Lanzarote – Nord-est

Pour découvrir le nord-est de Lanzarote, c’est super simple, il suffit de suivre la route principale, la LZ-1. Et il y a plein de choses sympas à voir, allez on y va, hop en route! 🙂

Antigua Rofera

Le premier lieu à visiter en direction du nord est assez insolite. Quand on est sur la route LZ-1 on peut l’apercevoir de loin sur la gauche. Il faut sortir de la grande route et prendre la LZ-404 en direction de Teguise. On arrive alors dans une zone très étrange.

canaries lanzarote antigua rofera mataburros

Il y a beaucoup de formations rocheuses plus bizarres les unes que les autres. On dirait les vestiges d’une ancienne ville antique mystérieuse …

canaries lanzarote antigua rofera mataburros

Cet endroit est parfois appelé Mataburros (le lieu où meurent les ânes). On l’appelle aussi Antigua Rofera. Il s’agit en réalité d’anciennes carrières d’extraction de lapilli. Ce sont des tous petits fragments de lave éjectés lors des éruptions et qui s’agglutinent les uns aux autres. Ils forment une roche très friable. Le petit gravier extrait est utilisé un peu partout à Lanzarote, il permet de conserver la chaleur et de capter l’humidité ambiante. L’érosion pendant 2 siècles a formé ce décor fantastique.

canaries lanzarote antigua rofera mataburros

Le site est gratuit et libre d’accès. En poussant un peu plus la balade, on franchit la rivière (à sec) Barranco de la Piletas, et il y a plus loin de véritables petits canyons à explorer.

canaries lanzarote antigua rofera mataburros

Jardin des Cactus

En reprenant la route sur la LZ-1 on arrive au village de Guatiza. Ce village a connu la prospérité grâce aux cactus. Enfin plus précisément, grâce aux cochenilles, qui se régalent de la sève des cactus. Pendant longtemps, la cochenille, ce petit insecte, était très prisé par l’industrie car quand on l’écrase il produit un colorant rouge très puissant (et non toxique), c’est le rouge carmin (E120). Depuis les produits chimiques l’ont en partie remplacé. Le village conserve toujours d’impressionnantes plantations où on récolte la figue de barbarie (le fruit du cactus).

canaries lanzarote jardin cactus

Le Jardin des Cactus, à l’origine c’était une autre rofera, une carrière pour l’extraction de matériau volcanique, et qui était devenu une décharge publique… Cesar Manrique décide de transformer le lieu. C’est sa dernière réalisation, inaugurée en 1990. Le résultat est vraiment réussi, la carrière est maintenant transformée en paradis du cactus sur plus de 5000m²!

Le jardin est aménagé en terrasses et on déambule au milieu de 1400 espèces de cactus du monde entier.

Le jardin est dominé par un ancien moulin à vent utilisé pour broyer le maïs et faire le gofio des Canaries.

canaries lanzarote jardin cactus

C’est une petite visite sympathique et qui vaut le coup. Possibilité de manger sur place dans un petit snack terrasse. Tarif 5.80 Eur.

Arrieta

En continuant la route vers le nord, la LZ-1 nous fait passer à côté du village Arrieta. Quand vous voyez le rond-point avec une grosse sculpture mobile en rouge au milieu (œuvre de Manrique en 1992), c’est ici! C’était un tout petit village de pécheurs, mais le fait d’avoir une grande plage de sable (plutôt rare au nord de Lanzarote) a eu pour conséquence un afflux de touristes. Malgré les constructions récentes, le village garde son charme et il est réputé pour ses restaurants de poissons.

canaries lanzarote arrieta

Une curiosité locale, c’est la Casa Azul, la Maison Bleue. Elle est aussi appelée la Casa Juanita. Elle est immanquable. Toutes les maisons (ou presque) à Lanzarote sont d’un blanc immaculé. Mais celle ci avec un premier niveau en brique rouge et un deuxième niveau peint en bleu et vert, tranche nettement avec le reste des maisons de l’ile.

canaries lanzarote arrieta casa azul maison bleue blue house

Son histoire est un peu triste … Un couple originaire du village émigre en Amérique du Sud et fait fortune la bas. Ils ont une petite fille, Juanita, qui attrape la tuberculose. Pour la soigner et lui apporter du bon air pur, ils décident de revenir s’installer à Arrieta et font construire cette maison en 1916, en prenant comme modèle la maison de poupée préférée de leur fille. Malheureusement, leur fille décède quelques années plus tard. La maison est restée longtemps à l’abandon. Après une tentative ratée de transformation en musée, elle est maintenant la propriété d’une famille de Arrecife et elle peut être louée.

En reprenant la route LZ-1 vers le nord, le paysage change radicalement, on rentre dans le malpais. C’est une région recouverte par les coulées de lave du volcan Corona. Quasiment rien ne pousse ici et le terrain est impraticable. Les coulées très fluides du volcan lors des éruptions survenues il y a plusieurs milliers d’années ont créé des tunnels de lave. Le sommet d’une coulée de lave se refroidie mais en dessous la lave continue de circuler, et au fur à mesure que la coulée de lave s’épuise, le niveau baisse et il reste un boyau de lave vide. Avec le temps, des écroulements se forment, ce sont des Jameos, des petits gouffres à ciel ouvert permettant de pénétrer dans ces tunnels et grottes de lave. Ils sont aussi appelé Cueva.

canaries lanzarote cueva jameos

Il y en a 3 qu’on peut facilement visiter, allez hop en route c’est parti! 🙂

Cueva de La Paloma

Le premier site est le moins connu de tous. La zone n’est pas du tout aménagée, il n’y a pas de parking et aucun panneau ne l’indique. En prenant la LZ-404 vers le volcan, après la Cueva de los Verdes, et juste après le virage, il faut se garer comme on peut dans le petit espace permettant aux voitures de se doubler. Sur la droite un petit chemin pas très visible permet d’arriver à la Cueva de la Paloma, et à ce moment on se demande comment on a pu passer à côté en voiture sans le voir! Le trou est énorme!

canaries lanzarote cueva paloma

Vous pourrez descendre visiter les grottes sur quelques dizaines de mètres. Il n’y a personne et c’est un plaisir d’avoir un lieu comme ça pour soi tout seul 🙂

canaries lanzarote cueva paloma

Le site est parfois utilisé pour des session d’escalade, il reste des pitons et des traces de magnésie.

Cueva de los Verdes

Toujours sur la LZ-404, un kilomètre plus loin, c’est la Cueva de los Verdes. Ici, on change d’ambiance : grand parking rempli par des bus plein de touristes. La Cueva de los Verdes a longtemps servi de refuge tout d’abord pour les indigènes afin de se cacher des européens, et plus tard pour les européens pour se cacher des pirates mauresques. Le site a été aménagé en 1964 pour le tourisme.

canaries lanzarote cueva verdes

La visite guidée (en espagnol) dure environ 50 minute, et permet de se balader dans 1.3km de tunnel de lave. Ce jour là (malgré les apparences sur la photo), il y avait tellement de monde et de groupes de touristes bruyants descendant des bus qu’on a préféré reporter à une autre fois et finalement pas visité. Ce sera pour une prochaine fois 🙂
Tarif : 9.50 Eur (20% de réduction après 15h).

Jameos del Agua

C’est l’une des principales attractions touristiques de l’ile, le spot immanquable, avec un énorme parking : Jameos del Agua. Dans les années 1960, César Manrique décide d’aménager ce lieu pour le tourisme tout en gardant une harmonie avec la nature. C’est une des ces plus belles réalisations. Au tout début l’idée était d’en faire la plus belle boite de nuit du monde : piste de danse en marbre, bar incrusté dans la roche, plantes tropicales, tunnel de lave, cadre magique! Il ouvre en 1966 mais ne sera officiellement fini qu’en 1977.

canaries lanzarote jameos del agua

La particularité de ce site, c’est la présence d’un lac naturel à l’intérieur du tunnel de lave, éclairé à ses deux extrémités par la lumière naturelle (et par une ouverture dans la voute). Ce lac est composé d’eau de mer infiltrée dans la roche. On est au niveau de l’océan à cette profondeur, et la hauteur du lac varie en fonction des marées. Cette portion du tunnel est assez impressionnante avec 62m de long, 19m de large et 21m de hauteur.

canaries lanzarote jameos del agua

L’eau est tellement transparente qu’on peut facilement l’oublier, comme ce fut le cas pour une touriste française faisant partie d’un groupe (la honte!) qui a descendu les marches et s’est retrouvé dans l’eau jusqu’aux genoux. Nul 😐

canaries lanzarote jameos del agua

Pourquoi nul ? car dans ce lac, on y voitdes milliers de petits points blancs. Si on regarde de plus près, ce sont de minuscules crustacés aveugles, des Munidopsis polymorpha. Ils sont uniques au monde et n’existent que dans cette grotte. Ils sont très fragiles et il est interdit de jeter des pièces de monnaies dans le lac (ce qui est d’ailleurs vraiment une pratique très idiote en générale), et encore moins d’aller dans l’eau!

En remontant du tunnel, on débouche sur un espace aménagé avec une magnifique piscine blanche, avec eau turquoise et palmiers. C’est superbe! mais interdiction de se baigner aaaaaaaaah!

canaries lanzarote jameos del agua piscine

Derrière la piscine, n’oubliez pas d’aller voir l’auditorium installé dans le tunnel, avec une capacité de 600 places et une acoustique parfaite (il parait). Température fraiche, au calme, et des sièges en cuir supers confortables, ça vaut le coup de s’y poser quelques minutes 😉 Il y a régulièrement des concerts. Se renseigner ici : http://www.cactlanzarote.com/fr/

Tarif : 9.50 Eur et réduction de 20% après 15h, et il y a moins de monde aussi, venez plus tard 🙂 Possibilité snack sur place.

Pour information, le tunnel de lave se prolonge sur plus de 1.6km et jusqu’à 50m sous le niveau de la mer.Cette formation unique au monde est surnommée le tunnel de l’Atlantide, et seuls quelques équipes de spéléologues plongeurs ont pu l’explorer.

On quitte ce lieu unique (et qui vaut réellement le coup) et c’est reparti vers le nord de l’île, hop en route! 🙂

canaries lanzarote jameos del agua

Caleta del Mojón Blanco

En suivant l’unique route LZ-1 qui longe la côte vers le nord de l’ile, on arrive à un petit paradis improbable : une plage de sable blanc au milieu des champs de lave! C’est la plage Caleta del Mojon Blanco (il y a une petite aire de parking). Le contraste est vraiment saisissant, cette plage paradisiaque semble vraiment surgit de nulle part.

Pour se protéger du vent si on veut bronzer sur la place, on retrouve des petites constructions circulaires typiques de l’ile. Il y a très peu de monde, c’est un endroit idéal pour se poser tranquillement au bord de l’océan, avec une vue sur le minuscule ilot Roque del Este 🙂

canaries lanzarote roque del este ile island

Caleton Blanco

A peine un kilomètre plus loin, en suivant la LZ-1, c’est un nouveau petit coin de paradis qui se présente, c’est Caleton Blanco. Ici le parking est un peu plus grand, il y a plus de monde. L’intérêt de cette plage n’est pas vraiment son sable pour s’y poser (il y en a peu) mais la grande lagune qui s’ouvre devant vous. A l’abri derrière des rochers, il y a une grande zone où on peut tranquillement barboter dans des eaux cristallines avec du sable fin entre les orteils. Pour un peu on se croirait dans un lagon du Pacifique 🙂

canaries lanzarote caleton blanco plage playa lagon lagune lagoon

Pour s’y baigner au milieu des petits poissons, il vaut mieux venir à marée haute (l’eau reste fraiche!).

Orzola

Enfin, la route LZ-1 s’arrête à la pointe nord de l’ile au petit village de Orzola. A vrai dire il n’y a pas grand chose à faire ici, c’est très calme, et il y a de l’animation seulement toutes les heures avec un va et vient de voiture. Car c’est le seul endroit pour prendre le ferry en direction de l’ile de Graciosa en face. Ce village de pécheurs est aussi réputé pour son poisson frais. Personnellement, j’ai testé le restaurant Os Gallegos et c’était très bon, je recommande 🙂

canaries lanzarote orzola poisson

Pour vous garer dans les rues, c’est « contrôlé ». Pensez juste à inscrire votre heure d’arrivée sur un papier sous le pare brise. Profitez aussi de votre présence ici pour vous promener à l’extérieur du village vers la plage de La Cantería, qui n’est pas une plage pour se baigner, grosses vagues et beaucoup de courant. En tout casles paysages sont sublimes 🙂

canaries lanzarote orzola paysage landscape

La suite de Lanzarote c’est ici 🙂
Nord ouest
Centre
Parc de Timanfaya
Parc des volcans
Les plages du sud

Budapest – Buda – Quartier Gellert

Le quartier du mont Gellert se trouve sur le côté Buda de Budapest, c’est à dire, à l’ouest du Danube. Pour y aller, il y a par exemple le Pont de la Liberté. Comme beaucoup (beaucoup!) de monuments à Budapest, ce pont a été construit à l’occasion des festivités du millénaire en 1896. Et comme cette année a assez marqué cette ville et qu’un petit rappel historique n’est pas de trop, je vous invite à aller ici.

hongrie budapest pont liberte

De son joli nom imprononçable Szabadság híd, ce pont a été inauguré par l’empereur François-Joseph qui a lui même installé le dernier rivet (en argent). Il reprend l’esthétique d’un pont suspendu même si sa structure n’a rien à voir. Simplement, c’est plus joli 🙂 Et de jour comme de nuit, c’est un chouette endroit pour prendre des photos. Il est même possible de grimper dessus pour des photos encore plus coooool.

hongrie budapest pont liberte sunset coucher soleil

Au sommet des mâts du pont, il y a des oiseaux, mais pas n’importe lesquels. Rien à voir avec des aigles impériaux. Il s’agit de Turuls. Le Turul, c’est l’oiseau mythique de la Hongrie. C’est une sorte de mélange entre aigle, faucon et vautour.

hongrie budapest pont liberte nuit night

Une fois de l’autre côté on est dans le quartier Gellert. Et le principal batiment visible, c’est le grand hotel Gellert. Il a été construit en 1918 dans le style Sécession – Art nouveau, et il comprend aussi les fameux Bain de Gellert.

hongrie budapest bains gellert

A l’intérieur, c’est classe, c’est grand et c’est parfois vieillot. On peut profiter des sundecks, des bains chauds, froids, saunas, hammams, etc … et d’une très belle piscine intérieur pour nager sous une verrière au milieu des colonnades et des statues. Il y a une grande piscine (à vagues) datant de 1927 à l’extérieur. Les eaux chaudes thermales réputées pour soigner de nombreuses maladies proviennent des sources du Mont Gellert. Franchement, on ne peut pas aller à Budapest et ne pas y aller. Ça vaut vraiment le coup 🙂
Pour aller prendre un bain, c’est ici : http://fr.gellertfurdo.hu/

En face, sur le mont Gellert, il y a une construction assez particulière, c’est l’Église troglodyte (Sziklatemplom). Elle est construite dans une grotte naturelle. Elle est aussi appelée la chapelle St Ivan en référence à l’ermite qui l’aurait découvert et qui aurait utilisé les sources thermales du mont pour la première fois. Pendant des siècles, cette grotte a servi d’habitation. Dans les années 1920, des moines revenant d’un pèlerinage à Lourdes décident de reproduire ce qu’ils ont vu en France : ils veulent une grotte sainte et y faire construire une église. En 1926, c’est chose faite et l’église est consacrée et on peut venir y faire la messe. Il y a une entrée sur la route au niveau du Danube, mais l’entrée pour les visiteurs se fait sur les hauteurs.

hongrie budapest eglise trglodyte sziklatemplom

Pendant des années, elle remplit sa fonction d’église (et même d’hôpital pour les nazis pendant la 2nde Guerre Mondiale). Après la guerre, et pendant l’occupation soviétique, les choses changent. La répression contre les catholiques est de plus en plus forte. En 1951, le régime hongrois décide de raser l’église. L’entrée de la grotte est murée, et tous les moines sont envoyés en prison ou exécutés!

hongrie budapest eglise trglodyte sziklatemplom

En 1989, à la chute de l’URSS, la population de Budapest se dépêche de faire sauter le mur de béton qui bloquait l’entrée de la grotte. Après des travaux de rénovations, la grotte et son église ouvre à nouveau en 1992. Et les moines retrouvent leur monastère.

hongrie budapest eglise trglodyte sziklatemplom

La visite n’est pas indispensable, la grotte est petite est n’a rien de spectaculaire. Mais ça reste un lieu d’histoire qui représente beaucoup pour les habitants de Budapest, et puis, une église dans une grotte, ce n’est pas tous les jours qu’on voit ça!

Juste devant l’entrée de la grotte se trouve la statue de Saint Étienne ou Étienne 1er de Hongrie. La statue ne ressemble à rien, on est d’accord! 🙂 Étienne donc, est un prince qui va partir à la conquête des autres territoires de Hongrie et qui va finir par se faire couronner roi en l’an 1000. Il converti ensuite tout son peuple au christianisme (les dieux païens étaient toujours priés). La naissance officielle de cet état chrétien au milieu de l’Europe centrale permettra d’apporter de longues années de paix aux hongrois. C’est un roi très connu ici.

hongrie budapest statue roi etienne

Ensuite, il faut continuer de grimper sur le Mont Gellert (Gellért-hegy), qui domine Budapest du haut de ses 235m. Le nom Gellert vient de l’évêque Gérard (Gellert en hongrois). Il était originaire de Venise, et c’est le roi Étienne qui lui demandera de rester en Hongrie pour instruire son fils et pour convertir la population au christianisme. Après la mort du roi, pendant une révolte païenne en 1046, il est capturé, lapidé, poignardé et jeté dans le Danube depuis cette colline. C’est pour cette raison qu’elle porte ce nom.

Un grand parc boisé recouvre toute la colline, c’est vraiment agréable de s’y promener. Il y a plein de chemins qui partent dans tous les sens, mais on ne peut pas vraiment se perdre. Il suffit de toujours grimper, car à son sommet se trouve ….

hongrie budapest mont gellert statue liberte

La Statue de la Liberté de Budapest. Elle a été construite en 1947, deux ans après la libération de la ville des nazis par les troupes soviétiques. La statue fait 14m de haut (et 40m si on compte son piédestal) et elle est visible depuis un peu partout à Budapest. La statue porte une énorme feuille de palmier. A l’origine le texte sur le monument rend hommage aux soldats soviétiques. Mais après des années d’occupation russe, les hongrois ne sont plus vraiment d’accord pour rendre cet hommage. Alors à la fin de la guerre froide en 1989, le texte est changé pour devenir « À la mémoire de ceux qui sacrifièrent leur vie pour l’indépendance, la liberté et la prospérité de la Hongrie ». (plus neutre, plus cool)

budapest hongrie statue liberte

A la place d’une feuille de palmier, la statue aurait du porter une hélice d’avion, en hommage à István Horthy, mort dans un accident d’avion en 1942. C’était le fils du Régent de Hongrie (Miklós Horthy).

Il y a deux autres statues ici et moins imposantes. Ce tueur de dragon à mains nues, symbolise la lutte contre la destruction.

budapest hongrie statue liberte

Un autre statue représente le progrès, avec un homme brandissant un flambeau. Tiens d’ailleurs, tant que vous êtes ici, rapprochez vous un peu plus de cette statue. Il y a un truc assez spécial!

budapest hongrie statue liberte

Cette statue a des chewing-gum gum plein le cul! En fait cette statue ressemble trop à une allégorie de la Russie triomphante, alors en protestation, comme elle n’est pas très appréciée des habitants, ils lui font savoir qu’ils en ont plein le cul !

Juste derrière ce mémorial et ces statues, se trouve la Citadelle de Budapest. Elle est construite par les autrichiens en 1851 après la guerre d’indépendance hongroise, pour éviter toute nouvelle envie de liberté. Elle ressemble à un énorme bunker et renferme un musée de cire et un restaurant. Ça avait l’air moche, j’ai pas visité.

Depuis le sommet du Mont Gellert vous avez une vue splendide sur la capitale hongroise. On peut suivre les courbes du Danube jusqu’aux massifs montagneux loin la-bas, en direction de la Slovaquie.

hongrie budapest viewpoint panorama panoramique ville vue danube
hongrie budapest viewpoint panorama panoramique ville vue danube
hongrie budapest viewpoint panorama panoramique ville vue danube

En descendant de la colline vous passerez probablement par les rues Berc et Orum, où se trouvent des habitations de haut standing où vivent les plus riches. Parmi ces habitations, il y en a une qui sort du lot avec sa tour et ses briques rouges (à gauche sur la photo). C’est la Villa Hegedűs. Un riche homme d’affaire voulait reconstruire la réplique d’un grand palais de Gênes, et cette villa achevée en 1902 ne représente que la partie gauche du projet jamais fini. Son nom vient de Lóránt Hegedűs, un homme politique hongrois qui y a vécut. C’est une anecdote historique sans intérêt sans doute, mais je trouvais que cette jolie bâtisse méritait qu’on parle d’elle 🙂

hongrie budapest villa hegedus

Au pied de la colline se trouve l’élégant Pont Élisabeth (Erzsébet híd). Construit à l’origine en 1903, avec une longueur de 290m d’une seul travée, et sur une architecture toute en acier, ce pont était une prouesse en Europe. Il sera longtemps un symbole d’ingénierie. Il est détruit par les nazis en 1945. Pendant des années, les piliers du pont restent en place, en souvenir de la guerre. Puis, en 1964, tout est rasé pour le reconstruire quasi à l’identique.

hongrie budapest pont elisabeth queen reine

Et au fait pourquoi ce nom Elizabeth … Elizabeth d’Angleterre ? la réponse est dans un square juste à côté. Il y a une grande statue de Élisabeth de Wittelsbach, plus connu sous le nom de Sissi. L’impératrice d’Autriche, Reine de Hongrie et de Bohême et de Lombardie-Vénétie (assassinée à Genève en 1898). Ce pont rend hommage à cette reine que toute la Hongrie a aimé.

hongrie budapest pont elisabeth queen reine

La suite de la visite à Budapest 🙂
Quartier du chateau
Belvaros
Lipotvaros
Erzsebetvaros
Varosliget
Cimetière

Jour 10 – Hue – Da Nang – Hoi An

Jour 10 – Hue – Da Nang – Hoi An

On se réveille tôt ce matin à Hué. Grâce à notre super hôtel, le Canh Tien Guesthouseon a planifié une nouvelle virée en scooter avec Tran Van Nguyen et To. Comme la précédente sortie pour voir les tombeaux s’était très bien passée, on n’a pas hésité pour une nouvelle escapade. On avale en vitesse le petit déjeuner, on salue le grand père qui voulait nous raconter sa généalogie impériale, on enfourche les bécanes, et c’est parti, hop en route! 🙂

On rejoint rapidement une espèce d’autoroute qui file vers le sud. Au bout d’une trentaine de kilomètres, on arrive en vue de Daum Cau Hai. C’est une grande baie intérieure. Et tout le long de cette baie, il y a plein de petits villages de pêcheurs. Et justement, nous nous arrêtons à Tap Hóa O Truyen.

vietnam hue scooter tap hoa o truyen

Bon pour être très honnête, ici on ne verra pas grand chose d’intéressant. On se balade un peu, on prend quelques photos. Ça a au moins l’avantage de nous dégourdir un peu les jambes 🙂

vietnam hue scooter tap hoa o truyen

vietnam hue scooter tap hoa o truyen

Tout autour de cette baie il y a donc de nombreux petits villages de pécheurs (super à visiter … si on a le temps). On peut aussi rejoindre les plages donnant sur la mer de Chine. Et il y a un endroit qui vaut particulièrement le coup (si on a le temps), c’est le cimetière de An Bang. Là bas, les pécheurs ont décidé dans les années 90 de rénover le cimetière où reposent leurs ancêtres. Pour ne pas avoir à rougir des tombeaux impériaux de l’ancienne capitale Hué, les pécheurs du coin (qui n’ont pourtant pas énormément de richesses) n’hésitent pas à dépenser beaucoup d’argent pour construire et décorer des sépultures énormes. Les familles font le maximum pour honorer leurs ancêtres, tout le monde participe. Et c’est donc une succession de tombes gigantesques richement décorées qui fait la renommée de ce fameux cimetière 🙂

Allez c’est reparti, on monte sur nos bolides. Au bout d’une vingtaine de kilomètres on quitte l’autoroute pour grimper vers les montagnes. La route se transforme en chemin et on fini sur un parking en terre. En marchant un peu, on découvre des gros rochers avec une rivière au milieu.

vietnam hue suoi voi cascade elephant

On est à Suoi Voi, la cascade éléphant 🙂 Ici les habitants de la région viennent se rafraîchir et passer un bon moment. Il y a des toboggans naturels dans les rochers, des petits bassins, des cascades. C’est le lieu des baignades familiales avec vue sur les montagnes et la jungle.

vietnam hue suoi voi cascade elephant

vietnam hue suoi voi cascade elephant

Tout le long il y a des abris pour se reposer à l’ombre ou pour manger. Ce n’est pas la grosse ambiance ce jour là car il fait un peu frais et qu’on est le matin. Le site se rempli en général le week-end. Il parait qu’il vaut mieux se baigner en amont de la rivière. Plus on se baigne en bas et plus on aurait de « chances » de recevoir des eaux usées des restaurants situés un peu plus hauts.
https://www.facebook.com/suoivoi/

Après avoir fait un peu trempette, on repart. En chemin on voit une maison à l’abandon et notre guide fait un peu la grimace. C’est parait-il une maison hantée et il a l’air de vraiment en avoir peur. On laa prend en photo, histoire de voir s’il n’y aurait pas une apparition mystérieuse sur l’image en regardant plus tard … mais non.

vietnam hue suoi voi cascade elephant maison hante

En reprenant la route, j’aperçois dans un virage une tête de bouddha dorée derrière des arbres. Je fais signe pour s’arrêter, et on découvre un temple un peu perdu avec des statues au bout d’un petit sentier sur une colline, je n’ai pas le nom, mais j’ai adoré cet endroit 🙂

vietnam hue scooter boudha

vietnam hue scooter boudha

Après cette petite pause mystique, on reprend les scooters, et au bout d’une vingtaine de kilomètres, on commence l’ascension de la montagne. On est sur la route qui mène vers le célèbre Col des Nuages. Cette route porte aussi le nom de route Mandarine. Ce surnom lui a été donné par les français, car cet itinéraire était utilisé par les mandarins qui partaient de la capitale Hué pour rejoindre les provinces du sud. C’est en effet la seule voie permettant de passer du nord du Vietnam au sud du pays, et inversement.  Il fallait emprunter un petit sentier sinueux qui se pratiquait à pieds, à mulets ou en palanquin (pour les mandarins).
Au sommet, l’empereur Min Mang fait construire en 1826 une grande porte : Hai Van Quan. C’était le point de passage obligé pour toutes les personnes qui traversaient le pays. Sur le fronton, en caractères chinois, il y a écrit « Porte puissante, la première du monde ».

vietnam route nuages hai van quan

Depuis le col, à 500 m d’altitude, on a une vue sur la route qu’on vient d’emprunter (construite par les français en 1901) et … sur les nuages. Il parait que ce col des nuages marque la frontière climatique du pays. Dans ces mémoires, Paul Doumer (qui fut gouverneur de l’Indochine de 1898 à 1902) disait : « on ne peut pas dire que ce nom de « Col des Nuages » soit mal choisi. Presque continuellement, le col est enveloppé de brume. Il semble que tous les nuages de la région passent par là, s’accrochent aux flancs de la montagne, et s’arrêtent un temps dans l’étroit passage. »

vietnam route nuages hai van quan

Le col de Hai Van est maintenant devenu un lieu touristique avec ses petits commerces et restaurants. Mais avant ça, c’était surtout un point stratégique de première importance, et on retrouve donc au sommet des restes des fortifications vietnamiennes qui protégeaient l’ancienne capitale Hué, d’autres érigées par les français pendant l’occupation, et des bunkers construits par les américains.

 

vietnam route nuages hai van quan

Cette photo résume assez bien la situation je trouve. Le couple qui fait sa photo selfie, les autres touristes qui attendent leur tour pour monter en haut du bunker. Le vietnamien qui fait payer le droit de monter sur son escabeau pour pouvoir prendre une photo en haut du bunker 🙂

vietnam route nuages hai van quan

Un dernier regard sur ce vieux panneau et c’est la descente. La route est plus tranquille depuis 2005 car un long tunnel a été creusé et permet à une grande partie du trafic routier de ne plus avoir à franchir ce col et affronter les nombreux virages qui étaient la cause de pas mal d’accidents de camions. Attention cependant, les camions qui transportent des matières dangereuses n’ont pas le droit d’utiliser le tunnel et continuent toujours de prendre la route du col.

vietnam route nuages hai van quan

On aperçoit nos bolides garés derrière le panneau, yeah!

Pendant la descente, on fait une petite halte pour admirer la baie de Vinh Nam Chon et sa plage.

vietnam baie vinh nam chon

C’est l’arrivée à Da Nang. Pendant l’occupation par la France, la ville s’appelait Tourane. Da Nang est actuellement en plein boom économique et comte plus d’un million d’habitants. C’est une ville très occidentale, avec des rues larges, des grattes ciels et des immeubles modernes. Il y aussi une grande  plage, du ciel bleu et presque pas de pollution! 🙂 En fait en arrivant ici, on a l’impression d’avoir presque changé de pays! Cet essor économique est favorisé son grand port de commerce, les nombreux hôtels de luxes qui s’alignent le long de l’immense plage et par la construction de la seule raffinerie de pétrole du pays à quelques kilomètres de la ville.
On s’arrête pour faire le plein, et on mange dans un petit restaurant local, une cantine où on est les seuls occidentaux. Les poissons frais sont coupés et lavés quasiment au milieu de la salle, et la soupe de nouilles au poisson est excellente et pour un prix incroyablement pas cher, mais j’ai aussi incroyablement oublié le nom de l’endroit 🙁
On passe rapidement sur le célèbre Pont Dragon (le Cau Rong) et on aperçoit aussi un « faux » paquebot qui sert de restaurant flottant, le Happy Yacht, situé sur la DHC Marina.

Ensuite, on part en direction des célèbres Montagnes de Marbre. La légende raconte qu’un immense dragon a pondu un œuf ici. Après 1000 jours, le gigantesque œuf a éclot et une femme a surgit et s’est envolée vers le ciel. Les coquilles de l’œuf du dragon devinrent les collines. Il y a 5 collines composées de marbre et de calcaires. Elles sont un peu comme sorties de nulle part dans la plaine plate qui donne sur la grande plage.  Chaque colline représente un élément : Thuy (eau), Kim (métal), Moc (bois), Hoa (feu), Tho (terre).
La seule colline qui se visite est celle de Thuy, elle fait 15 ha de superficie et mesure 100 m de haut. Pour atteindre le sommet (car c’est véritablement une falaise à pic, ce n’est pas une douce colline avec une légère pente hein) il y a 2 options : prendre l’escalier (156 marches bien raides) ou prendre un ascenseur (moche). Comme il commence à faire bien chaud maintenant, on achète 2 bouteilles d’eau et on se décide pour l’ascenseur. Le billet ascenseur + entrée, c’est 55.000 vnd. Une fois en haut, c’est visite libre. Il y a des statues, des temples, des pagodes et des grottes un peu partout. Faites vous plaisir 🙂 En tout cas, il y a de fortes chances pour que finissiez cette visite en sueur car il y a très peu d’ombre (à part les grottes) et il fait vraiment chaud.

En vrac : le temple Xa Loi et sa grande tour.

vietnam danang montagnes marbre hopenroute

vietnam danang montagnes marbre hopenroute

vietnam danang montagnes marbre hopenroute

vietnam danang montagnes marbre hopenroute

Le Bouddha de la Pagode Linh Ong

vietnam danang montagnes marbre hopenroute

Parmi les grottes à visiter : Tang Chon, Van Thong et la Linh Cave. On y trouve toujours une statue de Bouddha et des passages à grimper pour rejoindre d’autres grottes.

vietnam danang montagnes marbre hopenroute

Au sommet de la colline on a une vue dégagée sur la longue plage de Danang vers le sud, mais tout est un peu noyé cet après-midi dans une brume laiteuse.

vietnam danang montagnes marbre hopenroute

Ma grotte préférée reste la grotte Huyen Khong. Des statues de mandarins gardent l’entrée. Il y a une ambiance assez unique à l’intérieur, car le plafond est très haut et des ouvertures laissent passer des rayons de lumières. C’est franchement très beau! et c’est franchement pas évident de pouvoir en profiter comme il faut et d’arriver à faire une jolie photo. Il y a beaucoup de monde ici. En tout cas, malgré ça, la sérénité de la grande statue du bouddha a agit, j’ai kiffé cet endroit 🙂

vietnam danang montagnes marbre hopenroute

 

vietnam danang montagnes marbre hopenroute

Après environ deux heures sur place, vous devriez avoir largement fait le tour 🙂 il est temps de redescendre, et cette fois, on prend les escaliers.

vietnam danang montagnes marbre hopenroute

Tout autour des montagnes de marbre, il y a des centaines de boutiques proposant des statues … en marbre évidemment. Mais attention, il y a aussi beaucoup d’arnaques ici, avec des statues moulées, etc … Pour info le marbre n’est plus extrait des collines.

vietnam danang marbre

Depuis 2006 il y aussi une autre grotte ouverte au public : Am Phu. A l’intérieur des artistes ont sculpté des statues colorées et la visite est sensée représenter une descente aux enfers et la sortie se fait par un escalier qui permet d’atteindre l’illumination, enfin c’est la théorie 🙂 Mais la aussi, à cause du timing serré, on n’a pas pu faire cette visite (tarif 15.000 vnd)

Allez on continue notre road-trip-scooter. Encore une vingtaine de kilomètres et nous arrivons à Hoi An. C’est une petite ville de 120.000 habitants. Son essor se fait à partir du XVe siècle quand de riches marchands s’installent ici pour profiter de son port, idéalement placé. Au cours des siècles l’ensablement de la rivière limitera de plus en plus l’intérêt du port pour le commerce, et l’activité commerciale dans la région sera à Danang. Hoi An sera influencée par une immigration chinoise et japonaise et par l’occupation française. Le patrimoine architecturale de la ville est un mélange de ces influences, et il est plutôt bien conservé. Allez, commençons par emprunter cette ruelle étroite et allons voir ce qu’il y a de l’autre côté …

vietnam hoian hopenroute

Cette maison colorée (qui un restaurant, le Sakura ) et une des plus belle maisons que j’ai vu. La terrasse à l’étage le soir doit valoir le prix de l’addition 🙂

vietnam hoian hopenroute

vietnam hoian hopenroute

Nous n’avons malheureusement passé que quelques heures à Hoi An, à flâner dans les rues. Il y a des beaucoup de fleurs, des lampions et de la couleur partout. On sirote un verre par ci, on déguste une glace par là, on découvre un temple ici, et des œuvres d’art à contempler dans une galerie là. C’est une ville où il fait bon ne pas se presser

vietnam hoian hopenroute

vietnam hoian hopenroute

vietnam hoian hopenroute

Dans le vieux centre, vers l’ouest, il y a un petit pont d’une vingtaine de mètres de long. Il a été construit en 1593 pour passer du quartier chinois au quartier japonais, et il s’appelle donc le Pont Japonais. On le dit indestructible car il a survécut à un incendie qui a ravagé une partie de la ville et récemment on a retrouvé une ancienne plaque votive datant de la construction (un arbre avait poussé dessus entre temps) et qui était destinée à protéger le pont. Du coup, personne n’ose retirer la plaque et le pont sert maintenant à faire le bonheur des touristes 🙂

vietnam hoian hopenroute

vietnam hoian hopenroute

En plus de son cadre agréable, Hoi An est aussi réputée pour son industrie du textile. Si vous voulez vous faire faire des costumes ou des robes sur mesures et à des prix imbattables, c’est ici qu’il faut venir. Vous trouverez facilement des informations sur le net à ce sujet 🙂

vietnam hoian hopenroute

Hélas pour nous il est déjà temps de rentrer à Hué, car ce soir nous devons prendre un avion pour Hanoï. En tout cas on a vraiment apprécié cette ville même si ce fut bref. Évidemment on peut se dire que le vieux centre est un peu cliché. Ça se résume un peu à une succession de galeries d’art, d’antiquaires, de restaurants, de bars et de boutiques de mode, le tout principalement à destination des touristes occidentaux. Mais malgré tout, ça reste vraiment une balade agréable si on fait abstraction des panneaux « happy hour & free wifi » qu’on voit fleurir partout. Ah oui, le petit plus qui compte beaucoup : les rues sont interdites à la circulation, et ça au Vietnam, ça repose vraiment 🙂

vietnam hoian hopenroute

Sur la route du retour, on fait une petite halte sur la plage à Danang.

vietnam plage danang

vietnam plage danang

Pour rentrer plus vite, on ne reprend pas la route du col des nuages mais on passe par le tunnel de Hai Van. C’est le plus long tunnel d’Asie du sud-est avec 6.3 km de long, il est inauguré en 2005. Les motos et scooters n’ont pas le droit de l’utiliser, mais tout est bien pensé, il y a une petite gare dédiée aux 2 roues. Régulièrement une navette embarque les motos et un bus embarque les conducteurs, et hop, en quelques minutes, on est de l’autre côté de la montagne, au Nord.

On rentre assez fatigué à Hué car on a fait pas mal de route dans la journée en scooter (250 km!) et en plus on doit plier bagages et filer à l’aéroport. Pour la réservation des billets avec Vietnam Airlines, la jeune réceptionniste du Canh Tien Guesthouse nous a gentiment aidé (le site n’est pas super ergonomique ahah) et elle nous a aussi réservé un taxi. On récupère quelques délicieux Banh Mi au coin de la rue et on passe le reste de la soirée à bavarder avec les personnes du Canh Tien Guesthouse qui sont vraiment adorables. On quitte ce chouette endroit, on monte dans le taxi, et hop à l’aéroport (le long de la grande route qu’on a emprunté aujourd’hui). L’embarquement se passe sans problème. Décollage à 21 h 10. Le vol nous coûte 1.285.000  vnd par personne et nous économise des heures de train. Atterrissage à Hanoï à 22 h 30.

Ensuite on prend un taxi et on file vers un nouvel hôtel, le Indochina queen hotel (67 Thuoc Bac). Il porte aussi le nom The Queen Hotel & Spa, mais en tout cas c’est la bonne adresse 🙂 le personnel est jeune et vraiment sympa. On s’endort vite car on est franchement crevés. Et le lendemain on part pour les montagnes au nord du pays, car enfin, il y a du soleil la-bas! Depuis le début de notre séjour au Vietnam, la météo était tellement catastrophique dans le nord qu’on a du décaler tout le programme et improviser un peu au fur et à mesure, et ça s’est plutôt bien passé 🙂

<< Jour 9 – Phong Nha-Ke Bang
>> Jour 11 – Bac Ha

Jour 9 – Phong Nha-Ke Bang

Jour 9 – Phong Nha – Ke Bang

A notre réveil à Son Trach, on découvre que juste en face de notre hôtel (Son Tinh Hotel) il y a une grande falaise! La veille on est arrivé de nuit dans le brouillard total et j’étais persuadé qu’on était en rase campagne, haha du coup c’est une chouette surprise.

vietnam phong nha ke bang

Mais au fait, pourquoi a-t’on fait un détour de 200 kilomètres pour venir ici ?

Si on est là c’est car ici se trouve le Parc National de Phong Nha – Ke Bang. Il est créé en 2001 et il est classé à l’Unesco. On est dans une région située sur la cordillère annamitique, une chaîne montagneuse servant de frontière naturelle avec le Cambodge. Ces formations rocheuses représentent une des plus grandes zones de Karst du monde. Des montagnes calcaires érodées depuis des millions d’années et qui ont données un paysage très particulier et surtout, ce qui fait la renommée de ce parc, un réseau de grottes immenses.
On peut trouver ici par exemple, le plus long fleuve souterrain dans une caverne, et des grottes gigantesques comme la grotte Hang En, ou la grotte du Paradis (Grotte de Thien Duong). Mais c’est en 2009 qu’on découvre ici la plus grande caverne du monde : la grotte Sơn Đông. Mais ce n’est pas elle qu’on va visiter. Il y a bien des excursions qui permettent d’y aller mais elles sont réservées à des spécialistes et sont très chères. Et ce qui est fou, c’est qu’il y a encore probablement d’autres grottes incroyables qui sont toujours cachées dans la jungle et qui n’attendent qu’à être découvertes 🙂

Donc nous, modestement, on va se contenter d’une immense grotte, celle qui est connu depuis des siècles (voir des millénaires) par les habitants de la région et qui a donnée son nom au parc : la grotte de Phong Nha. Pour y aller il faut se rendre à l’embarcadère, à côté du Visitor Center. Et oui, pour visiter cette grotte il faut prendre un bateau!

En chemin, dans la rue, on s’interroge un peu devant cette immense panneau. Il s’agit de recommandations pour éviter les intoxications alimentaires : laver les aliments, ne pas consommer de la nourriture avariée, etc … On ne sait pas trop si on doit être rassurés car les cuisinier(e)s du coin vont suivre ces infos, ou si on doit être inquiets car on a justement besoin de rappeler ces infos aux cuisinier(e)s ! gloups 🙂

vietnam phong nha ke bang

Une fois à l’embarcadère, il faut trouver d’autres personnes pour nous accompagner. Le but c’est de partager le prix du bateau. La barque peut contenir 14 personnes et il y a 5 petits kilomètres à parcourir. L’aller-retour coûte 350.000 vnd. Il suffit ensuite de diviser le prix par le nombre de passagers. Il est peine 8 h quand on y est et il n’y a pas foule. Au bout d’un moment, on trouve un australien et deux américaines qui sont d’accord pour partager notre barque. Ensuite on paye l’entrée de la grotte Phong Nha (150.000 vnd) qu’on va jumeler avec l’entrée de la grotte Tien Son (80.000 vnd).

On embarque et notre barreuse lance le moteur pour remonter la rivière. Il n’y a pas d’autres embarcations, c’est incroyablement calme. On voit la brume matinale qui est encore accrochée aux montagnes, c’est magnifique

vietnam phong nha ke bang

En cours de chemin, il y a « ça » sur la berge, si quelqu’un a l’explication de ce « monument », je suis preneur 🙂

vietnam phong nha ke bang

On croise plusieurs petites barques avec les locaux qui ratissent le fond de la rivière et remontent des dizaines de kilos d’algues. A priori ce serait utilisé pour aider à fertiliser les champs.

vietnam phong nha ke bang

vietnam phong nha ke bang

L’eau de la rivière est d’ailleurs très particulière. Elle a une couleur très verte et une apparence presque huileuse. On se dit que cette couleur est probablement due aux algues qui tapissent le fond.

vietnam phong nha ke bang

Enfin, on s’aperçoit que la rivière se dirige droit vers une falaise, et on distingue une petite entrée de grotte. Ca parait pas incroyable vu d’ici. Suspense! (Pour info il est aussi possible de venir jusqu’ici en suivant la petite route sur la rive de gauche sans prendre la barque, mais ça finit en cul de sac et ça ne sert à rien, alors ne vous faites pas avoir 😉 )

vietnam phong nha ke bang

En arrivant près de l’entrée, le moteur de la barque est coupé. Le reste de la navigation se fera à la rame. La barreuse utilise une technique assez particulière, elle est debout à l’avant du bateau et utilise une jambe pour aider à manœuvrer la rame. En tout cas, je lui tire mon chapeau, car la barque est assez grande et doit être bien lourde, et pourtant elle arrive à remonter le courant de la rivière et naviguer sans souci à l’intérieur de la grotte.

vietnam phong nha ke bang grotte

Dès qu’on pénètre à l’intérieur on voit des éclairages disposés un peu partout, et parfois c’est peut être même un peu trop coloré.

vietnam phong nha ke bang grotte

vietnam phong nha ke bang grotte

vietnam phong nha ke bang grotte

vietnam phong nha ke bang grotte

La barque remonte la rivière dans la grotte sur environ 2 kilomètres avant de faire demi-tour et finir par accoster sur une petite plage de sable dans la grotte.

vietnam phong nha ke bang grotte

Ensuite le reste de la visite se fait à pieds. C’est toujours un festival de stalactites, stalagmites, et le tout avec des dimensions incroyables.

vietnam phong nha ke bang grotte

vietnam phong nha ke bang grotte

vietnam phong nha ke bang grotte

On vous conseille vraiment de visiter cette grotte tôt le matin, car il y a peu de monde et du coup pas de bruit, c’est zen et tranquille. J’imagine qu’en pleine journée et en pleine saison touristique ça peut sans doute devenir un peu l’enfer ici. En tout cas, même si cette visite est LE grand classique touristique du parc national, elle vaut vraiment le coup 🙂

vietnam phong nha ke bang grotte

On sort de la grotte à pieds en longeant la rivière.

vietnam phong nha ke bang grotte

vietnam phong nha ke bang grotte

Une fois dehors, il faut prendre un escalier de pierre qui grimpe le long de la falaise pour aller à la grotte suivante, celle de Tien Son. La montée est assez raide mais elle offre une jolie vue sur les rizières.

vietnam phong nha ke bang grotte paradis

vietnam phong nha ke bang grotte paradis

Cette autre grotte est une « grotte sèche », ça signifie qu’il n’y a pas de rivière à l’intérieur. Elle est exploitée pour le tourisme depuis plus de 15 ans et après 8 mois de travaux elle a ré-ouvert en 2014 et accueille plus de 40.000 visiteurs par an.

vietnam phong nha ke bang grotte paradis

On se promène librement dans la grotte en marchant sur des passerelles aménagées.

vietnam phong nha ke bang grotte paradis

Les dimensions sont un peu plus modestes que dans la grotte de Phong Nha mais sincèrement, ça reste très beau aussi 🙂

vietnam phong nha ke bang grotte paradis

vietnam phong nha ke bang grotte paradis

vietnam phong nha ke bang grotte paradis

vietnam phong nha ke bang grotte paradis

Le retour se fait par le même chemin, l’escalier de pierre bien abrupt. On descend au milieu d’une petite troupe de mamies vietnamiennes qui chantent des chansons traditionnelles. On essaie de chanter avec elles … enfin au moins les quelques syllabes qu’on croit avoir deviné dans le refrain quoi ♪♫ Ça les fait rigoler, et on continue de chanter 🙂

vietnam phong nha ke bang grotte paradis

Ensuite il faut trouver un bateau pour revenir à l’embarcadère. Au bout d’une dizaine de minutes une barque sort de la grotte sans passagers, alors un coup de bateau-stop et hop on monte à bord.

vietnam phong nha ke bang grotte paradis

Il faut compter environ 3 heures pour la visite des deux grottes et l’aller-retour en barque.

vietnam phong nha ke bang grotte paradis

Pour le déjeuner, on vous conseille grandement D-Arts Zone. Au bord de la route principale, à 200m de l’embarcadère. Le cadre est vraiment sympa, le service impeccable et on a réellement trouvé ça très bon! 🙂
https://www.facebook.com/dartphongnha/

On aurait aimé pouvoir passer plus de temps ici car le parc regorge d’activités en tout genre, mais malheureusement le timing est serré pour nous et on doit déjà rentrer à Hué. Pour justement discuter de notre planning, on s’était posé à la terrasse du Phong Nha Bamboo Café. La déco est très sympa et la serveuse s’est montrée super insistante pour savoir ce qu’on faisait ensuite. On lui a dit qu’on prendrait probablement le bus pour rentrer à Hué dans l’après midi. Il n’y en a qu’un seul de toute façon, c’est celui de la compagnie Tan Nhat Bus qui passe vers 15 h. La serveuse se propose de nous réserver les places. Allez ok pourquoi pas. (200.000 vnd par personne). Le temps passe, la serveuse nous dit pas de soucis, le bus s’arrêtera devant le bar. Il est plus de 15 h 30 et toujours pas de bus. On commence à se dire qu’on vient de se faire gentiment avoir. Finalement en insistant un peu elle téléphone directement au chauffeur qui confirme qu’il arrive. Et effectivement, un peu après 16 h, la serveuse traverse la route en courant pour arrêter un bus (qui ne se serait jamais arrêté autrement 😉 ). Finalement on est des gros relous qui s’inquiètent pour rien et en plus on se rendra compte plus tard qu’on a payé le billet pas. Du coup, on vous conseille ce bar 🙂 (en plus j’ai kiffé leur café-whisky, hips!)
http://www.phong-nha-bamboo-cafe.com/

Le trajet pour le retour est à l’image de celui à l’aller. Mieux vaut ne pas regarder la route si on ne veut pas avoir une crise cardiaque toutes les 10 minutes! Les quatre heures de routes paraissent interminables…
On arrive à Hué dans la soirée vers 21 h. On retourne à notre super hôtel, le Canh Tien Guesthouse (9/66 Le Loi). Vraiment je continue de vous le conseiller 🙂 Une petite douche et hop on file dans un restaurant qu’on nous a conseillé, le Hanh Restaurant (11 Pho Duc Chinh). Il est dans une petite ruelle et sa devanture ne donne pas trop envie d’y aller. Il ne faut jamais trop se fier aux apparences. A l’intérieure on trouve quelques touristes mais la majorité de la salle est composée de locaux et c’est plutôt bon signe. On y prend un excellent repas, pas cher, et on goûte plein de spécialités. Une chouette soirée avec nos voisins de tables vietnamiens. Resto testé et validé! 🙂

En s’endormant le soir, on a en tête les images des incroyables grottes qu’on a visité…

<< Jour 8 – Hue (suite)
>> Jour 10 – Hue – Da Nang – Hoi An

Jour 5 – Baie d’Halong

Jour 5 – Baie d’Halong

Ce matin on quitte Hanoï, direction la baie d’Halong! Je m’étais pas mal renseigné pour trouver la meilleure manière pour visiter ce site hautement touristique. Et finalement ce qui nous convenait le plus (vu notre planning serré) correspondait à ce qu’on a trouvé sur le site de Oriental Bridge Travel : « croisière de 2 jours 1 nuit à la baie d’Halong sur la jonque privée Tuan 1 cabine (avec départ de Hanoï voiture privée + bateau rapide), sans guide, pour 257 USD / Pers ». Bim! On sera tranquille sur une jonque, à l’ancienne, sans trop de confort, loin des gros bateaux de croisières qui sillonnent la baie et loin de leurs bruits de moteurs. On est impatients!
Plus d’infos sur leur site.

A 6h30, notre chauffeur est donc devant l’hôtel et c’est parti! Direction Hai Phong, à un peu plus de 100 km de Hanoï, il faut compter au moins 2 h de route, dans une voiture neuve et confortable, ça commence bien. Hai Phong est une ville de plus d’un million d’habitants dans le delta du fleuve rouge, c’est la principale ville portuaire du nord du Vietnam. Le taxi nous laisse devant l’embarcadère de Ben Binh. Au guichet on récupère nos tickets pour la traversée et c’est parti pour une petite heure d’attente. Le bateau arrive, c’est un hydroptère, une antiquité de l’ère soviétique.

Bon on fait semblant de ne pas voir la rouille apparente partout, les tôles qui tiennent avec du scotch, on se dit qu’il fait la traversée tous les jours et que le matos soviétique c’est fait pour durer hein! Donc la traversée se fait relativement calmement en 40 min environ. L’avantage de l’hydrofoil c’est qu’on ne sent pas les vagues puisqu’on « vole » au-dessus.

On arrive sur l’ile de Cat Ba. Il parait que c’est un super spot pour y rester quelques jours, mais nous, on n’a pas trop le temps, alors on ne découvre que le long front de mer avec les collines en arrière plan, et la succession de bars en tout genre le long de l’avenue. Ensuite on cherche notre point de chute où un chauffeur doitensuite venir nous chercher. On a rendez-vous dans un restaurant qu’on a du mal à situer, car les numéros de rue ça a tendance à disparaître au Vietnam, et les boutiques et restaurants aiment bien se copier leurs noms. Au bout d’un bon moment de galère, on trouve notre restaurant, le Phuong Phuong Restaurant. Et là, c’est le sentiment de solitude, personne ne parle français ou anglais, je montre la feuille de l’agence, je pense comprendre qu’on nous demande d’attendre. Alors on attend. On boit une petite bière, on regarde les aquariums du restaurant remplis d’énormes limules, c’est la première fois que j’en vois de vivants. Il parait que ça se mange …
Au bout d’un long moment alors qu’on se demande si on ne nous a pas oublié, une voiture arrive, on nous fait signe de monter dedans, et sans trop se poser de question, on monte. Haha on aurait très bien pu se faire kidnapper sans rien comprendre 🙂
La voiture nous sert juste à grimper la colline et à aller sur l’embarcadère des petits bateaux de croisière, à 2 km de là, au terminal de Bến Bèo. Notre petite jonque privée (et rustique!!) est là. On dit bonjour à notre équipage : deux vietnamiens qui ne parlent que vietnamien. On embarque et hop c’est parti, à nous la baie d’Halong!

vietnam cat ba

Ils nous offrent un petit coca frais, c’est pas de refus (bon en fait ce coca sera facturé à la fin de la « croisière », il n’était pas offert haha, y a pas de petit profits!). Autour de nous il y a de nombreuses maisons flottantes qui forment un véritable village flottant. C’est assez bizarre de s’imaginer la vie quotidienne ici. Alors que je suis perdu dans ces réflexions, je vois quelque chose flotter pas très loin de la jonque … un cadavre de chien tout boursouflé … charmant, welcome ! Et je remarque donc qu’il y a beaucoup de chiens sur les petites maisons flottantes, et ils semblent qu’ils ne servent pas à être mangé, mais de gardiens pour empêcher des intrus de voler des affaires ou de désamarrer des maisons. Ah les conflits de voisinages!

vietnam cat ba village flottant

Des dizaines de petites embarcations de pêcheurs ou simplement de personnes se déplaçant d’une habitation à une autre sillonnent le secteur. C’est très vivant et c’est déjà très dépaysant 🙂

vietnam cat ba

La baie d’Halong, située dans le golfe du Tonkin, c’est une étendue d’environ 1500km² à l’intérieur de laquelle se trouve près de 2.000 îlots karstiques. Ces pitons rocheux calcaires aux formes si particulières sont mondialement connus et la baie d’Halong est inscrite au patrimoine de l’Unesco en 1994. Hạ Long signifie « descente du dragon » et selon la légende, c’est un grand dragon qui en voulant domestiquer les courants marins a fracassé avec sa queue les montagnes autour de lui. Et ça a créé le superbe paysage que l’on connait maintenant.
La baie d’Halong est une des principales destinations touristiques au Vietnam. Donc autant vous le dire tout de suite, si vous ne sortez pas un peu du flux de masse, vous serez au milieu d’une foule de touristes dans des bateaux bruyants et faisant tous le même circuit à la file indienne, aucun charme quoi. Donc on vous encourage vivement à choisir l’option « jonque traditionnelle ». C’est rustique mais au moins vous êtes (presque) seuls au monde dans la baie et vous pouvez passer par des passages que ne peuvent pas emprunter les gros bateaux de touristes.

vietnam baie halong

vietnam baie halong

On en profite, tranquillement allongés sur le sundeck à la proue de la jonque. Notre seul voisin à des kilomètres à la ronde, c’est une autre jonque de la même agence que la notre, Oriental Bridge Travel (ou Oriental Sun, c’est les mêmes).

vietnam baie halong

Le repas se fait à l’arrière du bateau, par terre à même le sol, dans ce qui sert de cuisine, salle à manger, et lieu de vie pour notre équipage. C’est cuisiné à l’arrache et c’est très bon 🙂

vietnam baie halong

Pour vous dire qu’on est tranquille dans la baie, regardez cette photo, il n’y a que nous!

vietnam baie halong

Alors qu’un peu plus tard dans l’après-midi, on croise le premier bateau de croisière, gros et bruyant.

vietnam baie halong

Suivi d’un autre et encore d’un autre. On a rejoint pour un moment le « parcours classique » et je me dis qu’on a de la chance d’être peinards sur notre petite jonque plutôt que sur ces gros rafiots au milieu des autres.

vietnam baie halong

Allez hop, on met notre petit kayak à l’eau et on part découvrir les environs. En pénétrant dans une grotte on se retrouve dans un petit lagon, caché à l’intérieur d’un îlot.

vietnam baie halong

C’est très chouette, très calme, on entend les bruits d’animaux dans la jungle, ça donne presque envie d’accoster et de partir en exploration.

vietnam baie halong

vietnam baie halong

Une petite photo depuis le kayak en revenant vers « notre » jonque privée. Quand je dis qu’elle est rustique : un petit sundeck à l’avant, une petite douche mais avec très peu d’eau et un débit minuscule, des toilettes rudimentaires, une petite cabine à la déco inexistante, et l’espace arrière pour manger et où dorment aussi les deux membres de l’équipage. Mais franchement, c’est largement suffisant 🙂

vietnam baie halong

Avec bonheur, on quitte tous les gros bateaux de croisière et on repart tranquillement dans notre balade au milieu des iles et on se retrouve à nouveau seuls dans la baie d’Halong et c’est vraiment le top!

vietnam baie halong

On va passer la nuit dans une petite baie où les petites jonques ont le droit de rester. Les gros bateaux, eux, doivent tous passer la nuit au même endroit dans une autre baie plus large. Le soir on mange une excellente fondue vietnamienne et on trinque plusieurs fois avec l’équipage, vive l’alcool de riz! 🙂

vietnam baie halong

Quand la nuit tombe on peut voir des lumières s’allumer pour la pêche au calamars.

vietnam baie halong

Plus tard, dans la nuit, on entend une petite averse légère tomber. On jette un œil dehors et Wouah! Il y a des tâches lumineuse partout à la surface de l’eau. Et c’est là qu’on comprend que tout autour de la jonque, il y a du plancton lumineux! Ce sont des micro-organismes marins qui remontent à la surface quand la nuit est sombre et sans lune, et s’il y a du mouvement autour du plancton, hop il y a une petite lueur bleue. Et comme il y a en des milliards dans l’eau, il y a cette lueur bleue en peu partout à chaque endroit où une goutte de pluie tombe. On a essayé en vain de pouvoir prendre des photos, et on a laissé tombé, ça ne rendait rien de correct. C’était vraiment une expérience géniale 🙂

<< Jour 4 – Tam Coc – Hanoï
>> Jour 6 – Baie d’Halong (suite)

Jour 4 – Tam Coc – Hanoï

Jour 4 – Tam Coc – Hanoï

Ce matin au programme c’est promenade en barque. C’est l’attraction phare ici pour profiter au mieux de la Baie d’Halong terrestre, alors on va faire comme tout le monde. Hop on enfourche nos vélos et on pédale tranquillement vers le petit village de Tam Coc. Il est assez tôt quand on arrive et il n’y a pas trop de monde. Les premiers bus qui déversent les flots de touristes ne sont pas encore arrivés. Ensuite on le sait, on était prévenu, c’est un peu l’usine à touristes. Très rapidement donc, on nous dirige vers le petit guichet, hop un ticket pour la visite du site et une barque pour deux personnes, 270.000 vnd. A l’embarcadère, une gentille dame souriante accroupie dans une barque se lève et se dirige vers nous. On sourie aussi, on avance et bim! coup de sifflet, elle se fait engueuler par le type qui gère l’embarquement. Du coup il nous pousse vers une autre barque où un vieux monsieur fume une clope et nous fait monter à bord d’un air blasé. Bon c’est l’armée ici, ça rigole pas. On n’aura pas de « famuse rameuse tellement typique », boah pas grave, hop en route! euh … hop en barque!

vietnam tam coc barques

Donc la particularité de la balade en barque ici, c’est la façon de ramer. Les rameuses (ou notre rameur en l’occurrence) utilisent leurs pieds pour ramer, soit les pagaies en alternance, soit les pagaies en même temps. Ça a l’air super naturel et super simple, ça donne envie d’essayer pour voir, mais on n’a pas le droit car ça rigole toujours pas. Peut-être que si j’avais su le dire en vietnamien j’aurai pu essayer et faire le malin, mais non, snif tristesse …
Notre barque à fond plat avance lentement le long de la rivière, entourée des fameux pains karstiques de la région et qui lui donne ce surnom de Baie d’Halong terrestre. D’ailleurs au sommet de l’un deux, on reconnait le dragon et la pagode qu’on a visité la veille 🙂 Si vous ne l’avez pas encore fait, allez y, c’est Hang Mua.

vietnam tam coc barques

On arrive ensuite face à une falaise et on s’engouffre en suivant la rivière dans une longue grotte (127m de long). Pas de chauve-souris ni d’hirondelles accrochées au plafond.

vietnam tam coc barques

En sortant de la grotte sur la droite, j’aperçois ce qui semble être une entrée de tunnel, et je me demande s’il ne s’agit pas de l’extrémité du tunnel de Hang Mua … je ne sais pas …

vietnam tam coc barques

Les barques se suivent à la queue-leu-leu, et j’ose même pas imaginer ce que ça doit donner à l’heure de pointe. Ça permet au moins de faire des belles photos bien clichées 😉

vietnam tam coc barques

On aperçoit à nouveau les petites chèvres du coin, perchées sur les falaises. On espère pour elles qu’elles ne finiront pas trop vite sur les barbecues du village ou dans les ventres des affamés. Je les montre du doigt au rameur, il nous répond quelque chose mais on ne comprend rien. Je dis bêtement « miam miam » en me frottant le ventre et il hoche la tête pour confirmer en disant « miam miam ». L’estomac, ce langage universel.

vietnam tam coc barques

Une nouvelle grotte, et à chaque fois je me demande si on ne va pas se racler le crâne contre le plafond rocheux.

vietnam tam coc barques

vietnam tam coc barques

A ce moment là, j’ai croisé les doigts très forts pour ne pas voir le rameur montrer le chat du doigt et dire « miam miam »! 🙂

vietnam tam coc barques

Après une dernière traversée de grotte, on arrive au bout du parcours. C’est à cet endroit que notre barque fera demi-tour. Et c’est aussi à ce moment là que le piège se referme sur vous! Mouahaha! Des hordes de barques s’approchent et des dizaines de petites dames vous tendent un tas de choses à acheter. On le savait, ça fait partie du tour, on n’était pas surpris. On nous avait dit que la petite nappe brodée en dentelle était un classique, et je m’étais déjà préparé mentalement à l’acheter de (presque) bon cœur … et il n’y en avait pas une seule! A la place on a acheté des fruits à grignoter pour nous et notre rameur, et deux petites tortues articulées. Franchement, ça ne coûte pas grand chose, et ça permet aux familles du village de gagner un peu d’argent grâce aux touristes. Ça fait partie du jeu, il faut le prendre avec le sourire.

vietnam tam coc barques

Sur d’autres barques l’ambiance à l’air un peu moins zen au retour, ça débat autour du « guet-apens » touristique qu’on vient de vivre. Nous, on mâchonne nos morceaux de cannes à sucres et on cherche à voir d’autres animaux que les chèvre mais rien hélas snif snif.

vietnam tam coc barques

vietnam tam coc barques

Sur le chemin du retour, notre rameur nous montre du doigt un sommet rocheux et part dans une longue tirade où je ne comprends absolument rien. Je prends en photo, je zoome, je lui montre et il m’indique le petit truc au milieu, et il se remet à parler. Je crois donc que ce truc au sommet est sensé ressembler à quelqu’un mais je n’en sais pas plus. Et c’est dans ces moments là que ne pas pouvoir échanger un mot est vraiment frustrant et qu’on regrette de ne pas avoir d’interprète …

vietnam tam coc barques

vietnam tam coc

Nous voilà enfin revenu à bon port, on laisse un petit pourboire à notre rameur, 50.000 vnd, c’est la norme. Il vient quand même de ramer pendant un peu plus de 2 heures, et sur le prix de la traversée il ne touchera qu’une toute petite somme car c’est une société qui gère les barques et qui reverse l’argent au compte goutte. Il empoche le billet, pas un sourire, pas un mot, et hop il retourne fumer une clope en attendant le prochain duo qu’on lui demandera d’aller promener 🙂

On retrouve nos vélos et on reste quelques minutes à regarder les groupes de plus en plus nombreux rejoindre l’embarcadère et ça devient vraiment l’enfer ici, alors vite hop en route! On décide de faire le petit tour du plan d’eau de Tam Coc.

vietnam tam coc

Il y a plein de petites villas et de petits bungalows autour, mais tout a l’air en travaux ou abandonné. C’est assez étrange, j’imagine que ça a du changer depuis, car il y a vraiment du potentiel 🙂

vietnam tam coc

vietnam tam coc

Bon allez ça suffit pour Tam Coc, on décide d’aller faire un tour à l’autre embarcadère, celui de Trang An, pour voir si tout le mal qu’on en dit est bien mérité. On traverse la campagne à vélo sur 8 ou 9 km, avec la faune locale.

vietnam tam coc

L’arrivée à l’embarcadère de Trang An confirme bien qu’il ne faut pas aller la-bas ! Au bord de la grande route il y a un énorme parking qui accueille des dizaines et des dizaines d’énormes cars et de minibus. Tous ces touristes traversent ensuite un « pittoresque » pont en béton pour rejoindre les non moins pittoresques pagodes ancestrales en béton armé et pour faire la queue.  En file indienne à l’embarcadère, il faut attendre son tour, pour qu’une rameuse vous embarque au son d’un mégaphone qui dicte des ordres. Des centaines de barques et de rameuses attendent. Autant je pensais que l’embarcadère de Tam Coc pouvait faire usine à touristes, autant celui là, c’est l’enfer à touristes!

vietnam trang an

Et ce n’est pas une charmante petite barque pour deux personnes ici, c’est la grosse barcasse qui ne part que si elle est pleine. Bref bon courage si vous y allez. Ce site est clairement taillé pour le tourisme de masse.

vietnam trang an

Sans trop de regrets on quitte le lieu et on continue de se balader tranquillement en vélo dans les rizières. On part au hasard à la découverte des premiers chemins qu’on rencontre (pour parfois finir dans des culs de sac et complètement embourbés ahah). Se balader à vélo autour de Tam Coc, c’est vraiment un bon plan 🙂

vietnam tam coc

vietnam tam coc

vietnam tam coc

On rentre de notre ballade, on rend nos vélos Chez Loan. Avant de partir, dans la matinée, on avait indiqué à Loan qu’on souhaitait rentrer à Hanoï dans l’après midi mais qu’on n’avait rien planifié. A notre retour, elle nous indique qu’un minibus d’une agence qui retourne justement à Hanoï fera une halte devant l’hôtel pour nous récupérer. Il faudra juste s’incruster dans un autre groupe. No problem 🙂 (80.000 vnd pour le trajet, ça va). A l’heure dite, un mini bus avec un petit groupe d’américains s’arrête. Ils ne comprennent pas trop pourquoi on monte dans le bus. Alors qu’ils nous regardent avec des gros yeux et que le minibus redémarre, on se dit qu’on a vraiment passé un bon séjour à Tam Coc 🙂

Mais tout n’est pas que carte postale autour de Tam Coc, il suffit juste de porter son regard vers le sud avant de partir et on voit le revers de la médaille : des hôtels, des barres d’immeubles en constructions, des grandes usines de ciments qui grignotent le paysage. C’est aussi ça le « développement » et ça doit être difficile de persuader la population locale de rester « pittoresque » et vivre du tourisme et de l’écologie alors qu’il est si facile d’avoir plus d’argent et de pouvoir acheter des choses comme tous les touristes qui ont la chance de pouvoir venir ici.

vietnam tam coc usine ciment

Sur la route, c’est toujours autant le chaos avec la circulation et je crois qu’il vaut mieux ne pas regarder ce qui se passe devant et se contenter de lire un bouquin ou essayer de dormir. En tout cas ça a tellement stressé nos compagnons de voyage qu’il y en a un qui a fait arrêter le minibus pour crier au chauffeur « we don’t want to die! ». Mais comme le chauffeur ne comprenait rien, ça ne servait pas à grand chose. En tout cas je confirme que la route au Vietnam ça peut très très vite être très stressant et flippant quand des camions à contre sens vous frôlent en klaxonnant et que juste après une moto taxi manque de s’encastrer dans le mini bus et se renverse sur la route …

De retour à Hanoï, le minibus dépose tout le monde devant l’hôtel des américains et nous continuons à pieds vers notre quartier qu’on commence à connaitre presque par cœur et c’est presque sans consulter le plan qu’on retrouve le chemin de notre hôtel Prince II.
Ensuite on part à la recherche du restaurant Cha Ca La Vong (). Ce plat est une spécialité qui n’est franchement pas évidente à apprécier : du poisson mariné, frit dans un plat posé sur un réchaud qu’on accompagne de vermicelle et de plantes aromatiques. Et très rapidement on trouve qu’il y a « un gout bizarre ». C’est l’essence de ca cuong, une espèce de jus extrait d’un cafard des rizières. C’est assez rare et cher et c’est généralement de l’essence de synthèse qui est utilisée. Dans tous les cas, le gout peut paraître assez désagréable. En tout cas c’est une expérience à tenter! (et si vous êtes écœuré, vengez vous et faites goûter du roquefort à un vietnamien 😉 )

On ne se couche pas trop tard car demain matin, un chauffeur viendra nous chercher très tôt devant l’hôtel pour partir à la baie d’Halong, c’est l’excursion qu’on a réservé avec Oriental Bridge Travel.

<< Jour 3 – Tam Coc
>> Jour 5 – Baie d’Halong

Jour 3 – Tam coc

Jour 3 – Tam Coc

Aujourd’hui on part de Hanoï en direction de Tam Coc, surnommée la Baie d’Halong terrestre. Pour ça, il faut rejoindre la ville de Ninh Binh à une centaine de kilomètres au sud. Il y a plusieurs options pour y aller : prendre le train, prendre le bus local, prendre un chauffeur privé ou prendre un taxi. On a choisi le bus local. Je ne sais pas si c’était la meilleure solution, mais en tout cas c’était la moins chère. Il faut d’abord commencer par rejoindre la gare routière de Giap Bat qui est à 8 km au sud de la ville et qui dessert les provinces du sud de Hanoï. C’est le premier inconvénient, car il faut rejoindre cette gare routière en taxi, c’est beaucoup trop loin à pied.

Comme on avait prévenu le personnel de l’hôtel Prince II qu’on reviendrait surement dormir une nuit ou deux à Hanoï et probablement chez eux, ils sont sympas et nous font un petit prix pour un taxi qui vient nous chercher (et franchement, même s’il y a probablement un petit surcoût, c’est peut être préférable que prendre un taxi au hasard dans la rue … on vous racontera ça plus tard). Du coup hop tôt le matin, le taxi est là et nous attend, hop en route!
Une fois sorti du taxi à la gare routière de Giap Bat, autant vous le dire, c’est l’anarchie! A première vue, il n’y aucune organisation, les bus semblent rentrer et sortir sans aucunes règles, ça grouille de monde, et immédiatement on vous saute dessus pour vous vendre des tickets. Comme ça parait un peu agressif et on a tendance à dire non, mais en fait c’est plus ou moins le principe de fonctionnement (on n’a jamais réussi à trouver les guichets). Avec un peu de méfiance on finit dans un bus en croisant les doigts pour que ce soit le bon (on n’a toujours pas vu de panneau d’indication non plus) et on est les seuls occidentaux à bord quand il démarre… Ensuite c’est parti pour plus de 2 heures de route moche et grise, avec un bus qui s’arrête inexplicablement à des endroits improbables pour laisser monter et descendre des voyageurs 🙂
Enfin, c’est l’arrivée à Ninh Binh! C’est bétonné, gris et moche. On récupère la valise et on prend le premier taxi venu pour faire les derniers kilomètres vers le village de Tam Coc. On avait anticipé et déjà réservé sur internet pour aller Chez Loan, à la sortie du village. C’est un petit hôtel agréable et impeccable, au calme. On a un chouette accueil souriant et francophone. « Madame Loan » c’est un peu la star de l’établissement, vous verrez. Le restaurant de l’hôtel est franchement pas mal. On a profité de l’occasion pour grignoter la spécialité locale : un plat de chèvre grillée (ça se mange très bien). En plus l’hôtel propose gratuitement des vélos pour partir en balade et vous donne toutes les infos pour passer un bon séjour. Vraiment, on valide 🙂
http://chezloantamcoc.com/

Donc hop! on enfourche les vélos et direction le temple de Bich Dong à quelques minutes de là vers l’ouest, sur la même route. Sur place, on est « obligés » de payer le parking pour le vélo. Bon évidemment je pense que c’est un peu du racket à touriste et je me dit que ceux qui ne payent pas ne retrouvent peut-être pas leurs vélos ensuite. Mais comme ça ne coûte quasiment rien hein, on lâche un petit billet et on reçoit un ticket tout froissé en retour …

Allez hop, on traverse un petit pont de pierre et on y est!

vietnam tam coc chua bich dong

Alors le temple de Bich Dong (grotte de jade) daterait de 1705 quand deux moines bouddhistes ont découverts ce lieu entouré de 5 montagnes (comme des feuilles de lotus). Ils décident alors que c’est un endroit parfait pour construire trois pagodes. Une pagode Inférieure, Moyenne et Supérieure.

vietnam tam coc chua bich dong

vietnam chua bich dong

Les pagodes sont adossées à la falaise et le lieu est vraiment impressionnant.

vietnam tam coc chua bich dong

Personnellement, j’ai l’impression que le bouddha Amithaba a laissé son empreinte de pas dans l’escalier! En suivant ces pas, et engrimpant le long de la falaise, on arrive dans une succession de petites grottes plus ou moins aménagées en lieux de prières et où on retrouve la statue du bouddha.

vietnam tam coc chua bich dong

vietnam chua bich dong

Enfin on arrive au sommet et on a un panorama splendide sur le paysage. La photo de carte postale c’est ici 🙂

vietnam tam coc chua bich dong

vietnam tam coc chua bich dong

En quittant ce lieu sacré, n’oubliez pas de laisser un petit billet Ho Chi Minh 😉

vietnam tam coc chua bich dong

C’était une visite vraiment agréable et en partie ombragée par des arbres centenaires. Et franchement ça fait pas de mal car il fait maintenant vraiment chaud et l’atmosphère devient étouffante.

vietnam tam coc chua bich dong

Ne récupérez pas tout de suite vos vélos. Là il faut continuer un peu plus loin sur le chemin et dépasser le sommet de la colline juste à côté. Déjà le point de vue est pas dégueulasse 🙂

vietnam tam coc chua bich dong

Ensuite en descendant vers le petit lac, il faut repérer un petit pont en bambou. Vous vous arrêtez là et regardez autour de vous. Au bout de quelques minutes, quelqu’un devrait venir vous voir. C’est le propriétaire du terrain, il faut lui montrer la porte fermée à clé contre la falaise de l’autre côté du petit pont. Vous lui donnez un petit billet, il ouvre et vous le suivez. Wouw que c’est mystérieux! 🙂

vietnam grotte tam coc chua bich dong

De l’autre côté de la porte vous avez droit à la visite de la grotte presque secrète de Bich Dong ! La visite est vraiment marrante car notre guide improvisé est vraiment à fond dans ses explications. Il nous montre chaque recoin de la grotte et parle à toute vitesse en vietnamien, et on ne comprend absolument rien 🙂 Il fait encore plus chaud et moite à l’intérieur.

vietnam grotte tam coc chua bich dong

Franchement si vous êtes dans le coin, même si ce n’est pas la grotte du siècle, ne loupez pas cette petite visite 🙂

vietnam grotte tam coc chua bich dong

Ensuite on revient au parking et on retrouve nos vélos intacts, yeah ! 😉 et il y a même une marque à la craie sur la selle pour vérifier qu’ils correspondent bien à nos tickets, comme quoi en fait, il y avait vraiment une organisation. Il nous reste encore un peu de temps avant le coucher de soleil, hop! on passe en mode course car on a un autre lieu à visiter, Hang Mua, et ça se trouve à quelques kilomètres d’ici. Même si on doit se dépêcher en vélo, le paysage est tellement incroyablement beau, qu’on est obligé de s’arrêter régulièrement pour en profiter 🙂 On aide d’ailleurs des touristes (y compris des vietnamiens) à se prendre en photo avec ce superbe fond en arrière-plan.

vietnam tam coc riziere

On traverse à toute vitesse le village de Tam Coc, ce qui nous permet de repérer un peu les lieux pour la promenade en barque qu’on fera demain matin. Ensuite on prend sur la gauche pour rentrer dans le petit village de Ninh Thang qu’on traverse jusqu’à rejoindre la rivière. Le long de la route c’est un peu tous les clichés du Vietnam : les montagnes en pain de sucre, les rizières, les paysans au travail avec leurs grands chapeaux coniques, des buffles qui nous regardent placidement à côté d’un cimetière coloré, des chèvres qui traversent la route, des enfants qui nous font coucou de la main. C’est idiot mais on se sent bien, vive le vélo le long des rizières 🙂

vietnam tam coc cimetiere

vietnam tam coc riziere

Peu après, on rencontre des paysans en galère : une remorque est tombée de la route dans la rizière et elle est complètement embourbée. On essaie de les aider à la sortir de la en tirant ensemble sur une corde mais ça ne bouge pas. On est désolés pour eux et on continue la route. Pas toujours marrant la vie dans les rizières finalement…

Juste après un petit pont en béton, il faut prendre à gauche. Ce n’est pas très bien indiqué alors ne le loupez pas. Il y a une petite guérite à l’entrée du site de Hang Mua. Les gardiens discutent tranquillement sur un banc en sirotant un café. On prend deux entrées (50.000 vdn le ticket) et ils nous font comprendre qu’on a encore le temps pour visiter. Cool! On distingue l’escalier en zigzague à flanc de falaise tout au bout de l’allée et on sait qu’on va en baver. Et comme le soleil va bientôt se coucher et que si on veut profiter, il ne va pas falloir traîner, alors hop hop hop !! en route !

vietnam tam coc hang mua

Hang Mua veut dire ‘grotte de la danse’. En fait la grotte n’est quasiment pas indiquée, elle était d’ailleurs derrière des palissades lors de notre passage, des travaux d’aménagement à l’intérieur je crois. L’histoire raconte qu’en 1258, le roi Trần Nhân Tông cède son trône à son fils et vient fréquemment visiter le lieu pour écouter et admirer les danseuses de la cour royale qui répètent dans la fameuse grotte. La grotte est assez basse et traverse la montagne et permet de rejoindre la rivière de l’autre côté. Mais pas de grotte pour nous, alors on file vers l’escalier pour rejoindre la pagode au sommet de la montagne de la danse.

Et là c’est parti pour 486 marches qui n’ont l’air de rien au début mais qui au fur et à mesures sont de plus en plus grandes à franchir. Ceux qui ont construit ces marches devaient être des géants! 🙂

vietnam tam coc hang mua

Une fois au sommet, ouf, le soleil est encore là et on transpire à grosses gouttes est pas du tout essoufflés. On a une super vue sur la rivière de Tam Coc. On distingue des petits points sur la rivière, c’est des barques. Et demain matin, on y sera.

vietnam tam coc hang mua

Au passage, on n’oublie pas de faire un petit salut au bouddha de la pagode.

vietnam tam coc hang mua

On profite enfin du soleil qui se couche derrière un dragon sculpté posé sur la crête du pic. On grimpe pour regarder tout autour et pour essayer de ne pas en perdre une miette tellement c’est chouette 🙂
(il faut faire attention car mine de rien, c’est juste une chute depuis une falaise à pic de plus de 100 mètres si on fait un faux pas)

vietnam tam coc hang mua

La plaine vers Ninh Binh est un peu noyée dans la brume du soir, mais ça reste vraiment beau à voir.

vietnam tam coc hang mua

Voilà, on a eu notre moment magique durement mérité, avec un timing qui s’est joué à quelques minutes près. Maintenant on peut redescendre tranquillement, no stress. On entend bêler et on distingue des chèvres perchées sur les falaises. Je leur fais un coucou de la main et je leur dit que c’est surement leur cousine que j’ai mangé à midi!

vietnam tam coc hang mua

Avant de quitter le site de Hang Mua, on fait un dernier petit tour et on admire (ou pas) des sculptures colorées. Mais comme il n’y a pas d’explications, bin voilà quoi …

vietnam tam coc hang mua

vietnam tam coc hang mua

Sur le chemin du retour en vélo on essaie de ne pas écraser les canards sur la route, et on constate que la remorque a pu être retirée de la rizière. On traverse le village où les odeurs de cuisines du soir commencent à se faire sentir, les lampions s’allument.

vietnam tam coc riziere

On pédale tranquillement jusqu’à Chez Loan. Une bonne petite douche et on descend au restaurant pour dîner. La salle est presque exclusivement remplie de touristes français. Pas très exotique tout ça mais bon, on vient surtout manger alors on se lance dans une excellente fondue vietnamienne. Notre première du séjour. Et c’est très bon 🙂

Bonne nuit Tam Coc 🙂

<< Jour 2 – Hanoi
>> Jour 4 – Tam Coc – Hanoï