Amsterdam – Oud west , Quartier des musées

Amsterdam – Oud west et Quartier des musées

Le quartier de Oud west, comme son nom semble l’indiquer, se situe au sud ouest de la ville. C’est d’ailleurs ici que se trouvait notre logement (Airbnb dans la rue Witte de Withstraat). Allez on part se promener dans le coin, hop en route!

Si vous êtes dans le secteur, profitez-en pour aller emprunter la petite rue Slatuinenweg. La première raison, c’est déjà que cette rue a une jolie gueule 🙂 des petites maisonnettes mignonnes, qui ressemblent presque à des maisons de poupées. Pas une ne dépasse un étage et c’est assez rare à Amsterdam. (une petite maisonnette ici, ça vaut quand même 600.000 eur … pour se donner un ordre de valeur hein …)

amsterdam rue slatuinenweg maisons

La seconde raison c’est que dans cette rue se cache une surprise cachée. Au n°45 de la rue, il y a un portail avec écrit Natuurtuin Slatuinen dessus. Ce portail est ouvert les jeudi et dimanche après-midi. A l’intérieur on découvre un jardin caché, une oasis de nature en pleine ville. Depuis plus de 25 ans les habitants du quartier ont décidé de reprendre en main un parc laissé à l’abandon par la municipalité pour en fait un véritable écosystème : petit lac, marais, prairie, plantes à fleurs, oiseaux. Un joli coin caché 🙂

En continuant la ballade vers le sud, direction vers d’anciens entrepôts de tramway. En 2014 ils ont été rénovés et à l’intérieur s’est installé Foodhallen (Bellamyplein 51). Il s’agit du premier indoor street food market d’Amsterdam. Le concept est simple : bien au chaud à l’abri et réuni dans un immense hangar, on retrouve un condensé de la street food mondiale, à toutes les sauces et issue de tous les pays. C’est destiné aux locaux comme aux touristes, c’est un peu plus cher qu’ailleurs, ça se la pète un peu, mais ça reste sympa (si on aime le concept d’être dans un lieu super trendy instagramé à outrance et où les selfies sont rois). A voir ou pas donc, en tout cas, ça a au mois le mérite de n’être pas mauvais! 🙂

amsterdam foodhallen street food resto

Plus d’infos ici : http://foodhallen.nl/foodhallen/

Toujours en continuant vers le sud vous arrivez presque immanquablement dans le quartier de Wilhelmina Gasthuis terrein. Cette zone de 12 hectares a pendant longtemps abrité les malades, les pestiférés, les asiles de fous et tout ce que la métropole essayait de soigner (et cacher) loin du centre ville. Avec le temps il est devenu un véritable centre hospitalier tout en gardant un esprit « village ». Quand en 1994 la ville déménage tout le monde dans un nouveau centre hospitalier, il y a des grands débats pour décider l’avenir du quartier. Les squatteurs, artistes, associations de quartiers auront raison de la municipalité et un accord est trouvé pour un faire un quartier artistique, social et associatif. C’est assez étonnant de voir maintenant ces grands espaces au milieu d’une zone très dense et urbanisée. N’hésitez pas à vous y promener au hasard 🙂

A quelques minutes à pieds de là, se trouve l’église de Vondelkerk. En fait elle abrite maintenant des bureaux et des conférences, car elle a été vendu en 1977 pour 1 florin symbolique. Ce genre de reconversion de bâtiment religieux et je trouve toujours assez surprenant, car on n’a pas trop l’occasion de voir ce genre de cas en France.

amsterdam Vondelkerk eglise church

On arrive maintenant au Vondelpark. C’est le plus grand parc urbain d’Amsterdam. Son nom vient de Joost Van den Vondel (sa statue se trouve au milieu du parc). C’est un des plus grands poètes néerlandais, un peu l’équivalent de notre Molière ou de Victor Hugo. C’est un grand parc (48 ha) à l’anglaise. Bon j’avoue en hiver, il n’a pas trop de charme, et on l’a trouvé plutôt triste.

amsterdam parc vondelpark statue

Si vous voulez faire votre footing, faire un foot, un pique nique, ou vous roulez dans l’herbe avec votre chien (pourquoi pas hein), et bien c’est l’endroit idéal.
Sinon durant votre ballade, jetez un œil aux maisons qui se trouvent au sud et qui bordent le parc, on est loin, très loin, de petits cabanons de smicards, des véritables manoirs! 🙂

amsterdam parc vondelpark

En allant vers la sortie (ou l’entrée) principale du parc à l’est, on passe sous un pont, et là hop il faut s’arrêter et regarder à gauche! lieu insolite et caché! D’ailleurs tellement bien caché que si vous ne le connaissez pas, vous ne risquez pas de tomber dessus par hasard. Il s’agit du Vondelbunker. A l’origine lors de la construction du pont juste au dessus en 1940, un bunker pour servir d’abri en cas d’attaque aérienne est aménagé. Dans les années 60 le lieu est utilisé comme club (le Line 3 puis le Studio 7) et ferme à la fin des années 70.

amsterdam vondelbunker salle concert parc park underground

Depuis 2011, une association de bénévoles fait vivre le lieu. C’est à l’arrache, c’est sans argent, et le but c’est juste de faire simple et bien et sans prise de tête. Entrée gratuite, fonctionne grâce aux dons. Ce n’est pas un squat même si ça en a un peu l’air. Bref, à découvrir 🙂
Plus d’infos sur les soirées prévues : https://vondelbunker.nl/

Une fois sortie du parc, il suffit d’aller sur la droite, et hop on arrive sur le Quartier des Musées. Le quartier porte ce nom grâce aux nombreux musées qui se trouvent autour de la grande place gazonnée Museumplein et le plus célèbre est le Rijksmuseum. On y trouve aussi en vrac : le Stedelijk Museum, le Musée Van Gogh et le musée d’art moderne Moco Museum. Cette concentration de musées au même endroit me fait beaucoup penser à Berlin et son ile des musées.

S’il n’y en a qu’un à voir durant votre visite, c’est le Rijksmuseum (l’équivalent du Louvre). C’est le plus grand musée des Pays Bas. Il ouvre ses portes en 1895. Il est entièrement rénové et repensé de 2003 à 2013 (dix ans!) mais à sa réouverture, ça vaut le coup, un musée qu’il est beau! 🙂

amsterdam rijksmuseum musee museum

Le prix d’entrée est un peu cher (17.50€) et attention le musée ferme à 17h! On se laisse facilement dépasser par le temps et après c’est la course pour tout voir avant de se faire choper par les gardiens qui veulent nous mettre dehors 🙂

amsterdam rijksmuseum musee museum

Plus d’infos ici : https://www.rijksmuseum.nl/fr/service-visiteur (et je tiens à signaler que le personnel est vraiment cool, on a retrouvé sans problème une veste perdue dans le dédale de couloirs 🙂 )

Il y a une salle avec d’impressionnantes maquettes de navires, et énormément de pièces liées à l’age d’or de la marine néerlandaise. Il y en a même un peu trop, car j’avoue que les collections de porcelaines et les dentelles, ça m’a franchement laissé de marbre.

amsterdam rijksmuseum musee museum maquettes bateaux

Bon et sinon, il y a tout de même de très grands noms de la peinture. Et c’était vraiment chouette de découvrir « en vrai » ces œuvres. Par exemple Vermeer avec sa célèbre laitière. Mais personnellement c’est la femme en bleue que je préfère. Une touche très moderne pour un tableau du XVIIe siècle, j’achète! ça ira bien dans mon salon ! 🙂

amsterdam rijksmuseum musee museum vermeer laitiere femme bleue courrier

Un petit coup de cœur aussi pour cette rivière au clair de lune de Aernout van der Neer.

amsterdam rijksmuseum musee museum aernoudt neer rivier de nuit

Évidemment il y a aussi du Rembrandt, l’un des plus importants peintres de l’École hollandaise du XVIIe siècle, avec par exemple ces célèbres autoportraits.

amsterdam rijksmuseum musee museum rembrandt autoportrait

La pièce principale du musée, c’est la Ronde de Nuit de Rembrandt. En fait la scène se passe de jour mais le bitume utilisé comme liant dans sa peinture a tendance à s’encrasser et brunir au fil des ans. Ce tableau devenant de plus en plus sombre a pris le titre de Ronde de Nuit.
amsterdam rijksmuseum musee museum rembrandt ronde de nuit
Il y a sincèrement énormément de choses à voir et je ne vais pas vous embêter avec trop de photos, mais c’est clairement un musée testé et validé 🙂
Une fois dehors, une statue nous indique le chemin à suivre, un autre musée?  ok, c’est tout droit ? merci, on y va!
 
amsterdam rijksmuseum musee museum statue

 

Et bien hop, juste en face donc, il y a cette bâtisse avec écrit Moco dessus, c’est justement là qu’on va. C’est le Modern Contemporary Amsterdam Museum. Il est ouvert depuis 2016 dans une belle maison d’architecte qui date de 1904. J’avoue que le contemporain c’est pas toujours ce que je préfère, mais la, expo sur Banksy, alors je me dis banco, on y va illico!

amsterdam moco museum

Et effectivement il y en a du Banksy. Et il y a aussi beaucoup, beaucoup, beaucoup de monde. Comme le musée n’est pas très grand, ça devient vite la bousculade, et on se croirait un peu dans la ligne 13 du métro à Paris de bon matin (pour les connaisseurs).

amsterdam moco museum banksy

Et puis (c’est un avis personnel) très rapidement, je trouve que du street art dans un musée, et d’autant plus du street art dénonçant l’art, le fric et les institutions … dans un musée donc, ça perd tout son sens et c’est chiant. Et d’autant plus quand tout le monde se prend en selfie devant. Le street art, c’est dans la rue et puis c’est tout!

amsterdam moco museum banksy

Bref j’aime Bansky mais je n’aime pas ce musée. Il y a un côté trop « disneyland » … ah bin tiens, justement quand on en parle …

amsterdam moco museum banksy

amsterdam moco museum mickey

Il y avait à ce moment là aussi une rétrospective sur Roy Lichtenstein. Et si vous aimez Andy Warhol, il y en a aussi. A vous de voir si ça vaut le coup de passer cette visite dans votre balade …

amsterdam moco museum roy lichtenstein van gogh

Plus d’infos ici : https://mocomuseum.com/

Et pour fumer ?

– Le Coffeeshop Club Media (). Peut être pas le meilleur de la ville, mais un personnel vraiment très sympa.
Site web

La suite des autres quartiers d’Amsterdam 🙂

Amsterdam – Jordaan et Grands canaux

Jordaan et Grands Canaux

Pendant l’âge d’or de la ville au XVIIe siècle,  quatre grands canaux ont été creusés à l’ouest de Centrum. Ils forment le quartier des Grands Canaux et de Jordaan.
Le premier grand canal est le Singel, qui correspond aux anciennes douves des vieilles fortifications médiévales de la ville.  Ensuite c’est le Herengracht, le canal des praticiens. La partie de ce canal au sud de la ville, entre les rues  Leidsestraat et Vijzelstraat, est d’ailleurs un des quartiers les plus prestigieux de la capitale. C’est ici que les plus riches familles se sont installées, et de là vient son surnom la Courbure d’Or (Gouden Bocht).  Le grand canal suivant est le Keizersgracht, Canal de l’empereur (en l’honneur de l’empereur du Saint Empire Romain Germanique Maximilien Ier). Et enfin, il y a le Prinsengracht, Canal du Prince (en l’honneur de Guillaume Ier d’Orange-Nassau).

Allez on enfourche son plus beau vélo et hop en route, c’est parti pour la ballade! 🙂

amsterdam canal velo

On va découvrir le quartier en allant du nord au sud. Le point de départ, c’est le quartier de Brouwersgracht (qui a d’ailleurs son propre canal du même nom). C’est l’ancien quartier des brasseurs et il est souvent oublié dans les visites d’Amsterdam, alors qu’en fait, il est vraiment très cool. Au hasard des ruelles, des petits commerces, des terrasses de bars et resto sympas, on peut voir les grandes maisons qui ressemblent à des hangars. A une époque, boire de la bière était même moins risqué que de boire de l’eau, les habitants ont vite fait le bon choix! 😉 Il y avait en effet de nombreuses brasseries le long du canal et la production de bière était une importante source de richesse pour la ville.  Le destin le plus célèbre est celui de Gerard Heineken qui rachète une brasserie à Amsterdam en 1864 et fondera ensuite un des plus grands empires de la bière mais c’est une autre histoire 🙂

amsterdam facades maisons

Si vous faites attention, comme sur le fronton de cette maison en photo, vous verrez souvent le symbole XXX à Amsterdam. Rien à voir avec l’industrie du porno! Ces trois X font parties du blason d’Amsterdam, inspiré des armoiries du chevalier Persijn, le premier seigneur de la ville, et qui reprend la croix de St André, saint patron des pêcheurs, les tout premiers habitants d’Amsterdam.

Si au hasard de vos balades vous passez près de l’Amsterdam Cheese Museum, passez votre chemin, une boutique attrape touriste (et puis de toute façon les meilleurs fromages sont en France c’est bien connu! 😉 ) . Le quartier de Jordaan est assez bobo je trouve, et ce qui m’a le plus marqué, ce sont vraiment les grandes fenêtres des habitations, sans rideaux, et qui donnent directement sur les intérieurs des maisons. Cette absence d’intimité me parait toujours incroyable. Voir un type manger seul à table chez lui, collé à sa fenêtre et être dans la rue à 20 cm de lui et il fait un signe de tête « salut ça va ». Voir deux mecs mater un film vautrés dans leur canapé. Voir, voir, voir … On passe son temps à voir chez les gens, c’est assez perturbant. Je me demande presque si en fait ce ne sont pas des acteurs payés par la ville pour faire « genre c’est comme ça les Pays-Bas » 🙂

En descendant vers le sud on repère forcément à un moment le plus haut clocher d’Amsterdam (85 m de haut). C’est la Westerkerk (l’église de l’ouest). Amsterdam possédait des églises catholiques qui ont ensuite étaient récupérées par les protestants. Mais la Westerkerk est la première grande église construite pour les protestants. Au XVIIe siècle, tout le quartier Jordaan est en pleine expansion. Les réfugiés des campagnes, les riches exilés d’Europe, tout le monde afflue aux Pays-Bas. Pour satisfaire cette population qui multiplie le nombre d’habitants de la ville par dix en moins d’un siècle, la Westerkerk est bâtie en 1631. Pendant longtemps, on enterrait à l’intérieur des églises, et la tombe de Rembrandt se trouve ici.
amsterdam westerkerk eglise canal nuit clocher tour
Collée à l’église se trouve la statue en souvenir d’Anne Franck, qui est photographiée non stop par tout le monde (moi y compris) et la maison qui est derrière est donc la plus photographiée d’Amsterdam, mais elle n’a rien à voir avec Anne Franck, c’est celle du sacristain de l’église 🙂
La maison d’Anne Franck, se trouve au 263 Prinsengracht. Et en fait je ne connaissais pas vraiment son histoire, et c’est presque par hasard, quelques semaines avant de partir à Amsterdam, que j’ai lu cette très belle BD le « Journal d’Anne Frank » (Nadji Scelsi) et que je vous conseille d’ailleurs. J’ai donc découvert un peu plus précisément son histoire. Cette fille de 13 ans, d’une famille réfugiée juive allemande à Amsterdam et qui notera dans son journal intime les 2 ans vécut cachés dans une maison pour échapper aux nazis. La famille sera finalement dénoncée un peu avant la fin de la guerre et Anne Franck meurt du typhus dans un camp de concentration. Son père, le seul survivant de toute la famille, découvre le journal intime de sa fille et décide de le publier comme un témoignage poignant. Depuis, le journal d’Anne Franck a été publié plus de 30 millions de fois et traduit en 70 langues.
amsterdam anne frank maison statue juive
Et la maison d’Anne Franck alors ? et bien on ne l’a pas visité. Trop de monde en mode pizzas soda selfies, pile dans l’ambiance quoi. Mais il parait que la visite est intéressante.
Pour préparer votre découverte du musée, c’est ici : https://www.annefrank.org/en/
Toujours à côté de la Westerkerk se trouve un petit monument assez discret en forme de grand triangle rose débordant sur le canal, c’est le Homomonument. Il est en hommage à toutes les victimes dans le monde à cause de leur homosexualité. Il est inauguré en 1984.
amsterdam homosexuel homo gay monument

Et pour manger et boire un verre au fait ?

– Je vous conseille un très chouette restaurant, le Moeders (Rozengracht 251). Plutôt dans le genre plats typiques de la gastronomie néerlandaise (oui ça peut faire peur haha), mais on a très bien mangé, décoration très chouette et service agréable. Testé et validé 🙂
http://www.moeders.com/nl/thuis

– Le Café ‘t Smalle (Egelantiersgracht 12) est pas mal non plus, ambiance boisé, posé et tranquille, on s’y sent bien.
http://www.t-smalle.nl/

Et pour fumer ?

– Le coffee-shop Amnesia (), tranquillement posé au bord du canal Herengracht est réellement un spot très agréable 🙂
Page facebook
Si on traverse les canaux en direction du centre, sur un petite place aménagée sur un pont au dessus du canal Singel, il y a la statue de Multatuli. Très honnêtement, je n’avais aucune idée de qui il s’agit, mais je me suis dit « une grande statue = un grand homme ». Après quelques recherches, voici donc l’histoire : Eduard Douwes Dekker, dit Multatuli (du latin multa tuli : « J’ai beaucoup supporté »), était fonctionnaire aux Indes Néerlandaises, à l’ouest de l’ile de Java. Ce qui est maintenant l’Indonésie était alors occupée par les néerlandais qui en avait fait leur colonie et toutes les richesses du pays étaient pillées allègrement et les habitants étaient une main d’œuvre proche de l’esclavagisme. Ecoeuré par ce système, Eduard donne sa démission en 1856, et en 1860 il publie un roman quasi autobiographique appelé « Max Havelaar« .
amsterdam statue multatuli
Ce roman raconte le sort très dur réservé aux indonésiens dans les plantations de café (qui était l’or noir de l’Indonésie), la corruption et l’inaction totale de toutes les voies hiérarchiques face à ce drame. Le roman aura un énorme retentissement aux Pays-Bas et permettra de rétablir un peu d’éthique dans les colonies. Depuis, une célèbre association a repris le nom du héros, et voilà. La prochaine fois que vous boirez du café Max Havelaar vous aurez une pensée pour Eduard Douwes Dekker (si en tout cas vous vous rappelez de son nom!).
A une centaine de mètres de là se trouve une rue assez particulière, c’est la Raadhuisstraat. En 1895, il y a des travaux de réaménagement dans la ville, un canal voisin est bouché pour permettre la circulation et ouvrir une grande avenue jusqu’au Palais, mais il y a un souci avec deux rues à rejoindre mais qui ne sont pas alignées. Le résultat, c’est plusieurs pâtés de maisons démolies et à la fin on a la Raadhuisstraat, avec sa grande courbe et sa très belle galerie couverte 🙂
amsterdam rue boutiques

Un peu plus au sud, sur la place d’Elandsgracht se trouve plusieurs statues de musiciens. Des grands compositeurs classiques ? Est-ce que Mozart a vécu ici ? et bien non, ce sont d’illustres inconnus pour nous mais ils sont assez célèbres dans la culture populaire des Pays-Bas, comme le fameux duo Johnny Jordaan & Tante Leen. Vous n’êtes pas obligé de faire un détour pour les voir 😉

amsterdam elandsgracht statues musiciens

Dans la série « statue insolite« , allez à la station Bloemgracht sur Tweede Marnixplantsoen. Avec un peu de chance dans le petit square, vous verrez peut être cette statue de l’homme invisible avec un violon. Pourquoi « avec un peu de chance » ? et bien car cette statue, est anonyme, et elle apparu mystérieusement ici, une nuit en 1982.  Personne ne sait qui l’a sculptée et ce qu’elle fait là. La municipalité a décidé de la laisser en place. Puis quelques années plus tard, elle a tout aussi mystérieusement disparu pour réapparaitre peinte en bleue.
amsterdam statue homme invisible violon
Aux dernières nouvelles, il semblerait que l’homme invisible se soit encore fait la malle.
Si vous voulez en savoir plus sur les statues mystérieuses d’Amsterdam.

Il faut toujours avoir l’œil ouvert à Amsterdam pour profiter des curiosités qu’on découvre au hasard des rues 🙂

amsterdam insolite rue jordaan

En continuant la balade, le long du canal Singel, et à proximité du clocher de la Munttoren (la Tour de la monnaie), se trouve le célèbre Bloemenmarkt. C’est LE marché aux fleurs d’Amsterdam. Il est permanent depuis 1883 et est ouvert toute l’année (sauf le dimanche). A l’origine les vendeurs de tulipes venaient en barques et s’amarraient le long du canal. Maintenant les barques sont remplacées par des petites échoppes mais le tout reste flottant, fidèle à la tradition.
amsterdam bloemenmarkt marche fleurs
Concrètement, il n’y a pas beaucoup d’intérêt. Les boutiques sont de plus en plus remplies de babioles et souvenirs made in China. Il y a de moins en moins de fleurs et de tulipes. Et c’est principalement des bulbes qu’on peut acheter ici, et pas forcément de la meilleure qualité d’ailleurs. Si vous voulez acheter un cadeau « made in Amsterdam made in China » à votre grand mère, et bien c’est ici!
amsterdam bloemenmarkt marche fleurs
Ah et les photos sont interdites il parait 🙂
On continue la balade, et il y a toujours un peu de romantisme à la Venise ici.
amsterdam canal peniche
En continuant vers l’Est, jusqu’à l’extrémité des grands canaux, on arrive à la Place Rembrandt (Rembrandtplein). Ici, en plus d’un petit marché d’artisans et des boutiques éphémères le week-end, il y a au beau milieu de la place sur un piédestal, la statue de Rembrandt. Elle date de 1852, en hommage au peinte le plus illustre de l’age d’or néerlandais. Et aux pieds du peintre, il y a tout un tas d’autres personnages. Ils proviennent tous d’un des tableaux les plus célèbres de Rembrandt, qu’on peut voir au Rijksmuseum d’ailleurs, c’est la Ronde de Nuit.
amsterdam rembrandt monument statues
En allant un peu au sud le long de l’avenue Vijzelstraat, il y a sur la droite un gros édifice à l’architecture très particulière, c’est le De Bazel (un exemple de brick expresionnism). Sa porte d’entrée est assez particulière si on y jette un œil. D’un côté une statue qui cache pudiquement sa poitrine et de l’autre côté la statue nous montre ses seins d’un air presque amusé. C’est une boite de striptease géante alors ici ? Et bien non, il s’agit du bâtiment de la très sérieuse Société de commerce néerlandaise (Nederlandsche HandelMaatschappij). Depuis, cet énorme bâtiment des années 20 abrite aussi les archives municipales, des centres de conférences, etc …
amsterdam Nederlandsche Handel-Maatschappij
Juste à côté du De Bazel, se trouve un musée très intéressant, c’est le FOAM. De son vrai nom FOtografiemuseum AMsterdam, c’est un musée de la photo. Mélange d’expo temporaires et permanentes. L’extérieur ne paye pas de mine, mais l’intérieur vaut vraiment le coup.
amsterdam foam musee photo
On a eu la chance de tomber sur une impressionnante expo sur Jacob Riis. Qui sait ce que le sort vous réservera 🙂
amsterdam foam musee photo
amsterdam foam musee photo
Plus d’infos ici : https://www.foam.org/francais
Si par hasard vous passez au square de Frederiksplein, juste en face de l’immeuble de la banque nationale (DNB / De Nederlandsche Bank), il y a un grand square, et un arbre mort par terre. En fait il s’agit plutôt d’une statue d’arbre mort. Mais qu’est-ce que ça signifie ?
amsterdam Walraven van Hall statue arbre memorial banque
Il y a une petite plaque en hommage à Walraven van Hall. Ce nom complètement inconnu est un héros national. Alors qu’il travaille comme trader à la banque néerlandaise, en 1940 le pays est envahi par l’armée allemande et les nazis prennent le contrôle. Rapidement il s’engage du côté de la résistance, et avec l’accord des dirigeants néerlandais en exil à Londres, il lance une énorme opération. Pendant plusieurs années, il va voler de l’argent à la banque et financer tous les réseaux de résistants du pays. C’est pratiquement l’équivalent de 500 millions d’euros qu’il parvient à faire sortir de la banque sous le nez de ses supérieurs et des nazis. Surnommé le banquier de la résistance (il était aussi considéré comme le coordinateur de tous les groupes de résistants du pays), il est dénoncé et arrêté juste avant la fin de la guerre et fusillé par les nazis. L’arbre mort, représente « le géant tombé à terre ». Il y a un film sorti récemment sur cette histoire : The Resistance Banker.
Et il y a encore plein de secrets et de lieux insolites à découvrir le long des canaux, alors on ne perd pas de temps, on ouvre grand les yeux et hop en route! 🙂
amsterdam museumbrug canal
La suite des autres quartiers d’Amsterdam 🙂

Amsterdam – Centre

Amsterdam – Centre

Bienvenue à Amsterdam. Il y a de grandes chances pour que votre arrivée dans la ville se fasse en train et donc, vous voici en gare d’Amsterdam. Alors que l’intérieur de la gare est très moderne (et même très bien organisé je trouve), une fois dehors en voyant la façade on s’aperçoit qu’on est devant un sacré bâtiment classé « monument national ».
amsterdam gare
La gare a été construite en 1889 et repose sur des pilotis ! (3867 il parait). Tout le sable et la terre issu des travaux du grand canal du nord ont permis de créer l’ile artificielle où elle est située.
Même si la façade historique a « du cachet » comme on dit, durant votre séjour, pensez à faire un tour à l’arrière de la gare pour voir la grande verrière moderne digne d’un aéroport.
amsterdam gare
Si les distributeurs de billets & tickets de bus etc ne fonctionnent pas bien dans la gare, pas de panique, en sortant, juste devant vous sur votre droite se trouve l’office de tourisme qui en vend, et il est idéalement situé dans une petite maisonnette charmante.
Ensuite au choix : le métro, les bus et les tramways sont directement à votre portée. Il est aussi super facile de rejoindre le centre à pieds, il suffit d’aller tout droit, il n’y a pas plus simple.
Il suffit de suivre le Damrak, c’est l’artère principale de la ville, qui relie la gare au Dam, la grande place de la capitale. Damrak, c’était le nom de l’ancienne rivière (prolongement de la rivière Amstel, oui comme la bière) qui traversait la ville à l’origine et qui a été comblée pour devenir une grande rue.
En marchant, on longe un énorme bâtiment en briques (141m de long), c’est la Bourse d’Amsterdam, aussi appelée Bourse de Berlage (du nom de son architecte). Construit de 1898 à 1903 dans un style moderne et art nouveau, le bâtiment abrite donc la Bourse d’Amsterdam, en remplacement de l’ancien établissement tombé peu à peu en ruine. Car il faut savoir qu’Amsterdam est considéré comme la première ville du monde à avoir eu une place boursière. En 1602, les hollandais fondent la Compagnie des Indes Orientales et sont sans cesse à la recherche de financements pour leurs opérations commerciales, et tout ça se réuni et s’organise dans un même lieu et hop la bourse est née.
amsterdam bourse berlage
Aujourd’hui ce bâtiment abrite aussi l’orchestre philharmonique néerlandais, des salles d’expositions et conférences, et un musée de la bourse.
En continuant l’avenue on arrive sur le Dam, c’est la plus grande place de la capitale. C’est le centre historique de la ville. C’est ici qu’à été construit un barrage (dam) sur la rivière Amstel en 1270. Le petit village à côté du barrage a reçu l’exonération des taxes de péages et ça lui a donné un avantage décisif sur le commerce et petit à petit, le village est devenu la ville d’Amsterdam a prospéré autour de ce vieux pont-barrage. Il n’en reste plus rien mais tout a commencé ici.
amsterdam place centrale
Est-ce que la place est belle ? Franchement j’ai pas aimé. C’est Tourist-land, grandes boutiques partout, H&M & co, pizza & burgers, vendeurs à la sauvette, hordes de pigeons, et la foule, bref que du bonheur haha! 🙂  Si ça vous tente il y a le musée de cire de Madame Tussauds (sur la droite de la photo) ouvert en 1970 (c’est d’ailleurs le premier ouvert à l’étranger après la création de celui de Londres).
Il y a un grand monument blanc dans un coin de la place, c’est le Monument National, construit en 1956 en hommage aux soldats morts pendant la Seconde Guerre Mondiale.
amsterdam monument national statue
Voili voilou, et maintenant ça sert d’avantage de point de rassemblement que de point de recueillement.
De l’autre côté de la place, il y a ce grand bâtiment (gris et moche?). C’est le Palais Royal d’Amsterdam. Là aussi je ne suis pas vraiment emballé. Peut être qu’après une bonne rénovation il aurait meilleure allure (le grès utilisé pour la façade s’assombrit chaque année). Il faut tout de même lui reconnaitre qu’il n’est pas jeune du tout, il a été construit entre 1648 et 1665.
amsterdam palais royal
Au moment de sa construction c’était le plus grand bâtiment administratif du monde et une immense fierté pour les habitants qui le surnommait « la 8e merveille du monde ». C’était le symbole de la puissance d’Amsterdam et il a couté une véritable fortune (8.5 millions de florins, pour l’époque ça doit faire beaucoup). Lui aussi est sur pilotis, il y en a 13 659 en dessous. Ce qui est assez bizarre quand on est devant c’est qu’on se demande où est la grande porte d’entrée monumentale ? Et bien il n’y en a pas! A la place, il y a 7 petites portes discrètes qui représentes les 7 provinces unies .
En 1808, Louis Bonaparte (le frère de Napoléon) qui est alors roi de Hollande décide de s’installer à Amsterdam et change l’hôtel de ville en un palais royal. Il fait réaliser quelques aménagements intérieurs, changement de mobilier, etc … mais rien à faire, le palais ne lui plait pas vraiment et il en fait un musée royal (avant d’être chassé de Hollande par Napoléon en 1810 car son frangin ne respectait pas sa volonté mais ça c’est une autre histoire). Depuis le palais est utilisé par la monarchie pour les grands évènements, expositions et les réceptions officielles en ville.
Pour la visite, ça se passe ici : https://www.paleisamsterdam.nl/en/
amsterdam palais royal
La vue de la façade arrière du même palais depuis la rue Nieuwezijds Voorburgwal. C’est toujours pas folichon hein … Ah tiens, si vous faites attention, juste en face vous verrez un grand W lumineux, le symbole de Largo Winch ?.. presque .. c’est le W, un super hôtel de luxe, si vous avez les moyens quoi.
Autour de la grande place, il y a un autre édifice qu’on ne peut pas louper, avec sa grande façade gothique, c’est la Nouvelle Église, De Nieuwe Kerk. Il y avait déjà une grande église à Amsterdam (Oude Kerk, la vieille église, qu’on verra plus loin d’ailleurs), mais en 1408 elle commence à être trop petite pour le nombre de fidèles qui ne cesse de grandir. L’évêque d’Utrecht autorise sa construction, et un riche marchand cède un terrain et donne l’argent. Hop, une belle église gothique! Après quelques incendies, une reconstruction en 1645 et un grand dépouillement de l’intérieur quand le pays est passé au protestantisme, l’église est toujours là. C’est ici que prêtent serment les souverains des Pays-Bas (ils ne sont pas couronnés) et c’est le lieu des grandes expositions (cette fois là, c’était Jeff Koons, et pas moyen de cautionner cet « artiste » alors pas de visite na!).
amsterdam De Nieuwe Kerk
Plus d’infos pour les visites sur le site officiel : https://www.nieuwekerk.nl/en/
En face de l’autre côté de la rue, il y a un grand bâtiment avec une façade dans le style néogothique et néo-renaissance hollandais (si si), datant de 1899. C’est l’ancien bureau de poste de la ville (un gros truc pour du courrier!). Il est vendu en 1987 à des promoteurs qui l’ont reconvertis en centre commercial, c’est maintenant le Magna Plaza. Même si vous n’avez pas envie de faire du shopping, ça vaut le coup de rentrer y jeter un œil 🙂
amsterdam centre commercial magna plazza
Ensuite, on s’engage dans la petite rue de Kalverstraat. Elle est assez étroite, mais sur 750 mètres de long il y a plus de 150 boutiques en tout genre. C’est la rue la plus chère de la capitale (et la plus chère au Monopoly hollandais), et il y a vraiment beaucoup, beaucoup de monde.
Cette rue a aussi servi à la renommée d’Amsterdam, car le 16 mars 1345 un miracle s’est produit ici. Dans cette rue, quelqu’un recevait donc les derniers sacrements sur son lit de mort. On lui donne l’hostie, mais à cause de la maladie, il la rejette en vomissant. Comme on ne jette pas une hostie à la poubelle, elle est mise au feu dans la cheminée. Le lendemain matin dans les cendres, on retrouve l’hostie intacte! Le prêtre la ramène discrètement à l’Oude Kerk mais le lendemain, on la retrouve au même endroit dans la maison du mort. Miracle ! L’évêque d’Utrecht confirme le miracle, et une grande procession est réalisée pour l’amener à l’église et cette fois, elle ne s’échappe plus. Une chapelle est construite à la place de la maison du mort. Cet évènement a fait beaucoup de bruit et le buzz à fait venir de nombreux pèlerins dans la ville … et qui dit pèlerins dit business 😉 Même l’empereur Maximilien d’Autriche de passage dans la ville y fera un tour car malade. Il prie dans la chapelle pour être guéri et hop il va mieux, miracle! En remerciement il permet à Amsterdam de rajouter la couronne impériale à ses armoiries (sympa). Hélas, pas la peine de rêver pour d’autres guérisons miraculeuses, la chapelle a été détruite en 1908.  Depuis, tous les ans de nombreux fidèles continuent de commémorer ce miracle en faisant une marche silencieuse dans cette rue (car pendant longtemps les protestants interdisaient cette marche) jusqu’à l’Oude Kerk, c’est la Stille Omgang.
Bon revenons à notre rue miraculeuse. Alors que vous vous frayez un passage à travers la foule, au milieu des boutiques à souvenirs,de fringues, de baskets, et des pizzerias, mauvais coffee shop et bars à shisha, arrêtez vous devant le MacDo. Mais pour quoi faire me direz vous ?? Et bien regardez sur le trottoir d’en face, au n°58, il y a une façade étroite avec un style ancien. Étrange, ça mérite d’y jeter un œil. On entre et paf! on se retrouve au calme dans une église secrète cachée!
amsterdam eglise st peter paul insolie secrete cachee
C’est l’église « Perroquet » (papegaai). Elle doit ce surnom bizarre à la boutique d’oiseaux qui servait de façade et de « couverture ». Son vrai nom c’est l’église HH. Saints Pierre et Paul. Le culte catholique était interdit par les protestants, et les églises clandestines devaient rester cachées. Celle là date de 1700. Que vous soyez croyants ou non, c’est assez surprenant de se retrouver ainsi au calme en deux secondes en venant de la rue bondée!
Toujours dans la même rue un peu plus loin au n°92, un minuscule passage part sur la droite pour passer sous un porche, c’est ouvert, bon bin hop en route on va voir quoi! 🙂
On découvre un autre lieu caché. C’est l’Amsterdam Museum. Ça commence par une grande cour intérieure au calme avec un café terrasse sympa, le Museumcafé Mokum, un véritable havre de paix. Le lieu est assez particulier, car on est dans les anciennes étables de l’abbaye de Saint-Lucien, fondée en 1414. Il y a plein d’infos historiques intéressantes à lire tout autour.

amsterdam museumcafe mokum terrasse etable

Pour la visite de l’Amsterdam Museum, ça se passe ici : https://www.amsterdammuseum.nl/fr
On ne l’a pas fait et il parait que ça explique entre autre la vie d’un vieil orphelinat avec reconstitution et tout. On a préféré prendre le passage couvert juste à côté, la galerie de la garde civile. C’est gratuit et rempli de nombreuses œuvres d’art hollandaises de toutes les époques (du contemporain aussi), et aussi … les statues de David et Goliath en bois, datant du XVIIe siècle et qui servaient d’attraction dans un parc … (sur place regardez de plus près la tête de David, il y a de quoi rire haha).
amsterdam david goliath statue

Toujours dans le coin, il y a encore un lieu caché! On y accède par la petite ruelle Gedempte Begijnensloot (ou par une petite porte discrète, sur la place Spuiplein ,avec écrit Bagijnhof juste au dessus). On franchit un petit portail et on se retrouve dans une grande et vaste cour intérieur. C’est calme, paisible et c’est beau. C’est le Béguinage d’Amsterdam.

amsterdam beguinage begijnohf park parc caché

Qu’est ce que c’est donc ? C’est ici où vivaient les béguines. Au moyen-age les couvents étaient souvent surpeuplés, alors des femmes fondaient des communautés auto-gérées, laïques et semi monastiques. C’est un peu l’équivalent des nonnes mais avec un peu plus de libertés. Ce sont les béguines.

Après la construction de l’abbaye voisine, on fit construire dans cette grande cour médiévale des maisons pour héberger les béguines. Pendant la répression contre les catholiques, elles furent autorisées à rester ici car les maisons étaient leurs propriétés privées. C’est d’ailleurs ici que se trouve une des plus anciennes maisons d’Amsterdam, avec une façade noire en bois et date de 1470, surnommée Het Houten Hous. C’est aussi la dernière maison en bois de la ville car suite à de terribles incendies, à partir de 1521 toutes les maisons devaient être en briques.

amsterdam beguinage begijnohf park parc caché statue

L’église réformée anglicane qui trône au milieu de cette cour intérieure peut se visiter mais il n’y a pas grand chose à voir à l’intérieur (elle ferme tôt) http://www.ercadam.nl/
amsterdam beguinage begijnohf park parc caché eglise statue
Il y a une béguine célèbre, Cornelia Arens. Elle a décidé qu’à sa mort elle ne serait pas enterrée à l’église anglicane (la coutume voulait qu’on soit enterré dans les églises) mais elle préférait être enterrée dans le caniveau! En fait ses parents s’étaient convertis au protestantisme et elle voulait faire pénitence pour eux, le sens du sacrifice tout ça. A sa mort donc en 1654, rien à faire, on l’enterre dans l’église … mais le lendemain, miracle! son cercueil est dans le caniveau à l’extérieur de l’église. On recommence l’opération et trois fois de suite, son cercueil se retrouve « miraculeusement » dans le caniveau dehors. Finalement sa dernière volonté est respectée et elle enterrée là. Donc si vous êtes attentifs, près de l’église, vous verrez une plaque au sol qui marque l’emplacement de sa tombe.

Juste en face de l’église anglicane, il y en a une autre très discrète, encore une église cachée, à l’intérieur d’une maison. C’est la chapelle catholique du Béguinage. La cohabitation entre catholiques et protestants n’était vraiment pas bonne …

amsterdam beguinage begijnohf park parc caché eglise
La dernière béguine qui vivait ici est morte en 1971. Maintenant, toutes les maisons sont habitées par des particuliers, et ils voient défiler chaque jour des centaines de touristes…
(attention aux horaires, ouverture de 9h à 17h pour le public).
En partant vers l’est on arrive au métro Rokin et il y a la statue d’une dame à cheval. Ce n’est pas n’importe qui, il s’agit de la reine Wilhelmine. Pour les hollandais c’est un des plus grands personnages du pays au XXe siècle. C’est la reine du pays de 1890 à 1948.
amsterdam statue equestre reine wilhelma
Elle permet aux Pays-Bas de rester « neutres » pendant le Première Guerre mondiale. En 1940, quand le pays est envahi par les nazis sans déclaration de guerre, elle s’enfuit avec la famille royale et s’installe en Angleterre. Elle renie son premier ministre qui essaye de négocier avec Hitler. Elle empêche le rachat par les nazis de la compagnie pétrolière Dutch Shell en faisant monter le prix des actions grâce à sa fortune. Elle essaie d’organiser les poches de résistances du pays. Churchill dira d’elle que c’était « le seul vrai homme parmi tous les chefs d’états réfugiés à Londres ». Elle abdiquera pour sa fille Juliana en 1948 et meurt en 1962. Bref, les néerlandais l’aiment bien!
On remonte ensuite au nord de la vielle ville, en direction de la Vieille Église d’Amsterdam, De Oude Kerk. C’est un des plus vieux monuments de la ville. Sa construction a commencé en 1306, d’abord comme une petite église pour les pécheurs du village qu’était Amsterdam à l’époque. Elle devient ensuite un lieu de pèlerinage suite au miracle de l’hostie (voir plus haut). Un siècle plus tard, le village est devenu une grande ville et une nouvelle église est bâtie (De Nieuwe Kerk), et de fait, cette église devient la Vieille église (De Oude Kerk).
amsterdam oude kerk vieille eglise
Au moins 10.000 personnes ont été enterrées sous le dallage de l’église depuis son origine, la dernière date de 1891. Le clocher mesure 67m. L’entrée est payante et il y a régulièrement des expositions à l’intérieur … se renseigner.
Infos et visites sur le site officiel : https://oudekerk.nl/en/
Bonus, en faisant le tour de l’église vous verrez un joli petit jardin clôturé, c’est ici que se trouve De Koffieschenkerij. C’est un très chouette café 🙂
Ah mais au fait, on est dans le quartier De Wallen, mais il est surtout connu pour son autre nom, le Quartier Rouge. Mondialement connu. C’est ici qu’on retrouve la majorité des prostituées derrière des vitrines, éclairées de néons rouge et rose la nuit. Oui, la prostitution est légale aux Pays-Bas. Toutes les travailleuses du sexe ici ne sont pas esclaves. Elles louent leur « lieu de travail ». Ne pas aller dans ce quartier, c’est fermer les yeux sur une réalité, voir même une banalité de la ville. Y participer c’est encourager les possibles trafics. Bref à vous de faire votre choix. Si vous aimez l’ambiance des rues où ça sent la bière et le cannabis, et où des groupes de mecs bourrés se marrent devant les vitrines en se faisant aguicher par des filles quasi à poil, c’est pour vous. En tout cas on peut très bien y passer sans que rien de grave n’arrive. Ça reste un quartier « chaud » dans tous les sens du terme, il suffit de faire attention. Et le labyrinthe de vieilles ruelles étroites vaut tout de même le coup. Il y a même un air de Venise à certains endroits 🙂
amsterdam canaux centre
Un peu plus loin, en rejoignant la rue Zeedijk on rentre dans le Chinatown d’Amsterdam. Et le lieu le plus emblématique de la rue, c’est ce grand temple asiatique.  C’est le temple Fo Guang Shan Holland, fondé par des bouddhistes chinois implantés à Taïwan
amsterdam fo guang temple asiatique
Entrée libre et gratuite de 12h à 17h.
Au bout de la rue on arrive sur la place du Nieuwmarket et au centre se trouve le Waag. Sur la place du Nouveau marché, vous aurez de bonnes chances de tomber sur un marché saisonnier, un marché aux puces etc ..  Les canaux qui passaient ici ont été bouchés et des maisons détruites pour permettre la construction du métro et le passage d’une voie rapide. Le métro est là, mais pas la route, et tant mieux 🙂 Le Waag, c’est une ancienne porte d’entrée de la ville médiévale, à l’époque où il y avait encore une muraille fortifiée tout autour.  La bâtiment abritera ensuite des guildes et corporations, et tombera un peu dans l’abandon avec le temps. Maintenant, c’est un resto plutôt chic.
amsterdam waag neumarket
En s’éloignant un peu vers l’est, il y a un édifice assez spectaculaire je trouve. Isolé dans l’angle d’une avenue et d’un canal, il ne laisse pas indifférent avec son étrange architecture. C’est le Scheepvaarthuis, l’ancienne maison de la Marine. Il est construit en 1916 pour abriter les activités de six compagnies maritimes. C’est un exemple du style architectural de l’école d’Amsterdam. Maintenant, c’est l’hôtel le plus luxueux de la capitale, un 5 étoiles, le Grand Hôtel Amrâth. Personnellement, je trouve qu’il a le look d’un hôtel pour film d’horreur haha
amsterdam grand hotel amrath
Un peu plus loin, encore un monument au design immanquable, c’est le NEMO Science Museum. Il est situé juste au dessus de l’entrée du Tunnel routier de l’Ij qui passe sous le canal. C’est un grand bâtiment dédié à la découverte scientifique grâce aux expériences, et c’est surtout destiné aux enfants. Il y a un grand toit terrasse (accès gratuit) avec des jeux d’eau.
amsterdam nemo science museum
Juste après se trouve le Musée maritime. Aussi appelé le Rijksmuseum Nederlands Scheepvaart, c’est le plus grand musée au monde consacré à la navigation. Le bâtiment rénové entièrement en 2011 possède un énorme toit en verrière qui recouvre la grande cour intérieur. A l’extérieur des répliques de navire, dont le voilier Amsterdam de la Compagnie des Indes et qui s’échoua sur les côtes anglaises en 1749 pour son premier trajet vers les Indes.
amsterdam musee maritime bateau navire
La suite des autres quartiers d’Amsterdam 🙂

Amsterdam – Noord

Amsterdam – Noord

Le quartier Noord est souvent oublié lors d’une visite à Amsterdam, et c’est une grave erreur! Car à seulement quelques minutes de la gare du centre, de l’autre côté de la rivière IJ, c’est un tout autre visage de capitale qui se découvre, et c’est vraiment cool 🙂

Pendant longtemps le quartier Noord (nord donc), c’était la zone industrielle de la ville. Extraction de la tourbe à l’origine, puis station de péage pour les bateaux au moyen age, et plus tard l’industrie lourde s’installe ici, des usines, des hangars et des chantiers navals se construisent. Dans les années 1980 les industries partent s’installer ailleurs, le dernier chantier naval ferme. Il reste une énorme zone industrielle abandonnée, juste en face d’Amsterdam. Une grosse verrue pour la ville ? Et bien non, plutôt une source d’opportunités! Des immenses hangars à aménager, toute une zone où la créativité peut s’exprimer, où il y a de la place et de la liberté, allez hop en route pour le Nooooord 🙂

Pour y aller, c’est simple, il faut rejoindre la Gare, faire le tour en suivant les panneaux ‘boot’ et les symboles des Ferry. Sur le quai ensuite, il suffit d’attendre son ferry. C’est gratuit, on y monte à pieds et à vélos, ambiance cool. On commence en prenant le Ferry 901 qui va juste en face (Amsterdam, Veer Buiksloterweg), la traversée dure à peine 5 minutes.

Une fois débarqué on peut déjà se poser si on a envie, à la terrasse plutôt sympa du Cafe De Pont. Mais il y a de bien meilleurs spots un peu plus loin. On prend à gauche en direction de l’A’DAM Toren. Ce building de 100m de hauteur date de 1971 et abritait le siège de la compagnie Shell, c’était la Shell Tower. En 2009 la compagnie pétrolière quitte les lieux, quelques entreprises s’installent mais la tour commence à faire sérieusement la gueule. Après 2 ans de rénovation, la tour flambant neuve ouvre avec son nouveau nom. Maintenant c’est le fun ! Des entreprises cools (musiques, vidéos, etc ) ont installés leurs bureaux ici, des restos chics, club, appart loft, toit panoramique et en bonus la possibilité de faire de la balançoire dans le vide au sommet ! 🙂

amsterdam adam toren tower
Plus d’infos ici : http://adamtoren.nl/
Juste derrière, il y a une petite tour ronde, c’est ici que vous pouvez faire l’attraction This is Holland. Un show façon cinéma dynamique qui survole le « best of » des Pays-Bas. Si c’est votre truc et que vous allez au Futuroscope chaque année, c’est pour vous, sinon, allez vous promener ailleurs 🙂
Un peu plus loin, juste après les grandes lettres ‘I amsterdam’, se trouve un bâtiment moderne au design assez particulier. C’est le Eye museum, le musée du film. Il était installé à l’origine dans un vieux bâtiment vers Vondelpark et en 2012, un nouvel écrin tout neuf est construit dans le quartier de Noord. C’est un des plus grand musées sur le cinéma au monde (il parait), mais sur place, on est moyennement emballé. Exposition temporaire gratuite et minuscule, quelques salles de projections, mais les films en hollandais c’est pas évident à suivre. Bref, le musée est surement incroyable pour les cinéphiles hollandais et pour sa collection riche et son travail de restauration d’œuvres anciennes. Mais à part ça, je pense que payer l’entrée ne vaut pas le coup.
amsterdam noord eye museum
En revanche, ça vaut le coup de rentrer à l’intérieur pour découvrir les lieux designs et la super terrasse moderne, c’est la classe!
Plus d’infos ici : https://www.eyefilm.nl/en
Allez il est temps d’aller se promener dans une autre zone du Noord, et comme à pieds ou à vélo, c’est pas tout près, autant y aller en ferry. Donc on reprend la même ligne 901 vers Centraal Station, et de là, on prend le ferry 905 direction NDSM. La traversée dure une vingtaine de minutes.
La première surprise en arrivant à NDSM c’est de voir un sous-marin russe en train de barboter ici. What the fuck ? Alors tout commence en 1956 quand ce sous-marin de 90m de long est construit en Lettonie, alors soviétique. A la fin de la guerre froide en 1991, il est mis au rebut. Il est vendu comme un classe Foxtrot B-80, mais en fait c’est un classe Zoulou, qui servira de base pour la classe Foxtrot de l’Otan … mais bon ça on s’en fout un peu. Donc deux entrepreneurs hollandais l’achètent et arrivent à le revendre 56.000 Eur à un architecte qui le ramène à NDSM dans le but d’en faire un lieu d’exposition, de fête, voir même de défilé de mode. Trop bien!
amsterdam port noord ndsm sous-marin
Mais en fait aucun contrat ne tombe … et il est revendu 10.000 Eur à une fondation qui doit l’incorporer au Musée Maritime, mais le sous-marin reste là, à rouiller sur place depuis des années. Il est sensé maintenant rejoindre la casse car la ville n’en veut plus (risque de pollution, etc …) mais personne ne semble vouloir y toucher réellement, et il continue de dormir ici en faisait le plaisir des visiteurs qui le découvrent pour la première fois 🙂
amsterdam port noord ndsm sous-marin botel
Juste derrière il y a le Botel, un hôtel flottant 🙂 Bin oui, pourquoi pas. Mais franchement, au vu des critiques qu’on peut lire, on ne vous le conseille pas.
Allez, une fois qu’on débarque, on se dirige (comme beaucoup de monde) vers le PLLEK. Le concept est plutôt alléchant : des containers ont été combinés pour faire un grand hangar. A l’intérieur des tables pour manger, un grand bar, une grande mezzanine, des grands canapés, un poêle à bois, des concerts live, et une immense baie vitrée … qui donne sur une grande terrasse qui se prolonge sur une plage de sable, le tout avec vue sur Amsterdam, de l’autre côté. Le service est cool, bonnes bières, apéro sympa, bref, un chouette lieu où venir se poser en fin de journée 🙂
amsterdam ndsm pllek bar plage sable
Plus d’infos ici : http://pllek.nl/
amsterdam ndsm pllek bar
A quelques dizaines de mètres de là, il y a une grue … ce qui parait tout à fait normal pour une ancienne zone portuaire … mais si vous vous approchez d’un peu plus près vous verrez que cette grue est spéciale, c’est un hôtel! Et pas n’importe lequel, c’est l’hôtel Faralda. Il y a seulement 3 suites … mais façon cinq étoiles!
amsterdam crane grue faralda hotel
Ça commence à 435 Eur la nuit, ah et il y a même un spa chauffant au sommet!
Pour faire chauffer la carte bleue, c’est ici : http://faralda.com/
Maintenant, direction les grands entrepôts. Si vous aimez le street art vous allez être servis, il y a des graffitis partout. Des immenses, des petits, des œuvres d’arts et du bric-à-brac artistique caché ici et là. C’est un vrai terrain de jeu et c’est vraiment sympa de s’y promener 🙂
amsterdam noord ndsm loods entrepot street art
On arrive devant le plus grand hangar du secteur : NDSM loods. NDSM pour Netherlands Shipbuilding and Dock Company, qui en 1937 était le plus grand chantier naval du monde. Après la faillite en 2000, cet énorme espace a été cédé à la fondation Kinetisch Noord. Énorme ça signifie 30.000 m2 (intérieur), 50.000 m2 (extérieur)! Le hangar est baptisé Art Factory. L’objectif du projet est « de transformer cet ancien chantier naval de 80.000 mètres carré en un espace de travail fonctionnel et accessible, multidisciplinaire et expérimental, afin de créer un point de rencontre pour des jeunes artistes (inter)nationaux issus des arts visuels, arts du spectacle, du théâtre… » ( http://www.artfactories.net/NDSM-Amsterdam.html ).
amsterdam noord ndsm loods entrepot street art
Il suffit de passer l’immense porte du hangar (on peut même s’y promener en vélo sans problème). A l’intérieur il y a des petites « rues » aménagées qui permettent de circuler entre les différents ateliers d’artistes.
amsterdam noord ndsm loods entrepot street art
Il y a des espaces d’exposition, des travaux en cours, toujours un truc à voir où qu’on pose les yeux.
amsterdam noord ndsm loods entrepot street art
amsterdam noord ndsm loods entrepot street art
amsterdam noord ndsm loods entrepot street art
Beaucoup plus d’infos sur le quartier NDSM et les installations artistiques, c’est ici : http://www.ndsm.nl/en/
En poussant encore un peu plus loin la balade, on arrive au Noorderlicht Café. Ça veut dire aurores boréales … je ne sais pas si on en voit beaucoup ici, mais là encore, c’est un lieu vraiment cool. C’est un peu plus roots que le Pllek. Le hangar abrite une grande verrière, il y a du bon son, une bonne ambiance chaleureuse. On y est aussi bien pour boire une bonne bière, manger, et profiter de la vue, encore une fois magnifique sur Amsterdam. Testé et approuvé 🙂
amsterdam noorderlicht cafe
Plus d’infos, programmations etc : http://noorderlichtcafe.nl/
Avant de repartir, en déambulant au hasard des entrepôts (où vous trouverez des resto chics, des chaines de télé, redbull, etc … ) il y a un endroit juste en face de l’embarcadère pour ferry qui mérite d’y faire un détour. C’est une résidence étudiante … vous allez me dire qu’on s’en fout. Oui et non, car ici, la résidence étudiante est composée de containers de bateaux!
amsterdam noord ndsm residence etudiants
C’est assez inhabituel non ? et en plus c’est sympa et coloré! (installation provisoire, pour faire face à l’expansion du quartier, la zone devrait être libérée en 2020)
La suite des autres quartiers d’Amsterdam 🙂

Amsterdam

I AM STERDAM

Voilà, vous partez quelques jours à Amsterdam ? Très bon choix! Bienvenue dans une capitale à taille humaine. Découvrez le plaisir de vous promener à vélo dans les rues où vous rencontrerez très peu de voiture, peu de pollution, pas de grands immeubles moches pour vous cacher le ciel, des musées, des bars cools, des concerts, de la fumette aussi, etc … De quoi passer quelques bons moments. Allez c’est parti on y va, hop en route!

Pour vous faire découvrir la ville que j’ai aimé, les immanquables, les lieux cachés et insolites, c’est par ici. On va passer par ces différents quartiers 🙂

Centre

amsterdam canal peniche

Le quartier historique de la capitale. Des petites rues, de l’histoire, des monuments historiques. C’est ici aussi que se trouve le fameux Quartier Rouge.

Jordaan et Grands Canaux

amsterdam canal velo

Les grands canaux et le quartier de Jordaan sont très typiques. Les balades sont très belles à pieds et surtout à vélo. Il faut se perdre dans les rues pour découvrir tous ses secrets. C’est dans ce quartier que se trouve la Maison d’Anne Franck.

Oud-west et quartier des musées

amsterdam rijksmuseum musee museum

Partez à la découverte de ce quartier un peu délaissé. Promenez vous dans le plus grand parc de la ville, et rendez-vous dans le célèbre quartier des musées. Un peu de culture dans le plus grand musée du pays ? c’est ici.

Noord

amsterdam nord noord

Une friche industrielle transformée en un grand quartier mélangeant des constructions modernes, des entrepots devenus des lieux culturels. Un quartier vivant, créatif et plein de libertés. Et même un sous-marin et une plage de sable, alors pas d’hésitations, en route pour le noord!

Westerpark

amsterdam oostelijk marktkanaal

Ce secteur d’Amsterdam est un peu oublié des guides touristiques alors qu’il y a pourtant des choses à découvrir dans ces anciens quartiers ouvriers, alors on y va !

 

Séjour réalisé en mars 2018

Madère, Funchal la capitale

Funchal

C’est la plus grande ville de l’ile avec plus de 110.000 habitants sur une superficie de 76km². Elle est fondée en 1421 et son nom vient de funcho qui signifie fenouil, car à l’époque la zone où se situe la ville était recouverte de fenouil sauvage.
Le centre ville est vraiment agréable, il y a eu d’importants travaux de rénovation et c’est sincèrement avec plaisir qu’on peut s’y balader un jour ou deux. Allez, on se prive pas, hop en route, je vous emmène dans les rues de Funchal 🙂

madere funchal taxis jaunes rues

Bon plan : Il y a de bonnes chances que vous arriviez à Funchal avec votre belle voiture de location et vous découvrirez vite que trouver une place où se garer peut vous prendre une éternité. L’astuce c’est d’aller au grand centre commercial La Vie. Il est très bien situé en plein centre, et le parking est gratuit le samedi à partir de 13h, les dimanche et les jours fériés. Et dans tous les cas, c’est une bonne option, car il y a tout de suite de la place, il est pas cher, le centre commercial est agréable et c’est climatisé 🙂

Nous commençons à quelques pas du centre commercial, par le grand rond point, Rotunda do Infante. Il fait face à la statue de Infante Dom Henrique. C’est ce roi portugais qui permit l’expansion colonial et l’essor du Portugal en favorisant les grands voyages d’explorateurs en mer. C’est pourquoi on le surnomme Henri le Navigateur. C’est en partie grâce à lui donc que l’ile de Madère a été découverte en 1419. (Si vous faites un tour à Lisbonne, il y a un énorme mémorial qui lui est dédié à Bélèm, d’ailleurs ça se passe ici 🙂 )

madere funchal rond point christophe colomb statue

Un navigateur célèbre a d’ailleurs fait une longue escale à Madère, il s’agit de Christophe Colomb. C’est ici qu’il a épousé Felipa Perestrello Moniz, la fille du navigateur et explorateur portugais Bartolomeu Perestrelo. Grace à ce mariage, il a pu accéder aux cartes des courants et des vents dressées par les portugais lors de leurs excursions dans l’océan atlantique, et indirectement, Madère lui a permis de découvrir plus tard les Amériques 🙂
Sa statue se trouve d’ailleurs dans le parc juste à côté.

Le parc Santa Catarina est un grand espace verdoyant sur 36 000m². Il y a une immense pelouse entourée d’arbres et de fleurs venant du monde entier. Il doit son nom à la construction d’une chapelle pour Ste Catherine en 1425. On y a une très belle vue sur la ville, les paquebots immenses amarrés. Ambiance tranquille, le parc est loin d’être bondé, on profite doucement, on découvre les volières, les kiosques à livres gratuits, l’étang et ses fontaines, la grande aire de jeux pour enfants, etc … non vraiment, ce parc mérite le détour!

parc santa catarina funchal madere arbres paquebot fleurs

Et des dizaines de lézards en profitent pour griller tranquillement sur les pierres, vous ne pourrez pas les manquer 🙂

parc santa catarina madere funchal lezards murs pierres

Au sommet du parc vous ne pourrez pas manquer un grand bâtiment, la Quinta Vigia. C’est la résidence officielle du gouvernement régional de Madère. Les jardins sont libres d’accès et le bâtiment peut se visiter pour la somme symbolique de 1 euro. (fermé le week-end)

Un peu plus loin, après le centre des congrès et le casino, il y a une statue bien en évidence. Cette statue taille réelle en bronze représente la célèbre impératrice Sissi. Pour la petite histoire, en 1860, elle s’ennuie tellement à Vienne (qui est pourtant une très chouette ville à découvrir ici 😉 ) qu’elle simule une dépression pour qu’on lui conseille de prendre l’air. Illico, elle emprunte le yacht royal de la reine Victoria et s’embarque au soleil pour Madère loin de l’Autriche!

statue sissi madere funchal

Elle y passe quelques mois à gambader à gauche à droite et reprendre du poil de la bête. Le voyage lui a plu car elle reviendra une nouvelle fois en 1893. Vous voyez que Madère ça vaut le coup! 🙂 Voilà, c’est la fin de la parenthèse glamour du XIXe siècle.

Allez, maintenant on se dirige vers le port où on peut voir d’énormes paquebots à quai (nous on a vu le Queen Elizabeth) et vous devriez apercevoir cette silhouette rocheuse qui se détache sur la mer avec cette petite terrasse improbable au sommet. La terrasse d’un petit bar sympa ? Et bien non, aussi improbable que ça puisse paraitre il s’agit du plus petit état du monde : la principauté de Ponthina au Forte Sao Jose ! 🙂

forte sao jose plus petit etat du monde madere funchal

Ce petit point sur la carte était à l’origine un minuscule ilot sur lequel était bâti un petit fort. En 1903, pour aider à financer des travaux dans le port, le roi du Portugal vend la Ponthina a une famille d’anglais cultivant des vignes. En 2000, les anglais décident de s’en débarrasser mais personne ne veut l’acheter. Lors d’une soirée, ils font la connaissance de Renato Barros, un habitant de l’ile, prof d’art et sans argent, et bien sûr il est très intéressé! Il arrivera à récupérer de l’argent ici et là, et contre l’avis de toute sa famille et ses amis, il achète le rocher pour 25.000€ en 2000 (il n’y a plus qu’une cave et une terrasse…).

madere funchal plan punthina fort saint joseph

Juste après, à la surprise générale, il déclare l’indépendance de la Ponthina et se déclare Prince! En effet, en 1903, le roi avait mis dans le contrat qu’il cessait toute revendication ou pouvoir sur ce territoire, et il n’a jamais été réclamé depuis par le gouvernement portugais. Petit oubli 🙂 En expliquant au gouverneur de Madère qu’il avait un nouveau prince pour voisin, le gouverneur a immédiatement voulu racheter l’ile, mais Renato a refusé. Du coup, le gouvernement de Madère lui interdit le raccord à l’eau potable et l’électricité. Mais ça ne gêne pas trop Renatto qui a fait sa demande d’indépendance à l’ONU, qui a créé son passeport, et qui ouvre son minuscule territoire gratuitement aux curieux qui souhaitent découvrir une destination insolite 😉
https://www.fortesaojose.org (site pas à jour …)

En longeant le port quelques minutes, on longe un long bâtiment, c’est le CR7 Museu, le musée sur un des plus grands footballeurs du monde, Cristiano Ronaldo 🙂 Pour rappel, l’aéroport de l’ile a été rebaptisé en son honneur en 2017 : « Aeroporto Internacional da Madeira Cristiano Ronaldo« .
Si vous voulez plus d’infos sur le joueur, son palmarès, sa vie, je vous invite à faire un tour ici. Toujours est il que c’est un enfant du pays, qu’il a grandit dans le quartier Santo Antonio de Funchal, et que c’est juste un monstre (dans le bon sens du terme), qu’on aime le foot ou pas 🙂 Dans ce musée (5€ l’entrée) il n’y a pas grand chose à faire, quelques maillots, des coupes gagnées, des lettres de fan, des expériences 3d virtuelles etc …
Plus d’infos : https://museucr7.com/

cristiano ronaldo cr7 museum madere funchal
A faire si vous êtes fan! … et sinon, il reste toujours la statue juste devant 🙂

Allez on repart en longeant le port et direction le Jardim Municipal do Funchal. Aménagé en 1880, à la place de l’ancien couvent San Fransisco, il s’appelait à l’origine jardin de la Reine Amélia (en hommage à la dernière reine du Portugal).

jardim municipal do funchal madere

Ce petit jardin en plein centre ville est vraiment agréable et il y a une grande richesse dans la végétation. Situé face au théâtre municipal et la grande terrasse de son café, et de la longue rangée de taxi jaunes sagement garés, c’est une petite halte sympa pour reposer les jambes 🙂

jardim municipal do funchal madere

Juste à coté se trouve le Sao Lourenco Palace, qui est une ancienne forteresse, qui sert maintenant à la fois de musée de l’armée, et une très belle rue (maintenant) piétonne, l’avenue Zarco.  

rue funchal madere zarco statue

Il y a d’ailleurs au bout la statue de João Gonçalves Zarco c’est ce grand navigateur portugais qui découvre l’ile de Madère en 1419 et commence la colonisation quelques années plus tard et qui fondera la ville de Funchal. Respect.

Ensuite il fait bon se perdre dans les petites ruelles de la ville, et on finit forcément à un moment par tomber sur le célèbre Mercado dos Lavradores. Le « Marché des travailleurs » a été construit en 1940 dans le style architectural « État nouveau ». Il y a des grande mosaïques d’azulejos sur la façade … et c’est le lieu où tous les touristes se retrouvent.
A tort ou à raison ? Est-ce de l’authentique ou du cliché ?

Mercado dos Lavradores madere funchal marché

Et bien c’est rempli de touristes qui passent leur temps à mitrailler de photos le plus près possible des vielles vendeuses en costume traditionnel devant leurs stands de fruits et légumes, de fleurs et de bulbes en tout genre. A croire que personne n’a jamais mis les pieds dans un marché de sa vie? C’est totalement ridicule pour cet aspect là. Dans la partie poissonnerie où sont écaillés par exemple les fameux poisson-sabre Espada (hideux 🙂 les poissons hein), les poissonniers sont photographiés comme au zoo. Bref si vous allez au marché, ok, mais rangez votre appareil photo, goutez et achetez si vous voulez, mais ne faites pas vos touristes ! 🙂 Et sinon il y a d’autres marchés en dehors de Funchal où on peut s’aventurer et c’est bien plus « local », je dirais même plus, « normal » quoi, comme au marché de Prazeres par exemple à l’ouest de l’ile.
Allez, le site officiel : http://mercados.cm-funchal.pt/ (fermé dimanche et jours fériés)

En tout cas le bon plan pour manger, c’est juste en face! je vous conseille grandement le restaurant A Bica (Rua Do Hospital 17, devanture discrète et en sous sol). Un vrai bon resto portugais généreux frais bon et sans chichi 🙂

Ensuite, on part dans la rue Santa Maria. Tracée en 1430, c’est une des plus anciennes rues de la ville, et elle est célèbres pour ses nombreuses portes peintes. Cette rue était un peu laissée à l’abandon et un photographe (Martinho Mendes) immortalisait les vieilles portes … puis il décida de changer ça et d’apporter un peu de vie et de couleur. Il présente le projet des portes peintes, le chargé au tourisme valide l’idée et en 2011 la première porte est peinte, et le mouvement est lancé. Peu à peu les propriétaires sont contactés et donnent leur accord, puis des artistes connus ou non (le projet est ouvert à tous) se mettent au travail. Plus d’une centaines de portes sont visibles maintenant et font de cette rue une galerie d’art à ciel ouvert 🙂
Plus d’infos sur le site officiel : Projecto artE pORtas abErtas

rue santa maria portes peintes madere funchal

rue santa maria portes peintes madere funchal

Cette ruelle est aussi le repère d’innombrables restaurant à touristes avec les serveurs qui vous haranguent toutes les minutes … Un conseil, trouvez un autre endroit pour bien manger, c’est pas ce qui manque 🙂

funchal rue madere

Par exemple, faites juste un petit détour sur la très jolie petite place de la Capela Do Corpo Santo, vous serez plus au calme et il y aura d’avantage de choix.

Tout au bout de la rue Santa Maria, se trouve le Forte de Sao Tiago (aussi appelé Fort St James), on ne peut pas le louper avec ces murailles colorées flashy! Cette forteresse bâti au XVIIe siècle abrite maintenant un musée d’art contemporain, et un restaurant qui surplombe la mer, et une minuscule petite plage (galets) où bronzer plus ou moins en  tranquillité 😉

fort st james funchal madere plage

Maintenant, on retourne vers le centre ville, et puis tiens, si on faisait un petit tour de téléphérique? 🙂 Quelle idée un téléphérique … et bien je vous invite à monter au quartier de Monte (qui porte bien son nom) par vos propres moyens, et vous verrez qu’un petit trajet de 15-20 min en téléphérique c’est quand même bien pratique et agréable pour franchir un dénivelé de 560m et une distance de 3,2km. Bon ok, 16€ la montée, c’est un peu du luxe! mais allez, avouez qu’on ne fait pas ça tous les jours, et il suffit d’économiser quelques cigarettes ou cocktails et c’est déjà rentabilisé!
A l’origine, il y avait un petit chemin de fer qui reliait le port au quartier de Monte, qui était le quartier des nouveaux riches et de l’aristocratie. La petite locomotive a vaillamment servi de 1893 à 1943. En l’an 2000, le téléphérique est inauguré.
Allez, hop en route pour un petit tour dans les hauteurs de Funchal! 🙂

madere funchal telepherique

L’idée ici c’est de faire le Super Combo : montée en téléphérique + visite du jardin tropical de Monte Palace + descente en panier d’osier et retour dans le centre. A mon avis c’est la meilleure combinaison! Attention, le super combo ne fonctionne pas le dimanche, car il ne sera pas possible de faire la descente en panier.
On commence par prendre le ticket au guichet, pas la peine de prendre le combo avec le Jardim Botânico qui est plus loin, on se contente d’un aller-simple.
Plus d’info sur le site officiel : http://www.madeiracablecar.com/fr/ (tous les jours sauf noël)
Ensuite vous avez tranquillement le temps de profiter du paysage, de voir l’évolution des quartiers de la capitale au fur et à mesure de l’ascension, et de faire connaissance avec vos voisins de cabine 🙂

madere funchal telepherique

Une fois au sommet, c’est simple, on traverse la rue et on est juste devant l’entrée du Monte Palace Tropical Garden. (on peut aussi venir directement en voiture et se garer sur le petit parking juste en dessous mais pour se faciliter la vie et profiter un peu, il faut faire le super combo).
Au tout début ici se trouvait la riche demeure qu’un consul anglais avait fait batir sur sa propriété. Le manoir est ensuite devenu un hôtel de luxe et le jardin a été embelli, puis vendu à une société en 1943, qui revend enfin en 1997 à José Berardo, homme d’affaire portugais milliardaire collectionneur d’art et originaire de Madère qui décide d’en faire un grand et beau parc ouvert au public, le Monte Palace Tropical Garden est né! (mais c’est pas gratuit hein, 12.50€ l’entrée)
Plus d’infos ici : http://montepalace.com/desktop/ (ouvert tous les jours sauf noël)

monte palace tropical garden madere funchal jardin

Et bien je vous le dis, ce parc est vraiment très chouette 🙂 Sur un peu plus de 7 hectares on peut voir des statues du Zimbabwe (occupé par les portugais au XVIIe siècle), un grand jardin japonais, un musée de pierres précieuses, des grands bassins, des fontaines, des plantes tropicales de tous les pays du monde, des mosaïques sur la présence portugaise en Asie (Macao), des fleurs en veux tu en voilà, et puis tout ça tout ça! Sincèrement, c’est 12.50€ bien investis 😉

monte palace tropical garden madere funchal jardin

monte palace tropical garden madere funchal jardin

monte palace tropical garden madere funchal jardin

Personnellement je vous conseille cette visite en milieu d’après-midi pour profiter des belles couleurs quand le soleil commence à descendre à l’horizon.

monte palace tropical garden madere funchal jardin

monte palace tropical garden madere funchal jardin

Et pour ne rien gâcher, votre billet d’entrée vous donne le droit à un verre de Madère gratuit dans le bar au fond du parc, et si en plus vous arrivez à vous asseoir à la petite table tout au bord de la terrasse avec vue sur la ville, c’est le paradis 🙂

monte palace tropical garden madere funchal jardin

Allez, petit bémol, l’ancien bâtiment de l’hôtel ne se visite pas, mais c’est pas grave, on a beaucoup apprécié la découverte du jardin!

monte palace tropical garden madere funchal jardin

Mais le temps passe, le temps passe, et si on veut réussir le super combo, il faut faire la descente en panier d’osier avant la fermeture! (dernière descente à 17h45 … ce serait dommage de louper ça). Le point de départ est à quelques dizaines de mètres d’une des entrées du jardin, au pied de l’église Igreja Do Monte.
Alors je ne vous le cache pas, cette attraction est vraiment pépère … et un peu chère, 30€ pour deux. Ne vous attendez donc pas à des sensations fortes (malgré ce que vous pouvez lire ailleurs) et préparez vous à faire la queue avec une ribambelle de retraités tout excité à l’idée de ce qui les attend et qui applaudissent les carreiros (les pilotes) à chaque départ, au moins c’est la bonne humeur assurée 🙂
Donc toute cette histoire a commencé au XIXe siècle quand les habitants du quartier Monte cherchaient un moyen de redescendre rapidement en ville, et pourquoi pas dans un canapé en osier hein ? Une association de carreiros s’est formée et depuis plus de cent ans ils descendent la population et les touristes à travers les rues.
Site officiel : http://www.carreirosdomonte.com/

carreiros do monte funchal madere traineaux osier
Panier en osier avec patin en bois, carreiros avec chapeaux et chaussure avec semelles en caoutchouc, c’est parti! La descente se fait le long de la petite rue

Ce qui nous fait donc un super combo à 87 Eur pour deux adultes … ça fait certes un peu cher l’après-midi, mais après tout, il faut bien se faire plaisir 🙂 et puis toutes belles randonnées de l’ile sont gratuites elles! 😉

madere funchal rues

On enjoy la descente 🙂

madere funchal rues

madere funchal rues

Et allez, en bonus final, quelques photos de street art (et oui!) qu’on peut croiser ici et là dans les rues de Funchal 🙂

funchal madere street art rues

funchal madere street art rues

funchal madere street art rues

funchal madere street art rues

funchal madere street art rues

funchal madere street art rues

Si avec ça vous n’êtes pas motivés pour une visite de Funchal, je ne sais pas ce qu’il vous faut! En tout cas, nous, on a aimé 🙂

Bref, Madère, j’adhère! 🙂

Jour 14 – Hanoi

Jour 14 – Hanoï

C’est notre dernier jour à Hanoï, notre dernier jour au Vietnam. Aujourd’hui on décide de prendre notre temps et de ne pas courir partout comme d’habitude. Notre vol est dans la soirée et il nous reste encore un peu de temps devant nous. Allez on retourne dans les rues de Hanoï. On en profite pour faire quelques petites emplettes (café et cafetière vietnamienne, on est devenu fans). On est aussi toujours surpris par ces mélanges improbables qu’on peut voir dans les rues. Cet arbre immense par exemple 🙂

vietnam hanoi rue arbre

On décide d’aller visiter le Musée des beaux-arts du Vietnam (). Il se trouve juste en face du Temple de la Littérature qu’on avait déjà visité. Le bâtiment est un ancien collège construit par les français pendant l’occupation. Le musée a été inauguré en 1963 et il est ouvert tous les jours sauf le lundi.
Plus d’infos sur le site officiel

vietnam hanoi musee beaux arts

Les collections sont réparties sur 3 étages et 4700m². A vrai dire je ne savais pas trop à quoi m’attendre comme musée. Je pensais un peu venir ici juste pour passer le temps, et en fait, j’ai beaucoup aimé 🙂 (et en plus c’est très calme, il n’y a quasiment personne et pas un bruit!)

vietnam hanoi musee beaux arts

Même si de nombreuses statues sont des copies, il y a vraiment des époques et des styles complètement différents. Esthétiquement, il y des œuvres vraiment belles 🙂

vietnam hanoi musee beaux arts

vietnam hanoi musee beaux arts

vietnam hanoi musee beaux arts

vietnam hanoi musee beaux arts

vietnam hanoi musee beaux arts

vietnam hanoi musee beaux arts

La collection des bouddhas anciens, des statues en bois, peintes et recouvertes de bronze, du XVIIIe siècle est vraiment chouette. Celui là, c’était mon préféré 🙂

vietnam hanoi musee beaux arts

vietnam hanoi musee beaux arts

vietnam hanoi musee beaux arts

Bref vous l’aurez compris ce musée vaut le coup 🙂

Deux rues plus loin, on va dans un autre musée : le Musée d’histoire militaire du Vietnam (28A, rue Diên Biên Phu). Il est créé en 1956. A l’entrée il faut laisser les sacs dans un petit casier, et on nous demande aussi notre nationalité (pour les statistiques j’imagine). Sachant un peu ce qu’on va voir à l’intérieur, on a envie de répondre « on est belges » ou « on est canadiens ». C’est vrai quoi, tout le monde les aime bien 🙂 Mais bon on fini par dire « we are french ». Après tout je me dis que quand on est américain ça doit faire bizarre aussi … enfin si on est américain et qu’on s’intéresse un tout petit peu à l’histoire et aux malheurs des gens.
Dès qu’on passe l’entrée, on tombe face à la Tour du Drapeau. C’est un des derniers vestiges de la citadelle impériale construite à partir de 1805 par l’empereur Gia Long. Rappelez vous, quand la France occupe la ville, en 1885, la citadelle est détruite! Cette tour elle, est épargnée. Les militaires français l’utiliseront comme poste d’observation. Elle date de 1812 et mesure 60 m de haut. Le jour de la libération de Hanoï, le 10 octobre 1954, le drapeau rouge avec l’étoile d’or est hissé au sommet et cette tour du drapeau reste toujours un symbole de fierté pour les vietnamiens.

vietnam hanoi tour drapeau

Ensuite c’est le grand déballage ! Il y a ce Mig 21 d’origine Russe et piloté par les vietnamiens pendant la Guerre du Vietnam. Les 14 petites étoiles rouges sur la carlingue représentent les 14 avions américains abattus par ce Mig 21.

vietnam hanoi musee histoire militaire

vietnam hanoi musee histoire militaire

vietnam hanoi musee histoire militaire

vietnam hanoi musee histoire militaire

Un des clous du spectacle si j’ose dire, ce sont les restes d’un énorme bombardier américain, un B52 abattu pendant la guerre du Vietnam.

vietnam hanoi musee histoire militaire

Le musée (en plus de la partie à ciel ouvert à l’extérieur) se divise en 6 zones, « les mères héroïques vietnamiennes, une nation héroïque, l’armée populaire héroïque du Vietnam, les traditions de l’armée populaire du Vietnam, les armes et la fabrication d’armes, le soutien de la communauté internationale au Vietnam pendant la guerre et les relations entre l’armée populaire vietnamienne et celle d’autres pays ». L’accent est principalement mis sur la guerre d’indépendance contre la France et les USA.

On découvre les armes artisanales fabriquées par les vietnamiens, des récits de sacrifices, et c’est très touchant. A côté de ça, il y a les nombreuses « reliques » du genre « ce pistolet volé à un officier français a permis de tuer 6 envahisseurs français ». La fierté patriotique est clairement mise en avant. Il y a une salle avec un presque son-et-lumière autour d’une grande maquette décrivant la défaite de l’armée française à la célèbre bataille de Dien Bien Phu. C’est multi-lingues mais on a eu droit à la version en viet car des écoliers étaient présents à ce moment là. On découvre aussi (ou redécouvre) les victoires militaires vietnamiennes contre les envahisseurs chinois et mongols il y a 1000 ans, ainsi que la guerre contre le Cambodge qui a mis fin au régime de Pol Pot. Il y a aussi une salle consacrée à l’agent Orange utilisé par les américains et qui continue de faire des ravages encore aujourd’hui.
Enfin la pièce maîtresse, c’est le char 843. Une relique historique. C’est un des 2 chars d’assauts qui ont défoncés les grilles du palais de l’indépendance lors de la bataille de Saïgon le 30 avril 1975. Dans la foulée, le drapeau vietnamien sera hissé sur le palais et ce sera la fin de 30 années de conflits.

vietnam hanoi musee histoire militaire

Pendant l’offensive éclair sur Saïgon, les deux chars perdent les communications radios et sont perdus. Des habitants leurs indiquent la direction du palais, ils filent droit dessus, défoncent les grilles, dressent le drapeau et capturent le président sud vietnamien Duong Van Minh. Il y d’ailleurs une petite bataille historique pour savoir lequel des 2 chars est vraiment rentré le premier. Il y a le char 390 (un T59 chinois) et le char 843 (un T54 russe). D’après le témoignage de l’équipage et cette célèbre photo prise par la française Françoise Demulder, ce serait bien le 390 qui serait rentré le premier.

vietnam tank 843 390

Il y a une autre énigme à propos de ces chars … je ne comprends pas comment le char 843 peut être à la fois au

  • Musée d’histoire militaire du Vietnam de Hanoï (28A, rue Diên Biên Phu) comme on vient de le voir
  • Devant le Palais de l’Indépendance à Hô-Chi-Minh-Ville

vietnam tank 843

vietnam tank 843

Je crois qu’à Hô-Chi-Minh-Ville il s’agit de répliques et que celui du Musée des forces armées à déménagé au Musée d’histoire militaire. Mais ce n’est pas clair et j’aimerais bien avoir le fin mot de cette histoire ! 🙂

Et c’est sur cette énigme que s’achève notre séjour au Vietnam. Retour à Paris avec Thaï Airways. Ces 2 semaines ont été très intenses et très riches et on rentre avec plein de souvenirs dans la tête (plus une espèce de grosse pneumonie pour moi haha) et il reste tout le sud du pays à découvrir, et tellement de régions où on aurait aimé pouvoir y rester plus longtemps. A bientôt ! 🙂

<< Jour 13 – Bac Ha – Hanoi

Jour 7 – Hue

Jour 7 – Hue

La nuit passée dans le train entre Hanoï et Hue n’est pas de tout repos. Ça secoue, la banquette n’est pas très grande et ça ronfle (bon sur ce dernier point, je fais sans doute parti des coupables haha). Le paysage est plongé dans la grisaille matinale, on marche dans les couloirs pour passer le temps, ah, et les toilettes sont bouchées … il reste encore plusieurs heures de trajet.

vietnam train hanoi hue

Après 13 heures de train et pas loin de 700 km parcourus, nous avons traversé la moitié du Vietnam du Nord au Sud et nous voilà arrivés à la gare de Hue. Il fait soleil et nettement plus chaud. On rejoint ensuite notre logement. On a choisi la Canh Tien Guesthouse (9/66 Le Loi). On vous conseille vivement cet hébergement : c’est le meilleur qu’on a eu durant ce voyage au Vietnam.  Déjà c’est calme, la petite ruelle finit en cul de sac, il n’y a pas de circulation. On entend juste le chant des oiseaux 🙂 Les chambres sont impeccables, spacieuses, climatisées, et il y a un balcon. L’accueil est parfait, on a l’impression de venir loger chez une famille, et le personnel est francophone et souriant. Et c’est pas cher! Que du bon! 🙂
http://canhtienhotel.chez-alice.fr/index.html (le site web n’est pas au top)

Après une bonne petite douche, on part à la recherche d’un endroit où manger et on choisit La Carambole (19 Pham Ngu Lao). C’est un resto franco-vietnamien avec une chouette terrasse. Ce n’est pas le meilleur repas du voyage et le mélange plats occidentaux – plats vietnamiens n’est pas incroyable. En fait ça donne un peu l’impression que tout tend vers un gout le plus acceptable pour tous et du coup, ça a pas vraiment de gout. Bon en tout cas c’était l’occasion de boire un peu de vin français haha 🙂
Maintenant que mon estomac franchouillard est bien plein, hop en route à la découverte de Hue!

L’histoire de Hue n’est pas évidente à résumer en quelques lignes. En gros, à partir du XVIe siècle, c’est la « capitale » du sud du pays, qui est dominé par les Nguyen. En 1802 la dynastie des prend fin et les Nguyen s’emparent du pouvoir. Le nord et le sud est unifié et le pays devient le Vietnam. A ce moment, la nouvelle dynastie impériale des Nguyen fondée par Gia Long (avec l’aide des français) décide de déplacer la capitale. Désormais ce n’est plus Hanoï, et ainsi Hue devient la nouvelle capitale impériale. Tout au long du XIXe siècle, la nouvelle capitale s’embellit, un grand palais est construit, et Hue devient une ville de prestige en particulier dans le domaine des arts et de la gastronomie. Hélas les empereurs suivants, Minh Mang et Tu Duc, sont profondément anti occidentaux, et ils lanceront des persécutions sur les chrétiens, isoleront le Vietnam et donneront un prétexte à la France pour intervenir militairement et coloniser le pays. En 1885 les français capturent la cité et une grande partie de la ville est détruite. La citadelle perd des palais et des bibliothèques sont brûlées. En 1945 et 1947, Hue est endommagée par les troupes japonaises et les combats qui suivent lors de la reconquête Viet Minh. Ensuite pendant la guerre du Vietnam, Hue se retrouve sur la ligne de démarcation, la fameuse DMZ du 17e parallèle séparant le Nord Vietnam et le Sud Vietnam et qui se fait régulièrement bombarder. Enfin lors de la fameuse offensive du Têt en mars 1968, il y a des affrontements terribles qui font des milliers de morts dans la ville. Autant dire que cette ville a un passé très mouvementé. Maintenant Hué vit du tourisme et on a parfois tendance à oublier tout cet héritage …

On part à pied en direction de la ville impériale. On emprunte le pont Cầu Phú Xuân qui enjambe la Rivière des Cinq Parfums qui traverse la ville. Ce fleuve porte ce nom car en automne les nombreuses feuilles d’arbres fruitiers qui poussent en amont tombent dans le fleuve et embaument la ville d’un délicat parfum. Pour l’instant nous, le seul parfum qu’on sent, c’est le délicat fumet des grillades de trottoirs et la douce odeur des pots d’échappement des milliers de mobylettes et de scooters le long des avenues 🙂 La ville impériale, c’est en réalité trois enceintes concentriques : la ville impériale, la cité royale et la cité pourpre interdite. Il ne reste plus qu’une vingtaine de bâtiments à l’intérieur sur plus de 150 à l’origine.

Le premier monument qu’on voit, et qu’on ne peut pas louper, tellement on ne voit que lui, c’est la Tour du Drapeau de Hue, Ky Dai (aussi surnommée « Cavalier du roi »). Il est situé sur la grande place, face à l’entrée principale de la citadelle impériale. La tour est construite en 1809. Il y a 3 étages en pyramide atteignant 17 m de hauteur et au sommet, un grand mât d’une hauteur de 37 m est dressé. Le drapeau vietnamien flotte fièrement ici depuis 1968, à 54 m de hauteur.

vietnam hue ky dai

En face se trouve la Porte du Midi (Ngo Môn), qui est aussi la porte principale pour rentrer dans la cité royale. Au dessus de cette porte, sur l’esplanade, a été construit un palais. La porte du midi est en fait composée de 5 passages. Celui du milieu est réservé à l’empereur, les passages adjacents aux mandarins, et les deux passages aux extrémités sont pour les soldats. C’est à cette porte que Bao Dai, le dernier empereur abdiquera en 1945 devant les Viet Minh.

vietnam hue cite imperiale porte midi

C’est aussi par ce passage qu’on paye notre entrée et qu’on pénètre dans la cité royale. Juste après le passage, on emprunte le pont de la voie centrale, qui passe entre deux grands bassins.

vietnam hue cite imperiale porte midi

On arrive sur l’esplanade du grand salut. C’est l’endroit idéal choisi par les étudiantes de Hue pour être prises en photos 🙂

vietnam hue cite imperiale

Le tout se fait sous la garde de plusieurs dragons.

vietnam hue cite imperiale lion

vietnam hue cite imperiale toit dragon

Ensuite on peut découvrir le palais de l’Harmonie Suprême où se déroulaient les grands cérémonies.

vietnam hue cite imperiale

vietnam hue cite imperiale

J’ai bien aimé cette vieille photo d’une troupe de théâtre vietnamien qui avait l’air bien fun 🙂

vietnam hue cite imperiale

On peut visiter les ruines du Palais Can Canh, dont les galeries latérales laquées de rouge ont été reconstruites.

vietnam hue cite imperiale

vietnam hue cite imperiale

La bibliothèque royale (Thai Binh Lau) est quasiment l’unique bâtiment qui a survécu sans dommages à près de deux siècles de conflits.

vietnam hue cite imperiale

vietnam hue cite imperiale

vietnam hue cite imperiale

vietnam hue cite imperiale

Le petit lac à côté de ce pavillon dédié à la lecture est vraiment reposant en fin d’après-midi et apporte un peu de fraîcheur bienvenue 🙂 Ca devait être sympa de vivre ici.

vietnam hue cite imperiale

vietnam hue cite imperiale

Au milieu d’une bande d’herbes sauvages, on trouve un grand dragon doré. A cet emplacement se trouvait le palais Kien Trung, la résidence des derniers empereurs. Le palais est détruit par les Viet Minh en 1947.

vietnam hue cite imperiale

vietnam hue cite imperiale

Le site est assez vaste, on regrette presque de ne pas avoir loué de petite voiturette électrique pour le parcourir! (je rigole pas, c’est possible de le faire) 🙂

vietnam hue cite imperiale

vietnam hue cite imperiale

Le site classé au patrimoine de l’Unesco est constamment en cours de restauration. Certaines parties sont recouvertes de jolies peintures toutes fraîches et d’autres attendent toujours leurs premiers coups de pinceau.

vietnam hue cite imperiale

vietnam hue cite imperiale

La cour du temple du Culte, le temple Thê. Cet endroit était dédié au culte de la dynastie Nguyen.

vietnam hue cite imperiale

Les 9 grandes urnes dynastiques qu’on trouve ici représentent les 9 premiers empereurs Nguyen. Chaque urne en bronze mesure plus de 2 m de haut et pèse plus de 2 tonnes.

vietnam hue cite imperiale

vietnam hue cite imperiale

En sortant de notre lonnnnngue balade dans la cité impériale, vers l’est, on tombe sur ce déballage d’engins militaires. Il s’agit du Musée Militaire de Hue.

vietnam hue musee guerre

vietnam hue musee guerre

vietnam hue musee guerre

En rentrant vers notre quartier, on fait une halte au Parc du 3 février, le long de la rivière des parfums. Ce parc est sympa car il est bien ombragé, il y a de la verdure, il est (presque) propre, et c’est l’ambiance détente en fin de journée avec les jeunes qui viennent s’y retrouver. En plus il y a plein de statues et d’œuvres d’art modernes. Moi perso, j’ai aimé ce groupe de quatre petits E.T. essayant de téléphoner maison 🙂

vietnam hue

De retour dans notre quartier on fait le tour des ruelles pour goûter l’ambiance. Beaucoup de restaurants et de bars, quelques grands hôtels, pas mal de touristes aussi, et c’est aussi la première fois que je verrais des prostituées et quelqu’un venir nous pour proposer de la drogue. Mais à part ça, rien à signaler, c’est même plutôt agréable. On fini par se poser au Why Not Bar (). Car après tout, why not hein ? Et après quelques verres on décide qu’on est bien ici, même si c’est clairement un bar à destination des étrangers, mais il a l’avantage de fermer tard, et on grignotera un petit repas tout simple avant de retrouver notre super hôtel, la Canh Tien Guesthouse.

<< Jour 6 – Baie d’Halong (suite)
>> Jour 7 – Hue (suite)

Jour 2 – Hanoï

Jour 2 – Hanoï

Difficile de faire une grasse matinée à Hanoï.  Même si la chambre de l’hôtel PrinceII est bien isolée du bruit, on ne peut pas échapper aux hauts parleurs publics qui se mettent à vociférer à plein volume dès 5h le matin! C’est dans les années 60 que les rues du Vietnam se remplissent de hauts parleur au sommet des poteaux. Ils servent à donner des informations locales, annoncer les dernières décisions gouvernementales, diffuser de la musique traditionnelle, inciter les gens à faire des exercices pour se maintenir en forme et raconter l’histoire du pays. Au passage ils servent aussi à diffuser la propagande gouvernementale.

vietnam hanoi haut parleur

Toujours est-il que ce réseau de haut-parleurs publics fait partie de l’histoire du Vietnam mais il dérange de plus en plus les vietnamiens. Dans un pays où la radio, la télé, et internet sont maintenant facilement accessibles, qui a encore besoin d’entendre les hauts parleurs cracher des infos en face de sa fenêtre ? Le débat est toujours d’actualité, et début 2017, Hanoï a faillit arrêter le réseau suite à une consultation publique, où globalement, la population disait qu’elle ne l’écoutait plus et que c’était inutile. Mais les services d’information et de communication de la capitale ont confirmés que le service des hauts parleurs publics continuera, mais que leur nombre sera « peut être » un peu réduit.

La météo n’est pas au top aujourd’hui, petite pluie dehors … tant pis, allez hop en route pour notre deuxième journée dans les ruelles de Hanoï! On traverse quelques ruelles en direction du lac Hoan Kiem. Si Paris a sa tour Eiffel, Hanoï a son lac. Il a une superficie de 12 ha et une profondeur moyenne de 1,2 m. Ses berges sont boisées et la ville en prend grand soin car c’est un des joyaux de la capitale.

vietnam hanoi ngoc son

Son nom veut dire « lac de l’épée restituée ». Drôle de nom ? En fait ça remonte au XVe siècle. A cette époque, les chinois de la dynastie Ming envahissent le nord du pays et le roi Le Loi les affronte. Au cours d’un déplacement près du lac, un de ses amis pêcheurs lui montre une barre de fer qu’il a attrapé dans son filet. Dans les mains du roi, la barre de fer se met à briller, et une fois bien nettoyée on se rend compte qu’il s’agit d’une épée! Cette épée magique l’aide à gagner la guerre et à repousser les envahisseurs chinois. En 1428, alors qu’il est de retour dans la région et traverse le lac en barque, une grande tortue dorée s’approche de la barque et lui demande de lui rendre l’épée qui lui a été prêtée par le Roi-Dragon. Le Loi accepte et lui rend l’épée et la tortue disparaît sous l’eau. L‘épée est restituée et le lac baptisé.

vietnam hanoi ngoc son

Au milieu du lac se trouve l’îlot de Jade. On y accède par un petit pont en bois rouge laqué, Thê Húc. Sur place se trouve le temple Ngoc Son. Il est dédié à l’empereur Van Xuong, au Dieu taoïste de la Littérature et à Tran Hung Dao, un des héros nationaux du Vietnam.

vietnam hanoi ngoc son

Il y a un petit terre plein en pierres avec une petite tour au sommet, c’est la tour du Pinceau. Ce monument est érigé en l’honneur des soldats morts lors d’une bataille au XVIIIe siècle.

vietnam hanoi ngoc son

vietnam hanoi ngoc son

Dans le temple, il y a la preuve que la légende est peut être bien réelle. Il y a la dépouille empaillée d’une tortue géante accidentellement tuée par un pécheur dans le lac en 1967. Elle appartient à l’espèce Rafetus Leloii ou Rafetus Swinhoei (bataille d’experts à ce sujet) et elle peut vivre plus de 100 ans. Malheureusement la dernière tortue géante du lac (1,2 mètre pour 160 kg), appelée Cu Rua a été retrouvée morte sur les berges en février 2016 … Il ne resterait plus que 3 autres spécimens de cette espèce de tortues dans le monde, et pour l’instant aucune reproduction n’a été possible …

vietnam hanoi ngoc son tortue

En longeant le lac sur la rive Est, on passe devant la grande statue de Ly Thai To. Né en l’an 974, il a été élevé dans la tradition bouddhique et a gravi tous les échelons du gouvernement royal de l’époque, celui de Lê Ngọa Triều, qui était un empereur tyrannique et cruel. A sa mort en 1009, Ly Thai To est propulsé au pouvoir est créé la légendaire dynastie des Lý. En 1010, il transfère la capitale à Thăng Long (l’ancien nom de Hanoï).

vietnam hanoi ly thai to

On continue un peu plus loin pour aller au Musée des Femmes du Vietnam (36 Lý Thường Kiệt, Hàng Bài). Il est inauguré en 1995 à l’initiative de l’Union des Femmes Vietnamiennes (UFV). Il rappelle le rôle important que joue la femme dans l’histoire du pays. On retrouve de nombreux habits traditionnels et pleins d’anecdotes intéressantes. On découvre aussi que les femmes au Vietnam ont grandement participé aux différentes guerre. Un musée réellement intéressant 🙂
Plus d’infos sur le site officiel.

vietnam hanoi musee femmes

Juste à côté se trouve le bureau de Oriental Bridge Travel, alors on en profite. On avait prévu d’aller dans les montagnes au nord du pays dans les jours qui suivent mais comme la météo la bas est pire qu’ici, on décide de reporter ce déplacement de quelques jours. Ca bouscule un peu nos plans mais pas de panique, c’est assez facile d’improviser ici. Le Vietnam mise vraiment sur le tourisme et des agences proposant une foule de services sont à chaque coin de rue. Evidemment, il faut faire le tri, car beaucoup ne sont pas très sérieuses. Nous on a bien checké et on vient donc ici pour réserver une croisière en jonque privée dans la Baie de Halong. On y reviendra dans quelques jours et dans un autre article 🙂

Il est temps de manger, alors allons rendre visite à Madame Duck 🙂 Bon en fait elle ne s’appelle pas comme ça mais on l’avait repérée dans un passage de Gordon Ramsay à Hanoï, et comme justement on y est …

Le restaurant en question, c’est le Khoa Ngan Restaurant (). On n’a pas vu madame duck, mais on a mangé du canard et d’autres choses non identifiées et c’était très bon. On était tranquillement posés à l’étage, à côté d’une tablée de militaires gradées qui essayaient de nous expliquer les plats et on hochait poliment la tête comme si on comprenait tout, alors qu’on ne comprenait absolument pas un mot 🙂 Une bonne adresse validée 🙂
http://www.khoanganxuavanay.com/

L’estomac bien rempli, on repart dans les rues, direction l’ouest de la ville, et c’est chouette, il s’arrête enfin de pleuvoir. On arrive au Temple de la Littérature de Hanoï. Il est aussi appelé sanctuaire du Prince propagateur des Lettres. Il est fondé en 1070 par le troisième empereur de la dynastie Lý (un successeur de Ly Thai To si vous avez bien suivi).  De 1076 à 1915 c’est ici que se fera l’enseignement pour les enfants de l’aristocratie vietnamienne et ici que seront formés les futurs hauts fonctionnaires de la nation. L’enseignement suit les règles de Confucius. Et c’est toujours ici que les étudiants viennent fêter leurs diplômes 🙂

vietnam hanoi temple litterature

Le temple est composé de 5 cours intérieurs séparées par des murs, dans un axe nord-sud.

vietnam hanoi temple litterature

vietnam hanoi temple litterature

Dans la troisième cour, on trouve le Lac de la clarté céleste.

vietnam hanoi temple litterature

Le pavillon de la Constellation des Lettres est le symbole de la ville de Hanoï.

vietnam hanoi temple litterature

Sous des abris, autour du « lac » on trouve 82 grandes stèles de pierres (sur 117 à l’origine), portées par des tortues (toutes différentes). Les tortues sont ici symboles de patience, humilité et longévité. Les stèles affichent le nom des 1307 diplômés du concours de l’université qui a eu lieu tous les 3 ans entre 1481 et 1779. Quand un élève était lauréat du grand concours (dissertation  philosophique, écriture d’une ordonnance royale, étude de texte de Confucius) il recevait de grands honneurs et l’empereur lui offrait entre autre un cheval pour que l’étudiant puisse faire un retour triomphal dans son village 🙂 La grande classe à l’époque!

vietnam hanoi temple litterature

Ces stèles sont inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco en 2010.

vietnam hanoi temple litterature

Vue de la quatrième cour et du pavillon de cérémonie. C’est véritablement ici que se trouve le temple de Confucius. Le lieu était tellement sacré que même l’empereur n’avait pas le droit d’y entrer.

vietnam hanoi temple litterature

Depuis ça a pas mal changé et tout le monde peut y aller, alors on en profite. A l’intérieur, on découvre des grandes grues perchées sur des tortues, et qui gardent l’entrée du temple au niveau du premier autel.

vietnam hanoi temple litterature

vietnam hanoi temple litterature

Dans le sanctuaire on trouve une statue de Confucius entouré de ses disciples. Sur les autels il y a de nombreuses offrandes.

vietnam hanoi temple litterature

Et c’est là qu’on découvre que Confucius, et bin il aime bien les Choco-Pie ! 🙂
On a gouté (pas le paquet dans le temple hein!), et bien Confucius c’est peut être un des plus grands philosophes, mais en gâteau il n’y connait pas grand chose, ils sont pas très bons 😉

vietnam hanoi temple litterature

Enfin, pour montrer une nouvelle fois l’importance de cette animal,sous verre, il y a une tortue en céramique recouverte d’or.

vietnam hanoi temple litterature

Au sud du temple se trouve un petit lac assez curieux, le lac Gò Kim Châu. Cerné par les immeubles il est tout circulaire avec un petit ilot au milieu qu’on peut rejoindre avec un passeur. C’est tout calme, les gens pêchent et discutent tranquillement. Un petit havre de paix 🙂

vietnam hanoi go kim chau

On continue de flaner tranquillement dans les rues, en traversant les carrefours tout naturellement sans plus faire attention à la circulation. On se prend un café vietnamien. C’est une révélation! 🙂 Déjà il faut savoir que le café a été introduit au Vietnam la première fois par les français dans les années 1800. Très rapidement la population a adopté cette boisson et par dessus le marché, la culture des caféiers s’est facilement implantée dans le pays. De nos jours le Vietnam est le deuxième pays producteur mondial de café juste derrière le Brésil, et le premier producteur de Robusta.
Boire un café au Vietnam vous ramènera quasiment toujours au nom de Trung Nguyên qui est le plus grand groupe commercial de café du pays. Pour boire le café à la vietnamienne, c’est simple. Un peu de lait concentré au fond d’un verre. Poser une petite tasse en inox sur le verre. Y verser quelques cuillères de café, rajouter un petit filtre en métal par dessus et remplir d’eau frémissante. Recouvrir d’un couvercle et attendre une ou deux minutes. Ensuite on utilise le couvercle pour déposer la tasse en inox et on déguste. C’est tellement simple et pratique, et en plus ça fait un café vraiment bon (on peut se passer du lait concentré). C’est simple, on a acheté plusieurs « cafetières » (prenez en inox, pas en aluminium!) et c’est comme ça qu’on fait notre café tous les jours et c’est loin d’être du jus de chaussette. Le café à la vietnamienne, l’essayer c’est l’adopter 🙂
Au passage vous gouterez peut-être au kopi luwak, le café le plus cher du monde. Il est fait à partir de grains de café récupéré sur les déjections (et oui!) de la civette, un animal qui ressemble à la mangouste, et qui en consomme beaucoup sans réellement les digérer. Le gout est unique à ce qu’il parait. Vu le prix, on veut bien le croire! Mais Vietnam oblige, méfiez vous des imitations …

Sur le chemin du retour vers le lac Hoan Kiem, on fait une petite halte au Hang Da Market, ou Hang Da Galleria (01 Hang Da Street, Cua Dong Ward). A vrai dire c’est vraiment par curiosité, car ce centre commercial fait un peu chic et les produits sont assez chers. Du coup il y a plus de vendeurs que de clients (c’est désert) et les escalators ne fonctionnent pas!

On arrive en vue du Thang Long Water Puppet, le fameux théâtre des marionnettes sur l’eau. Pensez à réserver vos places plus tôt dans la journée! L’ambiance du quartier est assez marrante en soirée, on se croirait un peu à Broadway, il y a des néons partout et des bus remplis de touristes qui se déversent devant l’entrée. Et qui dit touristes, dit arnaques à touristes. Comme les deux cireurs de chaussures qui me collent sur 50 m pour cirer mes chaussures alors que je suis en baskets 🙂 et comme je leur fait bien comprendre que c’est non, ils enchaînent en voulant recoller mes semelles haha 🙂
L’organisation du théâtre est assez stricte et on se fait limite engueuler car on n’est pas assis aux bonnes places, mais c’est franchement mal expliqués (ou alors on est franchement très stupides, ce qui est possible aussi en fait).

vietnam hanoi marionnettes eau

Le spectacle dure environ une heure et se compose de plusieurs petites scénettes reprenant des scènes de la vie quotidienne, des légendes et des récits historiques. Le tout est accompagné d’un orchestre traditionnel en live et avec de chants.

vietnam hanoi marionnettes eau

Il y a un petit personnage principal dans le spectacle, une sorte de fermier bien heureux, qui raconte les différentes histoires. Mais comme tout est en vietnamien, on ne comprend rien. Il parait qu’il y a des sous-titres visibles quelque part pour ceux aux premiers rangs … il parait! En tout cas les marionnettistes sont vraiment doués et on oublie très vite qu’il y a des gens qui animent tout et ça et on se laisse prendre au jeu et au spectacle.
On pensait que ce serait vraiment kitsch et on y est allé un peu en traînant les pieds, dans le genre « c’est super touristique mais ça fait partie des choses à faire » et en fait, et bien c’était pas mal du tout! 🙂

vietnam hanoi marionnettes eau

Les marionnettes sont articulées et contrôlées par des longues perches invisibles sous l’eau, et les marionnettistes sont cachés derrière le décor et passe toute la représentation les jambes dans l’eau. Cette tradition de marionnettes sur l’eau remonte à la dynastie Ly au XIIe siècle.

vietnam hanoi marionnettes eau

Standing ovation à la fin, tout le monde il est content.

vietnam hanoi marionnettes eau

Il est en principe interdit de prendre des photos, ou alors il faut payer un supplément. Thug life! 😉

Ensuite on rentre tranquillement en flânant dans les ruelles de « notre quartier ».

vietnam hanoi rues

Alors qu’on s’arrête prendre un dernier verre à la terrasse d’un bar, on entend parler quelques mots de français à une table voisine. C’est ainsi qu’on fait la connaissance de Anna, une polonaise très sympa et de son compagnon français, qui sont aussi en voyage. Les verres s’enchaînent. Il commence à être vraiment tard. On découvre que des jeeps de la police ou de l’armée (ce n’était pas très clair) circulent dans les rues et ordonnent au bar d’éteindre la musique ou même de fermer les établissements. C’est en partie pour permettre aux gens de dormir car tout le monde (ou presque) se lève tôt, mais genre vraiment tôt. Un réveil à 4 h du mat’ ici c’est presque une grasse matinée! Du coup pour pouvoir rester ouvert plus longtemps, on voit des patrons de bars courir dans la rue pour donner des billets au plus haut gradé de la jeep. Mais au deuxième passage de la jeep, on sent que ça ne rigole plus trop, alors le bar ferme le rideau métallique et les jeunes qui font le service nous invitent à rester à l’intérieur et à ne pas faire de bruit pour ne pas se faire repérer. Une fois le danger éloigné, la musique revient et on sympathise tous autour d’une dernière tournée 🙂 Tout le monde se fait la bise en sortant, on prend les contacts, etc …  très chouette soirée!
On titube un peu dans la rue mais on arrive à retrouver la porte de l’hôtel, ouf! 🙂

<< Jour 1 – Hanoï
>> Jour 3 – Ninh Binh – Tam Coc

Jour 1 – Hanoï

Jour 1 – Hanoï

Ça y est nous sommes dans l’avion, destination le Vietnam. Pour le vol on a choisi la compagnie Thaï Airways. On commence avec un A380 de Paris à Bangkok (escale 1h45) et un 777 jusqu’à Hanoï, arrivée dans la matinée. L’aller-retour à 650 Eur par personne. Carrément abordable!
L’arrivée à l’Aéroport international de Nội Bài commence par une première frayeur : la carte bleue reste coincée dans le distributeur de billets! Après une bonne demi heure pour se faire comprendre par le personnel et trouver quelqu’un pour nous dépanner, enfin la carte est de retour dans nos mains et on peut retirer nos premiers billets. Pendant ce temps là, le chauffeur privé de l’hôtel nous attend patiemment avec sa pancarte.
Comme hôtel, on a choisi l’hôtel Prince 2, plutôt bien situé dans le vieux quartier de Hanoï, à 28$ la nuit et prise en charge à l’aéroport pour 15$ de plus (ils font des promos prise en charge gratuite à l’aéroport si on reste 3 nuits consécutives). Depuis l’aéroport jusqu’au vieux Hanoï, le trajet n’est franchement pas paradisiaque, la banlieue est grise et moche, à l’image de la météo, grise et moche. L’accueil à l’hôtel se fait sans soucis, la chambre est propre, il y a un ordi et internet à disposition (par contre le Windows en vietnamien bon courage, et les premiers soucis de messageries arrivent, car elles nous rejettent pensant qu’il s’agit d’une tentative de piratage!)
http://princehanoihotel.com/fr/prince2/

Allez hop, en route! on ne perd pas plus de temps dans cette chambre, direction l’extérieur car ça grouille de vie et on a envie de découvrir!

Très rapidement on prend la mesure de la vie de quartier vietnamienne. Tout se fait sur le trottoir : manger, boire, cuisiner, réparer les scooters, installer un salon de coiffure ambulant, etc … Le trottoir sert à tout, sauf aux piétons! Les rues sont littéralement envahies de scooters et de mobylettes qui circulent dans tous les sens et qui klaxonnent tout le temps. De temps en temps quelques voitures apparaissent, ou un vélo lourdement chargé de fruits et légumes.
Très rapidement aussi, il faut apprendre à traverser la route. La première fois est un peu flippante. Pas de passage piéton, quasiment pas de feux de signalisation, et un flot continu de circulation. La technique : traverser sans hésiter, en ne marchant pas trop vite, et en regardant les gens qui viennent vers vous. Le reste se fait naturellement, tout le monde vous évite et ça reste fluide. Il faut juste ne pas s’arrêter ni revenir en arrière. Ça parait tellement normal ensuite qu’on n’y pense plus 🙂
Très rapidement on sent aussi la gorge qui pique un peu. Sachez-le, la ville est très polluée, et Hanoï se retrouve fréquemment sur le podium des villes avec l’air le plus pollué au monde. Donc un conseil, même si ce n’est pas très esthétique et que ça ne protège pas tant que ça, n’hésitez pas à utiliser un petit masque, comme beaucoup d’habitants. Et puis ça fera un souvenir sympa à rapporter haha 🙂

vietnam hanoi voie ferree

Une astuce pratique si vous voulez avancer vite à pieds dans les rues de Hanoï mais que vous voulez vous éloigner des grands axes bruyants et pollués, il suffit de marcher sur la ligne chemin de fer qui traverse la ville depuis la gare centrale jusqu’au pont Cầu Long Biên. Ici pas de bruit et pas de scooters à éviter 🙂

vietnam hanoi train

Pas de panique, c’est (presque) sans danger, il suffit de voir que les gens vivent collés à la voie de chemin de fer pour s’en rendre compte. En fait un train passe à faible allure à 16h et 19h en frôlant les habitations, les enfants continuent de jouer et les adultes de discuter tranquillement. Le reste de du temps, c’est tranquille!

vietnam hanoi train

Pour se repérer dans Hanoï, j’ai mon appli GPS préférée sur le smartphone (Ulmon) et on avance sans trop se poser de questions à travers le dédale de ruelles plus ou moins bien signalées. On arrive donc rapidement à la place Ba Dinh.
A l’époque de la colonisation française, ici, c’était le grand rond-point Puginier, entouré de parcs et de villas.

hanoi rond-point puginier

Ensuite ça a changé. Le rond point est devenu une grande place. Après la défaite du Japon pendant la 2nde Guerre Mondiale, c’est sur cette place rebaptisée Ba Dinh que la déclaration d’indépendance du Viêt Nam est faite par Ho Chi Minh le 2 septembre 1945 devant une foule de plus de 400.000 personnes en liesse. C’est aussi sur cette place que se dérouleront les obsèques de Ho Chi Minh en 1969 et qu’un mausolée sera construit en son honneur en 1975. Autant dire que cette place a une importance particulière pour les vietnamiens.
C’est aussi la plus grande place du pays (320m de long, 100m de large). Au milieu se dresse un grand mat de 25m de haut où flotte le drapeau vietnamien, rouge avec l’étoile d’or (la cérémonie du lever des couleurs et la descente du drapeau, c’est tous les jours à 6h et 21h).

vietnam hanoi mausolee ho-chi-minh

Le Mausolée de Ho Chi Minh est inauguré en 1975 et s’inspire de celui de Lénine à Moscou. Il est possible de le visiter (gratuit) de 8h à 11h et les règles à l’intérieur sont très strictes (pas de photos, pas de shorts, etc …). Régulièrement le corps embaumé  du symbole de la patrie vietnamienne part en Russie pour subir un nouveau bain dans le « basalm ». C’est le nom de la fameuse mixture soviétique (recette jalousement gardée et top secrète) qui permet de conserver miraculeusement la dépouille. Pas de visite pour nous, mais c’est presque un pèlerinage annuel pour des millions de vietnamiens et il est fréquent de voir une file interminable devant. Donc si ça vous branche il va falloir être très très patient.

vietnam hanoi memorial ho-chi-minh

Autour de la place se trouvent d’autres grands bâtiments gouvernementaux, comme par exemple celui de l’assemblée nationale, Tòa nhà Quốc hội, inauguré en 2014.

vietnam hanoi assemblee nationale

Au sud ouest de la place se trouve un petit temple qui est pourtant un des plus connu du pays. C’est la pagode Môt Côt, aussi appelée la pagode du Pilier Unique. « A l’origine » elle date du XIe siècle. A cette époque, l’empereur Lý Thái Tông a la vision de la déesse Quan Am qui lui présente son fils sortant d’une fleur de lotus. Quelques temps plus tard son épouse lui donne enfin un fils, et il fait construire ce temple en l’honneur de la déesse. La forme est sensée rappeller la fleur de lotus et une statue de la déesse repose à l’intérieur.
Je dis « à l’origine », car le temple a été détruit par les français (comme bien d’autres monuments) en 1954 en quittant le pays. Il est reconstruit par le nouveau gouvernement vietnamien en 1955, avec un pilier en béton en remplacement de l’énorme pilier en teck qui était là depuis des siècles.

vietnam hanoi pagode pilier unique

Juste à côté de la pagode il y a un petit temple.

vietnam hanoi pagode pilier unique

En quelques minutes, on se rend compte que malgré le communisme, la ferveur religieuse n’est pas un vain mot ici. On croisera à de nombreuses reprises des gens en prières dans les nombreux temples qu’on croisera et il y aura toujours quelques bâtonnets d’encens se consumant à côté des offrandes.

vietnam hanoi pagode pilier unique

Juste à côté, il y a un grand bâtiment blanc, on ne peut pas le louper, c’est le Musée Ho Chi Minh. Comme son nom l’indique, il est entièrement consacré à Ho Chi Minh et il est inauguré en 1990 pour célébrer les 100 ans de sa naissance. Si sa vie, son œuvre et ses objets personnels vous intéresse réellement il faut y aller, sinon je pense que la visite peut s’éviter sans trop de regrets. Nous, on l’a zappé.

vietnam hanoi ho-chi-minh museum

Une fois ce musée contourné, en suivant l’avenue Ngọc Hà, on arrive devant l’entrée du Jardin Botanique. Il s’étend sur 10 hectares et c’est le plus ancien parc de la ville. L’entrée est payante mais vraiment pas chère (2000 VDN) et en fait je crois que seuls les étrangers payent, et encore, si la dame a l’entrée pense à vous alpaguer pour vous vendre son ticket.

vietnam hanoi jardin botanique

Le parc est agréable pour faire une petite pause verte, loin de l’agitation de la ville, du bruit et de la circulation incessante. Il y a deux petits lacs, de grands arbres, mais ça se résume à peu près à ça, et aussi à quelques cages où croupissent des animaux (pas cool du tout) …
Malgré la pollution ambiante, beaucoup d’habitants font du sport ici : gymnastique ou course. Mais l’activité sportive omniprésente et que je connaissais à peine, c’est le Dacau.
C’est un sport très répandu ici. On verra souvent des gens y jouer, sur des places, dans la rue, dans des cours d’écoles. En gros c’est comme du badminton mais avec les pieds ou d’autres parties du corps (sauf les mains). C’est super impressionnant et on est resté un moment à les observer.

vietnam hanoi dacau sport

Le badminton aussi nous en met plein les yeux, et je suis à peu près sûr que c’était des champions olympiques à l’entrainement devant nous!

vietnam hanoi badminton

On finit par sortir du Jardin Botanique pour aller vers le nord et rejoindre les berges du grand lac Tay Ho (aussi appelé Lac de l’Ouest). Un autre de ses surnoms c’est le lac des amoureux. C’est le plus grand lac du Vietnam avec 500 ha et on vient ici pour prendre un bol d’air pur (enfin un bol d’air un peu moins pollué que dans le reste de la ville), profiter des couchers de soleil, faire une petite croisière ou un tour de pédalo-cygne. Regardez, ça donne envie hein ? 🙂

vietnam hanoi pedalo cygne

Comme on n’est pas venu faire un tour de pédalo et que le soleil, on ne sait même pas où il est 🙂 Il faut bien trouver autre chose à faire. Et ça tombe bien!
Ici se trouve la Pagode Trấn Quốc. C’est la plus ancienne pagode de la ville. A l’origine sa construction remonte au VIe siècle et à l’époque elle se trouvait sur les berges du grand fleuve rouge pas très loin d’ici. Mais en 1615, les rives du fleuves deviennent instables et le temple est déplacé sur une petite île du lac Tay Ho, et une passerelle est construite pour y accéder. Il est enfin rénové en 1815.

vietnam hanoi tran quoc

vietnam hanoi tran quoc

C’est un lieu qui a une grande importance pour les vietnamiens et cette pagode est même surnommée « Défense de la patrie ». Il faut donc respecter les lieux et les personnes en prières, et bien sûr éviter les tenues trop « touristes plages ». Accès gratuit.
Il y a un grand stupa de 15m de haut avec plusieurs étages correspondant à des étapes de la vie du bouddha Amitābha. Comme le veut la tradition, le nombre est impair, ici il y en a 11.

vietnam hanoi tran quoc

L’endroit est très zen et reposant. Pas de bruit, des fidèles en prières, les odeurs d’encens, on est serein.

vietnam hanoi tran quoc

vietnam hanoi tran quoc

vietnam hanoi tran quoc

On découvre ici nos premières tuiles vietnamiennes. Elles sont très particulières par leurs formes. Par contre on n’est pas trop certain pour la ressemblance. Il parait que ce sont des écailles de tortues et d’autres disent des écailles de dragon. En tout cas, il faut imaginer des écailles 🙂

vietnam hanoi tran quoc

Après cette petite halte méditative, on reprend la balade, et on quitte le lac pour retourner vers la place Ba Dinh. En arrivant par le nord, on passe juste devant le Palais présidentiel. On ne peut pas le louper avec sa couleur jaune moutarde! C’est la résidence principale du Président de la République du Vietnam et c’est évidemment interdit au public. C’était l’ancien palais utilisé par les gouverneurs d’Indochine.

vietnam hanoi palais presidentiel

Dans le parc du palais, se trouve la maison sur pilotis de Ho Chi Minh. C’est là où il a fini sa vie, car il ne voulait pas habiter dans le palais et souhaitait vivre simplement. On ne l’a pas visité, et pour y accéder il faut passer par la visite du Mausolée. A vous de voir.
On longe ensuite la rue Hoàng Văn Thụ et la grande avenue Hoàng Diệu où on assiste encore à un match de dacau sur le trottoir.

vietnam hanoi dacau

Arrivé au croisement (bon courage pour traverser l’avenue haha) se trouve l’Église des Martyrs. Elle date de 1932 et elle est dédiée aux Martyrs du Vietnam. Il s’agit des 117 chrétiens béatifiés par le pape Jean Paul II en 1988, choisis parmi les nombreux croyants persécutés et tués au Vietnam. On estime qu’entre 1740 et 1883, entre 130.000 et 300.000  personnes sont mortes à cause de leurs croyances chrétiennes. Cette même persécution se produisait dans les autres pays d’Asie, au Japon aussi notamment.

vietnam hanoi eglise martyrs

Juste en face de l’église, se trouve la porte nord de la citadelle de Hanoï. En fait on a un peu de mal à comprendre sur place car à part une porte, il n’y a rien d’autre. Faisons un peu d’histoire : il faut remonter jusqu’en l’an 1010 quand l’empereur Lý Thái Tổ  décide d’installer sa capitale à Than Long (c’est l’ancien nom de Hanoï). Il y fait construite une grande cité interdite pour régner. Pendant plusieurs siècles, la citadelle de la cité interdite protège le cœur du pouvoir vietnamien, jusqu’au transfère de la capitale à la ville de Hué en 1806 pour en faire la nouvelle cité impériale. Quand les français colonisent le pays, ils rasent presque intégralement la citadelle de Hanoï pour installer des casernes à la place 🙁 … il ne reste donc presque plus rien, à part les grandes portes qui entouraient la citadelle. Des fouilles permettent régulièrement de retrouver quelques vestiges de plus d’un millénaire de pouvoir vietnamien.

vietnam hanoi citadelle porte nord

Pour revenir à une note plus joyeuse, vers la fin du mois de mars, il reste encore un peu partout à Hanoï des décorations du nouvel an vietnamien qui a lieu début février, la fameuse fête du Têt et son incontournable “chúc mừng năm mới” (bonne année) écrit partout 🙂

vietnam hanoi fete tet

Ensuite, on prend la rue Hnag Luoc pour retourner vers le vieux Hanoï. Dans cette rue il y a la seule mosquée du nord du Vietnam, la mosquée Al-Noor. Ce sont les premiers marchands indiens musulmans à s’implanter dans le pays qui la construiront pour pouvoir y prier à partir de 1890.

Plus loin, on entre dans le vieux quartier, aussi appelé le quartier des 36 corporations. Il s’est créé à partir du XVe siècle. C’est un dédale de ruelles où chacune est dédiée à un corps de métier particulier (la liste des 36 rues et des métiers par ordre alphabétique c’est ici). A l’origine chaque rue permettait d’écouler la production des villages de métiers installés autour de Hanoï, et l’organisation de la vie dans chaque ruelle s’organisait autour d’une corporation.

vietnam hanoi hnag luoc

Nous voilà de retour à l’hôtel PrinceII, et hop une petite douche pour se décrasser. On ressort boire un verre dans un bar juste à côté car on trouve sa déco en façade assez cool, c’est le Beer 2KU (2 Cửa Nam, Hoàn Kiếm).

vietnam hanoi rues

vietnam hanoi beer 2ku

Ensuite on cherche un endroit où manger, et un gros orage éclate dans la soirée. Des trombes d’eau s’abattent sur la ville. Un peu au hasard (et aussi car il y avait du monde installé), on se pose au Nam Bit Tet (). Pendant la journée c’est une quincaillerie sur le trottoir, mais le soir venu, la marchandise est rentrée et les tabourets sont de sortie. La cuisine s’installe sur le trottoir et se met en action. C’est notre première véritable rencontre avec la street food locale 🙂 et ça s’est très bien passé. L’ambiance était très conviviale et on ne comprenait absolument rien à tout ce qui se disait autour de nous 🙂

vietnam hanoi nam bit tet

Enfin, retour à l’hôtel pour une bonne nuit de repos après une bonne dizaine de kilomètres à pieds de ballade et de découvertes à Hanoï 🙂

>> Jour 2 – Hanoï

Rome – Antique

Toutes les routes mènent à Rome, c’est bien connu. Et à Rome, toutes les routes nous ramènent à son passé, la Rome moderne n’est jamais éloignée de la Rome Antique.
Alors hop en route, retournons dans le passé!

Le Colisée

Notre balade dans le passé commence devant le monument le plus célèbre de Rome, le Colisée. Faisons simple : c’est le plus grand construit dans l’empire romain et c’est l’une des plus grandes œuvres de l’architecture et de l’ingénierie romaines!
Sa construction commence en l’an 70 sous le règne de l’empereur Vespasien et se fini sous celui de l’empereur Titus en l’an 80. Il est bâti pour les romains, pour leur rendre un terrain que Néron avait annexé. C’est le butin amassé pendant la première guerre judéo-romaine et le pillage de Jérusalem et du palais d’Hérode qui financera en grande partie sa construction.
Pour son inauguration, aussi fou que ça puisse paraitre, l’empereur propose aux romains une naumachie. Ça consiste à faire une reconstitution historique d’une bataille navale … et donc l’arène est remplie d’eau pour que des bateaux y flottent et que des marins (condamnés à mort) s’y entretuent. Et c’est réellement de cette tradition des naumachies que viendrait la fameuse expression « ceux qui vont mourir te salue ». Ces naumachies demandaient tellement de moyens qu’il n’y a en a eu que trois grandes en un siècle.

rome colisee

Le Colisée fait 189m de long pour 156m de large et 48m de hauteur et il pouvait accueillir jusqu’à 75.000 spectateurs! C’est d’ailleurs un déballage de superlatifs et de chiffres dès qu’on s’y intéresse. En l’an 107, sous le règne de Trajan, pas moins de 11 000 animaux et 10 000 hommes auraient été impliqués durant 123 jours de fête! Plus de 2.000 marins s’occupaient du Velarium, les immenses voilures tirées par des cordages qui permettaient de mettre le public à l’ombre les jours de fortes chaleurs. Des dizaines d’ascenseurs dans les souterrains permettaient de monter instantanément des animaux sauvages ou d’installer des éléments de décors, et il y avait même des centaines d’esclave chargés de rafraichir les spectateurs avec des brumisateurs d’eau parfumées!

rome colisee by night

Il subira des incendies (des gradins en bois) et plusieurs tremblements de terres et au V ème siècle les combats de gladiateurs sont interdits à Rome. Au cours des siècles qui suivent, on y construit une église, un cimetière, on s’en sert comme habitation, on utilise ses tunnels comme ateliers, ses remparts comme une forteresse. Le Colisée au service des romains! Et en 1349, badaboum, un nouveau grand tremblement de terre fait s’écrouler un grand pan de l’enceinte. Avec l’autorisation du pape, tout le monde vient se servir et récupérer les énormes blocs de pierre, une bonne partie a été réutilisée pour la façade de la Basilique Saint Pierre et pour d’autres palais et églises de Rome. Il retombe dans l’abandon, se recouvre en partie de végétation et devient un lieu de pèlerinage en souvenir des premiers martyrs chrétiens. C’est Napoléon qui fera les premiers véritables travaux de restauration et de nos jours le Colisée continue de défier les siècles. Bientôt 2.000 ans d’existence, et presque pas de rides!

Avec plus de 6 millions de visiteurs par an, c’est LE lieu de visite incontournable de Rome, et c’est peut être un peu pour ça qu’on ne l’a pas visité 🙂 (vous serez sans doute vite agacé par la foule autour). On sans doute loupé quelque chose mais je pense qu’il  est plus joli à voir de l’extérieur que de l’intérieur …
Si vous tenez à le visiter, plus d’infos ici sur le site officiel.

Arc de Constantin

Lui aussi on ne peut pas le louper, il est à quelques dizaines de mètres du Colisée. Évidemment il est beaucoup plus modeste que son illustre voisin, avec « seulement » 21m de haut sur 26m de large. L’Arc de Constatin est construit en l’an 315  en l’honneur des 10 ans de règne de l’empereur Constantin  et c’est le dernier Arc de Triomphe construit à Rome.

rome arc constantin

ll est dans l’axe de la Via di San Gregorio, une grande avenue pavée, bruyante et embouteillée par les voitures … mais durant l’antiquité, c’était la Via Triumphalis, la grande route de prestige utilisée par les empereurs de retour à Rome pour célébrer leurs triomphes.

Le Forum Romain

On ne peut pas parler de la Rome Antique sans visiter le Forum Romain. C’était la place principale de Rome, là où tout se jouait. Le cœur de la vie politique, économique et religieuse. Son aménagement débute dès le VI ème siècle avant JC et continuera jusqu’à la chute de l’empire romain au V ème siècle. Les principaux bâtiments liés au commandement de la capitale et de l’Empire se trouvaient ici. Puis pendant le moyen age, le site tombe dans l’oubli. Les bâtiments et les statues sont détruites et on récupère des matériaux pour bâtir de nouveaux édifices dans la ville. Petit à petit, le niveau du sol monte, la terre recouvre le site tout l’espace devient un pâturage pour les vaches romaines! Et c’est principalement les fouilles réalisées sous Napoléon III qui lui redonneront son aspect actuel.
La visite du Forum se combine avec celle du Mont Palatin. Je vous encourage vivement à réserver votre billet à l’avance et à venir tôt le matin, dès l’ouverture, pour avoir une visite à peu près tranquille 🙂 Pensez à prendre des guides audio ou papier avec vous, car il n’y a pas d’indications ou d’explications sur place et on est vite perdu au milieu des ruines.
Plus d’infos sur le site officiel.

On commence par marcher le long de la Via Sacra (Voie Sacrée) et il faut imaginer que ces vielles pierres sur lesquelles on marche sont celles de la plus vieille rue de Rome et qui date sans doute de sa fondation vers -753! Attention aux chevilles, le dallage a un peu bougé depuis 🙂
On arrive ensuite directement devant l’Arc de Titus, construit en l’an 81 pour célébrer la victoire de Titus et la Prise de Jérusalem. Il a été rénové en 1822 car entre temps il avait été incorporé à un autre bâtiment au moyen age et une bonne portion de la partie supérieure s’était écroulée.

rome arc titus

Le Temple d’Antonin et Faustine est sans doute le mieux conservé. Il est construit en l’an 141 par l’empereur Antonin en souvenir de la mort de son épouse l’impératrice Faustine. Au XI ème siècle l’Église San Lorenzo in Miranda est construite au milieu des ruines du temple.

rome forum

Une photo « typique » de Rome : des ruines et des chats 🙂

rome forum

Pendant toute votre visite au forum, vous êtes observés par les autres visiteurs sur les hauteurs de la colline Palatin. Il est temps de faire comme eux, d’aller siffler la haut sur la colline avec un petit bouquet d’églantines, zai zai zai ♪♫ C’est une des 7 collines de Rome à ses origines (depuis elles ont été rasées, remaniées, comblées, bref il ne faut plus trop les chercher). Pour rejoindre le sommet, le mieux est d’emprunter la Rampe de Domitien. Cette rampe permettait de relier le forum (centre administratif et économique) avec le centre du pouvoir, le Palais Impérial. La rampe est gigantesque! Plus de 300 mètres de long et elle atteint parfois 35 mètres de haut! On se demande vraiment à quoi pouvait servir une telle hauteur sous plafond … (Elle a disparu du paysage au moyen age suite à des grands éboulements de terrain et a été « redécouverte » lors des fouilles au début du XXème siècle).

rome forum

Depuis le haut de la colline à 70m, on domine le forum et on peut essayer de s’imaginer ce que ça devait faire comme effet pour un empereur romain de venir prendre son café sur la terrasse à l’extrémité du jardin et regarder l’agitation plus bas.

rome forum

Une fois sur place on a quand même du mal à se mettre dans la peau d’un empereur romain, même avec beaucoup d’imagination, impossible de se représenter la grandeur des ruines qui nous entoure. Et par exemple en sortant de la rampe de Domitien … on n’arrive pas dans un palais, mais dans un jardin. Mais avant le jardin il y avait un palais.  C’est le Jardin Farnèse, qui a été aménagé au XVI eme siècle (c’était d’ailleurs le premier jardin botanique d’Europe) et effacé les ruines du palais de Tibère. Une grande partie de la colline a subit le même sort. Après la chute de l’empire romain, des grandes familles se sont installées sur la colline et on copieusement pillées les ruines à leur disposition. Du recyclage en grand.

Il reste quand même quelques ruines intéressante, comme par exemple l’Hippodrome de Domitien. Un petit hippodrome privé à disposition de l’empereur, trois fois rien, 160m de long sur 50m de large, de quoi faire du poney avec les enfants et martyriser quelques chrétiens à l’heure du gouter … oui, pas évident d’imaginer une vie d’empereur romain ….

rome stade domitien

Plus loin, vers le Domus Flavia, qui était le palais officiel pour les réceptions, il ne reste quasiment plus rien et il faut regarder au sol pour espérer voir quelques vestiges du passé (bon ok j’exagère un peu). Il y a par exemple la grande fontaine octogonale qui était au cœur de ce palais fastueux. Maintenant c’est du gazon avec quelques fleurs … et rien … Je pense que la visite du site pourrait vraiment gagner en richesse avec quelques bornes interactives, des reconstitutions 3D ou des maquettes, car on passe sans vraiment comprendre où on met les pieds.

rome fontaine domus flavia

rome forum

Par exemple, nous sommes avons vu cette maison sans vraiment comprendre de quoi il s’agissait ni réellement chercher à le découvrir. Comme elle ne payait pas trop de mine, j’ai émis l’hypothèse que c’était la maison du jardinier ou du gardien qui vérifie que plus personne ne reste sur le site le soir venu. Et bien non! C’est la Casina Farnese. Le dernier bâtiment datant de la Renaissance, encore debout sur la colline après les nombreuses fouilles réalisées, monument classé et qui renferme des fresques du XVIe siècle. Comme quoi il ne faut pas toujours se fier à la carrosserie 🙂

rome casina farnese

On peut aussi voir quelques restes de marbre jaune antique. Il était issu de carrières en Tunisie.

rome forum marbre jaune

Circus Maximus

En sortant du Forum, et en longeant la colline le long de la Via Di San Gregorio, on arrive devant un immense espace gazonné en forme de cuve. C’est le Circus Maximus, ou Cirque Maxime. Avec 600m de long et 80m de large et pouvant accueillir 300.000 spectateurs dans ses gradins, c’est l’une des plus grandes arènes sportives jamais construit! Jusqu’à la construction du Colisée, c’est ici que se dérouleront les grands combats de gladiateurs et les plus fameuses courses de chars! Lui aussi comme beaucoup de ruines antiques a été pillé et ses pierres réutilisés. Il ne reste plus grand chose à voir, mais une fois sur place on a quand même une bonne idée des dimensions.

Forum de Trajan

Au nord du Forum antique, à côté de la Piazza Venezia se trouve le Forum de Trajan. C’est le dernier forum construit à Rome. Bon je vous avoue que je n’ai pas vraiment d’histoire à raconter à ce sujet, on passe presque à côté sans les apercevoir, tellement on l’impression de rencontrer ce genre de ruines tous les cent mètres à Rome.

rome foro traiano

Tout ce que je peux vous dire, c’est que les ruines sont bien mises en valeur par l’éclairage nocturne 🙂 Idem pour les Marchés de Trajan.

rome marché trajan

La pièce la plus connue ici reste la colonne Trajane. Elle est construite en l’an 113 pour célébrer les victoires de l’empereur Trajan. Elle fait 40m de haut et à survécu intacte à près de 2.000 ans de vie romaine, de tremblements de terre et de pillages. Presque un miracle! On ne le dirait pas mais la colonne est creuse et un escalier en spirale permet d’arriver au sommet. La statue de l’empereur au sommet a néanmoins été remplacée par une statue de Saint Pierre, c’est plus religieusement correct.

rome monument victor emmanuel

Il y a une frise en spirale qui recouvre toute la colonne et qui est richement. La frise fait 200m de long et représente 155 scènes avec plus de 2.000 personnages! Considérée comme un chef d’œuvre de l’antiquité, plusieurs moulages ont été réalisées, donc celui de Napoléon III et il y a une réplique dans le fossé du château de St Germain en Laye à côté de Paris.

Largo di Torre Argentina

En plein centre ville, au croisement de deux avenues embouteillées de voiture, on tombe sur ces ruines et on se demande un peu ce qu’elles font ici. C’est Largo di Torre Argentina. En 1909, alors que le quartier est en complète transformation et qu’on construit des nouveaux immeubles en peu partout, en démolissant l’église qui se trouvait ici, les ouvriers font une drôle de découverte. Une énorme statue est déterrée, et ensuite des fouilles sont lancées, et c’est un grand complexe de 4 temples qui est mis à jours. C’est Mussolini qui décidera de préserver cette zone et il en fait une sorte de sanctuaire, inauguré en 1929. La zone est interdite au public, mais ouverte aux chats. Et vous verrez probablement beaucoup de chats errants se la couler douce affalés sur des pierres chauffées par le soleil 🙂

rome largo argentina

Le Château Saint-Ange

Situé dans le quartier Borgo au nord de la ville, de l’autre côté du Tibre. C’est une imposante construction circulaire visible de loin. Le monument a été construit en l’an 130 pour servir de mausolée à l’empereur Hadrien. Il reprend le même modèle que le mausolée d’Auguste à quelques centaines de mètres et construit un siècle plus tôt. Le monument sera ensuite rapidement intégré comme élément de fortification dans la défense de la ville et servira aussi de prison au Vatican, ce qui lui a permis d’être assez protégé par le temps jusqu’à nos jour. Il porte le nom de Saint-Ange suite à une vision du pape Grégoire Ier en 590 qui aurait vu un ange au sommet du mausolée remettre son épée dans un fourreau et dans le même temps l’épidémie de peste qui sévissait à l’époque ce serait arrêtée.

rome chateau saint ange

rome chateau saint ange

Les Thermes de Caracalla

Je vous conseille vivement de poursuivre votre balade dans Rome et votre voyage dans la Rome Antique en marchant quelques centaines de mètres au sud du Colisée pour visiter les Thermes de Caracalla. Personnellement, c’est le lieu qui m’a le plus impressionné à Rome. Les ruines sont gigantesques. Il faut dire qu’ici, il y a plus de 1800 ans se trouvaient les plus grands et les plus luxueux thermes de l’empire romain. Le site fait 11 hectares et il faut imaginer un lieu regroupant des boutiques, des restaurants, des bibliothèques, un stade, et des bains pouvant accueillir 1600 personnes. Un énorme complexe mais qui n’est pas uniquement dédié au loisir et à la trempette. C’était aussi un lieu de rencontre et d’affaires. Et surtout, les Termes de Caracalla c’était un concentré de toute ce que pouvait offrir l’empire Romain. Les plus belles statues, les plus beaux marbres, les plus beaux ivoires, des mosaïques immenses. Tout ce que les romains avaient pu prendre de richesse aux territoires conquis se retrouvait en partie ici.

rome thermes caracala

La construction s’est faite en utilisant un remblais qui grimpait en même temps que les murs grandissaient. Ensuite on faisait les finitions et on enlevait le remblais au fur et à mesure. Beaucoup de terre à déplacer mais pas d’échafaudages compliqués à mettre en place, simple et pratique, les thermes sont achevés en 10 ans à peine!

rome thermes caracala

Les thermes étaient alimentés en eau par un aqueduc qui permettait de remplir pas moins de 64 citernes de 80.000 litres chacune. Ces citernes étaient situées un peu plus loin et en hauteur pour permettre d’avoir assez de pression pour envoyer l’eau aux thermes. Ces eaux en passant par un dédales de tuyauteries dans des souterrains étaient réchauffées par un énorme four entretenu par des centaines d’esclaves. Bains chauds (jusqu’à 50°C), bains froids, salles de sports, massage, et une piscine à ciel ouvert aux dimensions olympique! la totale!

rome thermes caracala

La aussi, ces ruines ont souffert. Tout d’abord quand l’aqueduc a été détruit lors des invasions des Ostrogoths, puis une fois inutilisables, les thermes ont été petit à petit pillés. Les statues, les baignoires et toutes les richesses ont alimentés les palais des grandes familles romaines. Les pierres des thermes ont permis de construire ces palais et les églises de Rome. Mais il en reste suffisamment pour être réellement impressionné. En plus il y a de l’espace, il n’y a pas de foule, bref c’est une visite qui vaut le coup! Validé 🙂

Enfin dans le quartier Ostiente, à la station de métro Piramide, se trouve la Pyramide de Cestius. A l’époque Rome venait de conquérir l’Egypte et la culture de ce pays était à la mode. Le préteur Caius Cestius Epulo décide donc de se faire construire ce tombeau à la façon égyptienne. Elle fait 36 mètres de haut et elle est beaucoup plus pointue que ces sœurs égyptiennes. La pyramide est réalisée en moins de 330 jours en l’an -18 av JC. Elle a ensuite été incorporée au mur d’Adrien qui entourait la ville. Elle a été restaurée en 2015 et a retrouvée sa blancheur d’il y a 2000 ans.

rome pyramide cestius

Juste à côté se trouve la Porte San Paolo, qui s’appelait avant Porta Ostiensis et qui était une des 17 portes fortifiées permettant de franchir le mur d’Aurélien pour rentrer dans Rome. Elle a été construite sous le règne de l’empereur Maxence au IVe siècle. Pendant le siège de Rome par les Ostrogoths en 549 c’est par cette porte que les « barbares » pénètreront dans la ville.

Et si on retournait visiter Rome ? Et puis tiens, et si on allait au Vatican ?

Vatican

Et si on allait visiter le plus petit état du monde ? Allez hop en route pour le Vatican!
Préparez vous à faire un voyage dans l’histoire et à en prendre plein les yeux!

rome vatican

Première étape, il faut aller à Rome, vous y êtes déjà? parfait. Ensuite, il faut aller au nord-ouest de la ville, traverser le Tibre, et emprunter la Via della Conciliazione. On ne peut pas la louper, c’est une imposante avenue de 420m de long et 40 mètres de large qui donne une perspective parfaite jusqu’à la Place Saint Pierre et la Basilique. Tout à l’air parfaitement à sa place depuis des siècles et pourtant non, cette avenue est toute récente. C’est Mussolini qui décide en 1936 de détruire tous les immeubles qui étaient ici pour créer cette grande avenue qui ouvre le Vatican sur la capitale romaine. C’est la rue de la Réconciliation, suite aux accords de Latran en 1929 qui réconcilient le Saint Siège et l’état italien, et créent ainsi la Cité État du Vatican.
Le Vatican compte un peu plus de 900 habitants sur une superficie totale de 0,439 km2, ce qui en fait le plus petit État au monde (et le moins peuplé).

rome vatican basilique saint-pierre

La Place Saint-Pierre

Au bout de l’avenue de la Réconciliation on arrive sur la Place Saint Pierre, face à la Basilique. Tout est gigantesque et démesuré. Il suffit de regarder la taille des gens sur les photos pour s’en rendre compte.
La Place Saint-Pierre actuelle remonte au pape Alexandre VII. En 1656 il décide de transformer complètement la place de l’époque pour en avoir une plus grande, plus majestueuse, avec des passages couverts et sans abimer les bâtiments déjà en place. C’est l’architecte sculpteur préféré des papes, Bernin, qui la réalisera de 1658 à 1667. Il dessine la forme actuelle sensée représenter les deux bras aimants de la mère de toutes les églises embrassant tous les croyants. On peut aussi y voir vue du ciel une forme de serrure et dont la basilique représente la clé. On reviendra plus tard sur ce symbolisme 🙂
Avec plus de 300m sur 200m, cette place peut accueillir plus de 300.000 personnes. Elle est entourée de 284 colonnes de 17 mètres de haut sur 4 rangées, et le tout est couronné de 130 statues.

rome fontaine place saint-pierre

Au centre de la Place Saint-Pierre se dresse l’obélisque du Vatican et deux grandes fontaines. Cet obélisque de 25 mètres de haut est chargé d’histoire, il a vu le jour en Égypte il y a 4.000 ans et a été déplacé une première fois d’Héliopolis à Alexandrie. En l’an 37 l’empereur Caligula décide de le faire venir à Rome, et pour ça le plus grande navire jamais construit à l’époque est mis à la mer (il fait plus de 100m de long et sera coulé ensuite pour servir de fondation au port d’Ostie). Une fois à Rome, l’obélisque trône au centre du cirque de Caligula, à quelques dizaines de mètres d’ici. Dans les arènes du cirque seront mis à mort des martyrs chrétiens, et vers l’an 67 ou 70, l’apôtre Pierre sera crucifié la tête en bas au pied de l’obélisque (la tête en bas car il ne se disait pas digne de mourir comme Jésus). Dans les siècles qui suivent, le cirque devient un jardin puis tombe en ruine, l’obélisque lui est toujours là, dressé et imperturbable. Sous le règne de l’empereur Constantin en 326 les ruines des gradins du cirque sont utilisées pour construite la première grande basilique du Vatican. Pendant plus de 1000 ans elle sera la destination des pèlerins chrétiens à Rome mais elle fini par tomber en ruine. Au XVIe siècle pendant la construction de la nouvelle basilique Saint Pierre, le pape Sixte Quint ordonne de déplacer l’obélisque pour le placer face à la future basilique. Il aura fallu presque une année entière en 1586 pour déplacer l’obélisque à son emplacement actuel. Plus de 900 hommes et des centaines de chevaux sont utilisés pour le redresser, le tout orchestré au son des tambours et des trompettes. Il y avait peine de mort pour celui qui parlait. En 1589, on retire le globe qui était au sommet (et qui contiendrait les cendres de Jules César) pour y installer une croix reliquaire contenant un morceau de la vraie croix.

rome vatican obelisque place saint-pierre

Une fois sur la place, cherchez cet emplacement au milieu des pavés. Une fois que vous y êtes, relevez le nez et regardez la place et les colonnes tout autour de vous.

rome vatican centro del colonnado

A cet endroit précis, le centro del colonnato, on a l’impression que les 4 rangées de colonnes n’existent plus mais qu’il n’y en a plus qu’une seule rangée unique. Ça ne va sans doute pas changer votre vie, mais ça vaut le coup d’être remarqué car quelqu’un a pensé à réaliser cette petite astuce il y a plusieurs siècles 🙂

rome vatican colonnes place saint-pierre

Ensuite on fait quoi ? on rentre directement dans la basilique ? et bien non, on sort de la place Saint Pierre, on évite soigneusement tous les vendeurs qui vous proposent des visites guidées sur mesure, des billets coupe files qui n’existent pas, bref l’habituel déballage de piège à touristes. On longe les remparts du Vatican vers le nord pour se retrouver devant l’entrée des Musées du Vatican.

Les musées du Vatican

Il y a en fait 12 musées réparties en 15 galeries et 1400 salles. C’est simplement une des plus grandes collections d’art du monde. C’est un des musées les plus riches que j’ai vu, c’est simple on a l’impression que chaque recoin du musée est couvert d’œuvres d’art du sol au plafond. C’est tellement rempli que je passerais « rapidement » sur ce qui a retenu mon attention 🙂 En tout cas, c’est pour moi une visite culturelle incontournable! Et pensez à venir tôt le matin.
Plus d’infos sur le site officiel.

L’entrée (inaugurée par le pape Jean-Paul II en 2002) se fait par un grand escalier moderne hélicoïdal.

rome vatican escalier entree musee

rome vatican escalier entree musee

Une fois arrivé en haut de l’escalier on a une jolie vue sur les jardins du Vatican avec le grand dôme de la Basilique Saint Pierre en arrière-plan.

rome vatican jardin

Ensuite c’est une profusion incroyables de statues, peintures, fresques et autres trésors que l’on découvre le long des galeries interminables. Personnellement j’ai tendance à prendre en photo les « insolites » 😉

rome vatican statues

On traverse entre autres la Galerie des cartes géographiques longue de 120m et qui regroupe une quarantaine de grandes cartes datant du XVIe siècle

rome vatican musee

rome vatican musee jesus
« Hey les gars, I’m back! »

Il faut régulièrement penser à lever le nez pour ne pas rater tous les chefs d’œuvres qui se trouvent aussi au plafond!

rome vatican musee

vatican musee plafond

Une salle des trésors où on n’ose même pas imaginer la valeur des bibles millénaires couvertes de dorures, les croix pleines de pierres précieuses, les différentes bagues ayant appartenu aux papes. Bling bling!

rome vatican musee tresor

Et ici le très beau plafond en trompe l’œil de la Salle des Papyrus.

rome vatican musee plafond-

La cour de la Pigne

Cette grande cour permet de sortir un peu de la foule et de prendre l’air. Le mot Pigne vient de Pina voulant dire « pin », car une énorme pomme de pin en bronze de 4 mètres de haut se trouve ici.

rome vatican pomme pin

Aussi bizarre que ça puisse paraitre l’origine de cette énorme pomme de pin n’est pas très précise. Il semblerait en tout cas que les paons en bronze eux, sont originaires du temple d’Adrien. L’énorme pomme de pin elle, aurait été au sommet du dôme du Panthéon. Le quartier du Panthéon se nomme d’ailleurs la Pigna. Toujours est-il qu’au moyen âge, l’ensemble était reconverti en fontaine devant l’ancienne basilique Saint Pierre et a été déplacé dans ce jardin ensuite. (et là on pourrait se poser la question « ok mais au fait pourquoi une pomme de pin?‘ et je vous laisse chercher par vous même les nombreuses théories et significations de la pomme de pin à travers les civilisations et les religions etc … très intéressant!)

Un peu plus loin il y a cette sculpture qui représente les armoiries du Vatican. La triple couronne du pape qui représente les trois pouvoirs : d’Ordre Sacré, de Juridiction et de Magistère. Une clé d’argent (pouvoir temporel) et d’or (pouvoir spirituel) croisés, et retenues par un lien, et qui sont aussi les clés des cieux que Jésus a donné à Saint Pierre «Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux»

rome vatican armoiries

Contre un mur, négligemment posée là, la tête géante de l’empereur Auguste.

rome vatican tete

Au milieu du jardin trône cette étrange sculpture de 4 mètres de diamètre. C’est la Sphère dans la sphère (n°6) de l’artiste italien Arnaldo Pomodoro, spécialisé dans les pièces monumentales en bronze. Il y en a de nombreuses autres à différents endroits du monde.

rome vatican sphere

rome vatican sphere

Un petit aperçu du Musée Chiaramonti, où des milliers de statues héritées de l’Empire Romain sont présentées. Il y en a juste trop!  🙂

rome vatican galerie statues

Plus loin dans une cour octogonale il y a le Musée Pio Clementino qui regroupe des grandes et splendides statues grecques et romaines.

vatican patio octogonal

rome vatican patio octogonal

vatican fresque

Et dans une des chapelles autour de la cour, il y a la Salle Ronde avec au centre la grande baignoire de Néron en porphyre rouge taillée d’un seul bloc, mais personnellement, c’est la grande statue de Laocoon qui attire mon regard. Cette imposante statue qui date de 40 av JC et de presque 3 mètres de haut est découverte lors de fouilles à Rome en 1506 et elle est immédiatement achetée par le pape Jules II. En 1515 le roi François 1er essaiera de lui racheter mais en vain. Le pape Léon X en fera faire une copie en marbre qu’il gardera chez lui à Florence (on peut la voir dans la Galerie des Offices).

rome vatican laocoon

Et au dessus de votre tête le très beau dôme de la salle ronde.

rome vatican dome salle ronde musee

Il y a même une section réservée à l’art contemporain voulu par le pape Paul VI et dans laquelle on peut retrouver des peintures de Dali par exemple.

rome vatican musee

rome vatican dali

rome vatican musee

La Chapelle Sixtine

A un moment dans votre visite, en suivant le flux des visiteurs, vous arriverez dans un petit escalier étroit, et en passant une petite porte vous vous retrouverez dans la Chapelle Sixtine, tout simplement. C’est très coloré, vraiment. J’avais un peu l’impression d’être au milieu d’une grande bande dessinée recouvrant les murs et le plafond. C’est évidemment rempli de monde, et tout le monde mitraille de photos sans interruption. Et régulièrement un prêtre prend le micro pour rappeler aux visiteurs qu’on est dans un endroit sacré, un lieu de prières, qu’il ne faut pas faire de bruit, et que les photos sont interdites. Et ensuite tout le monde se remet à prendre des photos 🙂

rome vatican chapelle sixtine

Depuis le XVe siècle, c’est ici que se réunissent les cardinaux pour élire un nouveau pape. La chapelle est rénovée en 1480 sur les restes d’une chapelle plus ancienne, et elle aurait les mêmes dimensions que le temple de Salomon (41 mètres de long sur 13 mètres de large et 21 mètres de haut). Les fresques sur les murs sont réalisées jusqu’en 1483 par les meilleurs peintres de l’époque. C’est le pape Jules II qui passe ensuite commande en 1508 pour la décoration de la voute de la chapelle. C’est Michel Ange qui s’en chargera et pendant les 4 années qui suivent, il peindra la grande voute de la Chapelle Sixtine. Au centre se trouve la célèbre Création d’Adam où Dieu tend la main vers le premier Homme pour lui insuffler la vie.

rome vatican chapelle sixtine

De 1536 à 1541, alors qu’il a 60 ans, Michel Ange sera pratiquement obligé par le pape Clément VII de peindre la monumentale fresque du Jugement Dernier sur le mur de la Chapelle Sixtine, 16 mètres de haut sur 13 mètres de large. Le mur a d’abord été quasi intégralement peint en bleu en utilisant du lapis-lazuli, et ensuite près de 400 personnages ont été peints autour du Christ. L’œuvre a fait scandale à l’époque, car ils étaient tous nus! Un an après la mort de Michel Ange, en 1565, le peintre Daniele da Volterra (et accessoirement ami de Michel Ange) sera chargé de peindre des voilages par dessus les parties génitales visibles, et il sera surnommé « le culottier ».

vatican chapelle sixtine jugement dernier

Et cadeau pour vous, le bon plan du jour! Au lieu de sortir de la Chapelle Sixtine par la même porte que tout le monde, vous verrez au fond à droite un petit passage discret. Patientez quelques minutes et vous verrez qu’il s’agit d’une sortie utilisée pour les groupes uniquement. Maintenant l’astuce c’est de se greffer incognito dans un groupe de visiteurs où on vous ne repèrera pas immédiatement comme un intrus (car évidemment c’est surveillé!). Ensuite vous empruntez tranquillement le passage avec vos nouveaux amis d’un air le plus naturel et innocent possible. Le passage mène vers un escalier et ô magie, vous voici dehors, directement à une porte d’entrée de la Basilique Saint Pierre! Et voilà, en quelques minutes à peine, vous êtes dans la Basilique Saint Pierre!

rome vatican basilique saint-pierre

Si vous voulez y aller par la voie normale, il faut sortir du musée, refaire le tour des remparts et ensuite faire la queue pour enfin pénétrer dans la basilique et dans le meilleur des cas vous en avez pour une bonne heure! A vous de voir 🙂 Cette astuce « secrète » est évidemment interdite alors chut ! 🙂
L’inconvénient de ce passage, c’est que vous ne prendrez pas la sortie « normale » du musée, qui est un splendide escalier à double hélice, l’escalier de Bramante. Pour ça, il y a une parade. Quand vous entrez dans le musée, une fois arrivé à l’étage, ne continuez pas tout droit, mais prenez à droite, et à un moment vous arrivez en haut de l’escalier. D’ici vous prenez vos photos et vous repartez ensuite dans le sens normal de la visite. Du coup j’ai pas les photos car j’ai découvert cette astuce trop tard, punition divine sans doute 🙁

La Basilique Saint Pierre

Bim! la Basilique Saint Pierre! Avec 2.3ha de superficie, une hauteur de 137m, une longueur de 193m et pouvant contenir plus de 60.000 personnes, c’est la plus grande église catholique du monde. Comme on l’a vu un peu plus haut, il y avait une première Basilique avant celle ci, construite sous Constantin. Quand les papes rentrent d’Avignon en 1378 et reprennent possession du Vatican, cette basilique commence vraiment à tomber en ruine. Un projet de rénovation est d’abord envisagé et finalement on change d’avis, on rase tout et on construit plus grand et plus majestueux! La construction d’un tel bâtiment demande des moyens énormes et l’église en trouvera une partie en faisant le commerce des indulgences. C’est simple, il suffit de donner de l’argent à l’église pour racheter une partie de ses péchés et passer moins de temps au purgatoire. Pratique! Ce « commerce » sera une des causes qui décideront Martin Luther a rejeter l’autorité du pape et à lancer le protestantisme.

rome vatican basilique saint-pierre

Le pape Jules II pose la première pierre en 1506. Elle sera achevée 120 ans plus tard.
Les architectes se succèdent! Le premier plan est réalisé par Bramante. A sa mort, Raphaël prend le relais, puis c’est au tour de Peruzzi, Sangallo et Michel Ange qui concrétisera une bonne partie du plan de Bramante et achèvera quasiment la coupole. Puis plus tard Carlo Maderno modifiera le plan pour en faire une croix latine (la nef plus longue que le transept) et finalement Bernin.
Dès qu’on pénètre dans la basilique on est immédiatement écrasé par les proportions gigantesques du bâtiment. Et du sol au plafond, tout est richement décoré, c’est réellement réellement impressionnant, genre waouw!

rome vatican basilique saint-pierre

basilique saint pierre statues

vatican basilique saint-pierre

A gauche, le tombeau d’Alexandre VII réalisé par Bernin, avec la main de la mort qui sort de la tombe en tenant un sablier. A droite … et bien si quelqu’un a la signification de cette statue, je suis preneur!

rome vatican basilique saint-pierre

En 1624, le pape Urbain VIII demande à Bernin de construire dans la basilique un repère pour que les pèlerins trouvent la tombe de Saint Pierre au premier coup d’œil. Pas évident, il faut que ce ne soit pas trop petit pour ne pas faire ridicule, il faut aussi que ce soit suffisamment grand pour être visible mais sans boucher l’espace ou la visibilité … Finalement il choisit de faire un baldaquin, et de lui donner un côté élancé en faisant des colonnes torses. Le pape valide. Et comme il sera en bronze, et qu’il faut beaucoup beaucoup de bronze, il autorise Bernin à récupérer le bronze au Panthéon pour pouvoir fabriquer le Baldaquin. « Ce que les barbares n’ont pas fait, les Barberini l’ont fait ». Cette réalisation monumentale débute alors que Bernin n’a que 26 ans et sera achevée en 1633. Le baldaquin fait 29 mètres de haut. Seul le pape a le droit de célébrer la messe en dessous. Et sous ses pieds se trouve la tombe de Saint Pierre, le premier pape de la chrétienté.

vatican basilique saint-pierre

Au dessus du baldaquin, loin tout là haut, se trouve le grand dôme de la basilique, chef d’œuvre de Michel Ange. Avec 42 mètres de diamètre c’est un des plus grand dôme du monde. Sur tout le tour il y a écrit en latin « Tu es Pierre et sur cette Pierre je bâtirai mon église et je te donnerai les clefs du royaume des cieux ».

vatican dome basilique saint-pierre

En zoomant, on distingue les petites formes des visiteurs … ça donne une idée des dimensions!

vatican dome basilique saint-pierre

Ah, on nous montre du doigt quelque chose à voir!

vatican basilique statue

C’est le chœur de la Basilique avec le Saint Esprit tout au milieu.

rome vatican choeur basilique saint-pierre

vatican basilique saint-pierre

A l’entrée de la basilique, sur votre droite, ne loupez pas la Pieta de Michel Ange. C’est à l’origine une commande d’un cardinal français pour orner la « chapelle des rois de France » de l’ancienne basilique avec un monument funéraire en mémoire du roi Charles VIII mort en 1498. Pendant une année, Michel Ange va la sculpter à partir d’un seul bloc de marbre, et quand elle est présentée au public en 1499 c’est le triomphe. C’est la seule statue signée de Michel Ange.

rome vatican basilique saint-pierre pieta

La statue est protégée à l’abri d’une vitre blindée car en 1972 un déséquilibré l’a attaqué à coups de marteau, en arrachant le nez de la vierge et son bras gauche …

Voilà, on sort de la Basilique Saint Pierre … on vient de passer une journée à arpenter des couloirs, des salles, et fouler du marbre, qui a connu tellement d’histoire, vu tellement de personnages célèbres, d’intrigues et d’évènements historiques se jouer, que ça en donne presque le vertige. Dur de revenir dans le monde réel au dehors de la cité du Vatican.

vatican place saint-pierre

Allez au passage faites un petit coucou sur votre droite au garde suisse qui monte la garde dans sa petite guérite.

rome vatican garde suisse

Ah .. et avant de quitter les lieux, n’oubliez pas non plus de passer par la Poste du Vatican pour envoyer une petite carte postale à votre maman ou à quelqu’un qui collectionne les timbres 🙂

rome poste vatican

Et il y a encore tellement de choses à dire sur le Vatican, par exemple, la bibliothèque secrète, et si vous avez le temps, allez jeter un œil à la Prophétie des papes de Malachie 🙂 mais c’est une autre histoire.

En tout cas le Vatican, que vous soyez croyant ou non
ça vaut vraiment la peine d’y aller!

rome vatican

Et maintenant, si on visitait Rome?