Amsterdam – Oud west , Quartier des musées

Amsterdam – Oud west et Quartier des musées

Le quartier de Oud west, comme son nom semble l’indiquer, se situe au sud ouest de la ville. C’est d’ailleurs ici que se trouvait notre logement (Airbnb dans la rue Witte de Withstraat). Allez on part se promener dans le coin, hop en route!

Si vous êtes dans le secteur, profitez-en pour aller emprunter la petite rue Slatuinenweg. La première raison, c’est déjà que cette rue a une jolie gueule 🙂 des petites maisonnettes mignonnes, qui ressemblent presque à des maisons de poupées. Pas une ne dépasse un étage et c’est assez rare à Amsterdam. (une petite maisonnette ici, ça vaut quand même 600.000 eur … pour se donner un ordre de valeur hein …)

amsterdam rue slatuinenweg maisons

La seconde raison c’est que dans cette rue se cache une surprise cachée. Au n°45 de la rue, il y a un portail avec écrit Natuurtuin Slatuinen dessus. Ce portail est ouvert les jeudi et dimanche après-midi. A l’intérieur on découvre un jardin caché, une oasis de nature en pleine ville. Depuis plus de 25 ans les habitants du quartier ont décidé de reprendre en main un parc laissé à l’abandon par la municipalité pour en fait un véritable écosystème : petit lac, marais, prairie, plantes à fleurs, oiseaux. Un joli coin caché 🙂

En continuant la ballade vers le sud, direction vers d’anciens entrepôts de tramway. En 2014 ils ont été rénovés et à l’intérieur s’est installé Foodhallen (Bellamyplein 51). Il s’agit du premier indoor street food market d’Amsterdam. Le concept est simple : bien au chaud à l’abri et réuni dans un immense hangar, on retrouve un condensé de la street food mondiale, à toutes les sauces et issue de tous les pays. C’est destiné aux locaux comme aux touristes, c’est un peu plus cher qu’ailleurs, ça se la pète un peu, mais ça reste sympa (si on aime le concept d’être dans un lieu super trendy instagramé à outrance et où les selfies sont rois). A voir ou pas donc, en tout cas, ça a au mois le mérite de n’être pas mauvais! 🙂

amsterdam foodhallen street food resto

Plus d’infos ici : http://foodhallen.nl/foodhallen/

Toujours en continuant vers le sud vous arrivez presque immanquablement dans le quartier de Wilhelmina Gasthuis terrein. Cette zone de 12 hectares a pendant longtemps abrité les malades, les pestiférés, les asiles de fous et tout ce que la métropole essayait de soigner (et cacher) loin du centre ville. Avec le temps il est devenu un véritable centre hospitalier tout en gardant un esprit « village ». Quand en 1994 la ville déménage tout le monde dans un nouveau centre hospitalier, il y a des grands débats pour décider l’avenir du quartier. Les squatteurs, artistes, associations de quartiers auront raison de la municipalité et un accord est trouvé pour un faire un quartier artistique, social et associatif. C’est assez étonnant de voir maintenant ces grands espaces au milieu d’une zone très dense et urbanisée. N’hésitez pas à vous y promener au hasard 🙂

A quelques minutes à pieds de là, se trouve l’église de Vondelkerk. En fait elle abrite maintenant des bureaux et des conférences, car elle a été vendu en 1977 pour 1 florin symbolique. Ce genre de reconversion de bâtiment religieux et je trouve toujours assez surprenant, car on n’a pas trop l’occasion de voir ce genre de cas en France.

amsterdam Vondelkerk eglise church

On arrive maintenant au Vondelpark. C’est le plus grand parc urbain d’Amsterdam. Son nom vient de Joost Van den Vondel (sa statue se trouve au milieu du parc). C’est un des plus grands poètes néerlandais, un peu l’équivalent de notre Molière ou de Victor Hugo. C’est un grand parc (48 ha) à l’anglaise. Bon j’avoue en hiver, il n’a pas trop de charme, et on l’a trouvé plutôt triste.

amsterdam parc vondelpark statue

Si vous voulez faire votre footing, faire un foot, un pique nique, ou vous roulez dans l’herbe avec votre chien (pourquoi pas hein), et bien c’est l’endroit idéal.
Sinon durant votre ballade, jetez un œil aux maisons qui se trouvent au sud et qui bordent le parc, on est loin, très loin, de petits cabanons de smicards, des véritables manoirs! 🙂

amsterdam parc vondelpark

En allant vers la sortie (ou l’entrée) principale du parc à l’est, on passe sous un pont, et là hop il faut s’arrêter et regarder à gauche! lieu insolite et caché! D’ailleurs tellement bien caché que si vous ne le connaissez pas, vous ne risquez pas de tomber dessus par hasard. Il s’agit du Vondelbunker. A l’origine lors de la construction du pont juste au dessus en 1940, un bunker pour servir d’abri en cas d’attaque aérienne est aménagé. Dans les années 60 le lieu est utilisé comme club (le Line 3 puis le Studio 7) et ferme à la fin des années 70.

amsterdam vondelbunker salle concert parc park underground

Depuis 2011, une association de bénévoles fait vivre le lieu. C’est à l’arrache, c’est sans argent, et le but c’est juste de faire simple et bien et sans prise de tête. Entrée gratuite, fonctionne grâce aux dons. Ce n’est pas un squat même si ça en a un peu l’air. Bref, à découvrir 🙂
Plus d’infos sur les soirées prévues : https://vondelbunker.nl/

Une fois sortie du parc, il suffit d’aller sur la droite, et hop on arrive sur le Quartier des Musées. Le quartier porte ce nom grâce aux nombreux musées qui se trouvent autour de la grande place gazonnée Museumplein et le plus célèbre est le Rijksmuseum. On y trouve aussi en vrac : le Stedelijk Museum, le Musée Van Gogh et le musée d’art moderne Moco Museum. Cette concentration de musées au même endroit me fait beaucoup penser à Berlin et son ile des musées.

S’il n’y en a qu’un à voir durant votre visite, c’est le Rijksmuseum (l’équivalent du Louvre). C’est le plus grand musée des Pays Bas. Il ouvre ses portes en 1895. Il est entièrement rénové et repensé de 2003 à 2013 (dix ans!) mais à sa réouverture, ça vaut le coup, un musée qu’il est beau! 🙂

amsterdam rijksmuseum musee museum

Le prix d’entrée est un peu cher (17.50€) et attention le musée ferme à 17h! On se laisse facilement dépasser par le temps et après c’est la course pour tout voir avant de se faire choper par les gardiens qui veulent nous mettre dehors 🙂

amsterdam rijksmuseum musee museum

Plus d’infos ici : https://www.rijksmuseum.nl/fr/service-visiteur (et je tiens à signaler que le personnel est vraiment cool, on a retrouvé sans problème une veste perdue dans le dédale de couloirs 🙂 )

Il y a une salle avec d’impressionnantes maquettes de navires, et énormément de pièces liées à l’age d’or de la marine néerlandaise. Il y en a même un peu trop, car j’avoue que les collections de porcelaines et les dentelles, ça m’a franchement laissé de marbre.

amsterdam rijksmuseum musee museum maquettes bateaux

Bon et sinon, il y a tout de même de très grands noms de la peinture. Et c’était vraiment chouette de découvrir « en vrai » ces œuvres. Par exemple Vermeer avec sa célèbre laitière. Mais personnellement c’est la femme en bleue que je préfère. Une touche très moderne pour un tableau du XVIIe siècle, j’achète! ça ira bien dans mon salon ! 🙂

amsterdam rijksmuseum musee museum vermeer laitiere femme bleue courrier

Un petit coup de cœur aussi pour cette rivière au clair de lune de Aernout van der Neer.

amsterdam rijksmuseum musee museum aernoudt neer rivier de nuit

Évidemment il y a aussi du Rembrandt, l’un des plus importants peintres de l’École hollandaise du XVIIe siècle, avec par exemple ces célèbres autoportraits.

amsterdam rijksmuseum musee museum rembrandt autoportrait

La pièce principale du musée, c’est la Ronde de Nuit de Rembrandt. En fait la scène se passe de jour mais le bitume utilisé comme liant dans sa peinture a tendance à s’encrasser et brunir au fil des ans. Ce tableau devenant de plus en plus sombre a pris le titre de Ronde de Nuit.
amsterdam rijksmuseum musee museum rembrandt ronde de nuit
Il y a sincèrement énormément de choses à voir et je ne vais pas vous embêter avec trop de photos, mais c’est clairement un musée testé et validé 🙂
Une fois dehors, une statue nous indique le chemin à suivre, un autre musée?  ok, c’est tout droit ? merci, on y va!
 
amsterdam rijksmuseum musee museum statue

 

Et bien hop, juste en face donc, il y a cette bâtisse avec écrit Moco dessus, c’est justement là qu’on va. C’est le Modern Contemporary Amsterdam Museum. Il est ouvert depuis 2016 dans une belle maison d’architecte qui date de 1904. J’avoue que le contemporain c’est pas toujours ce que je préfère, mais la, expo sur Banksy, alors je me dis banco, on y va illico!

amsterdam moco museum

Et effectivement il y en a du Banksy. Et il y a aussi beaucoup, beaucoup, beaucoup de monde. Comme le musée n’est pas très grand, ça devient vite la bousculade, et on se croirait un peu dans la ligne 13 du métro à Paris de bon matin (pour les connaisseurs).

amsterdam moco museum banksy

Et puis (c’est un avis personnel) très rapidement, je trouve que du street art dans un musée, et d’autant plus du street art dénonçant l’art, le fric et les institutions … dans un musée donc, ça perd tout son sens et c’est chiant. Et d’autant plus quand tout le monde se prend en selfie devant. Le street art, c’est dans la rue et puis c’est tout!

amsterdam moco museum banksy

Bref j’aime Bansky mais je n’aime pas ce musée. Il y a un côté trop « disneyland » … ah bin tiens, justement quand on en parle …

amsterdam moco museum banksy

amsterdam moco museum mickey

Il y avait à ce moment là aussi une rétrospective sur Roy Lichtenstein. Et si vous aimez Andy Warhol, il y en a aussi. A vous de voir si ça vaut le coup de passer cette visite dans votre balade …

amsterdam moco museum roy lichtenstein van gogh

Plus d’infos ici : https://mocomuseum.com/

Et pour fumer ?

– Le Coffeeshop Club Media (). Peut être pas le meilleur de la ville, mais un personnel vraiment très sympa.
Site web

La suite des autres quartiers d’Amsterdam 🙂

Amsterdam – Westerpark

Westerpark

 Westerpak, c’est le nom du secteur au nord ouest de la ville. Il tire son nom du grand parc moderne qui s’y trouve.
Pour commencer la balade, on se dirige vers Zoutkeetsgracht. Derrière ce nom barbare se cache le nom d’un canal qui borde un quartier où pendant longtemps se trouvaient d’immenses entrepôts pour stocker le sel. Maintenant, les environs de Zoutkeetsgracht sont peuplés de résidents, c’est calme et ambiance village, loin de la foule et des touristes qu’on peut croiser dans le centre d’Amsterdam.
On continuant la ballade on arrive dans le quartier de Zeeheldenbuurt, qui a longtemps était synonyme de quartier ouvrier. Et c’est ici, en bas de la rue Hembrugstraat que se trouve le Het Schip (surnommé le navire). C’est un énorme complexe (102 appartements ouvriers) conçut par l’architecte Michel de Klerk en 1919. C’est un des exemples les plus aboutis de l’école d’Amsterdam. Le but de ces architectes imprégnés du socialisme naissant était d’améliorer la condition de vie des ouvriers et d’offrir des logements modernes et décents. En utilisant principalement la brique, ils ont construit de nombreux bâtiments abritant des logements sociaux. Le Het Schip contient d’ailleurs un musée de l’architecture dans l’ancienne poste qui se situe à « sa proue ».
asmterdam architecture het schip museum
Plus d’infos ici : https://www.hetschip.nl/
On suit la rue Zaanstraat, on prend à droite en passant sous les rails de chemins de fer et on arrive à l’entrée de Westerpark. Il a été aménagé en 1890 pour remplacer une ancienne station de chemin de fer. Ne vous fiez pas trop à mes photos, ce jour là il faisait moche et forcément c’est tout gris ça ne donne pas trop envie d’y aller. Mais il y a plein de trucs trop bien. La Westergasfabriek par exemple, c’est une ancienne usine à gaz, et les bâtiments ont été complètement rénovés et reconvertis en espace culturel.  Des restos et des bars sympas, en veux tu en voila, comme avec le yéti du Pacific Bar qui vous invite à venir!
amsterdam westerpark statue pacific
Il y a aussi le grand Gashouder qui abrite des concerts, expos, soirées technos et pleins d’autres évènements, le tout dans un énorme silo à gaz qui date de 1902 (le plus grand d’Europe à l’époque). Pour plus d’infos sur les dates vraiment trop cools pour quand vous y serez, c’est ici : http://www.westergasfabriek.nl/en/
Fin mai, il y aussi le grand festival de foodtruck : http://rollendekeukens.amsterdam/en/
Bref, il y aura forcément un truc qui vaut le coup 🙂
A quelques centaines de mètres de là, au bord de la route Haarlemmerweg on croise un grand moulin, c’est le De Bloem, un ancien moulin à blé datant de1786. Si vous aimez les moulins, encore un peu plus loin dans cette direction, il y a le De 1200 Roe qui date de 1632 et qui servait à assécher un polder, il est maintenant reconverti en maison privée.
Les moulins quoi, c’est un peu le cliché qu’on doit avoir aux Pays-Bas 🙂
amsterdam moulin de bloem
Vous en voulez encore ? allez, alors on revient un peu sur nos pas et on part vers le sud le long de la rue Van Hallstraat jusqu’à rejoindre un canal, et en continuant le long du quai, on le voit en face. C’est le moulin De Otter, qui date de 1631, celui là c’est un moulin à bois (il permettait de scier des planches quoi) et il était encore utilisé jusque dans les années 1920! Il a été rénové en 1997 mais depuis il y a une guerre juridique sur on avenir et il est laissé à l’abandon.
amsterdam moulin de otter canal
En principe, là vous devez être sur la petite passerelle piétonne de Buysbrug, et vous pouvez admirer un grand mur à perte de vue. A quoi sert ce rempart ? Il y a une prison derrière ? et bien non, c’est le Centrale Markt Amsterdam. C’est un peu l’équivalent de Rungis pour Paris. C’est une zone de commerce en gros pour la nourriture, c’est le grand marché qui alimente toute la capitale (interdit au public).
amsterdam oostelijk marktkanaal
Et juste à côté il y a une dernière curiosité, de toute façon, vous ne pouvez pas passer à côté tellement on ne voit que ça, c’est The Marcanti Island. Il s’agit de 2 grands immeubles d’appartements construits dans les années 70 en formes de pyramides imbriquées. Ça se passe sur Jan van Galenstraat, à voir ! 🙂
La suite des autres quartiers d’Amsterdam 🙂

Amsterdam – Jordaan et Grands canaux

Jordaan et Grands Canaux

Pendant l’âge d’or de la ville au XVIIe siècle,  quatre grands canaux ont été creusés à l’ouest de Centrum. Ils forment le quartier des Grands Canaux et de Jordaan.
Le premier grand canal est le Singel, qui correspond aux anciennes douves des vieilles fortifications médiévales de la ville.  Ensuite c’est le Herengracht, le canal des praticiens. La partie de ce canal au sud de la ville, entre les rues  Leidsestraat et Vijzelstraat, est d’ailleurs un des quartiers les plus prestigieux de la capitale. C’est ici que les plus riches familles se sont installées, et de là vient son surnom la Courbure d’Or (Gouden Bocht).  Le grand canal suivant est le Keizersgracht, Canal de l’empereur (en l’honneur de l’empereur du Saint Empire Romain Germanique Maximilien Ier). Et enfin, il y a le Prinsengracht, Canal du Prince (en l’honneur de Guillaume Ier d’Orange-Nassau).

Allez on enfourche son plus beau vélo et hop en route, c’est parti pour la ballade! 🙂

amsterdam canal velo

On va découvrir le quartier en allant du nord au sud. Le point de départ, c’est le quartier de Brouwersgracht (qui a d’ailleurs son propre canal du même nom). C’est l’ancien quartier des brasseurs et il est souvent oublié dans les visites d’Amsterdam, alors qu’en fait, il est vraiment très cool. Au hasard des ruelles, des petits commerces, des terrasses de bars et resto sympas, on peut voir les grandes maisons qui ressemblent à des hangars. A une époque, boire de la bière était même moins risqué que de boire de l’eau, les habitants ont vite fait le bon choix! 😉 Il y avait en effet de nombreuses brasseries le long du canal et la production de bière était une importante source de richesse pour la ville.  Le destin le plus célèbre est celui de Gerard Heineken qui rachète une brasserie à Amsterdam en 1864 et fondera ensuite un des plus grands empires de la bière mais c’est une autre histoire 🙂

amsterdam facades maisons

Si vous faites attention, comme sur le fronton de cette maison en photo, vous verrez souvent le symbole XXX à Amsterdam. Rien à voir avec l’industrie du porno! Ces trois X font parties du blason d’Amsterdam, inspiré des armoiries du chevalier Persijn, le premier seigneur de la ville, et qui reprend la croix de St André, saint patron des pêcheurs, les tout premiers habitants d’Amsterdam.

Si au hasard de vos balades vous passez près de l’Amsterdam Cheese Museum, passez votre chemin, une boutique attrape touriste (et puis de toute façon les meilleurs fromages sont en France c’est bien connu! 😉 ) . Le quartier de Jordaan est assez bobo je trouve, et ce qui m’a le plus marqué, ce sont vraiment les grandes fenêtres des habitations, sans rideaux, et qui donnent directement sur les intérieurs des maisons. Cette absence d’intimité me parait toujours incroyable. Voir un type manger seul à table chez lui, collé à sa fenêtre et être dans la rue à 20 cm de lui et il fait un signe de tête « salut ça va ». Voir deux mecs mater un film vautrés dans leur canapé. Voir, voir, voir … On passe son temps à voir chez les gens, c’est assez perturbant. Je me demande presque si en fait ce ne sont pas des acteurs payés par la ville pour faire « genre c’est comme ça les Pays-Bas » 🙂

En descendant vers le sud on repère forcément à un moment le plus haut clocher d’Amsterdam (85 m de haut). C’est la Westerkerk (l’église de l’ouest). Amsterdam possédait des églises catholiques qui ont ensuite étaient récupérées par les protestants. Mais la Westerkerk est la première grande église construite pour les protestants. Au XVIIe siècle, tout le quartier Jordaan est en pleine expansion. Les réfugiés des campagnes, les riches exilés d’Europe, tout le monde afflue aux Pays-Bas. Pour satisfaire cette population qui multiplie le nombre d’habitants de la ville par dix en moins d’un siècle, la Westerkerk est bâtie en 1631. Pendant longtemps, on enterrait à l’intérieur des églises, et la tombe de Rembrandt se trouve ici.
amsterdam westerkerk eglise canal nuit clocher tour
Collée à l’église se trouve la statue en souvenir d’Anne Franck, qui est photographiée non stop par tout le monde (moi y compris) et la maison qui est derrière est donc la plus photographiée d’Amsterdam, mais elle n’a rien à voir avec Anne Franck, c’est celle du sacristain de l’église 🙂
La maison d’Anne Franck, se trouve au 263 Prinsengracht. Et en fait je ne connaissais pas vraiment son histoire, et c’est presque par hasard, quelques semaines avant de partir à Amsterdam, que j’ai lu cette très belle BD le « Journal d’Anne Frank » (Nadji Scelsi) et que je vous conseille d’ailleurs. J’ai donc découvert un peu plus précisément son histoire. Cette fille de 13 ans, d’une famille réfugiée juive allemande à Amsterdam et qui notera dans son journal intime les 2 ans vécut cachés dans une maison pour échapper aux nazis. La famille sera finalement dénoncée un peu avant la fin de la guerre et Anne Franck meurt du typhus dans un camp de concentration. Son père, le seul survivant de toute la famille, découvre le journal intime de sa fille et décide de le publier comme un témoignage poignant. Depuis, le journal d’Anne Franck a été publié plus de 30 millions de fois et traduit en 70 langues.
amsterdam anne frank maison statue juive
Et la maison d’Anne Franck alors ? et bien on ne l’a pas visité. Trop de monde en mode pizzas soda selfies, pile dans l’ambiance quoi. Mais il parait que la visite est intéressante.
Pour préparer votre découverte du musée, c’est ici : https://www.annefrank.org/en/
Toujours à côté de la Westerkerk se trouve un petit monument assez discret en forme de grand triangle rose débordant sur le canal, c’est le Homomonument. Il est en hommage à toutes les victimes dans le monde à cause de leur homosexualité. Il est inauguré en 1984.
amsterdam homosexuel homo gay monument

Et pour manger et boire un verre au fait ?

– Je vous conseille un très chouette restaurant, le Moeders (Rozengracht 251). Plutôt dans le genre plats typiques de la gastronomie néerlandaise (oui ça peut faire peur haha), mais on a très bien mangé, décoration très chouette et service agréable. Testé et validé 🙂
http://www.moeders.com/nl/thuis

– Le Café ‘t Smalle (Egelantiersgracht 12) est pas mal non plus, ambiance boisé, posé et tranquille, on s’y sent bien.
http://www.t-smalle.nl/

Et pour fumer ?

– Le coffee-shop Amnesia (), tranquillement posé au bord du canal Herengracht est réellement un spot très agréable 🙂
Page facebook
Si on traverse les canaux en direction du centre, sur un petite place aménagée sur un pont au dessus du canal Singel, il y a la statue de Multatuli. Très honnêtement, je n’avais aucune idée de qui il s’agit, mais je me suis dit « une grande statue = un grand homme ». Après quelques recherches, voici donc l’histoire : Eduard Douwes Dekker, dit Multatuli (du latin multa tuli : « J’ai beaucoup supporté »), était fonctionnaire aux Indes Néerlandaises, à l’ouest de l’ile de Java. Ce qui est maintenant l’Indonésie était alors occupée par les néerlandais qui en avait fait leur colonie et toutes les richesses du pays étaient pillées allègrement et les habitants étaient une main d’œuvre proche de l’esclavagisme. Ecoeuré par ce système, Eduard donne sa démission en 1856, et en 1860 il publie un roman quasi autobiographique appelé « Max Havelaar« .
amsterdam statue multatuli
Ce roman raconte le sort très dur réservé aux indonésiens dans les plantations de café (qui était l’or noir de l’Indonésie), la corruption et l’inaction totale de toutes les voies hiérarchiques face à ce drame. Le roman aura un énorme retentissement aux Pays-Bas et permettra de rétablir un peu d’éthique dans les colonies. Depuis, une célèbre association a repris le nom du héros, et voilà. La prochaine fois que vous boirez du café Max Havelaar vous aurez une pensée pour Eduard Douwes Dekker (si en tout cas vous vous rappelez de son nom!).
A une centaine de mètres de là se trouve une rue assez particulière, c’est la Raadhuisstraat. En 1895, il y a des travaux de réaménagement dans la ville, un canal voisin est bouché pour permettre la circulation et ouvrir une grande avenue jusqu’au Palais, mais il y a un souci avec deux rues à rejoindre mais qui ne sont pas alignées. Le résultat, c’est plusieurs pâtés de maisons démolies et à la fin on a la Raadhuisstraat, avec sa grande courbe et sa très belle galerie couverte 🙂
amsterdam rue boutiques

Un peu plus au sud, sur la place d’Elandsgracht se trouve plusieurs statues de musiciens. Des grands compositeurs classiques ? Est-ce que Mozart a vécu ici ? et bien non, ce sont d’illustres inconnus pour nous mais ils sont assez célèbres dans la culture populaire des Pays-Bas, comme le fameux duo Johnny Jordaan & Tante Leen. Vous n’êtes pas obligé de faire un détour pour les voir 😉

amsterdam elandsgracht statues musiciens

Dans la série « statue insolite« , allez à la station Bloemgracht sur Tweede Marnixplantsoen. Avec un peu de chance dans le petit square, vous verrez peut être cette statue de l’homme invisible avec un violon. Pourquoi « avec un peu de chance » ? et bien car cette statue, est anonyme, et elle apparu mystérieusement ici, une nuit en 1982.  Personne ne sait qui l’a sculptée et ce qu’elle fait là. La municipalité a décidé de la laisser en place. Puis quelques années plus tard, elle a tout aussi mystérieusement disparu pour réapparaitre peinte en bleue.
amsterdam statue homme invisible violon
Aux dernières nouvelles, il semblerait que l’homme invisible se soit encore fait la malle.
Si vous voulez en savoir plus sur les statues mystérieuses d’Amsterdam.

Il faut toujours avoir l’œil ouvert à Amsterdam pour profiter des curiosités qu’on découvre au hasard des rues 🙂

amsterdam insolite rue jordaan

En continuant la balade, le long du canal Singel, et à proximité du clocher de la Munttoren (la Tour de la monnaie), se trouve le célèbre Bloemenmarkt. C’est LE marché aux fleurs d’Amsterdam. Il est permanent depuis 1883 et est ouvert toute l’année (sauf le dimanche). A l’origine les vendeurs de tulipes venaient en barques et s’amarraient le long du canal. Maintenant les barques sont remplacées par des petites échoppes mais le tout reste flottant, fidèle à la tradition.
amsterdam bloemenmarkt marche fleurs
Concrètement, il n’y a pas beaucoup d’intérêt. Les boutiques sont de plus en plus remplies de babioles et souvenirs made in China. Il y a de moins en moins de fleurs et de tulipes. Et c’est principalement des bulbes qu’on peut acheter ici, et pas forcément de la meilleure qualité d’ailleurs. Si vous voulez acheter un cadeau « made in Amsterdam made in China » à votre grand mère, et bien c’est ici!
amsterdam bloemenmarkt marche fleurs
Ah et les photos sont interdites il parait 🙂
On continue la balade, et il y a toujours un peu de romantisme à la Venise ici.
amsterdam canal peniche
En continuant vers l’Est, jusqu’à l’extrémité des grands canaux, on arrive à la Place Rembrandt (Rembrandtplein). Ici, en plus d’un petit marché d’artisans et des boutiques éphémères le week-end, il y a au beau milieu de la place sur un piédestal, la statue de Rembrandt. Elle date de 1852, en hommage au peinte le plus illustre de l’age d’or néerlandais. Et aux pieds du peintre, il y a tout un tas d’autres personnages. Ils proviennent tous d’un des tableaux les plus célèbres de Rembrandt, qu’on peut voir au Rijksmuseum d’ailleurs, c’est la Ronde de Nuit.
amsterdam rembrandt monument statues
En allant un peu au sud le long de l’avenue Vijzelstraat, il y a sur la droite un gros édifice à l’architecture très particulière, c’est le De Bazel (un exemple de brick expresionnism). Sa porte d’entrée est assez particulière si on y jette un œil. D’un côté une statue qui cache pudiquement sa poitrine et de l’autre côté la statue nous montre ses seins d’un air presque amusé. C’est une boite de striptease géante alors ici ? Et bien non, il s’agit du bâtiment de la très sérieuse Société de commerce néerlandaise (Nederlandsche HandelMaatschappij). Depuis, cet énorme bâtiment des années 20 abrite aussi les archives municipales, des centres de conférences, etc …
amsterdam Nederlandsche Handel-Maatschappij
Juste à côté du De Bazel, se trouve un musée très intéressant, c’est le FOAM. De son vrai nom FOtografiemuseum AMsterdam, c’est un musée de la photo. Mélange d’expo temporaires et permanentes. L’extérieur ne paye pas de mine, mais l’intérieur vaut vraiment le coup.
amsterdam foam musee photo
On a eu la chance de tomber sur une impressionnante expo sur Jacob Riis. Qui sait ce que le sort vous réservera 🙂
amsterdam foam musee photo
amsterdam foam musee photo
Plus d’infos ici : https://www.foam.org/francais
Si par hasard vous passez au square de Frederiksplein, juste en face de l’immeuble de la banque nationale (DNB / De Nederlandsche Bank), il y a un grand square, et un arbre mort par terre. En fait il s’agit plutôt d’une statue d’arbre mort. Mais qu’est-ce que ça signifie ?
amsterdam Walraven van Hall statue arbre memorial banque
Il y a une petite plaque en hommage à Walraven van Hall. Ce nom complètement inconnu est un héros national. Alors qu’il travaille comme trader à la banque néerlandaise, en 1940 le pays est envahi par l’armée allemande et les nazis prennent le contrôle. Rapidement il s’engage du côté de la résistance, et avec l’accord des dirigeants néerlandais en exil à Londres, il lance une énorme opération. Pendant plusieurs années, il va voler de l’argent à la banque et financer tous les réseaux de résistants du pays. C’est pratiquement l’équivalent de 500 millions d’euros qu’il parvient à faire sortir de la banque sous le nez de ses supérieurs et des nazis. Surnommé le banquier de la résistance (il était aussi considéré comme le coordinateur de tous les groupes de résistants du pays), il est dénoncé et arrêté juste avant la fin de la guerre et fusillé par les nazis. L’arbre mort, représente « le géant tombé à terre ». Il y a un film sorti récemment sur cette histoire : The Resistance Banker.
Et il y a encore plein de secrets et de lieux insolites à découvrir le long des canaux, alors on ne perd pas de temps, on ouvre grand les yeux et hop en route! 🙂
amsterdam museumbrug canal
La suite des autres quartiers d’Amsterdam 🙂

Amsterdam – Centre

Amsterdam – Centre

Bienvenue à Amsterdam. Il y a de grandes chances pour que votre arrivée dans la ville se fasse en train et donc, vous voici en gare d’Amsterdam. Alors que l’intérieur de la gare est très moderne (et même très bien organisé je trouve), une fois dehors en voyant la façade on s’aperçoit qu’on est devant un sacré bâtiment classé « monument national ».
amsterdam gare
La gare a été construite en 1889 et repose sur des pilotis ! (3867 il parait). Tout le sable et la terre issu des travaux du grand canal du nord ont permis de créer l’ile artificielle où elle est située.
Même si la façade historique a « du cachet » comme on dit, durant votre séjour, pensez à faire un tour à l’arrière de la gare pour voir la grande verrière moderne digne d’un aéroport.
amsterdam gare
Si les distributeurs de billets & tickets de bus etc ne fonctionnent pas bien dans la gare, pas de panique, en sortant, juste devant vous sur votre droite se trouve l’office de tourisme qui en vend, et il est idéalement situé dans une petite maisonnette charmante.
Ensuite au choix : le métro, les bus et les tramways sont directement à votre portée. Il est aussi super facile de rejoindre le centre à pieds, il suffit d’aller tout droit, il n’y a pas plus simple.
Il suffit de suivre le Damrak, c’est l’artère principale de la ville, qui relie la gare au Dam, la grande place de la capitale. Damrak, c’était le nom de l’ancienne rivière (prolongement de la rivière Amstel, oui comme la bière) qui traversait la ville à l’origine et qui a été comblée pour devenir une grande rue.
En marchant, on longe un énorme bâtiment en briques (141m de long), c’est la Bourse d’Amsterdam, aussi appelée Bourse de Berlage (du nom de son architecte). Construit de 1898 à 1903 dans un style moderne et art nouveau, le bâtiment abrite donc la Bourse d’Amsterdam, en remplacement de l’ancien établissement tombé peu à peu en ruine. Car il faut savoir qu’Amsterdam est considéré comme la première ville du monde à avoir eu une place boursière. En 1602, les hollandais fondent la Compagnie des Indes Orientales et sont sans cesse à la recherche de financements pour leurs opérations commerciales, et tout ça se réuni et s’organise dans un même lieu et hop la bourse est née.
amsterdam bourse berlage
Aujourd’hui ce bâtiment abrite aussi l’orchestre philharmonique néerlandais, des salles d’expositions et conférences, et un musée de la bourse.
En continuant l’avenue on arrive sur le Dam, c’est la plus grande place de la capitale. C’est le centre historique de la ville. C’est ici qu’à été construit un barrage (dam) sur la rivière Amstel en 1270. Le petit village à côté du barrage a reçu l’exonération des taxes de péages et ça lui a donné un avantage décisif sur le commerce et petit à petit, le village est devenu la ville d’Amsterdam a prospéré autour de ce vieux pont-barrage. Il n’en reste plus rien mais tout a commencé ici.
amsterdam place centrale
Est-ce que la place est belle ? Franchement j’ai pas aimé. C’est Tourist-land, grandes boutiques partout, H&M & co, pizza & burgers, vendeurs à la sauvette, hordes de pigeons, et la foule, bref que du bonheur haha! 🙂  Si ça vous tente il y a le musée de cire de Madame Tussauds (sur la droite de la photo) ouvert en 1970 (c’est d’ailleurs le premier ouvert à l’étranger après la création de celui de Londres).
Il y a un grand monument blanc dans un coin de la place, c’est le Monument National, construit en 1956 en hommage aux soldats morts pendant la Seconde Guerre Mondiale.
amsterdam monument national statue
Voili voilou, et maintenant ça sert d’avantage de point de rassemblement que de point de recueillement.
De l’autre côté de la place, il y a ce grand bâtiment (gris et moche?). C’est le Palais Royal d’Amsterdam. Là aussi je ne suis pas vraiment emballé. Peut être qu’après une bonne rénovation il aurait meilleure allure (le grès utilisé pour la façade s’assombrit chaque année). Il faut tout de même lui reconnaitre qu’il n’est pas jeune du tout, il a été construit entre 1648 et 1665.
amsterdam palais royal
Au moment de sa construction c’était le plus grand bâtiment administratif du monde et une immense fierté pour les habitants qui le surnommait « la 8e merveille du monde ». C’était le symbole de la puissance d’Amsterdam et il a couté une véritable fortune (8.5 millions de florins, pour l’époque ça doit faire beaucoup). Lui aussi est sur pilotis, il y en a 13 659 en dessous. Ce qui est assez bizarre quand on est devant c’est qu’on se demande où est la grande porte d’entrée monumentale ? Et bien il n’y en a pas! A la place, il y a 7 petites portes discrètes qui représentes les 7 provinces unies .
En 1808, Louis Bonaparte (le frère de Napoléon) qui est alors roi de Hollande décide de s’installer à Amsterdam et change l’hôtel de ville en un palais royal. Il fait réaliser quelques aménagements intérieurs, changement de mobilier, etc … mais rien à faire, le palais ne lui plait pas vraiment et il en fait un musée royal (avant d’être chassé de Hollande par Napoléon en 1810 car son frangin ne respectait pas sa volonté mais ça c’est une autre histoire). Depuis le palais est utilisé par la monarchie pour les grands évènements, expositions et les réceptions officielles en ville.
Pour la visite, ça se passe ici : https://www.paleisamsterdam.nl/en/
amsterdam palais royal
La vue de la façade arrière du même palais depuis la rue Nieuwezijds Voorburgwal. C’est toujours pas folichon hein … Ah tiens, si vous faites attention, juste en face vous verrez un grand W lumineux, le symbole de Largo Winch ?.. presque .. c’est le W, un super hôtel de luxe, si vous avez les moyens quoi.
Autour de la grande place, il y a un autre édifice qu’on ne peut pas louper, avec sa grande façade gothique, c’est la Nouvelle Église, De Nieuwe Kerk. Il y avait déjà une grande église à Amsterdam (Oude Kerk, la vieille église, qu’on verra plus loin d’ailleurs), mais en 1408 elle commence à être trop petite pour le nombre de fidèles qui ne cesse de grandir. L’évêque d’Utrecht autorise sa construction, et un riche marchand cède un terrain et donne l’argent. Hop, une belle église gothique! Après quelques incendies, une reconstruction en 1645 et un grand dépouillement de l’intérieur quand le pays est passé au protestantisme, l’église est toujours là. C’est ici que prêtent serment les souverains des Pays-Bas (ils ne sont pas couronnés) et c’est le lieu des grandes expositions (cette fois là, c’était Jeff Koons, et pas moyen de cautionner cet « artiste » alors pas de visite na!).
amsterdam De Nieuwe Kerk
Plus d’infos pour les visites sur le site officiel : https://www.nieuwekerk.nl/en/
En face de l’autre côté de la rue, il y a un grand bâtiment avec une façade dans le style néogothique et néo-renaissance hollandais (si si), datant de 1899. C’est l’ancien bureau de poste de la ville (un gros truc pour du courrier!). Il est vendu en 1987 à des promoteurs qui l’ont reconvertis en centre commercial, c’est maintenant le Magna Plaza. Même si vous n’avez pas envie de faire du shopping, ça vaut le coup de rentrer y jeter un œil 🙂
amsterdam centre commercial magna plazza
Ensuite, on s’engage dans la petite rue de Kalverstraat. Elle est assez étroite, mais sur 750 mètres de long il y a plus de 150 boutiques en tout genre. C’est la rue la plus chère de la capitale (et la plus chère au Monopoly hollandais), et il y a vraiment beaucoup, beaucoup de monde.
Cette rue a aussi servi à la renommée d’Amsterdam, car le 16 mars 1345 un miracle s’est produit ici. Dans cette rue, quelqu’un recevait donc les derniers sacrements sur son lit de mort. On lui donne l’hostie, mais à cause de la maladie, il la rejette en vomissant. Comme on ne jette pas une hostie à la poubelle, elle est mise au feu dans la cheminée. Le lendemain matin dans les cendres, on retrouve l’hostie intacte! Le prêtre la ramène discrètement à l’Oude Kerk mais le lendemain, on la retrouve au même endroit dans la maison du mort. Miracle ! L’évêque d’Utrecht confirme le miracle, et une grande procession est réalisée pour l’amener à l’église et cette fois, elle ne s’échappe plus. Une chapelle est construite à la place de la maison du mort. Cet évènement a fait beaucoup de bruit et le buzz à fait venir de nombreux pèlerins dans la ville … et qui dit pèlerins dit business 😉 Même l’empereur Maximilien d’Autriche de passage dans la ville y fera un tour car malade. Il prie dans la chapelle pour être guéri et hop il va mieux, miracle! En remerciement il permet à Amsterdam de rajouter la couronne impériale à ses armoiries (sympa). Hélas, pas la peine de rêver pour d’autres guérisons miraculeuses, la chapelle a été détruite en 1908.  Depuis, tous les ans de nombreux fidèles continuent de commémorer ce miracle en faisant une marche silencieuse dans cette rue (car pendant longtemps les protestants interdisaient cette marche) jusqu’à l’Oude Kerk, c’est la Stille Omgang.
Bon revenons à notre rue miraculeuse. Alors que vous vous frayez un passage à travers la foule, au milieu des boutiques à souvenirs,de fringues, de baskets, et des pizzerias, mauvais coffee shop et bars à shisha, arrêtez vous devant le MacDo. Mais pour quoi faire me direz vous ?? Et bien regardez sur le trottoir d’en face, au n°58, il y a une façade étroite avec un style ancien. Étrange, ça mérite d’y jeter un œil. On entre et paf! on se retrouve au calme dans une église secrète cachée!
amsterdam eglise st peter paul insolie secrete cachee
C’est l’église « Perroquet » (papegaai). Elle doit ce surnom bizarre à la boutique d’oiseaux qui servait de façade et de « couverture ». Son vrai nom c’est l’église HH. Saints Pierre et Paul. Le culte catholique était interdit par les protestants, et les églises clandestines devaient rester cachées. Celle là date de 1700. Que vous soyez croyants ou non, c’est assez surprenant de se retrouver ainsi au calme en deux secondes en venant de la rue bondée!
Toujours dans la même rue un peu plus loin au n°92, un minuscule passage part sur la droite pour passer sous un porche, c’est ouvert, bon bin hop en route on va voir quoi! 🙂
On découvre un autre lieu caché. C’est l’Amsterdam Museum. Ça commence par une grande cour intérieure au calme avec un café terrasse sympa, le Museumcafé Mokum, un véritable havre de paix. Le lieu est assez particulier, car on est dans les anciennes étables de l’abbaye de Saint-Lucien, fondée en 1414. Il y a plein d’infos historiques intéressantes à lire tout autour.

amsterdam museumcafe mokum terrasse etable

Pour la visite de l’Amsterdam Museum, ça se passe ici : https://www.amsterdammuseum.nl/fr
On ne l’a pas fait et il parait que ça explique entre autre la vie d’un vieil orphelinat avec reconstitution et tout. On a préféré prendre le passage couvert juste à côté, la galerie de la garde civile. C’est gratuit et rempli de nombreuses œuvres d’art hollandaises de toutes les époques (du contemporain aussi), et aussi … les statues de David et Goliath en bois, datant du XVIIe siècle et qui servaient d’attraction dans un parc … (sur place regardez de plus près la tête de David, il y a de quoi rire haha).
amsterdam david goliath statue

Toujours dans le coin, il y a encore un lieu caché! On y accède par la petite ruelle Gedempte Begijnensloot (ou par une petite porte discrète, sur la place Spuiplein ,avec écrit Bagijnhof juste au dessus). On franchit un petit portail et on se retrouve dans une grande et vaste cour intérieur. C’est calme, paisible et c’est beau. C’est le Béguinage d’Amsterdam.

amsterdam beguinage begijnohf park parc caché

Qu’est ce que c’est donc ? C’est ici où vivaient les béguines. Au moyen-age les couvents étaient souvent surpeuplés, alors des femmes fondaient des communautés auto-gérées, laïques et semi monastiques. C’est un peu l’équivalent des nonnes mais avec un peu plus de libertés. Ce sont les béguines.

Après la construction de l’abbaye voisine, on fit construire dans cette grande cour médiévale des maisons pour héberger les béguines. Pendant la répression contre les catholiques, elles furent autorisées à rester ici car les maisons étaient leurs propriétés privées. C’est d’ailleurs ici que se trouve une des plus anciennes maisons d’Amsterdam, avec une façade noire en bois et date de 1470, surnommée Het Houten Hous. C’est aussi la dernière maison en bois de la ville car suite à de terribles incendies, à partir de 1521 toutes les maisons devaient être en briques.

amsterdam beguinage begijnohf park parc caché statue

L’église réformée anglicane qui trône au milieu de cette cour intérieure peut se visiter mais il n’y a pas grand chose à voir à l’intérieur (elle ferme tôt) http://www.ercadam.nl/
amsterdam beguinage begijnohf park parc caché eglise statue
Il y a une béguine célèbre, Cornelia Arens. Elle a décidé qu’à sa mort elle ne serait pas enterrée à l’église anglicane (la coutume voulait qu’on soit enterré dans les églises) mais elle préférait être enterrée dans le caniveau! En fait ses parents s’étaient convertis au protestantisme et elle voulait faire pénitence pour eux, le sens du sacrifice tout ça. A sa mort donc en 1654, rien à faire, on l’enterre dans l’église … mais le lendemain, miracle! son cercueil est dans le caniveau à l’extérieur de l’église. On recommence l’opération et trois fois de suite, son cercueil se retrouve « miraculeusement » dans le caniveau dehors. Finalement sa dernière volonté est respectée et elle enterrée là. Donc si vous êtes attentifs, près de l’église, vous verrez une plaque au sol qui marque l’emplacement de sa tombe.

Juste en face de l’église anglicane, il y en a une autre très discrète, encore une église cachée, à l’intérieur d’une maison. C’est la chapelle catholique du Béguinage. La cohabitation entre catholiques et protestants n’était vraiment pas bonne …

amsterdam beguinage begijnohf park parc caché eglise
La dernière béguine qui vivait ici est morte en 1971. Maintenant, toutes les maisons sont habitées par des particuliers, et ils voient défiler chaque jour des centaines de touristes…
(attention aux horaires, ouverture de 9h à 17h pour le public).
En partant vers l’est on arrive au métro Rokin et il y a la statue d’une dame à cheval. Ce n’est pas n’importe qui, il s’agit de la reine Wilhelmine. Pour les hollandais c’est un des plus grands personnages du pays au XXe siècle. C’est la reine du pays de 1890 à 1948.
amsterdam statue equestre reine wilhelma
Elle permet aux Pays-Bas de rester « neutres » pendant le Première Guerre mondiale. En 1940, quand le pays est envahi par les nazis sans déclaration de guerre, elle s’enfuit avec la famille royale et s’installe en Angleterre. Elle renie son premier ministre qui essaye de négocier avec Hitler. Elle empêche le rachat par les nazis de la compagnie pétrolière Dutch Shell en faisant monter le prix des actions grâce à sa fortune. Elle essaie d’organiser les poches de résistances du pays. Churchill dira d’elle que c’était « le seul vrai homme parmi tous les chefs d’états réfugiés à Londres ». Elle abdiquera pour sa fille Juliana en 1948 et meurt en 1962. Bref, les néerlandais l’aiment bien!
On remonte ensuite au nord de la vielle ville, en direction de la Vieille Église d’Amsterdam, De Oude Kerk. C’est un des plus vieux monuments de la ville. Sa construction a commencé en 1306, d’abord comme une petite église pour les pécheurs du village qu’était Amsterdam à l’époque. Elle devient ensuite un lieu de pèlerinage suite au miracle de l’hostie (voir plus haut). Un siècle plus tard, le village est devenu une grande ville et une nouvelle église est bâtie (De Nieuwe Kerk), et de fait, cette église devient la Vieille église (De Oude Kerk).
amsterdam oude kerk vieille eglise
Au moins 10.000 personnes ont été enterrées sous le dallage de l’église depuis son origine, la dernière date de 1891. Le clocher mesure 67m. L’entrée est payante et il y a régulièrement des expositions à l’intérieur … se renseigner.
Infos et visites sur le site officiel : https://oudekerk.nl/en/
Bonus, en faisant le tour de l’église vous verrez un joli petit jardin clôturé, c’est ici que se trouve De Koffieschenkerij. C’est un très chouette café 🙂
Ah mais au fait, on est dans le quartier De Wallen, mais il est surtout connu pour son autre nom, le Quartier Rouge. Mondialement connu. C’est ici qu’on retrouve la majorité des prostituées derrière des vitrines, éclairées de néons rouge et rose la nuit. Oui, la prostitution est légale aux Pays-Bas. Toutes les travailleuses du sexe ici ne sont pas esclaves. Elles louent leur « lieu de travail ». Ne pas aller dans ce quartier, c’est fermer les yeux sur une réalité, voir même une banalité de la ville. Y participer c’est encourager les possibles trafics. Bref à vous de faire votre choix. Si vous aimez l’ambiance des rues où ça sent la bière et le cannabis, et où des groupes de mecs bourrés se marrent devant les vitrines en se faisant aguicher par des filles quasi à poil, c’est pour vous. En tout cas on peut très bien y passer sans que rien de grave n’arrive. Ça reste un quartier « chaud » dans tous les sens du terme, il suffit de faire attention. Et le labyrinthe de vieilles ruelles étroites vaut tout de même le coup. Il y a même un air de Venise à certains endroits 🙂
amsterdam canaux centre
Un peu plus loin, en rejoignant la rue Zeedijk on rentre dans le Chinatown d’Amsterdam. Et le lieu le plus emblématique de la rue, c’est ce grand temple asiatique.  C’est le temple Fo Guang Shan Holland, fondé par des bouddhistes chinois implantés à Taïwan
amsterdam fo guang temple asiatique
Entrée libre et gratuite de 12h à 17h.
Au bout de la rue on arrive sur la place du Nieuwmarket et au centre se trouve le Waag. Sur la place du Nouveau marché, vous aurez de bonnes chances de tomber sur un marché saisonnier, un marché aux puces etc ..  Les canaux qui passaient ici ont été bouchés et des maisons détruites pour permettre la construction du métro et le passage d’une voie rapide. Le métro est là, mais pas la route, et tant mieux 🙂 Le Waag, c’est une ancienne porte d’entrée de la ville médiévale, à l’époque où il y avait encore une muraille fortifiée tout autour.  La bâtiment abritera ensuite des guildes et corporations, et tombera un peu dans l’abandon avec le temps. Maintenant, c’est un resto plutôt chic.
amsterdam waag neumarket
En s’éloignant un peu vers l’est, il y a un édifice assez spectaculaire je trouve. Isolé dans l’angle d’une avenue et d’un canal, il ne laisse pas indifférent avec son étrange architecture. C’est le Scheepvaarthuis, l’ancienne maison de la Marine. Il est construit en 1916 pour abriter les activités de six compagnies maritimes. C’est un exemple du style architectural de l’école d’Amsterdam. Maintenant, c’est l’hôtel le plus luxueux de la capitale, un 5 étoiles, le Grand Hôtel Amrâth. Personnellement, je trouve qu’il a le look d’un hôtel pour film d’horreur haha
amsterdam grand hotel amrath
Un peu plus loin, encore un monument au design immanquable, c’est le NEMO Science Museum. Il est situé juste au dessus de l’entrée du Tunnel routier de l’Ij qui passe sous le canal. C’est un grand bâtiment dédié à la découverte scientifique grâce aux expériences, et c’est surtout destiné aux enfants. Il y a un grand toit terrasse (accès gratuit) avec des jeux d’eau.
amsterdam nemo science museum
Juste après se trouve le Musée maritime. Aussi appelé le Rijksmuseum Nederlands Scheepvaart, c’est le plus grand musée au monde consacré à la navigation. Le bâtiment rénové entièrement en 2011 possède un énorme toit en verrière qui recouvre la grande cour intérieur. A l’extérieur des répliques de navire, dont le voilier Amsterdam de la Compagnie des Indes et qui s’échoua sur les côtes anglaises en 1749 pour son premier trajet vers les Indes.
amsterdam musee maritime bateau navire
La suite des autres quartiers d’Amsterdam 🙂

Amsterdam – Noord

Amsterdam – Noord

Le quartier Noord est souvent oublié lors d’une visite à Amsterdam, et c’est une grave erreur! Car à seulement quelques minutes de la gare du centre, de l’autre côté de la rivière IJ, c’est un tout autre visage de capitale qui se découvre, et c’est vraiment cool 🙂

Pendant longtemps le quartier Noord (nord donc), c’était la zone industrielle de la ville. Extraction de la tourbe à l’origine, puis station de péage pour les bateaux au moyen age, et plus tard l’industrie lourde s’installe ici, des usines, des hangars et des chantiers navals se construisent. Dans les années 1980 les industries partent s’installer ailleurs, le dernier chantier naval ferme. Il reste une énorme zone industrielle abandonnée, juste en face d’Amsterdam. Une grosse verrue pour la ville ? Et bien non, plutôt une source d’opportunités! Des immenses hangars à aménager, toute une zone où la créativité peut s’exprimer, où il y a de la place et de la liberté, allez hop en route pour le Nooooord 🙂

Pour y aller, c’est simple, il faut rejoindre la Gare, faire le tour en suivant les panneaux ‘boot’ et les symboles des Ferry. Sur le quai ensuite, il suffit d’attendre son ferry. C’est gratuit, on y monte à pieds et à vélos, ambiance cool. On commence en prenant le Ferry 901 qui va juste en face (Amsterdam, Veer Buiksloterweg), la traversée dure à peine 5 minutes.

Une fois débarqué on peut déjà se poser si on a envie, à la terrasse plutôt sympa du Cafe De Pont. Mais il y a de bien meilleurs spots un peu plus loin. On prend à gauche en direction de l’A’DAM Toren. Ce building de 100m de hauteur date de 1971 et abritait le siège de la compagnie Shell, c’était la Shell Tower. En 2009 la compagnie pétrolière quitte les lieux, quelques entreprises s’installent mais la tour commence à faire sérieusement la gueule. Après 2 ans de rénovation, la tour flambant neuve ouvre avec son nouveau nom. Maintenant c’est le fun ! Des entreprises cools (musiques, vidéos, etc ) ont installés leurs bureaux ici, des restos chics, club, appart loft, toit panoramique et en bonus la possibilité de faire de la balançoire dans le vide au sommet ! 🙂

amsterdam adam toren tower
Plus d’infos ici : http://adamtoren.nl/
Juste derrière, il y a une petite tour ronde, c’est ici que vous pouvez faire l’attraction This is Holland. Un show façon cinéma dynamique qui survole le « best of » des Pays-Bas. Si c’est votre truc et que vous allez au Futuroscope chaque année, c’est pour vous, sinon, allez vous promener ailleurs 🙂
Un peu plus loin, juste après les grandes lettres ‘I amsterdam’, se trouve un bâtiment moderne au design assez particulier. C’est le Eye museum, le musée du film. Il était installé à l’origine dans un vieux bâtiment vers Vondelpark et en 2012, un nouvel écrin tout neuf est construit dans le quartier de Noord. C’est un des plus grand musées sur le cinéma au monde (il parait), mais sur place, on est moyennement emballé. Exposition temporaire gratuite et minuscule, quelques salles de projections, mais les films en hollandais c’est pas évident à suivre. Bref, le musée est surement incroyable pour les cinéphiles hollandais et pour sa collection riche et son travail de restauration d’œuvres anciennes. Mais à part ça, je pense que payer l’entrée ne vaut pas le coup.
amsterdam noord eye museum
En revanche, ça vaut le coup de rentrer à l’intérieur pour découvrir les lieux designs et la super terrasse moderne, c’est la classe!
Plus d’infos ici : https://www.eyefilm.nl/en
Allez il est temps d’aller se promener dans une autre zone du Noord, et comme à pieds ou à vélo, c’est pas tout près, autant y aller en ferry. Donc on reprend la même ligne 901 vers Centraal Station, et de là, on prend le ferry 905 direction NDSM. La traversée dure une vingtaine de minutes.
La première surprise en arrivant à NDSM c’est de voir un sous-marin russe en train de barboter ici. What the fuck ? Alors tout commence en 1956 quand ce sous-marin de 90m de long est construit en Lettonie, alors soviétique. A la fin de la guerre froide en 1991, il est mis au rebut. Il est vendu comme un classe Foxtrot B-80, mais en fait c’est un classe Zoulou, qui servira de base pour la classe Foxtrot de l’Otan … mais bon ça on s’en fout un peu. Donc deux entrepreneurs hollandais l’achètent et arrivent à le revendre 56.000 Eur à un architecte qui le ramène à NDSM dans le but d’en faire un lieu d’exposition, de fête, voir même de défilé de mode. Trop bien!
amsterdam port noord ndsm sous-marin
Mais en fait aucun contrat ne tombe … et il est revendu 10.000 Eur à une fondation qui doit l’incorporer au Musée Maritime, mais le sous-marin reste là, à rouiller sur place depuis des années. Il est sensé maintenant rejoindre la casse car la ville n’en veut plus (risque de pollution, etc …) mais personne ne semble vouloir y toucher réellement, et il continue de dormir ici en faisait le plaisir des visiteurs qui le découvrent pour la première fois 🙂
amsterdam port noord ndsm sous-marin botel
Juste derrière il y a le Botel, un hôtel flottant 🙂 Bin oui, pourquoi pas. Mais franchement, au vu des critiques qu’on peut lire, on ne vous le conseille pas.
Allez, une fois qu’on débarque, on se dirige (comme beaucoup de monde) vers le PLLEK. Le concept est plutôt alléchant : des containers ont été combinés pour faire un grand hangar. A l’intérieur des tables pour manger, un grand bar, une grande mezzanine, des grands canapés, un poêle à bois, des concerts live, et une immense baie vitrée … qui donne sur une grande terrasse qui se prolonge sur une plage de sable, le tout avec vue sur Amsterdam, de l’autre côté. Le service est cool, bonnes bières, apéro sympa, bref, un chouette lieu où venir se poser en fin de journée 🙂
amsterdam ndsm pllek bar plage sable
Plus d’infos ici : http://pllek.nl/
amsterdam ndsm pllek bar
A quelques dizaines de mètres de là, il y a une grue … ce qui parait tout à fait normal pour une ancienne zone portuaire … mais si vous vous approchez d’un peu plus près vous verrez que cette grue est spéciale, c’est un hôtel! Et pas n’importe lequel, c’est l’hôtel Faralda. Il y a seulement 3 suites … mais façon cinq étoiles!
amsterdam crane grue faralda hotel
Ça commence à 435 Eur la nuit, ah et il y a même un spa chauffant au sommet!
Pour faire chauffer la carte bleue, c’est ici : http://faralda.com/
Maintenant, direction les grands entrepôts. Si vous aimez le street art vous allez être servis, il y a des graffitis partout. Des immenses, des petits, des œuvres d’arts et du bric-à-brac artistique caché ici et là. C’est un vrai terrain de jeu et c’est vraiment sympa de s’y promener 🙂
amsterdam noord ndsm loods entrepot street art
On arrive devant le plus grand hangar du secteur : NDSM loods. NDSM pour Netherlands Shipbuilding and Dock Company, qui en 1937 était le plus grand chantier naval du monde. Après la faillite en 2000, cet énorme espace a été cédé à la fondation Kinetisch Noord. Énorme ça signifie 30.000 m2 (intérieur), 50.000 m2 (extérieur)! Le hangar est baptisé Art Factory. L’objectif du projet est « de transformer cet ancien chantier naval de 80.000 mètres carré en un espace de travail fonctionnel et accessible, multidisciplinaire et expérimental, afin de créer un point de rencontre pour des jeunes artistes (inter)nationaux issus des arts visuels, arts du spectacle, du théâtre… » ( http://www.artfactories.net/NDSM-Amsterdam.html ).
amsterdam noord ndsm loods entrepot street art
Il suffit de passer l’immense porte du hangar (on peut même s’y promener en vélo sans problème). A l’intérieur il y a des petites « rues » aménagées qui permettent de circuler entre les différents ateliers d’artistes.
amsterdam noord ndsm loods entrepot street art
Il y a des espaces d’exposition, des travaux en cours, toujours un truc à voir où qu’on pose les yeux.
amsterdam noord ndsm loods entrepot street art
amsterdam noord ndsm loods entrepot street art
amsterdam noord ndsm loods entrepot street art
Beaucoup plus d’infos sur le quartier NDSM et les installations artistiques, c’est ici : http://www.ndsm.nl/en/
En poussant encore un peu plus loin la balade, on arrive au Noorderlicht Café. Ça veut dire aurores boréales … je ne sais pas si on en voit beaucoup ici, mais là encore, c’est un lieu vraiment cool. C’est un peu plus roots que le Pllek. Le hangar abrite une grande verrière, il y a du bon son, une bonne ambiance chaleureuse. On y est aussi bien pour boire une bonne bière, manger, et profiter de la vue, encore une fois magnifique sur Amsterdam. Testé et approuvé 🙂
amsterdam noorderlicht cafe
Plus d’infos, programmations etc : http://noorderlichtcafe.nl/
Avant de repartir, en déambulant au hasard des entrepôts (où vous trouverez des resto chics, des chaines de télé, redbull, etc … ) il y a un endroit juste en face de l’embarcadère pour ferry qui mérite d’y faire un détour. C’est une résidence étudiante … vous allez me dire qu’on s’en fout. Oui et non, car ici, la résidence étudiante est composée de containers de bateaux!
amsterdam noord ndsm residence etudiants
C’est assez inhabituel non ? et en plus c’est sympa et coloré! (installation provisoire, pour faire face à l’expansion du quartier, la zone devrait être libérée en 2020)
La suite des autres quartiers d’Amsterdam 🙂

Amsterdam

I AM STERDAM

Voilà, vous partez quelques jours à Amsterdam ? Très bon choix! Bienvenue dans une capitale à taille humaine. Découvrez le plaisir de vous promener à vélo dans les rues où vous rencontrerez très peu de voiture, peu de pollution, pas de grands immeubles moches pour vous cacher le ciel, des musées, des bars cools, des concerts, de la fumette aussi, etc … De quoi passer quelques bons moments. Allez c’est parti on y va, hop en route!

Pour vous faire découvrir la ville que j’ai aimé, les immanquables, les lieux cachés et insolites, c’est par ici. On va passer par ces différents quartiers 🙂

Centre

amsterdam canal peniche

Le quartier historique de la capitale. Des petites rues, de l’histoire, des monuments historiques. C’est ici aussi que se trouve le fameux Quartier Rouge.

Jordaan et Grands Canaux

amsterdam canal velo

Les grands canaux et le quartier de Jordaan sont très typiques. Les balades sont très belles à pieds et surtout à vélo. Il faut se perdre dans les rues pour découvrir tous ses secrets. C’est dans ce quartier que se trouve la Maison d’Anne Franck.

Oud-west et quartier des musées

amsterdam rijksmuseum musee museum

Partez à la découverte de ce quartier un peu délaissé. Promenez vous dans le plus grand parc de la ville, et rendez-vous dans le célèbre quartier des musées. Un peu de culture dans le plus grand musée du pays ? c’est ici.

Noord

amsterdam nord noord

Une friche industrielle transformée en un grand quartier mélangeant des constructions modernes, des entrepots devenus des lieux culturels. Un quartier vivant, créatif et plein de libertés. Et même un sous-marin et une plage de sable, alors pas d’hésitations, en route pour le noord!

Westerpark

amsterdam oostelijk marktkanaal

Ce secteur d’Amsterdam est un peu oublié des guides touristiques alors qu’il y a pourtant des choses à découvrir dans ces anciens quartiers ouvriers, alors on y va !

 

Séjour réalisé en mars 2018

Jour 4 – Tam Coc – Hanoï

Jour 4 – Tam Coc – Hanoï

Ce matin au programme c’est promenade en barque. C’est l’attraction phare ici pour profiter au mieux de la Baie d’Halong terrestre, alors on va faire comme tout le monde. Hop on enfourche nos vélos et on pédale tranquillement vers le petit village de Tam Coc. Il est assez tôt quand on arrive et il n’y a pas trop de monde. Les premiers bus qui déversent les flots de touristes ne sont pas encore arrivés. Ensuite on le sait, on était prévenu, c’est un peu l’usine à touristes. Très rapidement donc, on nous dirige vers le petit guichet, hop un ticket pour la visite du site et une barque pour deux personnes, 270.000 vnd. A l’embarcadère, une gentille dame souriante accroupie dans une barque se lève et se dirige vers nous. On sourie aussi, on avance et bim! coup de sifflet, elle se fait engueuler par le type qui gère l’embarquement. Du coup il nous pousse vers une autre barque où un vieux monsieur fume une clope et nous fait monter à bord d’un air blasé. Bon c’est l’armée ici, ça rigole pas. On n’aura pas de « famuse rameuse tellement typique », boah pas grave, hop en route! euh … hop en barque!

vietnam tam coc barques

Donc la particularité de la balade en barque ici, c’est la façon de ramer. Les rameuses (ou notre rameur en l’occurrence) utilisent leurs pieds pour ramer, soit les pagaies en alternance, soit les pagaies en même temps. Ça a l’air super naturel et super simple, ça donne envie d’essayer pour voir, mais on n’a pas le droit car ça rigole toujours pas. Peut-être que si j’avais su le dire en vietnamien j’aurai pu essayer et faire le malin, mais non, snif tristesse …
Notre barque à fond plat avance lentement le long de la rivière, entourée des fameux pains karstiques de la région et qui lui donne ce surnom de Baie d’Halong terrestre. D’ailleurs au sommet de l’un deux, on reconnait le dragon et la pagode qu’on a visité la veille 🙂 Si vous ne l’avez pas encore fait, allez y, c’est Hang Mua.

vietnam tam coc barques

On arrive ensuite face à une falaise et on s’engouffre en suivant la rivière dans une longue grotte (127m de long). Pas de chauve-souris ni d’hirondelles accrochées au plafond.

vietnam tam coc barques

En sortant de la grotte sur la droite, j’aperçois ce qui semble être une entrée de tunnel, et je me demande s’il ne s’agit pas de l’extrémité du tunnel de Hang Mua … je ne sais pas …

vietnam tam coc barques

Les barques se suivent à la queue-leu-leu, et j’ose même pas imaginer ce que ça doit donner à l’heure de pointe. Ça permet au moins de faire des belles photos bien clichées 😉

vietnam tam coc barques

On aperçoit à nouveau les petites chèvres du coin, perchées sur les falaises. On espère pour elles qu’elles ne finiront pas trop vite sur les barbecues du village ou dans les ventres des affamés. Je les montre du doigt au rameur, il nous répond quelque chose mais on ne comprend rien. Je dis bêtement « miam miam » en me frottant le ventre et il hoche la tête pour confirmer en disant « miam miam ». L’estomac, ce langage universel.

vietnam tam coc barques

Une nouvelle grotte, et à chaque fois je me demande si on ne va pas se racler le crâne contre le plafond rocheux.

vietnam tam coc barques

vietnam tam coc barques

A ce moment là, j’ai croisé les doigts très forts pour ne pas voir le rameur montrer le chat du doigt et dire « miam miam »! 🙂

vietnam tam coc barques

Après une dernière traversée de grotte, on arrive au bout du parcours. C’est à cet endroit que notre barque fera demi-tour. Et c’est aussi à ce moment là que le piège se referme sur vous! Mouahaha! Des hordes de barques s’approchent et des dizaines de petites dames vous tendent un tas de choses à acheter. On le savait, ça fait partie du tour, on n’était pas surpris. On nous avait dit que la petite nappe brodée en dentelle était un classique, et je m’étais déjà préparé mentalement à l’acheter de (presque) bon cœur … et il n’y en avait pas une seule! A la place on a acheté des fruits à grignoter pour nous et notre rameur, et deux petites tortues articulées. Franchement, ça ne coûte pas grand chose, et ça permet aux familles du village de gagner un peu d’argent grâce aux touristes. Ça fait partie du jeu, il faut le prendre avec le sourire.

vietnam tam coc barques

Sur d’autres barques l’ambiance à l’air un peu moins zen au retour, ça débat autour du « guet-apens » touristique qu’on vient de vivre. Nous, on mâchonne nos morceaux de cannes à sucres et on cherche à voir d’autres animaux que les chèvre mais rien hélas snif snif.

vietnam tam coc barques

vietnam tam coc barques

Sur le chemin du retour, notre rameur nous montre du doigt un sommet rocheux et part dans une longue tirade où je ne comprends absolument rien. Je prends en photo, je zoome, je lui montre et il m’indique le petit truc au milieu, et il se remet à parler. Je crois donc que ce truc au sommet est sensé ressembler à quelqu’un mais je n’en sais pas plus. Et c’est dans ces moments là que ne pas pouvoir échanger un mot est vraiment frustrant et qu’on regrette de ne pas avoir d’interprète …

vietnam tam coc barques

vietnam tam coc

Nous voilà enfin revenu à bon port, on laisse un petit pourboire à notre rameur, 50.000 vnd, c’est la norme. Il vient quand même de ramer pendant un peu plus de 2 heures, et sur le prix de la traversée il ne touchera qu’une toute petite somme car c’est une société qui gère les barques et qui reverse l’argent au compte goutte. Il empoche le billet, pas un sourire, pas un mot, et hop il retourne fumer une clope en attendant le prochain duo qu’on lui demandera d’aller promener 🙂

On retrouve nos vélos et on reste quelques minutes à regarder les groupes de plus en plus nombreux rejoindre l’embarcadère et ça devient vraiment l’enfer ici, alors vite hop en route! On décide de faire le petit tour du plan d’eau de Tam Coc.

vietnam tam coc

Il y a plein de petites villas et de petits bungalows autour, mais tout a l’air en travaux ou abandonné. C’est assez étrange, j’imagine que ça a du changer depuis, car il y a vraiment du potentiel 🙂

vietnam tam coc

vietnam tam coc

Bon allez ça suffit pour Tam Coc, on décide d’aller faire un tour à l’autre embarcadère, celui de Trang An, pour voir si tout le mal qu’on en dit est bien mérité. On traverse la campagne à vélo sur 8 ou 9 km, avec la faune locale.

vietnam tam coc

L’arrivée à l’embarcadère de Trang An confirme bien qu’il ne faut pas aller la-bas ! Au bord de la grande route il y a un énorme parking qui accueille des dizaines et des dizaines d’énormes cars et de minibus. Tous ces touristes traversent ensuite un « pittoresque » pont en béton pour rejoindre les non moins pittoresques pagodes ancestrales en béton armé et pour faire la queue.  En file indienne à l’embarcadère, il faut attendre son tour, pour qu’une rameuse vous embarque au son d’un mégaphone qui dicte des ordres. Des centaines de barques et de rameuses attendent. Autant je pensais que l’embarcadère de Tam Coc pouvait faire usine à touristes, autant celui là, c’est l’enfer à touristes!

vietnam trang an

Et ce n’est pas une charmante petite barque pour deux personnes ici, c’est la grosse barcasse qui ne part que si elle est pleine. Bref bon courage si vous y allez. Ce site est clairement taillé pour le tourisme de masse.

vietnam trang an

Sans trop de regrets on quitte le lieu et on continue de se balader tranquillement en vélo dans les rizières. On part au hasard à la découverte des premiers chemins qu’on rencontre (pour parfois finir dans des culs de sac et complètement embourbés ahah). Se balader à vélo autour de Tam Coc, c’est vraiment un bon plan 🙂

vietnam tam coc

vietnam tam coc

vietnam tam coc

On rentre de notre ballade, on rend nos vélos Chez Loan. Avant de partir, dans la matinée, on avait indiqué à Loan qu’on souhaitait rentrer à Hanoï dans l’après midi mais qu’on n’avait rien planifié. A notre retour, elle nous indique qu’un minibus d’une agence qui retourne justement à Hanoï fera une halte devant l’hôtel pour nous récupérer. Il faudra juste s’incruster dans un autre groupe. No problem 🙂 (80.000 vnd pour le trajet, ça va). A l’heure dite, un mini bus avec un petit groupe d’américains s’arrête. Ils ne comprennent pas trop pourquoi on monte dans le bus. Alors qu’ils nous regardent avec des gros yeux et que le minibus redémarre, on se dit qu’on a vraiment passé un bon séjour à Tam Coc 🙂

Mais tout n’est pas que carte postale autour de Tam Coc, il suffit juste de porter son regard vers le sud avant de partir et on voit le revers de la médaille : des hôtels, des barres d’immeubles en constructions, des grandes usines de ciments qui grignotent le paysage. C’est aussi ça le « développement » et ça doit être difficile de persuader la population locale de rester « pittoresque » et vivre du tourisme et de l’écologie alors qu’il est si facile d’avoir plus d’argent et de pouvoir acheter des choses comme tous les touristes qui ont la chance de pouvoir venir ici.

vietnam tam coc usine ciment

Sur la route, c’est toujours autant le chaos avec la circulation et je crois qu’il vaut mieux ne pas regarder ce qui se passe devant et se contenter de lire un bouquin ou essayer de dormir. En tout cas ça a tellement stressé nos compagnons de voyage qu’il y en a un qui a fait arrêter le minibus pour crier au chauffeur « we don’t want to die! ». Mais comme le chauffeur ne comprenait rien, ça ne servait pas à grand chose. En tout cas je confirme que la route au Vietnam ça peut très très vite être très stressant et flippant quand des camions à contre sens vous frôlent en klaxonnant et que juste après une moto taxi manque de s’encastrer dans le mini bus et se renverse sur la route …

De retour à Hanoï, le minibus dépose tout le monde devant l’hôtel des américains et nous continuons à pieds vers notre quartier qu’on commence à connaitre presque par cœur et c’est presque sans consulter le plan qu’on retrouve le chemin de notre hôtel Prince II.
Ensuite on part à la recherche du restaurant Cha Ca La Vong (). Ce plat est une spécialité qui n’est franchement pas évidente à apprécier : du poisson mariné, frit dans un plat posé sur un réchaud qu’on accompagne de vermicelle et de plantes aromatiques. Et très rapidement on trouve qu’il y a « un gout bizarre ». C’est l’essence de ca cuong, une espèce de jus extrait d’un cafard des rizières. C’est assez rare et cher et c’est généralement de l’essence de synthèse qui est utilisée. Dans tous les cas, le gout peut paraître assez désagréable. En tout cas c’est une expérience à tenter! (et si vous êtes écœuré, vengez vous et faites goûter du roquefort à un vietnamien 😉 )

On ne se couche pas trop tard car demain matin, un chauffeur viendra nous chercher très tôt devant l’hôtel pour partir à la baie d’Halong, c’est l’excursion qu’on a réservé avec Oriental Bridge Travel.

<< Jour 3 – Tam Coc
>> Jour 5 – Baie d’Halong

Jour 3 – Tam coc

Jour 3 – Tam Coc

Aujourd’hui on part de Hanoï en direction de Tam Coc, surnommée la Baie d’Halong terrestre. Pour ça, il faut rejoindre la ville de Ninh Binh à une centaine de kilomètres au sud. Il y a plusieurs options pour y aller : prendre le train, prendre le bus local, prendre un chauffeur privé ou prendre un taxi. On a choisi le bus local. Je ne sais pas si c’était la meilleure solution, mais en tout cas c’était la moins chère. Il faut d’abord commencer par rejoindre la gare routière de Giap Bat qui est à 8 km au sud de la ville et qui dessert les provinces du sud de Hanoï. C’est le premier inconvénient, car il faut rejoindre cette gare routière en taxi, c’est beaucoup trop loin à pied.
Comme on avait prévenu le personnel de l’hôtel Prince II qu’on reviendrait surement dormir une nuit ou deux à Hanoï et probablement chez eux, ils sont sympas et nous font un petit prix pour un taxi qui vient nous chercher (et franchement, même s’il y a probablement un petit surcoût, c’est peut être préférable que prendre un taxi au hasard dans la rue … on vous racontera ça plus tard). Du coup hop tôt le matin, le taxi est là et nous attend, hop en route!
Une fois sorti du taxi à la gare routière de Giap Bat, autant vous le dire, c’est l’anarchie! A première vue, il n’y aucune organisation, les bus semblent rentrer et sortir sans aucunes règles, ça grouille de monde, et immédiatement on vous saute dessus pour vous vendre des tickets. Comme ça parait un peu agressif on a tendance à dire non, mais en fait c’est plus ou moins le principe de fonctionnement (on a jamais réussi à trouver les guichets). Avec un peu de méfiance on finit dans un bus en croisant les doigts pour que ce soit le bon (on a toujours pas vu de panneau d’indication non plus) et on est les seuls occidentaux à bord au moment où il démarre. Et ensuite c’est parti pour un peu plus de 2 heures de route moche et grise, et le bus s’arrête inexplicablement à des endroits improbables pour laisser monter et descendre des voyageurs. Les bus fonctionnent comme ça ici 🙂
Enfin, c’est l’arrivée à Ninh Binh. C’est bétonné, gris et moche. On récupère la valise et on prend le premier taxi venu pour faire les derniers kilomètres vers le village de Tam Coc. On avait anticipé et déjà réservé sur internet pour aller Chez Loan, à la sortie du village. C’est un petit hôtel agréable et impeccable, au calme. On a un chouette accueil souriant et francophone. Et « Madame Loan » c’est un peu la star de l’établissement, vous verrez. Le restaurant de l’hôtel est franchement pas mal aussi. On en a profité pour grignoter la spécialité locale : un plat de chèvre grillée (ça se mange très bien). En plus l’hôtel propose gratuitement des vélos pour partir en balade et vous donne toutes les infos pour passer un bon séjour. Vraiment, on valide 🙂
Plus d’infos ici : http://chezloantamcoc.com/

Donc hop, on enfourche les vélos et  direction le temple de Bich Dong à quelques minutes de là vers l’ouest, sur la même route. Sur place, malgré les antivols fournis on est « obligés » de payer le parking pour le vélo. Bon évidemment je pense que c’est un peu du racket à touriste et je me dit que ceux qui ne payent pas ne retrouvent peut-être pas leurs vélos ensuite. Mais comme ça ne coûte quasiment rien hein … Allez hop, on traverse un petit pont de pierre et on y est!

vietnam tam coc chua bich dong

Alors le temple de Bich Dong (grotte de jade) daterait de 1705 quand deux moines bouddhistes ont découverts ce lieu entouré de 5 montagnes (comme des feuilles de lotus). Ils décident alors que c’est un endroit parfait pour construire trois pagodes. Une pagode Inférieure, Moyenne et Supérieure.

vietnam tam coc chua bich dong

vietnam chua bich dong

Les pagodes sont adossées à la falaise et le lieu est vraiment impressionnant.

vietnam tam coc chua bich dong

Personnellement j’ai l’impression que le bouddha Amithaba a laissé son empreinte de pas dans l’escalier! En suivant ces pas, et on grimpant le long de la falaise on arrive dans une succession de petites grottes plus ou moins aménagées en lieux de prières et où on retrouve la statue du bouddha.

vietnam tam coc chua bich dong

vietnam chua bich dong

Enfin on arrive au sommet et on a un panorama splendide sur le paysage. La photo de carte postale c’est ici 🙂

vietnam tam coc chua bich dong

vietnam tam coc chua bich dong

En quittant ce lieu sacré, n’oubliez pas de laisser un petit billet Ho Chi Minh 😉

vietnam tam coc chua bich dong

C’était une visite vraiment agréable et en partie ombragée par des arbres centenaires. Et franchement ça fait pas de mal car il fait maintenant vraiment chaud et l’atmosphère devient étouffante.

vietnam tam coc chua bich dong

Ne récupérez pas tout de suite vos vélos. Là il faut continuer un peu plus loin sur le chemin et dépasser le sommet de la colline juste à côté. Déjà le point de vue est pas dégueulasse 🙂

vietnam tam coc chua bich dong

Ensuite en descendant vers le petit lac, il faut repérer un petit pont en bambou. Vous vous arrêtez là et regardez autour de vous. Au bout de quelques minutes, quelqu’un devrait venir vous voir. C’est le propriétaire du terrain, il faut lui montrer la porte fermée à clé contre la falaise de l’autre côté du petit pont. Vous lui donnez un petit billet, il ouvre et vous le suivez. Wouw que c’est mystérieux! 🙂

vietnam grotte tam coc chua bich dong

De l’autre côté de la porte vous avez droit à la visite de la grotte presque secrète de Bich Dong ! La visite est vraiment marrante car notre guide improvisé est vraiment à fond dans ses explications. Il nous montre chaque recoin de la grotte et parle à toute vitesse en vietnamien, et on ne comprend absolument rien 🙂 Il fait encore plus chaud et moite à l’intérieur.

vietnam grotte tam coc chua bich dong

Franchement si vous êtes dans le coin, même si ce n’est pas la grotte du siècle, ne loupez pas cette petite visite 🙂

vietnam grotte tam coc chua bich dong

Ensuite on revient au parking et on retrouve nos vélos intacts, yeah ! 😉 et il y a même une marque à la craie sur la selle pour vérifier qu’ils correspondent bien à nos tickets, comme quoi en fait, il y avait vraiment une organisation. Il nous reste encore un peu de temps avant le coucher de soleil, hop! on passe en mode course car on a un autre lieu à visiter, Hang Mua, et ça se trouve à quelques kilomètres d’ici. Même si on doit se dépêcher en vélo, le paysage est tellement incroyablement beau, qu’on est obligé de s’arrêter régulièrement pour en profiter 🙂 On aide d’ailleurs des touristes (y compris des vietnamiens) à se prendre en photo avec ce superbe fond en arrière-plan.

vietnam tam coc riziere

On traverse à toute vitesse le village de Tam Coc, ce qui nous permet de repérer un peu les lieux pour la promenade en barque qu’on fera demain matin. Ensuite on prend sur la gauche pour rentrer dans le petit village de Ninh Thang qu’on traverse jusqu’à rejoindre la rivière. Le long de la route c’est un peu tous les clichés du Vietnam : les montagnes en pain de sucre, les rizières, les paysans au travail avec leurs grands chapeaux coniques, des buffles qui nous regardent placidement à côté d’un cimetière coloré, des chèvres qui traversent la route, des enfants qui nous font coucou de la main. C’est idiot mais on se sent bien, vive le vélo le long des rizières 🙂

vietnam tam coc cimetiere

vietnam tam coc riziere

Peu après on rencontre des paysans en galère, une remorque s’est renversée dans la rizière et elle est complètement embourbée. On essaie de les aider à la sortir de la en tirant ensemble sur une corde mais ça ne bouge pas. On est désolés pour eux et on continue la route. Pas toujours marrant la vie dans les rizières finalement.

Juste après un petit pont en béton, il faut prendre à gauche. C’est pas très bien indiqué alors ne le loupez pas. Il y a une petite guérite à l’entrée du site de Hang Mua. Les gardiens discutent tranquillement sur un banc en sirotant un café. On prend deux entrées (50.000 vdn le ticket) et ils nous font comprendre qu’on a encore le temps pour visiter. Cool! On distingue l’escalier en zigzague à flanc de falaise tout au bout de l’allée et on sait qu’on va en baver. Et comme le soleil va bientôt se coucher et que si on veut profiter, il va pas falloir traîner, alors hop hop hop !! en route !

vietnam tam coc hang mua

Hang Mua veut dire ‘grotte de la danse’. En fait la grotte n’est quasiment pas indiquée, elle était d’ailleurs derrière des palissades lors de notre passage, des travaux d’aménagement à l’intérieur je crois. L’histoire raconte qu’en 1258, le roi Trần Nhân Tông cède son trône à son fils et vient fréquemment visiter le lieu pour écouter et admirer les danseuses de la cour royale qui répètent dans la fameuse grotte. La grotte est assez basse et traverse la montagne et permet de rejoindre la rivière de l’autre côté. Mais pas de grotte pour nous, alors on file vers l’escalier pour rejoindre la pagode au sommet de la montagne de la danse.
Et là c’est parti pour 486 marches qui n’ont l’air de rien au début mais qui au fur et à mesures sont de plus en plus grandes à franchir. Ceux qui ont construit ces marches devaient être des géants! 🙂

vietnam tam coc hang mua

Une fois au sommet, ouf, le soleil est encore là et on transpire à grosses gouttes est pas du tout essoufflés. On a une super vue sur la rivière de Tam Coc. On distingue des petits points sur la rivière, c’est des barques. Et demain matin, on y sera.

vietnam tam coc hang mua

Au passage, on n’oublie pas de faire un petit salut au bouddha de la pagode.

vietnam tam coc hang mua

On profite enfin du soleil qui se couche derrière un dragon sculpté posé sur la crête du pic. On grimpe pour regarder tout autour et pour essayer de ne pas en perdre une miette tellement c’est chouette 🙂
(il faut faire attention car mine de rien, c’est juste une chute depuis une falaise à pic de plus de 100 mètres si on fait un faux pas)

vietnam tam coc hang mua

La plaine vers Ninh Binh est un peu noyée dans la brume du soir, mais ça reste vraiment beau à voir.

vietnam tam coc hang mua

Voilà, on a eu notre moment magique durement mérité, avec un timing qui s’est joué à quelques minutes près. Maintenant on peut redescendre tranquillement, no stress. On entend bêler et on distingue des chèvres perchées sur les falaises. Je leur fais un coucou de la main et je leur dit que c’est surement leur cousine que j’ai mangé à midi!

vietnam tam coc hang mua

Avant de quitter le site de Hang Mua, on fait un dernier petit tour et on admire (ou pas) des sculptures colorées. Mais comme il n’y a pas d’explications, bin voilà quoi …

vietnam tam coc hang mua

vietnam tam coc hang mua

Sur le chemin du retour en vélo on essaie de ne pas écraser les canards sur la route, et on constate que la remorque a pu être retirée de la rizière. On traverse le village où les odeurs de cuisines du soir commencent à se faire sentir, les lampions s’allument.

vietnam tam coc riziere

On pédale tranquillement jusqu’à Chez Loan. Une bonne petite douche et on descend au restaurant pour dîner. La salle est presque exclusivement remplie de touristes français. Pas très exotique tout ça mais bon, on vient surtout manger alors on se lance dans une excellente fondue vietnamienne. Notre première du séjour. Et c’est très bon 🙂

Bonne nuit Tam Coc 🙂

<< Jour 2 – Hanoi
>> Jour 4 – Tam Coc – Hanoï