Jour 10 – Hue – Da Nang – Hoi An

Jour 10 – Hue – Da Nang – Hoi An

On se réveille tôt ce matin à Hué. Grâce à notre super hôtel, le Canh Tien Guesthouseon a planifié une nouvelle virée en scooter avec Tran Van Nguyen et To. Comme la précédente sortie pour voir les tombeaux s’était très bien passée, on n’a pas hésité pour une nouvelle escapade. On avale en vitesse le petit déjeuner, on salue le grand père qui voulait nous raconter sa généalogie impériale, on enfourche les bécanes, et c’est parti, hop en route! 🙂

On rejoint rapidement une espèce d’autoroute qui file vers le sud. Au bout d’une trentaine de kilomètres, on arrive en vue de Daum Cau Hai. C’est une grande baie intérieure. Et tout le long de cette baie, il y a plein de petits villages de pêcheurs. Et justement, nous nous arrêtons à Tap Hóa O Truyen.

vietnam hue scooter tap hoa o truyen

Bon pour être très honnête, ici on ne verra pas grand chose d’intéressant. On se balade un peu, on prend quelques photos. Ça a au moins l’avantage de nous dégourdir un peu les jambes 🙂

vietnam hue scooter tap hoa o truyen

vietnam hue scooter tap hoa o truyen

Tout autour de cette baie il y a donc de nombreux petits villages de pécheurs (super à visiter … si on a le temps). On peut aussi rejoindre les plages donnant sur la mer de Chine. Et il y a un endroit qui vaut particulièrement le coup (si on a le temps), c’est le cimetière de An Bang. Là bas, les pécheurs ont décidé dans les années 90 de rénover le cimetière où reposent leurs ancêtres. Pour ne pas avoir à rougir des tombeaux impériaux de l’ancienne capitale Hué, les pécheurs du coin (qui n’ont pourtant pas énormément de richesses) n’hésitent pas à dépenser beaucoup d’argent pour construire et décorer des sépultures énormes. Les familles font le maximum pour honorer leurs ancêtres, tout le monde participe. Et c’est donc une succession de tombes gigantesques richement décorées qui fait la renommée de ce fameux cimetière 🙂

Allez c’est reparti, on monte sur nos bolides. Au bout d’une vingtaine de kilomètres on quitte l’autoroute pour grimper vers les montagnes. La route se transforme en chemin et on fini sur un parking en terre. En marchant un peu, on découvre des gros rochers avec une rivière au milieu.

vietnam hue suoi voi cascade elephant

On est à Suoi Voi, la cascade éléphant 🙂 Ici les habitants de la région viennent se rafraîchir et passer un bon moment. Il y a des toboggans naturels dans les rochers, des petits bassins, des cascades. C’est le lieu des baignades familiales avec vue sur les montagnes et la jungle.

vietnam hue suoi voi cascade elephant

vietnam hue suoi voi cascade elephant

Tout le long il y a des abris pour se reposer à l’ombre ou pour manger. Ce n’est pas la grosse ambiance ce jour là car il fait un peu frais et qu’on est le matin. Le site se rempli en général le week-end. Il parait qu’il vaut mieux se baigner en amont de la rivière. Plus on se baigne en bas et plus on aurait de « chances » de recevoir des eaux usées des restaurants situés un peu plus hauts.
https://www.facebook.com/suoivoi/

Après avoir fait un peu trempette, on repart. En chemin on voit une maison à l’abandon et notre guide fait un peu la grimace. C’est parait-il une maison hantée et il a l’air de vraiment en avoir peur. On laa prend en photo, histoire de voir s’il n’y aurait pas une apparition mystérieuse sur l’image en regardant plus tard … mais non.

vietnam hue suoi voi cascade elephant maison hante

En reprenant la route, j’aperçois dans un virage une tête de bouddha dorée derrière des arbres. Je fais signe pour s’arrêter, et on découvre un temple un peu perdu avec des statues au bout d’un petit sentier sur une colline, je n’ai pas le nom, mais j’ai adoré cet endroit 🙂

vietnam hue scooter boudha

vietnam hue scooter boudha

Après cette petite pause mystique, on reprend les scooters, et au bout d’une vingtaine de kilomètres, on commence l’ascension de la montagne. On est sur la route qui mène vers le célèbre Col des Nuages. Cette route porte aussi le nom de route Mandarine. Ce surnom lui a été donné par les français, car cet itinéraire était utilisé par les mandarins qui partaient de la capitale Hué pour rejoindre les provinces du sud. C’est en effet la seule voie permettant de passer du nord du Vietnam au sud du pays, et inversement.  Il fallait emprunter un petit sentier sinueux qui se pratiquait à pieds, à mulets ou en palanquin (pour les mandarins).
Au sommet, l’empereur Min Mang fait construire en 1826 une grande porte : Hai Van Quan. C’était le point de passage obligé pour toutes les personnes qui traversaient le pays. Sur le fronton, en caractères chinois, il y a écrit « Porte puissante, la première du monde ».

vietnam route nuages hai van quan

Depuis le col, à 500 m d’altitude, on a une vue sur la route qu’on vient d’emprunter (construite par les français en 1901) et … sur les nuages. Il parait que ce col des nuages marque la frontière climatique du pays. Dans ces mémoires, Paul Doumer (qui fut gouverneur de l’Indochine de 1898 à 1902) disait : « on ne peut pas dire que ce nom de « Col des Nuages » soit mal choisi. Presque continuellement, le col est enveloppé de brume. Il semble que tous les nuages de la région passent par là, s’accrochent aux flancs de la montagne, et s’arrêtent un temps dans l’étroit passage. »

vietnam route nuages hai van quan

Le col de Hai Van est maintenant devenu un lieu touristique avec ses petits commerces et restaurants. Mais avant ça, c’était surtout un point stratégique de première importance, et on retrouve donc au sommet des restes des fortifications vietnamiennes qui protégeaient l’ancienne capitale Hué, d’autres érigées par les français pendant l’occupation, et des bunkers construits par les américains.

 

vietnam route nuages hai van quan

Cette photo résume assez bien la situation je trouve. Le couple qui fait sa photo selfie, les autres touristes qui attendent leur tour pour monter en haut du bunker. Le vietnamien qui fait payer le droit de monter sur son escabeau pour pouvoir prendre une photo en haut du bunker 🙂

vietnam route nuages hai van quan

Un dernier regard sur ce vieux panneau et c’est la descente. La route est plus tranquille depuis 2005 car un long tunnel a été creusé et permet à une grande partie du trafic routier de ne plus avoir à franchir ce col et affronter les nombreux virages qui étaient la cause de pas mal d’accidents de camions. Attention cependant, les camions qui transportent des matières dangereuses n’ont pas le droit d’utiliser le tunnel et continuent toujours de prendre la route du col.

vietnam route nuages hai van quan

On aperçoit nos bolides garés derrière le panneau, yeah!

Pendant la descente, on fait une petite halte pour admirer la baie de Vinh Nam Chon et sa plage.

vietnam baie vinh nam chon

C’est l’arrivée à Da Nang. Pendant l’occupation par la France, la ville s’appelait Tourane. Da Nang est actuellement en plein boom économique et comte plus d’un million d’habitants. C’est une ville très occidentale, avec des rues larges, des grattes ciels et des immeubles modernes. Il y aussi une grande  plage, du ciel bleu et presque pas de pollution! 🙂 En fait en arrivant ici, on a l’impression d’avoir presque changé de pays! Cet essor économique est favorisé son grand port de commerce, les nombreux hôtels de luxes qui s’alignent le long de l’immense plage et par la construction de la seule raffinerie de pétrole du pays à quelques kilomètres de la ville.
On s’arrête pour faire le plein, et on mange dans un petit restaurant local, une cantine où on est les seuls occidentaux. Les poissons frais sont coupés et lavés quasiment au milieu de la salle, et la soupe de nouilles au poisson est excellente et pour un prix incroyablement pas cher, mais j’ai aussi incroyablement oublié le nom de l’endroit 🙁
On passe rapidement sur le célèbre Pont Dragon (le Cau Rong) et on aperçoit aussi un « faux » paquebot qui sert de restaurant flottant, le Happy Yacht, situé sur la DHC Marina.

Ensuite, on part en direction des célèbres Montagnes de Marbre. La légende raconte qu’un immense dragon a pondu un œuf ici. Après 1000 jours, le gigantesque œuf a éclot et une femme a surgit et s’est envolée vers le ciel. Les coquilles de l’œuf du dragon devinrent les collines. Il y a 5 collines composées de marbre et de calcaires. Elles sont un peu comme sorties de nulle part dans la plaine plate qui donne sur la grande plage.  Chaque colline représente un élément : Thuy (eau), Kim (métal), Moc (bois), Hoa (feu), Tho (terre).
La seule colline qui se visite est celle de Thuy, elle fait 15 ha de superficie et mesure 100 m de haut. Pour atteindre le sommet (car c’est véritablement une falaise à pic, ce n’est pas une douce colline avec une légère pente hein) il y a 2 options : prendre l’escalier (156 marches bien raides) ou prendre un ascenseur (moche). Comme il commence à faire bien chaud maintenant, on achète 2 bouteilles d’eau et on se décide pour l’ascenseur. Le billet ascenseur + entrée, c’est 55.000 vnd. Une fois en haut, c’est visite libre. Il y a des statues, des temples, des pagodes et des grottes un peu partout. Faites vous plaisir 🙂 En tout cas, il y a de fortes chances pour que finissiez cette visite en sueur car il y a très peu d’ombre (à part les grottes) et il fait vraiment chaud.

En vrac : le temple Xa Loi et sa grande tour.

vietnam danang montagnes marbre hopenroute

vietnam danang montagnes marbre hopenroute

vietnam danang montagnes marbre hopenroute

vietnam danang montagnes marbre hopenroute

Le Bouddha de la Pagode Linh Ong

vietnam danang montagnes marbre hopenroute

Parmi les grottes à visiter : Tang Chon, Van Thong et la Linh Cave. On y trouve toujours une statue de Bouddha et des passages à grimper pour rejoindre d’autres grottes.

vietnam danang montagnes marbre hopenroute

Au sommet de la colline on a une vue dégagée sur la longue plage de Danang vers le sud, mais tout est un peu noyé cet après-midi dans une brume laiteuse.

vietnam danang montagnes marbre hopenroute

Ma grotte préférée reste la grotte Huyen Khong. Des statues de mandarins gardent l’entrée. Il y a une ambiance assez unique à l’intérieur, car le plafond est très haut et des ouvertures laissent passer des rayons de lumières. C’est franchement très beau! et c’est franchement pas évident de pouvoir en profiter comme il faut et d’arriver à faire une jolie photo. Il y a beaucoup de monde ici. En tout cas, malgré ça, la sérénité de la grande statue du bouddha a agit, j’ai kiffé cet endroit 🙂

vietnam danang montagnes marbre hopenroute

 

vietnam danang montagnes marbre hopenroute

Après environ deux heures sur place, vous devriez avoir largement fait le tour 🙂 il est temps de redescendre, et cette fois, on prend les escaliers.

vietnam danang montagnes marbre hopenroute

Tout autour des montagnes de marbre, il y a des centaines de boutiques proposant des statues … en marbre évidemment. Mais attention, il y a aussi beaucoup d’arnaques ici, avec des statues moulées, etc … Pour info le marbre n’est plus extrait des collines.

vietnam danang marbre

Depuis 2006 il y aussi une autre grotte ouverte au public : Am Phu. A l’intérieur des artistes ont sculpté des statues colorées et la visite est sensée représenter une descente aux enfers et la sortie se fait par un escalier qui permet d’atteindre l’illumination, enfin c’est la théorie 🙂 Mais la aussi, à cause du timing serré, on n’a pas pu faire cette visite (tarif 15.000 vnd)

Allez on continue notre road-trip-scooter. Encore une vingtaine de kilomètres et nous arrivons à Hoi An. C’est une petite ville de 120.000 habitants. Son essor se fait à partir du XVe siècle quand de riches marchands s’installent ici pour profiter de son port, idéalement placé. Au cours des siècles l’ensablement de la rivière limitera de plus en plus l’intérêt du port pour le commerce, et l’activité commerciale dans la région sera à Danang. Hoi An sera influencée par une immigration chinoise et japonaise et par l’occupation française. Le patrimoine architecturale de la ville est un mélange de ces influences, et il est plutôt bien conservé. Allez, commençons par emprunter cette ruelle étroite et allons voir ce qu’il y a de l’autre côté …

vietnam hoian hopenroute

Cette maison colorée (qui un restaurant, le Sakura ) et une des plus belle maisons que j’ai vu. La terrasse à l’étage le soir doit valoir le prix de l’addition 🙂

vietnam hoian hopenroute

vietnam hoian hopenroute

Nous n’avons malheureusement passé que quelques heures à Hoi An, à flâner dans les rues. Il y a des beaucoup de fleurs, des lampions et de la couleur partout. On sirote un verre par ci, on déguste une glace par là, on découvre un temple ici, et des œuvres d’art à contempler dans une galerie là. C’est une ville où il fait bon ne pas se presser

vietnam hoian hopenroute

vietnam hoian hopenroute

vietnam hoian hopenroute

Dans le vieux centre, vers l’ouest, il y a un petit pont d’une vingtaine de mètres de long. Il a été construit en 1593 pour passer du quartier chinois au quartier japonais, et il s’appelle donc le Pont Japonais. On le dit indestructible car il a survécut à un incendie qui a ravagé une partie de la ville et récemment on a retrouvé une ancienne plaque votive datant de la construction (un arbre avait poussé dessus entre temps) et qui était destinée à protéger le pont. Du coup, personne n’ose retirer la plaque et le pont sert maintenant à faire le bonheur des touristes 🙂

vietnam hoian hopenroute

vietnam hoian hopenroute

En plus de son cadre agréable, Hoi An est aussi réputée pour son industrie du textile. Si vous voulez vous faire faire des costumes ou des robes sur mesures et à des prix imbattables, c’est ici qu’il faut venir. Vous trouverez facilement des informations sur le net à ce sujet 🙂

vietnam hoian hopenroute

Hélas pour nous il est déjà temps de rentrer à Hué, car ce soir nous devons prendre un avion pour Hanoï. En tout cas on a vraiment apprécié cette ville même si ce fut bref. Évidemment on peut se dire que le vieux centre est un peu cliché. Ça se résume un peu à une succession de galeries d’art, d’antiquaires, de restaurants, de bars et de boutiques de mode, le tout principalement à destination des touristes occidentaux. Mais malgré tout, ça reste vraiment une balade agréable si on fait abstraction des panneaux « happy hour & free wifi » qu’on voit fleurir partout. Ah oui, le petit plus qui compte beaucoup : les rues sont interdites à la circulation, et ça au Vietnam, ça repose vraiment 🙂

vietnam hoian hopenroute

Sur la route du retour, on fait une petite halte sur la plage à Danang.

vietnam plage danang

vietnam plage danang

Pour rentrer plus vite, on ne reprend pas la route du col des nuages mais on passe par le tunnel de Hai Van. C’est le plus long tunnel d’Asie du sud-est avec 6.3 km de long, il est inauguré en 2005. Les motos et scooters n’ont pas le droit de l’utiliser, mais tout est bien pensé, il y a une petite gare dédiée aux 2 roues. Régulièrement une navette embarque les motos et un bus embarque les conducteurs, et hop, en quelques minutes, on est de l’autre côté de la montagne, au Nord.

On rentre assez fatigué à Hué car on a fait pas mal de route dans la journée en scooter (250 km!) et en plus on doit plier bagages et filer à l’aéroport. Pour la réservation des billets avec Vietnam Airlines, la jeune réceptionniste du Canh Tien Guesthouse nous a gentiment aidé (le site n’est pas super ergonomique ahah) et elle nous a aussi réservé un taxi. On récupère quelques délicieux Banh Mi au coin de la rue et on passe le reste de la soirée à bavarder avec les personnes du Canh Tien Guesthouse qui sont vraiment adorables. On quitte ce chouette endroit, on monte dans le taxi, et hop à l’aéroport (le long de la grande route qu’on a emprunté aujourd’hui). L’embarquement se passe sans problème. Décollage à 21 h 10. Le vol nous coûte 1.285.000  vnd par personne et nous économise des heures de train. Atterrissage à Hanoï à 22 h 30.

Ensuite on prend un taxi et on file vers un nouvel hôtel, le Indochina queen hotel (67 Thuoc Bac). Il porte aussi le nom The Queen Hotel & Spa, mais en tout cas c’est la bonne adresse 🙂 le personnel est jeune et vraiment sympa. On s’endort vite car on est franchement crevés. Et le lendemain on part pour les montagnes au nord du pays, car enfin, il y a du soleil la-bas! Depuis le début de notre séjour au Vietnam, la météo était tellement catastrophique dans le nord qu’on a du décaler tout le programme et improviser un peu au fur et à mesure, et ça s’est plutôt bien passé 🙂

<< Jour 9 – Phong Nha-Ke Bang
>> Jour 11 – Bac Ha

Jour 8 – Hue (suite)

Jour 8 – Hue

Après une excellente nuit à Canh Tien Guesthouse on prend un petit déjeuner en vitesse car on part faire la visite des tombeaux en scooter. Le service est proposé par l’hôtel, c’est même une des premières choses qu’on nous a montré, le livre d’or avec les avis élogieux des visiteurs. J’avais un peu l’impression qu’on essayait de nous forcer la main, mais après tout hein … et franchement, ça s’est super bien passé et c’est une très bonne activité à faire. En plus on était avec Tran Van Nguyen, qui a toujours le sourire sur le visage et To, sympa et plus discret 🙂 Allez hop, en route pour les tombeaux impériaux de Hué!

On roule vers le sud sur des scooters flambants neufs et de bonne cylindrées. On slalome dans la circulation, pas de frayeurs sur la route (enfin pas pire que ce qu’on a déjà pu vivre lors des trajets en bus au Vietnam haha) et au bout d’une dizaine de kilomètres au sud de Hué on arrive sur le site du Tombeau de Khải Định. Impeccable, on arrive vers 7 h, à l’ouverture des visites, il n’y a personne, on est tranquilles 🙂

vietnam hue tombeau khai dinh

Khải Định (1885-1925) est le douzième empereur de la dynastie des Nguyen. Il accède au trône en 1916 à l’age de 21 ans et il n’est pas très apprécié. En effet, son prédécesseur, l’empereur Duy Tân avait tenté une révolte contre l’occupant français en 1916, mais qui a échoué. Il est exilé à l’ile de la Réunion, avant de s’engager dans la résistance pendant la 2e guerre mondiale et via un accord avec le Général de Gaulle il aurait put tenter de revenir gouverner au Vietnam en 1945 (car il n’a jamais officiellement abdiqué) mais son avion s’écrase en Afrique, bref c’est une autre histoire… Donc Khải Định, c’est les français qui le mettent au pouvoir et déjà, ça ne plait pas trop aux vietnamiens, car cet empereur il ne dirige finalement pas grand chose. Ensuite il augmenta les impôts pour financer la construction de ce tombeau construit de 1920 à 1931. Mais il ne le verra jamais achevé puisqu’il meurt de la tuberculose en 1925.

Le tombeau (qui est le dernier construit par les empereurs vietnamiens) est à flanc de colline sur plusieurs niveau. Le béton a été beaucoup utilisé et le style architectural tranche assez franchement avec le style habituel. Ici on voit le Pavillon de la stèle, de forme octogonal, et qui abrite une stèle en pierre recouverte d’un texte gravé par son fils Bao Dai.

 

vietnam hue tombeau khai dinh

Dans la cour d’honneur, il y a de nombreuses statues de soldats, chevaux et éléphants, qui montent la garde.

vietnam hue tombeau khai dinh

vietnam hue tombeau khai dinh

vietnam hue tombeau khai dinh

vietnam hue tombeau khai dinh

Sur la dernière terrasse, à 127 marches de l’entrée, se trouve le tombeau avec une façade assez chargée.

vietnam hue tombeau khai dinh

vietnam hue tombeau khai dinh

vietnam hue tombeau khai dinh

La première pièce à l’intérieur est très richement décorée. Il y a des mosaïques de verres et de porcelaines partout, des dorures, du bois laqué. C’est très coloré.

vietnam hue tombeau khai dinh

La pièce derrière est encore plus incroyable, ça brille de partout! Sous un énorme baldaquin se trouve une grande statue dorée de l’empereur sur son trône.

vietnam hue tombeau khai dinh

Au plafond il y a une grande fresque qui représente 9 dragons dans les nuages.

vietnam hue tombeau khai dinh

Dans une autre pièce on trouve quelques objets et trésors personnels ayant appartenu à l’empereur. Personnellement je choisirai celui là 🙂

vietnam hue tombeau khai dinh

Allez, il est temps de quitter ce tombeau, car les premiers bus arrivent et les escaliers commencent à être pris d’assaut par des hordes de touristes. On the road again!
On fait une petite halte sur le pont Cau Tuan pour profiter de la jolie vue sur la rivière des cinq parfums.

vietnam hue riviere cinq parfums

On arrive ensuite rapidement au Tombeau de Minh Mang. C’est un des tombeaux le plus éloignés de Hué et là encore, on a de la chance. Il est encore tôt dans la matinée, l’ouverture des portes se fait à 8h, et les bus des tours operators ne sont pas encore arrivés ici. Du coup on a encore le site rien que pour nous et c’est tant mieux. On part à sa découverte, en suivant les fleurs des frangipaniers.

vietnam hue frangipanier

Minh Mang, si vous avez suivi, c’est donc le fils de Gia Long, et c’est donc le second empereur de la dynastie des Nguyen, qui régna de 1820 à 1841. C’est lui qui prônera l’isolationnisme du Vietnam et qui fera persécuter les chrétiens. C’est aussi sous son règne que seront construit le plus de palais dans la capitale et son tombeau est parait-il le plus beau de tous. C’est sans doute car il a dessiné les plans lui-même. Il s’étend sur un axe long de 700 m, sur une surface de 28 ha en forme d’ellipse. La nature est très présente ici et on sent une harmonie, en particulier avec les grands plans d’eau et les collines douces. Mais pas de chance pour l’empereur, il meurt avant le début des travaux. C’est le seul tombeau construit après la mort de l’empereur régnant.
La porte principale n’a été ouverte qu’une seule fois : pour laisser entrer le cercueil de l’empereur.

vietnam hue mausolee minh mang

L’entrée pour visiter le tombeau se fait un peu plus loin, par un petit portail plus discret. Juste derrière la porte principale se trouve une grande esplanade où on retrouve à nouveau des statues de soldats, mandarins, chevaux et éléphants. Ensuite on atteint le pavillon de la stèle, où la aussi, une grande pierre gravée vante les mérites de l’empereur.

vietnam hue mausolee minh mang

Ensuite on a une nouvelle grande esplanade à traverser, 3 niveaux, et à chaque fois des grandes marches à gravir. Le choix de faire des marches assez hautes et voulu, l’idée est de bien laisser le temps aux visiteurs de réfléchir à ce qu’ils diront une fois en présence du monarque.

vietnam hue mausolee minh mang

On arrive ensuite devant la très belle porte de la vertu éclairée. Elle est surmontée d’un petit belvédère pour que le roi puisse profiter du paysage. Comme d’habitude la porte centrale est réservée au roi, les autres passent par les portes latérales.

vietnam hue mausolee minh mang

Ensuite, c’est le temple de la grâce immense, ou « temple du culte du roi », ou Sùng Ân, c’est plus court 🙂

vietnam hue mausolee minh mang

Sur le toit, il y a une grande frise de peinture émaillée et à l’intérieur du bâtiment, des piliers peints et gravés … ce serait parfait s’il n’y avait pas cet horrible éclairage aux néons!

vietnam hue mausolee minh mang

Une fois de l’autre côté, une petite cour donne une belle perspective à travers un portail vers le Pavillon de la Lumière (Minh Lâu).

vietnam hue mausolee minh mang

C’était sensé être le pavillon de détente du roi, mais il n’en a jamais profité. Il y a trois ponts en pierre pour y accéder et comme toujours c’est celui du centre qui était réservé au monarque.

vietnam hue mausolee minh mang

vietnam hue mausolee minh mang

vietnam hue mausolee minh mang

Ensuite, une fois le petit jardin traversé, il y a petit lac en forme de croissant de lune avec des portiques à chaque extrémité.  Une fois le pont franchi on est au pied d’une petite colline où se trouve enterré le corps de l’empereur.

vietnam hue mausolee minh mang

 

vietnam hue mausolee minh mang

C’est vraiment un lieu agréable où il fait bon flâner. Minh Mang, c’était peut être pas le plus sympa des empereurs mais en tout cas, il avait un bon gout pour l’aménagement.

vietnam hue mausolee minh mang

On sort du mausolée, et on retrouve Tran Van et To qui nous attendent tranquillement à l’ombre des arbres. Allez c’est reparti pour notre virée en scooter. On remonte vers le nord et 12 km plus loin on s’arrête le long de la route qui longe le fleuve, sans trop savoir pourquoi. On voit un portail décoré, et on découvre, un peu perdu au milieu de nul part et sans véritable indication, le Temple de la Littérature de Hué (Văn Thánh Miếu – Huế). Il faut monter un petit escalier protégé par deux dragons et on arrive sur un terrain avec de chaque côté une galerie couverte abritant une trentaine de stèles en pierre reposant sur le dos de tortues. Au bout du terrain il y a un autel en plein air rempli de bâtons d’encens. Ah oui au fait, l’entrée est gratuite 🙂

vietnam hue temple litterature

Construit en 1808, il est beaucoup moins impressionnant que celui qu’on a pu visiter à Hanoï car les guerres successives ont eu raisons des autres bâtiments sur le site. Cependant il reste agréable car il y a déjà beaucoup  moins de monde, en fait il n’y a quasiment personne! Et il n’y a pas de pollution non plus 🙂 Du coup, on a le temps de dire bonjour aux tortues et rendre hommage à tous les heureux lauréats du concours pour devenir mandarin et dont les noms sont gravés sur les stèles. Ce concours était ouvert à tous et il fallait réussir plusieurs épreuves (explications de textes, philosophie, rédaction de documents royaux, etc …).

vietnam hue temple litterature

On reprend les scooters pour s’arrêter sur la même route à moins d’un kilomètre de là.

Nous voici devant la Pagode de la Dame Céleste (Thien Mu). Le site est choisi pour y construire un temple dès 1601 par les Nguyen qui dirigent la région, au nom de la dynastie Lê régnante. En effet, selon la légende, une vieille dame mystérieuse prophétisa que celui qui construirait une pagode ici fonderait une grande dynastie. Alors sans perdre de temps, hop, les Nguyen s’y mettent. En 1710, on lui ajoute une cloche en bronze de plus de 3 tonnes, tellement puissante qu’on pouvait l’entendre sonner à 10 km à la ronde! La grande tour octogonale qu’on peut voir date de 1844. Elle mesure 21 mètres de haut et c’est la plus grande du Vietnam. Il y a 7 étages représentant les 7 réincarnations de Bouddha.

vietnam hue pagode dame celeste thien mu

De chaque côté de la grande pagode on trouve une tortue portant son immuable stèle de pierre gravée racontant l’histoire du lieu et la fameuse grande cloche de bronze.

vietnam hue pagode dame celeste thien mu

Dans le temple, une fois qu’on a enlevé nos chaussures, on est accueilli par une énorme statue dorée d’un bouddha bien gras et rigolard 🙂 Tranquillement à l’abri derrière une vitre, il reçoit sereinement les offrandes et les billets qu’on veut bien lui laisser. Tout autour, des dizaines de bâtonnets d’encens parfument l’atmosphère et il y a de nombreuses personnes qui prient. C’est très calme et reposant comme ambiance.

vietnam hue pagode dame celeste thien mu

Une communauté de bonzes vit ici et entretien un très beau jardin tout autour du site. Et il y a en particulier un sacré paquet de bonzaïs magnifiques 🙂

vietnam hue pagode dame celeste thien mu

vietnam hue pagode dame celeste thien mu

Avant de partir, vous verrez une petite voiture exposée dans un abri. Il s’agit de la voiture de Thich Quang Duc, un moine de la pagode, qui s’immola par le feu à Saigon en 1963 pour protester contre la répression en place à l’époque contre les bouddhistes au Vietnam. Présent à ce moment là, le journaliste américain Malcom W. Browne a pris cette célèbre photo qui lui a valu le prix Pulitzer. Pendant qu’il brûlait vif, le moine n’a pas bougé et n’a pas crié. Son cœur n’a pas brûlé et il est conservé dans un reliquaire du temple. Cette immolation marquera un tournant dans la république du Vietnam en 1963 et entraînera la chute du président Ngo Dinh Diem.

En quittant le site de la pagode, un grand escalier mène directement à un embarcadère où arrivent de nombreux petits bateaux colorés transportant les touristes depuis Hué.

vietnam hue pagode dame celeste thien mu

On contemple un peu le spectacle et un gros lézard nous rappelle que nos chauffeurs nous attendent!

vietnam hue pagode dame celeste thien mu

Hop en route! De retour à Canh Tien Guesthouse on prend une bonne douche après cette longue matinée passée en scooter. Comme on est franchement content de cette première expérience, on planifie directement une autre virée en scooter prévue dans deux jours.

Ensuite direction le Golden Rice Restaurant (40 Pham Ngu Lao). Sincèrement, je vous conseille ce restaurant, même s’il est situé dans un quartier en majorité destiné aux touristes, il est vraiment bon! Accueil souriant, et si possible essayez d’avoir une place à l’étage, ça vaut le coup (sauf pour l’accès aux wc). Des bons petits plats et des bons petits prix. On a vraiment aimé, testé et validé! 🙂

Ensuite on part prendre le bus de la compagnie Hung Thanh à 17h, en direction de Phong Nha (150.000vnd), à 200km d’ici et à plus de 4 heures de route. Comme d’habitude, il vaut mieux ne pas trop regarder la route devant nous, se contenter du paysage et croiser les doigts. A chaque fois que je regardais en direction du pare brise, je voyais quasiment systématiquement un poids lourd rouler à contre sens ou le bus doubler dans un virage sans aucune visibilité. L’habitude quoi …

En tout cas, on arrive sains et saufs à Son Trach, une toute petite localité dans le parc de Phong Nha, vers 22h. Il fait nuit et on n’a absolument rien prévu pour le logement. On se retrouve dans une ruelle en plein brouillard, on ne voit que quelques enseignes éclairées, et en quelques minutes, il n’y a plus personne autour de nous. En remontant la rue, on distingue un hall d’hôtel qui semble éclairé, c’est le Son Tinh Hotel. Mais c’est bizarre, en fait on ne sait pas trop s’il est ouvert. Une famille semble camper dans le salon à l’entrée, on prend une chambre, ça a l’air d’aller. En fait il vient juste d’ouvrir, ça sent limite encore la peinture fraiche et il y a les étiquettes encore collées aux meubles! Et finalement on se rend compte qu’on a trouvé par hasard un hôtel avec un excellent rapport qualité prix! 🙂

Good night Phong Nha!

<< Jour 7 – Hue
>> Jour 9 – Phong Nha-Ke Bang

Jour 7 – Hue

Jour 7 – Hue

La nuit passée dans le train entre Hanoï et Hue n’est pas de tout repos. Ça secoue, la banquette n’est pas très grande et ça ronfle (bon sur ce dernier point, je fais sans doute parti des coupables haha). Le paysage est plongé dans la grisaille matinale, on marche dans les couloirs pour passer le temps, ah, et les toilettes sont bouchées … il reste encore plusieurs heures de trajet.

vietnam train hanoi hue

Après 13 heures de train et pas loin de 700 km parcourus, nous avons traversé la moitié du Vietnam du Nord au Sud et nous voilà arrivés à la gare de Hue. Il fait soleil et nettement plus chaud. On rejoint ensuite notre logement. On a choisi la Canh Tien Guesthouse (9/66 Le Loi). On vous conseille vivement cet hébergement : c’est le meilleur qu’on a eu durant ce voyage au Vietnam.  Déjà c’est calme, la petite ruelle finit en cul de sac, il n’y a pas de circulation. On entend juste le chant des oiseaux 🙂 Les chambres sont impeccables, spacieuses, climatisées, et il y a un balcon. L’accueil est parfait, on a l’impression de venir loger chez une famille, et le personnel est francophone et souriant. Et c’est pas cher! Que du bon! 🙂
http://canhtienhotel.chez-alice.fr/index.html (le site web n’est pas au top)

Après une bonne petite douche, on part à la recherche d’un endroit où manger et on choisit La Carambole (19 Pham Ngu Lao). C’est un resto franco-vietnamien avec une chouette terrasse. Ce n’est pas le meilleur repas du voyage et le mélange plats occidentaux – plats vietnamiens n’est pas incroyable. En fait ça donne un peu l’impression que tout tend vers un gout le plus acceptable pour tous et du coup, ça a pas vraiment de gout. Bon en tout cas c’était l’occasion de boire un peu de vin français haha 🙂
Maintenant que mon estomac franchouillard est bien plein, hop en route à la découverte de Hue!

L’histoire de Hue n’est pas évidente à résumer en quelques lignes. En gros, à partir du XVIe siècle, c’est la « capitale » du sud du pays, qui est dominé par les Nguyen. En 1802 la dynastie des prend fin et les Nguyen s’emparent du pouvoir. Le nord et le sud est unifié et le pays devient le Vietnam. A ce moment, la nouvelle dynastie impériale des Nguyen fondée par Gia Long (avec l’aide des français) décide de déplacer la capitale. Désormais ce n’est plus Hanoï, et ainsi Hue devient la nouvelle capitale impériale. Tout au long du XIXe siècle, la nouvelle capitale s’embellit, un grand palais est construit, et Hue devient une ville de prestige en particulier dans le domaine des arts et de la gastronomie. Hélas les empereurs suivants, Minh Mang et Tu Duc, sont profondément anti occidentaux, et ils lanceront des persécutions sur les chrétiens, isoleront le Vietnam et donneront un prétexte à la France pour intervenir militairement et coloniser le pays. En 1885 les français capturent la cité et une grande partie de la ville est détruite. La citadelle perd des palais et des bibliothèques sont brûlées. En 1945 et 1947, Hue est endommagée par les troupes japonaises et les combats qui suivent lors de la reconquête Viet Minh. Ensuite pendant la guerre du Vietnam, Hue se retrouve sur la ligne de démarcation, la fameuse DMZ du 17e parallèle séparant le Nord Vietnam et le Sud Vietnam et qui se fait régulièrement bombarder. Enfin lors de la fameuse offensive du Têt en mars 1968, il y a des affrontements terribles qui font des milliers de morts dans la ville. Autant dire que cette ville a un passé très mouvementé. Maintenant Hué vit du tourisme et on a parfois tendance à oublier tout cet héritage …

On part à pied en direction de la ville impériale. On emprunte le pont Cầu Phú Xuân qui enjambe la Rivière des Cinq Parfums qui traverse la ville. Ce fleuve porte ce nom car en automne les nombreuses feuilles d’arbres fruitiers qui poussent en amont tombent dans le fleuve et embaument la ville d’un délicat parfum. Pour l’instant nous, le seul parfum qu’on sent, c’est le délicat fumet des grillades de trottoirs et la douce odeur des pots d’échappement des milliers de mobylettes et de scooters le long des avenues 🙂 La ville impériale, c’est en réalité trois enceintes concentriques : la ville impériale, la cité royale et la cité pourpre interdite. Il ne reste plus qu’une vingtaine de bâtiments à l’intérieur sur plus de 150 à l’origine.

Le premier monument qu’on voit, et qu’on ne peut pas louper, tellement on ne voit que lui, c’est la Tour du Drapeau de Hue, Ky Dai (aussi surnommée « Cavalier du roi »). Il est situé sur la grande place, face à l’entrée principale de la citadelle impériale. La tour est construite en 1809. Il y a 3 étages en pyramide atteignant 17 m de hauteur et au sommet, un grand mât d’une hauteur de 37 m est dressé. Le drapeau vietnamien flotte fièrement ici depuis 1968, à 54 m de hauteur.

vietnam hue ky dai

En face se trouve la Porte du Midi (Ngo Môn), qui est aussi la porte principale pour rentrer dans la cité royale. Au dessus de cette porte, sur l’esplanade, a été construit un palais. La porte du midi est en fait composée de 5 passages. Celui du milieu est réservé à l’empereur, les passages adjacents aux mandarins, et les deux passages aux extrémités sont pour les soldats. C’est à cette porte que Bao Dai, le dernier empereur abdiquera en 1945 devant les Viet Minh.

vietnam hue cite imperiale porte midi

C’est aussi par ce passage qu’on paye notre entrée et qu’on pénètre dans la cité royale. Juste après le passage, on emprunte le pont de la voie centrale, qui passe entre deux grands bassins.

vietnam hue cite imperiale porte midi

On arrive sur l’esplanade du grand salut. C’est l’endroit idéal choisi par les étudiantes de Hue pour être prises en photos 🙂

vietnam hue cite imperiale

Le tout se fait sous la garde de plusieurs dragons.

vietnam hue cite imperiale lion

vietnam hue cite imperiale toit dragon

Ensuite on peut découvrir le palais de l’Harmonie Suprême où se déroulaient les grands cérémonies.

vietnam hue cite imperiale

vietnam hue cite imperiale

J’ai bien aimé cette vieille photo d’une troupe de théâtre vietnamien qui avait l’air bien fun 🙂

vietnam hue cite imperiale

On peut visiter les ruines du Palais Can Canh, dont les galeries latérales laquées de rouge ont été reconstruites.

vietnam hue cite imperiale

vietnam hue cite imperiale

La bibliothèque royale (Thai Binh Lau) est quasiment l’unique bâtiment qui a survécu sans dommages à près de deux siècles de conflits.

vietnam hue cite imperiale

vietnam hue cite imperiale

vietnam hue cite imperiale

vietnam hue cite imperiale

Le petit lac à côté de ce pavillon dédié à la lecture est vraiment reposant en fin d’après-midi et apporte un peu de fraîcheur bienvenue 🙂 Ca devait être sympa de vivre ici.

vietnam hue cite imperiale

vietnam hue cite imperiale

Au milieu d’une bande d’herbes sauvages, on trouve un grand dragon doré. A cet emplacement se trouvait le palais Kien Trung, la résidence des derniers empereurs. Le palais est détruit par les Viet Minh en 1947.

vietnam hue cite imperiale

vietnam hue cite imperiale

Le site est assez vaste, on regrette presque de ne pas avoir loué de petite voiturette électrique pour le parcourir! (je rigole pas, c’est possible de le faire) 🙂

vietnam hue cite imperiale

vietnam hue cite imperiale

Le site classé au patrimoine de l’Unesco est constamment en cours de restauration. Certaines parties sont recouvertes de jolies peintures toutes fraîches et d’autres attendent toujours leurs premiers coups de pinceau.

vietnam hue cite imperiale

vietnam hue cite imperiale

La cour du temple du Culte, le temple Thê. Cet endroit était dédié au culte de la dynastie Nguyen.

vietnam hue cite imperiale

Les 9 grandes urnes dynastiques qu’on trouve ici représentent les 9 premiers empereurs Nguyen. Chaque urne en bronze mesure plus de 2 m de haut et pèse plus de 2 tonnes.

vietnam hue cite imperiale

vietnam hue cite imperiale

En sortant de notre lonnnnngue balade dans la cité impériale, vers l’est, on tombe sur ce déballage d’engins militaires. Il s’agit du Musée Militaire de Hue.

vietnam hue musee guerre

vietnam hue musee guerre

vietnam hue musee guerre

En rentrant vers notre quartier, on fait une halte au Parc du 3 février, le long de la rivière des parfums. Ce parc est sympa car il est bien ombragé, il y a de la verdure, il est (presque) propre, et c’est l’ambiance détente en fin de journée avec les jeunes qui viennent s’y retrouver. En plus il y a plein de statues et d’œuvres d’art modernes. Moi perso, j’ai aimé ce groupe de quatre petits E.T. essayant de téléphoner maison 🙂

vietnam hue

De retour dans notre quartier on fait le tour des ruelles pour goûter l’ambiance. Beaucoup de restaurants et de bars, quelques grands hôtels, pas mal de touristes aussi, et c’est aussi la première fois que je verrais des prostituées et quelqu’un venir nous pour proposer de la drogue. Mais à part ça, rien à signaler, c’est même plutôt agréable. On fini par se poser au Why Not Bar (). Car après tout, why not hein ? Et après quelques verres on décide qu’on est bien ici, même si c’est clairement un bar à destination des étrangers, mais il a l’avantage de fermer tard, et on grignotera un petit repas tout simple avant de retrouver notre super hôtel, la Canh Tien Guesthouse.

<< Jour 6 – Baie d’Halong (suite)
>> Jour 7 – Hue (suite)

Jour 3 – Tam coc

Jour 3 – Tam Coc

Aujourd’hui on part de Hanoï en direction de Tam Coc, surnommée la Baie d’Halong terrestre. Pour ça, il faut rejoindre la ville de Ninh Binh à une centaine de kilomètres au sud. Il y a plusieurs options pour y aller : prendre le train, prendre le bus local, prendre un chauffeur privé ou prendre un taxi. On a choisi le bus local. Je ne sais pas si c’était la meilleure solution, mais en tout cas c’était la moins chère. Il faut d’abord commencer par rejoindre la gare routière de Giap Bat qui est à 8 km au sud de la ville et qui dessert les provinces du sud de Hanoï. C’est le premier inconvénient, car il faut rejoindre cette gare routière en taxi, c’est beaucoup trop loin à pied.
Comme on avait prévenu le personnel de l’hôtel Prince II qu’on reviendrait surement dormir une nuit ou deux à Hanoï et probablement chez eux, ils sont sympas et nous font un petit prix pour un taxi qui vient nous chercher (et franchement, même s’il y a probablement un petit surcoût, c’est peut être préférable que prendre un taxi au hasard dans la rue … on vous racontera ça plus tard). Du coup hop tôt le matin, le taxi est là et nous attend, hop en route!
Une fois sorti du taxi à la gare routière de Giap Bat, autant vous le dire, c’est l’anarchie! A première vue, il n’y aucune organisation, les bus semblent rentrer et sortir sans aucunes règles, ça grouille de monde, et immédiatement on vous saute dessus pour vous vendre des tickets. Comme ça parait un peu agressif on a tendance à dire non, mais en fait c’est plus ou moins le principe de fonctionnement (on a jamais réussi à trouver les guichets). Avec un peu de méfiance on finit dans un bus en croisant les doigts pour que ce soit le bon (on a toujours pas vu de panneau d’indication non plus) et on est les seuls occidentaux à bord au moment où il démarre. Et ensuite c’est parti pour un peu plus de 2 heures de route moche et grise, et le bus s’arrête inexplicablement à des endroits improbables pour laisser monter et descendre des voyageurs. Les bus fonctionnent comme ça ici 🙂
Enfin, c’est l’arrivée à Ninh Binh. C’est bétonné, gris et moche. On récupère la valise et on prend le premier taxi venu pour faire les derniers kilomètres vers le village de Tam Coc. On avait anticipé et déjà réservé sur internet pour aller Chez Loan, à la sortie du village. C’est un petit hôtel agréable et impeccable, au calme. On a un chouette accueil souriant et francophone. Et « Madame Loan » c’est un peu la star de l’établissement, vous verrez. Le restaurant de l’hôtel est franchement pas mal aussi. On en a profité pour grignoter la spécialité locale : un plat de chèvre grillée (ça se mange très bien). En plus l’hôtel propose gratuitement des vélos pour partir en balade et vous donne toutes les infos pour passer un bon séjour. Vraiment, on valide 🙂
Plus d’infos ici : http://chezloantamcoc.com/

Donc hop, on enfourche les vélos et  direction le temple de Bich Dong à quelques minutes de là vers l’ouest, sur la même route. Sur place, malgré les antivols fournis on est « obligés » de payer le parking pour le vélo. Bon évidemment je pense que c’est un peu du racket à touriste et je me dit que ceux qui ne payent pas ne retrouvent peut-être pas leurs vélos ensuite. Mais comme ça ne coûte quasiment rien hein … Allez hop, on traverse un petit pont de pierre et on y est!

vietnam tam coc chua bich dong

Alors le temple de Bich Dong (grotte de jade) daterait de 1705 quand deux moines bouddhistes ont découverts ce lieu entouré de 5 montagnes (comme des feuilles de lotus). Ils décident alors que c’est un endroit parfait pour construire trois pagodes. Une pagode Inférieure, Moyenne et Supérieure.

vietnam tam coc chua bich dong

vietnam chua bich dong

Les pagodes sont adossées à la falaise et le lieu est vraiment impressionnant.

vietnam tam coc chua bich dong

Personnellement j’ai l’impression que le bouddha Amithaba a laissé son empreinte de pas dans l’escalier! En suivant ces pas, et on grimpant le long de la falaise on arrive dans une succession de petites grottes plus ou moins aménagées en lieux de prières et où on retrouve la statue du bouddha.

vietnam tam coc chua bich dong

vietnam chua bich dong

Enfin on arrive au sommet et on a un panorama splendide sur le paysage. La photo de carte postale c’est ici 🙂

vietnam tam coc chua bich dong

vietnam tam coc chua bich dong

En quittant ce lieu sacré, n’oubliez pas de laisser un petit billet Ho Chi Minh 😉

vietnam tam coc chua bich dong

C’était une visite vraiment agréable et en partie ombragée par des arbres centenaires. Et franchement ça fait pas de mal car il fait maintenant vraiment chaud et l’atmosphère devient étouffante.

vietnam tam coc chua bich dong

Ne récupérez pas tout de suite vos vélos. Là il faut continuer un peu plus loin sur le chemin et dépasser le sommet de la colline juste à côté. Déjà le point de vue est pas dégueulasse 🙂

vietnam tam coc chua bich dong

Ensuite en descendant vers le petit lac, il faut repérer un petit pont en bambou. Vous vous arrêtez là et regardez autour de vous. Au bout de quelques minutes, quelqu’un devrait venir vous voir. C’est le propriétaire du terrain, il faut lui montrer la porte fermée à clé contre la falaise de l’autre côté du petit pont. Vous lui donnez un petit billet, il ouvre et vous le suivez. Wouw que c’est mystérieux! 🙂

vietnam grotte tam coc chua bich dong

De l’autre côté de la porte vous avez droit à la visite de la grotte presque secrète de Bich Dong ! La visite est vraiment marrante car notre guide improvisé est vraiment à fond dans ses explications. Il nous montre chaque recoin de la grotte et parle à toute vitesse en vietnamien, et on ne comprend absolument rien 🙂 Il fait encore plus chaud et moite à l’intérieur.

vietnam grotte tam coc chua bich dong

Franchement si vous êtes dans le coin, même si ce n’est pas la grotte du siècle, ne loupez pas cette petite visite 🙂

vietnam grotte tam coc chua bich dong

Ensuite on revient au parking et on retrouve nos vélos intacts, yeah ! 😉 et il y a même une marque à la craie sur la selle pour vérifier qu’ils correspondent bien à nos tickets, comme quoi en fait, il y avait vraiment une organisation. Il nous reste encore un peu de temps avant le coucher de soleil, hop! on passe en mode course car on a un autre lieu à visiter, Hang Mua, et ça se trouve à quelques kilomètres d’ici. Même si on doit se dépêcher en vélo, le paysage est tellement incroyablement beau, qu’on est obligé de s’arrêter régulièrement pour en profiter 🙂 On aide d’ailleurs des touristes (y compris des vietnamiens) à se prendre en photo avec ce superbe fond en arrière-plan.

vietnam tam coc riziere

On traverse à toute vitesse le village de Tam Coc, ce qui nous permet de repérer un peu les lieux pour la promenade en barque qu’on fera demain matin. Ensuite on prend sur la gauche pour rentrer dans le petit village de Ninh Thang qu’on traverse jusqu’à rejoindre la rivière. Le long de la route c’est un peu tous les clichés du Vietnam : les montagnes en pain de sucre, les rizières, les paysans au travail avec leurs grands chapeaux coniques, des buffles qui nous regardent placidement à côté d’un cimetière coloré, des chèvres qui traversent la route, des enfants qui nous font coucou de la main. C’est idiot mais on se sent bien, vive le vélo le long des rizières 🙂

vietnam tam coc cimetiere

vietnam tam coc riziere

Peu après on rencontre des paysans en galère, une remorque s’est renversée dans la rizière et elle est complètement embourbée. On essaie de les aider à la sortir de la en tirant ensemble sur une corde mais ça ne bouge pas. On est désolés pour eux et on continue la route. Pas toujours marrant la vie dans les rizières finalement.

Juste après un petit pont en béton, il faut prendre à gauche. C’est pas très bien indiqué alors ne le loupez pas. Il y a une petite guérite à l’entrée du site de Hang Mua. Les gardiens discutent tranquillement sur un banc en sirotant un café. On prend deux entrées (50.000 vdn le ticket) et ils nous font comprendre qu’on a encore le temps pour visiter. Cool! On distingue l’escalier en zigzague à flanc de falaise tout au bout de l’allée et on sait qu’on va en baver. Et comme le soleil va bientôt se coucher et que si on veut profiter, il va pas falloir traîner, alors hop hop hop !! en route !

vietnam tam coc hang mua

Hang Mua veut dire ‘grotte de la danse’. En fait la grotte n’est quasiment pas indiquée, elle était d’ailleurs derrière des palissades lors de notre passage, des travaux d’aménagement à l’intérieur je crois. L’histoire raconte qu’en 1258, le roi Trần Nhân Tông cède son trône à son fils et vient fréquemment visiter le lieu pour écouter et admirer les danseuses de la cour royale qui répètent dans la fameuse grotte. La grotte est assez basse et traverse la montagne et permet de rejoindre la rivière de l’autre côté. Mais pas de grotte pour nous, alors on file vers l’escalier pour rejoindre la pagode au sommet de la montagne de la danse.
Et là c’est parti pour 486 marches qui n’ont l’air de rien au début mais qui au fur et à mesures sont de plus en plus grandes à franchir. Ceux qui ont construit ces marches devaient être des géants! 🙂

vietnam tam coc hang mua

Une fois au sommet, ouf, le soleil est encore là et on transpire à grosses gouttes est pas du tout essoufflés. On a une super vue sur la rivière de Tam Coc. On distingue des petits points sur la rivière, c’est des barques. Et demain matin, on y sera.

vietnam tam coc hang mua

Au passage, on n’oublie pas de faire un petit salut au bouddha de la pagode.

vietnam tam coc hang mua

On profite enfin du soleil qui se couche derrière un dragon sculpté posé sur la crête du pic. On grimpe pour regarder tout autour et pour essayer de ne pas en perdre une miette tellement c’est chouette 🙂
(il faut faire attention car mine de rien, c’est juste une chute depuis une falaise à pic de plus de 100 mètres si on fait un faux pas)

vietnam tam coc hang mua

La plaine vers Ninh Binh est un peu noyée dans la brume du soir, mais ça reste vraiment beau à voir.

vietnam tam coc hang mua

Voilà, on a eu notre moment magique durement mérité, avec un timing qui s’est joué à quelques minutes près. Maintenant on peut redescendre tranquillement, no stress. On entend bêler et on distingue des chèvres perchées sur les falaises. Je leur fais un coucou de la main et je leur dit que c’est surement leur cousine que j’ai mangé à midi!

vietnam tam coc hang mua

Avant de quitter le site de Hang Mua, on fait un dernier petit tour et on admire (ou pas) des sculptures colorées. Mais comme il n’y a pas d’explications, bin voilà quoi …

vietnam tam coc hang mua

vietnam tam coc hang mua

Sur le chemin du retour en vélo on essaie de ne pas écraser les canards sur la route, et on constate que la remorque a pu être retirée de la rizière. On traverse le village où les odeurs de cuisines du soir commencent à se faire sentir, les lampions s’allument.

vietnam tam coc riziere

On pédale tranquillement jusqu’à Chez Loan. Une bonne petite douche et on descend au restaurant pour dîner. La salle est presque exclusivement remplie de touristes français. Pas très exotique tout ça mais bon, on vient surtout manger alors on se lance dans une excellente fondue vietnamienne. Notre première du séjour. Et c’est très bon 🙂

Bonne nuit Tam Coc 🙂

<< Jour 2 – Hanoi
>> Jour 4 – Tam Coc – Hanoï

Jour 2 – Hanoï

Jour 2 – Hanoï

Difficile de faire une grasse matinée à Hanoï.  Même si la chambre de l’hôtel PrinceII est bien isolée du bruit, on ne peut pas échapper aux hauts parleurs publics qui se mettent à vociférer à plein volume dès 5h le matin! C’est dans les années 60 que les rues du Vietnam se remplissent de hauts parleur au sommet des poteaux. Ils servent à donner des informations locales, annoncer les dernières décisions gouvernementales, diffuser de la musique traditionnelle, inciter les gens à faire des exercices pour se maintenir en forme et raconter l’histoire du pays. Au passage ils servent aussi à diffuser la propagande gouvernementale.

vietnam hanoi haut parleur

Toujours est-il que ce réseau de haut-parleurs publics fait partie de l’histoire du Vietnam mais il dérange de plus en plus les vietnamiens. Dans un pays où la radio, la télé, et internet sont maintenant facilement accessibles, qui a encore besoin d’entendre les hauts parleurs cracher des infos en face de sa fenêtre ? Le débat est toujours d’actualité, et début 2017, Hanoï a faillit arrêter le réseau suite à une consultation publique, où globalement, la population disait qu’elle ne l’écoutait plus et que c’était inutile. Mais les services d’information et de communication de la capitale ont confirmés que le service des hauts parleurs publics continuera, mais que leur nombre sera « peut être » un peu réduit.

La météo n’est pas au top aujourd’hui, petite pluie dehors … tant pis, allez hop en route pour notre deuxième journée dans les ruelles de Hanoï! On traverse quelques ruelles en direction du lac Hoan Kiem. Si Paris a sa tour Eiffel, Hanoï a son lac. Il a une superficie de 12 ha et une profondeur moyenne de 1,2 m. Ses berges sont boisées et la ville en prend grand soin car c’est un des joyaux de la capitale.

vietnam hanoi ngoc son

Son nom veut dire « lac de l’épée restituée ». Drôle de nom ? En fait ça remonte au XVe siècle. A cette époque, les chinois de la dynastie Ming envahissent le nord du pays et le roi Le Loi les affronte. Au cours d’un déplacement près du lac, un de ses amis pêcheurs lui montre une barre de fer qu’il a attrapé dans son filet. Dans les mains du roi, la barre de fer se met à briller, et une fois bien nettoyée on se rend compte qu’il s’agit d’une épée! Cette épée magique l’aide à gagner la guerre et à repousser les envahisseurs chinois. En 1428, alors qu’il est de retour dans la région et traverse le lac en barque, une grande tortue dorée s’approche de la barque et lui demande de lui rendre l’épée qui lui a été prêtée par le Roi-Dragon. Le Loi accepte et lui rend l’épée et la tortue disparaît sous l’eau. L‘épée est restituée et le lac baptisé.

vietnam hanoi ngoc son

Au milieu du lac se trouve l’îlot de Jade. On y accède par un petit pont en bois rouge laqué, Thê Húc. Sur place se trouve le temple Ngoc Son. Il est dédié à l’empereur Van Xuong, au Dieu taoïste de la Littérature et à Tran Hung Dao, un des héros nationaux du Vietnam.

vietnam hanoi ngoc son

Il y a un petit terre plein en pierres avec une petite tour au sommet, c’est la tour du Pinceau. Ce monument est érigé en l’honneur des soldats morts lors d’une bataille au XVIIIe siècle.

vietnam hanoi ngoc son

vietnam hanoi ngoc son

Dans le temple, il y a la preuve que la légende est peut être bien réelle. Il y a la dépouille empaillée d’une tortue géante accidentellement tuée par un pécheur dans le lac en 1967. Elle appartient à l’espèce Rafetus Leloii ou Rafetus Swinhoei (bataille d’experts à ce sujet) et elle peut vivre plus de 100 ans. Malheureusement la dernière tortue géante du lac (1,2 mètre pour 160 kg), appelée Cu Rua a été retrouvée morte sur les berges en février 2016 … Il ne resterait plus que 3 autres spécimens de cette espèce de tortues dans le monde, et pour l’instant aucune reproduction n’a été possible …

vietnam hanoi ngoc son tortue

En longeant le lac sur la rive Est, on passe devant la grande statue de Ly Thai To. Né en l’an 974, il a été élevé dans la tradition bouddhique et a gravi tous les échelons du gouvernement royal de l’époque, celui de Lê Ngọa Triều, qui était un empereur tyrannique et cruel. A sa mort en 1009, Ly Thai To est propulsé au pouvoir est créé la légendaire dynastie des Lý. En 1010, il transfère la capitale à Thăng Long (l’ancien nom de Hanoï).

vietnam hanoi ly thai to

On continue un peu plus loin pour aller au Musée des Femmes du Vietnam (36 Lý Thường Kiệt, Hàng Bài). Il est inauguré en 1995 à l’initiative de l’Union des Femmes Vietnamiennes (UFV). Il rappelle le rôle important que joue la femme dans l’histoire du pays. On retrouve de nombreux habits traditionnels et pleins d’anecdotes intéressantes. On découvre aussi que les femmes au Vietnam ont grandement participé aux différentes guerre. Un musée réellement intéressant 🙂
Plus d’infos sur le site officiel.

vietnam hanoi musee femmes

Juste à côté se trouve le bureau de Oriental Bridge Travel, alors on en profite. On avait prévu d’aller dans les montagnes au nord du pays dans les jours qui suivent mais comme la météo la bas est pire qu’ici, on décide de reporter ce déplacement de quelques jours. Ca bouscule un peu nos plans mais pas de panique, c’est assez facile d’improviser ici. Le Vietnam mise vraiment sur le tourisme et des agences proposant une foule de services sont à chaque coin de rue. Evidemment, il faut faire le tri, car beaucoup ne sont pas très sérieuses. Nous on a bien checké et on vient donc ici pour réserver une croisière en jonque privée dans la Baie de Halong. On y reviendra dans quelques jours et dans un autre article 🙂

Il est temps de manger, alors allons rendre visite à Madame Duck 🙂 Bon en fait elle ne s’appelle pas comme ça mais on l’avait repérée dans un passage de Gordon Ramsay à Hanoï, et comme justement on y est …

Le restaurant en question, c’est le Khoa Ngan Restaurant (). On n’a pas vu madame duck, mais on a mangé du canard et d’autres choses non identifiées et c’était très bon. On était tranquillement posés à l’étage, à côté d’une tablée de militaires gradées qui essayaient de nous expliquer les plats et on hochait poliment la tête comme si on comprenait tout, alors qu’on ne comprenait absolument pas un mot 🙂 Une bonne adresse validée 🙂
http://www.khoanganxuavanay.com/

L’estomac bien rempli, on repart dans les rues, direction l’ouest de la ville, et c’est chouette, il s’arrête enfin de pleuvoir. On arrive au Temple de la Littérature de Hanoï. Il est aussi appelé sanctuaire du Prince propagateur des Lettres. Il est fondé en 1070 par le troisième empereur de la dynastie Lý (un successeur de Ly Thai To si vous avez bien suivi).  De 1076 à 1915 c’est ici que se fera l’enseignement pour les enfants de l’aristocratie vietnamienne et ici que seront formés les futurs hauts fonctionnaires de la nation. L’enseignement suit les règles de Confucius. Et c’est toujours ici que les étudiants viennent fêter leurs diplômes 🙂

vietnam hanoi temple litterature

Le temple est composé de 5 cours intérieurs séparées par des murs, dans un axe nord-sud.

vietnam hanoi temple litterature

vietnam hanoi temple litterature

Dans la troisième cour, on trouve le Lac de la clarté céleste.

vietnam hanoi temple litterature

Le pavillon de la Constellation des Lettres est le symbole de la ville de Hanoï.

vietnam hanoi temple litterature

Sous des abris, autour du « lac » on trouve 82 grandes stèles de pierres (sur 117 à l’origine), portées par des tortues (toutes différentes). Les tortues sont ici symboles de patience, humilité et longévité. Les stèles affichent le nom des 1307 diplômés du concours de l’université qui a eu lieu tous les 3 ans entre 1481 et 1779. Quand un élève était lauréat du grand concours (dissertation  philosophique, écriture d’une ordonnance royale, étude de texte de Confucius) il recevait de grands honneurs et l’empereur lui offrait entre autre un cheval pour que l’étudiant puisse faire un retour triomphal dans son village 🙂 La grande classe à l’époque!

vietnam hanoi temple litterature

Ces stèles sont inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco en 2010.

vietnam hanoi temple litterature

Vue de la quatrième cour et du pavillon de cérémonie. C’est véritablement ici que se trouve le temple de Confucius. Le lieu était tellement sacré que même l’empereur n’avait pas le droit d’y entrer.

vietnam hanoi temple litterature

Depuis ça a pas mal changé et tout le monde peut y aller, alors on en profite. A l’intérieur, on découvre des grandes grues perchées sur des tortues, et qui gardent l’entrée du temple au niveau du premier autel.

vietnam hanoi temple litterature

vietnam hanoi temple litterature

Dans le sanctuaire on trouve une statue de Confucius entouré de ses disciples. Sur les autels il y a de nombreuses offrandes.

vietnam hanoi temple litterature

Et c’est là qu’on découvre que Confucius, et bin il aime bien les Choco-Pie ! 🙂
On a gouté (pas le paquet dans le temple hein!), et bien Confucius c’est peut être un des plus grands philosophes, mais en gâteau il n’y connait pas grand chose, ils sont pas très bons 😉

vietnam hanoi temple litterature

Enfin, pour montrer une nouvelle fois l’importance de cette animal,sous verre, il y a une tortue en céramique recouverte d’or.

vietnam hanoi temple litterature

Au sud du temple se trouve un petit lac assez curieux, le lac Gò Kim Châu. Cerné par les immeubles il est tout circulaire avec un petit ilot au milieu qu’on peut rejoindre avec un passeur. C’est tout calme, les gens pêchent et discutent tranquillement. Un petit havre de paix 🙂

vietnam hanoi go kim chau

On continue de flaner tranquillement dans les rues, en traversant les carrefours tout naturellement sans plus faire attention à la circulation. On se prend un café vietnamien. C’est une révélation! 🙂 Déjà il faut savoir que le café a été introduit au Vietnam la première fois par les français dans les années 1800. Très rapidement la population a adopté cette boisson et par dessus le marché, la culture des caféiers s’est facilement implantée dans le pays. De nos jours le Vietnam est le deuxième pays producteur mondial de café juste derrière le Brésil, et le premier producteur de Robusta.
Boire un café au Vietnam vous ramènera quasiment toujours au nom de Trung Nguyên qui est le plus grand groupe commercial de café du pays. Pour boire le café à la vietnamienne, c’est simple. Un peu de lait concentré au fond d’un verre. Poser une petite tasse en inox sur le verre. Y verser quelques cuillères de café, rajouter un petit filtre en métal par dessus et remplir d’eau frémissante. Recouvrir d’un couvercle et attendre une ou deux minutes. Ensuite on utilise le couvercle pour déposer la tasse en inox et on déguste. C’est tellement simple et pratique, et en plus ça fait un café vraiment bon (on peut se passer du lait concentré). C’est simple, on a acheté plusieurs « cafetières » (prenez en inox, pas en aluminium!) et c’est comme ça qu’on fait notre café tous les jours et c’est loin d’être du jus de chaussette. Le café à la vietnamienne, l’essayer c’est l’adopter 🙂
Au passage vous gouterez peut-être au kopi luwak, le café le plus cher du monde. Il est fait à partir de grains de café récupéré sur les déjections (et oui!) de la civette, un animal qui ressemble à la mangouste, et qui en consomme beaucoup sans réellement les digérer. Le gout est unique à ce qu’il parait. Vu le prix, on veut bien le croire! Mais Vietnam oblige, méfiez vous des imitations …

Sur le chemin du retour vers le lac Hoan Kiem, on fait une petite halte au Hang Da Market, ou Hang Da Galleria (01 Hang Da Street, Cua Dong Ward). A vrai dire c’est vraiment par curiosité, car ce centre commercial fait un peu chic et les produits sont assez chers. Du coup il y a plus de vendeurs que de clients (c’est désert) et les escalators ne fonctionnent pas!

On arrive en vue du Thang Long Water Puppet, le fameux théâtre des marionnettes sur l’eau. Pensez à réserver vos places plus tôt dans la journée! L’ambiance du quartier est assez marrante en soirée, on se croirait un peu à Broadway, il y a des néons partout et des bus remplis de touristes qui se déversent devant l’entrée. Et qui dit touristes, dit arnaques à touristes. Comme les deux cireurs de chaussures qui me collent sur 50 m pour cirer mes chaussures alors que je suis en baskets 🙂 et comme je leur fait bien comprendre que c’est non, ils enchaînent en voulant recoller mes semelles haha 🙂
L’organisation du théâtre est assez stricte et on se fait limite engueuler car on n’est pas assis aux bonnes places, mais c’est franchement mal expliqués (ou alors on est franchement très stupides, ce qui est possible aussi en fait).

vietnam hanoi marionnettes eau

Le spectacle dure environ une heure et se compose de plusieurs petites scénettes reprenant des scènes de la vie quotidienne, des légendes et des récits historiques. Le tout est accompagné d’un orchestre traditionnel en live et avec de chants.

vietnam hanoi marionnettes eau

Il y a un petit personnage principal dans le spectacle, une sorte de fermier bien heureux, qui raconte les différentes histoires. Mais comme tout est en vietnamien, on ne comprend rien. Il parait qu’il y a des sous-titres visibles quelque part pour ceux aux premiers rangs … il parait! En tout cas les marionnettistes sont vraiment doués et on oublie très vite qu’il y a des gens qui animent tout et ça et on se laisse prendre au jeu et au spectacle.
On pensait que ce serait vraiment kitsch et on y est allé un peu en traînant les pieds, dans le genre « c’est super touristique mais ça fait partie des choses à faire » et en fait, et bien c’était pas mal du tout! 🙂

vietnam hanoi marionnettes eau

Les marionnettes sont articulées et contrôlées par des longues perches invisibles sous l’eau, et les marionnettistes sont cachés derrière le décor et passe toute la représentation les jambes dans l’eau. Cette tradition de marionnettes sur l’eau remonte à la dynastie Ly au XIIe siècle.

vietnam hanoi marionnettes eau

Standing ovation à la fin, tout le monde il est content.

vietnam hanoi marionnettes eau

Il est en principe interdit de prendre des photos, ou alors il faut payer un supplément. Thug life! 😉

Ensuite on rentre tranquillement en flânant dans les ruelles de « notre quartier ».

vietnam hanoi rues

Alors qu’on s’arrête prendre un dernier verre à la terrasse d’un bar, on entend parler quelques mots de français à une table voisine. C’est ainsi qu’on fait la connaissance de Anna, une polonaise très sympa et de son compagnon français, qui sont aussi en voyage. Les verres s’enchaînent. Il commence à être vraiment tard. On découvre que des jeeps de la police ou de l’armée (ce n’était pas très clair) circulent dans les rues et ordonnent au bar d’éteindre la musique ou même de fermer les établissements. C’est en partie pour permettre aux gens de dormir car tout le monde (ou presque) se lève tôt, mais genre vraiment tôt. Un réveil à 4 h du mat’ ici c’est presque une grasse matinée! Du coup pour pouvoir rester ouvert plus longtemps, on voit des patrons de bars courir dans la rue pour donner des billets au plus haut gradé de la jeep. Mais au deuxième passage de la jeep, on sent que ça ne rigole plus trop, alors le bar ferme le rideau métallique et les jeunes qui font le service nous invitent à rester à l’intérieur et à ne pas faire de bruit pour ne pas se faire repérer. Une fois le danger éloigné, la musique revient et on sympathise tous autour d’une dernière tournée 🙂 Tout le monde se fait la bise en sortant, on prend les contacts, etc …  très chouette soirée!
On titube un peu dans la rue mais on arrive à retrouver la porte de l’hôtel, ouf! 🙂

<< Jour 1 – Hanoï
>> Jour 3 – Ninh Binh – Tam Coc

Jour 1 – Hanoï

Jour 1 – Hanoï

Ça y est nous sommes dans l’avion, destination le Vietnam. Pour le vol on a choisi la compagnie Thaï Airways. On commence avec un A380 de Paris à Bangkok (escale 1h45) et un 777 jusqu’à Hanoï, arrivée dans la matinée. L’aller-retour à 650 Eur par personne. Carrément abordable!
L’arrivée à l’Aéroport international de Nội Bài commence par une première frayeur : la carte bleue reste coincée dans le distributeur de billets! Après une bonne demi heure pour se faire comprendre par le personnel et trouver quelqu’un pour nous dépanner, enfin la carte est de retour dans nos mains et on peut retirer nos premiers billets. Pendant ce temps là, le chauffeur privé de l’hôtel nous attend patiemment avec sa pancarte.
Comme hôtel, on a choisi l’hôtel Prince 2, plutôt bien situé dans le vieux quartier de Hanoï, à 28$ la nuit et prise en charge à l’aéroport pour 15$ de plus (ils font des promos prise en charge gratuite à l’aéroport si on reste 3 nuits consécutives). Depuis l’aéroport jusqu’au vieux Hanoï, le trajet n’est franchement pas paradisiaque, la banlieue est grise et moche, à l’image de la météo, grise et moche. L’accueil à l’hôtel se fait sans soucis, la chambre est propre, il y a un ordi et internet à disposition (par contre le Windows en vietnamien bon courage, et les premiers soucis de messageries arrivent, car elles nous rejettent pensant qu’il s’agit d’une tentative de piratage!)
http://princehanoihotel.com/fr/prince2/

Allez hop, en route! on ne perd pas plus de temps dans cette chambre, direction l’extérieur car ça grouille de vie et on a envie de découvrir!

Très rapidement on prend la mesure de la vie de quartier vietnamienne. Tout se fait sur le trottoir : manger, boire, cuisiner, réparer les scooters, installer un salon de coiffure ambulant, etc … Le trottoir sert à tout, sauf aux piétons! Les rues sont littéralement envahies de scooters et de mobylettes qui circulent dans tous les sens et qui klaxonnent tout le temps. De temps en temps quelques voitures apparaissent, ou un vélo lourdement chargé de fruits et légumes.
Très rapidement aussi, il faut apprendre à traverser la route. La première fois est un peu flippante. Pas de passage piéton, quasiment pas de feux de signalisation, et un flot continu de circulation. La technique : traverser sans hésiter, en ne marchant pas trop vite, et en regardant les gens qui viennent vers vous. Le reste se fait naturellement, tout le monde vous évite et ça reste fluide. Il faut juste ne pas s’arrêter ni revenir en arrière. Ça parait tellement normal ensuite qu’on n’y pense plus 🙂
Très rapidement on sent aussi la gorge qui pique un peu. Sachez-le, la ville est très polluée, et Hanoï se retrouve fréquemment sur le podium des villes avec l’air le plus pollué au monde. Donc un conseil, même si ce n’est pas très esthétique et que ça ne protège pas tant que ça, n’hésitez pas à utiliser un petit masque, comme beaucoup d’habitants. Et puis ça fera un souvenir sympa à rapporter haha 🙂

vietnam hanoi voie ferree

Une astuce pratique si vous voulez avancer vite à pieds dans les rues de Hanoï mais que vous voulez vous éloigner des grands axes bruyants et pollués, il suffit de marcher sur la ligne chemin de fer qui traverse la ville depuis la gare centrale jusqu’au pont Cầu Long Biên. Ici pas de bruit et pas de scooters à éviter 🙂

vietnam hanoi train

Pas de panique, c’est (presque) sans danger, il suffit de voir que les gens vivent collés à la voie de chemin de fer pour s’en rendre compte. En fait un train passe à faible allure à 16h et 19h en frôlant les habitations, les enfants continuent de jouer et les adultes de discuter tranquillement. Le reste de du temps, c’est tranquille!

vietnam hanoi train

Pour se repérer dans Hanoï, j’ai mon appli GPS préférée sur le smartphone (Ulmon) et on avance sans trop se poser de questions à travers le dédale de ruelles plus ou moins bien signalées. On arrive donc rapidement à la place Ba Dinh.
A l’époque de la colonisation française, ici, c’était le grand rond-point Puginier, entouré de parcs et de villas.

hanoi rond-point puginier

Ensuite ça a changé. Le rond point est devenu une grande place. Après la défaite du Japon pendant la 2nde Guerre Mondiale, c’est sur cette place rebaptisée Ba Dinh que la déclaration d’indépendance du Viêt Nam est faite par Ho Chi Minh le 2 septembre 1945 devant une foule de plus de 400.000 personnes en liesse. C’est aussi sur cette place que se dérouleront les obsèques de Ho Chi Minh en 1969 et qu’un mausolée sera construit en son honneur en 1975. Autant dire que cette place a une importance particulière pour les vietnamiens.
C’est aussi la plus grande place du pays (320m de long, 100m de large). Au milieu se dresse un grand mat de 25m de haut où flotte le drapeau vietnamien, rouge avec l’étoile d’or (la cérémonie du lever des couleurs et la descente du drapeau, c’est tous les jours à 6h et 21h).

vietnam hanoi mausolee ho-chi-minh

Le Mausolée de Ho Chi Minh est inauguré en 1975 et s’inspire de celui de Lénine à Moscou. Il est possible de le visiter (gratuit) de 8h à 11h et les règles à l’intérieur sont très strictes (pas de photos, pas de shorts, etc …). Régulièrement le corps embaumé  du symbole de la patrie vietnamienne part en Russie pour subir un nouveau bain dans le « basalm ». C’est le nom de la fameuse mixture soviétique (recette jalousement gardée et top secrète) qui permet de conserver miraculeusement la dépouille. Pas de visite pour nous, mais c’est presque un pèlerinage annuel pour des millions de vietnamiens et il est fréquent de voir une file interminable devant. Donc si ça vous branche il va falloir être très très patient.

vietnam hanoi memorial ho-chi-minh

Autour de la place se trouvent d’autres grands bâtiments gouvernementaux, comme par exemple celui de l’assemblée nationale, Tòa nhà Quốc hội, inauguré en 2014.

vietnam hanoi assemblee nationale

Au sud ouest de la place se trouve un petit temple qui est pourtant un des plus connu du pays. C’est la pagode Môt Côt, aussi appelée la pagode du Pilier Unique. « A l’origine » elle date du XIe siècle. A cette époque, l’empereur Lý Thái Tông a la vision de la déesse Quan Am qui lui présente son fils sortant d’une fleur de lotus. Quelques temps plus tard son épouse lui donne enfin un fils, et il fait construire ce temple en l’honneur de la déesse. La forme est sensée rappeller la fleur de lotus et une statue de la déesse repose à l’intérieur.
Je dis « à l’origine », car le temple a été détruit par les français (comme bien d’autres monuments) en 1954 en quittant le pays. Il est reconstruit par le nouveau gouvernement vietnamien en 1955, avec un pilier en béton en remplacement de l’énorme pilier en teck qui était là depuis des siècles.

vietnam hanoi pagode pilier unique

Juste à côté de la pagode il y a un petit temple.

vietnam hanoi pagode pilier unique

En quelques minutes, on se rend compte que malgré le communisme, la ferveur religieuse n’est pas un vain mot ici. On croisera à de nombreuses reprises des gens en prières dans les nombreux temples qu’on croisera et il y aura toujours quelques bâtonnets d’encens se consumant à côté des offrandes.

vietnam hanoi pagode pilier unique

Juste à côté, il y a un grand bâtiment blanc, on ne peut pas le louper, c’est le Musée Ho Chi Minh. Comme son nom l’indique, il est entièrement consacré à Ho Chi Minh et il est inauguré en 1990 pour célébrer les 100 ans de sa naissance. Si sa vie, son œuvre et ses objets personnels vous intéresse réellement il faut y aller, sinon je pense que la visite peut s’éviter sans trop de regrets. Nous, on l’a zappé.

vietnam hanoi ho-chi-minh museum

Une fois ce musée contourné, en suivant l’avenue Ngọc Hà, on arrive devant l’entrée du Jardin Botanique. Il s’étend sur 10 hectares et c’est le plus ancien parc de la ville. L’entrée est payante mais vraiment pas chère (2000 VDN) et en fait je crois que seuls les étrangers payent, et encore, si la dame a l’entrée pense à vous alpaguer pour vous vendre son ticket.

vietnam hanoi jardin botanique

Le parc est agréable pour faire une petite pause verte, loin de l’agitation de la ville, du bruit et de la circulation incessante. Il y a deux petits lacs, de grands arbres, mais ça se résume à peu près à ça, et aussi à quelques cages où croupissent des animaux (pas cool du tout) …
Malgré la pollution ambiante, beaucoup d’habitants font du sport ici : gymnastique ou course. Mais l’activité sportive omniprésente et que je connaissais à peine, c’est le Dacau.
C’est un sport très répandu ici. On verra souvent des gens y jouer, sur des places, dans la rue, dans des cours d’écoles. En gros c’est comme du badminton mais avec les pieds ou d’autres parties du corps (sauf les mains). C’est super impressionnant et on est resté un moment à les observer.

vietnam hanoi dacau sport

Le badminton aussi nous en met plein les yeux, et je suis à peu près sûr que c’était des champions olympiques à l’entrainement devant nous!

vietnam hanoi badminton

On finit par sortir du Jardin Botanique pour aller vers le nord et rejoindre les berges du grand lac Tay Ho (aussi appelé Lac de l’Ouest). Un autre de ses surnoms c’est le lac des amoureux. C’est le plus grand lac du Vietnam avec 500 ha et on vient ici pour prendre un bol d’air pur (enfin un bol d’air un peu moins pollué que dans le reste de la ville), profiter des couchers de soleil, faire une petite croisière ou un tour de pédalo-cygne. Regardez, ça donne envie hein ? 🙂

vietnam hanoi pedalo cygne

Comme on n’est pas venu faire un tour de pédalo et que le soleil, on ne sait même pas où il est 🙂 Il faut bien trouver autre chose à faire. Et ça tombe bien!
Ici se trouve la Pagode Trấn Quốc. C’est la plus ancienne pagode de la ville. A l’origine sa construction remonte au VIe siècle et à l’époque elle se trouvait sur les berges du grand fleuve rouge pas très loin d’ici. Mais en 1615, les rives du fleuves deviennent instables et le temple est déplacé sur une petite île du lac Tay Ho, et une passerelle est construite pour y accéder. Il est enfin rénové en 1815.

vietnam hanoi tran quoc

vietnam hanoi tran quoc

C’est un lieu qui a une grande importance pour les vietnamiens et cette pagode est même surnommée « Défense de la patrie ». Il faut donc respecter les lieux et les personnes en prières, et bien sûr éviter les tenues trop « touristes plages ». Accès gratuit.
Il y a un grand stupa de 15m de haut avec plusieurs étages correspondant à des étapes de la vie du bouddha Amitābha. Comme le veut la tradition, le nombre est impair, ici il y en a 11.

vietnam hanoi tran quoc

L’endroit est très zen et reposant. Pas de bruit, des fidèles en prières, les odeurs d’encens, on est serein.

vietnam hanoi tran quoc

vietnam hanoi tran quoc

vietnam hanoi tran quoc

On découvre ici nos premières tuiles vietnamiennes. Elles sont très particulières par leurs formes. Par contre on n’est pas trop certain pour la ressemblance. Il parait que ce sont des écailles de tortues et d’autres disent des écailles de dragon. En tout cas, il faut imaginer des écailles 🙂

vietnam hanoi tran quoc

Après cette petite halte méditative, on reprend la balade, et on quitte le lac pour retourner vers la place Ba Dinh. En arrivant par le nord, on passe juste devant le Palais présidentiel. On ne peut pas le louper avec sa couleur jaune moutarde! C’est la résidence principale du Président de la République du Vietnam et c’est évidemment interdit au public. C’était l’ancien palais utilisé par les gouverneurs d’Indochine.

vietnam hanoi palais presidentiel

Dans le parc du palais, se trouve la maison sur pilotis de Ho Chi Minh. C’est là où il a fini sa vie, car il ne voulait pas habiter dans le palais et souhaitait vivre simplement. On ne l’a pas visité, et pour y accéder il faut passer par la visite du Mausolée. A vous de voir.
On longe ensuite la rue Hoàng Văn Thụ et la grande avenue Hoàng Diệu où on assiste encore à un match de dacau sur le trottoir.

vietnam hanoi dacau

Arrivé au croisement (bon courage pour traverser l’avenue haha) se trouve l’Église des Martyrs. Elle date de 1932 et elle est dédiée aux Martyrs du Vietnam. Il s’agit des 117 chrétiens béatifiés par le pape Jean Paul II en 1988, choisis parmi les nombreux croyants persécutés et tués au Vietnam. On estime qu’entre 1740 et 1883, entre 130.000 et 300.000  personnes sont mortes à cause de leurs croyances chrétiennes. Cette même persécution se produisait dans les autres pays d’Asie, au Japon aussi notamment.

vietnam hanoi eglise martyrs

Juste en face de l’église, se trouve la porte nord de la citadelle de Hanoï. En fait on a un peu de mal à comprendre sur place car à part une porte, il n’y a rien d’autre. Faisons un peu d’histoire : il faut remonter jusqu’en l’an 1010 quand l’empereur Lý Thái Tổ  décide d’installer sa capitale à Than Long (c’est l’ancien nom de Hanoï). Il y fait construite une grande cité interdite pour régner. Pendant plusieurs siècles, la citadelle de la cité interdite protège le cœur du pouvoir vietnamien, jusqu’au transfère de la capitale à la ville de Hué en 1806 pour en faire la nouvelle cité impériale. Quand les français colonisent le pays, ils rasent presque intégralement la citadelle de Hanoï pour installer des casernes à la place 🙁 … il ne reste donc presque plus rien, à part les grandes portes qui entouraient la citadelle. Des fouilles permettent régulièrement de retrouver quelques vestiges de plus d’un millénaire de pouvoir vietnamien.

vietnam hanoi citadelle porte nord

Pour revenir à une note plus joyeuse, vers la fin du mois de mars, il reste encore un peu partout à Hanoï des décorations du nouvel an vietnamien qui a lieu début février, la fameuse fête du Têt et son incontournable “chúc mừng năm mới” (bonne année) écrit partout 🙂

vietnam hanoi fete tet

Ensuite, on prend la rue Hnag Luoc pour retourner vers le vieux Hanoï. Dans cette rue il y a la seule mosquée du nord du Vietnam, la mosquée Al-Noor. Ce sont les premiers marchands indiens musulmans à s’implanter dans le pays qui la construiront pour pouvoir y prier à partir de 1890.

Plus loin, on entre dans le vieux quartier, aussi appelé le quartier des 36 corporations. Il s’est créé à partir du XVe siècle. C’est un dédale de ruelles où chacune est dédiée à un corps de métier particulier (la liste des 36 rues et des métiers par ordre alphabétique c’est ici). A l’origine chaque rue permettait d’écouler la production des villages de métiers installés autour de Hanoï, et l’organisation de la vie dans chaque ruelle s’organisait autour d’une corporation.

vietnam hanoi hnag luoc

Nous voilà de retour à l’hôtel PrinceII, et hop une petite douche pour se décrasser. On ressort boire un verre dans un bar juste à côté car on trouve sa déco en façade assez cool, c’est le Beer 2KU (2 Cửa Nam, Hoàn Kiếm).

vietnam hanoi rues

vietnam hanoi beer 2ku

Ensuite on cherche un endroit où manger, et un gros orage éclate dans la soirée. Des trombes d’eau s’abattent sur la ville. Un peu au hasard (et aussi car il y avait du monde installé), on se pose au Nam Bit Tet (). Pendant la journée c’est une quincaillerie sur le trottoir, mais le soir venu, la marchandise est rentrée et les tabourets sont de sortie. La cuisine s’installe sur le trottoir et se met en action. C’est notre première véritable rencontre avec la street food locale 🙂 et ça s’est très bien passé. L’ambiance était très conviviale et on ne comprenait absolument rien à tout ce qui se disait autour de nous 🙂

vietnam hanoi nam bit tet

Enfin, retour à l’hôtel pour une bonne nuit de repos après une bonne dizaine de kilomètres à pieds de ballade et de découvertes à Hanoï 🙂

>> Jour 2 – Hanoï