage (Maria am Gestade). Elle doit son nom étrange car durant le moyen age son clocher servait de point de repère aux pécheurs qui remontaient le Danube. D’ailleurs, son clocher en pierres taillées est un chef d’œuvre du gothique. Il sera détruit en 1683 par les troupes ottomanes qui bombardent la ville, et sera reconstruit 5 ans plus tard.

C’est aussi l’église de la communauté tchèque de Vienne, car à l’intérieur se trouve les restes de Saint Clément Marie Hofbauer (d’origine tchèque), qui a eu une grande influence sur sur la vie religieuse en Europe Centrale à la fin du XVIIIe siècle.

En arrivant sur la place Hoher Markt, vous pourrez admirer une très belle horloge astronomique. Elle s’appelle Carillon Anker. Elle est située sur un « pont » qui relie les deux parties du bâtiment Anker-Hof. Elle a été conçut par Franz Matsh en 1914. A midi pile, il y a une animation spéciale 🙂

En vous baladant dans ce quartier (très touristique), un peu plus loin, vous arrivez face à la grande brasserie Lugeck. Même si c’est un peu l’usine à l’intérieur, il parait qu’elle est réputée (https://www.lugeck.com/en/).

Juste devant la brasserie, il y a la statue un peu anonyme de Gutenberg. L’inventeur de l’imprimerie n’a jamais mis les pieds à Vienne … donc bon … hein …

Si vous avez une petite faim, sur votre droite il y a un petit passage discret, le Wollzeile. Au numéro 5, c’est le restaurant « Figlmüller at Wollzeile ». C’est un peu une institution à Vienne pour déguster la meilleur Wiener Schnitzel de la ville (une grand escalope panée). Archi connu, archi réputé, et réservation archi indispensable : Figlmueller.at

Pour reprendre la balade, prenez à gauche de la statue Gutenberg, dans la rue Sonnenfelsgasse. Ensuite c’est encore à gauche sur Schönlaterngasse. C’est une vieille rue du moyen age. Elle est considérée comme la plus belle rue de Vienne. On y trouve le Heiligenkreuzerhof , le plus ancien immeuble d’appartements de Vienne (incluant une jolie chapelle et un marché de noël dans la grande cour intérieur en hiver). La nom de la rue veut dire « jolie lanterne ». La jolie lanterne en question, c’est celle qu’on peut voir accrochée sur la façade au numéro 6 (c’est une réplique, l’originale est au Musée de Vienne, et en plus elle est pas franchement si belle que ça non?). Ce qui est plus intéressant ici, c’est en face, la maison au numéro 7. Une fresque sur le mur célèbre une légende locale …

En 1212, en employé de la boulangerie qui se trouvait ici découvre qu’un basilic vit dans la petite fontaine de la cour (le Basilic dans cette légende c’est une créature fantastique hein, un monstre quoi, et pas une plante aromatique 😉 ) Il sait que son regard est fatal, et qu’on est changé en pierre si on voit ses yeux. Il court donc chercher un miroir et arrive à vaincre le monstre. Je me demande d’ailleurs si ce n’est pas le basilic transformé en pierre (et qui ressemble à un canard difforme) qu’on voit dans la niche creusée juste au dessus 😉
L’inscription sur le mur date de 1932, d’après le texte original de 1577.

Un peu plus loin dans la rue, prenez à droite sur la minuscule ruelle Jesuitengasse (fermée au public jusqu’en 1821).

Vous arrivez devant l’Église des Jésuites. Elle est bâtie en 1627. La grande façade baroque date de 1703, elle est très sobre et discrète, mais si vous rentrez à l’intérieur …

A l’intérieur, c’est riche, ça brille, c’est décoré partout! C’est le style baroque de la contre réforme, quand l’église doit en mettre plein la vue aux fidèles pour leur faire oublier le protestantisme. Des beaux piliers en marbre, des colonnes torsadées, et une grande coupole en trompe-l’œil au plafond. C’est une œuvre de Andrea Pozzo, un peintre jésuite italien célèbre pour sa grande maitrise des perspectives. La visite vaut vraiment le coup 🙂

Le bâtiment collé à l’église des jésuites, c’est la vieille université de Vienne. D’ailleurs on continue la balade en passant sous son arche, en prenant la rue Backerstasse.

Sur votre gauche, il y a une très belle église un peu discrète. C’est l’Église des dominicains de Vienne (Katholische Kirche Maria Rotunda, Postgasse 4). En 1226 l’ordre des dominicains s’installe à Vienne et une première église est construite près de la Stubentor (un des portes des murailles de la ville). En 1529 pendant le siège de la ville par les turcs, l’église est détruite pour récupérer des matériaux de construction et permettre de consolider les murailles de la cité. En 1634, c’est l’inauguration de la nouvelle église dans un style baroque commandé par l’empereur. C’est celle qu’on peut voir aujourd’hui.

A son ouverture, c’était la seconde plus grande église de la cité. Elle est richement décorée, il y a des très belle peintures au plafond et un magnifique orgue. Plus d’infos

On revient sur nos pas et on reprend la rue Backerstrasse, la rue des boulangers. Au numéro 12 de la rue, il reste une vieille fresque médiévale. On y voit une vache à lunettes jouer au backgammon avec un loup! 🙂

La vache représente le catholicisme et le loup (dont il ne reste que le museau) représente le protestantisme. Cette fresque donne une petite idée de ce à quoi devaient ressembler les façades peintes des maisons de la rue au XVIIe siècle.

En suivant le crottin de cheval dans les rues, on retrouve les calèches « tellement typiques » avec leurs cargaisons de « touristes perches à selfies » (comme en gondole à Venise quoi). Tout ça vous dirige immanquablement sur la Stephansplatz

Cathédrale Saint-Étienne de Vienne

La Cathédrale Saint-Étienne se dresse sur la place. Tous les viennois l’appellent Stephansdom. Les premières constructions remontent à 1137 où une première église est bâtie. Un siècle plus tard, elle est agrandie pour devenir une deuxième église, mais un terrible incendie qui a ravagé la ville en 1258 la détruit partiellement. En 1304 les travaux commencent pour bâtir une nouvelle grande église et cette fois en style gothique. La population de la ville s’accroit, et il faut plus de place pour les fidèles. En 1433, la grande tour sud est achevée, la Tour Saint-Etienne. Elle fait 136m de haut, et c’est la plus haute tour d’église d’Europe à l’époque.

Les travaux de la tour nord commencent en 1450, mais elle ne sera jamais totalement achevée. D’une part à cause de la grande crise apportée par la Réforme Protestante à travers l’Europe et d’autre part à cause de l’avancée des forces turques à l’Est. Les travaux s’arrêtent en 1511, et on décide de privilégier les fortifications de la ville. Une coupole est rajoutée sur la tour en 1578. En 1711 on installe sous la coupole, la Pummerin. C’est la plus grosse cloche d’Autriche, elle pèse 21 tonnes!

La grande et fière cathédrale Stephansdom va beaucoup souffrir ensuite. Tout d’abord en 1809, lors du siège de Vienne par Napoléon, la tour sud est touchée par les bombardements. Elle est reconstruite en 1864. Mais c’est surtout à la fin de 2nd guerre mondiale que les plus gros dégâts arrivent. En avril 1945, les alliés bombardent Vienne, les incendies font rages, et le toit s’embrase. La charpente part en fumée, la Pummerin se fracasse au sol, et une partie du toit s’écroule. La cathédrale est ravagée. On peut voir sur place des photos de l’époque ..

Le toit est reconstruit en 1950 avec une structure en acier, et une nouvelle Pummerin est installée en 1952 pour la réouverture de la cathédrale.

Les horaires et tarifs pour visiter la cathédrale, les tours (343 marches pour la tour sud, un ascenseur pour la tour nord) et les catacombes, c’est ici : http://www.stephanskirche.at/visitCathedral.php

Le toit est recouvert de plus de 230.000 tuiles colorées.

Au fond la bas, on aperçois les collines couvertes de vignes qui entourent Vienne. Je vous conseille vivement d’aller y faire un tour, sur la colline Khalenberg, une belle petite randonnée viticole 😉

Si vous voulez prendre la cathédrale en photo et en entier, bon courage ! Car il y a très peu d’espace devant la cathédrale, même avec un objectif grand angle, c’est galère! 🙂 Alors si vous en avez les moyens, vous pouvez aller dans l’immeuble moderne à l’architecture futuriste juste en face, le Haas Haus. Il abrite une boutique Zara et surtout le DO & CO Hotel, avec son Restaurant et le Onyx Bar qui possèdent d’énormes baies vitrées avec la plus belle vue possible! Si vous en avez les moyens … (https://www.docohotel.com/en/).

Construit en 1990, son architecture moderne face à la cathédrale fait toujours débat…

Une petite faim dans le quartier ? On a testé le Miznon
(Schulerstraße 4). C’est cool et pro. Pour manger des pains pitas garnis, des choux fleurs au four (la spécialité), et des bonnes bières. Ambiance très agréable, et possibilité de se poser en terrasse. C’est bon (mais un peu cher).
https://www.facebook.com/miznonvienna

Juste à côté, en suivant les touristes et les perches à selfies, il y a la Maison de Mozart à Vienne (Mozarthaus, Domgasse 5). Je n’ai pas visité, aucun intérêt selon moi. Il y a vécu seulement 3 ans (de 1784 à 1787) et à l’intérieur il n’y a aucun mobilier d’époque et les pièces présentées sont toutes des reproductions.

Si vous aimez Mozart : allez à un concert, regardez un bon documentaire, écoutez sa musique, mais la visite de cette maison, à mon avis … on peut s’en passer 🙂 Malgré tout, si vous voulez y aller, les infos sur le site officiel ici.

Allez hop en route, on continue d’explorer les rues 🙂

Face au Haas Haus, dans l’angle du bâtiment donnant sur la rue Karntner Strasse, vous allez voir un truc bizarre sous verre. C’est le Stock-im-Eisen.

Ce machin, c’est un vieux tronc d’arbre avec des centaines de clous rouillés plantés dessus. Est-ce que c’est un truc satanique tout droit sorti de la forêt de Blair Witch ?… En fait au moyen age, c’était une pratique courante de planter un clou dans un arbre, comme une offrande à un dieu ou une divinité, en échange d’une faveur ou en remerciement d’une action obtenue. Ce tronc insolite (et ses clous) date de 1400, et il est exposé en plein centre ville depuis 1575!

Maintenant on marche vers le sud en direction du Ring.

Il y a ici un lieu que je n’ai pas pu visiter (il y a tellement de choses à voir à Vienne … ) c’est la Crypte des Capucins (Tegetthoffstraße 2). C’est une crypte impériale qui se trouve sous l’église des Capucins. Les membres de la famille Habsbourg y sont enterrés depuis 1633. Les plus grands artistes ont réalisés des tombeaux splendides pour la famille qui a régné sur une bonne partie de l’Europe pendant plusieurs siècles.
Plus d’infos pour visiter ici.

On arrive ensuite sur l’Albertinaplatz. Sur la place se trouve le mémorial contre la guerre et le fascisme, installé en 1988. Avant la guerre, à cet endroit précis se trouvait le Philipphof. C’était un grand immeuble d’habitation avec un abri dans la cave pour la population pendant les bombardements alliés. Le 12 mars 1945 l’armée américaine effectue un terrible raid aérien sur Vienne. L’immeuble est détruit et les 300 personnes qui pensaient avoir trouvé refuge meurent ensevelis … En 1947, les ruines sont rasés et on décide de ne plus rien construire ici en hommage aux victimes.

La sculpture en bronze de l’homme à genou représente un juif obligé de nettoyer les rues des slogans anti-nazis après l’annexion de l’Autriche par le Reich allemand en 1938. Le sculpteur a rajouté plus tard des barbelés, car au début, les gens s’asseyaient sur son dos …

Albertina

Juste en face, il y a un bâtiment à visiter impérativement, c’est l’Albertina. La place Albertinaplatz porte d’ailleurs son nom. C’est un palais des Habsbourg, aménagé en 1801 pour le duc Albert de Saxe-Teschen afin d’abriter sa collection de dessins, estampes et aquarelles. La collection d’arts graphique de l’Albertina est maintenant une des plus riches du monde.

En 2003, le palais de l’Albertina est rénové, et on lui rajoute un avant-toit moderne, la « soravia wing », qui lui donne son look si particulier.

J’aime l’art et c’est toujours un plaisir de découvrir ce genre de musée. J’ai adoré celui-ci, et je vous présente rapidement en dessous une petite compilation des œuvres des grands artistes qu’on peut admirer à l’Albertina 🙂

Horaires, tarifs, planifier sa visite, plus d’infos sur le site officiel.

En sortant de l’Albertina, vous aurez surement un petit creux. Profitez en pour aller découvrir le kiosque à saucisses juste devant le musée. C’est un peu une institution à Vienne. On trouve beaucoup d’endroits de ce type pour manger une bonne würst à n’importe quelle heure de la journée (et même de la nuit). Bienvenue au Bitzinger Wurstelstand Albertina. Simple, pas cher et sans chichi … et gras ! miam 🙂

A 300m, se trouve la Josefsplatz. Au centre de la place, il y a la statue équestre de Joseph II (empereur de 1780 à 1790) et qui a essayé en vain à l’époque de réformer la monarchie et d’annuler beaucoup de privilèges de l’église et de la noblesse.

Derrière lui se trouve la Bibliothèque nationale autrichienne. La salle d’apparat (Prunksaal) est parait-il à visiter absolument! Elle fait 80m de longueur et 20m de haut, avec un magnifique plafond peint. Pour visiter, plus d’infos ici.

Juste à côté se trouve l’École d’équitation espagnole de Vienne (Spanische Hofreitschule Wien). C’est la plus ancienne école d’équitation encore existante au monde. Elle est reconnue internationalement. Tous les chevaux dressés sont des étalons lipizzans. Son nom « d’école espagnole » vient justement de ces chevaux. Le lipizzan est une race de cheval créé par les Habsbourg, lorsqu’il décident de créer en 1580 un hara impérial dans la localité de Lipizza en Slovénie. Les premiers chevaux utilisés pour faire des croisements sont des purs sangs espagnols.

Depuis 1918, le public peut assister aux représentations qui se déroulent dans le manège d’hiver (Winterreitschule). C’est un grand hall blanc et lumineux, 55m de long, 18m de large et 17m de hauteur. Ce spectacle est une des attractions les plus populaires de la capitale 🙂
Plus d’infos sur le site officiel.

On arrive ensuite sur Michaelerplatz. Cette place baroque dessinée en 1725 et une des plus belles de la ville. C’est principalement lié au fait qu’ici se trouve le Michaelertrakt, une aile de l’immense palais impérial des Habsbourg. Le palais en question, le Hofburg, ne cessant de s’agrandir, il fallait une grande façade majestueuse donnant sur la ville. Les travaux durent de 1889 à 1893.

Je vous assure que lorsqu’on se trouve à côté, on le sent le côté « majestueux et impérial ». On est minuscule, tout est colossal!

Face à cette entrée majestueuse, de l’autre côté de la place, il y a une église un peu discrète. C’est l’Église Saint-Michel. C’est un des seuls édifices d’art roman de Vienne et une des plus anciennes églises de la ville. Elle date de 1221. L’orgue à l’intérieur de l’église, datant de 1714, est le plus grand de Vienne. Le requiem de Mozart (seulement la partie existante puisqu’il est mort en l’écrivant) a été joué ici pour la première fois le 10 décembre 1791 pour une messe donnée après son décès.

L’église est aussi célèbre pour sa crypte. Au moyen-age, avant la généralisation des cimetières hors des murs des cités, il était de coutume d’enterrer les défunts dans les églises. La crypte de l’église St Michel de Vienne aurait une atmosphère spéciale qui empêche les corps de se décomposer et beaucoup se sont momifiés naturellement.

Pour continuer à découvrir Vienne :

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *